GRYFFONDOR : 160 pts | POUFSOUFFLE : 10 pts | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Le calendrier de l'avent fait son grand retour à Poudlard ! Il débutera le 1e décembre et se terminera le 25. Toutes les explications ICI !
Une sortie à Pré-au-Lard a été organisée afin de vous permettre d'effectuer vos achats de Noël. Le sujet est juste ici ! Tout post vous rapportera 2 dragées.

Partagez|

Quand un prédateur peut devenir une proie [Arellys Nikols & Sirius Black]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Quand un prédateur peut devenir une proie [Arellys Nikols & Sirius Black] Jeu 28 Juil - 23:02

Quand un prédateur peut devenir une proie [Feat. Sirius]


Cela fait déjà un moment que je ne m’étais plus rendue au chemin de traverse alors que je n’étais pourtant jamais loin. C’est juste que je n’avais que rarement des occasions de m’y rendre avec tout ce que j’avais à faire chez moi… Et puis, mon oncle et ma tante y allaient tellement souvent que forcément, ils s’occupaient déjà de tout. Mais aujourd’hui, je comptais profiter de leur absence pour y aller un peu seule. Ils n’étaient pas sévères alors ça passait toujours facilement lorsque je voulais aller seule quelque part et puis, ce n’est pas comme si le lieu était désert ou rempli uniquement de mauvaises personnes.  

J’avais enfilé une tenue tout à fait commune, au revoir ma cape de sorcière ! J’étais juste moi et ça faisait parfois du bien. C’est avec un grand plaisir que je profitais du bon temps, des odeurs de la nouvelle marchandise… Certaines personnes qui connaissaient ma famille en profitaient même pour me saluer, l’un me donnant même une petite gourmandise au passage tout en refusant que je le paye. C’était un homme bon qui nous connaissait bien et le peu de fois que je le croisais, il m’offrait quelque chose. Il parait qu’il est le père d’un garçon qui était autrefois le meilleur ami de mon cousin… Tout s’explique à partir de ce moment-là.  

Actuellement, je me demandais ce que pouvait bien faire mes petits camarades. Lily  devait bien s’amuser avec sa sœur quelque peu … difficile ? Ok c’était un cauchemar tout ça parce que sa sœur était une sorcière. En revanche je n’avais aucune idée de ce que Remus et James pouvaient bien faire… Remus était bien souvent calme donc ça m’étonnerait que ça change et quand à James, il devait encore préparer de sales plans pour le pauvre petit Severus dont je ne savais quoi penser…Et … oh, quand on pense justement au fidèle compagnon de coups foireux... Tient donc Sirius !

Je  regardais mon camarade un instant et puis… pourquoi pas ! Je n’avais rien contre Sirius bien qu’il était difficile de dire si nous ne faisions que « bien » nous entendre ou si nous étions amis … Mais on passait assez de temps ensemble vu que j’étais la plupart du temps fourrée avec Lily et, ou Remus. Pourquoi pas lui parler un peu … Je commençais donc à m’approcher doucement de lui sans qu’il ne m’aperçoive encore… jusqu’à ce qu’une femme que j’estimais être sa mère sorte d’une boutique. Elle n’avait pas l’air très commode alors je gardais une petite distance, attendant un feu vert pour aller saluer le jeune garçon.


code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 370
| AVATARS / CRÉDITS : Robert Sheehan - Nenes - Bazzart
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Quand un prédateur peut devenir une proie [Arellys Nikols & Sirius Black] Dim 31 Juil - 14:09

Walburga Black, songeait régulièrement Sirius, aurait pu être une très belle femme. Les photos de mariage de ses parents, affichées dans un des salons du 12 Square Grimmaurd, montraient une femme svelte, grande, dont le visage pâle était encadré par de jolies boucles brunes, au bras d'un homme un peu plus âgé qui témoignait déjà d'un léger embonpoint. Mais le regard hautain de la future matrone Black étouffait le sourire étincelant.
Le sentiment de fierté d'appartenir à cette très noble et très ancienne famille avait creusé des rides profonds sur le front et le coin des lèvres de Walburga. Cette dernière passait en effet son temps à hausser les sourcils et à afficher des rictus condescendants qui avaient marqué au fil des ans son visage. Et, tandis qu'elle avait une taille fine et souple au début de sa vie maritale, Walburga, malgré ses deux grossesses rapprochées, avait maigri. Sirius avait coutume de dire qu'elle s'était desséchée.
Le portrait physique de Walburga correspondait en tout point à son portrait moral. Caractérielle et autoritaire, la mère de Sirius était une femme dure. Il n'y avait qu'une seule vérité qui pût compter : la sienne. Malgré tout, elle suivait ses enfants. Sirius trouvait qu'elle l'étouffait. L'année précédente, elle lui avait envoyé une trentaine de beuglantes, fustigeant le comportement de son fils et ses amitiés avec les traîtres à leur sang qui peuplaient la Maison de Gryffondor, le menaçant de le garder enfermé tout l'été, surveillé par Kreattur, ou même de le retirer de Poudlard pour aller à Durmstrang. Mais Sirius, pour qui, chaque année, c'était la même chose, se moquait bien de tout cela. Les cris hystériques de la mère Black étaient devenus un sujet d'amusement pour tout le monde. Sirius était celui qui en rigolait le plus fort et le plus longtemps. Il savait bien que Walburga, qui ne pouvait le supporter, ne pourrait pas tenir trois mois avec Sirius dans la maison. Il se savait en totale impunité, de même que l'eau coule sur une surface sans jamais y pénétrer.

