Venez découvrir et commenter la Gazette de Mai 1975, ici !
C'est les vacances, sur ATDM ! Au programme, croisière autour du monde et camp de vacances version Sang Pur en Transylvanie. Plus d'explications ici ! Vous retrouverez Poudlard à la rentrée, passez un bon été !
Un premier atelier a été ouvert par Mrs Lerouge pour les Sang Pur en Transylvanie. Au programme : entraînement aux sortilèges impardonnables. Vous êtes attendus juste ici !
Venez vous inscrire pour le premier match d'Aquaquidditch de cette croisière !
Pour les nouveaux adultes, n'oubliez pas de nous signaler vos changements de bannières.

Partagez|

Le complot... Phase 0 ft. Ebenezer Alford

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Le complot... Phase 0 ft. Ebenezer Alford Lun 2 Fév - 12:39

La MacFusty s'était demandée dans un premier temps si son devoir était foiré. Ou si elle avait raté quelque chose pendant le cours. L'adolescente avait pensé à tout, enfin presque tout, mais surtout pas à ça ! Et le ça lui restait en travers de la gorge.
- Je ne suis pas la bonne personne professeur, avait-elle répondu, le plus aimablement possible, même si sa tronche de pitiponk embroché laissait peu de place à l'espoir ridicule qu'elle disait juste ça pour se faire désirer.
Mais cette goule démente de MacInnes lui avait répliqué qu'il ne se trompait pas, qu'il était sûr de son choix, blablabla […] et qu'elle aurait une sale appréciation si elle n'obtempérait pas. MacFusty était donc passée d'une tronche de pitiponk frit à une tronche de détraqueur albinos, le tout en quelques minutes. Ce jour-là elle était vraiment d'une sale humeur. Il suffisait de croiser son regard mauvais comme une femelle couvant son œuf pour sentir son froc s'alourdir. Et ce n'était pas Elmyr avec ses blagues qui allait lui arracher un sourire. Pendant deux jours elle avait fait celle qui n'était au courant de rien, et cet abruti de pisse-froid ne venant toujours pas la voir, la jeune sorcière s'était crue tirée d'affaire. Mais c'était sans compter cette véracrasse de Fingal MacInnes qui lui avait demandé où ça en était.
- Demandez à quelqu'un d'autre professeur, il n'y aucune chance que ça marche, elle avait insisté, mais MacInnes ne voulait toujours rien savoir.
- Si il me fait perdre mon temps il n'aura qu'à se trouver quelqu'un d'autre ! Avait fini par crier MacFusty, blanche de colère en gaélique écossais alors que le professeur de DCFM lui tournait déjà le dos.
Par les boules de Merlin, quelle poisse ! Cette fois elle était au pied du mur. Non, il n'y avait plus rien à négocier, ce fou de MacInnes avait décidé de lui pourrir l'existence jusqu'au bout. Et comme MacFusty ne tenait pas à écoper d'une sale note, elle se résolut à coacher cette limace pure. La sorcière était de plus mauvaise humeur encore, énervée de devoir sacrifier une bataille de boules de neige quand elle entra dans la salle commune. Son sang ne fit qu'un tour alors que ses yeux d'améthyste, étincelants de colère, ne rencontraient pas âme qui vive dans la salle, les trolls sûrement trop occupés à se rouler dans la neige...
Mais il y avait bien un fauteuil, tout près du feu, et occupé avec ça ! Elle s'en approcha, et sans ménagement, donna un grand coup de pied dans le dossier, forçant l'occupant à se retourner.
- Tu as vu MacInnes ?
MacFusty faisait sa tête des mauvais jours, pas inquiète pour deux noises qu'Alford soit plus grand et plus âgé qu'elle. Et sa voix naturellement grave, semblable à un grondement, accompagna sa question d'un second coup de pied, moins brutal cette fois, dans le fauteuil.


