Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

LUZ&LYL • On nous appelle rebelles, mais c'est nous qui faisons la casse. Qu'on vienne nous dire en face, la raison pour laquelle, on nous appelle Rebelles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 686
| AVATARS / CRÉDITS : Dianna Agron by purple haze
| SANG : Pur et alors quelle importance ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Devenir comme son père/
| PATRONUS : Aigle Royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: LUZ&LYL • On nous appelle rebelles, mais c'est nous qui faisons la casse. Qu'on vienne nous dire en face, la raison pour laquelle, on nous appelle Rebelles Jeu 10 Juil - 20:35


Luzia & Lyleïa ❧ On nous appelle rebelles, mais c'est nous qui faisons la casse. Qu'on vienne nous dire en face, la raison pour laquelle, on nous appelle Rebelles
La Résistance se mettait doucement mais sûrement en place. Dowey, Nolan, Darya et elle étaient en train de monter un bon réseau. Lyl' avait mit Swann au courant. Elle pensait qu'il ferait passer le mot. Elle le connaissait bien maintenant. La jeune femme fit rouler le pendentif qui ne la quittait jamais entre ses doigts. Et dire que sa mère avait été absente pour ses dix-huit ans. Et dire qu'elle avait dit au salopard responsable de sa mort qu'elle comprenait et lui pardonnait tout. La haine flamboya en elle et la rage coula dans ses veines comme de l'adrénaline pure. Elle allait venger sa mère, coûte que coûte. Elle la vengerait même si pour cela, elle devait mentir, tromper, dérober. Elle la vengerait même si elle devait en crever. S'accrochant à cette colère qui flamboyait en elle, elle se leva et se rendit dans la salle pour manger avec les autres. Et ce soir encore elle eu un bon repas et les autres n'eurent rien. Elle serra les dents et mangea. A la fin du repas, elle se dirigea vers son dortoir. Une petite blonde l'intercepta rapidement et lui glissa quelques mots avant de disparaître. Lyleïa ne laissa rien voir et afficha une moue dégoûtée en se rendant dans son dortoir. Mais elle avait comprit. Ils avaient besoin d'encre et de parchemins. Elle supposait qu'ils allaient essayer de communiquer avec l'extérieur.

Pendant que personne ne regardait, la russe attrapa du parchemin, deux plumes et un encrier bleu qu'elle dissimula dans sa serviette et dans ses affaires de rechange. Puis elle se rendit dans les douches. Il était un peu tard, la plupart des sang-pur était déjà douchés. Ils n'aimaient pas traîner avec la "vermine" comme ils le disaient. Et elle fit bien d'y aller maintenant car elle entrevit une longue chevelure brune qu'elle connaissait bien. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres et elle entra dans la cabine juste à côté de celle de Luzia. Elle attendit que les douches se mettent à fonctionner pour qu'il y ai du bruit puis elle se tourna vers son amie dont elle voyait la tête.

- Luz', appela t-elle. J'ai ce dont tu as besoin, murmura t-elle pour ne pas se faire prendre.  
 
©flawless


Spoiler:
 


Dernière édition par Lyleïa D. Romansky le Lun 4 Aoû - 18:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 806
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Manon <3
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: LUZ&LYL • On nous appelle rebelles, mais c'est nous qui faisons la casse. Qu'on vienne nous dire en face, la raison pour laquelle, on nous appelle Rebelles Mar 29 Juil - 21:03

Voilà désormais plusieurs semaines qu'ils étaient là. L'institut Clevergrace détenait les élèves entres ses murs blancs et déprimants sans qu'aucun changement n'ait eu lieu. Luzia savait que les Aurors du ministère tentaient de sortir d'ici ; mais jusqu'à présent, rien de vraiment concluant. Luzia commençait à fatiguer. Elle avait d'abord commencé par espérer que leur séjour ne durerait que quelques temps, soit parce qu'on les relâcherait, soit parce que les parents auraient protesté auprès du Ministère.
La jeune fille refusait de croire que les siens avaient accepté la décision de la Ministre : après ce qu'il s'était passé l'été précédent en Espagne avec les détraqueurs, Thelma et Gomez voulaient plus que tout avoir leur fille près d'eux durant les vacances.
De toutes façons, on les traitait lamentablement. Les élèves qui se rebellaient - et Dieu savait qu'il y en avait beaucoup - étaient sévèrement punis. En fait, songeait Luzia, ils étaient mal organisés, agissant souvent sous impulsion, en petit nombre et alors qu'ils ne connaissaient que très mal les étages de l'Institut.
Luzia ne voulait pas faire de vague. Son attitude devait être probablement le symbole même de la soumission, mais elle avait une bonne raison : l'été n'était pas éternel, et elle ne voulait surtout pas être torturée. Surtout pas. Elle préférait endurer en silence. Et pourtant, une voix dans sa tête prenait, au fil du temps, de plus en plus de force : Luzia avait toujours été discrète. Petite et menue, elle passait très souvent inaperçue. Et la nuit dernière, alors qu'elle ne trouvait pas le sommeil, elle avait réfléchi à un moyen d'avertir l'extérieur.

