C'est officiellement les vacances sur ATDM ! Poudlard ferme ses portes pendant deux mois pour laisser place à la Coupe du Monde de Quidditch qui se déroule cette année au Royaume-Uni, dans le petit village de Mimbulus-les-Bains !
GRYFFONDOR : 1040 pts | POUFSOUFFLE : 390 pts | SERDAIGLE : 735 pts | SERPENTARD : 880 pts

Partagez|

Ne nous volons pas dans les plumes. MARY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Ne nous volons pas dans les plumes. MARY Ven 11 Juil - 14:59


Comme des naufragés sur une île déserte, la plupart des élèves comptait les jours depuis qu'ils étaient retenus dans l'institut Clevergrace. Dix jours et pourtant, il semblait s'être écoulé bien plus de temps. En très peu de temps, tout avait changé, les règles s'étaient imposées et le rythme de détenus auquel ils étaient soumis marquait chaque heure, chaque journée. Aujourd'hui, Eden était de corvée. Installé à une table, il restait impassible face à la pile de pigeons à sa gauche, seules ses mâchoires contractées indiquaient son dégoût.
Ces volatiles seraient bientôt dans son assiette et les voir sous cette forme, imaginer sous quelle forme ils seront bientôt et faire le lien entre ce qu'il mangeait et ce qu'ils étaient à l'origine le dégoûtait. Pas parce que c'étaient des êtres vivants, mais parce qu'il ne supportait pas de toucher la nourriture avant qu'elle soit prête. Et puis, ces pigeons étaient simplement dégoûtants. Il avait commencé depuis une dizaine de minutes à les plumer pourtant il était déjà plein de plumes et de poussières. Lui qui n'avait jamais vraiment été élevé pour servir et utiliser ses mains assez salement mais plutôt pour être servi, le changement était rude. Il avait réussi à plumer un pigeon correctement après seulement trois jours de corvées...
D'un côté, il préférait peut-être être affecté à cette tâche qu'à une autre. Cirer les chaussures des sangs purs était certes assez humiliant mais beaucoup plus propre, pourtant il préférait se retrouver couvert de plumes plutôt que de prendre le risque de devoir cirer les chaussures de Regulus Black.
Il était donc face à sa pile de pigeons qui attendaient gentiment d'être plumés, le travail avait commencé depuis une petite dizaine de minutes pourtant, de l'autre côté de la table, l'élève impur qui devait l'aider n'était toujours pas arrivé, ce qui commençait à agacer Eden toujours très ponctuel voire à l'avance. Il n'avait pas l'intention de faire tout ça tout seul !


Dernière édition par Eden J. Moriarty le Lun 4 Aoû - 23:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Ne nous volons pas dans les plumes. MARY Mer 16 Juil - 22:04

Les cas d'impertinences se multipliaient dans le casier de la jeune McLloyd, répétés, mais jamais assez sérieux pour lui valoir un aller simple à l'isoloir pour quelques heures. C'était un sous-entendu pernicieux par-ci, un acte de négligence par là, le tout agrémenté d'un petit sourire indéchiffrable, savant mélange travaillé depuis des années de culpabilité, de mépris et de défi. Mary saisissait la moindre occasion de contrarier la vie des sang purs à l'Institution, rien que pour leur rappeler à chaque minute qu'elle ne comptait pas les laisser passer de belles vacances en toute impunité. Mais cela n'allait pas plus loin. La jeune Serdaigle entendait ses camarades parler avec fierté des actes de bravoure des uns et des autres, de qui avait volé quoi sur la table des Purs, de qui avait tenu tête à un Mangemort en cours. Mais Mary était liée par une promesse implicite : celle de ne pas faire de bêtise. Voir son frère Sean se faire martyriser par sa faute avait été un profond traumatisme pour la jeune fille, dont l'élan de rébellion s'était depuis ce jour considérablement calmé. Son frère savait très bien qu'elle ne lâcherait pas le morceau, et ne plierait pas l'échine sous les humiliations répétées. Mais sa soeur se tenait tranquille, car elle-même de son côté savait bien que Sean n'hésiterait pas à se faire attraper à sa place, et à prendre sa défense au péril de sa santé : Mary ne pouvait pas l'admettre.