Spoiler:
 


Dernière édition par Mara MacFusty le Mer 4 Fév - 14:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 174
| AVATARS / CRÉDITS : francisco lachowski - poetically pathetic.
| SANG : est-ce que c'est sérieux ? pro sang pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : un homme le soumettant au sortilège de l'imperium.
| PATRONUS : une panthère noire.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le complot... Phase 0 ft. Ebenezer Alford Lun 2 Fév - 20:54

Le cours sur le patronus, avait été un véritable premier échec lors de sa cinquième année. Et lorsque deux ans plus tard il avait encore fallut s’y essayer seconde honte cinglante. Si bien qu’il était parti totalement vexé sous les ricanements de cette goule de professeur. Il avait de plus en plus de mal à se l’encadrer. Durant les jours suivants, son énervement n’était absolument pas descendu, et il avait passé ses nerfs en pelote sur le moindre petit sang impur qui avait osé croiser son chemin. Il s’était senti totalement humilité et encore plus lorsque MacInes avait eu l’horreur de lui proposer ou plutôt de l’obliger à suivre des cours de rattrapages par une élève plus jeune que lui. Et qu’il ne portait absolument pas dans son cœur. Mara. A croire qu’il le faisait exprès, ce sadique. Ebenezer ne s’en sentit que doublement vexé, il détestait que l’on remette en question ses compétences magiques, notamment en cette matière, qu’il considérait comme étant extraordinaires. Ni plus, ni moins. Le narcissisme à son paroxysme. Mais il avait accepté, d’un sourire ironique, toujours poli, prouvant ses capacités de petit élève bien sérieux et sans aucune arrière-pensées. Mais, il n’irait surement pas se confronter aux railleries de l’enflammée MacFusty. Ah non jamais. Il comptait simplement laisser passer le temps, voir si elle oubliait. Si bien que quelques semaines étaient passées sans encombre, personne ne lui avait plus jamais reparlé de cette fâcheuse histoire, et il en était satisfait. Parce qu’il s’en fichait pas mal du patronus, ou tout du moins il s’en persuadait. Il n’aurait jamais besoin de ce sortilège. Il était un Alford.

Du calme. Du calme, il avait besoin de se sentir apaisé et de ne plus penser. A rien. Tout était plus simple lorsqu’il ne réfléchissait plus. Il sentait son esprit embourbé par trop d’idée, trop de questions auxquelles il ne pouvait pas répondre et qui dépassaient les certitudes. Naturellement, il se dirigeait vers la salle commune de Serpentard, personne n’osait jamais le déranger lorsqu’il ne se mélangeait pas à la masse de vert qui gisait nonchalamment sur les fauteuils. Et à cette heure-ci la salle devait être relativement vide. Encore mieux, lorsqu’il y pénétra, elle était vide, complétement vide. Ils devaient tous être à leurs occupations, il neigeait, et certains avaient dû trouver quelques victimes dans le parc. Un frisson lui parcouru l’échine, habituellement il ne ressentait pas le froid qui régnait dans les cachots. D’un pas lent et fatigué il s’installa sur le fauteuil le plus proche de la cheminée qui crépitait doucement, les flammes donnaient cette impression presque sensuelle qu’elles dansaient les unes contre les autres, s’entremêlant rapidement. Il était si bien installé que ses paupières finirent pas se refermer et il s’endormit. Totalement vidé.

Un coup de pieds dans le dossier du siège le réveilla brusquement. Il ouvrit les yeux, les pupilles grosses comme des billes. Passablement énervé. Il se retourna instinctivement, afin de voir le visage de son assaillant. MacFusty. Deux grands yeux violets le fixaient, durs. Elle commençait à l’agacer celle-là, à croire qu’elle n’avait peur de rien, et qu’elle pensait que tout lui était dû. Et puis qu’est-ce qu’elle pouvait bien lui vouloir encore ?  En l’espace de quelques secondes il fit le lien. Mara. Patronus. Emmerdes. Et voilà qu’elle recommençait à faire sa petite violente. Second coup de pieds. Il lui jeta un regard assassin, la défiant du regard. « Oui, je l’ai vu » balança-t-il dans un soupir. « Je suppose que tu es au courant de ce que tu dois faire ». Il marqua une courte pause, totalement énervé cette fois ci. « Je te conseille d’arrêter de laisser trainer ton pieds derrière mon dos Macfusty et de faire ce qu’on t’a demandé tu en serais aimable. Je suppose que tu ne feras pas ça gratuitement ? » L’humiliation d’être ainsi mis aux leçons de cette peste par cette face de goule de professeur était revenue au galop. Et c’est dans un contrôle si profond de lui-même qu’il ajouta « Et ce qui serait encore mieux, ce serait qu’on arrête de s’engueuler pour cette fois, sinon on n’ira pas bien loin et à mon avis ce serait plutôt…agaçant pour toi d’obtenir une mauvaise note à cause de moi non ? »
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Le complot... Phase 0 ft. Ebenezer Alford Mer 4 Fév - 14:23

