GRYFFONDOR : 815 pts | POUFSOUFFLE : 370 pts | SERDAIGLE : 350 pts | SERPENTARD : 610 pts
Félicitations aux Serpentard ! On poursuit la saison de Quidditch avec le prochain match : Serdaigle VS Gryffondor ! Les inscriptions sont d'ores et déjà ouvertes ICI !
Une sortie à Pré-au-Lard a été organisée afin de vous permettre d'effectuer vos achats de Noël. Le sujet est juste ici ! Tout post vous rapportera 2 dragées.

Partagez|

Speak again, bright angel ~ Athena & Ebenezer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Speak again, bright angel ~ Athena & Ebenezer Mar 27 Jan - 21:55



Je me sens unique à tes côtés



Il était 18 heures 55. J'étais assise à une petite table poussiéreuse à la Tête de Sanglier. Je n'étais jamais venue de ce côté là de Pré-Au-Lard, je n'étais pas ce genre de personne. Ebenezer n'allait pas tarder à arriver et je m’impatientais. Ce lieu était pour le moins effrayant et les peu de personnes qui y étaient me donnaient juste envie d'enfiler une cape d'invisibilité tellement leurs regards me transperçaient. Seigneur, songeais je, sauvez moi. J'étais très croyante et me retrouver dans cette endroit me rappelait le poème Inferno du poète sorcier Dante. Je pianotais la table brûlée de mes ongles manucurés. J'avais bien écouté ce que m'avait dit Alford et pour l'occasion j'ai essayé de paraître encore plus jolie que d'habitude. J'étais intriguée par ce rendez-vous du moins si cela en était un et par le hibou que m'avait envoyé le jeune homme ; "19 heures, Tête de Sanglier, Pré-Au-Lard, sois aussi jolie que possible." Voulait il me présenter quelqu'un ?,  me demandais je. Non, il ne voulait simplement pas être vu en compagnie d'un laideron. Je me mordillais la lèvre inférieure tout en consultant ma montre. 19 heures pile. Espérons qu'il ne sois pas en retard songeais je au moment même où le jeune homme s'installa devant moi. Je réprimais un cri, effrayé par cette masse sombre qui était apparu si soudainement.

"- Ne me fais pas peur comme ça !", le rabrouais je indigné avant de me rappeler qui il était et de rougir, "Bonsoir" marmonnais je entre mes dents.
[Suite effacé ... Problème de manip']


Dernière édition par Athena Wallace le Dim 15 Fév - 12:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 171
| AVATARS / CRÉDITS : francisco lachowski - poetically pathetic.
| SANG : est-ce que c'est sérieux ? pro sang pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : un homme le soumettant au sortilège de l'imperium.
| PATRONUS : une panthère noire.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Speak again, bright angel ~ Athena & Ebenezer Mar 3 Fév - 0:21

C’était si facile de corrompre, si facile de lui faire croire à tout un tas de choses qui lui enivraient l’esprit, qu’Ebenezer en aurait presque pu  être enjoué. Mais il avait déjà tout prévu, il ne lassait place à aucune forme d’improvisation. Parce qu’il aurait pu être désagréable que quelqu’un vienne tenter de déjouer ses plans si bien construits. Et il s’acharnait à combler chaque faille, cependant si Athèna faisait volte-face tout tomberait à l’eau. La charmer et se servir de ses points faibles avaient donc été la meilleure stratégie à adopter pour faire d’elle ce qu’il souhaitait qu’elle devienne. Il lui avait envoyé un hibou, précis et sans fioritures avec une heure de rendez-vous à l’endroit de Pré au Lard le moins fréquenté par les élèves. Ici au moins, des oreilles indiscrètes ne risquaient pas d’entendre leur conversation, ni même de les voir ensemble. La discrétion était leur plus grand atout. Et Ebenezer nourrissait quelques projets pour Athéna. Cependant, il devrait toujours garder un œil sur elle, afin de conserver la longueur d’avance qu’il avait acquis. Il se sentait si fort, si au-dessus des règles de Poudlard et devoir les respecter jours après jour le frustrait considérablement. Ou tout du moins les respecter, en apparence. Il avait vu en Athéna cette fragilité si facilement exploitable, elle pouvait aisément être l’objet qui le suivrait sans jamais rechigner, et il la ferait tomber avec lui, alors qu’au fond, elle n’y était strictement pour rien. Elle allait croire en toutes ces apparences, d’un monde qu’elle ne connaissait pas, elle allait découvrir de faux alliés, qui ne tarderaient pas à la trahir lorsqu’elle aurait le dos tourné. Elle allait s’embarquer dans un endroit dont elle ne sortirait jamais.