L'extérieur. A l'Institut, chacun y pensait constamment. Et pourtant, jamais l'extérieur n'avait semblé si... inexistant. L'ancienne Poufsouffle avait l'impression qu'en dehors du bâtiment, il n'y avait plus rien. Ils étaient si coupés du monde, que c'en était à ce demander si ce dernier était encore là. Et cette nuit-là, Luzia avait réfléchi à plein régime. Elle savait qu'il y avait une volière - régulièrement, elle voyait passer les hiboux. Seulement, les adultes avaient confisqués au impurs tout ce qu'il leur permettait d'écrire. Luzia voulait avertir l'extérieur. Même si elle sentait bien que ça ne marcherait pas - au moins l'aurait-elle essayé, et c'était mieux que rien, non ?
Alors, elle avait contacté Swann, pour qu'il avertisse Lyleïa. Aux dernières nouvelles, elle était de mèche avec Dowey, Nolan, et d'autres sangs-purs pour mener une petite révolution. Swann lui avait assuré que ce qu'elle avait demandé viendrait à elle : Luzia devait faire comme si de rien n'était. Aussi avait-elle, toute la journée, guetté le moindre regard, signe, ou indice qui lui permettrait de mettre la main sur ce qu'elle cherchait. Les heures avaient défilé, et aucune trace de parchemin, de plume ou d'encre. Peut-être cela devrait-il attendre le lendemain ?
C'est donc après avoir rapidement dîné d'un potage qui comprenait plus d'eau qu'autre chose que Luzia fila dans les douches pour se décrasser de sa journée. Alors qu'elle se rinçait les cheveux, elle entendit quelqu'un venir. La jeune fille se garda bien de se retourner. Ça lui coûtait suffisamment de prendre sa douche ainsi, alors que l'on pouvait facilement la voir nue. Ce n'est que quand on lui parla à travers l'écoulement des jets d'eau que l'Espagnole compris qu'il s'agissait de Lyleïa !

- J'ai ce dont tu as besoin.
L'intéressée tourna brièvement la tête vers la Vert et Argent et lui fit un petit sourire.

- Merci, répondit-elle doucement en reprenant le rinçage de sa chevelure, je ne sais pas si ça va marcher, mais... on est plusieurs à se dire qu'il faut tenter quelque chose.

Keith et Olivia les premiers, par exemple.

- Ça va, demanda Luzia en regardant les carrelages blancs qui lui faisaient face. Ce n'est pas trop dangereux ce que vous faîtes ?

Spoiler:
 

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...


Dernière édition par Luzia Ozores le Mer 6 Aoû - 20:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 686
| AVATARS / CRÉDITS : Dianna Agron by purple haze
| SANG : Pur et alors quelle importance ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Devenir comme son père/
| PATRONUS : Aigle Royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: LUZ&LYL • On nous appelle rebelles, mais c'est nous qui faisons la casse. Qu'on vienne nous dire en face, la raison pour laquelle, on nous appelle Rebelles Jeu 31 Juil - 14:09


Luzia & Lyleïa ❧ On nous appelle rebelles, mais c'est nous qui faisons la casse. Qu'on vienne nous dire en face, la raison pour laquelle, on nous appelle Rebelles
Pour assurer un minimum de stabilité à leur Résistance et éviter qu'ils ne se fassent prendre de suite, Lyleïa avait du faire un énorme sacrifice. Elle était allée voir son père et son parrain pour leur dire qu'elle comprenait et qu'elle était prête à reprendre sa place au sein de la famille. Au sein des sang-pur. Elle avait renié sa mère, sa mort, sa vengeance, tout ça pour sauver ses amis. Mais pour eux, elle le referait sans aucune hésitation. Ses amis comptaient énormément pour elle, ils étaient plus que de simples relations, ils étaient sa famille. Cette famille qui ne l'avait jamais laissée tomber contrairement à d'autres. Alors elle ferait tout pour les aider même si pour ça elle doit laisser sa vengeance un peu de côté, ravaler sa fierté et se lancer dans la gueule du loup. Ils y arriveraient. Elle en était persuadée. Ils allaient s'en sortir. Il n'y avait aucune autre solution. Elle ne baisserait pas les bras. Et ça commençait par filer de quoi écrire aux Rebelles "Impurs". Luzia était son contact de la journée ce qui faisait plaisir à la russe qui n'avait pas vu son amie espagnole depuis un moment et qui s'inquiétait pour elle.

- Merci, je ne sais pas si ça va marcher, mais... on est plusieurs à se dire qu'il faut tenter quelque chose.
Lyleïa hocha la tête en silence et commença à laver ses cheveux blonds qui repoussaient plus vite qu'elle ne le pensait. Elle les avaient déjà aux épaules deux mois à peine après les avoir coupés. Assez incroyable.
- Ça va ? Ce n'est pas trop dangereux ce que vous faîtes ? demanda alors Luzia.
Lyleïa lui offrit un petit sourire.
- Moi ça va. J'ai moins de raisons que vous d'aller mal. Elle haussa les épaules pour la seconde question. Si ça l'est. Mais ça ne va pas nous empêcher de continuer à vous aider, rétorqua t-elle avec dans le regard, une flamme déterminée.

Pour le temps d'un été, la jeune femme avait mit ses propres problèmes de son côté, surtout ceux concernant la malédiction qui pesait sur ses épaules. Peu importait à quel point ça comptait, ou peut importait à quel point elle jouait un jeu dangereux qui risquait de lui brûler les ailes tôt ou tard, tout ça, ce n'était pas pour elle. Ce n'était pas que pour elle. Elle n'était pas si importante. Les autres l'était tout autant et il fallait les sortir de là avant que l'un d'eux ne se fasse tuer pour ne pas avoir voulu suivre des règles stupides concernant la loi du sang.

