C'est la rentrée sur ATDM, tous à bord du Poudlard Express !
La liste des préfets et des capitaines a été affichée, n'hésitez pas à aller la consulter sur le panneau d'affichage !

Partagez|

la colère est aveugle - elmyr et libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 173
| AVATARS / CRÉDITS : francisco lachowski - poetically pathetic.
| SANG : est-ce que c'est sérieux ? pro sang pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : un homme le soumettant au sortilège de l'imperium.
| PATRONUS : une panthère noire.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: la colère est aveugle - elmyr et libre Mar 10 Fév - 1:35



« Vaincre la colère, c'est triompher de son plus grand ennemi. ».


Les choses allaient toujours comme il le souhaitait. Tout était si simple. En plus il y-avait Athéna, il parvenait à faire d’elle ce qu’il souhaitait sans une once de remords. Peut-être parce qu’elle le voulait bien aussi. Et doucement, elle tombait sous son charme, doucement elle commençait à croire chacune de ses paroles, il était devenu son gourou, son besoin d’échapper à la détresse. Il avait besoin d’elle autant qu’elle avait besoin de lui. Et puis, il fallait le dire c’était un bon moyen de faire chier cette face de goule d’Elmyr, toujours à jouer le caïd, mais rien dans le pantalon. Et Ebenezer la tirait, l’attirait vers un monde qu’elle ne connaissait pas, un monde qui la couperait de ce con et de tous les petits menteurs qui gravitaient autour d’elle. Ses amis, sa famille et tout le reste. Il parviendrait à la couper de tout et il n’y aurait plus que lui. Il serait son sauveur. La seule personne réelle dans sa vie. Et ça le satisfaisait totalement, en tout cas pour aujourd’hui. Tandis que les questions le tiraillaient sans qu’il ne s’en rende réellement compte. Il était ce brouillard macabre, ce garçon se fondant dans le noir et la solitude. Celui qu’on craignait, celui que l’on haïssait. Celui qu’il valait mieux éviter. Mais Elmyr lui ne le craignait pas, les Macfusty tout court n’en avaient pas peur si on partait de ce principe. Ils passaient tous leur temps à le chercher, et il le leur rendait bien c’était certain. Une haine réciproque qui datait d’il y-a des années, et qu’ils partageaient tous sans exceptions, sauf peut-être Nessa. Mais Ebenezer avait besoin d’eux, sinon il risquait de faillir à ce qu’on lui avait demandé et ça lui était totalement inenvisageable, il se ferait détruire sur place et il préférait éviter ce moment douloureux. Si bien qu’il avait élaboré tout un plan afin de corrompre Mara, sauf que pour le moment ça ne tournait pas vraiment à son avantage. Il avait encore le temps. Du temps, du temps, il en avait besoin. Mais on avait cessé de le relancer sans interruptions. Si bien qu’il en bouillonnait de l’intérieur et que sa colère à l’égard de cette famille de tarés crades n’avait fait que s’accroitre. Il s’accrochait encore à l’idée que Mara était si imprévisible que tout était possible, et puis il y-avait Athéna, il touchait à un des points faibles de ce pestiféré d’Elmyr et cette situation l’amusait beaucoup. Mais il ne valait mieux pas trop se faire remarquer en compagnie de la jeune femme, sinon ses plans risquaient d’être mis à mal, et il risquait surtout de se faire péter la tronche par son crétin de petit ami. Ah qu’est-ce qu’il pouvait l’agacer.  