La tête de sanglier lui avait paru être l’endroit le plus approprié à leur rendez-vous, il s’y était déjà rendu à quelques reprises avec un compère ou deux pour plus de discrétions. Personne ne posait jamais de questions, et le lieu était le plus souvent vide ou fréquenté par des types à qui il ne valait mieux pas s’adresser. Ebenezer était parti un peu en retard du château, afin d’assoir un peu plus le pouvoir qu’il avait sur Athena, tout était contrôlé. Il bifurqua dans une rue latérale à la grande rue et poussa silencieusement la porte de la tête de sanglier, et la cloche rouillée qui pendait au plafond ne tinta même pas. La discrétion absolue. A pas rapide, il se dirigea vers la table à laquelle était installée Athéna, elle l’avait écouté, elle était très belle. Ce qui contrastait parfaitement avec lieu, une vieille odeur de chèvre se répandait ajoutant à l’ambiance un côté miteux qui était renforcé par le sol vieux comme le monde et les fenêtres qui laissaient à peine transparaitre la lumière du soleil, qui malgré le froid et la tombée de la nuit brillait encore à l’extérieur. Etrange ambiance. Il s’installa face à la jeune femme sans bruit, si bien que lorsqu’elle releva la tête détectant une présence elle étouffa un petit cri de surprise qu’il ignora promptement. Il fixa quelque seconde la tête de sanglier pendue au mur, avant de se reconcentrer sur le visage d’Athéna. Ebenezer ne lui répondit que d’un simple signe de la tête. Elle ne le regardait pas, intimidée, presque perdue dans ce lieu et dans une situation qui la dépassait complétement. Il devait lui donner l’illusion qu’elle était de taille.

Elle se leva afin de lui montrer sa tenue en quête de compliments. Il trouvait la situation drôle, elle était tellement insouciante et bien trop jolie. « Assieds-toi Athéna, tu te fais trop remarquer » ajouta t’il. En effet, les quelques soulards du coin la dévisagèrent l’œil brillant d’une certaine lubricité. Un peu agacé il porta son regard sur elle, trop d’insouciance avait-il pensé. « C’est suffisant », et bien quoi ? Il n’allait pas non plus, lui sauter dessus, ni même s’aventurer à la flatter, ce n’était absolument pas le but. Mais déjà, elle l’avait écouté, c’était un très bon point. D’un geste rapide, il avait rapproché sa chaise de celle de la jeune femme, pour plus de proximité et malgré la discrétion du pub, pour se sentir à l’abri des oreilles indiscrètes. « On commence maintenant » lui répondit-il tout en la scrutant de son regard toujours observateur. « J’ai besoin de toi pour une mission, il faut que tu m’écoutes bien Athéna c’est très important pour moi ». Le pour moi, n’était absolument pas dénué de sens, il avait insisté dessus comme si c’était une nécessité pour lui, et c’était la vérité. « Il se dit dans Poudlard, que quelque uns tentent de résister contre nous, et contre toi aussi maintenant. Certains sont tes amis, mais ils nous veulent du mal..Tu es prête à faire ça pour moi ? Pour nous Athéna ? » Il la fixait intensément. « Mais tout d’abord, on va travailler ».

Spoiler:
 


Dernière édition par Ebenezer Alford le Mer 11 Mar - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Speak again, bright angel ~ Athena & Ebenezer Dim 8 Fév - 18:55



Ebenezer était en tout point différent d'Elmyr. Alors qu'Elmyr était une boule de feu, un volcan en éruption constante, il se dégageait d'Ebenezer un froid polaire magnétique. Les mots qui sortaient de sa bouche étaient toujours choisis avec un soin particulier, comme s'il comprenait parfaitement l'impact qu'ils pouvaient avoir sur les individus qui l'entouraient. Mes yeux s'assombrirent au fur et à mesure qu'il s'exprimait. Plus les secondes passaient, plus ce lien entre nous semblait se renforcer . Quand le Serpentard cessa de parler, je pris quelques minutes avant de répondre. Il fallait que mon cerveau assimile tout ce qu'il m'avait dit. Les propos sortis de sa bouche remettait en question chaque personne de mon entourage. Les personnes en qui je croyais le plus, les gens que j'aimais tout cela n'était en aucun cas la réalité selon les dires d'Eben. J'aurais aimé lui dire qu'il se trompait et que je n'étais pas là pour me mettre à dos les élèves de Poudlard , que tout ce que je voulais c'était parvenir à contrôler ma vie comme lui le faisais, mais je me tus. Parce qu'il était impossible pour moi qu'Ebenezer mente. Mon cœur ne cessait de me répéter qu'il s'agissait de quelqu'un de bien et que tout ce qu'il faisait était pour moi. Evidemment, quel plaisir aurait-il trouver à me faire du mal, me dis je. S'il me disait tout cela, c'était parce qu'il voulait mon bien, il voulait que je sois plus forte et que je cesse d'être aussi naïve ; essayant constamment de voir le bon côté des individus qu'ils en aient ou pas. Mais lui faire confiance signifiait que je devais mettre de côté toutes les valeurs en lesquelles je croyais. Je le regardais dans les yeux, l'air très concentré comme si j'essayais de sonder son âme.

