GRYFFONDOR : 815 pts | POUFSOUFFLE : 370 pts | SERDAIGLE : 660 pts | SERPENTARD : 760 pts

Partagez|

Quand un et un ne font pas deux. [Luzia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Quand un et un ne font pas deux. [Luzia] Lun 5 Jan - 17:07

Février 1980
Les Trois Balais, Pré-au-Lard.


PARTIE 1 : Retrouvailles


Dowey fait les yeux doux à Rosmerta. Il tente d’obtenir un whisky pur feu gratuit. Ca a marché une fois, ça ne marchera pas deux. Son charme légendaire ne suffira certainement pas. Je le regarde faire, un sourire idiot sur les lèvres. Mes pensées, bien que noyées dans l’alcool, la musique et les éclats de voix, ne sont pourtant pas tournées vers mon camarade.

Je l’ai revue aujourd’hui.
Cela faisait six mois et je l’ai revue aujourd’hui.
J’ai pris soin de ne pas croiser son regard. Mais mes yeux n’ont cessé de la chercher. Toute la journée. Luzia semble avoir changé. Elle n’est plus la même. Elle semble avoir maigri et son regard parait plus terne. Mais pourtant, elle reste magnifique à mes yeux. La voir aujourd’hui me rappelle à quel point il est difficile de vivre sans elle. Je suis un idiot. Un idiot qui a laissé partir la femme parfaite. N’importe qui l’aurait retenue. Parfois, j’aimerais être comme n’importe qui.

Mes yeux quittent le tombeur Spencer et se promènent sur la foule d’étudiants présents dans le bar. Je la cherche encore et toujours. Cette journée a été une vaste blague. Dire que nous, les septièmes années, on était censés rencontrer les étudiants de première année de l’école supérieure de magie pour parler études, cursus scolaire et compagnie… la blague. Le principal sujet de conversation de la journée était plutôt la soirée aux Trois Balais qui s’annonçait.
Mes yeux s’arrêtent sur une longue chevelure brune. Je suis sûr que c’est elle. Même de dos, dans la pénombre de la salle et les yeux embués, je la reconnais entre mille. Sans ciller, je porte mon verre à mes lèvres et le vide d’un trait. C’est alors qu’une violente tape dans le dos me sort de mes pensées.
-Va la voir, crétin !
Eanna a raison. Je ne lui dirai jamais mais elle a souvent raison. Alors je me lève.
Le sol tangue dangereusement, c’est assez compliqué. Je mets un pied devant l’autre et avance prudemment vers Luzia. Je prépare mentalement quelque chose à dire, mais ma tête est vide. Rien. Nada. Je ne suis plus  qu’à quelques centimètres d’elle…

-Luzia…
Ma main frôle son bras.
Elle se retourne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 751
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Nightblood (bazzart)
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: Quand un et un ne font pas deux. [Luzia] Jeu 15 Jan - 22:50

On ne pouvait pas dire que Luzia Ozores soit une étudiante particulièrement assidue. Oh, bien-sûr, elle assistait presque à tous ses cours, rendait ses devoirs en temps et en heure et se passionnait pour la matière qu'elle suivait. Néanmoins, elle ne s'était pas tellement intégrée à l'École supérieure de Magie et, lorsqu'elle s'était proposée de venir à la rencontre prévue entre les Septièmes années de Poudlard et les jeunes étudiants de Londres, un enseignant était venu la trouver pour lui demander ses motivations et savoir si elle était vraiment apte à représenter l'enseignement supérieur. Au fond, l'Espagnole n'était pas là pour jouer les enfants de chœur. Elle souhaitait juste revenir à Poudlard, une dernière fois. Retrouver ce qui avait constitué son foyer pendant sept années qui, finalement, lui avaient parues très courtes. C'était aussi l'occasion de retrouver les autres : Dowey, Olivia, et les autres membres de l'équipe. Peut-être même rencontrer le joueur qui l'avait remplacée au poste de batteur ?
Aspiration puérile que de vouloir retourner en arrière, à un moment où la vie était plus tranquille, moins tumultueuse que la vie de jeune adulte qu'elle menait à présent.

Voilà donc pourquoi elle était présente, ce soir-là, à Pré-au-Lard, aux Trois Balais. Le collège avait permis une soirée entre la délégation étudiante et les élèves de Septième année. Les vacances de Février débutaient le lendemain et tout le monde se donnait à cœur joie. Luzia aussi qui, depuis que la nuit était tombée sur le petit village sorcier, n'avait jamais eu entre les mains un verre vide. Rendue joyeuse et enthousiaste par les bièraubeurres, la jeune femme déambulait parmi les élèves, croisant des connaissances et profitant cela pour discuter un moment. Même si elle était venue pour retrouver ses anciens coéquipiers, Luzia avait du mal à aller vers eux. Elle était allée voir Eanna en début de soirée, et Dowey était spontanément venu vers elle pour prendre de ses nouvelles. Ils ne s'étaient pas parlé depuis le retour de l'institut. Il y avait bien eu quelques hiboux envoyés de part et d'autre, mais chacun avait peu à peu été gobé par ses propres affaires.