Elle était donc coincée entre deux eaux, effectuant sans broncher ce qu'on lui demandait, mais en y mettant la plus mauvaise volonté du monde. L'autre jour, elle avait bien failli pousser un Mangemort à bout à force de jouer à l'andouille, et avait frôlé le désastre : se reprenant de justesse, elle avait évité l'isoloir, mais en avait été quitte pour une sacrée poussée d'adrénaline. Depuis, elle flirtait avec le danger, testant sans arrêt la patience de leurs ravisseurs, poussant à chaque fois la provocation un peu plus loin, ne s'arrêtant que lorsqu'elle flairait le danger. Elle devenait téméraire, ce qui risquait sous peu de lui attirer des ennuis. Mais elle n'en avait cure. Elle devait faire quelque chose.

Et aujourd'hui, ce quelque chose consistait pour commencer par arriver avec dix minutes de retard. C'était à partir de quinze minutes que les ennuis commençaient, et que les Mangemorts sévissaient. Avec dix minutes et une excuse à peu près plausible, il était possible de s'en sortir. Et Mary, avec son baratin habituel, s'en sortait généralement pas trop mal. C'est donc après la grande majorité des élèves que la jeune fille arriva dans la salle des corvées pour pointer, avant d'être dirigée vers une paillasse sur laquelle reposait une trentaine de pigeons, qui attendaient d'être plumés. Mais ça n'est pas à la vue des oiseaux morts qui lui attira une grimace : les pigeons, elle commençait à avoir l'habitude. En revanche, c'était la première fois qu'elle se retrouvait confrontée à Eden depuis leur arrivée, et la révélation de l'impureté du sang de ce dernier. Depuis, elle ne savait plus trop que penser de lui. Quel genre de garçon pouvait-il bien être, pour mentir à son monde pour faire croire qu'il n'a rien d'impur ? Sur quoi d'autre pouvait-il mentir, lui qui avait si bien dupé les gens ?

Mary se laissa mollement tomber sur la chaise en face de celle d'Eden, et se retroussa les manches sans même le saluer. C'était puéril, mais à vrai dire, elle ne savait pas quoi lui dire. Le saluer, c'était comme reconnaître qu'elle était ouverte à la discussion : la jeune fille ne savait pas faire comme les gens froids, qui te saluent dans les couloirs en t'ôtant tout désir de leur répondre. Du coup, elle resta silencieuse, et attrapa un premier pigeon, dont elle entreprit lentement de détacher les plumes.  




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Ne nous volons pas dans les plumes. MARY Jeu 17 Juil - 0:03

Quand enfin quelqu'un vint s'asseoir en face d'Eden, celui-ci arrêta momentanément tout travail pour relever la tête vers celui qui pensait pouvoir plumer moins de pigeons en arrivant avec du retard. Ses yeux tombèrent sur Mary qui s'affairait lentement à la tâche. Elle ne lui adressa pas un mot, pas même un regard. Eden cacha difficilement sa déception. Elle qui lui parlait régulièrement à Poudlard et jusqu'à leur arrivée à l'institution, elle qui lui avait même tenu la main pendant la répartition des purs et des impurs, agissait aujourd'hui comme s'il n'existait pas. S'il avait tout fait pour ne pas se faire remarquer durant ces dix derniers jours, il ne s'attendait pas à ce que ça ait si bien marché avec la seule dont il aurait aimé attirer l'attention. La raison de cette indifférence à son égard lui échappait totalement. Qu'avait-il pu faire de mal ? En dix jours, il l'avait souvent aperçue sans jamais oser l'approcher : peut-être était-ce ce qu'elle lui reprochait... Il ne faisait aucun effort pour faire avancer les choses depuis la Saint-Valentin pourtant, ça n'expliquait pas qu'elle refuse désormais ne serait-ce que de le saluer.
Quoi qu'il en soit, il ne savait comment briser la glace alors il reprit son pigeon à moitié plumé et continua sa corvée sans vraiment être à ce qu'il faisait, oubliant quelques plumes par ci, par là, tout occupé à se remettre du désintérêt de Mary. Il ne tint pas bien longtemps dans le silence de la salle des corvées entrecoupé des murmures de conversation des autres élèves. S’éclaircissant la gorge mais le regard toujours rivé sur son cadavre de pigeon, il prit la parole.

