Venez découvrir et commenter la Gazette de Mai 1975, ici !
C'est les vacances, sur ATDM ! Au programme, croisière autour du monde et camp de vacances version Sang Pur en Transylvanie. Plus d'explications ici ! Vous retrouverez Poudlard à la rentrée, passez un bon été !
Un premier atelier a été ouvert par Mrs Lerouge pour les Sang Pur en Transylvanie. Au programme : entraînement aux sortilèges impardonnables. Vous êtes attendus juste ici !
Venez vous inscrire pour le premier match d'Aquaquidditch de cette croisière !
Pour les nouveaux adultes, n'oubliez pas de nous signaler vos changements de bannières.

Partagez|

Une nouvelle approche [Augustus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Une nouvelle approche [Augustus] Lun 31 Oct - 17:50

Notre belle Elise avait aujourd’hui bien des projets en tête. Ce n’était pas au sujet de famille pour changer un peu. En général, c’était ce qui lui prenait le plus de temps dans le genre projets, autrement elle s’occupait un peu comme elle pouvait. Elle sortait, organisait parfois quelques sauteries pleines de beau monde, lisait tranquille dans son coin, allait chouchouter dans des lieux spécialisés ou ce genre de choses. Parfois une petite mission du Lord venait se greffer à son petit programme. Pour son plus grand plaisir d’ailleurs.  Mais pas aujourd’hui. Ou pas vraiment. Les elfes de maison briquaient tout le manoir histoire d’être sûrs qu’il ne reste pas la moindre petite trace disgracieuse. Avec Elise, ils étaient plutôt habitués. Et de toute manière ils n’avaient pas grand-chose à dire. Elle n’était clairement pas du genre à s’apitoyer sur leur sort ou même sur leur petite existence. Oui, elle était comme ça, et alors ? Vous pourriez dire ce que vous voudrez, elle n’en changerait pas d’avis pour autant. Peut-être en façade, pour vous faire plaisir et que vous la laissiez tranquille, mais soyez sûrs que cela ne durerait pas.

Ce jour-là donc elle faisait tout nettoyer, non pas parce qu’elle tenait à préparer cette maison à une personnalité prestigieuse qui nécessitait que le moindre bibelot brille comme au premier jour. Non, en fait c’était la procédure normale tous les deux jours environ. Même si Elise attendait tout de même de la visite pour le soir-même. Pas la plus prestigieuse du monde mais tout de même pas n’importe qui. Il s’agissait d’Augustus Rookwood. C’était un jeune homme qui était lui aussi au service du Lord. Un homme donc, jeune, et tout à fait charmant dans plusieurs sens du terme. Autant dire que la belle avait été rapidement intéressée comme elle pouvait l’être avec ce genre d’hommes. A choisir, dans ce genre de petites histoires, elle préférait qu’ils soient plus jeunes qu’elle. La belle arrivait malheureusement à cet âge où il est plus intéressant de regarder chez les plus jeunes que les plus vieux. Elle n’avait pas toujours dit cela mais depuis quelques temps c’était devenu assez clair. Oh elle ne cherchait pas l’amour, mais quelque chose de beaucoup, beaucoup plus concret. Autrement effectivement elle aurait cherché un poil plus âgé qu’elle. Tout de même, il fallait tenir une certaine réputation. Mais ce qu’elle espérait du jeune Rookwood était de nature à devoir rester strictement entre eux.

Mais pour cela, encore fallait-il qu’il montre un quelconque intérêt pour sa personne. Enfin, disons qu’il la remarquait tout de même, elle passait difficilement inaperçu de tout manière. Seulement elle ne voulait pas simplement qu’il la remarque, elle attendait bien plus que cela. Pour le moment rien. Et pourtant ce n’était pas faute d’avoir essayé. Jusqu’à présent c’était un cas de figure tout à fait à part. En temps normal, soit il l’avait déjà gentiment envoyé voir ailleurs, soit il lui avait déjà cédé, et plusieurs fois. Mais Augustus semblait bloquer quelque part. D’habitude, le fait de renvoyer cette image de femme bien droite, presque inatteignable, juste ça avait le don de les booster. Et Merlin ce qu’elle pouvait aimer se sentir désirée de la sorte. Sauf que pour cet homme-là, la tactique habituelle ne semblait pas pouvoir prendre. Peut-être était-elle trop intouchable pour lui à force ? Trop digne pour susciter son intérêt ? Il était déjà arrivé qu’on le lui dise. Mais justement, dans ces cas-là c’était un refus exprimé. Là, il avait l’air de ne simplement pas se prononcer. Elise en avait presque fait un défi personnel. Elle finirait par avoir une réponse, et elle ferait tout pour qu’elle soit positive. Il lui faisait de l’effet. Et pas seulement parce qu’il avait une plastique impeccable. Même sa personnalité l’avait rendu curieuse d’en apprendre plus sur lui. Il était déjà arrivé qu’elle parte en mission avec lui. Sur certains points il était un peu comme elle. Ce qui rendait la chose plus intéressante encore. Le fait que son fils aîné n’ait qu’un an de moins ne l’effrayait pas le moins du monde. Il avait une façon de faire les choses tout à fait particulière qui lui plaisait assez. Il expérimentait beaucoup, était très curieux. Oui, il l’intéressait réellement…  Mais maintenant il fallait trouver un moyen de l’intéresser lui !