Et dans ses réflexions futiles, Ebenezer croisa le regard de Talya et sans qu’il ne sache réellement comment se retrouva à la suivre nonchalamment, laissant glisse son regard le long du dos de la jeune femme. Elle se dirigeait en direction du parc, mais elle allait vite comme si elle savait, si bien qu’il l’avait perdu de vue. Il estima que prendre le même chemin était la meilleure solution, mais ne se formalisa pas du fait qu’elle avait disparue. Le vent lui fouetta le visage, tandis que ses joues prenaient une couleur rosées, enfin plutôt roses pour le teint couleur de la mort qu’il arborait souvent, la fatigue, la lassitude aussi peut-être. Mais le soleil brillait si fort à l’extérieur que cela contrastait parfaitement avec le paysage blanc qui l’entourait. D’un pas lent, il se dirigea au milieu du parc, non loin du sol cogneur et du lac qui était si gelée qu’on aurait pu douter que des êtres vivants se déplaçaient à l’intérieur et menaient bon train leur vie de créatures. Ebenezer eu un frisson de dégout à cette pensée, il détestait les semi-sorciers et encore plus les vulgaires créatures qui peuplaient le monde magique et surtout ceux dotés d’une quelconque forme de parole. A vrai dire, ça le rebutait totalement. Soudain, un bruit le sorti de sa profonde réflexion. Un cri plutôt. Non un hurlement. Il ne pouvait pas être tranquille deux secondes, des pas rageurs avançaient rapidement dans sa direction malgré le sol enneigé. Ebenezer se retourna brutalement, il voyait arriver une boule de feu vers lui. Merde pensa-t-il. Elmyr. Ca risquait de devenir bien plus compliqué qu’il ne l’avait imaginé. Et puis qu’est-ce qu’il pouvait bien lui vouloir encore celui-là ? Et puis il paraissait passablement énervé à en croire l’expression de son visage. Merde. Il ne pouvait jamais être tranquille l’espace de quelques instants.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: la colère est aveugle - elmyr et libre Mer 11 Fév - 15:35

Ce qui est bien quand on est en couple, c'est que l'on sait à tout instant que quelqu'un pense à nous. Et normalement, nous sommes censés penser que cette personne que nous avons choisi et qui nous à choisi n'à pas d'autre personne en tête que nous même. Théoriquement, c'est un sentiment qui ce veux agréable et rassurant. Dans le cas d'Elmyr, tout les garçons de l'école savaient qu'il ne fallait vraiment pas essayer de s'approcher d'Athena autrement que pour lui demander ses notes ou du sel à table. MacFusty était trop craint, trop redouté pour que pareil affront lui soit fait. Et le dernier qui avait essayé de provoquer MacFusty c'était retrouvé coincé sous les débris des toilettes des garçons l'an passé. C'était de notoriété publique que Elmyr était un cinglé colérique aux tendances explosives. Tendances lui ayant valu le charmant surnom de "Bràighead" en famille, signifiant "explosif", charmant. Et cette journée aurait-pu être bonne si sa chère cousine Maeve n'était pas venu lui rapporter une sordide nouvelle au petit déjeuner. Dès lors, le Serdaigle n'avait plus qu'une seule idée en tête: faire de la paté d'Alford pour le repas du soir; un bon steak bien faisandé, une viande bien dégueulasse et trop tendre, sans consistance.

Seulement, la future terrine n'avait pas encore conscience de l'affront terrible qu'il venait de faire à Elmyr, à savoir; charmer sa copine. Oh bien sur, rien n'était fait d'amour et d'eau fraiche entre MacFusty et Wallace, mais c'était leurs histoires. Et savoir qu'Alford avait filé rencard à sa greluche juste après le sien le mettait dans une colère noire qu'il ferai payer à Athena d'une remontrance humiliante. Seulement, Athena avait un coeur énorme et il saurai lui pardonner une incartade. Mais Alford avait provoquer le dragon, et le dragon était en colère. Il lui souffla son feu au milieu du parc après l'avoir suivi. A la bonne heure, le serpent avait décidé de prendre l'air pour une raison Y ou X. D'un sortilège rapide et maitrisé il frôla ce dernier d'un incendio pour attirer son attention. Alford ralenti et s'arrêta pour ce tourner en sa direction, et Elmyr profita de cet élan pour lui asséner un puissant coup de poing dans sa tronche de vipère. Sans mot dire, il attendit qu'Alford ce relève une fois le ton donné. Le dragon était provoqué, et le dragon allait mordre à pleins crocs, peut-importe si témoin il y avait. Dès lors, il fut prit d'une colère encore plus violente en voyant la face désabusée de ce puritain de sang pur, et un buisson présent dans son dos explosa, éclaboussant Ebenezer de branches taillées en pièce. Les MacFusty étaient tous doués de magie informulée -et incontrôlée- et presque heureusement pour Alford, c'était aussi dévastateur que des flammes, mais plus rapide. - Toi. Rugit-il.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 173
| AVATARS / CRÉDITS : francisco lachowski - poetically pathetic.
| SANG : est-ce que c'est sérieux ? pro sang pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : un homme le soumettant au sortilège de l'imperium.
| PATRONUS : une panthère noire.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: la colère est aveugle - elmyr et libre Mer 11 Fév - 20:03