- Et toi comment vas tu ? demanda t-elle inquiète cette fois.
Elle savait que Luzia devait être plus sensible à tout ça. Avec tout ce que les Serpentard lui avait déjà fait subir, elle n'osait pas imaginer dans quel état devait être la Poufsouffle. Mais elle avait apparemment décidé de ne pas se laisser faire et Lyl' ne pouvait que l'admirer pour ce courage dont elle faisait preuve.
- Au fait, Nolan te salue, glissa t-elle innocemment avant de se tourner et d'offrir son visage au jet d'eau.

Elle ne savait pas pourquoi, ce n'était pas franchement l'endroit, le moment ou l'époque mais elle avait décidé d'aider Luzia et Nolan à se retrouver. Elle aimait bien Nolan avec qui elle semblait avoir signé une sorte de paix depuis la Saint Valentin, elle appréciait énormément Luzia qui était une véritable amie, et elle savait à quel point ils étaient malheureux l'un sans l'autre. Elle le ressentait avec Swann. Elle savait ce que c'était que de s'inquiéter pour l'autre sans pouvoir lui parler. Et en plus, eux, ils y mettaient d'autres problèmes par dessus. Bref, l'ex Serpentard avait décidé que Luzia et Nolan étaient fait l'un pour l'autre - c'est que c'était une romantique au fond notre princesse russe - et elle avait décidé de leur donner un petit coup de pouce. Et peu importe les conditions. Et peu importe le baiser qu'elle avait échangé avec Nolan le soir de la Saint Valentin. Ils étaient tous les deux malheureux, dans un autre univers, sous influence de potions. Et en plus c'est Luzia que Nolan avait vu en elle alors. Bref. Elle allait les aider point. Une autre question vint aux lèvres de la blonde qui se tourna de nouveau vers l'espagnole en ouvrant les yeux.

- Au fait, tu n'aurais pas retrouvé des parchemins à moi la dernière fois qu'on s'est vues ? Il doit y avoir un dessin de ma mère dedans et des arbres généalogiques, des théories, bref du parchemin. Je les avaient quand on s'est vues dans la salle de repos et depuis je n'arrive pas à remettre la main dessus. Et comme on ne s'est pas recroisées depuis je me demandais ...

 
©flawless


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 806
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Manon <3
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: LUZ&LYL • On nous appelle rebelles, mais c'est nous qui faisons la casse. Qu'on vienne nous dire en face, la raison pour laquelle, on nous appelle Rebelles Mer 6 Aoû - 21:31

Lyleïa assurait à Luzia que, si, c'était dangereux, mais que pour rien au monde elle et sa clique ne baisserait les bras. L'Espagnole admira la fermeté de son regard qui luisait de détermination et d'insolence. Lyleïa avait beaucoup à perdre - d'ailleurs, elle avait déjà commencé à perdre une bonne partie de ses amis depuis qu'elle se rebellait ouvertement contre l'idéologie des Sangs-Purs. Luzia avait cru comprendre que son père était présent à l'Institut, du moins qu'il gardait contact avec les adultes du côté obscur ; que viendrait-il à se passer s'il savait que Lyleïa fomentait une résistance ?
Et elle, qui demandait de quoi écrire ! C'était probablement le meilleur moyen de mettre son amie en danger. Mais voilà qui était fait et Luzia allait mettre son plan à exécution, aidée des autres jaunes, afin que les risques que prenait la Serpentard ne soient pas vains.

- Et toi, comment vas-tu ? l'interrogea Lyleïa.
- Ça va, souffla Luzia en se saisissant de son savon pour le corps, je tiens le coup. On tient le coup. Je crois que c'est parce qu'on est tous ensemble. On ne mange pas très bien, mais... certains d'entre nous arrivent à se faufiler aux cuisines et à ramener de quoi compenser.

Pas plus tard que hier, Jaimie et quelques Gryffondors avaient ramené des cuisines toutes sortes de viennoiseries qui sortaient du four, destinées à la base aux Sangs-Purs. Luzia raconta tout cela à Lyleïa.
- Je suis désolée, on vous pique votre nourriture. Mais... C'est horrible à dire : nous n'avons pas tellement le choix. Au moins, grâce à votre réseau, nous restons liés, quelque soit notre sang. Cela veut dire que, malgré tout, les adultes du ministère n'auront pas réussi à nous monter complètement les uns contre les autres ! Et toi ? Ça va ?

Mais Lyleïa avait enchaîné, passant à Luzia le bonjour de Nolan. Cela tomba comme un cheveu sur la soupe. Mais la jeune fille, aussitôt, les yeux brillants, demanda :

- Comment va-t-il ?

La question était sortie à vive allure et Luzia regretta l'empressement qu'elle avait montré. Nolan, c'était fini. Fi-ni. Elle ne voulait plus souffrir - elle avait d'autres chaudrons à nettoyer. N'empêche, cela faisait du bien d'avoir des nouvelles de lui.

L'Espagnole se baissa pour attraper sa brosse à cheveux, posée sur le carrelage de la douche.

- Au fait, poursuivit la Vert et Argent, tu n'aurais pas retrouvé des parchemins à moi la dernière fois qu'on s'est vues ?

Elle énuméra le dessin de sa mère, les schémas généalogiques. Luzia tilta.