MacFusty n'éprouvait aucune compassion envers Ebenezer Alford. Le septième année n'était toujours pas foutu de produire un patronus. Allez, soyons modestes, le début d'une brume de patronus. Ok, et alors ? Qu'est-ce que ça pouvait lui foutre à elle ? Rien. Queue dalle ! Elle s'en fichait comme de son premier pet ! En fait toute la vie d'Ebenezer Alford l'indifférait totalement. Mais ça Fingal MacInnes ne l'avait toujours pas pigé. Tout comme le prof de Défenses Contre les Forces du Mal n'avait toujours pas pigé qu'elle n'avait pas vocation à aider l'humanité, parce que les hommes... Les hommes n'en valaient pas la peine ! MacFusty n'aimait pas le genre humain, et Alford, et toute sa lignée pourrie comme le cul d'un troll encore moins ! Il n'y avait pas écrit Albus Dumbledore sur son front ! Et ça la faisait rager que l'enseignant la prenne pour un boursoufflet tout mignon tout plein. Mais la brune ne voulait pas d'une sale note. Elle tenait à obtenir les meilleures notes, à se distinguer, à prouver à tous ces péquenauds faiblards que les MacFusty n'étaient pas des bouseux comme ils le pensaient.
« Oui, je l’ai vu »
Dans le genre grand blasé de la vie qui a tout vu et tout fait... Alford en tenait une sacrée couche ! Comme son roublard de père ! Pourriture de père en fils.
« Je suppose que tu es au courant de ce que tu dois faire »
La sorcière leva les yeux au ciel, agacée par son attitude. La potion commençait à lui monter au nez, et pas qu'un peu. En fait MacFusty éprouvait une violente envie de lui éclater la tronche. Ce type ne lui avait jamais plu. Et surtout pas depuis que son père cherchait par tous les moyens à nuire au clan. Si Alford Sr avait su tenir sa langue il ne se serait pas fait cramer le chapeau...
« Je te conseille d’arrêter de laisser trainer ton pieds derrière mon dos Macfusty et de faire ce qu’on t’a demandé tu en serais aimable.
- Sinon quoi ? railla l'adolescente, pas apeurée pour deux noises par le ton menaçant d'Alford. Et pour bien lui faire sentir qu'elle ne le craignait pas, elle remit un coup de pied dans le fauteuil, son rire étrange, mélange de grondement et de grognement emplissant la salle vide.
Je suppose que tu ne feras pas ça gratuitement ? »
- C'est sur que c'est pas pour le plaisir, répondit la sorcière d'une voix pleine de suffisance et d'agacement.
« Et ce qui serait encore mieux, ce serait qu’on arrête de s’engueuler pour cette fois, sinon on n’ira pas bien loin et à mon avis ce serait plutôt…agaçant pour toi d’obtenir une mauvaise note à cause de moi non ? »
La sorcière le dévisagea quelques secondes comme si un dragon venait de lui cramer la tronche. Décidément ce type avait le don de descendre toujours plus bas dans son estime. Sa dernière remarque lui enflamma le regard, soudain mauvais, alors que l'envie de lui tordre le cou revenait, plus forte.
- Tu sais ce qui serait encore mieux Alford ? C'est que tu produises un putain de patronus au lieu de me faire perdre mon temps. Et ce qui serait génial c'est que t'expliques à cette goule de MacInnes que t'es incapable de produire un patronus parce que de toute façon t'en auras pas besoin pour ton futur job !
MacFusty ignorait le tact, et en cet instant Alford en avait une belle démonstration. C'était pas comme si elle disait un mensonge, c'était juste la vérité. Ce type se la jouait sang-pur supérieur à la masse. Alors pourquoi s'emmerder à lui enseigner l'art du patronus ?
- Ton avenir est tout tracé Alford, alors viens pas me chier dans les bottes avec tes sous-entendus, lui dit-elle sans l'ombre d'un sourire sur son visage froid.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 174
| AVATARS / CRÉDITS : francisco lachowski - poetically pathetic.
| SANG : est-ce que c'est sérieux ? pro sang pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : un homme le soumettant au sortilège de l'imperium.
| PATRONUS : une panthère noire.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le complot... Phase 0 ft. Ebenezer Alford Mar 10 Fév - 14:30

