Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

Des retrouvailles etrangements swag, Avec Sirius Black

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Des retrouvailles etrangements swag, Avec Sirius Black Mar 30 Déc - 9:51

Telle un chat, langoureusement étendue sur le lourd tapis rouge bon marché qui recouvrait le sol poussiéreux, Alice fumait. La fumée blanchâtre s'échappait fièrement par les nombreux trous qui parsemaient le tissus de sa tente, s'envolant par delà l'Allée des Embrumes et se mêlant à la pureté des nuages. Le silence gris pesait, vaguement rompu par le chuchotement tenu des magouilleurs qui fouinaient, lorsqu'il fut soudainement déchiré par une toux rauque et désespérée.

« PWAOOUH ! Mais c'est immonde, c'est infâme !! »

A l'entente du tintement presque cristallin, des pas précipités s'éloignèrent lourdement. Maladroitement, Alice écrasa sa cigarette à peine commencée sur le sol et engloutit de longues gorgées d'eau boueuse, prétendant naïvement pouvoir ignorer la nausée qui menaçait de la submerger. Quels arnaqueurs ces Moldus ! Les cigarettes sont censés être un plaisir dangereux, dont vous ne pouvez vous passer mais qui empoissonnent votre organisme vicieusement, qui vous rapprochent un peu plus du basculement dernier a chaque bouffée que vous aspirez. C'est cela qui avait poussé Alice à s'en acheter un paquet : défier les certitudes des Moldus. Elle, qui était dotée d'un troisième œil miraculeux, avait bien vu qu'elle ne mourrait pas aujourd'hui, ainsi elle s'était dit qu'en fumant beaucoup de cigarettes dans la journée et en ne mourrait pas, elle prouverait ainsi que les Moldus avaient tort. Or, elle n'avait pas prévu que les Moldus ne s'étaient pas trompé uniquement sur la nocivité immédiate de la cigarette mais également sur la notion de plaisir. Par Merlin ! Cette chose était absolument infâme ! Si elle avait été une jeune pouilleuse, Alice aurait craché par terre, mais, n'en étant pas une, elle préféra cracher sur la table de bois vermoulu qui disparaissait sous les déchets.

Écœurée par l'arrière goût de tabac froid qui paralysait son palais, la petite drapa ses épaules d'un châle coloré et sautilla telle une licorne dans l'Allée des Embrumes. Le sourire enjoué qui s'épanouissait sur ses lèvres rosées attirait les œillades méfiantes des magouilleurs ténébreux qui traînaient. Peu à peu, la noirceur souillée qui régnait s'éclaircit au profit de la clarté lumineuse qui résignait les escrocs à paraître nettes. Enfin parvenue sur le Chemin de Traverse, la petite aux cheveux sales et emmêlés se fondit au travers de la foule de sorciers qui s'étonnaient sur son passage. Indifférente à la banalité environnante, la jeune femme laissa ses longs doigts crasseux et pales s'égarer sur un étale et s'enrouler autours d'un lot de sucettes aux couleurs éclatantes. Ravie, elle porta l'une d'elle à sa bouche, la saluant d'un coup de langue enthousiaste. La déception l'envahie. Il fut un temps où les confiseries étaient tout de même plus goûteuse que celle ci. Retournant sur ses pas, Alice retourna voir le vendeur ambulant, qui était un sorcier rabougri à la mine enjouée afin de lui faire part de ses réflexions. Quel scandale ! Plein de compassion, le vieillard lui montra alors comment ôter le plastique qui protégeait le bonbon, ce qui ravie au plus haut point la jeune voleuse. Sa bouche ainsi emplie d'une explosion de saveurs exotiques, Alice tournoyait au milieu des passants, laissant libre cours à sa joie éclatante.