- Oh mais oui ! s'exclama-t-elle en cessant de lutter contre un vilain nœud. Ça m'est complètement sorti de la tête avec les examens et ce maudit lieux. Je les ai toujours. Les adultes qui ont fouillé mes valises ne les ont pas confisqué - il n'y a plus de place pour écrire quoi que ce soit...

L'Espagnole reprit son démêlage et continua :
- Je dois t'avouer que je n'ai pas voulu te les rendre de suite... J'espérais, en m'y penchant, trouver quelque chose pour t'aider mais...
Elle baissa la tête, embarrassée par son échec.
- Il y a plein de dessins que je n'ai pas compris. Et puis, tu as un arbre généalogique compliqué ! Je te rends ça dès que possible, d'accord ?

Spoiler:
 


______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 686
| AVATARS / CRÉDITS : Dianna Agron by purple haze
| SANG : Pur et alors quelle importance ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Devenir comme son père/
| PATRONUS : Aigle Royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: LUZ&LYL • On nous appelle rebelles, mais c'est nous qui faisons la casse. Qu'on vienne nous dire en face, la raison pour laquelle, on nous appelle Rebelles Mer 6 Aoû - 22:58


Luzia & Lyleïa ❧ On nous appelle rebelles, mais c'est nous qui faisons la casse. Qu'on vienne nous dire en face, la raison pour laquelle, on nous appelle Rebelles
Cela faisait tellement de bien de parler a une AMIE !! A une véritable amie. Entendre la voix de Luzia renforçait la russe dans son désir de se battre et de former cette rébellion afin d'aider ses amis.

- Ça va, je tiens le coup. On tient le coup. Je crois que c'est parce qu'on est tous ensemble. On ne mange pas très bien, mais... certains d'entre nous arrivent à se faufiler aux cuisines et à ramener de quoi compenser.
Le regard de Lyl s'assombrit. Effectivement, elle avait l'impression que son amie avait perdu un ou deux kilos depuis le début du mois. Elle écouta l'histoire en rinçant ses cheveux.
- Je suis désolée, on vous pique votre nourriture. Mais... C'est horrible à dire : nous n'avons pas tellement le choix. Au moins, grâce à votre réseau, nous restons liés, quelque soit notre sang. Cela veut dire que, malgré tout, les adultes du ministère n'auront pas réussi à nous monter complètement les uns contre les autres autres ! Et toi ? Ça va ?
- Mais t'es malade de t'excuser pour ça ?! On a trois tonnes de nourritures en trop ! J'ai ... la russe soupira. J'ai revu mon père. Il fallait que je brouille les pistes de la rébellion. Et j'ai vu l'elfe qu'il a emmené ici pour travailler. C'est la mienne. Elle m'est fidèle. Je vais lui demander d'essayer de vous apporter de la nourriture autant qu'elle peut. Elle éternua après avoir reniflé une bulle de savon puis reprit la parole. J'en ai donné a Swann l'autre jour mais Luz' il faut que vous fassiez très attention. Certains ... elle fini de se rincer. Certains sang-mêlés sont du côtés des mangemorts. Méfiez-vous - je n'arrive pas a croire que je vais dire ça mais - méfiez-vous des Serpentard. Ma maison n'est pas ... disons que ce n'est pas la meilleure maison de Poudlard, soupira t-elle.
Malgré tout elle essaya quand même de la dérider en lui parlant de Nolan. La réaction de l'espagnole ne se fit pas attendre.
- Comment va-t-il ?
Lyleïa dissimula son sourire dans la serviette qu'elle venait d'attraper.
- Il va plutôt bien. Tu lui manque beaucoup. Il est aussi révolté que moi. Ou Dowey.

Elle s'enroula dans sa serviette puis se sécha rapidement parce qu'il ne faisait pas chaud dans ces fichues douches. Elle passa une jupe et une chemise blanche le temps de retourner au dortoir tout en demandant a Luzia si elle n'avait pas récupéré des parchemins à elle. Luzia hocha vivement la tête et lui dit qu'elle aurait voulu l'aider. Qu'elle n'avait pas réussi. Elle semblait penaude comme prise en faute.

- Ce n'est pas grave Luz. Laisse tomber cette histoire il y a plus grave en ce moment.
- Il y a plein de dessins que je n'ai pas compris. Et puis, tu as un arbre généalogique compliqué ! Je te rends ça dès que possible, d'accord ?
- Ne m'en parle pas, maugréa t-elle. Pas de soucis je voulais juste être sûre que c'est toi qui les avaient, sourit la russe

Voyant que son amie galérait avec ses longs cheveux noirs, elle vint lui prendre la brosse avec autorité. Puis elle commença à démêler cette rivière de soie noire qu'elle avait toujours admiré. Elle défit les noeuds avec une douce fermeté en essayant de ne pas lui faire mal avant d'en faire une longue tresse.

- Voilà. Ma mère avait des cheveux très longs elle aussi. Je me rappelle qu'elle les tressait quand j'étais petite et elle disait toujours "qu'une tresse peu tout éclaircir". Elle avait raison. J'ai toujours aimé les tresses. C'est ce que je regrette le plus en m'étant coupé les cheveux.

Elle passa les mains dans ses cheveux qui repoussaient déjà bien. Elle les avaient aux épaules. Bient^to elle pourrait refaire des tresses. Elle prit sa propre brosse et commença à galérer avec ses propres noeuds.