À vrai dire, Sirius supportait de moins en moins sa mère. Comme tout enfant, il avait eu le désir de satisfaire cette dernière, malgré sa répulsion instinctive pour les valeurs de sa famille. Mais depuis peu, et surtout depuis que Regulus, à l'inverse, accomplissait avec facilité les demandes de ses parents, Sirius en avait marre de faire des efforts. Il avait suffisamment grandi et mûri pour se rendre pleinement conscience que pour lui, le mot "mère", n'avait pas le même sens que pour la plupart des autres enfants. Walburga Black n'était pas la mère de Sirius, et encore moins sa maman. Elle n'était que sa génitrice.

Génitrice qui, pourtant, avait fixé une date sur le calendrier, à la fin du mois d'Août, pour faire les achats nécessaires pour la troisième année et la quatrième année scolaire à Poudlard de ses enfants respectifs. Et si Regulus se pliait à la moindre volonté de sa mère, Sirius, lui, traînait les pieds.
Renfrogné et maussade, le jeune Black avançait en traînant les pieds, les mains dans les poches et la tête baissée. Il ne pouvait plus entendre sa mère pérorer à voix haute quand elle rencontrait d'autres mères de famille sang-pur.
... Finalement, ils l'avaient mérité, les Prewett, commentait Walburga. Publier cette infâme tribune dans la Gazette, autant se coller une cible sur la tête, n'est-ce pas ?
Et Sirius bouillonnait, sachant pertinemment qu'il croiserait Fabian Prewett dans la Salle Commune à la rentrée.

Ils sortirent de chez Sluc&Jiggers, l'apothicaire du Chemin de Traverse. Sirius était équipé d'un nouveau chaudron en cuivre, car il était parvenu, l'an passé, à percer celui en étain avec James en faisant un mélange malheureux.
Redresse-toi, persiffla sa mère tandis qu'ils s'engageaient dans l'allée, se mêlant aux autres passants.
Comme Sirius ne faisait rien et continuait de marcher comme si Walburga Black n'avait rien dit, la matrone lui donna une petite claque derrière la tête. Pas trop forte, mais suffisante pour que Sirius tressaute légèrement, cognant son chaudron contre les pavés.
C'est pas en me tapant que je vais me redresser, grogna Sirius en se tournant vers la femme acariâtre.

Il s'éloigna d'elle de quelques pas, comptant sur Regulus pour calmer leur mère. C'est alors qu'il se rendit compte qu'on le fixait. Depuis combien de temps ? Il ne saurait le dire. C'était Arellys, une fille de Gryffondor de la même année que Sirius, une copine de Lily, qui connaissait surtout Remus. Elle semblait vouloir venir vers lui, mais l'hésitation marquait son visage. Sirius devina qu'elle ne voulait pas s'imposer devant Mrs Black, surtout alors que celle-ci corrigeait son bon à rien de fils.
Voyant là une manière d'agacer sa mère tout en sauvant la face devant sa camarade, Sirius, sans jeter un regard à Regulus et à sa mère, s'en alla rejoindre Arellys.

Salut, lui fit-il. Tu vas bien ? Tu viens aussi faire tes courses pour la rentrée ?
Il lui sourit, l'air désinvolte, comme si tout allait bien.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Quand un prédateur peut devenir une proie [Arellys Nikols & Sirius Black] Dim 31 Juil - 19:28

J'avoue que je m'attendais pas à ce que cette femme soit sévère comme le voulait son aspect... Du moins pas autant que ça mais ce n'est pas moi qui allait juger la façon de faire d'un adulte en sachant que mon oncle et ma tante m'avaient bien privé de mon père pour m'empêcher  de vivre dans un mauvais environnement. Certaines choses étaient parfaitement justifiées mais ici, c'était peut-être être un peu trop exigeant mais bon.  
Finalement, il remarqua ma présence et ce ne  fut que confirmé lorsque finalement, c'est lui qui vint à moi... Comme toujours, il gardait son petit air "je me fiche de tout" qu'il abordait avec certains camarades ; pure provocation envers sa mère ? Allez savoir !  