Elise l’avait donc invité à dîner chez elle, prétextant vouloir lui montrer leur collection d’art personnelle à elle et son défunt mari. Au fond, ils avaient réellement une collection impressionnante, ce n’était pas totalement faux. Mais disons qu’elle y avait mis les formes. Elle avait donc mis toutes les chances de son côté. La belle était habillée de façon plus qu’avantageuse pour elle, maquillée juste ce qu’il fallait, la maison était prête à le recevoir, le dîner également… il ne manquait qu’une chose : l’invité lui-même. Heureusement, à l’heure prévue, il ne se fit pas attendre. Elise alla donc lui ouvrir, gardant encore un peu son masque habituel pour ne rien brusquer. La tenue devait déjà l’aider normalement. En sachant où ils se voyaient en général, il ne devait pas souvent l’avoir vue apprêtée ainsi. Elle avait même pris l’habitude de ne partir en mission qu’avec une perruque blonde, juste au cas où cela pouvait faire la différence. Si ça se trouve, Augustus ne l’avait même jamais vu brune. Donc normalement, la tenue devait le mettre un peu sur la voie. Autrement elle entendait de toute façon aller plus loin en changeant totalement de stratégie et de personnage au cours de la soirée. Mais pas trop vite, il ne fallait pas qu’il se pose trop de questions non plus. Elle ouvrit donc la porte dans un sourire de circonstance, sans trop en faire non plus.

-Mr Rookwood, je vous en prie, entrez.

Elise le débarrassa de ses affaires avant de l’inviter à rejoindre le salon le plus proche. Verres, boisson apéritives et même petits fours étaient déjà sur place (les elfes de la maison avaient vite appris à anticiper…).

-Puis-je vous servir quelque chose ? Ou peut-être préférez-vous aller directement voir notre « galerie » ?

Ce n’était pas réellement une galerie d’art mais bon, toute une pièce était dédiée à cette collection tout de même… Il n'avait pas l'air à son aise tout de même. Ce qui pouvait se comprendre. Mais il n'était pas bon pour ses projet que cela demeure trop longtemps.

-Je vous sent anxieux, vous pouvez vous détendre, nous sommes entre nous ici.

Son sourire se faisait déjà légèrement plus doux qu'à son habitude. Mais dans ce milieu, mieux valait s'affirmer alors elle avait tendance à exagérer un peu les choses parfois. En même temps, c'était un peu le but depuis le début...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Benedict Cumberbatch - Sweetie (Bazzart)
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Une nouvelle approche [Augustus] Ven 4 Nov - 20:56

Depuis quand tu as un dîner avec une femme qui n'est ni ta fiancée ni ta petite-amie, taquina Mordred, haussant la voix pour que son colocataire puisse l'entendre du living-room.

Devant le miroir qui surplombait la vasque en émail, Augustus fit une grimaçe à son reflet tout en laissant retomber sa brosse à dents dans son gobelet attitré.
Depuis que je suis un homme que l'on recherche pour sa culture et sa capacité à apprécier toute forme d'art, rétorqua-t-il avant de se coiffer.
En réalité, il n'était pas dupe. Elise Lerouge le courtisait discrètement depuis quelques temps. Sa beauté et son assurance étaient séduisantes et Augustus appréciait particulièrement son courage - il en fallait pour prendre la marque. Veuve, Elise faisait preuve d'une indépendance et d'une débrouille qui lui permettaient de régenter sa famille sans aucune difficulté.
Augustus était flatté qu'elle s'intéressât à lui. Certes, il se doutait bien qu'elle ne se réservait pas à lui et qu'elle courtisait d'autres hommes, bien plus importants que lui. Il ne parvenait pourtant pas à céder à ses avances ni, étrangement, à les refuser en bloc. Il était pourtant suffisamment subtil pour rembarrer quelqu'un délicatement, mais, devant Elise, aucune option ne marchait. Tous deux restaient donc dans un flou assez intriguant.