« Tu ne me dis pas bonjour ? »

Il avait jusque là toujours effectué ses corvées dans un silence de mort, mais jamais il ne s'était retrouvé face à une personne avec qui il aurait apprécié discuter. Maintenant que c'était le cas et qu'il avait eu l'espoir pendant un instant de ne pas passer un moment aussi terrible que tous les autres dans l'institut Clevergrace, il ne s'était jamais senti aussi mal à l'aise et déçu qu'à ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Ne nous volons pas dans les plumes. MARY Lun 21 Juil - 17:54

C'était une tâche simple mais longue, et remarquablement ennuyeuse : de fait, c'était le moment parfait de la journée pour discuter avec ses camarades, toute réunion de plus de deux élèves dans les couloirs étant automatiquement déclarée suspecte et susceptible de vous attirer des ennuis avec la brigade des sang-purs. Ici, dans la salle des corvées, leurs surveillants toléraient les bavardages pourvu qu'ils soient diffus, et que les pigeons soient déclarés correctement déplumés lors de la vérification. Mary, d'une manière générale, en profitait assez allègrement. Mais ce matin, c'était décidément un cas particulier.

Tu ne me dis pas bonjour ?

La jeune fille pinça des lèvres, perdue et contrariée d'être perdue. Il avait l'air déçu. Et au fond d'elle, la jeune McLloyd s'en réjouissait : cela prouvait qu'il tenait à elle. Depuis quelques semaines, elle n'en doutait de toute façon plus, car à sa manière, Eden lui avait déjà prodigué quelques attentions, ce dont elle avait été touchée. Des attentions qu'elle ne lui avait jamais observé auprès d'aucune autre. Mais si c'était une première pour Eden, qui était tellement réservé, Mary quant à elle continuait de trouver cela insuffisant. Et accueillait toujours avec joie la moindre marque d'intérêt de la part du beau Préfet. Mais elle était contrariée, il ne fallait pas l'oublier. Il était impossible d'oublier quand Mary McLloyd était contrariée.

J'sais pas, ironisa-t-elle en arrachant un peu trop violemment une touffe de plumes, peut-être que j'ai décidé de ne plus saluer les sang-purs, ni ceux qui prétendent en être.

Pour appuyer ses dires, elle déposa sans douceur son premier pigeon déplumé dans la caisse prévue à cet effet, lequel heurta le fond avec un bruit écœurant. Sans même y prêter attention, la Serdaigle s'empara d'un deuxième volatile, auquel elle entreprit de faire subir le même sort qu'au premier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Ne nous volons pas dans les plumes. MARY Ven 1 Aoû - 23:29