- Comment vont les tous petits ? Est ce que vous avez des malades parmi vous ? demanda la jeune femme inquiète. 
©flawless


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 806
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Manon <3
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: LUZ&LYL • On nous appelle rebelles, mais c'est nous qui faisons la casse. Qu'on vienne nous dire en face, la raison pour laquelle, on nous appelle Rebelles Sam 16 Aoû - 22:05

La blonde secoua la tête avec véhémence lorsque Luzia s'excusa pour les vols de nourriture, avant d'assurer que les Sangs-Purs avaient trois fois trop de quoi festoyer... L'Espagnole n'en ressentait pas moins un certain malaise. Tout ce que voulaient les adultes, c'était monter les deux groupes les uns contre les autres ! La preuve, les élèves se dénonçaient, se battaient et surtout faisaient tout pour "survivre" - chacun évoluait en effet selon ses intérêts, dans un climat de violence et de haine. Les Aurors tentaient tant bien que mal de calmer le jeu, mais les autres attisaient les troubles. Lyleïa évoqua alors la présence de son elfe, qu'elle enverrait aux Impurs pour leur apporter de la nourriture.

- C'est une bonne idée, opina l'Espagnole. Mais si on coince ton elfe, on te coince toi. Es-tu sûre que ton père ne lui a pas donné l'ordre de te surveiller ?

Être sceptique. Voilà tout ce que lui avait apporté ces dernières semaines. Chaque lueur d'espoir était passée au crible, chaque idée était soumise à des contradictions. Luzia et ses amis doutaient dorénavant de tout, ce qui sapait considérablement leur moral. La preuve en était que l'ex Serpentard lui conseilla de se méfier de certains Sang-mêlés, prêts à tout pour vendre leurs camarades - il s'agissait d'être constamment vigilant, et sur la défensive.

- T'inquiète, lâcha Luzia en laissant ses épaules s'affaisser. Je ne parle qu'à ceux dont j'ai confiance. Ils ne sont pas nombreux, mais au moins, je ne prends pas de risque...

Puis Lyleïa répondit à sa question sur Nolan. Plutôt bien ? Ça voulait dire quoi ? Et, apparemment, elle lui manquait ? La réciprocité était vrai. Mais Luzia ignorant les sursauts de son cœur et s'enveloppa dans sa serviette de bain aux couleurs de sa Maison. Elle ne doutait pas, en revanche, qu'il s'investisse beaucoup dans la rebellion. Et Dowey... Dire que Luzia n'avait fait que le croiser, ces derniers temps. Elle n'avait pas eu des nouvelles de lui depuis trop longtemps, alors qu'elle avait entendu dire qu'il avait servi de souffre douleur lors du premier entraînement des Sangs-Purs. Luzia songea à questionner Lyleïa, mais une sorte de réserve la retint. Non. Elle préférait ne pas savoir. C'était lâche, peut-être, mais en ce moment, le courage manquait à la jeune fille. Mieux valait se concentrer sur l'objectif qu'elle s'était fixé. Ses amis comptaient sur elle.
Elle se sécha le corps dans la douche avant de s'enrouler de nouveau dans sa serviette. Son amie s'était déjà séchée et habillée, s'occupant désormais d'égoutter ses cheveux. Luzia se saisit de ses sous-vêtements et de son pantalon de jogging gris avant de filer dans le box de la douche pour s'habiller.

- Pas de souci je voulais juste être sûre que c'est toi qui les avais, fit la blonde en parlant de ses parchemins.

Luzia apparut habillée et enfila un sweat à capuche qu'elle avait piqué à son frère lors des vacances de Pâques. Puis, comme elle avait du mal à démêler ses cheveux, Lyleïa se saisit de sa brosse avec douceur et se chargea des nœuds. Il y eut un silence qui dura le temps de faire une natte Luzia. La Vert et Argent évoqua alors sa mère.
- Je me rappelle, disait-elle d'une voix rêveuse, qu'elle les tressait quand j'étais petite et elle disait toujours "qu'une tresse peut tout éclaircir". Elle avait raison. J'ai toujours aimé les tresses. C'est ce que je regrette le plus en m'étant coupé les cheveux.

Luzia, qui lui tournait le dos, sourit doucement.
- Cette nouvelle coupe te va bien, assura-t-elle. C'était certes un peu court au début, mais je crois qu'elle est à l'image de ton changement : brutal et nécessaire. Tiens, donne.

En effet, si Lyleïa avait une chevelure bien moins imposante que Luzia, les nœuds y étaient tout aussi nombreux et serrés. Ce fut au tour de Luzia de s'occuper des cheveux de son amie.

- Comment vont les tous petits ? Est ce que vous avez des malades parmi vous ?

Luzia réfléchit un moment.
- Hum... Les petits sont... traumatisés. Les premières et deuxièmes années pleurent beaucoup. Certains ont leurs grands frères et grandes sœurs avec eux, mais d'autres sont vraiment tout seuls et leur maison leur manque.

Luzia gardait tout particulièrement un œil sur Patrick, le petit Serdaigle. Elle se sentait le devoir de le protéger depuis son altercation avec Yordanov. Quant aux malades :

- Pas que je sache. On est plutôt embêtés par les moustiques et les bestioles qui piquent. Certaines nuit sont froides, donc on dort habillé comme je le suis devant toi. Après, il y a ceux qui reviennent un peu amoché de l'isoloir ou de la salle des corvées...