"- Je pense que [...]"

Je m'arrêtais subitement ; je ne trouvais pas les mots et la promiscuité du jeune homme n’arrangeait en rien les choses. Je me mordis les lèvres, essayant tant bien que mal de remettre les idées en place dans ma tête. Il devait me prendre pour une idiote incapable de s'exprimer, songeais je, gêné qu' Ebenezer puisse voir certains de mes défauts. Pour une raison obscure, je n'arrivais tout simplement pas accepter le fait, qu'il ne me trouve pas parfaite. Je secouais la tête en repensant à mon petit ami, parce que oui, j'avais un petit ami et je l'aimais alors qu'en avais-je à faire qu'un autre garçon me trouve parfaite ou pas. Le regard moqueur d'Eben semblait indiquer qu'il savait parfaitement pourquoi j'étais aussi perturbé et cela ne me plaisait pas du tout.

"- Je voulais dire, repris je moins sûr de moi, que je comprenais parfaitement tes intentions, mais es tu sûr que tout le monde parmi notre entourage est aussi effroyable que tu ne le prétends ? Je sais que Tal et beaucoup d'autres m'aiment pour ce que je suis et ils ne voudront jamais me faire de mal."

Je plaquait ma main sur ma bouche en croisant le regard d'Ebenezer. Il semblait furieux que je puisse trouver quelque chose à redire. Ses yeux glacés me transperçaient et intérieurement je souffrais comme un animal à l'agonie. Les yeux baissés je me mis à tortiller mes doigts dans tous les sens.

"- Excuse moi, marmonnais je pétrifié par son attitude si hostile, je te prie de m'excuser, je n'ai pas à répliquer quoique ce soit alors que c'est moi qui t'ais demandé de l'aide, déclarais-je très mal à l'aise. Tu as raison, il faut que je cesse de croire que mes amis m'aiment pour de vrai, je suis prête à commencer. Je suis prête à commencer les leçons, répétais je. "

En temps normal, je n'aurais jamais baisser l'échine de cette manière mais j'avais besoin d'Ebenezer, tout comme j'avais besoin d'Elmyr. Ces deux hommes se haïssaient et moi, j'étais au milieu de toute cette tragédie grecque. J'étais certaine que nous trois étions liés. Je n'avais pas l'habitude de croire à des choses aussi nébuleuses que le destin, mais quand je croisais les yeux d'Ebenezer, j'étais tout simplement pétrifié. Je me sentais réellement stupide, mais j'étais certaine au fond de moi qu'Ebenezer n''était pas entré dans ma vie pour rien, tout comme pour Elmyr. Je me tournais vers un Ebenezer qui avait revêtu son masque d'impassibilité et je posais ma main sur la sienne. Sa peau était chaude comme lors de notre première rencontre. Je la caressais du bout de mes doigts, tâchant d'être la plus douce possible. Je souris quand Ebenezer entremêla ses doigts au mien. Je l'aimais tellement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 171
| AVATARS / CRÉDITS : francisco lachowski - poetically pathetic.
| SANG : est-ce que c'est sérieux ? pro sang pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : un homme le soumettant au sortilège de l'imperium.
| PATRONUS : une panthère noire.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Speak again, bright angel ~ Athena & Ebenezer Jeu 12 Fév - 19:27

