GRYFFONDOR : 160 pts | POUFSOUFFLE : 10 pts | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Le calendrier de l'avent fait son grand retour à Poudlard ! Il débutera le 1e décembre et se terminera le 25. Toutes les explications ICI !
Une sortie à Pré-au-Lard a été organisée afin de vous permettre d'effectuer vos achats de Noël. Le sujet est juste ici ! Tout post vous rapportera 2 dragées.

Partagez|

M'eachdraidh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 266
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Thomas Brodie-Sangster • by Niclas
| SANG : ϟ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son frère maculé de sang
| PATRONUS : Lynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: M'eachdraidh Mer 26 Aoû - 15:42

Au commencent

IXème au XXème siècle

La fin du IXème siècle vit une période d’expansion pour les royaumes scandinaves. De nombreux raids furent lancés en direction du Sud de l’Europe, allant des pays baltiques jusqu’à l’Europe de l’Ouest. Les Lænsen, de puissants sorciers explorateurs basés à Bergen en Norvège, étaient à la tête de cette force d’exploration et d’invasion. Sur leurs fiers drakkars, ils étaient la tête de proue de la flotte s’attaquant aux îles britanniques. S’établissant d’abord aux Shetlands et aux Orcades, alors que d’autres vikings s’étendaient directement vers le sud de la Grande-Bretagne, les Lænsen firent voile encore plus à l’Ouest. Ils échouèrent leurs bateaux au nord de l’île de Skye et y établirent des campements. La réaction des clans écossais de l’île ne tarda pas à se faire sentir mais malgré l’aide des McLeod, le clan sorcier qui dominait les vallées de l’île, les natifs ne tinrent pas longtemps face à l’envahisseur du nord.
Il n’y eut jamais de grands affrontements entre les Lænsen et les clans des highlands, uniquement de petites escarmouches mais bientôt les nordiques s’imposèrent comme les véritables seigneurs de l’île, étendant même leur domaine aux îles voisines. En quelques siècles, les Lænsen fondèrent un royaume prospère, le royaume des îles et de Man. Malgré leurs liens commerciaux et politiques toujours forts avec leur pays d’origine, les colons norvégiens s’intégrèrent rapidement au paysage écossais et prirent le nom de McLane. Même lorsque la Norvège céda le royaume des îles et de Man, la famille était assez puissante et influente pour ne pas disparaître. Ils se retirèrent lentement sur l’île qui les avait vu débarquer et qui maintenant était leur. A l’ombre des Cullin Mountains, dans leur froid château, ils passèrent les âges.

Les rébellions jacobites qui frappèrent l’Écosse au XVIIème siècle prélevèrent un lourd tribut chez les McLane qui avaient décidé de soutenir le roi Jacques. De ces épisodes sanglants, la famille ne se releva jamais vraiment mais réussit tout de même à perdurer jusqu’au XXème siècle, arrivant tant bien que mal à conserver la pureté de leur sang qui, en cette époque de déclin, les empêchait de vraiment se relever. Ils firent le choix de la pureté plutôt que de la pérennité. Ça allait les perdre un jour.


Dernière édition par Arthur J. McLane le Lun 31 Juil - 11:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 266
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Thomas Brodie-Sangster • by Niclas
| SANG : ϟ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son frère maculé de sang
| PATRONUS : Lynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: M'eachdraidh Mer 26 Aoû - 17:26

Déchéance

19xx - 1957

Mon histoire commença bien avant ma naissance. Ce n’est pas banal, n’est-ce pas ? Je suis fils de fils de fils, enfin vous comprenez où je veux en venir ?, de fils de chef de clan écossais. Autant dire que pour un curriculum vitae, même dans le monde des sorciers, ça en impose. Et pourtant, je suis bien loin de mes illustres ancêtres. La raison à cela ? Mon père. Ou plutôt mes deux parents.
Le sang des McLane avait déjà bien coulé, et il ne restait plus beaucoup d’héritiers. Nous étions beaucoup fut un temps. Mais avant ma naissance, la famille ne se résumait à quatre personnes. Il y avait celui qui se croyait encore chef d’un clan alors qu’il n’était plus qu’un chef de famille : Duncan McLane. Mon grand-père épaulé par Iseabail McLane, née McLeod, sa femme. Droits et convaincus que la famille pouvait résister aux assauts du temps. Ainsi qu’Angus et Moïra McLane. Un frère et une sœur. Le premier était l'ainé, mon père. La seconde, celle que je dois appeler ma tante et que pourtant je ne connais que de nom.