A croire que tous les MacFusty le détestait et c’était peu dire. De toute façon Sir Alford avait eu entièrement raison de ne pas se laisser faire pas cette enflammée de gosse mal élevée. Le jeune homme se souvenait parfaitement de ce souvenir brulant, d’un père humilié par une enfant de quelques années de moins que lui et qui lui riait au nez. Ce rire éclatant, ce rire fougasse et rebelle. Ce rire presque insupportable qui avait martelé le corps du paternel Alford si fort, à coup d’humiliation et de raillerie. Alors bien sûr qu’il n’avait pas pu lui faire de mal, ce n’était qu’une enfant, mais il était certain que si elle avait eu son âge il l’aurait étranglé sur place faisant taire ses mimiques agaçantes de petite effrontée. A force de demander des excuses qu’il avait mérité et qu’elle n’avait pas voulu lui attribuer il s’était vengé. Des années plus tard, mais il n’avait pas oublié et puis c’était un bon moyen d’emmerder de ces péquenauds de la campagne environnante. Aucune éducation. Ben voyons. Des chieurs de première c’était exactement ce qu’ils étaient. Et l’idée de se retrouver en binôme avec l’une d’entre eux, l’une des plus exécrables n’enchantait absolument pas Ebenezer. Mais ceci dit, c’était plutôt un bon moyen de parvenir au but ultime de la mission qu’on lui avait confié. Cette fille était tellement changeante qu’il y-avait un grand espoir pour lui de lui soutirer ce dont il avait besoin, et ce n’était pas une mince affaire. Mais il était confiant et plein d’une suffisance qui débordait de son être. Et puis il fallait dire qu’elle non plus ne paraissait pas vraiment enchantée de le voir durant les prochains jours. Même s’il ne réussissait pas son patronus, elle aurait des emmerdes et une mauvaise note en prime alors il n’était absolument pas perdant. Même finalement la situation l’amusait un peu. Cette goule de professeur ne les appréciait pas, c’était aujourd’hui une évidence puisqu’il les avait collé ensemble histoire de rire un peu. Et ça par contre, ce n’était absolument pas drôle. Il avait compris les divergeances qui existaient entre Mara et Ebenezer, de par leur intervention houleuse au dernier cours. Bon moyen d’humilier Alford et encore mieux excellente façon de faire copieusement chier MacFusty. Et s’il avait été lui-même professeur, Ebenezer aurait utilisé la même technique. C’était malin. Il fallait bien le lui reconnaitre et puis il espérait bien leur coller une mauvaise note à tous les deux, histoire de les même dans le même sac.