-Salut toi  ! Commençai-je par lui répondre   -Ca va super  bien et toi ?  Et bien pas vraiment... Je fuis plutôt l'ennui d'une maison de vide afin de profiter du grand air et du plaisir de faire ce que je veux dans le dos de mon oncle et ma tante.

Je lui renvoie un sourire joueur ; c'est vrai que je désobéissais assez bien aux règles de mes "parents adoptifs" parfois... eux qui m'avaient justement dit de rester tranquillement à la maison aujourd'hui.
M'empêche , c'était presque étrange de voir la différence de relation qu'il semblait y avoir entre nos deux famille. On a beau avoir un léger côté strict chez nous, il y a toujours une bonne ambiance à la maison comme en dehors, enfin la plupart du temps mais le cas contraire était assez rare.
Lui ne semblait pas avoir la vie toujours simple... Oh je ne le prends pas en pitié comme si c'était une victimes mais  il faut avouer qu'avoir une mère qui nous donne une tape, même une petite, pour exiger qu'on se tienne droit ... Ca fait quand même son petit effet.  

Maintenant, j'étais censée faire quoi exactement ? Les laisser ou continuer une conversation ... J'ai beau aimer faire tourner en bourrique certains, de temps à autre, je n'aime pas non plus lors attirer des problèmes et certainement pas avec leurs parents.  A en juger par leur petite charge et les propres mots de Sirius, ils devaient  déjà faire les courses pour la rentrée à venir.
Je leva le regard vers le jeune garçon , le fixait puis finit par afficher un petit sourire hésitant.

- Je suppose que je devrais vous laisser faire vos courses... Surtout que tu sembles déjà en tension .
Je ne pu toute fois pas m'empêcher de lâcher un petit rire, pas méchant,  mais tout de même un peu plaisantin
-Fait attention où tu risques  encore d'avoir une tape sur la tête... Ca t'arrives souvent ce genre de chose ?  

Ce n'était nullement pour juger, juste pour en savoir plus. Après tout, je n'avais aucune raison de l'embêter avec ça... quoique ... il faut avouer que ce serait amusant de profiter  de ce petit moment. Après tout, ce n'est pas tous les jours qu'on peut voir que son camarade n'est pas un petit prince avec tout le monde. Maintenant, j'aurais de quoi le charrier autant que lui aime nous charrier, nous les filles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 370
| AVATARS / CRÉDITS : Robert Sheehan - Nenes - Bazzart
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Quand un prédateur peut devenir une proie [Arellys Nikols & Sirius Black] Jeu 4 Aoû - 23:28

Si Arellys avait semblé hésiter à venir vers Sirius, elle n'en resta pas moins maîtresse d'elle-même lorsqu'il l'accosta. Il lui en était gré - bien qu'il sût que ce n'était qu'une façade - qu'elle lui répondît en étant parfaitement à l'aise.

Je fuis plutôt l'ennui d'une maison vide afin de profiter du grand air et du plaisir de faire ce que je veux dans le dos de mon oncle et ma tante, ajouta la troisième année.

Sirius haussa les sourcils, affichant un air compatissant. Combien aurait-il donné pour que sa mère ainsi que Kreattur disparaissent de sa vie le temps d'une journée ? Il aurait alors pris la Poudre de Cheminette pour se rendre chez les Potter qui auraient sûrement autorisé James et Sirius à se promener dans la campagne environnante.

Très bon choix, intervint enfin le Maraudeur. Je ne sais pas si tu as déjà goûté les glaces de chez Fortarôme. Un délice ! C'est une très bonne manière de se faire plaisir.
De la tête, il désigna le bout de la rue où se trouvait la boutique du fameux marchand de glace. Il en profita pour jeter un coup d’œil vers sa mère qui le fusillait du regard de l'autre côté du trottoir. Il avait encore quelques minutes avant qu'elle ne vînt les interrompre. Il ignora délibérément les signes de Regulus qui lui demandait de revenir vers eux. Leur attitude n'échappa pas à Arellys qui demanda si elle ne devait pas prendre congé de Sirius.

T'inquiète, rigola Sirius, rien de bien méchant. C'est ma mère. Tu la connais déjà, c'est celle qui m'envoie des beuglantes assez régulièrement. Inutile de vous présenter l'une à l'autre.
Fais attention ou tu risques encore d'avoir une tape sur la tête... Ça t'arrive souvent ce genre de chose ?

Le jeune Black haussa les épaules, lisant dans l'air malicieux d'Arellys quelque chose qui ne lui plaisait pas. Lui qui ne se privait pas pour taquiner les autres sur leurs points faibles, se rendit compte soudainement qu'Arellys connaissait de lui ce qu'il n'ébruitait pas. Sirius faisait celui qui était insensible aux accusations de sa mère, mais au fond, tout n'était pas si simple. Quand il allait chez James, le portrait de la famille Potter, dont les membres étaient bienveillants et aimants les uns envers les autres, lui offrait un contraste saisissant avec le spectacle de sa propre famille. À Poudlard, Sirius était un adolescent épanoui et remarqué pour son charisme, ses répliques mordantes et ses talents en métamorphose. Chez lui, Sirius était quelqu'un qui survivait pour rester lui-même.