Comme je l’ai déjà dit, mes grands-parents s’obstinaient à préserver la lignée, qu’importent les moyens. Ça ne vous rappelle pas quelque chose ce genre de discours ? On imagine aisément que de telles paroles pouvaient sortir de la bouche d’un Sang-pur. Et c’était le cas. Les McLane l’étaient jusque-là. Mais c’était sans compter sur ma mère, Eileen Dearborn.

Mes parents s’étaient rencontrés à Poudlard, là où les lubies fiévreuses du paternel McLane n’avaient pas prises. Mon père était à Gryffondor, ma mère à Serdaigle. Ils n’appartenaient pas à la même maison mais au bout de quelques années, ils ne se quittèrent plus. Ils sortirent de l’École et Angus décida de présenter l’amour de sa vie à son père.
Il pensait que tout se passerait bien. Mais Duncan s’est rapidement fait une idée de cette inconnue. Et ce qu’il pensait d’elle ne tenait qu’en deux mots : Sang-mêlé. Elle allait souiller l’héritage du clan. Il n’était pas question que son ainé se marie et ait des enfants avec une telle personne ! Trop tard, pourtant, j’étais déjà en route.


Dernière édition par Arthur J. McLane le Lun 31 Juil - 15:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 266
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Thomas Brodie-Sangster • by Niclas
| SANG : ϟ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son frère maculé de sang
| PATRONUS : Lynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: M'eachdraidh Jeu 27 Aoû - 16:59

Les premières Années

1957 - 1958

Il y eut une violente dispute lorsque mon père apprit ma venue prochaine au monde. Pour mes grands-parents, il n’était plus possible de raisonner mon père puisque le "mal" était déjà fait. Alors ils le renièrent. Durement et froidement. Du jour au lendemain, mes parents durent trouver un lieu où vivre. La part de la fortune -relative- de la famille qui était réservée à mon père lui fut retirée, boucler les fins de mois fut difficile.
Ce fut donc dans ce climat tendu que je vis le jour. Moi, le premier d’une nouvelle génération.
Mes parents étaient jeunes et en pleines études. Maman mit en suspend les siennes et commença à travailler dans un petit pub malfamé. Elle n’appréciait pas ce boulot, mais il fallait faire avec. Mon père, lui, continua ses études car il y avait à la clé un salaire conséquent, même pour un débutant. Les premières années furent dures et, c’est peut-être égoïste, mais je suis content de ne pas m’en souvenir totalement. Les ponts étaient totalement coupés avec les anciens mais aussi avec Moïra, ma tante. Elle était totalement d’accord avec son père et comprenez bien qu’avec cet ainé déshérité, elle était la seule désignée pour recevoir un sacré petit pactole.
Cinq ans après, la situation commença à s’améliorer pour mes parents. Papa venait d’être embauché au Magenmagot, ce qui donna une bouffée d’oxygène à la famille. Maman continua de travailler. Et puis il y eut Elliot. J’avais cinq ans et malgré mon jeune âge, je m’en rappelle comme si c’était hier. Il était tout petit, tout frêle. J’avais l’impression qu’il était tout faible et je me suis promis que je le protègerai quoi qu’il arrive. Simplement parce qu’il était mon frère.

Mes pouvoirs se sont manifestés assez tardivement. Je devais avoir huit-neuf ans, je ne me souviens pas vraiment. Il y avait une petite fille moldu près de chez moi. On s’était toujours bien entendus, je n’avais aucune appréhension parce qu’elle était "normale" et elle n’avait aucun moyen de savoir que je n’étais pas comme elle. Enfin jusqu’à un beau jour.
Le soleil était radieux et on s’amusait dehors. Je me souviens qu’après avoir fait un chat perché, on était venu s’asseoir à la vieille table en bois qui trônait dans le jardin. Je suis allé chercher des feuilles et des crayons et on s’est mis à dessiner comme deux enfants de huit ans. J’ai dessiné un lapin. Enfin je crois que ça devait ressembler à un lapin. J’y avais mis tout mon cœur. Et lorsque j’ajoutais la dernière touche de couleur, le lapin se mit à gambader sur la feuille. Mes yeux s’écarquillèrent et un "Woah " émerveillé sortit de ma bouche. Tout heureux, j’offris le dessin à mon amie dont le regard alternait entre la feuille et moi. Elle n’était pas aussi enthousiaste que moi. Je dirai même qu’elle était perplexe. "Ce n’est pas normal qu’il bouge, le lapin, si ?". Non ça ne l’était pas. Mais pour moi qui voyais depuis toujours les images des journaux bouger, ça l’était totalement. Alors je lui répondis, ne comprenant pas ce que cela impliquait, que si.
Un sourire naquit sur son visage et elle repartit chez elle en chantant. Ce fut la dernière fois que je la vis. Je ne sais pas ce qui lui est arrivé ni même pourquoi elle ne revint jamais. A-t-elle gardé mon dessin ou l’a-t-elle brûlé parce qu’au final, ça n’avait rien de normal ?


