GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt

Partagez

I told you so - Mary

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Anonymous

Invité

Invité


I told you so - Mary Empty
MessageSujet: I told you so - Mary I told you so - Mary EmptyMer 9 Juil 2014 - 18:02

Je me posai contre l’un des murs en bois de la cabane. Je n’avais plus la force de faire les cents pas comme au premier jour. Nos soi-disant protecteurs m’avaient complètement vidé de mes forces. Je ne pouvais même pas être sûr que la boisson qu’ils m’avaient donnée ce matin était bien de l’eau. J’essayai de ne pas trop y réfléchir. Ils n’avaient pas pris la peine de me donner de quoi remplir mon estomac, juste assez pour que je ne meure pas de soif.  Je posai ma tête dans mes mains, fatigué par tous ces événements. Certains sang-pur s’étaient fait une joie de tester leurs sorts malfaisants sur moi. Mes muscles, mon corps en général me faisait souffrir comme jamais.

Je me levai avec difficulté, me tenant les côtes, et vins me poser sur le lit dur. Mon souffle, habituellement discret, était soudain fort dans ce petit espace. Allongé sur la surface dure, j’essayai de ne pas repenser à la raison de ma présence ici et encore moins aux conséquences qui en avaient suivi. Je ne voulais pas me remettre à m’inquiéter pour les filles, à les penser dans une situation semblable à la mienne, juste pas enfermées. J’avais fait l’impossible pour les sortir de leur problème, pour prendre leur place. J’avais essayé de prévenir Mairead, mais elle ne m’avait pas écouté.

Je me remis assis en entendant un bruit au niveau de la porte. Ma vision devint floue et j’avais la tête qui tournait. Je ne me sentais pas de retourner sur le terrain en tant que victime. Pitié, il ne fallait qu’ils viennent me chercher encore pour des entraînements. Un homme masqué vint vers moi et m’attrapa par le bras sans ménagement. Il me mit debout et me poussa vers l’entrée. Si j’avais eu un peu de force encore, je ne pensais pas que je l’aurais utilisé pour me battre. Cela ne servait plus à rien, il fallait juste que je subisse. « Sors de là ! » Je n’eus pas le droit à plus d’explications mais je n’en demandai pas non plus.

Une poussée d’adrénaline me permit de marcher pendant quelques secondes, mais bientôt la fatigue revint de toutes ses forces. Mes jambes commencèrent à trembler et mes pensées n’étaient plus très claires. Je repérai un arbre tordu à quelques mètres et me forçai à l’atteindre. Dos contre l’écorce, je me laissai tomber au sol. Je fermai rapidement les yeux pour respirer l’air libre de tous mes poumons. J’étais libre, enfin…
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité

Invité


I told you so - Mary Empty
MessageSujet: Re: I told you so - Mary I told you so - Mary EmptyMer 16 Juil 2014 - 20:23

Jamais Mary n'avait ressenti des émotions aussi confuses : il y avait d'abord la honte, cuisante, et la culpabilité, qui la suivait de si près. L'inquiétude n'était pas en reste, et l'avait maintenue éveillée de très longues heures depuis que Sean avait atterri à l'isoloir. Et comme il s'agissait de Sean, il y avait bien évidemment une part de fierté, et un élan d'amour inconditionnel et immodéré pour la personne de son frère. De la gratitude, aussi.  Une gratitude énorme pour le courage dont avait fait preuve son frère envers elle et Mairead. De même qu'une colère sans nom. Exactement pour la même raison.

Mais sa colère était bien la dernière de ses préoccupations lorsque la jeune McLloyd avisa McNair, un Mangemort, qui se rendait dans l'isoloir, y passait quelques secondes hors de sa vue, puis ressortait en poussant un élève devant lui. La jeune Serdaigle, qui se tenait à une certaine distance pour ne pas paraître suspecte, sentit son coeur se serrer lorsqu'elle vit son frère tituber hors de la cabane de bois, et manquer de s'écrouler sous la poigne de son geôlier qui le mettait dehors. Mais Mary n'avait pas le courage effronté (ou l'inconscience, à son humble avis) des valeureux Gryffondors, aussi attendit-elle prudemment que McNair soit retourné d'où il venait pour oser sortir de sa cachette et s'approcher de Sean. Elle avança discrètement vers lui, timide, presque effrayée par l'état dans lequel se trouvait son grand frère : il était salement amoché, réalisait-elle à mesure qu'elle discernait de mieux en mieux les traits tirés de son visage. Et s'il l'était, c'était par sa faute à elle. Mary avait toutes les raisons du monde (et tellement plus !) de se sentir coupable. Et elle se sentait coupable de toutes les manières possibles et imaginables. Et tellement plus.