« Sinon quoi ? » railla Mara passablement énervé par les menaces du jeune homme. Elle y ajouta même un second coup de pieds. Provocatrice en plus. Bordel, elle l’aggaçait au plus haut point, aucune éducation, elle ne comprenait rien aux mœurs aristocrates et il s’était montré assez courtois comme ça. Puisqu’elle n’avait pas envie de faire d’effort il n’allait pas en faire non plus. Mais il ne bougeait toujours pas le visage tourné vers la jeune femme, gardant en apparence un calme des plus olympiens. « Sinon je balance un  Tergeo, et puisque ça nettoie tout ça devrait faire disparaitre les tâches dans ton genre MacFusty » lui répondit-il d’un sourire narquois et d’un ton affreusement cynique. Il avait de la répartie le bougre, même si ses menaces il ne valait mieux pas qu’il les mette à exécution sinon il devrait expliquer a MacInnes pourquoi Mara aurait été dans l’incapacité de tenter de lui apprendre le sortilège de patronus. Mais il en mourrait d’envie. « C'est sur que c'est pas pour le plaisir » lui balança t’elle presque furibonde. « Alors qu’est-ce que tu veux en échange, de l’argent ? Je suppose que dans ta campagne vous ne roulez pas sur l’or. » ajouta t’il dans un petit rire macabre, il savait qu’il finirait pas la mettre hors d’elle et il en riait déjà. « Tu sais ce qui serait encore mieux Alford ? C'est que tu produises un putain de patronus au lieu de me faire perdre mon temps. Et ce qui serait génial c'est que t'expliques à cette goule de MacInnes que t'es incapable de produire un patronus parce que de toute façon t'en auras pas besoin pour ton futur job ! » Ils commençaient tous sincérement à lui sortir par les oreilles, tous autant qu’ils étaient avec leurs sous-entendus vaseux sur son avenir. Et blablabla, tu finiras comme ton père riche à en crever et à tuer tout un tas de gens parce que c’est ton destin et parce que tu n’as pas de cœur. Mais merde, qu’est-ce qu’ils en savaient ces abrutis ? Rien du tout, et même s’ils avaient raison, pourquoi fallait-il toujours que ça revienne sur le tapis ? « Ton avenir est tout tracé Alford, alors viens pas me chier dans les bottes avec tes sous-entendus, » et voilà qu’elle continuait avec cette histoire de destin. Comme s’il n’était pas déjà au courant, comme s’ils ne savaient pas que c’était ce qu’il attendait lorsque dans quelques moins il quitterait le château, mais il allait participer à la construction un monde meilleur et surtout à la construction d’un monde sans chieurs mal élevés tels que les MacFusty, et s’il en croisait un sur son chemin il se ferait une joie de le réduire en miette. A cette pensée, son visage devint plus dur, et les yeux du jeune homme prirent une teinte presque noire. « Je ne vais rien expliquer à MacInnes parce que tu es dans l’obligation de me l’enseigner, alors même si je te sors par les yeux tu vas devoir faire un petit effort, parce que le mot obligation ne laisse pas de place au doute. Et puis je savais bien que tu te défilerais » ajouta t’il sévère.

Il ne bougeait toujours pas du fauteuil sur lequel il était confortablement installé. Plein de suffisance et d’une arrogance sans nom qui le caractérisait si bien. Le patronus, ne l’intéressait pas le moins du monde, on ne leur enseignait que des maudis sortilèges de pacotilles dans cette école joyeuse à en vomir, des sortilèges qui ne lui servirait à rien. Sympa un petit animal qui gambade dans les airs et qui s’évanouit quelques secondes plus tard, sympa mais inutile. Lui ce qui l’intéressait, c’était une toute autre forme de magie, plus sombre, plus sinueuse. Plus violente. Et c’est grâce à elle qu’il parvenait si bien à contrôler sa colère, c’était en partie grâce à elle qu’il était devenu Ebenezer Alford. Il sortit sa baguette de sa poche, lentement afin que Mara observe chacun de ses gestes au ralentit. Puis il se releva si nonchalamment que ça en était agaçant, il s’en fichait et ça se voyait. « Bon alors, on commence par quoi ? » termina t’il tout en la fixant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Le complot... Phase 0 ft. Ebenezer Alford Mer 18 Fév - 13:39