En fait, songea Augustus en reposa son peigne, je refuse d'être un simple morceau de viande. Il n'avait pas besoin d'elle, ni elle de lui. Peut-être encore fidèle à sa relation avec Eileen et peut-être par devoir envers la jeune Daisy Blackstone, il répugnait à se livrer ainsi à une femme qui ne doutait jamais de sa réussite. C'était trop vulgaire.
Cependant, il avait accepté l'invitation, oui. Quand elle avait évoqué sa collection d'art, il n'avait pas pu refuser - ce pouvait lui être utile !

Alors ? demanda-t-il à son meilleur ami en se postant dans le salon, montrant sa veste bordeaux qu'il venait d'enfiler.
Pas de cravate pour lui ce soir, car il aurait l'impression d'être trop guindé. La veste l'habillait à elle seule.
Par-fait, scanda le jeune Moon avec un sourire, Lerouge ne te résistera pas.
Augustus préféra ne pas répondre et s'arma du bouquet de lys qu'il avait prévu d'offrir à Elise. Il était temps de partir : la nuit hivernale était tombée.

À tout à l'heure, lança-t-il à son colocataire avachi sur le sofa.
À demain matin, plutôt, répondit sournoisement ce dernier tandis que Rookwood transplanait.

Elise lui ouvrit la porte, l'invitant avec un grand sourire à entrer.
Voici pour vous, fit Augustus en lui tendant le lourd bouquet.

Il la suivit dans un de ses salons où des elfes s'affairaient autour des verres.
Un whiskey sera parfait, assura le Langue-de-Plomb, mais nous pouvons tout d'abord jeter un coup d’œil à votre collection.
Je vous sens anxieux, ajouta Elise, vous pouvez vous détendre, nous sommes entre nous ici.

Augustus laissa couler une seconde avant d'avoir un sourire affable.
Je vous prie de m'excuser. J'ai tellement l'habitude d'être avec mes livres que je fais un bien piètre invité.
C'était bien vrai qu'il n'était pas très à l'aise. Désarmé devant l'assurance de cette femme, il n'était heureusement pas départi de son humour qui lui avait déjà sauvé plusieurs fois la mise.

Spoiler:
 


Dernière édition par Augustus P. Rookwood le Sam 12 Nov - 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une nouvelle approche [Augustus] Sam 5 Nov - 16:50

Même si elle savait très bien se faire discrète, il était pourtant bien connu pour certaines personnes qu’Elise Lerouge était une grande séductrice. Ils étaient assez peu nombreux à avoir su lui résister. Elle était d’ailleurs plutôt bonne perdante dans ce genre de cas. La belle était peut-être un brin déviante, elle n’en était pas moins respectueuse de la volonté de ses proies. Qui au final étaient moins nombreuses qu’il n’y paraît. Elle était volage mais pas avec le premier venu non plus. Il fallait savoir l’intéresser, la rendre curieuse, lui donner envie d’aller plus loin que les convenances. Même si ce n’était pas une chose totalement impossible, ce n’était pas à la portée de tous. Certains passaient cette étape sans même le savoir ou le vouloir. C’était le cas du jeune Rookwood par exemple.

Il était particulier, à n’en point douter. Elise aimait cette façon qu’il avait de vouloir toujours s’élever et entraîner ce qu’il touchait avec lui. C’était un artiste qui cherchait son art partout où il le pouvait. Même dans ces activités qui les liaient déjà tous les deux. Loin de vouloir porter le message d’un art quelconque, la belle brune aimait quant à elle se montrer inventive dans ce domaine on ne peut plus cruel. Dans ces mares de sang où chacun déversait toute sa haine et son dégoût, Augustus cherchait à créer et Elise à expérimenter. Elle savait se montrer particulièrement inventive à ce sujet. Autant dire qu’elle appréciait sa compagnie lors de ces tueries. Ou plus simplement de ces missions qui ne terminaient pas toujours en bain de sang non plus, il faut le dire. Il arrivait que l’organisation fasse d’autres choses plus subtiles. Toutes aussi divertissantes d’ailleurs. Non, Elise ne regrettait définitivement pas sa situation. Elle savait et surtout voyait bien que relativement peu de femmes avaient sauté le pas comme elle. Mais la belle était déterminée et se sentait assez forte pour pouvoir porter ce poids. Car oui, il en était tout de même un. Même si elle le prenait et le portait avec plaisir.

