GRYFFONDOR : 160 pts | POUFSOUFFLE : 10 pts | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Le calendrier de l'avent fait son grand retour à Poudlard ! Il débutera le 1e décembre et se terminera le 25. Toutes les explications ICI !
Une sortie à Pré-au-Lard a été organisée afin de vous permettre d'effectuer vos achats de Noël. Le sujet est juste ici ! Tout post vous rapportera 2 dragées.

Partagez|

a criminal always returns to the scene of the crime ϟ Black & Vance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 270
| AVATARS / CRÉDITS : Asa Butterfield. holdy.
| SANG : Mêlé, mais c'est un secret.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père, Tobias Rogue
| PATRONUS : Une biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: a criminal always returns to the scene of the crime ϟ Black & Vance Lun 17 Nov - 14:38

Severus avait laissé s'écouler trois jours. Trois jours depuis que l'Institution Clevergrace avait été attaquée et évacuée. Trois jours que Severus avait précipitamment quitté les lieux en laissant beaucoup de ses affaires derrière lui. Trois jours qu'il se rongeait les sangs à l'idée que quelqu'un n'y prête attention et ne remonte jusqu'à lui. Depuis cet épisode, l'Institution était officiellement interdite au public, et le Ministère se chargeait d'assurer la surveillance des lieux : les Aurors et autres membres de la Brigade Magique, furieux d'avoir été bernés tout l'été, opéraient sans relâche et avec un acharnement complet pour gommer dans tous les esprits leur incompétence de ces derniers mois. Officiellement donc, l'Institution était aux mains des gentils. Officieusement, les Mangemorts laissaient les gentils s'occuper de cette bâtisse qui ne leur servait plus à rien. Si bien que Rogue n'avait plus aucune légitimité à se rendre sur les lieux, et risquait gros si on le surprenait là-bas. La Marque rougeoyait sur son avant-bras, même si jusqu'à présent s'il avait été vaguement suspecté, nul n'avait établi le lien entre lui et une hypothétique présence à l'Institution Clevergrace. Et Rogue ne s'en portait pas plus mal.
Il avait contourné sans souci la ronde mise en place par le Ministère. Avec Marcus Shipton, ils avaient pensé la sécurité de l'Institution, ils l'avaient mise en place : ça n'était pas une bande d'Aurors aveuglés par leur orgueil blessé qui allait l'empêcher de retourner sur ces lieux qu'il connaissait comme sa poche. Très vite, Rogue se retrouva donc dans le quartier qui naguère était réservé aux serviteurs de Lord Voldemort, et se demanda très distraitement si les gentils l'avaient identifié comme tel. Effectivement, tout semblait exactement tel qu'il l'avait laissé quelques jours plus tôt. L'Institution n'avait-elle pas été fouillée ? C'était presque trop beau pour être vrai. Si beau que Rogue n'osait pas trop y croire. Après avoir jeté un coup d'oeil autour de lui, il poussa la porte de la chambre n°27. Seuls les Mangemorts les plus éminents avaient obtenu la permission de ne pas coucher pendant deux mois dans une modeste chambre de l'Institution. Rogue, comme la majorité des Mangemorts chargés de la surveillance des lieux, avait hérité d'un havre d'une quinzaine de mètres carré, au mobilier spartiate et à l'intimité réduite. L'été avait été long, mais grâce à Marcus qui devait continuer de faire tourner la boutique à Londres, Severus avait pu récupérer quelques ouvrages pour meubler ces longues soirées, si bien qu'il n'avait que modérément regretté son taudis de l'Allée des Embrumes. C'est pourtant sans ressentir la moindre once de regret que le jeune homme retrouva la chambre qui avait été la sienne : le lit étroit, collé au mur, faisait face à une penderie laissée béante. A côté, le bureau, élément le plus à même de trahir la présence de Rogue sur les lieux : recouvert de parchemins d'études, de quelques croquis et d'ébauches de sortilèges, l'ensemble était une véritable mine d'informations pour quiconque était en mesure de reconnaître son écriture.
Evanesco, marmonna-t-il sans aucune hésitation en visant l'amas de parchemins, lequel s'évapora immédiatement. Ceci fait, le Mangemort s'occupa de l'étagère qui surplombait son bureau, laquelle était garnie de divers ouvrages de Magie, noire ou non. Il récupéra les plus précieux d'entre eux, et les dissimula dans la poche gauche de sa cape, magiquement agrandie pour l'occasion. Rogue abandonna sans regret les autres, et s'intéressa ensuite à sa penderie : deux robes noires y étaient suspendues, ainsi qu'une cape et quelques vêtements moldus. Rogue s'empressa de récupérer son masque de Mangemort, qu'il rangea avec les grimoires, et entreprit méthodiquement de faire disparaître de ses vêtements l'étiquette qui indiquait son prénom, tout en se maudissant d'avoir gardé cette dangereuse manie de marquer son territoire de la sorte. Tout danger écarté de ce côté-là, Rogue jeta un regard circulaire dans son ancienne chambre, localisa un autre grimoire de prix sur sa table de chevet et s'en empara. Il laissa son lit défait pour plus de naturel, et resta un instant à méditer au milieu de la pièce.  Où d'autre aurait-il pu laisser une trace ?
— La salle commune, murmura-t-il pour lui-même avant de quitter la chambre en coup de vent pour rejoindre la pièce où les Mangemorts les plus sociables se retrouvaient le soir. Rogue n'y avait pas passé beaucoup de temps, contrairement à Rosier et Avery, mais n'avait parfois pas réussi à y couper et dans ce cas ne manquait jamais d'apporter avec lui un livre. Au cas où. D'ailleurs, tant qu'à être ici il pouvait peut-être aller faire un saut dans les chambres de ses amis pour vérifier qu'ils ne laissaient rien de compromettant derrière eux...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 370
| AVATARS / CRÉDITS : Robert Sheehan - Nenes - Bazzart
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: a criminal always returns to the scene of the crime ϟ Black & Vance Sam 22 Nov - 21:27

Depuis que Sirius avait cru apercevoir Rogue au moment où il empruntait le réseau de cheminée pour fuir de l'Institut, il ne pensait qu'à le coincer. Il ne doutait plus, désormais, de l'appartenance de Servilus aux Mangemorts. Il redoutait. Et, malheureusement, à part cet aperçu qui, somme toute, ne lui avait pas permis de voir le visage de Rogue, il ne possédait rien qui puisse prouver en toute objectivité qu'il portait la marque.

James était indisponible, filant le parfait amour avec sa Lily, Remus ne tenait pas partir sur les traces d'indices et Peter était introuvable. De toute manière, Black se voyait mal partir en mission avec seulement Peter. Il devrait se surveiller lui et Queudver... Il avait donc touché quelques mots à Kingsley, à Maëlynn, et même à Andromeda - mais aucun ne le croyait. Rogue n'était pas assez dangereux pour qu'ils se risquent à retourner à l'Institut pour des preuves peut-être inexistantes. Alors Sirius s'était tourné vers Emmeline Vance. Et, alors qu'il n'aurait rien parié là-dessus, elle avait accepté.

Voilà pourquoi ils se tenaient tous deux au seuil de la forêt qui bordait le Parc de l'Institut. C'était le même schéma qu'il y avait trois jours, sauf qu'il faisait jour, cette fois-ci. Et qu'ils n'étaient que deux. Aucun membre de l'Ordre ne savait qu'ils étaient là. A côté de lui, Vance ne cessait de répéter qu'il fallait être prudent. Certes.

Le parc était désert. Rien n'indiquait la présence d'individus, et pourtant, les deux jeunes gens savaient que l'Institut était gardé.

On y va, murmura Sirius, la gorge un peu serrée, en s'élançant dans le parc, la baguette à la main.

Ils coururent jusqu'à un bosquet, vérifièrent que rien ne bougeait, avant de repartir jusqu'à une autre cache. C'est ainsi qu'ils gagnèrent l'Institut, dans lequel ils s'engouffrèrent par une porte de service. Sirius se serait bien changé en chien, mais il y avait Vance et sous aucun prétexte elle ne devait connaître son pouvoir.