« Sinon je balance un  Tergeo, et puisque ça nettoie tout ça devrait faire disparaitre les tâches dans ton genre MacFusty »
La seule tâche dans le paysage pour l'heure se nommait Ebenezer Alford. Un gros abruti de Serpentard. Et donc de sa maison. Il lui avait fallu un moment pour admettre, et surtout comprendre, pourquoi le Choixpeau, ce bout de tissu plus miteux que le torchon d'un elfe, l'avait envoyé à Serpentard. Être ainsi brutalement séparée de Nessa et Elmyr avait été plus difficile à encaisser qu'elle ne l'avait pensé. Manquait-elle de courage ? Non, sûrement pas ! Si elle ne s'était pas jetée dans la gueule d'un dragon sa jumelle ne serait plus de ce monde. Oh non, elle ne manquait pas de tripes, mais elle cogitait avant de foncer tête baissée. Pas comme Nessa qui se lançait et réfléchissait après. Alford pouvait toujours essayer de tester ses réflexes, pas sûr qu'il apprécie en revanche le retour de baguette. Elle esquissa un sourire moqueur pour lui montrer à quel point ses menaces ne lui faisaient rien.
« Alors qu’est-ce que tu veux en échange, de l’argent ? Je suppose que dans ta campagne vous ne roulez pas sur l’or. »
- On a mieux que de l'or, ricana la sorcière, habituée à ce genre de réflexions vaseuses avant d'ajouter un ton plus bas, le regard mauvais, Nous on gagne notre argent, on ne le vole pas.
C'était la rengaine habituelle, et pour un type qui se prenait pour le seigneur de Serpentard... Il manquait cruellement d'inspiration. C'était la même soupe dégueulasse d'insultes qu'on leur servait depuis... Des lustres. Bouseux, poches-percées, rustres, ivrognes, malades etc... Il en fallait plus pour qu'elle se vexe.
« Je ne vais rien expliquer à MacInnes parce que tu es dans l’obligation de me l’enseigner, alors même si je te sors par les yeux tu vas devoir faire un petit effort, parce que le mot obligation ne laisse pas de place au doute. Et puis je savais bien que tu te défilerais »
Dans l'obligation ? Son visage, qui jusqu'à présent n'affichait pas le début d'un sourire, passa d'une mine agacée à une mine franchement contrariée. Aussi arrogant, sournois et emmerdeur soit-il, cette goule puante d'Alford venait de marquer un point. Même elle ne pouvait le nier. Ce taré de MacInnes ne lui avait pas laissé le choix, il lui avait ordonné. Et elle ne pouvait déroger à cet ordre sans en subir les conséquences scolaires. Cruel dilemme... Les envoyer se rouler dans la bouse tous deux, ou sauver ses notes...
- Tu te trompes de personne Alford, sa voix avait pris cet accent solennel qui caractérisait si bien l'orgueil bien connu du clan MacFusty, et surtout leur sens de l'honneur qui leur dictait une conduite exemplaire, et posant ses deux mains sur les accoudoirs, elle se rapprocha d'Alford, et de sa voix rauque comme le grondement sourd d'une cascade, les yeux dans les yeux elle prit grand soin de détacher chaque mot, Les MacFusty ne se défilent jamais. Nous ne sommes pas des lâches.
Alford n'avait certainement jamais eu l'occasion de voir de si près les yeux d'améthyste des MacFusty. Un violet qui variait selon les individus, avec des nuances plus ou moins prononcées. Les siens étaient plus clairs, plus translucides, plus perçants que ceux de Nessa. Un regard magnétique, quasi animal.
« Bon alors, on commence par quoi ? »
La sorcière brune quitta sa posture, se redressant de toute sa hauteur, grande et svelte, ses longs cheveux noirs encadrant un visage constellé de tâches de son,en observant avec dédain la baguette d'Alford. MacFusty n'éprouvait pas la moindre envie de lui venir en aide. Il pourrait crever sous ses yeux qu'elle ne bougerait pas le petit doigt pour une raclure pareille. D'une rancoeur extrême, mauvaise et qui vieillissait longtemps, la sorcière n'avait jamais oublié à quel point Alford Sr s'était évertué à pourrir l'existence du clan. Elle n'avait donc aucune raison d'aider le fils, si ce n'était son propre intérêt. MacFusty le toisa un instant, pesant le pour et le contre. Et c'est avec réticence, irritée d'avoir à courber l'échine pour MacInnes et ses idées à la noix, mais sans perdre de vue ses intérêts personnels, qu'elle lâcha froidement :
- Le patronus c'est de la magie blanche, ça fonctionne en faisant appel à un souvenir heureux assez fort pour que l'incantation fonctionne. Alors commences par rechercher un souvenir heureux, et pas juste de la satisfaction.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le complot... Phase 0 ft. Ebenezer Alford

Revenir en haut Aller en bas

Le complot... Phase 0 ft. Ebenezer Alford

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» LE COMPLOT NE PASSERA PAS
» HAITI COMPLOT CONTRE ET POUR LA DERIVE !PATI DE PWOBLEM ET DE SOLUTIONS
» Un sombre complot [Illumina, Ision, Esprit, Ash] [TERMINÉ]
» UN NOUVEAU COMPLOT GNBIST/LAVALAS CONTRE LE PEUPLE HAITIEN !
» Un sombre complot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Les oubliettes
 :: 
Les souvenirs de Poudlard
-