Au fond, il ne comprenait pas très bien comment Athéna pouvait tomber dans le panneau. Comment elle pouvait le croire, comment elle pouvait même se montrer si douce et généreuse à son égard. Comment les sentiments pouvaient naître en elle. C’était une si belle personne, et elle n’avait rien à voir avec le monstre d’audace et d’égoïsme qu’était Ebenezer. Et pourtant ils s’étaient rencontré, pourtant il avait vu en elle l’objet d’une horrible machination. Elle était tombée dedans, sans même s’en rendre compte, sans vraiment le vouloir. Elle avait une confiance sans bornes en lui. Et ça le satisfaisait. Il avait accompli une grande partie de son travail, il allait juste falloir veiller à ce qu’elle ne change pas de bord durant la longue navigation qu’ils allaient effectuer ensemble et qui la détruirait petit à petit. C’était déjà ce qu’elle  était en train de faire. Et Athéna entamait une longue descente aux enfers dont elle ne se sortirait jamais. Il était prince. Elle était reine. Une reine déchue, trahie en tentant de se sauver du mal être qui la gagnait. « Que je comprenais parfaitement tes intentions, mais es-tu sûr que tout le monde parmi notre entourage est aussi effroyable que tu ne le prétends ? Je sais que Tal et beaucoup d'autres m'aiment pour ce que je suis et ils ne voudront jamais me faire de mal. » Commença t’elle face au visage froid du jeune homme, presque intimidée. Elle évoqua Talya et l’image de leur baiser échangé lui revint à l’esprit. Elles étaient amies. Il le savait, c’était même encore mieux. Il toucherait Talya indirectement en même temps qu’il porterait Athéna dans son monde. Celui qui la contenterait, celui qu’elle adorerait, celui qui la détesterait. « Tu doutes de moi Athéna ? » lui lança t’il sur un ton faussement déçu tinté en fond d’une colère certaine. Il la fixait intensément sans discontinuer. Elle n’osait pas soutenir son regard. « Tu penses que tes amis te veulent du bien ? Nous en avons déjà parlé, te sens-tu réellement de taille ? Ils ne sont pas ceux qu’ils te montrent. Tu ne vois pas la haine qu’ils éprouvent pour nous ? Pour les gens de ma maison, pour ma famille, pour moi… Ils sont dangereux pour nous Athéna… » Continua-t-il avec une sensibilité jouée qu’il se serait pourtant cru incapable d’imiter aussi convenablement.

Avec une douceur incommensurable, elle posa sa main sur celle du jeune homme, comme si elle tentait de l’apaiser tout en tentant de se calmer elle-même. Elle lui en caressait le dessus de ses doigts fins et chaud. Etrangement, il ne l’avait pas retiré, pensant qu’après tout c’était un bon moyen de la laisser tomber dans ses filets, mais pas seulement. Elle était gentille, elle était naïve et elle était belle. Si son sang avait été pur il l’aurait surement épousé, et il imagina que sa future promise lui ressemblerait en tout point. Une femme calme et douce apaisant un homme froid, calculateur, bouillonnant de l’intérieur. Athéna avait ce don presque maternel, d’apporter son aide sans ne jamais rien demander en retour, sans parler, comme une plume. Mais lui ne lui demandait rien, il n’en avait pas besoin et il n’était surement pas ce crétin de MacFusty qui avait besoin qu’on le calme toutes les deux secondes menaçant de casser la gueule à tout le monde partout dans le château. Cependant, il ne bougea toujours pas le poignet. Il avait toujours le regard plongé dans le siens. Si ses comparses l’avaient vu ainsi ils auraient ris et à juste titre. Mais ce soir lorsqu’il rentrerait, il s’aventurerait à raconter sa petite escapade aux membres du S.E.R.P.E.N.T.S et ils riraient tous de la naïveté de la rouge, tout en se contentant de peut-être compter parmi eux une future espionne de choix. Il était fort Alford. Comme papa. Et il n’avait aucune morale. Comme papa. Tout comme papa, à jamais comme lui, parce que c’était lui qui l’avait formé, lui qui avait fait ce qu’il était. « Si tu veux y parvenir, tu dois fermer ton esprit à toutes paroles extérieures. Dis-toi que rien n’est réel, tout ce qui te blesses-tu dois l’enfermer. » Il approcha un peu plus son visage de celui d’Athéna, les yeux dans les yeux. Sans la lâcher. Il avança encore si bien qu’elle pouvait sentir le souffle chaud du jeune homme lui effleurer le visage. « Alors si tu es prête commençons. Il y-a des personnes qui préparent quelque chose, notamment de personnes de ta maison. Et pour me prouver que je peux te faire confiance, comme tu peux me faire confiance, j’ai besoin que tu arrives à découvrir ce qu’ils préparent. » Sa voix se faisait de plus en plus faible, ils n’étaient plus qu’à quelques millimètres l’un de l’autre. « Talya Fitzpatrick en fait partie, je sais que c’est l’une de tes amies. Mais tu vas devoir m’aider ma jolie…et tu finiras par t’endurcir je te le promets ». Et il gravit les derniers millimètres qui les séparait, déposait un baiser furtif sur les lèvres pulpeuses de la jeune femme. Il la sentit frémir à ce contât et lui offrit un sourire carnassier. Elmyr hors-jeu. « Quant à Elmyr, il ne doit rien savoir, regarde comment ses sœurs se comportent avec toi ? Tu crois que je ne le vois pas ? Impose-toi Athéna. » Il se tut une minute. « Nous irons dans la salle de duel, il faut que tu sois prête. Tu t’en sens capable ? »