Hominum revelio, incanta-t-il tandis que le sort sondait la vaste pièce qui devait être une réserve, à en juger par les cartons et les boîtes en métal qui étaient empilés contre les murs et même au milieu de la salle.

Il n'y avait personne.

Ils avaient prévus d'inspecter pièce par pièce, étage par étage. Vance, bien plus observatrice que Black, pouvait aider à reconnaître certains objets qui lui appartenait et qu'il avait lâchement laissé derrière lui. Black ne doutait pas de la réussite de son projet, tant il était persuadé qu'ils trouveraient quelque chose.
Ils sortirent de la réserve et gagnèrent les étages à pas de loup. Sirius souhaitait retrouver la pièce dans laquelle Severus avait fuit - c'était un bon point de départ.

Au bout d'un certain temps, passé à éviter les patrouilles, et à fouiller les chambres sans trop de succès, Sirius et sa coéquipière traversèrent un couloir qui menait, selon les souvenirs de Patmol, vers les espaces communs. A chaque tournant, ils vérifiaient que la voix était libre, un peu tendus.
Soudain, il sembla à Sirius qu'il entendait des bruits de pas. Il tressaillit et se figea, empêchant Vance d'avancer en la stoppant avec son bras. Furtifs, les bruits semblaient s'éloigner. Black risqua un coup d'oeil et c'est avec stupéfaction qu'il reconnu la silhouette familière de Rogue, qui leur tournait le dos. Ahah !

Vance l'avait vu, aussi. Mais, sans attendre son assentiment, Sirius s'élança au pas de course à la poursuite du suspect qui s'engouffrait en même temps dans la salle commune. Il était fait comme un rat. La jeune femme derrière lui murmurait de s'arrêter pour réfléchir, mais l'ex-Gryffondor ne l'écoutait pas. Il ouvrit la porte avec fracas et se jeta sur Severus, le saisissant par le col pour le plaquer violemment contre le mur.

Cette fois-ci, cingla Black, tu peux pas t'échapper.


Spoiler:
 


Dernière édition par Sirius Black le Dim 14 Déc - 18:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: a criminal always returns to the scene of the crime ϟ Black & Vance Mar 2 Déc - 18:45





A criminal always returns to the scene of the crime
«


N'oublie pas la prudence, Black. »


C'était la vingt-troisième fois qu'elle le lui répétait, entre le moment ou il lui avait présenté son projet et celui ou ils allaient le mettre en action. Mais il n'en fallait pas moins pour faire rentrer dans le crâne dur de l'ancien Gryffondor une idée aussi opposée à sa philosophie de vie -et certainement de mort aussi. Oh, il lui avait promis de faire attention -c'était sa condition pour accepter la mission- mais avec Sirius Black, rien n'était moins sur. C'était comme d'attendre d'un enfant qu'il ne se jette pas sur ses cadeaux de noël. Une cause perdue.

Emmeline n'avait pas accepté de suivre Black à la légère. Une mission sans l'autorisation des hautes autorités de l'Ordre, et mettant en danger leur couverture en s'infiltrant dans un bâtiment protégé par les Aurors... Même en ayant des alliés parmi ces derniers, cela restait tout à fait irraisonnable.
Et pourtant, elle était là, baguette en main, yeux à l'affut. Comme trois jours plus tôt. Comme s'ils avaient fait un saut dans le temps, juste elle et Black, de retour dans l'enfer de l'Institut. Un retour en arrière des plus déplaisant, comme la cendre dans sa bouche et le nœud dans son ventre le lui indiquaient. Le dernier endroit au monde ou elle voulait se trouver...

Ils reproduisirent le schéma passé, avançant avec prudence, sans jamais baisser leur garde.

Elle se contenta de fouiller avec minutie en cherchant le moindre objet qui le ferait penser à Rogue. Sans résultat probant. Elle n'était pas tellement déçue, ni étonnée, seulement indifférente et un peu rassurée peut-être. Après tout, elle n'était pas venue parce qu'elle était convaincue de la théorie de Black ; bien au contraire elle le pensait capable de se faire des idées à cause de ses préjugés. Mais il était hors de question qu'elle le laisse partir seul. Puisque personne d'autre n'avait été assez fou pour le suivre.... Emmeline s'était dévouée.
Sa serviabilité la perdrait un jour.

Après les chambres individuelles des Mangemorts, Black les guida en direction de leur espace commun. Elle n'était jamais venue dans cette partie de l'Institut, trop occupée du côté des sang mêlés. Trop occupée à.... Emmeline était bien contente que leurs recherches se fassent dans le secteur opposé à celui ou elle avait commis la pire erreur de toute son existence. Rien que de se savoir au même endroit lui donnait des sueurs froides. Cela faisait trois jours qu'elle n'avait pu dormir sans potion.

Alors qu'elle était plongée dans le souvenir de son cauchemar, elle fut stoppée à Black. Ohoh, voilà qu'ils n'étaient pas les seuls à revenir sur le lieu du crime.... Emmeline n'eut même pas le temps de murmurer ses conseils à Black qu'il était déjà hors de portée.

Le fou ! S'il avait attendu et écouté ce qu'elle avait à dire avant de se jeter tête baissée dans la mêlée, elle aurait eu le temps de lui conseiller de suivre discrètement Severus pour le prendre la main dans le sac plutôt que de gâcher toutes leurs chances en l'attaquant de front. Maudit soit Black et son impulsivité.
Alors Emmeline n'eut pas le choix que de le poursuivre.

Elle ferma la porte avant de lancer un sonorus à la pièce -il ne fallait pas que les aurors soient attirés par le bruit- avant de rejoindre son coéquipier et celui qu'elle n'aurait jamais cru trouver là. Eh bien, heureusement qu'elle était venue, car si Black avait été tout seul avec Rogue...

« Black... » Le regard qu'elle lui lança était très explicite : le reproche et la désapprobation perçaient dans sa voix. Mais elle n'allait certainement pas batailler avec lui à propos de ça tout haut. Règle de base : même si dissensions il y a au sein du groupe, ne surtout pas les montrer ; ou c'est une faiblesse de trop que les adversaires pourraient exploiter.
Pourtant elle n'avait pas la moindre envie de considérer Severus comme un adversaire. Mais il ne fallait pas se faire d'illusion : s'il était ici, ce n'était assurément pas poussé par une innocente curiosité. Cela signifiait certainement que Black n'avait pas halluciné pendant la libération de l'Institut. Et donc qu'elle avait bien fait de le suivre.
Encore fallait-il des preuves.

« Pardonne le manque de civilité de mon... compagnon, Rogue. C'est la faute à la surprise, nous ne nous attendions pas à te trouver en ce lieu. » s'excusa-t-elle à la place de son si irréfléchi coéquipier, avant de s'approcher jusqu'à prendre fermement mais sans violence la baguette de Rogue. Prudence, toujours. Et avec un peu de chance, Black aurait des scrupules à bousculer un sorcier désarmé. « Tu comprendras que je t'emprunte ceci tant que nous ne serons pas certains de tes motivations. »

Elle se recula d'un pas, rangeant la baguette qui ne lui appartenait pas, mais gardant la sienne en main et prête à l'emploi, un masque sombre collé au visage.  Sombre, et plus fermé que jamais.
Elle se sentait presque... trahie. Trahie, qu'un esprit brillant tel que Rogue fasse probablement partie du camp adverse, et qu'elle n'ait rien vu venir. Et pire encore, qu'elle lui doive une dette. Les enjeux venaient de changer, et cette réalité la frappa comme un piano mal accordé. Le secret de son appartenance à l'Ordre risquait de ne plus être si bien gardé...