Une douleur, une douleur intense lui enflamma le visage. Juste en dessous de l’œil. La pommette droite. Et bordel que ça faisait mal. Ce fut si rapide, si violent, qu’Ebenezer n’eut pas le temps de voir le coup venir. Pourtant, Sir Alford mettait un point d’honneur à lui enseigner l’évitement des sorts en tout genre. Mais ici, ce n’était pas un sort qui venait de le toucher. Non pas un sort, un poing plutôt, celui d’une main virile, masculine. Dégoulinante de sueur. Si bien, que le jeune homme fut propulsé en arrière, plaqué contre le sol, tombant de tout son saoul face à la force du projectile qu’il venait de recevoir en pleine poire. Elmyr Macfusty. Quel con. En un coup de poing il venait de faire exploser la bouilloire pleine qui chauffait en lui depuis des semaines. Il ne pensait plus à rien. Même plus à la douleur que lui avait intimé le coup. Non il ne pensait plus qu’à MacFusty et à la haine qu’il éprouvait à son égard. Aucun son n’était sorti de sa bouche, même lorsqu’il était parti en arrière, rien. Il avait pourtant envie de hurler, de lui balancer a la gueule tout ce qui lui passait par la tête. Pourtant rien ne sortait de ses lèvres scellées. Il était privé de la parole par la rage et le mépris qu’il ressentait. Et au regard d’Elmyr, il comprit la raison de sa colère sans même qu’il ne le lui dise. Cependant, il savait qu’Athena n’avait rien dit, elle était trop naïve, elle lui faisait confiance et puis elle avait besoin de sa présence, de leur présence. Elle était naïve mais elle n’était pas bête. Tandis que Macfusty était complétement dingue, et qu’il réagissait toujours au quart de tour c’était bien connu, un sanglant, il n’avait jamais peur de se battre. Et Ebenezer ne s’était jamais posé la question de la peur, il n’avait pas peur de lui et ça n’arriverait jamais. Mais Ebenezer était lâche, pourtant le bleu et argent venait de faire exploser en lui une lueur de colère qui pourrissait en lui depuis des mois. C’était beaucoup trop. Il ne le supportait plus avec ses allures de mauvais garçons. Et même s’ils ne se l’avoueraient jamais, ils avaient pourtant quelques similitudes qu’ils n’abordaient pas de la même façon. Ils voulaient tout contrôler. Toujours. Avoir le dessus, le dernier mot et surtout ils étaient respectés chacun à leur façon. En régle générale on ne s’attaquait pas de plein front à Ebenezer, c’était trop dangereux, trop humiliant, il faisait peur. Et pourtant.