Laisse tomber, fit-il sur un ton plus maussade qu'il ne l'aurait voulu, ma mère passe juste ses nerfs sur son crétin de fiston qui est allé à Gryffondor. Rien de neuf sous le soleil. Restons parler, ça va l'énerver encore plus. Et tu verras, Walburga Black hystérique, ça vaut le détour !

Heureusement qu'il avait un certain talent pour se détacher de ses propres émotions. C'est fou comme l'on est convaincant quand il s'agit de sauver la face !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Quand un prédateur peut devenir une proie [Arellys Nikols & Sirius Black] Lun 8 Aoû - 3:35

Les fameuses glaces de chez Fortarôme, un vrai délice et personne ne l’avait jamais nié. C’est toujours un plaisir de se rendre là-bas pour se détendre autour de quelque chose de bien frais.  

-Comment ne pas la connaitre ! Tu me donnerais presque envie de m’y rendre là …

Si  sa famille ne l’appelait pas et ne nous regardait pas ainsi, ce serait déjà moins embêtant… A croire que si j’avais été une adulte, elle m’aurait détruit depuis déjà longtemps.  Pas si étonnant que ça, surtout maintenant. Je comprends d’où vient ce léger malaise sur le coup même, je ne peux que m’en rappeler en pensant à ce que dis Sirius, ce qui me fit d’ailleurs rire sur le coup… A croire qu’il se faisait plus souvent engueuler qu’autre chose.  
Mais je semblais avoir vu juste vu sa réponse qui traduisait un certain ennuie vis-à-vis de la situation. Oh t’inquiète pas mon petit Sirius, si t’es sage avec moi je le serais avec toi ! Mais en même temps,  ça semblait être un plaisir pour lui d’enrager  sa mère ; soit, je le comprends car j’admets que ça m’arrive de temps à autre.  La voir hystérique ?  

-Ah ce point ?! dis-je d’un faux air  surpris, quoique un petit peu quand même… J’haussai les épaules  -Du moment que tu ne m’attires l’orage de ta mère. Sinon, je te ferais regretter … ajoutais-je sur un ton sarcastique.

Bon, on ne peut pas lui en vouloir en même temps et puis, il sait bien que je ne suis vindicative et « mauvaise » que lorsque ça va vraiment loin et là, ce serait pas lui qui s’en prendrait à moi. Pas dans cette situation en tout cas … Evidemment, je pouvais suivre Sirius dans son délire, étant du genre à participer à toute sorte de plans foireux par moments.  

-Bon dis-moi ; on tente d’oublier la chaleur avec avec une bonne boisson  bien fraiche ou avec un coup foireux dont tu as le secret ?  

Aller, je te fais confiance sur le coup quelque soit ton choix !
Revenir en haut Aller en bas
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 370
| AVATARS / CRÉDITS : Robert Sheehan - Nenes - Bazzart
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Quand un prédateur peut devenir une proie [Arellys Nikols & Sirius Black] Mer 10 Aoû - 21:30

Tout le monde connaissait Fortârome - Arellys n'échappait pas à la règle. Tout en révélant son envie d'y aller, elle jetait des coups d’œil à Walburga et à Regulus, guère rassurée quand Sirius lui parla de l'hystérie de sa mère.
À ce point, assura le jeune Black, je me demande souvent comment je fais pour avoir des tympans intacts...
Du moment que tu ne m’attires l’orage de ta mère, précisa Arellys. Sinon, je te ferais regretter …

Sirius, cette fois-ci, rigola sincèrement. Ses rires résonnèrent comme des aboiements de chien. Le troisième année se passa la main dans les cheveux pour tenter de recadrer une boucle que le vent agitait sur son front.
Ça, je ne peux pas te l'assurer ! Haha !
Puis, il ajouta, plus doucement :
À rester discuter tandis qu'elle fait le pied de grue, il est fort probable que l'orage va éclater.

Et ça lui allait bien. Rendre sa mère folle de rage devenait de plus en plus l'activité préférée du Maraudeur - en dehors de Poudlard, bien entendu. Sirius Black lisait avec délice dans les yeux de sa camarade qu'elle était tout aussi capable de tirer sur la corde pour savoir quand la mère de Sirius allait exploser. Et comme ils se trouvaient au beau milieu du Chemin de Traverse, la mégère se contiendrait... jusqu'à l'explosion tonitruante une fois qu'ils seraient de retour au 12 Square Grimmaurd. Sirius savait bien qu'il rigolerait moins à ce moment-là, mais il vivait au présent et se délectait pour l'instant de ce qu'il faisait subir à Walburga.