En plus de quoi Emmeline avait la force impression que son rôle dans cette mission allait se résumer à chaperonner les deux ennemis mortels pour empêcher que ça ne dégénère. Réjouissant.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 270
| AVATARS / CRÉDITS : Asa Butterfield. holdy.
| SANG : Mêlé, mais c'est un secret.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père, Tobias Rogue
| PATRONUS : Une biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: a criminal always returns to the scene of the crime ϟ Black & Vance Lun 8 Déc - 13:26

Severus referma soigneusement derrière lui la porte de la salle commune et s'arrêta un instant sur le seuil. Face à lui, une âtre de belle taille, entourée de quelques confortables fauteuils et canapés, quelques tables pour jouer à la Bataille Explosive, une table d'échecs. Plusieurs armoires de bois, de vieilles lampes, quelques chaises. Le tout ressemblait étrangement à la salle commune des Verts à Poudlard, si ce n'est qu'il n'y avait pas de rideaux aux fenêtres. L'agencement avait été pensé pour pallier au plus pressé et distraire l'armée de Voldemort le soir, mais nappes et autres tapisseries n'avaient manifestement pas été déclarées indispensables à leur survie en ces lieux. Difficile de donner tort à celui qui avait été en charge de la décoration. Le jeune homme fit quelques pas vers le cercle de fauteuils le plus proche de la bibliothèque, qui n'avait de bibliothèque que le nom : peu d'ouvrages, aucun de qualité. La bibliothèque n'avait de remarquable que sa partie inférieure, qui accueillait les divers journaux, et surtout sa partie supérieure, sur laquelle reposaient les radios magiques grâce auxquelles les Mangemorts se tenaient informés de tout ce qui se passait dans le monde tandis qu'ils étaient cloîtrés ici. Il y en avait quatre en tout, que les divers groupes se partageaient à travers la salle, mais rangeaient tous dans la bibliothèque quand ils avaient fini. La bibliothèque était donc relativement stratégique, sans compter qu'elle se trouvait dans un coin, et donnait sur la salle tout entière. C'est pour cette raison que Rosier y avait élu domicile. Distraitement, Rogue fit disparaître d'un coup de baguette un paquet de cigarettes qui traînait sur un guéridon, car il se souvenait qu'Avery en était friand, et ne s'en cachait pas. C'est à cet instant que la porte de la salle commune s'ouvrit à la volée, et le temps que Rogue fasse volte-face, une forme menaçante s'était jetée sur lui et l'étranglait contre le mur.
Cette fois-ci, tu peux pas t'échapper.
Un rictus haineux se fraya tant bien que mal un passage sur le visage de Severus quand il reconnut le visage puis la voix de Black. Des mois qu'il ne l'avait pas vu, et qu'il ne s'en portait pas plus mal. Il en était même venu à oublier qu'il existait, convaincu que s'il le revoyait, cela ne lui ferait ni chaud ni froid. Force lui était de constater qu'il s'était trompé, en témoignèrent les intenses vagues de haine brûlante qui lui traversèrent le corps et auraient sans peine réduit Black à un petit tas de cendre si ses yeux avaient eu les mêmes pouvoirs que sa baguette magique.
— Ôte tes mains de là, Black, siffla-t-il en essayant de se dégager, sans succès.
Pardonne le manque de civilité de mon... compagnon, Rogue. C'est la faute à la surprise, nous ne nous attendions pas à te trouver en ce lieu, intervint à cette instant une voix derrière Black que Rogue connaissait bien... Severus cessa un instant de se débattre.
— Vance ? s'étonna-t-il tandis que la jeune femme s'approchait de lui et s'emparait de sa baguette magique en lui expliquant qu'elle la lui rendrait si ses motivations étaient assez louables. Severus lui lança à son tour un regard haineux, mais la présence de la jeune femme eut au moins une retombée positive : il retrouva immédiatement son calme. Les deux nouveaux venus lui donnaient matière à réfléchir, et de toute façon, il était désarmé. Il était temps de faire fonctionner ses méninges.
— Certains de mes motivations, vraiment ? s'enquit-il d'une voix mielleuse malgré la poigne de Black qui l'étranglait toujours, et de quel droit, je te prie ?  


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 370
| AVATARS / CRÉDITS : Robert Sheehan - Nenes - Bazzart
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: a criminal always returns to the scene of the crime ϟ Black & Vance Dim 14 Déc - 20:18

Même alors que Black le bloquait contre le mur, un bras appuyant avec force contre son torse, Severus Rogue trouvait toujours moyen de faire un de ses horribles sourires dont il avait le secret.

▬ Ôte tes mains de là, Black, dit-il en gigotant pour se dégager.

Mais c'était peine perdue. Sirius, loin de passer son temps à lire et à s'exercer à la magie, avait bien plus de force que Servilus - et heureusement, car il ne voulait pas, même pour tous les galions du monde, laisser échapper le morveux. Ce n'est qu'en entendant la voix de Vance que Patmol se rappela de sa présence. Certes, il avait pris une initiative risquée sans la concerter, trahissant dès le départ la promesse qu'il lui avait faite d'être prudent. Il s'attendait donc à un reproche piquant de la part de Vance ; aussi fut-il étonné lorsqu'elle ne discuta aucunement son attitude.

Tu comprendras que je t'emprunte ceci tant que nous ne serons pas certains de tes motivations, glissa-t-elle à l'encontre de celui qui était acculé contre le mur en saisissant sa baguette.

Sirius en aurait presque été tout aussi étonné que Rogue. Le sang-froid dont elle faisait preuve lui montrait qu'il avait bien fait de lui demander de venir. Et puis elle avait désarmé Servilus, ce qui les mettait dans une position vraiment très avantageuse. Si avantageuse que c'en était presque jouissif que de voir Rogue dans dans le rôle de celui qui subissait. Cela lui rappela la fois où, à la sortie des BUSE, lui et James l'avait humilié devant le tout Poudlard en le suspendant dans les airs. Si Lily n'était pas intervenue, les deux lascars auraient probablement continué à se moquer du Serpentard... Cette fois-ci, il n'y avait pas James, mais Sirius savait qu'il pouvait le faire tout seul. Et Vance n'était pas Lily. Et Elle n'avait pas sur Sirius le pouvoir que Lily avait sur James à l'époque.

▬ Certains de mes motivations, vraiment ? demanda l'ex-Serpentard qui lui non plus ne perdait pas son sang-froid. Et de quel droit, je te prie ?

L'insolente politesse dont il faisait preuve fit grogner Sirius. Il n'allait pas longtemps jouer à ce jeu-là.

De quel droit ?, souffla-t-il en fronçant les sourcils. T'es grillé mec, on a la preuve maintenant que tu as quelque chose à voir avec ce qu'il s'est passé à l'institut. N'est-ce pas ?

Et comme Rogue ne répondait pas de suite, Sirius le reprit par le col, sa baguette à la verticale tout près de son visage et plaqua de nouveau Severus contre le mur, produisant un bruit sec qui résonna dans toute la pièce et qui lui coupa le souffle.

Qu'est-ce que tu es venu faire ici ? DIS, rugit Black qui voulait plus que tout faire disparaître du visage de Rogue ce petit sourire suffisant et goguenard.

S'il le fallait, Sirius se sentait capable de lui faire avaler sa dentition en entier. Sûr qu'avec ça, son sourire n'aurait plus du tout la même allure...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: a criminal always returns to the scene of the crime ϟ Black & Vance Dim 28 Déc - 12:01





A criminal always returns to the scene of the crime
E

mmeline connaissait ce regard noir et impénétrable. Maintenant que Rogue se savait coincé, en infériorité numérique et face à un Blackc sans doute prêt à tout... Il n'utiliserait pas la force pour se sortir de là. Même le pire des idiots n'essaierait pas. Or, Rogue était loin, très loin d'être le pire des idiots. En vérité, la meilleure façon de tirer des informations de sa part aurait été de le filer. Mais bien entendu, il avait fallu que Black fasse tout tomber à l'eau.

Peut-être aurait-elle mieux fait de le stupefixier et de l'enfermer dans le placard de Lyleïa, au final. Certes, il lui en aurait voulu à vie, mais elle aurait eu plus de chance de réussir cette mission.