« Quoi moi ? » lâcha t’il entre ses dents tout en se relevant tant bien que mal. Sa voix était presque sifflante comme un serpent et ses yeux virèrent au foncé, sombres, ombragés. Il gardait tout de même une distance de sécurité entre eux, ne souhaitant pas recevoir  une seconde citrouille en pleine tronche. Il jouait l’innocent, si Elmyr pensait qu’il avouerait quoi que ce soit il se fourrait le doigt dans l’œil, à croire qu’il n’avait pas assez observé l’ennemi. Mais il ne se gênerait pas à coup de sous-entendus déplaisants. « C’est  drôle tu ne trouves pas ? » continua t’il le regard plein d’étincelles provocatrices. Il marqua une courte pause, regardant Elmyr avancer un peu plus vers lui. « Non…pitoyable ». Il était cynique, ce qui eut le don de ne pas vraiment plaire à Elmyr, ça se voyait sur sa tronche de goule enflammé et plus il approchait plus était certain qu’il allait finir par lui en coller une deuxième. L’ambiance était électrique et ils ne remarquèrent pas que certains de leurs camarades les observaient au loin. Si bien que tous regardaient en leur direction. Elmyr avançait rapidement, si bien qu’ils n’étaient qu’à quelques centimètres l’un de l’autre, il tenta quelque chose qu’Ebe esquiva de justesse. Ils se bondirent alors dessus, comme deux lions dans une arène, tandis que les branchages autour d’eux prenaient doucement feu, de petites braises, mais ils savaient que ce n’était pas fini.

Spoiler:
 
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



| HIBOUX POSTÉS : 4324
| SANG : Hasardeuse


MessageSujet: Re: la colère est aveugle - elmyr et libre Mer 11 Fév - 20:03

Le membre 'Ebenezer Alford' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'le dé ' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: la colère est aveugle - elmyr et libre Jeu 12 Fév - 13:18

La journée avait pourtant si bien commencée. Les cousins c'étaient retrouvés pour manger ensembles sur un coin de la table des Serdaigle, reformant leur clan, isolés du reste de Poudlard sans même y prendre garde. Et puis la flamboyante rousse avait posé une question à son cousin. Une seule. Et ça avait été le drame.

Maeve grimaça quand elle vit Elmyr sortir de la Grande Salle fou de rage. Elle vit aussi le regard accusateur que lui lança sa jumelle ce qui la fit hausser les épaules. Bon bon elle avait fait une connerie ça va pas la peine non plus d'en faire tout un drame. Elmyr allait exploser deux trois trucs au bord du lac puis se calmer et revenir. Bon c'est vrai qu'elle aurait peut-être du se taire et non pas lui demander si c'était normal qu'elle ai vu Athéna avec Ebenezer ensemble l'autre jour à Pré-Au-Lard mais c'était seulement une question ! Sa jumelle l'engueula copieusement ce qui fit soupirer Maeve. Elle la laissa parler en mangeant ses toasts jusqu'à ce qu'un Gryffondor se précipite à sa table pour crier à ses copains qu'il y avait une bagarre dans le parc. Relevant la tête, Maeve jeta un oeil à la table des Serpentard mais Alford n'y était pas. Echangeant un regard avec Morag, Bradhadair se leva et attrapa le petit garçon pour lui demander qui, se battait. Elle avait un mauvais pressentiment. Qui se confirma aux dires du petit Lion. Elmyr MacFusty et Ebenezer Alford. Merde. Bon elle avait fait une sacrée connerie.

Lâchant le gamin, elle courut hors de la Grande Salle, ses longs cheveux roux voltigeant en même temps qu'elle comme les flammes brûlantes d'un incendie. Elle dévala les marches et sorti dans le parc. Elle n'était même pas couverte mais l'adrénaline l'empêchait d'avoir froid malgré le temps et la saison. Ses bottes crissèrent sur la neige alors qu'elle se précipitait vers le lieu de la dispute. Pas qu'elle s'inquiétait pour son cousin, il allait mettre une bonne raclée à Alford et ça ne ferait pas de mal à ce petit Serpentard arrogant et hautain de se faire mettre les points sur les i mais elle avait surtout peur que son cousin ne se fasse renvoyer pour de bon. Elle arriva alors que Alford mettait une droit bien placée dans la figure de son cousin. Elle grimaça et dérapa dans la neige et s'arrêtant. - Elmyr ! appela t-elle mais son cousin était bien au delà de la simple colère il était dans une fureur noir au point que les choses autour d'eux volaient et explosaient en tout sens. Elle évita de justesse une branche d'arbre. - Bràigheadh ! Il n'en vaut pas le coup ! tenta t-elle de l'arrêter en utilisant le gaélique mais vu le degré de fureur rien ne l'arrêterait pas même elle. Alors elle choisit une autre option. Elle n'allait pas braver la colère de son cousin elle n'était pas suicidaire. Se tournant vers ceux qui étaient là elle les fixa de son regard violet typique des MacFusty. - Je vous préviens, le premier qui cafte à un professeur je fais de sa vie un enfer ! Compris ? Tous acquiescèrent. Maeve se tourna vers la bagarre et brûla les objets qui explosaient autour d'eux. Il faudrait bien que Elmyr se calme à un moment donné.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: la colère est aveugle - elmyr et libre Jeu 12 Fév - 14:24

