GRYFFONDOR : 1040 pts | POUFSOUFFLE : 390 pts | SERDAIGLE : 735 pts | SERPENTARD : 880 pts

Partagez|

Interdiction de passer ~ Lysandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 755
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Nightblood (bazzart)
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Interdiction de passer ~ Lysandre Lun 29 Déc - 23:32

Le Lundi, Luzia terminait ses cours plus tôt, ce qui lui permettait de profiter du reste de sa journée. Cependant, depuis qu'elle habitait Londres, elle n'avait jamais vraiment pris la peine de se promener seule. Elle transplanait la plupart du temps de l'université à sa chambre d'étudiante et passait le reste de la journée à essayer de se concentrer sur ses cours, à répondre aux lettres de ses parents ou à lire. Ou bien, lorsqu'elle s'en sentait la force, elle retrouvait sa cousine.

Il y avait un après Institut. Luzia le savait. Elle s'en remettrait, bien-sûr, mais cela lui prendra un temps monstre. Reprendre les cours, essayer de retrouver un rythme de vie normal, cesser de regarder à chaque instant par dessus son épaule... Voilà ce qui lui coûtait énormément d'efforts. Son humeur trahissait cette insécurité : tantôt Luzia craignait de sortir, de peur de tomber sur des individus malveillants, tantôt elle s'enfonçait dans des nuits d'ivresse, faisait la fête jusqu'à n'en plus pouvoir, comme pour se prouver qu'elle n'avait peur de rien.

Aujourd'hui, pourtant, Luzia n'était dans aucune de ces deux dynamiques. Elle sortait d'un cours au sujet des différents terreaux magiques qui l'avait enthousiasmée. Il faisait frais, mais le temps était clair et sec - dans quelques jours, elle rejoindrait Oxford pour les vacances de Noël. Cette année, les Ozores étaient conviés en Irlande, chez les Velasquez. Cela promettait un réveillon de Noël réussi et une joie indescriptible d'être avec les siens. Bref, la jeune femme se sentait à peu près sereine pour la première fois depuis longtemps. Aussi avait-elle décidé de se promener le long du Chemin de Traverse pour explorer les boutiques et faire du repérage pour les achats de Noël. Elle marchait vite, cependant. Même inconsciemment, la peur lui faisait presser le pas. Luzia prêtait attention aux boutiques, mais de s'attardait pas sur les devantures. Elle entra juste dans le Scott's Cauldron pour prendre un café viennois à emporter avant de continuer sa virée. Le gobelet lui réchauffait les mains et laissait échapper des effluves sucrées.
L'Espagnole ne ralentit le pas que lorsqu'elle passa devant une libraire. Librairie Sirlan. Tiens, songea-t-elle, je vais acheter le dernier roman d'Abraxas. C'était carrément le bon plan : une fois fait, elle rentrerait chez elle pour se plonger dans le bouquin en terminant sa boisson chaude.

Mais lorsqu'elle voulut entrer dans la boutique, on lui barra soudainement le passage. Luzia ouvrit la bouche pour s'excuser, avant de se rendre compte qu'il ne s'agissait pas d'une maladresse de sa part, et que le bonhomme avait fait exprès de se mettre devant elle. C'était un vigile.

Identité ? demanda sans préavis l'homme aux sourcils sombres et à la mâchoire imposante.

Luzia ne répondit pas de suite mais pensa que c'était un employé de la librairie. Par les temps qui couraient, les commerçants faisaient comme ils pouvaient pour protéger leur boutique.

Ozores, Luzia, finit-elle par dire en essayant de ne pas fuir le regard dur du vigile.

La réponse fusa, immédiate.

Vous n'êtes pas autorisée à entrer.

Luzia fronça les sourcils. Son gobelet changea de main.

Je crois qu'il y a malentendu, glissa-t-elle d'une voix mal assurée, je veux juste entrer m'acheter un li...
L'accès est formellement interdite aux Impurs, vociféra alors l'armoire à glace.