Mary avait l'air assez remontée contre lui et à la façon qu'elle avait de plumer ses pigeons, il était bien content de ne pas se retrouver entre ses mains... Pourtant, ça ne l'empêchait pas d'avoir l'impression de passer à la casserole. Mais au moins, il était fixé sur ce qui avait contrarié la jeune serdaigle depuis le début de ses fausses vacances. Et il ne savait pas trop quoi répondre à son reproche.
Depuis la mort de ses parents, il n'avait plus la même pression qu'auparavant pour conserver le secret de son sang impur. En arrivant à Poudlard, il n'avait pas eu à faire quelque chose pour imposer le mensonge des Moriarty : Eryne était alors à Poudlard depuis un an déjà et avait eu à cœur de faire passer le message. Il n'avait jamais rien fait pour affirmer une pseudo-pureté du sang, il s'était contenté d'éviter le sujet un maximum ou d'en changer très vite quand il était abordé, répondant à demi-mot. L'année dernière, il n'y pensait même plus à ce détail et quand les sangs-purs furent séparés des impurs à leur arrivée à l'institut, il n'avait même pas pensé à se diriger dans la file des premiers, contrairement à sa sœur qui s'était fait rabrouée sans délicatesse.

« Je ne pensais pas que tu étais de tous ceux qui font si attention au sang des autres... »

Si dans un premier temps il aurait plutôt choisi de s'excuser ou quelque chose du genre, après mûre réflexion, il ne voyait pas de quoi il devrait s'excuser. Après tout, qu'est-ce que cela changeait pour elle qu'il soit sang-pur, sang-mêlé, né-moldu ? Il n'avait jamais agi en conséquence. A moins qu'elle tienne à ce qu'il soit sang-pur, mais ça n'avait pas vraiment de logique sachant qu'elle était sang-mêlée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Ne nous volons pas dans les plumes. MARY Mar 5 Aoû - 18:36

Mary releva la tête à l'écoute des mots d'Eden et se désintéressa totalement de son pigeon, estomaquée : avait-elle seulement bien entendu ? Le Préfet semblait penser qu'elle lui faisait la tête parce qu'il n'était pas de sang-pur. Sans doute avait-il oublié qu'elle-même avait le sang souillé, et ne prêtait pas la moindre attention à ce qui coulait dans les veines des autres pourvu que cela soit rouge. Mais après la surprise, vint une forme étriquée de compréhension, et la jeune McLloyd étouffa à grand-peine un désagréable ricanement, mélange de déception et de mépris.

Est-ce là donc l'opinion que tu as de moi ? lui demanda-t-elle froidement après s'être reprise, la commissure des lèvres toujours étirée en un sourire amer. Elle croisa les bras et se pencha dangereusement vers Eden, le foudroyant du regard. Tu crois que c'est parce que finalement, tu n'es pas de sang-pur que je suis fâchée ?

Car c'était bien ce qu'il sous-entendait, du moins était-ce la manière dont la Serdaigle interprétait les propos de son homologue. Qu'elle était du genre à répudier les gens du fait de leur sang, parce que les impurs n'étaient pas assez bien pour elle. Et elle qui prenait Eden pour un garçon intelligent ! Mary était déçue, déçue du comportement du Préfet, et déçue de l'opinion qu'il semblait avoir d'elle. Pensait-il vraiment qu'elle était tombée sous son charme parce qu'elle le croyait issu d'une bonne et vieille famille de sang-pur ? Et que, lumière ayant été faite sur sa situation, elle allait simplement lui tourner le dos et chercher un meilleur parti ? Décidément, dans cet asile, Mary ne faisait qu'enchaîner les déceptions.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Ne nous volons pas dans les plumes. MARY Mar 5 Aoû - 22:40

Eden avait posé sa question pour la faire réagir mais au fond, une part de lui se demandait si ce n'était pas la vraie raison qui la poussait à ne plus vouloir lui adresser la parole depuis plus d'une semaine. Après tout, il n'était pas non plus le genre de garçon qui plaît aux filles et il n'avait jamais fait en sorte de l'être. Il était loin d'être un beau capitaine de l'équipe de Quidditch de sa maison qui avait la moitié des filles de sa maison à ses pieds – pour ne citer aucun nom – alors il avait du mal à voir pourquoi depuis cette année Mary s'intéressait à lui.
Elle avait abandonné son pigeon pour le foudroyer du regard et il soutenait son regard lourd de reproches du mieux qu'il pouvait. Rarement il avait eu autant de mal à rester les yeux dans ceux de quelqu'un d'autre. Face à Mary, il était facilement impressionné et intimidé. D'une main distraite, il continuait à plumer son pigeon, au moins pour donner l'illusion qu'à leur table, ils bossaient.