Bon dis-moi, dit alors la jeune fille, on tente d’oublier la chaleur avec avec une bonne boisson bien fraiche ou avec un coup foireux dont tu as le secret ?

Sirius sourit - vue la situation dans laquelle ils se trouvaient, aller déguster un jus de citrouille revenait à faire un coup foireux. Dans sa poche, il avait gardé la monnaie que lui avait rendue l'apothicaire et que le garçon n'avait pas encore redonnée à Walburga. Il avait donc de quoi s'offrir un plaisir. Sirius jouait avec le feu, il le savait, mais c'était ce qu'il avait trouvé pour énerver sa mère et ne pas avoir l'air d'un pov' gosse aux yeux d'Arellys.
Allons boire un verre, décida-t-il en faisant quelques pas vers un bistrot. À moins que tu ne préfères une glace ?

Sans attendre la réponse de la Gryffondor, Sirius se tourna vers Mrs Black et, avec tout l'affront donc il était capable, il lui lança :
Je vais boire un verre avec Arellys ! C'est une amie et ça fait longtemps que je ne l'ai pas vue ! À tout' M'man !

Il comptait sur Regulus pour assurer à sa mère que, à vrai dire, Arellys et Sirius n'étaient pas si proches qu'il le prétendait. Le jeune Black, son chaudron dans une main, saisit le bras d'Arellys de l'autre et l'entraîna plus loin, se mêlant à la cohue des passants, empêchant ainsi Walburga de lui refuser la liberté qu'il prenait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Quand un prédateur peut devenir une proie [Arellys Nikols & Sirius Black] Mar 23 Aoû - 2:07

Sirius était rarement sérieux dans le sens où il adorait  provoqué à certains moments, ce qui est fort compréhensible pour des jeunes de notre âge. Oh bien-sûr, il m’arrivait de jouer de sales jeux mais disons que j’étais parfois plus raisonnable… Ca ne me surprenait même plus quand il accompagnait James qui s’en prenait à Severus. J’ai toujours été neutre face à toutes leurs histoires ; je n’avais rien contre Severus mais s’il osait blesser Lily d’une façon ou d’une autre,  ce serait une toute autre histoire.  

Mais en ce moment, c’est juste ce cher camarade qui capte mon attention avec son envie bien décidée d’agacer sa mère vu qu’il n’avait pas hésité à accepter l’offre de partir boire quelque chose.  J’hochai la tête tout en affichant un petit sourire complice.

-Et bien c’est parti pour un verre !

J’avais bien assez d’argent pour me payer ce que je voulais, donc autant en profiter en étant avec un camarade tout en jouant à ce que des jeunes de notre âge préféraient faire ; enrager leur monde. Ce n’est pas que ça me plait tant que ça de voir la mère de Sirius sur le point d’exploser mais dans tous les cas, ce n’est pas de ma faute. Pour une fois que j’accepte de suivre le pas, ça risque de ne pas être bon pour quelqu’un d’autre.
A peine avait-il dit qu’il partait qu’il m’avait déjà entrainé plus loin, n’attendant aucune réponse.

-Tu as une idée d’où aller ?

[…] Une fois arrivés dans un petit endroit  réputé qu’on avait choisi pour boire,  on avait pris un petit verre  histoire de se rafraichir, se demandant si on allait nous retrouver.   De toute façon, on ne saura pas échapper durant une éternité à la mère et au cousin de Sirius, je le savais même si je ne les connaissais pas plus que ça…  En y repensant, je ne pouvais m’empêcher de me remémorer toutes les fois où Sirius s’amusait ainsi.

-T’es né pour rendre les gens dingues toi ! dis-je comme pourrait le faire une fille amusée mais pas mieux à sa façon quand elle s’y mettait.   –Dis, qu’est-ce que vous préparez avec James, Remus et tout la tralala pour cette année à venir ?  finis-je par dire, intriguée par les  plans qu’ils devaient avoir en tête. Si il y a qui se faisaient à l’improvise, d’autres étaient bien préparés, je suppose. Et puis, cela m’amusait de les voir faire n’importe quoi…
Revenir en haut Aller en bas
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 370
| AVATARS / CRÉDITS : Robert Sheehan - Nenes - Bazzart
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Quand un prédateur peut devenir une proie [Arellys Nikols & Sirius Black] Sam 27 Aoû - 21:38

Ce fut avoir joie que Sirius sentit qu'Arellys le suivait. Il ne se retourna pas, mais il exultait rien qu'à imaginer la tête de sa mère qui les voyaient s'éloigner la bouche en cœur.
Ils trouvèrent un petit pub dans une rue perpendiculaire au Chemin de Traverse et s'installèrent à l'ombre de la bâtisse. Sirius commanda une bierraubeurre bien fraîche, comptant sa monnaie nichée au creux de sa paume.