Augustus était arrivé parfaitement à l’heure. Elle n’en attendait pas moins de lui après tout. La belle eut même l’agréable surprise de le voir arriver avec un superbe bouquet de lys. En cette saison, c’était assez sympathique. Des fleurs superbes. Preuve qu’il avait de bonnes manières ce jeune homme, ce qui était encore un bon point pour lui. Dommage, plus le temps passait plus il lui était sympathique.

Après l’avoir conduit jusqu’au salon et congédié rapidement ses elfes, ils étaient maintenant plus tranquilles. Tant mieux. C’était la première fois qu’ils n’étaient que deux et rien d’autre à faire que de rester tranquillement ensemble. Il devait sentir le piège se refermer. Mais Elise espérait qu’elle parviendrait à le détourner un peu de cette idée. Après tout, elle n’allait pas lui sauter dessus comme ça et il avait plus que son mot à dire dans cette histoire. Elle attendrait qu’il lui fasse un signe.  Même si en attendant elle ferait de son mieux pour continuer à forcer ses barrières.

-Un whiskey sera parfait mais nous pouvons tout d'abord jeter un coup d’œil à votre collection.


Elise servit donc deux verres de whiskey. Elle revint vers son invité en lui tendant son verre dans un mouvement qui se voulait détendu et assuré, laissant l’air de rien voir ce qu’elle devrait cacher à tout homme étant veuve.

- Nous pouvons faire les deux, je fais vous fait confiance pour vous montrer précautionneux avec ces pièces.

Après tout, un homme tel que lui qui prêtait une si grande importance à l’art devait savoir éviter les risques pour les œuvres qu’on lui présentait. Mais avant cela, elle voulait essayer de le détendre un poil. Elle lui signifia remarquer qu’il n’était pas à son aise. Ce n’était pas difficile en fait.

-Je vous prie de m'excuser. J'ai tellement l'habitude d'être avec mes livres que je fais un bien piètre invité.

Oui, il était visiblement très cultivé. Parfait, en plus d’être beau et élégant cet homme avait une tête bien remplie. Tout pour plaire. Nul doute que leurs conversations pourraient être des plus intéressantes. Même si elle avait au départ des idées bien plus triviales. Mais pas pour le moment. Non, pour le moment elle lui souriait presque amusée devant sa réponse. Il n’avait pas l’habitude le petit chou. Très bien, elle s’en doutait un peu mais cela faisait une confirmation appréciable pourtant. Elise bu une gorgé de son verre qui réchauffa sa gorge.

- Très bien, vous êtes tout pardonné si vous faites un petit effort. On ne me choque pas facilement et je ne m’offusque pas facilement. Si il y a bien une personne que vous ne devez pas craindre c’est peut-être bien moi.

Non, en effet, il n’avait pas grand-chose à craindre d’elle. Ou en tout cas pas tant qu’il ne faisait rien qui pourrait lui nuire réellement ou nuire à ses enfants. Mais elle se doutait bien que ce n’était pas dans ses projets immédiats. Pour l’heure, il devait être bien plus intéressé par sa collection qui faisait aussi sa réputation. Alors sans attendre elle lui fit signe de la suivre jusqu’à une pièce de l’étage qui contenait plusieurs tables de travail. Les murs de la pièce étaient en fait des rangements où se trouvaient un peu toutes sortes d’œuvres de toutes époques. Cela pouvait aller de la toile de maître à la partition de génie en passant par la sculpture extravagante de quelque audacieux au nom devenu célèbre. Elise était plutôt fière de cette collection et ne s’en cachait pas. Posant son verre sur un petit meuble, elle alla allumer les lumières douces qui étaient pensées pour ne pas abîmer les œuvres, la pièce en elle-même étant assez sombre justement pour la même raison. Elle se retourna ensuite vers son invité, s’appuyant nonchalamment sur une table en lui lançant un sourire un peu provoquant. Ce qui dénotait un peu  avec ses paroles.

- Je vous laisse commencer par ce que vous voulez, ces pièces sont toutes tout à fait particulières. Commencez par là où vous le voulez. Vous pouvez les sortir et les regarder à votre guise. Après tout, c’est pour cela que vous êtes ici.

Alors qu’il commençait à regarder les trésors de cette collection, Elise lui tournait autour, ayant récupéré son verre, l’observant non sans une certaine envie, se rapprochant parfois de lui pour voir ce qu’il avait en main, lui faisant parfois l’historique de la pièce qu’il regardait sur le moment. Alors qu’il semblait absorbé par l’une d’elles, elle se glissa juste derrière lui, passant son visage près de son oreille, l’air de rien.