Spoiler:
 


Dernière édition par Ebenezer Alford le Mer 11 Mar - 19:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Speak again, bright angel ~ Athena & Ebenezer Lun 16 Fév - 15:14


Les mots atteignaient avec peine mon cerveau. La promiscuité de ce jeune homme me mettait dans un état inimaginable. Le baiser furtif qu'il déposa avec insolence sur mes lèvres me paralysa pendant quelques instants. J'étais mordue. Je n'avais qu'une envie, celle de rapprocher à nouveau mon visage du sien pour y déposer un baiser bien moins pure que celui qu'il m'avait donné. J'étais incapable d'ouvrir la bouche, tant ce garçon avait le pouvoir d'accélérer les battements de mon cœur à sa guise. Je me rapprochais de lui, et nos nez se frôlèrent, il n'avait prononcé mot, et autour de nous régnait un silence mort. Je le voulais rien que pour moi, et secrètement je jalousais les filles de Serpentard qui pouvait profiter de sa présence quasi-constante dans leur salle commune. J'étais sienne dès à présent et de bien des façons. Je n'avais jamais ressenti cela ... Comment était-il possible qu'on puisse éprouver autant de plaisir à faire quelque chose d'interdit, me demandais je intérieurement. Nous ne nous lâchions pas du regard alors que les minutes passaient. Un ouragan aurait tout aussi bien pu détruire l'endroit que je n'aurais rien remarquer, trop occupé à scruter parcelle par parcelle le visage de cet éphèbe lumineux. Je caressais sa joue de ma main incapable de détacher mon regard de lui, il semblait si innocent, si pure. J'aurais pu rester là en se compagnie pendant des heures et des heures.

« Quant à Elmyr, il ne doit rien savoir, regarde comment ses sœurs se comportent avec toi ? Tu crois que je ne le vois pas ? Impose-toi Athéna. » Il avait brisé ce silence paradisiaque en prononçant cette simple phrase qui eut pour effet dévastateur de me ramener à la réalité. Elmyr, oui Elmyr mon petit ami, le garçon que j'adorais, que j'aimais plus que tout au monde et qui même si parfois me traitait mal n'était autre que l'homme le plus merveilleux de la planète. C'était avec lui que je devais être à présent et non pas avec ce dieu grec sorti de nulle part. Je n'étais pas sensé agir ainsi avec un autre homme. Sensé ... Quel drôle de mot, comme si les convenances pouvaient mettre un terme à ces étincelles permanentes dans mon corps lorsqu'Ebenezer était à
proximité. Ebenezer attendait patiemment que je réponde, et à cela je n'avais malheureusement aucune réponse. Je me levais précipitamment, pris ma veste et sortie en trombe de ce pub, sous le regard effaré du jeune homme. Il faisait un froid glaciale à cette heure ci, et il n'y avait plus beaucoup de monde dans les alentours. Je n'aurais jamais dû faire tout cela, me lamentais je intérieurement. Mais au fond de moi, je savais que si Ebenzer venait me rejoindre dehors pour me ramener à l'intérieur, je serais totalement à lui. Le froid polaire attaquait ma peau nue et j'étais incapable de mettre ma veste dans l'état où j'étais. Des larmes coulèrent le long de mes joues et plus les secondes passés plus je redoutais qu'Ebenezer ne prenne pas la peine de venir me consoler, parce qu'au fond, j'avais besoin qu'il me prenne dans mes bras et qu'il m'embrasse encore, comme les enfants qui ne sont pas rassasiés de friandise.
Alors que je désespérais petit à petit, j'entendis une voix prononcer mon nom doucement mais fermement. Cette voix était celle du jeune homme, il était à quelque mètre de moi, mais je pouvais lire la confusion sur son visage. Un grand sourire apparut comme par magie sur mes lèvres et je lâchais ma veste trop encombrante pour aller me lover dans les bras du Serpent.