Trop tard pour les regrets maintenant. Emmeline resta de glace tandis que Black s'énervait tout seul et que Rogue fomentait elle ne savait quel plan pour retourner la situation à son avantage. Cela pouvait sembler mal parti, mais elle connaissait un peu Rogue. Il était brillant. Et Black le sous-estimait. Pas elle. Or, Rogue avait des informations très délicates à son propos. Des informations qui feraient mieux, pour leur propre bien à tous les deux, de rester secrètes.
Mais nul ne pouvait prédire la réaction du gibier coincé par le chien de chasse.

Tandis que son coéquipier se jetait à corps perdu dans le rôle du mauvais flic, Emmeline réfléchissait et critiquait intérieurement. Le problème, c'est qu'ils n'avaient aucune preuve. Juste des suppositions, des soupçons. Mais si le fait d'être trouvé sur le lieu du crime alors qu'il n'était pas censé y être était une preuve... alors ils étaient tous trois coupables.
Non, il fallait autre chose. Pousser Severus à se trahir lui-même, ce qui relevait quasi de l'impossible. Pour cela, elle avait besoin que Black le pousse dans ses derniers retranchements, qu'il le bouscule, qu'il soit... Black. Emmeline n'aimait pas ça, du tout. C'était contre sa morale, contre tout ce à quoi elle croyait. C'était pour ça qu'elle était là, pour empêcher que ça n'aille trop loin.

Et jouer le bon rôle. Non, Emmeline Vance n'aurait jamais cru que les romains de gare policiers que lisaient son père allaient un jour l'aider dans un interrogatoire.

Emmeline posa une main apaisante sur l'épaule de Black, lui jetant un regard légèrement empli de reproches. Ce qui était la chose la moins difficile à jouer, dans ce numéro... Etant donné qu'elle avait largement de quoi en vouloir à Black pour les dix siècles à venir.

« Nous sommes ici entre personnes civilisée, n'est-ce pas gentlemen ? » commenta-t-elle alors d'une voix de lady anglaise demandant des petits biscuits pour accompagner son thé. Le flegme anglais dans toute sa splendeur. « Rogue, pourrais-tu simplement répondre à la question afin que Black puisse enfin se calmer et que cette rencontre se passe sans heurt ? Et Black, relâche Rogue s'il te plaît. Il ne pourra pas répondre si tu l'empêches de respirer. » termina-t-elle d'une voix douce en donnant une petite tape sur la main de Black pour qu'il relâche l'interrogé. Sans baguette, Severus n'avait pas la moindre possibilité de s'enfuir de toute manière.

Et le gentil flic empêchait toujours le méchant de taper trop fort. Et même de taper tout court, dans son cas. Ils n'étaient pas des brutes -rectification : elle n'était pas une brute- et il était hors de question qu'ils adoptes les même techniques barbares que leurs ennemis. Ou alors à quoi bon se dire ceux qui luttaient contre le mal ?



Dragées :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 270
| AVATARS / CRÉDITS : Asa Butterfield. holdy.
| SANG : Mêlé, mais c'est un secret.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père, Tobias Rogue
| PATRONUS : Une biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: a criminal always returns to the scene of the crime ϟ Black & Vance Mar 30 Déc - 11:19

Tout tandem à ses failles. Ce qu'il fallait, c'était découvrir quels étaient les points de friction entre les deux alliés, leurs motivations, jusqu'à quel point ils étaient sur la même longueur d'onde. Il s'agissait de les mener à s'opposer l'un à l'autre, à s'attirer la faveur de l'un (soit par sympathie, soit par principe, soit par chantage, c'était selon les personnes et les situations) afin de retourner la situation en son avantage. En l'occurrence, entre Black et Vance, Severus avait largement de quoi renverser la vapeur.
De quel droit ? T'es grillé mec, on a la preuve maintenant que tu as quelque chose à voir avec ce qu'il s'est passé à l'institut. N'est-ce pas ?
La ô combien mélodieuse voix de Black lui rappela où il se trouvait et surtout avec qui, et Severus s'intéressa de plus belle au visage de son ennemi, un insupportable rictus de défi dessiné sur ses lèvres blêmes.
— Vraiment, Black, une preuve ? susurra-t-il en déglutissant avec difficulté, si je ne m'abuse, tu as simplement la preuve que je me promène la nuit dans des endroits abandonnés... Exactement comme toi.
Cette évidence n'était visiblement pas assez évidente pour le cerveau étriqué de Black, qui rugit de plus belle et cogna de nouveau la carcasse de Severus contre le mur, lequel refréna de justesse un gémissement de douleur. Et cette saleté de Vance qui laissait son compagnon en venir aux mains, comme un immonde moldu !
Qu'est-ce que tu es venu faire ici ? DIS, insista l'autre d'une voix folle de rage. Pour toute réponse, Severus essaya de se dégager de sa poigne de fer tout en continuant de lui sourire d'un air goguenard. Le grand défaut de Black, c'est qu'il manquait singulièrement de sang-froid. Tout le contraire de Vance, qui en était modelée et qui, Severus en était convaincu, ne pouvait que condamner les méthodes de son acolyte et ressentir une honte immodérée à se voir associée à un tel sauvage.
Nous sommes ici entre personnes civilisées, n'est-ce pas gentlemen ? intervint effectivement la jeune femme une seconde plus tard, le visage lisse. Sa voix calme était cependant ferme, et l'on sentait distinctement poindre une certaine désapprobation.
— A ta place, je ne compterai pas sur une quelconque marque de civilisation de la part de Black, il me semble que cet animal nous a à maintes fois prouvé qu'il en était dépourvu, n'est-ce pas ? susurra-t-il d'une voix doucereuse en affrontant le regard sombre de Black qui devait mourir d'envie de lui rompre la nuque à mains nues. Severus lui-même à cet instant précis lui aurait bien volontiers crevé les yeux avec ses propres ongles, s'il n'avait été réduit à l'immobilité la plus humiliante.
Rogue, pourrais-tu simplement répondre à la question afin que Black puisse enfin se calmer et que cette rencontre se passe sans heurt ? Et Black, relâche Rogue s'il te plaît. Il ne pourra pas répondre si tu l'empêches de respirer, insista Vance qui commençait à s'impatienter. Manifestement, la respiration de plus en plus erratique de Rogue ne lui avait pas échappé. Merlin soit loué.
— Tu as entendu ce qu'a dis la dame, Black ? ironisa-t-il en enroulant ses mains gelées autour des poignets de son agresseur, afin de le repousser dès que l'occasion se présenterait. Son cerveau commençait à souffrir d'asphyxie, et Severus voyait de premières étoiles danser devant ses yeux.



Spoiler:
 


Dernière édition par Severus Rogue le Lun 19 Jan - 9:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 370
| AVATARS / CRÉDITS : Robert Sheehan - Nenes - Bazzart
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: a criminal always returns to the scene of the crime ϟ Black & Vance Sam 3 Jan - 15:30

La violence dont faisait preuve Black n'était qu'une faible démonstration de la haine qu'il entretenait à l'égard de Rogue. Sirius était si assuré d'obtenir ce qu'il voulait de l'ex-Serpentard, qu'il ne songeait guère à remettre sa méthode musclée en question. Aussi, quand Vance lui posa une main sur l'épaule, fut-il légèrement surprit.

Nous sommes ici entre personnes civilisées, n'est-ce pas gentlemen ?

Sirius réprima un grognement. Pour lui, il ne s'agissait pas d'être gentleman. Après tout, Rogue, en cautionnant et en aidant les Mangemorts dans cette fameuse histoire d'institut, ne s'était pas conduit en gentleman. Des enfants avaient subi de graves sévices, avaient été maltraités, et tous en étaient sortis traumatisés. Ce n'était pas le moment d'être fair-play. Servilus rebondit de suite sur la question de Vance et roula un regard plein de sous-entendus à Black. Ce dernier appuya un peu plus sur la carotide de Rogue, dont les yeux commençaient à sortir de leurs orbites. La jeune femme sentit cette nouvelle pression, puisqu'elle ajouta :

Rogue, pourrais-tu simplement répondre à la question afin que Black puisse enfin se calmer et que cette rencontre se passe sans heurt ? Et Black, relâche Rogue s'il te plaît. Il ne pourra pas répondre si tu l'empêches de respirer.