La voix de Luzia baissa d'un ton.

- Mais on ne peut pas vraiment y faire grand chose. Très peu d'entre nous connaissent des sorts de guérison, même parmi les Septièmes années qui veulent aller en fac de médicomagie l'année prochaine. Et pour les potions, tout ça, on nous a tout pris. Et moi, sans mes plantes...

Elle vint à bout du dernier noeud et rangea sa brosse dans sa trousse de toilettes.

- Voilà, fit la Poufsouffle avec un petit sourire, chevelure démêlée !

Spoiler:
 

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 686
| AVATARS / CRÉDITS : Dianna Agron by purple haze
| SANG : Pur et alors quelle importance ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Devenir comme son père/
| PATRONUS : Aigle Royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: LUZ&LYL • On nous appelle rebelles, mais c'est nous qui faisons la casse. Qu'on vienne nous dire en face, la raison pour laquelle, on nous appelle Rebelles Dim 24 Aoû - 15:10


Luzia & Lyleïa ❧ On nous appelle rebelles, mais c'est nous qui faisons la casse. Qu'on vienne nous dire en face, la raison pour laquelle, on nous appelle Rebelles
- C'est une bonne idée,. Mais si on coince ton elfe, on te coince toi. Es-tu sûre que ton père ne lui a pas donné l'ordre de te surveiller ? s'inquiéta Luzia.
- Non. Winny m'a élevée, elle m'a vu grandir et m'a couverte un nombre incalculable de fois face à mon père. Elle m'est fidèle à moi, pas à mon père. Et puis, Winny était l'elfe de ma mère, murmura t-elle.

Elle se perdit un instant dans ses pensées. Winny était l'unique personne vivante qui lui restait de sa mère. Sorti de son père évidemment. Mais en ce moment son père c'était pas la grande joie. La jeune femme conseilla ensuite à son amie de ne pas s'approcher des Serpentard sang-mêlés. Ils étaient aussi pourris que les sang-pur pour la plupart. Et ils étaient prêts à tout pour rentrer dans les bonnes grâces des purs et des mangemorts.

- T'inquiète. Je ne parle qu'à ceux dont j'ai confiance. Ils ne sont pas nombreux, mais au moins, je ne prends pas de risque...
Lyleïa se passa une main sur le visage.
- Мой Бог, mais comment on en est arrivés là ? murmura la russe d'un air désespéré.

Tout ce bordel, cette séquestration, ces tortures, ces menaces, cette peur profondément ancrée en eux. Comment en étaient-ils tous arrivés là ? Finalement, elle dévia la conversation sur Nolan. L'amour et l'amitié étaient les seules choses qui pouvaient encore les empêcher de baisser définitivement les bras. Ils avaient besoin d'être ensemble tous, de se soutenir. Nolan aimait Luzia. Et Luzia aimait Nolan. Seulement l'histoire du baiser entre Sean et Luzia restait comme un fantôme entre eux et ils n'arrivaient pas à passer outre.

- Tu sais Luz', l'amour nous fait faire des folies et il nous fait aussi souffrir plus que n'importe quel Doloris mais c'est aussi l'unique chose qui nous maintient réellement en vie. Il faut se battre pour lui. Il faut se battre jusqu'au bout. Vous ne pouvez pas vous laissez comme ça toi et lui.

Elle finit de se sécher les cheveux en se mordillant la lèvre. Elle ouvrit la bouche pour parler puis la referma. Comment dire à l'une de ses amies les plus proches que l'on a embrassé le garçon qu'elle aime ? Elle n'avait déjà pas sût le dire à Swann. Bon d'accord à ce moment là ils n'étaient pas ensembles mais elle n'était pas sûre que son fougueux petit ami n'est pas une envie subite d'étrangler Nolan. Alors que ce n'était pas du tout la faute du blondinet mais entièrement la sienne. Fallait-il qu'elle le lui dise ? Qu'elle lui dise qu'au moment même où Nolan et elle allaient s'abandonner l'un à l'autre, c'était son prénom à elle, Luzia, que le Poufsouffle avait murmuré ? Au final elle se tu et se contenta de brosser avec douceur les longs cheveux noirs de l'espagnole avant de les tresser. Elle lui conta une anecdote de sa mère. Luzia sourit.

- Cette nouvelle coupe te va bien. C'était certes un peu court au début, mais je crois qu'elle est à l'image de ton changement : brutal et nécessaire. Tiens, donne.
Lyleïa lui tendit la brosse.
- Tu n'a pas tord. J'avais besoin de ça pour me retrouver. Savoir qui j'étais réellement.
Elle grimaça quand Luzia s'attaqua à un noeud particulièrement solide puis demanda comment allait les plus petits. Ils étaient si jeunes. Comment pouvait-on s'en prendre à un enfant ?!
- Hum... Les petits sont... traumatisés. Les premières et deuxièmes années pleurent beaucoup. Certains ont leurs grands frères et grandes sœurs avec eux, mais d'autres sont vraiment tout seuls et leur maison leur manque.
Le regard de Lyleïa s'assombrit.
- Ce sont des monstres, murmura t-elle en parlant des mangemorts.
- Pas que je sache. On est plutôt embêtés par les moustiques et les bestioles qui piquent. Certaines nuit sont froides, donc on dort habillé comme je le suis devant toi. Après, il y a ceux qui reviennent un peu amoché de l'isoloir ou de la salle des corvées... Mais on ne peut pas vraiment y faire grand chose. Très peu d'entre nous connaissent des sorts de guérison, même parmi les Septièmes années qui veulent aller en fac de médicomagie l'année prochaine. Et pour les potions, tout ça, on nous a tout pris. Et moi, sans mes plantes...
Lyleïa hocha la tête et reprit la parole d'une voix toute aussi basse.
- Je vais voir ce que je peux faire pour les plantes. J'ai donné quelques potions calmantes et fortifiantes à Swann. Va le voir si vous avez des problèmes. Je vais voir si je peux trouver autre chose.