Toujours sans bruit, la jeune fille s'arrêta devant l'arbre contre lequel Sean reposait, les yeux fermés, la respiration sifflante et douloureuse. Elle souffrait vraiment de le voir dans cet état, et serrait convulsivement dans sa main une petite bourse de cuir qu'elle avait imperméabilisée un peu plus tôt afin de pouvoir s'en servir comme gourde. Elle devait parler, maintenant, lui signifier qu'elle était là, qu'il devait la regarder, prendre la mesure de sa honte. Elle ne savait pas bien s'il ne savait pas déjà qu'elle était près de lui. Sean était tellement intelligent, il devait savoir qu'elle l'attendrait à la sortie, quoi qu'il lui en coûte. Elle était prévisible. Mais il gardait les yeux désespérément clos, et continuait de paraître souffrir mille morts.

Tu sais que je préfère finir à l'isoloir plutôt que de te voir dans cet état.

C'était une affirmation, malgré la voix qui flanchait un peu sous le coup de l'émotion. Car Mary était touchée et culpabilisait, certes, mais elle ne comptait pas rendre les armes pour autant. Dans cette institution, il n'y avait pas de place pour les sentiments chevaleresques. Elle venait pour s'excuser, mais aussi pour faire promettre à son frère de ne pas recommencer.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité

Invité


I told you so - Mary Empty
MessageSujet: Re: I told you so - Mary I told you so - Mary EmptyMar 26 Aoû 2014 - 21:42

Je n’avais jamais autant apprécié de m’asseoir à l’air libre. Je ne souhaitai même pas retrouver les autres habitants de ce camp, je voulais juste profiter de ce vent qui soufflait sur mon corps affaibli. L’idée de retourner m’enfermer dans un endroit sordide ne m’enchantait guère. Surtout, j’allai devoir faire face à toutes ces têtes qui allaient se tourner vers moi, voir si j’étais encore bien en vie. Il suffisait d’avoir fait un tour à l’isoloir pour être la star du camp, mais je ne comprenais pas vraiment leur curiosité morbide. En quoi était-ce incroyable de servir de cobaye à ces monstres sadiques, de dépérir de faim et de soif au fur et à mesure que les heures passaient ? Si je devais offrir mon avis là-dessus, il n’y aurait qu’une chose à dire : Fuyez, ne tentez pas le diable ! Pourtant, à aucun moment je ne regrettai mon choix. A vrai dire, s’il le fallait, je recommencerai encore et toujours et d’autant plus maintenant que je connaissais la sanction. Jamais je ne laisserai ma sœur se faire emmener de force là-bas. Si par malheur j’apprenais qu’elle  y était, j’insulterai les responsables, je les menacerai, mettrai mes menaces à exécution, tout pour qu’elle sorte au plus vite. Mais avant d’en arriver là, je ferai en sorte qu’elle ne prenne aucun risque. Elle devait comprendre dans quel monde on était tombés et ce n’était pas celui des contes de fées.

J’entendis un crissement pas loin de l’arbre contre lequel je me tenais. Je n’ouvris pas les yeux, pourquoi faire ? Une légère peur m’envahie. Et s’il s’était trompé ? Et si je devais y retourner, que ma punition n’était pas finie ? Mais le bruit n’était pas assez lourd pour que ce soit un homme, encore moins mon bourreau. Cela m’arrangeait grandement, je n’avais plus la force de me battre, de faire comprendre mon mécontentement. Mais est-ce que j’en avais assez pour écouter Mary m’enguirlander ? Et oui, si ce n’était pas McNair, c’était obligatoirement ma sœur qui venait me voir. Et si elle avait quand même subi ? Se pourrait-il qu’ils aient profité de mon ‘absence’ pour la punir d’une autre manière ? Mes yeux restaient fermement clos, j’avais tout d’un coup peur de ce que je pouvais découvrir. Le soulagement prit alors possession de tous mes membres. Cette voix si familière qui me parvenait n’était pas emplie de douleur ou alors émotionnelle. Ma sœur allait bien ! Elle était sauve. Je n’avais pas fait cela pour rien. Je laissai donc mes paupières se soulever doucement, les yeux un peu brûlés par la lumière du soleil. J’aurais pu mettre ma main en visière pour mieux la regarder, mais je n’en avais pas le courage.