« Je ne crois rien... Je me demande juste pourquoi... pourquoi moi et pas Swann ou Dexter ou n'importe qui d'autre. »

Mais il savait que c'était une question presque impossible. Lui-même ne pouvait pas justifier qu'il soit intéressé par Mary alors qu'il n'avait auparavant jamais eu envie d'embrasser une fille en précis, de sortir avec elle. Et puis il n'avait pas vraiment envie d'être comparé à Swann ou Dexter. Alors il enchaîna, revenant sur le sujet de départ, puisque c'est pour ça qu'il en était venu à douter qu'elle soit intéressée par son supposé sang-pur.

« Cette histoire de sang-pur, ce n'est pas moi qui l'ai inventée. Mes parents voulaient, ma sœur aussi. J'ai juste suivi. »

Il baissa les yeux, se redressa et reprit le plumage méthodique de son pigeon, arborant à nouveau un visage impassible. Juste suivi, il n'avait même pas eu à jouer la comédie : les enfants Moriarty avaient été élevés comme des enfants de pro-sangs-purs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Ne nous volons pas dans les plumes. MARY Ven 15 Aoû - 20:37

En entendant les pas du surveillant qui se rapprochaient de leur table, Mary attrapa le premier pigeon qui lui tomba sous la main et essaya de reprendre son activité comme si de rien n'était. L'important c'était de faire bonne figure, et de toute façon une fois qu'ils auraient mis les points sur les i, ils n'auraient plus besoin de se parler et elle pourrait travailler efficacement. Mais le coeur n'y était pas - en admettant qu'il puisse y être - et sitôt le Mangemort éloigné, elle reposa l'oiseau et s'en désintéressa. Eden venait de se demander à haute voix pourquoi elle s'intéressait tant à lui, et passée la gêne à l'idée qu'il ait compris qu'elle l'aimait vraiment bien, Mary n'avait qu'une envie, c'était de se lever et de lui crier qu'elle n'en avait pas la moindre idée et qu'il était bête de poser des questions pareilles et que surtout, cela n'était ni le lieu ni le moment.

Au lieu de cela, elle lui adressa une espèce de grimace de mauvais augure et immédiatement le garçon changea de sujet, et en revint à leur dispute initiale. Mary s'étonna de l'air presque désinvolte avec lequel Eden lui apprit que c'était un souhait de ses parents : comme si c'était normal, et que finalement, il s'en fichait assez. Cela fichait presque la chair de poule à la jeune fille.

T'as juste menti à tous tes amis pendant toute ta vie, quoi, reformula la jeune fille d'une voix prudente, pas tellement sûre de vouloir entendre confirmation de la bouche d'Eden. Et... Cela ne te fait rien ? osa-t-elle lui demander en recommençant discrètement à plumer son volatile, même si toute son attention était à cet instant tournée vers le mystérieux Moriarty.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Ne nous volons pas dans les plumes. MARY Sam 23 Aoû - 23:33

Eden se sentait pratiquement agressé et le regard que portait Mary sur lui le mettait franchement mal à l'aise. Il continuait de plumer ses pigeons pour garder la face et pour justifier qu'il baisse régulièrement les yeux plutôt que de devoir soutenir le regard de la jolie serdaigle. Il ne comprenait pas ses reproches, après tout personne ne l'avait vraiment embêté depuis la révélation de la nature de son sang, ça serait même plutôt passé inaperçu sans Eryne pour essayer de passer dans l'autre groupe. En même temps, ce n'était pas le genre à qui on dit "ah bah alors, tu nous avais caché ça, Moriarty !". Mais quand elle l'accusa d'avoir menti, même si c'était la vérité, il le prit un peu mal et posa les mains à plat sur la table.