T’es né pour rendre les gens dingues toi ! s'exclamait Arellys avec un air malicieux.
Sirius sourit sous le compliment - car il le prenait comme tel. D'ailleurs, il était vrai qu'il n'avait pas son pareil pour faire criser Lily et ses amies - même Arellys, de temps à autres, était parfois excédée par le flegme du jeune Black.

Dis, reprit la jeune fille. Qu’est-ce que vous préparez avec James, Remus et tout le tralala pour cette année à venir ?

Vaste question, songea Sirius en avalant une gorgée fraîche de sa boisson. Après être partis à la recherche du Monstre du Loch'Ness pendant la Festi'Witch, Sirius, James et Remus s'entendaient mieux que jamais. Avec Peter, ils formaient un quatuor indéfectible. Remus assumait parfaitement sa lycanthropie avec eux, qui l'aidaient à surmonter chaque difficulté et chaque souffrance. Ce qu'il leur manquait, c'était de trouver un moyen de partager avec Remus ses nuits de pleine lune. Remus leur avait bien dit qu'il devait être seul dans la cabane hurlante car il risquait de mettre à mort ceux qu'il avait le malheur de croiser. Et les trois autres, habituellement prêts à relever toute sorte de défis farfelus, avaient estimé qu'ils ne s'y risqueraient pas. Peut-être existait-il un moyen, malgré tout, d'être avec Remus sans se mettre trop en danger ? Bien-sûr, Sirius ne pouvait pas vraiment dire tout cela à Arellys. Mais c'était la première chose à laquelle il pensa quand elle lui posa la question.

Crois-tu que je vais gâcher le suspens ? répliqua Sirius en reposant sa chope sur la table. Tu verras bien assez tôt ce que nous préparons.
Il lui envoya un clin d’œil de l'autre côté de la table, mais pensa aussitôt que ce qu'il venait de dire pouvait laisser penser que les Maraudeurs n'avaient en fait rien de prévu. Ce serait faillir à leur réputation !
Il se pencha sur la table de bois, l'air sérieux, comme s'il allait révéler à Arellys le secret du siècle.
En vrai, nous allons probablement partir à la recherche du corps de Binns.
Et, au moment où il la disait, il trouva cette idée vraiment pas mal du tout !
Et toi, retourna-t-il en s'adossant au dossier de la banquette, as-tu décidé de faire tourner Picott en bourrique ?

Il savait Arellys suffisamment chipie pour braver un bon nombre de règles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Quand un prédateur peut devenir une proie [Arellys Nikols & Sirius Black] Mar 3 Jan - 2:49

Boissons en main et derrières sur nos chaines, on pouvait enfin profiter de la bonne ambiance des lieux, oubliant un peu nos poursuiveurs. Je ne risquais pas grand-chose en ce qui me concernait et même si c’était le cas, ça m’amuserait plus qu’autre chose… Les seules personnes à savoir comment agir avec moi face à ce genre de situation, ce sont mes parents et malheureusement, ils ne sont pas là… ou heureusement !

Je profitais pleinement de ma boisson qui me détendait déjà, me faisait oublier à quel point les choses pouvaient être pénibles en ce moment. Je n’ai qu’un hâte : retourner à l’école et retrouver Lily ainsi que les bêtises du petit groupe de garçons. Je sentais malgré tout que j’allais en avoir sur le dos… Je savais que je devrais surveiller Lily à coup sûr, elle et Severus. Non pas que je ne l’aimais pas ce type mais il n’était pas mon ami pour autant : il me laisse complètement indifférente et je ne sais pas si je peux lui faire confiance ou non par rapport au bonheur de ma meilleure amie ! Entre ça et le sarcasme du quatuor, je n’étais pas sortie de l’auberge. Au moins, je pouvais déjà me relaxer avec Remus, celui dont je suis le plus proche d’ailleurs : c’était le genre d’ami avec qui je savais que je pouvais parler librement, même si je me doute fortement que ça doit être plus facile pour moi de tout dire que l’inverse. Allez savoir, une impression.

Je finis par sourire, une petite moue sur le visage. Tricheur ! J’aime bien aussi être au courant de quelque chose en avance. Mais si tout ne groupe n’était pas d’accord, pas de traitement d’honneur.
-Je me vengerais de ce silence un jour, Sirius. Dis-je avant de prendre une gorgée de ma boisson.
Je le regardais, penche la tête avant de la secouée comme pour dire « Mais bien-sûr ».
-Bonne idée ! Je suis sûre que ça lui fera plaisir ! ajoutai-je sur un ton sarcastique suite à sa déclaration de recherche.

Suite à sa question, j’haussai les épaules. Il est vrai qu’il m’arrive d’enfreindre le règlement, de temps à autres. Bon d’accord, assez souvent mais qui ne le ferait pas parmi ceux qui ont horreur de l’ennui ? J’aime m’amuser et me changer les idées et embêter Picott était un grand classique, comme pour tout le monde.
-Je pense que je vais commencer par le remettre dans le bain en le faisant courir à travers toute l’école. Ou je vous espionnerais. Ou les deux comme ça vous pourrez vous tirez plus facilement … dis-je dans un sourire narcissique.