Les cousins MacFusty s'étaient réunis pour le déjeuner. Jusque-là tout allait parfaitement bien. Mhionach comme à son habitude faisait la gueule. Pour ne pas changer. Une sombre histoire d'anglais qui débarquent... Et lui tordaient le bide comme si elle se l'était pété en se gavant comme un troll. Elle était ce jour-là d'une humeur de goule, tiraillée entre son hémorragie mensuelle et l'immense effort qu'elle faisait pour ne pas prendre la tête de Nessa et l'enfoncer dans son assiette. Jusqu'à ce que le silence s'en suive... Mais c'était comme demander à Dumbledore de se tailler la barbe, elle pouvait toujours rêver. Pour compenser l'agacement qui grandissait, et la potion qui lui montait au nez, MacFusty mangeait, toujours aussi mal, les yeux et le pif dans son assiette. Quand on lui parlait elle répondait par monosyllabes, ou grognement selon que sa bouche soit pleine ou pas. Tout allait bien donc jusqu'à ce que Maeve dise un truc à Elmyr. Et la brune étant juste à côté du serdaigle elle comprit aussitôt que non seulement son problème de patronus allait bien être réglé, mais qu'elle venait aussi de foutre les pieds dans un immense tas de merde. Le genre de tas qui engloutit... Mhionach en lâcha sa côtelette d'agneau, fait suffisamment rare pour être souligné, avant de bondir à la suite des deux MacFusty. Elle en avait même oublié sa douleur au bide tellement elle flippait. Cette goule d'Alford pourrait tout balancer et alors la colère d'Elmyr se retournerait contre elle... Quelle pouffiasse cette Wallace !
Maeve était déjà là à essayer de calmer le jeu, mais c'était peine perdue, les deux garçons se balançaient déjà des coups de poing, et Mhionanch remarqua, non sans un certain amusement, que ce troll d'Alford se battait à la moldu plutôt qu'avec sa baguette.
- Laisses, laisses les bradhadair ! Brailla Mhionach en attrapant sa cousine par l'épaule.
Instinctivement elles s'étaient réunies en cercle, comme dans les hébrydes où tout différent se réglait dans la boue. La brune ressentait l'excitation de la bagarre, et ses yeux brillaient autant de la course effrénée que de cette brutale, et bestiale agitation qui s'emparait d'elle. Les quelques élèves présents hésitaient entre prévenir les professeurs ou assister au spectacle avant que Maeve ne leur fasse une démonstration de ses talents de pyromane. Cela en calma plus d'un, sauf un vicelard serpentard qui s'éloignait déjà. Mhionach le rattrapa, et lui tombant dessus comme un dragon, elle le chopa à l'épaule, avant de le forcer à se retourner.
- Tu vas où là ? La main à la gorge, elle avait plaqué le jeune élève contre un arbre, et les yeux dans les yeux, sa baguette enfoncée dans la chair tendre de la gorge, Ton cul reste ici, c'est clair ? Si tu bouges j'te fais bouffer tes bijoux de famille.
Et pour bien appuyer ses propos elle flanqua un coup de poing dans le ventre du cafard qui se tordit en deux avant de le traîner jusqu'à Maeve, là où sous les yeux de sa cousine Alford et Elmyr se foutaient sur la gueule.
- Regardes c'qu'on fait aux goules de ton espèce, alors enregistres bien, parce que si tu l'ouvres j'te briserai les os, puis se tournant vers Maeve qui l'interrogeait du regard, elle crût bon de préciser, Ce sale petit cafard allait prévenir les professeurs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 461
| AVATARS / CRÉDITS : Bridget Satterlee by yellowsubmarine
| SANG : Mêlée