« Je n'ai pas menti. J'ai juste estimé qu'ils pouvaient se passer de la vérité, je n'ai jamais joué de ce statut de sang-pur, jamais agi dans ce sens. Je n'ai jamais dit "eh oh, je suis sang-pur". Je suis moi parce que c'est comme ça et non pas parce que je suis sang-pur ou sang-mêlé. Ce n'est pas toute ma vie, je me fiche qu'on pense que je suis impur ou pur. Donc non, ça ne me fait rien, Mary, et si mes amis ne peuvent pas comprendre que mon sang ne résume pas ma vie ou mon comportement, tant pis pour eux. »

Il avait envie de se lever pour la planter là, un peu à bout de nerfs. Il était fatigué, il avait faim et n'avait pas vraiment la patience d'expliquer que puisque ses parents voulaient être sangs-purs, il était allé dans leur sens mais qu'en dehors des rares fois où on lui demandait la nature de son sang, il oubliait ce détail. Il avait l'impression qu'elle lui reprochait un mensonge qui au fond n'avait pas eu de grosses conséquences dans le choix de ses fréquentations puisque les sangs-purs à Poudlard ne l'avaient jamais estimé par rapport à ça, son caractère faisant qu'il avait déjà peu de fréquentations dont la majorité était sang-mêlée.

« Je ne comprends pas que tu me reproches ce... détail. »

Oui, vraiment, ce n'était qu'un détail pour lui aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Ne nous volons pas dans les plumes. MARY Lun 25 Aoû - 17:51

Mary arracha un peu vivement une touffe de plumes, particulièrement piquée à vif par la réflexion d'Eden : si mes amis ne peuvent pas comprendre, tant pis pour eux, venait-il de dire. Il venait de la renvoyer dans ses buts, et de la belle manière s'il vous plaît. La jeune fille, en plus d'être déçue, était maintenant vexée comme un pou. Pourquoi lui parlait-il ainsi ? Elle ne faisait que lui poser une question, somme toute parfaitement légitime. Et surtout, ses excuses ne valaient pas une mornille. Il n'avait pas menti, il avait dissimulé la vérité, c'était bien une parade de Serdaigle, ça, ces sophistes qui pouvaient manipuler les mots jusqu'à leur faire dire tout et son contraire. Mais la jeune fille n'était pas dupe, n'en déplaise au jeune Moriarty.

C'est un détail pour toi Eden, lui fit-elle finalement remarquer en déposant son pigeon déplumé dans la caisse prévue à cet effet, pas pour ceux qui aimeraient pouvoir dire qu'ils te connaissent.

Pas pour moi, se retint-elle d'ajouter, parce que de toute manière, dans sa tête c'était limpide. Et Eden était un garçon intelligent (quoiqu'elle en ait douté pendant un instant, ce matin !), il saurait déchiffrer ses dires, et ses silences. De toute façon, elle en avait marre de lui reprocher des trucs. Il avait au moins raison sur un point : il n'y avait pas mort de sorcier, et il n'avait jamais joué de ce prétendu statut de sang-pur. Et au moins, il savait à présent ce qu'elle en pensait : s'en fichait-il, elle espérait que non. Mais sur ce point cependant, l'expérience n'était pas très concluante.

Alors comme ça, les Moriarty sont une vieille famille ? s'enquit-elle innocemment dans une tentative d'alléger l'atmosphère en s'attaquant avec plus de méthode à un nouveau volatile.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ne nous volons pas dans les plumes. MARY

Revenir en haut Aller en bas

Ne nous volons pas dans les plumes. MARY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Mais que pouvons nous bien faire dans une chambre...
» Les orties ne font pas que piquer...
» Simon BOLIVAR
» Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?
» Après l'Entraînement de ses Apprentis Guérisseurs...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Les sujets de l'été
-