Dernière édition par Arthur J. McLane le Lun 31 Juil - 15:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 266
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Thomas Brodie-Sangster • by Niclas
| SANG : ϟ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son frère maculé de sang
| PATRONUS : Lynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: M'eachdraidh Lun 31 Juil - 11:44

Poudlard. Années I à IV

1968 - 1972


Et ce fut le grand jour. Quelques semaines auparavant, nous étions allés en famille sur le Chemin de Traverse pour acheter toutes les fournitures pour la rentrée et notamment la fameuse baguette. Olivander m’en avait confiée une qui était parfaite. Et lorsque le moment de partir pour Poudlard fut venu, je n’avais qu’une idée en tête : pouvoir enfin reprendre en main cette baguette et pouvoir lancer des sorts avec !
Mais avant cela, il fallait arriver à l’école. C’était la première fois que je prenais le train et ce fut une grande expérience ! Puis la vraie magie commença. Des barques sans pagaies, des bougies volantes et un chapeau doué de la parole. Il me plaça à Serdaigle, comme ma mère il y a longtemps.
Le seul évènement marquant de cette première année fut la découverte du cours de Sortilèges. D’après le professeur Flitwick, j’ai des prédispositions pour lancer les sorts. Et je dois avouer que voir les autres mettre autant de temps à faire léviter une simple plume m’avait fait bien rire !

La deuxième année n’eut rien de vraiment palpitant. Je pense que la seule chose vraiment notable fut mon soudain intérêt pour le cours de Défense contre les forces du Mal. Les choses sérieuses commençaient vraiment. En première année, le cours se résumait à "Le Mal, c’est … mal." Mais lorsque l’étude de créatures, certes basiques mais incroyablement fourbes, débuta, j’ai développé un certain intérêt pour cette matière. Un intérêt qui se confirma l’année suivante.

Maintenant que j’y pense, mes années à Poudlard ont été d’un plat affolant ! Troisième année, quatrième année ! Pas la moindre petite anecdote à raconter. Enfin, aucune qui en vaille la peine. Ce ne fut qu’à l’été 1971 qu’il y eut quelque chose d’important et encore, j’aurai préféré que ça ne se passe jamais.
En août, nous sommes allés passer quelques jours en Angleterre avec des amis, mon frère et moi. Elliot était peut-être trop jeune, d’ailleurs, du haut de ses presque dix ans. Mais nos parents nous faisaient confiance, peut-être même trop.
En tout cas, nous nous sommes installés près d’une forêt pour camper, dans un champ qui appartenait à un paysan moldu. La nuit venant, un de nous eut la bonne idée d’aller visiter la ferme du propriétaire et forcément, tout le monde le suivit, Elliot aussi. Mais rapidement, alors qu’on errait dans la cour, le fermier se rendit compte de notre présence et, affolés, nous partîmes nous cacher pour lui échapper. Elliot, lui, entra dans la grange et grimpa à l’étage. Entre les ballots de foin, personne ne pourrait le trouver. Sauf qu’il n’était pas seul. La goule qui vivait là fut effrayé de sa présence et l’attaqua dans un geste de pure défense. Elle griffa furieusement mon frère à la gorge juste après qu’il eut poussé un cri de terreur.
Alerté par les hurlements de mon frère, je sortis de ma cachette et entrai en trombe dans la grange. Les autres suivaient certainement. J’en savais rien mais ça m’était égal. Je vis la bête et mon frère qui rapidement se vidait de son sang. Je ne réfléchis pas. D’un coup de poignet, je stupéfixais la bête qui se retourna vers moi. J’allais y passer moi-aussi. Mais les autres sortirent de leur tente et dressèrent leurs baguettes. Peut-être dans un élan de lucidité, la goule préféra prendre la fuite.
Moi, j’accourais déjà jusqu’à mon frère. Je pressais mes mains sur la plaie de son cou pour tenter de le maintenir en vie. "Elliot, Elliot …" Ce furent les seuls mots qui sortirent de ma bouche. Je ne pouvais rien faire. Mais les autres eurent la présence d’esprit d’aller chercher du secours. Le moldu avait lui aussi été alerté par tous ces cris. Elliot ne serait plus parmi nous aujourd’hui, grâce à Merlin !
On appela en urgence Sainte-Mangouste et lorsque des sorciers arrivèrent, mes amis m’éloignèrent. Elliot fut pris en charge. Mais moi, j’étais là, assis par terre, à le regarder sans pouvoir rien faire. Je n’avais pas pu le protéger et j’avais son sang sur les mains. Son sang !
Il s’en tira. Mais pas totalement indemne. Les semaines suivantes furent un calvaire jusqu’à ce qu’on lui diagnostic le Syndrome de Barnabas Sivans, la fièvre de la Goule.  Il n’existait aucun traitement définitif, seulement des potions qui permettaient d’atténuer les symptômes. Il devrait vivre avec ça le restant de ses jours. Parce que je n’avais pas été assez vigilant. Parce que je n’avais pas été incapable de le protéger.