Elle faisait tout pour aider ses amis. Ils étaient cette famille qu'elle s'était construite elle même et elle ne laisserait personne la détruire ou lui faire plus de mal. Pas si elle pouvait l'en empêcher. Luzia finit alors de lui brosser les cheveux et la russe la remercia avec chaleur. Il allait être temps qu'elles se séparent si elles ne voulaient pas attirer l'attention. Mais la russe avait du mal à laisser partir son amie. Elle avait tant maigri. Elle avait l'air si affamée. Et les petits ...

- Luz' je vais voir si je peux vous envoyer Winny, ce soir, murmura t-elle en prenant la main de son amie et en la serrant doucement dans la sienne.

Puis elle s'éloigna pour ramasser ses affaires. Elle hésita puis releva la tête vers l'espagnole.

- Luz j'ai fais une bêtise, murmura t-elle enfin. Elle ne pouvait plus garder ça pour elle. C'était en février. Lors de la Saint Valentin. Tu te rappelle ces invitations surprises qu'on avaient reçues ? J'y suis allée. Mon rendez-vous était avec Nolan. Et puis il y avait cette potion. Je sais pas ce que c'était. Mais à ce moment, ma relation avec Swann était à son plus bas, on se haïssaient, on s'étaient dit des horreurs inimaginables. Et Nolan était si malheureux de t'avoir perdue. On a fait une balade au clair de lune en balais. On a parlé. Longtemps. On en avait besoin, et l'un et l'autre et puis ... et puis ... sa gorge se serra, des larmes apparurent dans ses yeux. Je l'ai embrassé. Je suis désolée je ne savais pas ce que je faisais. J'étais juste complètement perdue, je ne pensais qu'à Swann. Et ... elle prit une grande respiration. Tu sais pourquoi je te dis que Nolan t'aime plus que tout ? Parce qu'à ce moment là, c'est ton prénom qu'il a prononcé. Il était si malheureux Luz' je te promets. Il ne pensait qu'à toi, il était complètement perdu. Il faut que tu lui parle Luz. C'est l'unique chose qui vous donnera la force de vous battre. Elle essuya les larmes qui coulaient sur ses joues. Elle avait l'air si désolée, elle avait l'air perdue, comme une petite fille fragile et désemparée, contraste étonnant entre la jeune femme forte qu'elle avait été auparavant. C'est Swann qui me permet de tenir aujourd'hui. Swann, toi, les autres. Vous êtes ma famille. Mais c'est essentiellement pour lui que je fais tout ça. L'amour nous fait faire n'importe quoi Luz'. N'importe quoi. Tu n'imagine pas à quel point, murmura t-elle finalement en baissant les yeux vers les vêtements qu'elle tenait dans la main.

Se relevant elle passa devant son amie - même si là, en ce moment, elle doutait fortement qu'elle le soit encore - et caressa sa joue du bout des doigts.

- Prends soin de toi Luz'. Je vous enverrais Winny, murmura t-elle.

Elle se dirigea vers ensuite vers la porte persuadée que Luzia ne voudrait plus jamais lui adresser la parole. Ce qui ne l'empêcherait pas de l'aider quand même.     
©flawless


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 806
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Manon <3
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: LUZ&LYL • On nous appelle rebelles, mais c'est nous qui faisons la casse. Qu'on vienne nous dire en face, la raison pour laquelle, on nous appelle Rebelles Mar 2 Sep - 21:11

Elles étaient à se parler, à prendre soin de la chevelure de l'autre et, mine de rien, cela faisait du bien. S'il n'y avait pas eu tout cet institut, on aurait pu croire qu'il ne s'agissait que d'une conversation entre filles. Mais hélas, si complicité il y avait entre les deux amies, c'était surtout parce que la situation le demandait. C'était pour cela que Lyleïa prévoyait d'envoyer Winny chez les Impurs pour leur apporter ce dont ils avaient besoin.
Puis une mine désespérée passa sur le visage de la blonde. Elle sembla tout d'un coup préoccupée et Luzia se garda bien de dire quoi que ce soit. Ce qu'ils vivaient tous était terrible, lourd, et chacun avait besoin de moments pour oublier les autres. Ceci dit, Lyleïa devait avoir une réflexion philosophique profonde puisqu'elle lâcha au bout d'un moment :

- Tu sais Luz', l'amour nous fait faire des folies et il nous fait aussi souffrir plus que n'importe quel Doloris mais c'est aussi l'unique chose qui nous maintient réellement en vie. Il faut se battre pour lui. Il faut se battre jusqu'au bout. Vous ne pouvez pas vous laissez comme ça toi et lui.