Luzia recula alors soudainement, manquant de peu de percuter une mère qui tenait un jeune enfant par la main, les lèvres tellement serrées qu'elles en devenaient blêmes. Elle était bien trop choquée pour protester. Les yeux levés vers la devanture, l'étudiante aperçut, debout derrière son comptoir, Lysandre Sirlan.
Agé d'un an de plus qu'elle, le jeune homme avait été élève à Gryffondor. Depuis l'été, parce qu'elle l'avait vu à l'Institut, Luzia savait qu'il aspirait à une carrière d'Auror - elle l'avait d'ailleurs vu se démener comme un beau diable pour protéger tout le monde. Comment pouvait-il, à peine quelques mois plus tard, interdire l'accès de sa librairie aux sorciers sangs-mêlés ? C'était tellement incongru, brutal et cela remuait tellement le traumatisme de Luzia que cette dernière se mit à pleurer devant l'homme. L'injustice la frappait de nouveau à plein fouet.

S'il vous plaît, fit-elle à l'homme.

Ce dernier, pour toute réponse, sortit sa baguette. La gorge de Luzia se serra. Elle jeta un regard noir et mouillé à Lysandre qui observait la scène depuis l'intérieur de la librairie. Elle lui en voulait de se faire humilier de la sorte, en pleine rue, sanglotante. Qu'il crève.

Elle s'éloigna. Si elle l'avait pu, elle se serait enfuie en courant. Mais elle était si tendue qu'elle marchait maladroitement et ne songeait même pas à transplaner. Ses larmes lui brouillaient tellement la vue qu'elle n'avait aucune visibilité. Elle tourna à l'angle de la rue et s'arrêta pour pleurer à son aise et respirer un bon coup.

Tu le paieras ! dit-elle avec violence en lançant son gobelet encore plein qui s'écrasa sur le mur en brique, face à elle.

La boisson éclaboussa le mur en une gerbe de café et de crème qui ruissela vers le sol comme les larmes de Luzia.


Spoiler:
 

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...


Dernière édition par Luzia Ozores le Lun 5 Jan - 20:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 480
| AVATARS / CRÉDITS : Daniel Sharman by class wore
| SANG : Pur, mais quelle importance


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : voir mourir les personne qu'il aime
| PATRONUS : hiboux grand duc
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Interdiction de passer ~ Lysandre Mar 30 Déc - 22:48

Malgré l'importance des cours, des journées étaient libérés spécialement pour permettre aux élèves de travailler leur cours. Lysandre lui, en profitait pour travailler avec sa mère à la librairie. Cette dernière était de plus en plus vide de clients depuis que le décrets interdisant les sang-impurs de s'y présenter était officiellement passé. Malgré tout, il continuait "d'emprunter" des livres pour les filer à Lily ou d'autres de ses amis qui ne pouvait plus y avoir accès. Ces décrets ne servait qu'à satisfaire Edgar Blackstone bien que cela ne soit qu'en façade.

Il concentrer sur de sombre idées quand un éclat de voix à l'extérieur de la boutique lui parvint aux oreilles.
"L'accès est formellement interdite aux Impurs" Le jeune homme baissa la tête. La jeune femme derrière la vitrine n'était pas la première à essayer de rentrer quand même ! Il ne pouvait rien faire pour elle. Il comprenait que l'humiliation soit horrible, lui-même la répugnait et assistait à chaque fois, au même scène, en serrant les mâchoires.
Il détourna les yeux mais ne put déconnecter son esprit de se qu'il se jouait devant sa vitrine. Quand le "vigile" sortit sa baguette, il releva les yeux et fixa la jeune femme, le visage plein de larmes. Il la reconnut pour l'avoir souvent croiser à l'institut. Une jeune poufsouffle ! Il la regarda la détester, lui signifier toute la haine que représentait cette humiliation et à aucun moment il ne lâcha son regard, acceptant avec dépit ce qu'elle lui reprochait. Sa présence dans l'ordre, sa chasse au mangemorts était sa manière de se faire pardonner, ou plutôt de se pardonner à lui-même ces humiliations.
Il la vit partir en titubant et d'un coup d'oeil à sa mère, le regard aussi déçus que le sien, il prit une veste et sortit. Le vigile s'avança rapidement vers lui, il l'ignora. Quand il Lui agrippa le bras le jeune homme se retourna enfin.
"Je vais boire un verre, c'est interdit ?" le défia-t-il. Il le lâcha et Lysandre s'éclipsa rapidement. Il l'avait vu tourner au coin de la rue. Rien ne prouvait qu'il retrouverait la jeune femme mais il pouvait toujours tenté. Grand bien lui fasse,il l'a retrouva adosser à un mur en train de pleurer.