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le feu
| PATRONUS : Une jolie petite souris
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: la colère est aveugle - elmyr et libre Jeu 12 Fév - 15:25

Une petite main posée sur son bras fit sursauter Talya qui regarda sa petite soeur à côté d'elle. Jenifaël lui demanda si elle allait bien en signant et la Gryffonne sourit et posa un baiser sur son front. Non ça n'allait pas mais elle n'allait pas le dire à sa soeur de onze ans. En réalité la Rouge & Or réfléchissait. A beaucoup de choses. Notamment a ce qui s'était passé l'autre nuit avec Ebenezer. Chacune de leur rencontre étaient à la fois violentes et passionnées et elle n'arrivait pas à suivre. Elle n'arrivait pas à le suivre cet espèce de maniaque du contrôle. Et pourtant elle se sentait bizarrement attirée par lui. Chaque fois qu'ils se voyaient ils se déchiraient et se rapprochaient un peu plus. Chaque fois ils en apprenaient un peu plus l'un sur l'autre, ils se découvraient et elle le détestait un peu moins à chaque fois. C'était dangereux. Il était dangereux. Mais c'était plus fort qu'elle. C'était plus fort qu'eux elle le savait. Lui aussi il ressentait ça elle en était sûre. Elle sentait son regard toujours posée sur elle, inquisiteur, observateur. Elle sentait sa présence, jamais bien loin d'elle. Il lui avait dit qu'il ne lui ferait jamais de mal et elle l'avait cru. Ce n'était pourtant pas quelqu'un qu'elle devrait croire. Mais il l'avait dit d'une telle manière ! Le regard de Talya se posa sur Athéna et son coeur se serra. Elle se sentait coupable. Elle savait que son amie était amoureuse d'Eben mais c'était plus fort qu'elle. Il l'attirait. Aucun garçon ne l'avait jamais attiré comme lui. Jenifaël attira de nouveau son attention et elle la rassura encore une fois. Son regard se porta sur la table des professeurs. Le professeur Chourave était à la table des professeurs bavardant gaiement aussi elle décida d'accomplir sa mission maintenant. Cette mission là qu'elle n'avait pas pu faire l'autre soir à cause de Eben justement. Aussi elle salua ses amis, sa soeur et déclara qu'elle allait prendre l'air.

Elle senti rapidement que Eben la suivait. Elle savait comment le repérer maintenant. Elle fit en sorte de le perdre, mit sa cape et s'amusa des craquements de la neige encore fraîche sous ses bottes noires. Rapidement, elle se dirigea vers les Serres et s'y glissa le plus discrètement possible. Elle récupéra ce qui lui fallait et s'amusa en repensant à la blague qu'elle et Sean avait fait ici même l'année précédente. Et qui s'était mal terminée il fallait l'avouer. Elle ressorti aussi discrètement qu'elle était venue et revint vers le château. C'est à ce moment là qu'elle remarqua la bagarre qui avait lieu. Elle reconnu rapidement Ebenezer et Elmyr MacFusty. Ils avaient l'air aussi furieux l'un que l'autre. Intriguée elle s'approcha. Un première année courait vers elle pour chercher un professeur. Elle l'intercepta et lui fit non de la tête. Il l'écouta et revint vers la bagarre, à l'écart, stupéfait et un peu effrayé. Talya s'approcha des cousines MacFusty. - Pourquoi est-ce qu'ils se battent ? demanda t-elle plus ou moins calme. Elle se demandait si elle devait essayer de les séparer ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la colère est aveugle - elmyr et libre

Revenir en haut Aller en bas

la colère est aveugle - elmyr et libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La colère est aveugle.
» La colère, ça fait vivre. Quand t’es plus en colère, t’es foutu ▬ Libre
» (alika) + je me livre en aveugle au destin qui m'entraine.
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Les oubliettes
 :: 
Les souvenirs de Poudlard
-