« C'est tellement compliqué en ce moment. Avec Elmyr et avec tous les autres, mais avec toi, eh bien je ne sais pas ; j'ai l'impression que tu me comprends, que tu te soucies réellement de moi. Murmurais je, le visage enfouie dans le cou du garçon. Je t'aime, chuchotais je, je t'aime à un point, tu ne peux tout simplement pas imaginer, continuais je, serrant un peu plus le garçon dans mes bras.»

Il ne se doutait certainement pas de l'attachement sans borne que je lui vouais, mais peu importait, je voulais qu'il reste pour toujours à mes côtés. Lui au moins m'appréciait pour ce que j'étais et n'essayait pas de me changer. Il était d'une telle pureté, mais il l'a caché derrière ses airs de Serpentard manipulateur.

« Tu es quelqu'un de bien Ebenezer Alford, tu dois le savoir, et même si tu essayes de le cacher derrière ce masque permanent d'impassibilité, et bien, avec moi, ça ne fonctionne pas. Ton passé ne définit pas ton présent et tes origines ne définissent pas la personne merveilleuse qui se tient devant moi. »

Sur ces mots, je levais la tête pour déposais un baiser sur ces lèvres et honnêtement l'embrasser réchauffa immédiatement mes membres engourdis par le froid polaire. Ma plus grande crainte aurait été qu'il me repousse, mais à mon grand soulagement, il répondit avec mon baiser avec plus de fougue. Pour ma part, j'aurais pu rester là à l'embrasser des siècles et des siècles durant, sans jamais en être lassé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 171
| AVATARS / CRÉDITS : francisco lachowski - poetically pathetic.
| SANG : est-ce que c'est sérieux ? pro sang pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : un homme le soumettant au sortilège de l'imperium.
| PATRONUS : une panthère noire.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Speak again, bright angel ~ Athena & Ebenezer Lun 9 Mar - 16:53


Après les quelques mots et le baiser qu’ils avaient échangé elle s’était enfuie. Elle avait presque couru hors de la tête de sanglier comme si l’air lui manquait. Et il se demanda un instant ce qui avait pu foirer, ce qui avait pu tout faire dégénérer en une fraction de seconde. Tout s’était passé si vite. Elle l’avait planté devant la bande de poivrots du coin, et même si ce n’était que des poivrots, on ne plantait pas Ebenezer Alford face à son whisky pur feu, c’était lui qui vous abandonnait lorsqu’il le décidait Il pensa donc à veiller à ce que la jeune femme de recommence plus ce genre d’insolence qui n’avait pas sa place dans la relation qu’il était en train de leur construire. Il était maître, elle était élève, il était chasseur, elle était gibier. Mais il y avait bien une chose qu’il n’ignorait pas, mais qu’il ne voulait pas voir non plus, elle était reine de par sa beauté et ses énormes qualités de cœur. Et il faudrait passer au-dessus s’il voulait faire d’elle sa presque égale féminine, s’il voulait qu’elle soit comme il l’avait façonné dans son esprit. Cependant, il ne devait surement pas non plus la laisser s’enfuir comme une voleuse, parce que s’il la laissait s’en aller, elle comprendrait qu’il lui pardonnait des écarts de conduite, elle se sentirait comme un oiseau dans une cage ouverte, et il ne pouvait pas se le permettre. C’est alors qu’il franchi à son tour la lourde porte du pub tout en s’arrêtant à l’orée de celle-ci afin de scruter l’horizon. Les secondes passaient, il ne la voyait toujours pas. C’est alors qu’il aperçut une petite silhouette au loin, il sut que c’était elle. Il s’avança à grandes enjambées afin de s’approcher le plus vite possible d’elle. « Athena. » commença t’il fermement. Le visage de la jeune femme s’illumina, elle accouru en sa direction et l’enlaça directement, sans se poser une seule question. Il fut surpris par cette soudaine proximité qu’il n’avait cette fois ci pas prévue et ne comprenait pas les réactions à contre sens de la rouge.