Soudainement, son corps se figea, son sourire se froissa et sa pirouette a moitié exécutée se statufia. L'océan éclaireur de la jeune femme enveloppait un jeune homme qui se tenait plusieurs mètres plus loin. Lui ! LUI. ARGH. Cette ordure ! Les Moldus ne savent pas ce qu'est un poison. Alice le sait. IL est un poison. Avec ses cheveux sombres et son sourire. Et ses yeux. Et son corps. Et sa langue. Surtout sa langue. Il avait fait de sa scolarité un enfer. Il l'avait fait être la risée de tout Poudlard. Par sa faute elle avait dû se marginaliser, apprendre à se méfier de ses camarades, à ne pas laisser importer l'opinion de ses semblables.
Son corps sembla passer en mode automatique tandis qu'elle s'élançait, de son corps maigrelet a peine camoufle par quelques châles colorés embaume d'encens, suivie de son épaisse chevelure rousse et bouclée, une expression furieuse déformant les traits de son visage, armée uniquement de sa sucette luisant de bave qu'elle jeta en direction de la chevelure du jeune homme. Sirius Black allait enfin payer ses dettes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 449
| AVATARS / CRÉDITS : Robert Sheehan - angel dust - Bazzart
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Des retrouvailles etrangements swag, Avec Sirius Black Dim 4 Jan - 21:56

Black arpentait le Chemin de Traverse depuis déjà deux heures. Il avait été convié au réveillon de Noël de l'Ordre, et se serait ramené les mains vides, si Remus n'avait pas eu la présence d'esprit de lui rappeler qu'il valait mieux apporter quelques cadeaux. Du coup, comme le repas de Noël avait lieu le soir-même, le Maraudeur n'avait pas d'autre choix que de profiter de son après-midi de congé pour dépenser quelques galions. Il était loin d'être bredouille, en vérité, puisque qu'il avait déjà déniché quelques bouteilles de grand cru qu'il offrirait à Maugrey, à Lucas et à Kingsley. Pour Ariena, Maddy, et les frères Prewett, c'était à Remus de se charger des cadeaux, auxquels Sirius participerait. Il avait bien quelques idées : il voulait acheter un truc en rapport avec le quidditch pour Maëlynn, mais ne savait pas vraiment de ce dont elle avait besoin... Pour Marlene, c'était facile : il lui avait pris un livre qui permettait de personnaliser les objets qu'elle vendait. Sirius savait qu'elle aimait offrir ce service à ses clients, mais qu'elle se plaignait parfois de manquer d'inspiration. Là, avec ce livre, la jeune mariée devrait trouver son bonheur.

Mais pour ceux qui restaient... Sirius, niveau finances, n'avait pas une grande marge de manœuvre. Il tenait à offrir des cadeaux à petits prix, mais qui fassent plaisir, qui soient percutants. Cela n'était pas évident. Il devait aussi penser aux Mackenzie, qui prêtaient leur pub pour l'occasion. Ça allait être un chouette réveillon, il n'en doutait pas. D'autant que l'Ordre avait des missions à succès à fêter. Pour une fois, l'ambiance serait là.

Sirius inspectait donc avec attention chacune des vitrines, en s'attardant sur certains objets de décoration, ou bien un peu drôles. Il lorgnait un carnet dont la couverture était en cuir ouvragé - qu'il imaginait assez bien offrir à Vance, lorsqu'un objet dur lui percuta l'arrière du crâne, s'emmêlant dans ses boucles, avant de tomber en un petit bruit sec sur le sol gelé.

Ouch, s'exclama-t-il en se retournant aussitôt.

Il la vit de suite. Sa tignasse de feu, pleine de noeuds et d'une propreté douteuse, son visage d'enfant et son air allumé ne trompaient pas. Alice Snow. Black ne pouvait pas vraiment ignorer son identité. La femme enfant était de la même promo que lui, à Poudlard. Et il n'avait cessé de la taquiner alors, parce qu'Alice, c'était quand même un sacré numéro. Dès qu'il lui lançait une boutade, il la voyait se rebiffer comme un chat hystérique.