Certes. Sirius se rendit alors compte que, entre ses bras, le corps de Rogue offrait moins de résistance. En fait, l'autre s'appuyait contre le mur, manquant d'air, manquant de forces. A contre-cœur, le Maraudeur relâcha un peu son ennemi, mais le garda toutefois dans une poigne de fer. Malgré la petite tape de Vance, il était hors de question de rendre sa totale liberté à Rogue. Il laissa filer quelques secondes, le temps pour l'intrus de récupérer son souffle.

Dis-nous, demanda de nouveau l'ex-Gryffondor, ce que tu fais ici.

Sirius ne voyait pas Emmeline, qui se tenait à deux pas derrière lui. Et pourtant, il la sentait prête à réagir au moindre faux-pas. De Rogue, mais également de lui-même. Ça l'agaçait un peu qu'elle se pose ainsi en arbitre - mais n'était-ce pas pour cette raison qu'il l'avait choisie ? Tout aurait été différent si ça avait été James.
Black tourna légèrement la tête vers Vance, se demandant intérieurement si cette dernière l'autoriserait à user de quelques sortilèges plus ou moins sympathiques sur leur proie.

Proie qui, d'ailleurs, ne pipait mot. Sirius savait qu'elle réfléchissait à une façon de se sortir de là. Et c'était une fois de plus un indice de sa culpabilité. Néanmoins, Sirius répugnait à trahir son appartenance pour l'Ordre. C'était se désigner comme cible des Mangemorts - et si c'était le cas, Black ne donnait pas cher de sa peau. Il était aussi hors de question de trahir Vance. Il avait bien de quoi déstabiliser Rogue, en lui disant qu'il l'avait aperçu en train de s'enfuir la nuit de la libération de l'Institut, mais c'était avouer qu'il était un membre de l'Ordre.
Il devait ruser.

Tes affinités avec le Lord noir sont bien connues, reprit Black d'une voix dure, et comme par hasard, nous te retrouvons ici... Alors, on t'a envoyé ici faire un quelconque sale boulot ?

Spoiler:
 


Dernière édition par Sirius Black le Jeu 12 Fév - 20:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: a criminal always returns to the scene of the crime ϟ Black & Vance Mer 7 Jan - 15:30





A criminal always returns to the scene of the crime
C

e qui était terrible, c'était qu'Emmeline était au fond du même avis que Rogue. Mais elle ne devait pas lui laisser s'engouffrer dans cette faille qu'était sa relation tumultueuse avec l'ancien Gryffondor. Elle voyait clair dans son jeu, il ferait tout son possible pour les faire se retourner l'un contre l'autre. Il fallait l'en empêcher. Elle ne connaissait pas les limites de Black, elle ne savait même pas s'il en avait. Quoi qu'il en soit, elle espérait qu'il ait assez confiance en elle pour ne pas se braquer face à son jeu ou les ruses de Rogue. Car elle même ne le laisserait pas tomber.

Sois proche de tes amis mais encore plus de tes ennemis. Et Severus était, visiblement, un ennemi. C'était un rebondissement fort malvenu. Cette relation neutre-alliance qu'ils avaient partagés convenait parfaitement à Emmeline. Maintenant, les choses allaient se compliquer, inexorablement.

Mais cela pouvait aussi être un atout. Toute faiblesse pouvait être détournée. L'objet le plus banal pouvait se transformer en arme redoutable. Encore fallait-il qu'elle y parvienne avant Rogue.

Mais Black était têtu comme un cognard, c'était bien connu. Alors sa tentative d'apaisement ne fonctionna qu'à demi. C'était déjà une grande concession de la part de son coéquipier que d'accepter de ne plus écraser la trachée de Rogue, et de seulement le tenir contre le mur. Si elle n'avait pas été là, il aurait certainement continué sur sa lancée de "frappons d'abord et posons les questions ensuite". Emmeline pinça les lèvres mais ne rétorqua rien. Elle n'acceptait toujours pas les membres de l'Ordre qui empruntaient des méthodes musclées pour faire parler les prisonniers. Ça ne menait qu'à les éloigner de leur nature première... Mais dans ce cas, elle avait besoin que Sirius continue à jouer les durs, puisque son passif avec Rogue était un excellent moyen de le faire réagir.  

Surtout qu'il ne fallait pas oublier la présomption d'innocence. Il aurait pu y avoir une chance infime que Severus soit là pour raison différente de celle dont il était suspecté.
Mais Emmeline n'était pas naïve.

Point positif : Black ne mettrait pas la couverture de son équipier en danger. Même si lui-même n'avait plus grand chose à couvrir -Sirius Black n'était pas un modèle du subtilité et de discrétion, il suffisait de le rencontrer une fois pour deviner qu'il était tout impliqué dans la guerre- Emma avait elle beaucoup à perdre. Sa non-prise de position publique était un choix stratégique d'une importance capitale, et il fallait absolument qu'elle le conserve si elle voulait mener ses plans à bien.
Point négatif : Rogue avait des soupçons lui-aussi. Et s'il était bien Mangemort, alors son moyen de pression sur sa personne venait d'augmenter.  S'il comprenait qui ils étaient... Sirius et elle n'aurait qu'à se dire adieu. Leur allégeance révélée, leur vie ne tiendrait plus qu'à un fil. Surtout qu'Emmeline se doutait que Tiberius Avery et Julius Yaxley n'allaient pas apprécier de découvrir que la petite stagiaire prometteuse et si intéressée était en fait une espionne pour le compte de l'Ordre du Phénix.
Ils fallait qu'ils réussissent à interroger le suspect sans donner de preuve tangible de leur appartenance à l'Ordre....

Mais oui ! Elle avait un angle d'attaque : jamais un sorcier n'aurait pris un risque aussi important que de se rendre sur les lieux de la bataille malgré la garde des Aurors sans une très, très bonne raison. Surtout pas Rogue. Alors pour qu'il ait pris ces risques, c'était que cela devait les valoir.

« Peut-être devrions-nous regarder ce qui se trouve dans tes poches, Rogue ? Cela ne devrait pas te poser de problèmes, si tu es là en toute innocence. » suggéra-t-elle d'une voix badine en gardant les yeux résolument fixés sur l'interrogé afin de ne pas manquer la moindre réaction pouvant donner un indice supplémentaire.

Le meilleur moyen de comprendre une femme était de fouiller dans son sac à main. Le meilleur moyen de comprendre un homme, et ses buts, était de vérifier ce qu'il gardait dans ses poches. Chaque crime devait être nettoyé, passé au peigne fin pour récupérer tous les indices possibles. Or, la libération n'avait eu lieu que trois jours plus tôt et les Aurors n'avaient pas encore eu le temps de venir enquêter....

Que Rogue soit venu faire disparaître les preuves expliquerait qu'ils n'aient rien découverts dans les chambres des anciens tortionnaires des enfants. Et cela était très problématique. Il n'avait sûrement pas été inconscient au point de garder sur lui des preuves, toutes devaient déjà avoir été détruites. Il avait réussit à les prendre de vitesse. Mais si elle touchait la vérité, alors c'était un moyen d'essayer de le faire reculer dans ses retranchements.
Elle pouvait se faire arbitre sans pour autant rester passive.