Soudain, elle lui avoua ses sentiments avec une exaltation qu’il ne lui connaissait pas. Mais c’était exactement ce qu’il souhaitait et c’était allé bien plus vite qu’il n’aurait jamais pu l’espérer. Toujours lovée entre ses bras, il la serra un peu tentant par la même occasion de faire renaitre en lui ce visage d’impassibilité et avant qu’elle ne relève la tête en sa direction il y était parvenu. Cachant ses réelles émotions, mimant celles qu’il n’avait jamais éprouvé. Pourtant, elle put voir sur son visage une certaine satisfaction qu’elle prit pour du bonheur, non pas le bonheur d’être aimé en retour mais celui d’avoir touché un des pallier qu’il s’était fixé. Et voilà qu’elle recommença sa petite tirade « Tu es quelqu'un de bien Ebenezer Alford, tu dois le savoir, et même si tu essayes de le cacher derrière ce masque permanent d'impassibilité, et bien, avec moi, ça ne fonctionne pas. Ton passé ne définit pas ton présent et tes origines ne définissent pas la personne merveilleuse qui se tient devant moi. ». Il la regardait droit dans les yeux, elle était tellement aveuglée par ses sentiments qu’elle en venait même à croire qu’il était quelqu’un de bien et ce n’était pas le cas, elle se trompait sur toute la ligne. Et puis elle s’approcha de nouveau, déposant un baiser chaud sur ses lèvres, et le jeune homme se laissa faire, sans mot dire, et accentua ce baiser avec plus de force afin qu’elle comprenne bien qu’il dirigeait.

« Tu te trompes Athèna, mes origines font de moi ce que je suis aujourd’hui et ne vas pas croire que je cherche à m’en émanciper, loin de là. Alors si tu veux que l’on continue ensemble ce que l’on a commencé, il va falloir que tu arrêtes de chercher à m’analyser, tu te tromperais forcément, mais si ça t’aides de te dire que je suis quelqu’un de bien, libre à toi de le croire. Tu as le choix, ma jolie, tu as toujours eu le choix, c’est toi qui a décidé de poursuivre avec moi, tu m’as dit vouloir être comme moi. Et tu ne le seras surement jamais, enfin pas totalement, mais tu m’as dit être prête, alors quand tu seras proche du but, tu ne pourras pas revenir en arrière, j’espère que tu le sais. Mais on sera ensemble face à eux ». Il disait vrai et il disait faux à la fois, il se servait d’elle pour montrer qu’il était capable de bafouer l’une des plus pures de Poudlard, qu’il était capable de la convertir à force de manipulations et de sourires carnassiers. Il était capable de tout et c’était le moment de le prouver, il n’avait peur de rien, ni de personne, et Athèna avec lui, gagnerait en caractère, s’intéresserait à ce qu’elle n’avait jamais osé toucher du regard. Elle deviendrait cette femme au visage de déesse et au cœur de monstre. Et tout le monde, oui, tout le monde devrait dire adieu à l’ancienne Ahtèna. « Dès demain nous nous entrainerons Athèna, il faut que tu en apprennes plus, et que ton comportement change, je te promets que tu deviendras celle que tu veux être. Tu as la nuit pour réfléchir, si tu veux me suivre ou non ».

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Speak again, bright angel ~ Athena & Ebenezer Lun 16 Mar - 22:23

La nuit me donnait l'impression d'être le voile qui dissimulait tous mes secrets, tandis que je marchais à côté d'Ebenezer. Nos pas allaient évidemment dans la même direction, vers ce château à l'allure si rassurante mais si effrayante à la fois, imposant et majestueux comme Ebenezer à vrai dire. J'aimais les choses anciennes, les choses qui avaient un passé et même si j'avais essayé de ne pas tenir compte du passé d'Alford - et qu'il m'avait clairement fait comprendre que de toute manière si je voulais qu'il fasse de moi celle que je voulais être, il fallait que j'accepte ce passé qui pourtant ne cessait de me rappeler à quel point tout nous séparait,- et bien je me disais en le regardant furtivement qu'il avait été fait dans un marbre des plus précieux et qu'il n'était autre qu'un guerrier grec sorti des tréfonds du passé. Le passé, quel mot étrange et quel mot insupportable à vrai dire. Le sol sous nos pieds était glacé et je regrettais de ne pas avoir mis de chaussures plus confortable premièrement et des chaussettes ainsi qu'une tenue plus adéquate pour ce temps là. Mais bon comme j'avais eu deux rendez-vous ce même jour, j'avais décidé de faire passé le côté esthétique avant le côté pragmatique pour une fois et malheureusement, cela n'avait fait que me mettre dans une situation délicate. Et alors que nous nous approchions de plus en plus du château, je décidais de retirer ces jolies chaussures qui me faisaient tant souffrir. Ebenezer qui s'était arrêté pour voir ce que je pouvais bien être entrain de faire me dévisagea imperturbable. Je rougis très mal à l'aise. Aujourd'hui, je m'étais totalement donné en spectacle devant lui et les paroles si froides qu'il avait prononcer après que je lui ai avoué que je l'aimais m'avait complètement chamboulé, alors je ne savais dorénavant plus comment me comporter en face de lui.