Ce jour-là, il fallait reconnaître que le chat hystérique s'était calmé. Bien-sûr, Alice arborait toujours une mine bizarre - que son style vestimentaire ne faisait que renforcer - mais elle était loin de réagir comme elle le faisait auparavant.

Se massant l'arrière de la tête, Sirius regarda à ses pieds. Une sucette. Elle lui avait balancé une sucette à la tête ! Elle était vraiment barrée... !

Alice ? demanda Sirius. Je peux savoir pourquoi tu lances des sucettes à la tête des gens ?

Elle le fixait avec un regard plein de colère. Pour Black, les moqueries étaient oubliées. C'était du passé. Et même s'il en riait encore parfois avec James, il avait grandi, et dépassé le stade où il se moquait sans cesse de tout le monde. Il ne comprenait donc pas la rancœur de la jeune femme. Deux ans étaient passés depuis qu'il n'était plus à Poudlard, après tout.

Je sais que c'est Noël, mais, normalement, on offre des cadeaux, reprit-il sur un ton taquin. On ne les jette pas comme ça à la tête des gens !

Il n'aimait en vérité pas du tout la façon dont elle le fixait. Aussi essayait-il de détendre l'atmosphère comme il pouvait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Des retrouvailles etrangements swag, Avec Sirius Black Dim 11 Jan - 14:37

Ah. Voilà. Il s'était retourné, le gueux. Son air ahuri amusa franchement la petite femme qui laissa échapper son rire cristallin.


Alice ? Je peux savoir pourquoi tu lances des sucettes à la tête des gens ? »

C'était marrant comme le seul son de sa voix avait réussi à ramener Alice à la raison de sa colère. Une voix particulièrement détestable, par ailleurs.

« Je sais que c'est Noël, mais, normalement, on offre des cadeaux. On ne les jette pas comme ça à la tête des gens ! »

Noël ? C'était qui ça, Noël ? Pourquoi il lui parlait de Noël, hein ? Et pourquoi voulait il qu'elle lui offre un cadeau ? Oups. Peut être que malgré ses bras maigrelets, elle avait lancer sa sucette un peu trop fort et qu'il souffrait d'une commotion cérébrale ou un truc du genre. Bof. Après tout, tant pis pour lui. Il avait qu'à pas être méchant, voilà tout. Tout de même, il faudrait peut être qu'elle vérifie, c'est vrai quoi, ce serait dommage que sa couverture de mange mort sois cramée par un accident pareil...

« Je sais pas qui c'est, moi, ton Noël, nous n'avons de toute évidence pas les mêmes fréquentations, et puis il m'a jamais fait de cadeaux. Tant mieux d'ailleurs, c'est nul les cadeaux. A Poudlard on m'en offrais plein et ils m'explosaient a la figure, ça faisait mal. Alors j'espère qu'il t'en offre pleins. Et puis comme ça, je pourrais dire que c'est de sa faute si tu meurs d'une commotion cérébrale ! »

Oh. Mais du coup, si Alice pouvait accuser quelqu'un d'autre qu'elle même pour avoir provoquer une commotion cérébrale a l'autre abruti, elle pouvais le bombarder avec les sucettes qui lui restaient alors ! Trop cool !

Tu croyais que tu arriverais à me faire peur en me parlant de ton ami qui veut m'offrir un cadeau pour me faire mal, mais tu as échoué perfide serpent ! Butor aux pieds plats ridicules ! »

Et c'est ainsi qu'en plein milieu du chemin de Traverse en cette période de Noël, les passants purent apercevoir une petite rouquine hystérique attaquer à coups de sucette un homme qu'elle insultait de noms ridicules. Quoi de plus normal dans le monde des sorciers ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 449
| AVATARS / CRÉDITS : Robert Sheehan - angel dust - Bazzart
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Des retrouvailles etrangements swag, Avec Sirius Black Jeu 22 Jan - 18:23

Il y avait des gens qui ne changeaient pas, malgré le temps qui passait. Alice Snow en faisait partie, manifestement. Sirius s'en rendit compte en l'observant. Physiquement, elle était toujours la même. Petite, maigrelette, auréolée d'une chevelure qui faisait que l'on la reconnaissait de très loin... Mais elle ne semblait pas non plus avoir grandi dans sa tête. Elle parlait toujours comme une gamine, avec une voix de fillette. Sirius était lui aussi un grand gamin - on ne cessait de le lui répéter à longueur de journée. N'empêche, il savait se comporter en adulte, de temps en temps.