Dragées :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 270
| AVATARS / CRÉDITS : Asa Butterfield. holdy.
| SANG : Mêlé, mais c'est un secret.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père, Tobias Rogue
| PATRONUS : Une biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: a criminal always returns to the scene of the crime ϟ Black & Vance Lun 9 Fév - 14:56

Avec un temps de retard qui traduisait bien l'arriération mentale du personnage, Black sembla effectivement se souvenir que, comme tout être humain, Severus avait besoin d'air pour vivre, et relâcha d'un iota la pression qu'il exerçait sur la carotide du Mangemort, lequel inspira une large goulée d'air qui lui brûla les poumons.
Dis-nous ce que tu fais ici, exigea de nouveau l'ancien Maraudeur d'une voix grondante. Severus posa de nouveau sur lui son regard indéchiffrable. Toujours cette même arrogance, ce même sentiment d'impunité, de toute-puissance, et cette intime conviction de sa propre supériorité sur le reste du monde. Malgré ce dégoût de façade dont il se plaisait à faire preuve dès qu'il s'agissait de sa famille, Black ne pouvait le nier... Black il agissait, Black il serait à jamais. Un sourire crâne s'immisça sur les lèvres blêmes du Mangemort.
— Je ne vois pas en quoi cela te regarde, Black, lui susurra-t-il d'une voix onctueuse. Est-ce que moi je te demande ce que tu fabriques ici, avec Vance, qui plus est ?
Severus lança un long regard en direction de la jeune femme, qui continuait de se tenir en retrait derrière son compagnon. C'était une information d'un grand intérêt. Une assoiffée de Justice traînant de nuit dans un local désaffecté en compagnie du grand ami de Potter... Potter qui d'ailleurs, n'était pas là. Duo inédit que celui de Black/Vance. Il devait falloir à la jeune femme une bonne raison, une excellente raison. Au moins aussi excellente que celle qui l'avait menée, quelques semaines plus tôt, à venir le trouver, lui Rogue, pour lui demander un service. Vance n'agissait jamais sans dessein ; sa présence ici était donc dictée par quelque chose. Mais quelle chose pouvait-elle bien avoir à faire avec Black ? Pour quelle raison se coltinait-elle cet abruti de sympathisant de la cause moldue ? Rogue avait bien une idée, et elle lui plaisait assez...
Tes affinités avec le Lord noir sont bien connues et comme par hasard, nous te retrouvons ici... Alors, on t'a envoyé ici faire un quelconque sale boulot ? insista Black comme s'il n'avait rien entendu. Rogue quitta Vance du regard.
— Détrompe-toi Black, la seule chose sale ici ce sont tes mains, lui répondit-il aimablement.
Peut-être devrions-nous regarder ce qui se trouve dans tes poches, Rogue ? Cela ne devrait pas te poser de problèmes, si tu es là en toute innocence, intervint à cet instant Vance en s'approchant, et Rogue se raidit légèrement entre les mains de Black. Que traînait-il dans ses poches ? Quelques ouvrages de magie noire, rien de neuf sous les tropiques. Quiconque l'avait côtoyé à Poudlard savait bien qu'il était imprégné de magie noire avant même de passer pour la première fois les portes de l'école. Le masque de Mangemort en revanche, c'était plus gênant ; mais cela restait défendable. Personne n'avait encore atterri à Azkaban pour s'être improvisé collectionneur.
— Je t'en prie Vance, si cela peut te tranquilliser, lui enjoignit-il avec un sourire aimablement moqueur.
Laisser Vance s'approcher, c'était laisser sa baguette magique revenir vers lui. Et laisser sa baguette magique revenir vers lui...
Stubbs ? Tu parles tout seul ? T'es où ? s'enquit alors une voix inconnue mais proche, très proche.
Rogue n'avait pas la moindre idée d'où se trouvait ce Stubbs, mais il savait qu'il tenait là sa seule chance de renverser la vapeur : Vance et Black étaient manifestement désarçonnés, mais ne le resteraient sans doute pas longtemps. Sans réfléchir, Rogue asséna un violent uppercut dans la mâchoire de Black, s'empara de sa baguette tandis que le Maraudeur portait par réflexe ses mains à son visage, et se glissa derrière lui pour se servir de sa victime comme d'un bouclier entre lui et Vance.
— Ma baguette, Vance, je te prie, murmura-t-il d'une voix qui avait perdu toute trace d'amabilité en enfonçant insensiblement le bout sa baguette magique de substitution contre la jugulaire de son propriétaire, tandis que dans la pièce d'à côté, l'Auror continuait d'appeler son collègue.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 370
| AVATARS / CRÉDITS : Robert Sheehan - Nenes - Bazzart
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: a criminal always returns to the scene of the crime ϟ Black & Vance Jeu 12 Fév - 22:28

Black ignora la réponse insolente de Rogue au sujet de son sale boulot. De toute manière, il n'eut pas le temps de faire quoi que ce soit, car Vance, d'une voix neutre demanda à voir les poches de Servilus. Elles contenaient peut-être les preuves qu'il était venu dérober. Mais, alors que Patmol s'attendait à voir sur le visage de l'ex Serpentard un mouvement qui trahirait sa panique, il ne vit rien. L'homme entre ses mains, s'il se sentait particulièrement en danger, restait jusqu'au bout maître de lui-même. Il ne tressaillit pas, ne se tendit pas, et son visage reflétait une amabilité feinte que n'importe qui affiche lorsque la circonstance le demande.

▬ Je t'en prie Vance, si cela peut te tranquilliser.

Mais alors que la jeune femme tendait la main vers la cape de Rogue, touchant du bout des doigts le tissu pour trouver la fente, une voix se fit entendre, dans le couloir, tout près de leur pièce. Sirius tourna la tête vers la porte, s'attendant à ce qu'elle s'ouvre et qu'ils se fassent prendre comme des rats. Ils ne pouvaient pas transplaner. Si on ouvrait la porte, ils étaient coincés. Black cherchait déjà des yeux un endroit pour se cacher, tous les trois - car il n'était pas question de laisser Rogue se faire prendre sans qu'il ne sache la vérité. En quelques secondes, Black avait repéré une grande armoire, ou alors, se cacher sous le bureau, ou bien ...

BIM !

Alors que Sirius ramenait son attention sur cette mauviette de Servilus, voici qu'il reçut un violent coup de poing qui lui envoya la tête en arrière. Son menton percuta sa mâchoire supérieure et il se mordit douloureusement la langue. Patmol sut qu'il venait de faire une terrible chose : en reculant sous le coup, il avait lâché Rogue.
Il se massa la mâchoire, et allait se jeter de nouveau sur l'autre mais ce dernier fut plus rapide. Rogue arracha la baguette de Sirius et la planta presque dans la gorge. Sous le choc, l'ex-Gryffondor toussa de douleur, expulsant à la volée une gerbe de sang rougeâtre. Brandissant Sirius comme un bouclier, Rogue empêchait Vance d'intervenir magiquement.
Sirius, de son côté, tentait de toutes ses forces de se défaire de la poigne de son adversaire mais, courbé en arrière, une baguette - sa baguette - douloureusement enfoncée dans son cou, et la bouche en sang, cela en devenait périlleux.

▬ Ma baguette, Vance, je te prie, demanda Rogue sur un ton plein d'autorité.

Sirius aurait voulu l'insulter. Mais au fond, c'était à lui-même qu'il s'en voulait. Il s'était laissé distraire, comme un con. Le menton sanguinolant, Black tourna les yeux vers la jeune femme, ne sachant pas trop s'il valait mieux en rester là, céder à Rogue, ou bien résister. Seule Vance pouvait décider. Au point où il en était, il s'en remettait totalement à elle. Même si cela lui en coûtait beaucoup.

Bouse de troll, insulta Sirius, suffocant, et tentant sans succès de donner des coups de coudes dans les codes de celui qui, à chaque mouvement, lui enfonça davantage le bout de bois dans sa peau.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: a criminal always returns to the scene of the crime ϟ Black & Vance Lun 23 Fév - 9:51





A criminal always returns to the scene of the crime
I
l était doué, vraiment. Rogue ne laissait rien paraître, parfaitement maître de ses émotions. Peut-être une légère tension dans sa posture, mais habilement dissimulée sous des airs détendus, frondeurs. Ainsi avait-elle raison, il cachait quelque chose dans ses poches, sûrement des preuves ou ce qu'il en restait du moins. Il était doué, mais pas assez. Emmeline apprenait le langage du corps pour mieux pouvoir jauger ses futurs clients ou ennemis, et cela se montrait fructueux.