"- Je ... J'ai mal au pieds et puis ces chaussures ne sont pas vraiment confortable, me justifiais je tout en continuant à marcher pieds nu sur le sl glacé, je dois t'avouer que j'ai un peu froid mais bon, c'est toujours mieux que de me retrouver avec de nombreuses blessures aux pieds, expliquais je en riant nerveusement. Je peux les porter au château ou au manoir mais pas à Pré-Au-Lard."

Ebenezer ne me regardait même pas. J'avais mal, si mal au coeur, que j'avais l'impression qu'il allait exploser. Pourquoi ? Pourquoi est-ce que je ressentais tant de choses lorsque j'étais à proximité de lui ? Pourquoi est-ce que je n'avais qu'une seule envie celle de me lover dans ses bras encore et encore ? J'essayais de ne pas pleurer tandis que nous marchions et que mes pieds gelés était presque impossible à bouger. Je savais que tout cela était de ma faute, que tout ce que chercher à faire Ebenezer c'était de me faire devenir celle que je lui avait demandé de devenir et pourtant je me rendais compte que finalement, ce n'étais pas ce que je voulais. Je voulais plus, bien plus que ce qui y était prévu pour moi, bien plus que ce que pouvait me donner ce jeune homme. Je tournais la tête dans sa direction alors que nous étions à quelques pas du portail, car après l'avoir franchi, nos chemins se sépareraient et personne ne saurait jamais que nous nous étions parlé.

"- Est ce que tu connais ce fameux conte sorcier " Les magiciennes de Galgal" ? Demandais-je en le regardant dans les yeux. Je suppose que oui, que suis je bête. Dans cette histoire comme tu le sais, il s'agit des 7 filles de Merlin, qui était dotées chacune d'elles d'un don, qui selon leur père leur permettrait de s'en sortir dans la vie, et de ne pas être duper par quiconque et ainsi utiliser leurs magies à bonne escient. La première Aggripa avait le pouvoir de deviner quand les gens mentaient, la seconde Morgane avait le pouvoir d'éclairer tous les lieux sombres, la troisième Hélène avait le pouvoir de voir les auras de chaque individu, la quatrième Eudoxie avait le pouvoir d'inculquer la sagesse à chaque individu qui en était dépourvu, la cinquième Thalie avait le pouvoir d'être invisible aux yeux de tous et la sixième Calliope pouvait lire son chemin dans les étoiles. "

Je m'arrêtais un instant, je savais qu'Ebenezer avait compris parfaitement là où je voulais en venir. Il le savait pertinemment, et s'il pensait que j'essayais de le blesser alors il se trompait lourdement.

" - La septième Athéna était la plus sage d'entre toute. Mais comme son père avait déjà attribuer le don de sagesse à Eudoxie, et qu'il savait que sa fille Athéna n'avait nullement besoin de davantage de sagesse, il décida de lui attribuer un pouvoir extrêmement dangereux mais aussi bénéfique si elle était capable de s'en servir avec toute la prudence et la sagesse possible. Il décida de lui offrir la capacité de retirer toute la noirceur de chaque cœur à la condition qu'elle accepte de perdre quelques années de sa vie à chaque fois qu'elle l'utiliserait mais cette dernière refusa ce cadeau car en effet, elle avait trop de sagesse pour se mêler aux histoires des hommes simples et elle songeait qu'elle n'avait aucune raison de faire le travail des humains à leur place. Tu sais c'est drôle, terminais je, parce que moi je l'aurais accepté ce don, mais je crois quelle avait peut être raison, les êtres humains sont irrécupérables. "

Ebenezer et moi restâmes là à nous regarder fixement, tandis que dans l'air des paroles non dites flottaient. La lune éclairait nos deux corps. Nous étions deux âmes pleines d'ancienneté, pleine de douceur mais aussi pleine de noirceur. Nous étions similaires quoi qu'il puisse penser.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Speak again, bright angel ~ Athena & Ebenezer

Revenir en haut Aller en bas

Speak again, bright angel ~ Athena & Ebenezer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Speak again, bright angel ~ Athena & Ebenezer
» Blaue Angel
» [Musical Halloween] premier tour [Magisterockers VS Evil & Angel]
» Buffy the vampire slayer et le spin-off Angel
» Angel découvre la bibliothèque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Les oubliettes
 :: 
Les mémoires de Pré-au-Lard et de Londres
-