Et tu sais que ça n’arrivera jamais.

Il n’y avait aucun reproche dans mon ton, ni colère, ni rien. C’était une simple vérité que l’on connaissait tous deux. Je ne comptai pas discuter de cela avec elle. Pour moi, c’était clair et il y avait tout intérêt qu’elle le comprenne. Je baissai la tête, trop ébloui pour continuer à me tordre le cou. Dans un même temps, je m’appuyai sur mes bras pour me mettre en tailleur. Je grimaçai légèrement sans laisser totalement transparaître la souffrance sur moi. Je ne pensai pas avoir besoin de me cacher devant elle, mais je ne voulais pas non plus l’inquiéter. Je levai de nouveau les yeux, les plissant plus qu’autre chose. Je lui tendis une main avec un sourire.

Viens près de moi petite sœur. Dis-moi, comment tu vas ? Pas trop dur ?


Dernière édition par Sean McLloyd le Mar 16 Sep 2014 - 11:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité

Invité


I told you so - Mary Empty
MessageSujet: Re: I told you so - Mary I told you so - Mary EmptyMar 2 Sep 2014 - 22:47

Mary aurait voulu riposter de plus belle, lui signifier qu'il devait s'occuper de ses chaudrons, qu'elle était assez grande pour s'occuper d'elle. Qu'elle avait quinze ans maintenant, qu'elle savait ce qu'elle faisait, qu'elle agissait en connaissance de cause. Que ce qu'il faisait, en prenant sa défense, c'était exactement entrer dans le jeu des Mangemorts, et zapper par ce chantage affectif tout esprit de rébellion. Que c'était mal. Qu'il devait la laisser prendre position, et assumer les conséquences de ces actes. Elle mourait d'envie de lui dire tout ça. Mais ça, c'était sans compter la voix totalement éteinte avec laquelle Sean avait déclaré qu'elle n'irait jamais dans l'isoloir. Cette voix éteinte, et cet air doux avec lequel il la regardait, sa main tremblante tendue dans sa direction. Et son sourire, un peu las, et néanmoins heureux, heureux de la voir, elle qui l'avait jeté ici, elle qui lui avait infligé cela.

C'en fut trop pour Mary, qui éclata en chauds sanglots avant de se laisser tomber sur l'herbe à côté de son frère, sans oser se serrer contre lui, nicher son visage dans le creux de son épaule, de peur de lui faire mal. Constat qui fit redoubler son chagrin, et l'empêcha de répondre à la question de Sean. La honte l'accablait, et lui ne trouvait rien de mieux que de lui demander comment elle allait : c'était le monde à l'envers !

Oh Sean, sombre idiot, bien sûr que ça va, maugréa-t-elle finalement en reniflant pitoyablement, les doigts appuyés sur ses yeux comme pour les empêcher de pleurer, c'est toi qui fais un séjour à l'isoloir, et c'est à moi que tu demandes si c'est pas trop dur ! lui reprocha-t-elle en pleurant de plus belle, désespérée d'aller bien alors qu'il avait l'air de souffrir autant.

S'il voulait la faire culpabiliser, c'était gagné. Mary était totalement perdue dans ses tourments, à la fois si reconnaissante qu'il ait pris sa défense, et si honteuse qu'il ait eu à le faire, tant et si bien que s'il souffrait physiquement, elle-même était moralement à la torture. Lui était en paix avec lui-même, tranquillement convaincu d'avoir agi pour le mieux : sa petite soeur, elle, ne pouvait vraiment pas en dire autant. Et ça la désespérait.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité

Invité


I told you so - Mary Empty
MessageSujet: Re: I told you so - Mary I told you so - Mary EmptyMar 16 Sep 2014 - 12:06