En fait, Luzia évitait quelqu'un. Nolan. Elle l'avait vu, assis parmi les Septièmes années. Il lui était apparu dans un halo de lumière, avec ses cheveux d'or. Sa beauté l'avait frappée à tel point qu'elle en avait eu le souffle coupé. Elle s'était alors rendue compte à quel point elle ne l'avait pas oublié. Et pourtant, voici deux mois qu'elle était avec Oscar et que ça se passait bien. Oscar était un jeune homme solide, plein d'entrain, capable de lui faire oublier le monde sorcier et sa noirceur. Mais revoir Nolan, c'était comme prendre un bain chaud après s'être roulé dans la neige. Ou bien prendre une gorgée d'eau fraîche en plein désert.
En même temps, c'était à double tranchant. Ça faisait mal. Alors Luzia l'évitait. Elle n'avait pas regardé l'endroit où il était assis quand elle avait pris la parole pour présenter la filière botanique ; et dans le pub, elle faisait tout pour ne pas avoir à lui parler.

Et pourtant, elle en mourrait d'envie.

Malgré l'alcool, elle n'avait pas le courage de tenter une approche. Ces derniers temps, Luzia n'avait pas eu beaucoup de courage.
Elle essayait d'avoir une conversation normale avec Olivia, en papotant boutiques et boîtes de nuit londoniennes, même si son esprit était occupé par autre chose. Puis on l'appela. D'une voix qu'elle serait capable de reconnaître entre mille.

Nolan. Le contact avec sa main aurait pu l'électrocuter. Mais heureusement, Nolan Troy ne savait pas ce que c'était que l'électricité. Elle eut un sourire figé. Son estomac descendit plus bas que terre et elle s'entendit dire, sur le ton le plus naturel possible :
Nolan ! Comment vas-tu ?

Mais elle commit la fatale erreur de le regarder dans les yeux. Elle se sentit soudainement bête, avec son verre à la main, à fixer Nolan et à essayer de s'empêcher de faire quelque chose de ridicule. Elle ne trouva donc rien d'autre que d'engloutir son fond de bièraubeurre - ce qui, en soi, n'arrangeait rien.

Euh... j'ai fini mon verre, dit-elle alors.

Mais elle ne pouvait se résoudre à le laisser là, comme ça. Ça faisait du mal de le revoir, mais ça faisait aussi du bien.

Allons boire un verre, proposa-t-elle, soudainement inspirée.

Ils se dirigèrent vers le bar et Luzia commanda deux shoots de vodka elfique-citrouille qui arrivèrent magiquement aussitôt.

Salud, fit Luzia en levant son verre pour trinquer.

Et elle ne lâcha pas Nolan du regard.

Spoiler:
 

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Quand un et un ne font pas deux. [Luzia] Jeu 29 Jan - 22:26

Je me trouve bête. Je ne sais pas quoi dire. Je suis face à la femme de ma vie et je ne peux sortir un mot. Luzia tente de prendre un air dégagé mais je vois bien qu’elle aussi est troublée. Elle me regarde, ses grands yeux noirs sont plongés dans les miens. Elle est si belle, si fragile, je la prendrais bien dans mes bras. Mais non, je reste planté devant elle, immobile et muet comme une carpe. Je crois que l’alcool ne me réussit pas. J’ai l’impression de flotter loin de mon cerveau. Pourtant, quand Luzia me propose un autre verre, je ne refuse pas. Je trinque avec elle, levant mon verre à sa santé. Une petite voix dans ma tête, celle qui ressemble à la voix d’Eanna, me dit que ce n’est pas une bonne idée, qu’il faut arrêter de boire et reprendre ses esprits, qu’il faut fuir Luzia et vite, avant de faire une bêtise. Je ne l’écoute pas. Après tout, c’est Eanna qui m’a poussé à aller voir Luzia. Je vide mon verre et le repose sur le comptoir. J’ai alors l’impression que le monde autour de nous a disparu. Nous ne sommes plus que tout les deux. Elle et moi, face à face, les yeux dans les yeux. La musique, les voix, le brouhaha, tout ça me semble loin.