Je sais pas qui c'est, moi, ton Noël, protesta Alice Snow, nous n'avons de toute évidence pas les mêmes fréquentations, et puis il m'a jamais fait de cadeaux. Tant mieux d'ailleurs, c'est nul les cadeaux. A Poudlard on m'en offrait plein et ils m'explosaient à la figure, ça faisait mal. Alors j'espère qu'il t'en offre plein. Et puis comme ça, je pourrais dire que c'est de sa faute si tu meurs d'une commotion cérébrale !

Que... Quoi ? Sirius arqua un sourcil, déstabilisé par les bêtises énoncées par la femme-enfant. C'était peut-être la première fois qu'il rencontrait quelqu'un qui ne sache pas ce que c'était que Noël. Quand même, il suffisait de voir les devantures des boutiques pour se rendre compte qu'il s'agissait d'un moment particulier de l'année. Devait-il en rire, ou en pleurer ? Lorsqu'Alice commença à lui dire des paroles colorées, à le bombarder de coups de sucette couverte de bave et à lui parler d'un ami qu'il ne connaissait ni de Merlin ni de Morgane - mais peut-être était-ce Noël - il l'interrompit.

Hé ! On va se calmer.  

Il lui saisit les bras et la força à s'éloigner de lui. Black ne savait pas trop quoi ajouter. Tous deux ne parlaient pas la même langue, à vrai dire. Deux ans plus tôt, il se serait probablement moqué d'elle. Elle était tellement perchée par rapport à lui ! Mais aujourd'hui, c'était différent. Il comprenait qu'Alice lui en voulait. Il reconnaissait ses faits dans les cadeaux explosifs - c'était marrant, à l'époque. Mais ça, c'était avant. Il devait montrer à Alice qu'il n'était pas un abrutit de première. Il allait tout reprendre depuis le début.

Noël, ce n'est pas quelqu'un, c'est juste une fête. Les gens s'offrent des cadeaux qui n'explosent pas du tout et qui sont censés faire plaisir.

Elle essayait toujours de le rouer de coups de sucette. Il la stoppa dans un virulent "Arrête !", qui fit se retourner plusieurs passants. C'était la honte. Il ressemblait à un papa précoce qui se faisait martyriser par son enfant capricieux. Tout ça pour une sucette.

Je sais que je n'ai pas été très sympa avec toi, mais maintenant, je ne fais plus autant de bêtises.

Bon, là, comme ça, ce n'était pas très convaincant. Alice était une enfant et les mots n'avaient pas beaucoup d'effet sur les enfants. Sirius n'était pas trop chaud pour un câlin de la paix, vu l'hygiène d'Alice - il avait probablement déjà chopé un truc avec sa bave... ! Du coup, comme il vit la sucette, couverte de saletés, il eut une idée.

Je vais t'offrir un cadeau qui n'explose pas, pour une fois. Ça te dit que je te repaye une sucette ? Celle-ci n'est plus bonne, tu devrais la jeter...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des retrouvailles etrangements swag, Avec Sirius Black

Revenir en haut Aller en bas

Des retrouvailles etrangements swag, Avec Sirius Black

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Des retrouvailles etrangements swag, Avec Sirius Black
» Sirius Black : le parrain
» (M) Ben Barnes - Sirius Black
» Sirius Black
» Sirius Black

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Pré-au-Lard et Londres
-