A peine les mots étaient sortis de ma bouche que je regrettai aussitôt. Il suffisait que je regarde la tête de ma sœur pour voir que ça n'allait pas. Peut-être aurai-je dû poser la question différemment. Je me doutai déjà que le moral n'était pas là, comment pourrait-il en être autrement ? Lorsqu'elle s'écroula à mes côtés, j'eus envie de la prendre dans mes bras pour la rassurer, la laisser craquer sans craindre le regard des autres. Pourtant, je ne fis rien, je ne voulais pas la culpabiliser un peu plus. Je n'aimai pas la voir dans cet état. J'avais juste voulu qu'elle soit sauve et je la retrouvai tout de même mal. Avais-eu tort de faire ça, de prendre sa place ? Non ! Non, je ne pouvais même pas faire allusion à ça. Elle aurait été dans un état physique pitoyable, elle n'aurait même pas pu tenir debout. Déjà que moi…

Eh, calme-toi ! Un peu de sommeil et tout ira bien pour moi !

Et à manger, un bon bain chaud, des couvertures moelleuses… Si je devais faire la réelle liste de ce qui me fallait pour récupérer, je n'en finirai jamais. Surtout, je risquai de me déprimer plus qu'autre chose, sans parler de Mary. Alors, je gardai mon sourire et posai mon bras autour de ses épaules pour la rapprocher de moi. Sans vraiment lui laisser le choix, je la serrai contre moi. Je sentis tous mes muscles se crisper, mais je fis comme si c'était normal. Rien de ce que j'avais pu subir durant ses derniers jours n'étaient aussi dur que de voir sa petite sœur dans cet état.

Mary, si je t'avais laissée faire, mon état de fatigue ne serait rien à côté du grand frère que tu aurais retrouvé. L'idée qu'ils puissent te faire du mal…

Je serrai furieusement ma mâchoire. Cette simple pensée me redonnait un minimum d'énergie pour bouger sans effet secondaire. Je la décalai délicatement et pris sa tête dans mes mains. Je passai mon pouce sur sa joue pour effacer un filet de larmes. Je baissai un peu les yeux. Je ne voulais pas voir le reproche dans ses yeux ou même de la culpabilité. J'avais agi selon mes propres pensées, elle n'y pouvait pas grand-chose. Elle n'avait sans aucun doute pas pris conscience du danger dans lequel elle fonçait. Je finis par accrocher son regard.

Je préfère finir à l'isoloir que de t'y savoir. Tu ne veux plus revivre ça, alors ne te met plus en danger. S'il te plaît ! Maintenant, arrête de t'en vouloir, je vais bien, je suis là. On va survivre, d'accord ? Coûte que coûte ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité

Invité


I told you so - Mary Empty
MessageSujet: Re: I told you so - Mary I told you so - Mary EmptyMer 17 Sep 2014 - 14:20

Mary ne se fit pas prier pour se lover contre son grand frère, même si en l'enlaçant elle remarqua qu'elle sentait très distinctement ses côtes sous ses doigts. Il avait déjà tellement maigri, en même pas trois semaines, que ça en devenait effrayant. C'était donc ça, leur plan, à ces maudits hommes en noir, les faire mourir de faim ? Si c'était le cas, bravo à eux, d'ici à la fin de l'été la moitié de Poudlard aura quitté ce monde, et ils auront tout gagné !

Ils ne me feront pas de mal, Sean, lui assura-t-elle maladroitement pour le tranquilliser, ne t'en fais pas, je ne risque rien. Tu dois penser à toi, Sean. Je vais bien.

Elle ne pensait pas vraiment ses mots. Bien sûr que si, ils allaient lui faire du mal. Elle était impure, c'était son lot que de souffrir les quolibets, les insultes et les bravades. Bien sûr, elle allait avoir du mal à le vivre, et peut-être même allait-elle un jour craquer : qui ne le ferait pas ? S'il fallait courber l'échine sous un tel joug, qu'allaient-ils devenir ? Laisseraient-ils donc les Mangemorts gagner si facilement ? Cette idée était intolérable pour la jeune McLloyd, qui cligna plusieurs fois des paupières, un peu hébétée, lorsque son frère saisit doucement son visage pour essuyer ses larmes. Mary le repoussa doucement mais fermement en reniflant bruyamment, et effaça elle-même les traîtresses d'un revers de la main.