Hochant la tête sèchement -oui, cela pouvait la tranquilliser, ou tout le contraire- elle s'approcha, tendant la main vers la poche de Rogue, toujours tenu fermement par Black. Et alors...

Stubbs ? Tu parles tout seul ? T'es où ?

Merlin !
Emmeline détourna vivement la tête vers la porte, qu'elle avait heureusement refermé derrière eux. Mais, dans la précipitation pour rattraper Black et l'empêcher de faire une grosse bêtise, c'était elle qui en avait commis une. Elle avait oublié de lancer ce maudit sort d'isolation pour que ce qu'il se passait dans la pièce reste dans la pièce. La voix était proche. Très proche. Trop proche.
Et maintenant, ils risquaient de se faire prendre par un Auror. Et ils ne pouvaient pas transplaner pour y échapper. Il fallait trouver une cachette au plus vite. Il fallait.... Le bruit soin d'un poing entrant en contact avec une mâchoire

Le serpent s'était glissé habilement entre les mailles du filet qui le retenait. Ou tout du moins de la poigne de Black, qui l'avait relâché dans la douleur. Merlin, non ! Mais trop tard, au moment ou Emmeline tendait sa baguette prête à lancer un sort de stupéfixion, Rogue utilisait Black comme bouclier. Sa propre baguette posée contre sa gorge vulnérable... Malin.
Le visage figé, en garde, Emmeline ne bougeait plus d'un muscle. Situation critique demandait réflexion. Avec sang-froid, elle analysa la situation. Mais pas moyen de sortir Black de là sans une nouvelle diversion ou un duel. Or, le bruit d'un combat attirerait tous les Aurors alentours, et cela serait le pire scénario possible.
Avec celui ou Rogue faisait du mal à Black parce qu'elle ne réagissait pas assez rapidement, évidemment.

Non, il fallait agir intelligemment. Rogue avait prit la première opportunité qui venait, mais ça aussi elle savait faire.

« Nul besoin d'en arriver à une telle extrémité Rogue. Personne ne va faire de mal à personne ici, n'est-ce pas ? » Elle était venue spécialement pour protéger Black de lui-même, et elle se retrouvait à le protéger de Rogue. Décidément, heureusement qu'elle ne l'avait pas laissé tout seul, il aurait déjà fait échouer la mission trois fois. Quand à Rogue... S'il touchait Black, il avait beau être son associé, elle allait le lui faire regretter. Le froid sourire d'Emmeline se voulait apaisant. « Après tout, même si Black ne l'est pas, toi et moi sommes des êtres civilisés. Nous savons réfléchir, et nous pensons aux conséquences de nos actes. Si tu blesses Black, elles pourraient être regrettables. Pour lui comme pour toi. Comme pour nous tous en fait, puisque nous sommes sur le point de nous faire attraper. » Sa voix était calme, apaisante. Dans le monde moldu, elle aurait pu être négociatrice pour les prises d'otages. Le plus important était d'installer un climat de confiance avec le preneur d'otage, qu'il ne la voit pas comme une ennemie mais une potentielle alliée, la voix de la raison. Il devait normalement être plus facile de raisonner un intellectuel comme Rogue qu'un.... que quelqu'un comme Black.

Mais la haine Rogue-Black était si forte qu'elle allait devoir user de trésors d'ingéniosité et de diplomatie pour les sortir de là indemnes.
Ah, les garçons.

« Franchement, je n'ai pas signé pour ça. » Elle leva les yeux aux ciels, avec cette expression de lady anglaise profondément ennuyée par la tournure que prenait la situation. « Quand tu m'as entraîné dans ce paris Black, et que j'ai accepté simplement pour ne pas perdre la face, tu aurais pu expliquer un peu mieux les risques encourus. Comme, je ne sais pas, m'embarquer dans un règlement de compte puérile qui ne me regarde en rien. » expliqua-t-elle avec un regard de reproches (qui n'était pas totalement joué celui-là, il fallait avouer) à l'encontre de son coéquipier. Emma était fière de sa trouvaille. Si elle pouvait retourner en partie la situation à leur avantage, et convaincre Rogue que leur présence ici était juste guidée par un pari stupide qui tournait mal.... Alors il ne pourrait pas les relier à l'Ordre. Et elle ne perdrait pas son intégrité. Et tout ne serait pas un total échec.

Elle espérait que Black se prêterait au jeu. Il fallait juste qu'il ait confiance en elle, parce qu'elle ne comptait pas le laisser tomber. Et qu'il arrête de se débattre, même si son esprit combattif et était louable, parce qu'il ne pouvait que se blesser d'avantage.
Il fallait choisir consciencieusement ses combats. Et celui là pouvait coûter trop cher.
Haussant les épaules, elle sortir de sa cape la baguette de l'ancien Serpentard de sa poche, sans le lâcher des yeux pour ne rien manquer de ses intentions.

« Je vais te tendre ta baguette en même temps que tu baissera la tienne. Mais dès que tu l'auras récupéré, et rendue à son propriétaire que tu auras relâché , il faudrait mieux qu'on se dépêche de se cacher. Silencieusement. Et on va croiser les doigts pour que les Aurors ne soient pas là pour vérifier la pièce. Et si nous nous en sortons, il faudra qu'on discute pour mettre les choses au clair. Calmement cette fois. Et baguette rangée. » Cela était aussi pour Black, comme elle le lui signifia par un regard intense.

Elle ne le laissait pas tomber, mais, il fallait parfois faire des concessions.

Alors, doucement, prudemment, elle s'approcha de Rogue, sa baguette à lui garde tendue dans sa direction, la sienne pointée vers lui et prête à lancer un sort au moindre écart.
Le plus délicat dans les prises d'otages, c'était l'échange. C'était là que tout se jouait. Là que tout pouvait basculer, à la moindre petite erreur.

Ils pouvaient toujours entendre les mouvements de l'Auror dans la pièce d'à côté.


Dragées :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 270
| AVATARS / CRÉDITS : Asa Butterfield. holdy.
| SANG : Mêlé, mais c'est un secret.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père, Tobias Rogue
| PATRONUS : Une biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: a criminal always returns to the scene of the crime ϟ Black & Vance Jeu 9 Avr - 9:46

Severus reconnut avec satisfaction l'odeur du sang, cette odeur âcre, métallique : et réaliser que ce sang était celui de Black ne faisait que démultiplier cette satisfaction. Comme il lui était agréable de faire couler ce sang si pur, si ancien, dont Bellatrix Lestrange se targuait si fort ! Ce sang dont il était tellement jaloux, lui, le fils de Rogue le Moldu. Ce sang qu'il n'aurait jamais, et que Black aurait toujours, même s'il ne s'en montrait pas digne. C'était d'une telle iniquité que Severus se sentait l'envie de lui transpercer la gorge sans autre forme de procès. Mais la présence d'Aurors dans la même aile de l'Institution mettait à mal ce délicieux projet.
— Vance, épargne-moi tes petits discours veux-tu, lui rétorqua-t-il en levant les yeux au ciel, au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, nous sommes sur le point d'avoir des ennuis.
Elle était bien mignonne, à le supplier de faire preuve de réflexion, et de penser à la conséquence de ses actes. Comme si c'était le moment. La seule chose qui lui semblait évidente à cet instant, c'était que si Vance ne se la fermait pas, genre immédiatement, ils allaient tous les trois se retrouver en très mauvaise posture. Les discours moralisateurs attendraient. A dire vrai, ils attendraient même une autre vie.
— Je me contrefous de ce pourquoi tu as signé, Vance ! gronda-t-il presque à haute voix, et la baguette de Sirius entre ses doigts cracha quelques étincelles brûlantes contre la gorge de Black. Rends-moi ce qui m'appartient !
Et lui qui prenait Vance pour une créature dotée d'une forme d'intelligence ! Force était de constater qu'il s'était manifestement trompé. Elle avait une forme d'érudition, bien entendu, et c'était tout à son honneur — mais dans le cas présent, ça n'allait pas la sauver. C'était comme si elle était dépourvue d'intelligence pratique. Comme si elle pensait que leurs poursuivants allaient gentiment attendre à la porte la fin de sa tentative de manipulation pour entrer et les surprendre plongés dans un charmant débat. Sottises.
Je vais te tendre ta baguette en même temps que tu baissera la tienne.
— Petrificus totalus, incanta-t-il pour toute forme de réponse. Tout contre lui, Sirius se figea. Tu vas me rendre ma baguette, ensuite je vais te rendre Black, et ensuite, ce que vous faites je m'en fous, corrigea-t-il d'un ton sans réplique avant de tendre la main vers la baguette que Vance hésitait manifestement à lui rendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 370
| AVATARS / CRÉDITS : Robert Sheehan - Nenes - Bazzart
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: a criminal always returns to the scene of the crime ϟ Black & Vance Sam 11 Avr - 21:57