Luzia soupira. Olivia lui tenait le même discours. Ce n'était pourtant pas faute d'avoir essayé de parler, de pardonner - Nolan lui avait dit qu'il essayait de passer outre mais qu'il le vivait comme une trahison. De toute façon, là, maintenant, ils avaient d'autres chats à fouetter, beaucoup plus urgents et épineux. Le cœur de Luzia devrait garder sa douleur encore un peu. Aussi ne trouva-t-elle rien à répondre et le sujet revint aux problématiques urgentes et épineuses. Lyleïa assura de nouveau la venue de Winny, avec des plantes.

- Merci, fit Luzia, tu ne peux pas savoir comment ça nous arrange ! Des plantes calmantes, ça peut nous procurer de meilleures nuits !

Elles rassemblaient leurs affaires, comme l'entretient tirait à sa fin. Luzia sécha sa bouteille de shampooing avant de la mettre dans son sac et se saisit de sa boîte à savon pour faire de même. Lyleïa avait stoppé son rangement, comme si elle voulait dire quelque chose, ce qu'elle ne tarda d'ailleurs pas à faire, non sans hésitation :

- Luz j'ai fait une bêtise.

Luzia lui jeta un regard interrogateur. Quoi ? Elle avait renversé sa bouteille de shampooing dans son sac ?
- C'était en février. Lors de la Saint Valentin. Tu te rappelle ces invitations surprises qu'on avaient reçues ? J'y suis allée. Mon rendez-vous était avec Nolan. Et puis il y avait cette potion. Je sais pas ce que c'était. Mais à ce moment, ma relation avec Swann était à son plus bas, on se haïssait, on s'était dit des horreurs inimaginables. Et Nolan était si malheureux de t'avoir perdue. On a fait une balade au clair de lune en balais. On a parlé. Longtemps. On en avait besoin, et l'un et l'autre et puis ... et puis ...

Elle s'interrompit. Mais Luzia avait déjà compris. Sa boîte de savon lui glissa des mains pour atterrir dans son sac. Son rythme cardiaque s'accéléra tandis qu'en sourdine montait le dégoût que lui provoquait cette révélation.

- Je l'ai embrassé. (Luzia ferma les yeux, comme pour faire disparaître ce moment de sa vue.) Je suis désolée je ne savais pas ce que je faisais. J'étais juste complètement perdue, je ne pensais qu'à Swann. Et... Tu sais pourquoi je te dis que Nolan t'aime plus que tout ? Parce qu'à ce moment là, c'est ton prénom qu'il a prononcé. Il était si malheureux Luz' je te promets. Il ne pensait qu'à toi, il était complètement perdu. Il faut que tu lui parle Luz. C'est l'unique chose qui vous donnera la force de vous battre.

Lyleïa pleurait vraiment, à présent. Quant à Luzia, elle était sous le choc. Elle n'aurait su dire si elle était triste ou si elle était en colère contre Lyleïa... Comment avait-elle pu faire une chose pareille ?! Elle qui savait TOUT, elle à qui elle s'était plaint. Comme si Nolan avait quelque chose à voir avec Swann ! Quant à Nolan... Elle ne pouvait pas lui en vouloir, pas après ce qu'elle lui avait fait, elle. Et puis, n'avait-il pas laissé échappé son prénom ? N'était-ce pas une belle preuve ?

- C'est Swann qui me permet de tenir aujourd'hui. Swann, toi, les autres. Vous êtes ma famille. Mais c'est essentiellement pour lui que je fais tout ça. L'amour nous fait faire n'importe quoi Luz'. N'importe quoi. Tu n'imagines pas à quel point...

- Si, réagit Luzia, vivement, je sais à quel point on peut faire des choses idiotes. Ou grandes, comme tu veux.

Lyleïa était sur le départ, elle s'approchait d'elle et lui caressa la joue.

- Prends soin de toi Luz'. Je vous enverrais Winny.

Mais Luzia ne la voyait déjà plus, l'esprit loin, pervers, qui imaginait Nolan en train d'embrasser Lyleïa. C'était dur. La blonde quitta les douches, entraînant dans son sillage le parfum de son shampooing. La porte se referma derrière, produisant un bruit sec qui ramena Luzia à la réalité.

- Lyl, murmura-t-elle, pourquoi tu m'as dit ça... ?

Aussitôt, Luzia se rendit compte qu'elle ne lui en voulait pas. Elle s'en voulait à elle-même. Tout ce qui arrivait était de sa faute. Point.
La Poufsouffle attendit encore quelques secondes, avant de sortir, avec précautions, les parchemins et l'encre bien caché dans son sac.

Spoiler:
 

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LUZ&LYL • On nous appelle rebelles, mais c'est nous qui faisons la casse. Qu'on vienne nous dire en face, la raison pour laquelle, on nous appelle Rebelles

Revenir en haut Aller en bas

LUZ&LYL • On nous appelle rebelles, mais c'est nous qui faisons la casse. Qu'on vienne nous dire en face, la raison pour laquelle, on nous appelle Rebelles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» LUZ&LYL • On nous appelle rebelles, mais c'est nous qui faisons la casse. Qu'on vienne nous dire en face, la raison pour laquelle, on nous appelle Rebelles
» Quand la vie nous fatigue, à quoi bon s'accrocher ? Certains diront que je suis une lâche mais non, c'est faux.
» Lorsque ton passé t'appelle, ne répond pas. Il n'a rien de nouveau à te dire > Aidy ♥︎
» comment faire pour que pokemon nous suit ?
» « A vrai dire ... Elle ne sait pas » [Maelys Adhémar PV Lucie Carera]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Les sujets de l'été
-