-"Luzia ? Luzia Ozores, je me trompe ?"
Rien ne l'autorisait à lui poser des question et encore à tenter de la consoler, mais Lysandre restait celui qu'il avait été.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 755
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Nightblood (bazzart)
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: Interdiction de passer ~ Lysandre Lun 5 Jan - 21:28

Luzia regardait les débris de son gobelet, la respiration saccadée par les sanglots. Elle se sentait aussi découragée qu'humiliée. Pour une fois ! Pour une fois qu'elle mettait les pieds dehors pour essayer de vivre normalement... ! Voilà qu'elle était rattrapée par l'impureté de son sang et par la violence de ceux qui prônait une vision aristocratique de la magie.
Elle s'étonnait aussi de la brutalité dont elle venait de faire preuve en balançant sa boisson chaude contre le mur et en lâchant ce cri rauque. Cela ne lui ressemblait pas. Elle devenait comme les autres. A cette pensée, la jeune femme eut un hoquet de terreur. Elle se remplissait de violence et d'amertume.

C'était une réflexion si douloureuse qu'elle se remit à pleurer. Luzia recula de quelques pas et s'appuya le dos contre le mur de la ruelle, les mains devant les yeux. Peu lui importait que des passants la vissent ainsi, aussi peu maîtresse d'elle-même. Cela faisait des mois qu'elle ne se maîtrisait plus, de toute façon.

Luzia ? Luzia Ozores ?

L'interpellée se redressa tout d'un coup en entendant la voix claire et douce. C'était le libraire, Lysandre Sirlan. Pourquoi l'avait-il suivie ? Vu l'état émotionnel de l'Espagnol, ce n'était peut-être pas une bonne chose. Et pourtant, elle ne voyait aucune marque de moquerie, de condescendance ou de pitié sur le visage du jeune homme. Il l'observait au contraire avec une certaine douceur, à quelques pas d'elle, là où commençait la ruelle. A première vue, il ne manifestait aucune hostilité.
Et pourtant... Jamais, jusqu'à présent, l'ex-Pousouffle n'aurait imaginé Lysandre Sirlan comme quelqu'un de potentiellement hostile. Mais n'était-ce pas lui qui empêchait les Impurs d'entrer dans son commerce ? Avec une décision aussi extrème, comment pouvait-il avoir un visage si... sympathique ?

Oui, répliqua Luzia en braquant son regard dans le sien. Oui, c'est bien moi. Désolée de ne pouvoir devenir une de tes clientes, je suis une impure.

Bravache, elle avait dit cela comme si elle avait craché chacun de ces mots. Elle prenait un sacré risque en parlant de la sorte à quelqu'un manifestement à la botte du Lord noir. Cela relevait probablement du suicide. Au point où elle en était.

Comment peux-tu faire une chose pareille ?! Tu étais à Gryffondor ! Tu étais à l'institut cet été ! Tu étais sensé nous défendre ! Tu as vu tout ce que l'on a subi !

Elle avait fait juste quelques pas - pas assez pour être à la portée de Lysandre, mais suffisamment pour lui montrer qu'elle n'avait pas peur de lui et qu'elle était remontée. Son visage strié de larmes n'empêchait pas la colère d'y poser ses traits. Sa voix, également, partait un peu dans les aigus tandis que sa respiration, sifflante, trahissait son trouble.
Elle s'imagina alors qu'il était un traître. Ce devait probablement être plus facile de se plier à la politique pro-sang-pur que de résister... A ce moment-là, Luzia ne voyait en Lysandre qu'un opportuniste. Il avait choisi son camp. Pour sa part, l'Espagnole comptait bien lui faire comprendre à quel point ce choix la dégoûtait.


Spoiler:
 

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...