- Qu’en pensez-vous alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Benedict Cumberbatch - Sweetie (Bazzart)
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Une nouvelle approche [Augustus] Sam 12 Nov - 19:43

La maîtresse de maison décida qu'ils pouvaient siroter leur boisson tout en inspectant sa collection. Rookwood était sincèrement content de la découvrir et prenait l'invitation d'Elise pour un véritable privilège.

Très bien, dit-elle, vous êtes tout pardonné si vous faites un petit effort. On ne me choque pas facilement et je ne m’offusque pas facilement. Si il y a bien une personne que vous ne devez pas craindre c’est peut-être bien moi.

Elle venait de lui apporter son verre. Augustus lui sourit, notant la franchise de la Mangemort et levant son verre :
Alors à vous que je ne dois pas craindre, dit-il non sans une certaine ironie.

Le whiskey était bon. Corsé et chaud, il embrasa la gorge du Langue-de-Plomb, tout en laissant sur la langue un léger goût sucré. Il se permit un commentaire sur la boisson avant de suivre son hôte qui le conduisait à l'étage, à la pièce consacrée à son héritage culturel. Augustus remarqua les odeurs de cire d'abeille qui parsemait les escaliers dont les boiseries luisaient de netteté. Les Elfes avaient manifestement bien travaillé. Cette odeur enveloppante mêlée à la saveur du whiskey permirent au jeune homme de comprendre que Elise Lerouge était une femme de goût - ce qui était prometteur pour la suite.

La pièce consacrée à la collection d'Elise était vaste et sombre, mystérieuse. Peu à peu, des lueurs douces éclairèrent la salle de façon tamisée, si bien qu'il fallait s'approcher des objets pour mieux les contempler. Et quels objets ! Augustus resta un moment au seuil de la porte, jaugeant les statues, les meubles anciens, les toiles. Son regard se perdait, ne sachant pas trop sur quoi s'accrocher. Tout se mélangeait en un florilège de couleurs et de matériaux. Mais il finit par poser son verre près de celui de Elise pour arpenter plus méthodiquement la pièce. Il y avait également des manuscrits anciens et, en feuilletant les pages parcheminées, Rookwood se disait avec émotion qu'il avait entre ses doigts un objet unique.
Tout le temps que dura son inspection, il garda le silence et afficha un calme parfait, manifestant un intérêt et un respect profond pour ce qu'il voyait. Il étudia les proportions parfaites d'une statue d'Isis - comment diable était-elle arrivée dans la famille de Elise ? - s'émerveilla devant la palette de couleur qu'utilisait Elmyr Rughos, un des peintres sorciers les plus fameux de la Renaissance, caressa le cuir ouvragé d'un carnet d'esquisses d'un sculpteur celte. Seul le regard brillant du sorcier trahissait ses émotions devant les œuvres.

Qu’en pensez-vous alors ?

Plop. La bulle explosa. Il avait oublié où il se trouvait et sa voix l'avait magiquement ramené à la réalité. Augustus se rendit compte qu'elle était tout près de lui, susurrant à son oreille. Son parfum poudrée chatouilla les narines de Rookwood qui ne bougea pas.
C'est tout à fait admirable, finit-il par dire de sa voix grave, vous possédez des pièces plus rares que certaines qui se trouvent au Ministère. Mais j'imagine que vous le savez...

Il regarda encore la pièce, avant d'ajouter :
J'espère que vous avez protégé magiquement chacune de ces œuvres. Certaines valent à elles seules bien plus que toute la population de Londres.

Il se tourna alors vers elle, gardant la proximité qu'ils avaient.
J'espère aussi que vos enfants seront à la hauteur de cet héritage.

Ils avaient de la chance. La collection qu'Augustus avait amassée était bien maigre et bien moins précieuse comparé à celle d'Elise. Ses parents n'étant pas vraiment amateurs d'art et lui-même n'étant pas l'aîné de la fratrie, il ne donnait pas cher de son leg.
En tout cas, je vois que vous maîtrisez votre sujet, Elise. Je crois bien que vous êtes digne de cette collection.

Il inclina alors la tête, reconnaissant le savoir de la maîtresse de maison et son goût quant à la façon dont elle avait disposé son bien dans la salle.