Il n'était qu'un pantin, coincé entre sa propre baguette et le corps sec de Servilus. Le goût du sang dans sa bouche le dégoûtait, glissant sur sa langue et coulant dans sa gorge. Il était à la merci de Rogue et son sort dépendait à présent de l'habileté de Vance - habileté qui, si elle n'était pas sans effort d'imagination, semblait inefficace sur l'ancien Serpentard. Sirius se tenait prêt à réagir dès qu'une brèche s'offrirait à lui - et alors, il ne se priverait pas pour rendre à Servilus son coup.
Ils parlaient tous à voix basse, pour éviter de se faire entendre par le gars qui rôdait dans les couloirs. Sirius, dont la marge de manœuvre était réduite à néant, trouvait cette scène, tiraillée entre l'urgence de la situation et maîtrisée par le flegmatique des deux autres, bien étrange. Il ne supportait pas d'être relégué au second plan, d'avoir perdu son avantage sur le minable d'une façon aussi stupide. Il aurait dû savoir, depuis le temps qu'ils se connaissaient, que Rogue allait profiter de la moindre inattention pour prendre le dessus.

▬ Je me contrefous de ce pourquoi tu as signé, Vance ! Rends-moi ce qui m'appartient !

Rogue avait dit cela tout fort et Sirius réprima à peine un grognement de douleur en sentant sa baguette lui brûler le cou. Il gigota davantage, en vain.

Fais gaffe, prévint Sirius en crachotant des postillons de sang.

Il ne pouvait guère ajouter quoi que ce soit d'autre. Il était déjà à moitié étranglé et sa langue avait tellement enflé qu'articuler décemment devenait difficile.

Je vais te tendre ta baguette en même temps que tu baissera la tienne, expliquait Vance. Mais dès que tu l'auras récupéré, et rendue à son propriétaire que tu auras relâché , il faudrait mieux qu'on se dépêche de se cacher.

Patmol lui coula un regard. Il voulait volontiers y croire, mais il se doutait bien que Rogue ne les laisserait pas filer ainsi. Il avait enfin l'occasion de se venger de tout ce que lui avaient fait les Maraudeurs durant leur scolarité à Poudlard. Black était convaincu que la diplomatie ne marcherait pas avec Severus.

▬ Petrificus Totalus, incanta Rogue pour toute réponse.

Avec horreur, Sirius sentit tout son corps se rigidifier, ses bras se coller le long de ses flancs. Il perdit le peu d’équilibre qu'il conservait jusqu'alors et pesa de tout son poids contre Rogue. Si le sort l'avait autorisé, Black aurait crié de rage, nonobstant celui qui pourrait les surprendre. Seuls ses yeux pouvaient encore se mouvoir.

▬ Tu vas me rendre ma baguette, exigea Rogue le plus tranquillement du monde, ensuite je vais te rendre Black, et ensuite, ce que vous faites je m'en fous.

Et ma baguette, songea alors Sirius en pensait qu'elle était toujours en possession de Rogue et que celui-ci pouvait très bien choisir de la garder... !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: a criminal always returns to the scene of the crime ϟ Black & Vance Dim 4 Oct - 10:10





A criminal always returns to the scene of the crime
E
mmeline garda un air neutre et calme, sa main crispée presque douloureusement autour de sa baguette. La diplomatie ou le pourparler ne fonctionneraient pas. Elle garda pour elle tout commentaire comme quoi cette réaction d'animal acculé usant de son dernier recours pour s'en sortir était celle de qui n'était pas tout blanc. La situation était déjà assez tendue comme cela, elle n'allait pas en plus en rajouter, surtout que les Aurors n'allaient pas tarder à vérifier que cette pièce était bien vide....

Le dernier sort de Rogue et le regard enragé de Black eurent fin de son jeu de poigne et de patience. Très bien, il l’avait voulu. Emmeline ne supportait pas de perdre ainsi la pièce maîtresse et de devoir s'abaisser à subir les conditions d'autrui, mais ce rebondissement n'était peut-être pas le dernier.

« Bien. » lâcha-t-elle dans un murmure sec.

Avec une lenteur calculée, elle s’approcha suffisamment de Rogue pour qu’il puisse récupérer son bien… mais au moment même où il posait la main dessus, l’experliarmus informulé qu’elle retenait depuis le début des « négociations » le percuta. C’était l’instant attendu, de flottement, de garde baissée le temps de l’échange. Aussitôt, la baguette de Black sauta pour atterrir dans la main nouvellement libre d’Emma. Il ne fallut pas un instant de plus pour qu’un second jet de magie sorte de sa propre baguette pour atteindre son coéquipier et le ramener à la vie. Elle n'avait pas assez confiance en aucun des deux autres hommes pour attendre de voir si Rogue allait bien faire selon ses termes. Le Finite Incantatem délivra Black de sa prison de chair et elle profita du fait que plus aucune baguette n'était pointée sur la carotide de son coéquipier pour le tirer avec elle en direction de l'armoire.

Ce faisant elle lança un regard lourd de sens à Rogue ; sa baguette toujours prudemment dirigée vers lui. Elle aurait pu lui lancer un sort mais décida du contraire, car après tout il était maintenant détenteur de beaucoup trop d'informations compromettantes sur son compte. Il avait eu ce qu'il voulait, mais ils étaient tout autant dans la même situation critique.

« Reste calme, ce n'est pas le moment de se battre avec Rogue. » elle murmura à Black tout en ouvrant les portes de l'armoire. Pas de place pour plus d'une personne étant donné l'amassement d'objets, or, hors de question qu'elle laisse encore Black sans surveillance. La jeune femme referma l'armoire et empoigna l'avant-bras de son coéquipier à la mâchoire bleuissante pour l'emmener sous le bureau. Ca allait être serré, mais avec un bon sortilège de désillusion ils seraient incognitos. Elle posa un dernier regard scrutateur sur Rogue avant de se glisser contre les parois de bois, serrant ses genoux contre sa poitrine pour permettre à Black de trouver de la place. Black dont elle avait encore la baguette d'ailleurs...
T'es là Stubbs ? Le grincement que fit la porte en s'ouvrant indiqua Emmeline qu'à quelques secondes près ils étaient grillés. Elle ne s'inquiéta pas pour Rogue, il n'était pas idiot au point d'être pris de cette façon.


Dragées :
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: a criminal always returns to the scene of the crime ϟ Black & Vance

Revenir en haut Aller en bas

a criminal always returns to the scene of the crime ϟ Black & Vance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» LA SCENE GORE DU MOIS
» Criminal Charges Against the Pope and Vatican
» 20. Marvel Returns
» Test de Batman Returns sur Megadrive ! Par Jane Aden
» SGU "Air" 1x01-02-03 [SPOILERS!]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Back to the eighties
-