Evidemment, il savait bien que ce n’était pas moi qui viendrais réellement les espionner ; je suis peut-être curieuse et j’ose assez de choses mais je sais au moins respecter les autres. En revanche, distraire Picott pendant que d’autres préparent autre chose est ma spécialité.
-Tu sais quoi, je vous soutiens et reste bouche cousue mais en échange, vous avez intérêt à me donner de nouvelles idées pour bien faire tourner Picott en bourrique.

Si déjà avec moi toute seule il en tire une belle, et qu’avec eux quatre il en tire une toute aussi belle, qu’est-ce que ça donnerait si les cinq rejetons s’y mettaient de chaque côtés. Mais bon, entre temps, il allait aussi falloir gérer avec les études… dommage que ça vienne ce glisser là-dedans.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 370
| AVATARS / CRÉDITS : Robert Sheehan - Nenes - Bazzart
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Quand un prédateur peut devenir une proie [Arellys Nikols & Sirius Black] Dim 8 Jan - 20:19

C'était agréable de parler de Poudlard. Sirius avait hâte de reprendre l'école, tant pour s'éloigner de sa mère que pour recommencer les facéties avec ses amis. À quelques jours de la rentrée, la quatrième année lui paressait pleine de promesses. Il était content de voir qu'Arellys trouvait intéressantes les combines qu'il venait d'énoncer.
Bonne idée ! Je suis sûre que ça lui fera plaisir !

Sirius but une longue gorgée de Bièraubeurre.
Pitié, on est tranquillement en train de boire un verre et tu me parles de vengeance parce que je ne te dis pas tout. Ce n'est pas juste !
Il reposa son verre sur la table, observant un groupe d'enfants traverser la ruelle derrière leurs parents.
Vraiment, si je te dis tout, tu n'auras aucune surprise, c'est pour ton bien ! Mais j'avoue que chercher le corps de Binns, ça va être drôle. Bon, je ne sais pas dans quel état on va le retrouver.

Il se mit à rire de son rire semblable à un aboiement, fier de sa blague de mauvais goût.
Je pense que je vais commencer par le remettre dans le bain, dit Arellys en parlant de Picott. Ou je vous espionnerais. Ou les deux comme ça vous pourrez vous tirez plus facilement...

Nous espionner ? songea Sirius. Ohoh ! Heureusement qu'ils avaient découvert des passages secrets durant leur précédente année pour pouvoir facilement s'éclipser en cas de besoin.
J'ignorais, reprit Sirius, qu'on pouvait en venir à nous espionner. Il faut croire qu'on ne peut vivre sans les Maraudeurs, n'est-ce pas ?
Tu sais quoi, répondit la jeune fille avec un sourire, je vous soutiens et reste bouche cousue mais en échange, vous avez intérêt à me donner de nouvelles idées pour bien faire tourner Picott en bourrique.

Le marché était honnête. Et puis, Sirius aimait bien l'idée qu'ils étaient plusieurs à faire des bêtises dans le château. C'était un moyen de relâcher l'attention de Picott sur eux. Jusqu'à il y avait quelques temps, jamais il n'aurait cru qu'une amie de Lily pouvait être aussi partante pour faire des bêtises. Lily était si sage et était davantage du genre à remonter les bretelles des Maraudeurs qu'à les encourager dans leurs bêtises.
Lily est au courant que tu fais des bêtises ?

Parce que si oui, il avait du mal à comprendre comment elles faisaient pour ne pas se crêper le chignon à longueur de journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Quand un prédateur peut devenir une proie [Arellys Nikols & Sirius Black] Dim 5 Fév - 22:54

Un sourire vint se glisser sur mes lèvres alors que je posais ma tête sur le dos de mes mains croisées. Remarque bien pertinente… Je n’étais une totale inconnue de ce petit groupe de plaisantins, loin de là et c’est pour cela que je peux dire que sans eux, même si je ne le dis pas forcément, je m’ennuierais. On s’ennuierait pour être plus exacte. Exception faite de Severus principalement, leur victime préférée.
La question qu’il me posa m’interpella malgré tout, alors que je doutais parfaitement qu’il ne serait pas réticent à mon offre. Si Lily était au courant, c’était là une question aussi étrange qu’évidente. Ca dû se savoir facilement vu que mes épaules se sont levées toutes seules, presque par automatisme…
-En grosse partie oui, évidemment. Dis-je tout en reprenant mes aises. –Mais il faut dire qu’elle se défoule plus sur vous… C’est à ça que tu pensais hein ?