Dernière édition par Luzia Ozores le Sam 24 Jan - 18:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 480
| AVATARS / CRÉDITS : Daniel Sharman by class wore
| SANG : Pur, mais quelle importance


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : voir mourir les personne qu'il aime
| PATRONUS : hiboux grand duc
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Interdiction de passer ~ Lysandre Dim 18 Jan - 17:17

Le Lysandre, joyeux et conciliant, juste et loyale n'était pas mort, et il le savait. Il restait juste enfouit, sous la colère, la frustration et l'inquiétude. Ces histoires avec Blackstone l'avait miné et petit à petit, il en était venu à se refermer, lui pourtant calme et posé, était devenue colérique et un voile de tristesse apparaissait régulièrement dans son regard quand il regardait ce qu'était devenue sa librairie ou quand il regardait ces amis se marier par amour dans un grand moment d'allégresse. Il n'aurait pas le droit à ça et il le savait.

Il regarda la jeune femme relever la tête, les joues encore humides. Il laissa son regard de haine le transpercer de part en part. Si il ne fallait que ça pour la soulager alors il voulait bien se faire transpercer encore et encore, cela ne lui donnerai que plus envie de se battre encore et toujours contre ceux qui pourrissaient l'existence du monde sorcier. Son père était mort pour ses convictions, les même qu'ils partageaient aujourd'hui et il ne laisserait personne le détourner de ces idéaux dusse-t-il devenir un hors la loi pour cela.

Elle n'eut pas besoin de confirmer son identité que Lysandre savait déjà qu'il avait raison. Il lavait vu si souvent dans les couloirs de l'institution, si souvent il s'était arrangé pour que son dortoirs puisse avoir un peu plus à mageR. Il s'était tellement énervé contre le régime qu'on faisait subir au sang-impurs que Kingsley avait menacer à plusieurs reprise de le démettre de ses fonctions sur cette mission. Il savait que jamais il n'oublierais les visages aux traits tirés de ces enfants, ado, et jeunes adultes. Et celui de Luzia Ozores ne faisait pas exception. Les anciens souvenirs, quand ils s'affrontait sur le terrain de Quidditch, lui poursuiveur et elle batteuse, unis par une passion et adversaire de maison, était affaiblit par les dernières images qu'il avait d'elle.

-"Dis moi ce que tu veux et je te le ferais parvenir.  Ca fait longtemps que je passer des bouquins discrètem..." Il n'eut pas le temps de finir de parler qu'elle lui crachait à la figure le vérités qu'il connaissait parfaitement déjà. elle avait entièrement raison, et jamais Lysandre ne pourrait raconter un mensonge pour cacher les faits. Oui il avait céder au chantage de Edgar Blackstone simplement pour sauver sa mère, oui il avait du faire des choix qui le répugnait plus que la jeune femme ne pouvait s'en douter, mais il ne cessait pas pour autant de se battre et c'était l'essentiel. Sa bataille ne serait terminé que lorsque le dernier mangemorts existant serait mort ou à Azkaban, derrière les barreau de sa folie, plus efficaces encore que ceux présent aux portes.

-"Oui j'étais à Gryffondor, et je me suis toujours battu pour les mêmes valeurs, oui j'était à l'institut, oui j'ai vu tout ce que vous avez subit et oui j'ai toujours tout faits pour vous protéger comme je le pouvais. J'ai voler des heures entière sous forme de hiboux pour essayer de trouver une sortie, une faille dans leur protection, jour après jour, nuit après nuit." Il n'avait pas hausser le ton, il n'était pas en colère. La poufsouffle avait toutes les raisons d elui en vouloir et il voulait simplement lui expliqué que malgré tout, il n'avait pas changé. "Ecoute-moi, je n'ai pas changer d'allégeance, elle va toujours à la protection des nés-moldus et des sang-mêlé, et de tout ceux qui sont contre ces idées pro sang-pur." Il risquait gros si la jeune fille jouait un double jeu pour Edgar blackstone, ou si quelqu'un travaillant pour lui traînait dans la rue à ce moment la mais qu'importe, il s'était promis de ne pas ce laisser marcher sur les pieds tant qu'ils pouvait encore se défendre. On lui avait interdit de vendre à des sang-impurs, parfait, il avait formé son trafic, faisant discrètement passé les livres pour leur permettre de les lire. Il ne pouvait pas lui expliquer les détails, du pourquoi du comment, et pourtant si il voulait la convaincre, il savait qu'il lui faudrait user de meilleurs arguments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 755
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Nightblood (bazzart)
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: Interdiction de passer ~ Lysandre Sam 24 Jan - 19:23