Survivre, marmonna-t-elle sombrement en lui jetant un regard intense, c'est bien de cela dont il s'agit. Tu as su ce qu'ils avaient fait à Swann ? Et à Sullivan Perks, de Cinquième Année ? Accepter sans broncher, c'est ça que tu me demandes ? En tous les cas, on va souffrir physiquement, toi comme moi. Laisse-moi finir, Sean, exigea-t-elle en voyant que son frère essayait de protester, on va nous faire du mal, c'est un fait. Mais comment vivrais-je avec moi-même, si un jour on sort d'ici, et que je n'ai rien fait d'autre que me plier à leurs exigences, à les laisser faire du mal aux plus faibles sans broncher ? Je te le dis, Sean, je ne pourrais pas, je ne pourrais pas vivre avec ça sur la conscience ! finit-elle en un cri du coeur, vaguement hystérique.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité

Invité


I told you so - Mary Empty
MessageSujet: Re: I told you so - Mary I told you so - Mary EmptyMar 28 Oct 2014 - 17:33

J'aurais voulu croire Mary, avoir une confiance absolue en elle. C'en était déchirant de faire semblant que tout allait bien à ses côtés alors que mon corps criait le contraire. Je savais qu'elle voulait juste me rassurer pour que je ne recommence pas une telle bêtise, mais tout sonnait faux. Elle ne me trahissait pas pour autant, elle ne me mentait pas réellement, c'était sa façon de ne pas culpabiliser un peu plus. Alors, je me tus, ne rajoutant pas plus de souffrance dans cette situation. Pourtant ma sœur ne semblait pas comprendre ce que je lui disais. Cette tête de mule me rejeta avec douceur pour se reprendre d'elle-même et me contredire avec conviction. Que fallait-il que je fasse pour qu'elle intègre la dangerosité de ce lieu, de ces personnes ? Mary ne me laissa même pas l'occasion de lui répondre. Elle voulait me faire savoir ce qu'elle pensait et elle ne comptait pas se laisser interrompre. Est-ce que je pourrais seulement la convaincre ? Je commençai à en douter sérieusement…

Je sais ce qu'il se passe ici. Je le sais très bien et ça me tue ! Mais ce n'est pas le moment d'être une tête brûlée ! Ce n'est pas la solution, pas avec eux. Regarde justement ce qui leur est arrivé, tu ne peux pas les suivre, c'est du suicide… Eux n'arrivent qu'à se blesser ou se faire torturer, qu'est-ce que tu as de plus qui te sauverais ?

Je le pensais sincèrement et mon cœur rata un battement à la pensée de ma sœur blessée presque mortellement. J'avais tellement vu et revu cette scène dans ma tête que la colère n'était plus là. Celle-ci s'était juste évaporée dans une de mes quelques tentatives pour m'échapper. On pourrait presque croire que tout espoir avait disparu, que jamais on ne partirait d'ici, mais c'était juste l'épuisement qui prenait le dessus. Je savais qu'on viendrait nous chercher, c'était sûr, il fallait juste tenir.

Tête brûlée… dis-je presque avec amusement mais ma mine était sombre. Tu comptes faire quoi du haut de tes quatorze ans ? Tu peux te lancer dans une mission de folie, être le héros de l'institut, mais tu finiras comment ? Hein ? Je ne compte pas ramener ton cercueil à la maison ! Que dirai-je à papa et maman ? Que je n'ai pas su te défendre correctement ? Ou alors je me place devant toi, qu'importe les conséquences et on échange les rôles ? Tu veux vraiment nous faire ça ? Tu ne penses pas qu'il vaut mieux survivre et vivre avec ça sur la conscience mais vraiment vivre ? Ou bien vivre juste quelques jours et mourir sur des semaines à petit feu et ne jamais revoir autre chose que cet institut infect ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




I told you so - Mary Empty
MessageSujet: Re: I told you so - Mary I told you so - Mary Empty

Revenir en haut Aller en bas

I told you so - Mary

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Yseult et le reste du monde [72%]
» Fais-moi peur ... ¶ feat.mary
» Docteur Mary-Anne Mortais. [Terminée]
» MARY-ANN ♚ Un seul être vous manque et tout est dépeuplé
» [0227] Mary Suzuki [PYROLI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Les sujets de l'été
-