Spoiler:
 


Dernière édition par Augustus P. Rookwood le Jeu 17 Nov - 18:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une nouvelle approche [Augustus] Dim 13 Nov - 23:15

Au fond, Augustus Rookwood avait l’air d’être un grand intellectuel. Le genre de personnes capables de rester dans une même pièce toute une journée pour peu que quelque chose d’intéressant était entre ses mains. Elise aussi était un peu comme ça généralement. Elle aimait apprendre toujours un peu plus et se laisser emporter par un sujet intéressant. Une conversation entre ces deux personnes serait sans doute particulièrement distrayante. Ils pourraient sans doute tenir des heures sans avoir besoin d’une intervention extérieure. La belle saurait sans doute se contenter de ce genre de conversations encore un bon moment, en effet. Mais il faut avouer que ce jeune homme n’avait pas que son intelligence pour lui plaire. Oh non, il avait parmi ses nombreux atouts une plastique plutôt avantageuse. Sa jeunesse était sans doute un avantage certain dans ce domaine également. Mais Elise lui trouvait encore de nombreuses qualités dans le domaine. Pour dire les choses plus simplement et ne pas tourner trop longtemps autour du pot : elle aurait volontiers goûté à d’autres formes de plaisir que le simple bonheur intellectuel. Si cela ne devait pas être assez clair, tant pis pour vous, vous verrez bien.

La belle était déjà bien contente qu’il ait accepté son invitation. En même temps, elle lui avait donné une très bonne raison. Lui qui était féru d’art, elle lui proposait d’entrer dans une collection d’une qualité assez exceptionnelle. Nul doute qu’il saurait l’apprécier, Elise le savait. Au pire, lui n’aurait pas perdu sa soirée…

- Alors à vous que je ne dois pas craindre

En effet, il n’avait pas grand-chose à craindre d’elle. Enfin, pas trop en tout cas. Ou disons pas pour le moment. Elle n’avait actuellement absolument rien contre lui, bien au contraire. Pour le moment elle lui offrait à boire avant de l’entraîner dans sa petite pièce privée. Cet endroit dans lequel peu de monde avait le droit d’entrer. Elle était fière de cette collection et si du temps de son mari ça avait été un véritable défilé, aujourd’hui c’était un réel privilège. Le jeune Rookwood avait eu l‘air d’apprécier sa chance à en juger par son regard. Il avait l’air déjà de savoir dans quoi il mettait les pieds. Il prenait d’infinies précautions devant chacune des pièces qu’il admirait comme les véritables trésors qu’elles étaient réellement. Elise était satisfaite. Même si ce n’était pas son but premier, elle était contente de voir qu’il savait apprécier ces merveilles à leur juste valeur. La belle en avait profité pour se glisser juste derrière lui, tout près de son oreille, pour le tirer de ses pensées visiblement tout à fait agréables.

- C'est tout à fait admirable, vous possédez des pièces plus rares que certaines qui se trouvent au Ministère. Mais j'imagine que vous le savez...

Oui, assez. C’était bien ce qui lui plaisait d’ailleurs. Savoir qu’elle possédait quelque chose que personne d’autre ne pourrait peut-être voir en toute une vie. Et elle laissait ce privilège à Augustus ce soir.

- Oui, en effet. Mais je ne désespère pas de l’enrichir encore un peu. Que voulez-vous, quand on est passionné…

C’était le moins que l’on puisse dire. Et même si les moyens d’obtenir ces œuvres étaient parfois un peu à la limite du légal mais tant pis. Elle était prête à la faire parce qu’elle n’était pas du genre à laisser tomber et qu’elle aimait avoir tout ça près d’elle.

- J'espère que vous avez protégé magiquement chacune de ces œuvres. Certaines valent à elles seules bien plus que toute la population de Londres.

Elise était restée près de lui, tout près. Elle résistait déjà assez fortement à l’envie de poser ses mains dans son dos alors que l’odeur de son parfum montait jusqu’à son nez. Mais elle n’en ferait rien pour le moment, il n’avait encore rien dit alors elle ne ferait rien. Elle se contenta donc d’un petit son d’approbation à sa question. Bien entendu, toutes les pièces présentes étaient protégées par tous les charmes possibles et imaginables. Aucune ne pouvait ne serait-ce que quitter la pièce. C’était la moindre des choses avec de telles merveilles.

- J'espère aussi que vos enfants seront à la hauteur de cet héritage.

Ses enfants, il était évident qu’ils auraient leur part de ce petit trésor une fois Elise partie. Ce qui était bien normal avec l’affection qu’elle avait pour eux. C’était même la moindre des choses. Et ils auraient encore beaucoup plus que cette simple collection qui était déjà belle.

- Ils savent ce qu’ils ont entre les mains. J’imagine que vous avez ça en commun, votre éducation artistique.