Si Luzia n'avait pas été en proie à une colère noire, elle aurait eu pitié de l'air peiné du libraire. Mais elle rageait tant qu'elle ne pouvait voir rien d'autre que sa propre détresse. D'ailleurs, il commença à dire quelque chose, mais elle l'interrompit, ne prenant même pas la peine de l'écouter. Seulement, quand elle aborda le sujet de l'institut, elle se remémora tous ses mauvais souvenirs. Elle se tut. Si Sirlan était de l'autre bord, il était inutile qu'il voit à quel point cet été l'avait détruite. Ce serait lui donner de la satisfaction, et l'encourager à recommencer une nouvelle fois. Elle se tut, donc, et c'est à ce moment que le jeune homme prit la parole, toujours avec cette voix si douce qui le caractérisait et qui, il fallait le reconnaître, n'allait pas du tout avec son profil de Mangemort :

Oui j'étais à Gryffondor, et je me suis toujours battu pour les mêmes valeurs, oui j'étais à l'institut, oui j'ai vu tout ce que vous avez subi et oui j'ai toujours tout fait pour vous protéger comme je le pouvais. J'ai volé des heures entières sous forme de hibou pour essayer de trouver une sortie, une faille dans leur protection, jour après jour, nuit après nuit.

Luzia ne dit rien. Elle était juste troublée. Pourquoi, s'il était ouvertement pour la politique pro sang-pur, tenait-il tant à persuader la jeune fille qu'il s'était inquiété pour les élèves durant l'été ? Ce n'était pas ainsi qu'auraient agi les frères Lestrange, par exemple. Eux, ils assumaient, et ils souhaitaient qu'on les craigne. Leurs actes n'étaient que barbarie et jamais ils ne courraient après leurs victimes pour dire qu'ils regrettaient ce qu'il s'était passé.

Écoute-moi, reprit-il et Luzia consentit à tourner de nouveau sa tête vers lui. Je n'ai pas changé d'allégeance, elle va toujours à la protection des nés-moldus et des sangs-mêlé, et de tout ceux qui sont contre ces idées pro sang-pur.

L'étudiante remit correctement son sac de cours sur son épaule. Son regard était moins hargneux, mais dardait Lysandre Sirlan d'éclairs froids et méprisants. Elle n'était guère convaincue, mais elle sentait que Sirlan n'était pas dangereux. S'il avait voulu lui faire du mal, il l'aurait fait depuis longtemps, car elle lui avait laissé trop d'occasions. Sa colère était passée à un autre plan, en sourdine, et c'était la curiosité qui occupait son esprit, désormais. Le décalage entre les paroles de l'ancien Gryffondor et ses actes la laissait perplexe. Elle songea à un piège. Ne les avait-on pas assurés, à l'Institut, que le Ministère veillait sur eux ? Paroles rassurantes et bienveillantes qui avaient en fait cautionné la monstruosité des adultes. Sirlan lui jouait-il encore ce coup ?

Hum... fit Luzia en se raclant la gorge. Pourquoi donc interdis-tu l'accès à ta librairie si ton allégeance défend les Impurs ?

Elle voulait lui laisser le temps de répondre mais, déjà, ses mots sortaient de sa bouche :

Ton allégeance se résume peut-être seulement à des mots. Quand je vois tes actes, je me dis que ton allégeance n'a pas grande importance pour toi...


Elle fit quelques pas rapides vers lui, pour voir comment il réagirait. Car, malgré sa colère, Luzia avait peur qu'il lui fasse du mal. Elle voulait partir.

Spoiler:
 

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interdiction de passer ~ Lysandre

Revenir en haut Aller en bas

Interdiction de passer ~ Lysandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Pré-au-Lard et Londres
-