Je souris un peu puis finis enfin mon verre. Lily faisait souvent remarquer le « mauvais » comportement que pouvaient adopter les maraudeurs mais il faut dire qu’elle avait ses raisons : quand quelqu’un s’en prend sans cesse à l’un de ses meilleurs amis, normal qu’on se fâche souvent avec ces personnes. C’était de l’humiliation quasiment. Moi, je ne me mêlais de rien. Je préférais rester là à me demander qui allait le plus péter les plombs à la fin de la journée : le serpentard ou ma meilleure amie. C’était souvent cette dernière et je m’amusais souvent à la voir se défouler dans la chambre le soir. Si je n’étais pas là, on pourrait croire qu’elle serait capable de parler toute seule ou pour les murs : ils écoutent bien eux aussi !

Mon regard se posa toutefois derrière Sirius. Tiens, soit on ne sera plus seuls très longtemps, soit on ne reverra plus Sirius bientôt… Peut-être les deux. Il faut avouer, je ressens un petit malaise tout à coup.
-Ta mère et ton frère Sirius… me contentais-je de dire pour lui signaler qu’ils passaient dans la rue. Et si le frère paraissait encore indifférent, la mère semblait bien plus agacée.

Je ne préfère pas trop attirer des ennuis mais bon, il faut dire que ce n’était pas entièrement ma faute.

-Si tu survis à l’orage, je te permets de venir te cacher chez moi. Je préviendrais tes amis …

Au point où il en était, il allait se faire disputer à coup sûr, particulièrement une fois sorti de la foule qui se promenait dans les rues de Londres. Alors, autant détendre le jeu avec cette petite remarque, bien que c’est surtout moi que j’essaie de détendre là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 370
| AVATARS / CRÉDITS : Robert Sheehan - Nenes - Bazzart
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Quand un prédateur peut devenir une proie [Arellys Nikols & Sirius Black] Ven 24 Fév - 22:56

Il était vrai que Lily Evans était entourée d'amies qui, de ce que Sirius pouvait juger, ne lui ressemblaient pas. Lily était sérieuse, disait clairement le fond de sa pensée, quand Arellys faisait des bêtises, était capable de ruser. Mary semblait aussi penser que les cours n'étaient pas très importants. Et que dire du minable Servilus, aussi dégoûtant que Lily rayonnait. Vraiment, Evans choisissait bizarrement ses relations...
Mais il faut dire qu’elle se défoule plus sur vous, précisa Arellys à propos de son amie. C’est à ça que tu pensais hein ?

C'était tout à fait ça.
Dois-je comprendre que ça ne te déplaît pas que Lily nous passe des savons dans la Salle Commune ?

En réalité, Sirius aussi trouvait les colères de Lily assez drôles - elle seule était capable de rabattre le caquet de James, un exploit ! Après avoir ri, le Maraudeur retourna à sa boisson fraîche, qu'il sirota avec plaisir. Arellys sembla vouloir lui répondre, mais se reprit aussitôt.
Ta mère et ton frère, Sirius, fit-elle en regardant par dessus l'épaule de l'intéressé.

Ce fut comme si on lui versait un seau d'eau glacé sur la tête. Que croyait-il ? Il était évident que la mégère viendrait le chercher. Partir avec Arellys n'était qu'une fuite en avant. Le voilà rattrapé par la réalité.
Génial, grogna-t-il sans se retourner.
Si tu survis à l’orage, je te permets de venir te cacher chez moi. Je préviendrais tes amis …

Sirius eut un sourire en coin, sincère, car il était touché par l'attention d'Arellys. Touché et en même temps un peu honteux. De quoi avait-il l'air ? On le prenait désormais en pitié, comme un pauvre animal sans défense. Il goba le reste de son verre, se leva, jeta sur la table quelque mornilles pour payer les deux rafraîchissements et dit à sa camarade :
Ne t'en fais pas, j'en ai l'habitude ! C'était sympa de se voir !

Il s'éloigna de quelques pas vers sa mère, avant de se tourner vers Arellys :
On se revoit à Poudlard !

Sirius gagna en quelques enjambées le trottoir où se trouvaient Walburga et Regulus Black.
C'était qui ? cracha sa mère en jetant un regard tout sauf aimable à Arellys.
C'est une camarade de classe, rien de plus, répondit Sirius, les mains dans les poches.
De la vermine, encore, je présume.
Sirius, lui, présumait que la fin de l'été serait très, très, très longue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand un prédateur peut devenir une proie [Arellys Nikols & Sirius Black]

Revenir en haut Aller en bas

Quand un prédateur peut devenir une proie [Arellys Nikols & Sirius Black]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quand le prédateur discute avec sa proie...
» Parce qu'on peut devenir des handicapés quand on veut
» Même manger du chocolat peut devenir hyper dangereux...
» (-18)Raphaël ♦ Quand on veut, on peut. Je te veux, je peux ?
» Quand vient le temps de devenir parents.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Le chemin de traverse-