Un moyen de revenir à lui, l’air de rien. Elle ne tenait pas spécialement à mêler ses enfants à leur conversation. Surtout en sachant pourquoi elle l’avait invité à venir dans leur maison au départ. Enfin, leur maison. Objectivement elle était la seule à vivre ici. Lindsay revenait encore pour les vacances, mais Amaury et Evan avaient leurs appartements bien à eux depuis un moment déjà. Mais Augustus s’était déjà tourné vers elle, sans chercher à s’échapper non plus. Bien, une bonne chose. Et même si elle ne pouvait pas trop se laisser aller pour le moment, elle appréciait déjà de pouvoir rester aussi proche alors qu’il était de face. Décidément charmant comme garçon.

- En tout cas, je vois que vous maîtrisez votre sujet, Elise. Je crois bien que vous êtes digne de cette collection.

Bien, c’était super mignon de sa part, mais ce n’était pas spécialement ce qu’elle attendait non plus. Mais bon, c’était honnête de sa part de le reconnaître. Il avait incliné la tête, ce qui ne manqua pas de lui faire plaisir. Elle adorait que l’on reconnaisse sa supériorité sur quelque chose. Surtout en tant que femme, elle savait qu’il était parfois difficile de l’obtenir.

-Merci, c’est gentil à vous de le reconnaître.

Oui, c’était sincère, elle était contente qu’il ose lui dire même en tant que femme. Alors un sourire satisfait s’étirait maintenant sur son visage. Elle s’approcha un peu plus pour aller éteindre une des lumières. Elle aurait pu faire le tour, mais elle n’aurait pas été si près de lui et senti cette très légère chaleur qu’il dégageait. Bien agréable, même si cela ne durait pas. Reprenant sa place pas trop éloignée tout de même elle planta de nouveau son regard dans le sien, très calme et presque douce.

- Puisque vous avez l’air de savoir apprécier ces œuvres à leur juste valeur, je vous laisserai revenir à votre guise si vous souhaitez étudier tout ceci avec plus de précision… Mais peut-être pourrions-nous aller profiter du dîner pour le moment ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Benedict Cumberbatch - Sweetie (Bazzart)
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Une nouvelle approche [Augustus] Jeu 17 Nov - 20:10

Il avait mis du temps avant de reprendre pleinement pieds dans la réalité. Tandis qu'il parlait à Elise, une partie de son esprit classait tout ce qu'il avait vu et mémorisait les trésors sous forme d'images mentales, auxquelles il penserait à ses heures perdues. Ainsi fonctionnait Augustus pour conserver des renseignements sur les gens, les lieux et les choses - renseignements qu'il mettait au service du Lord, mais aussi pour lui même. Par fierté, il aimait se dire qu'il était peut-être un homme encyclopédie.

Tandis qu'il se recalait dans l'existence triviale, il put alors observer Elise, qui était vraiment toute proche de lui. Il ne savait pas trop quel âge elle avait. Au moins vingt ans de plus que lui, à en juger par l'âge de ses enfants, mais il n'en n'était pas sûre parce qu'une certaine jeunesse animait encore ses traits. Ses yeux étincelaient, ses pommettes étaient rebondies par un sourire en coin et ses longs cheveux cascadaient sur ses épaules. Sa naissance lui donnait un standing qu'il appréciait, une beauté qu'il ne pouvait nier.

Ils savent ce qu’ils ont entre les mains, fit Elise en parlant de ses enfants. J’imagine que vous avez ça en commun, votre éducation artistique.


Rookwood haussa les épaules :
Pas vraiment. Mes parents ne sont pas vraiment intéressés par l'art. Ils sont plus attirés par le prix d'une œuvre artistique que par sa valeur, si vous voyez ce que je veux dire. En réalité, j'ai moi-même construit ma propre culture artistique. Elle est donc à consolider, encore et toujours.

Ce n'était pas de la fausse modestie - Augustus connaissait la béance de sa méconnaissance dans le domaine de l'art.

Voulant éteindre une lumière non loin d'eux, Elise s'approcha encore de lui, se penchant doucement. Voyant là un de ses manèges séducteurs, Rookwood refusa de bouger d'un millimètre, désireux de voir jusqu'où elle irait. Mais elle finit par se redresser pour l'inviter à descendre dîner.
Je vous suis, Milady.

Un sourire en coin, il mima un serveur, lui indiquant de passer devant lui. En sortant de la pièce, il reprit son verre de whiskey qu'il termina de siroter quand ils se retrouvèrent dans le salon.
Vous voyagez donc beaucoup, je présume, pour parvenir à mettre la main sur de telles œuvres d'art.