-Luz’, j’hésite avant de lui prendre la main, je suis content de te voir. Un verre de plus et je retrouve miraculeusement ma voix. Ma voix et mon courage. Tu m’as tellement manqué. Je regrette ce qui s’est passé l’année dernière, toute cette histoire, avec Sheune… Je me rapproche un peu plus d’elle. Nos nez se frôlent tant mon visage est près du sien. Mon haleine doit empester le whisky mais ce n’est pas vraiment un détail qui me préoccupe en cet instant. Je regrette de t’avoir laissé tomber, Luz’, je n’aurais jamais dû… Surtout pas cet été. J’aurais dû être là, près de toi, avec toi. Silence. Tu… Tu penses que tu pourras me pardonner un jour ?

Au moment où je pose ma question, je le regrette aussitôt. Et si jamais Luzia me répondait « non, jamais je ne pourrais te pardonner Nolan, jamais. » que ferais-je ? Pourrais-je continuer à vivre sachant que celle que j’aime a souffert et souffre encore à cause de moi au point qu’elle ne puisse me pardonner ? Je sens mon cœur se serrer. J’ai peur. Instinctivement, j’éloigne mon visage de celui de la jeune fille de quelques centimètres. Je crois même que les larmes me montent un peu aux yeux. Mais ça, c’est l’alcool, c’est sûr. Car Nolan Troy ne pleure jamais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 751
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Nightblood (bazzart)
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: Quand un et un ne font pas deux. [Luzia] Dim 1 Fév - 21:48

Nolan semblait avoir perdu sa langue. En tout cas, il n'en menait pas large. Comme si, après le sursaut de bravoure qui l'avait amené à aborder Luzia, il ne lui restait plus rien. Il se contenta donc de suivre Luzia et de trinquer. L'alcool brûla légèrement la gorge de l'Espagnole. Mais elle avait déjà tellement bu qu'elle ne sentit presque rien. Ça lui donnait juste chaud... et ça détendait. Elle sentit que Nolan se rapprochait d'elle. Elle le voyait bien, en fait, mais tout semblait lui venir à travers un épais brouillard. Il lui saisit doucement la main et ce fut comme dans les rêves qui avaient suivis sa rupture avec le poursuiveur. Combien de fois, et à quelle intensité avait-elle espéré que Nolan reviendrait sur sa décision ?

Je regrette ce qui s’est passé l’année dernière, toute cette histoire, avec Sheune…

Il se rapprocha encore, et était si près, désormais, que Luzia pouvait voir toutes les nuances de sa chevelure claire, les éclats de ses yeux embrumés par l'alcool et surtout, elle ne pouvait s'empêcher de fixer sa bouche, qui remuait adorablement lorsqu'il lui parlait.

Je regrette de t’avoir laissé tomber, Luz’, je n’aurais jamais dû… Surtout pas cet été. J’aurais dû être là, près de toi, avec toi. Tu… Tu penses que tu pourras me pardonner un jour ?

Luzia ne s'attendait tellement pas à cette question qu'elle en fut perturbée. Comme si c'était à elle de pardonner ! Comme si c'était Nolan qui avait tout fichu en l'air, voici un an jour pour jour... Le jeune homme s'éloigna un peu, et Luzia devina que c'était parce qu'il était ému. Elle aussi l'était. Il y avait encore quelques mois, Luzia aurait pleuré sous le coup de l'émotion. Mais elle avait grandi et s'était endurcie. Depuis l'été, elle ne laissait plus ses émotions la démasquer. Elle serra plus fort la main de son ancien petit-ami.

C'est à toi de me pardonner, Nolan, glissa-t-elle en se rapprochant de lui - davantage pour rechercher le contact que pour couvrir le bruit de la musique. C'est moi qui t'ai fait du mal. Je n'ai jamais vraiment essayé de t'expliquer ce qu'il s'était passé. C'était une erreur...

Une larme roula sur sa joue. Elle n'avait pas pu la retenir. Est-ce que le rejet de Nolan avait une importance, maintenant qu'elle comprenait qu'il n'avait jamais cessé de penser à elle ? Même le baiser qu'il avait échangé avec Lyleïa n'était plus d'actualité. Plus rien ne comptait, maintenant qu'ils étaient là, tous les deux.
Un silence les enveloppait. Ils devaient offrir un drôle de spectacle, eux deux, immobiles, entourés de jeunes gens qui dansaient, criaient et gigotaient sans arrêt.

La main de Luzia, celle qui serrait celle de Nolan, rompit l'étreinte pour aller frotter le dos du joueur de Quidditch. Ce contact donna un frisson à la jeune fille. Sa conscience sonna alors l'alarme mais elle n'entendait pas. Toute son attention était captivée par Nolan.

Et si on allait dehors, au calme, proposa l'Espagnole, histoire de pouvoir parler tranquillement ?

Spoiler:
 

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand un et un ne font pas deux. [Luzia]

Revenir en haut Aller en bas

Quand un et un ne font pas deux. [Luzia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Pré-au-Lard et Londres
-