Dernière édition par Arthur J. McLane le Lun 31 Juil - 15:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 266
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Thomas Brodie-Sangster • by Niclas
| SANG : ϟ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son frère maculé de sang
| PATRONUS : Lynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: M'eachdraidh Lun 31 Juil - 15:12

Poudlard. Années V à VII

1972 - 1975

Qui dit cinquième année dit BUSEs et les miennes se passèrent relativement bien. Avec quatre Optimums en Sortilèges, Défense contre les Forces du Mal, Potions et Étude des Runes, trois Efforts exceptionnels en Soins aux Créatures Magiques, Botanique et Histoire de la Magie, je m’en sortais très bien. Il n’y avait qu’une seule ombre au tableau : la Métamorphose. Ma grande amie la métamorphose. En cinq ans, je n’avais guère fait de progrès et la BUSE scella ce manque de talent évident pour la discipline. Désolant. Au moins, ce n’était pas un troll comme je m’y attendais. Mais je dus faire des pieds et des mains pour convaincre McGonagall de me prendre dans sa classe d’ASPIC car elle ne croyait pas en mes capacités à rattraper un retard de cinq ans. A vrai dire, moi non plus je ne l’espérais pas mais mon rêve était ce qu’il était et si elle ne me prenait pas dans sa classe pour la sixième année, je pouvais dire adieu aux études d’Auror …
Heureusement, à grand renfort de bonne volonté, de sourires et de promesses, je la fis changer d’avis. A la rentrée de la sixième année, je pouvais encore suivre les cours de métamorphose. Pour ma plus grande douleur mais il fallait faire ce qui était nécessaire.

Durant cette nouvelle année, je travaillais d’arrache-pied pour rattraper mon retard dans cette matière mais aussi pour être dans les meilleurs dans toutes les autres. Si je voulais que les Aurors m’acceptent, je devais être dans les premiers à la sortie de Poudlard et mes lacunes en métamorphose m’handicapaient déjà assez pour me permettre de me relâcher sur d’autres matières.
Néanmoins, au cours de la sixième année, j’oubliais quelques temps les cours. Ma tête fut ailleurs. Mon cœur aussi. Maya l’avait pris dans ses filets et on commença à se tourner autour. Ça faisait jaser dans le journal de l’école …

On s’est revu durant l’été. Je me suis confié à elle, je lui ai expliqué beaucoup de choses, de mes craintes de ne pas pouvoir devenir Auror à ma peur viscérale du sang et de sa provenance. Elle m’a écouté, en silence, sans jugement. C’est là que j’ai compris mes sentiments à son égard. Toutefois, ce n’est qu’à la rentrée que j’eus le courage de les lui avouer et de lui demander de sortir avec moi. Bien heureusement, c’était réciproque et, au bal de Noël, nous formions l’un des plus beaux couples.
Le reste de l’année se passa comme la précédente : un enfer de travail. Arrivé aux ASPICs, j’étais stressé comme jamais mais tout se passa bien. Mes efforts avaient payé ! J’arrivais à atteindre l’Acceptable pour la Métamorphose. Du reste ? Six Optimums en Sortilèges, DCFM, Potions, Botanique, Étude des Runes et Soins aux Créatures Magiques plus l’Effort Exceptionnel en Histoire de la Magie. Et vous saviez ce que cela voulait dire ? Que j’étais accepté pour débuter les Études d’Auror à la rentrée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: M'eachdraidh

Revenir en haut Aller en bas

M'eachdraidh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Nouveaux arrivants :: Vos biographies-