Le Langue-de-Plomb avait fait quelques voyages à l'étranger, notamment en Russie et en Méditerranée, mais davantage pour se constituer un réseau qui faisait circuler les bonnes occasions.
Ils s'attablèrent, l'un en face de l'autre, dans l'immense salle à manger, éclairée comme une pluie d'or. La vaisselle était magnifique et les huîtres délicieuses.
On dirait que c'est Noël avant l'heure, remarqua Augustus avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une nouvelle approche [Augustus] Ven 18 Nov - 1:11

Elise était le genre de femmes qui faisaient rêver de nombreuses personnes. Si bien par son physique on ne peut plus avantageux que par ses connaissances multiples ou encore son rang qui avait le mérite d’être enviable. Oui, c’était une femme remarquable, c’est sûr. Mais cela avait aussi le don de beaucoup lui plaire. Elle en jouait régulièrement d’ailleurs, avec beaucoup de monde. La belle française savait très bien qu’elle avait de gros avantages et elle les utilisait à son avantage. Il était important de savoir tirer parti de toutes les situations et surtout de tout tourner à son avantage. C’était une telle attitude qui lui valait une si douce réputation. Sans compter qu’elle savait voir loin. Dans le genre prévoyant elle se posait là…

Alors forcément, quand un si beau jeune homme que Augustus Rookwood passait sa porte, elle faisait un effort pour être à son avantage. Certains pourraient dire qu’elle avait déjà le double de son âge (ce qui était assez faux tout de même). D’autres pourraient dire qu’elle pourrait être sa mère. Là encore ce n’était pas spécialement vrai. Son aîné Amaury n’avait que 24 ans, ce qui était moins qu’Augustus. Donc même si c’était tout de même limite, elle se sentait plutôt bien et dans son droit. A vrai dire, Elise se donnait beaucoup de droits sans demander son avis à personne. Elle aimait assez peu laisser le contrôle aux autres. Elle avait besoin de contrôler un peu tout ce qu’elle pouvait. Savoir qu’elle menait la danse était une grande satisfaction. C’était d’ailleurs un peu ce qu’il lui plaisait avec les mangemorts. Pour chaque mission, c’était un devoir de garder le contrôle. Un vrai plaisir. Sans compter toute cette souffrance que l’on pouvait infliger et ce sang que l’on pouvait répandre avec délectation. Quelle joie.

Enfin, pour le moment elle était assez occupée à observer ce jeune homme tout à fait charmant qu’elle avait invité à rentrer dans sa petite pièce privée (n’y voyez aucune image mal placée !). Les œuvres présentes ici valaient une petite fortune et Augustus semblait en être parfaitement conscient. Elle savait se montrer sous son meilleur jour lorsqu’il le fallait. Les mauvaises langues pourraient dire ce qu’ils veulent, Elise Lerouge était très bien conservée pour son âge (si j’ose dire). Elle était encore très vive et les défauts physiques étaient encore assez rares. Une chance sans doute, mais elle y faisait très attention. C’était important de tenir la forme dans leurs activités, aussi peu légales qu’elles puissent être.

-Pas vraiment. Mes parents ne sont pas vraiment intéressés par l'art. Ils sont plus attirés par le prix d'une œuvre artistique que par sa valeur, si vous voyez ce que je veux dire. En réalité, j'ai moi-même construit ma propre culture artistique. Elle est donc à consolider, encore et toujours.

Elise avait émis l’idée qu’Augustus puisse avoir une bonne éducation, comme ses propres enfants. Mais non, ce n’était visiblement pas le cas. Tant pis, il s’était rattrapé tout seul il semblerait. Si il n’y avait que cela, Elise était plus encline à lui proposer un accès plus ou moins libre à cet endroit, véritable trésor de famille. La belle avait ensuite tenté un rapprochement dont elle n’attendait rien de précis. C’était une sorte de test. Et il l’avait réussi en ne bougeant pas d’un pouce. Il ne disait rien pour l’encourager, mais ne disait rien non plus pour la stopper. C’était bien qu’il n’était pas totalement fermé encore… Bien ! Très bien tout ça ! Et puis elle en avait un peu profité aussi, un peu, il faut l’avouer. Elise avait pu sentir un peu mieux son parfum et même un peu de sa chaleur naturelle. Quelle joie. Mais bon, pour le moment ils allaient aller dîner un peu.

-Je vous suis, Milady.

Il s’était incliné pour lui laisser le passage dans un geste qui se voulait imitatif. Amusée Elise accepta l’invitation qu’il lui faisait et passa devant lui en lui rendant une légère révérence. Ils passèrent d’abord par le salon, le temps qu’Elise commande aux Elfes d’installer les premières mises en bouche sur la table.

-Vous voyagez donc beaucoup, je présume, pour parvenir à mettre la main sur de telles œuvres d'art.

Effectivement, ces pièces uniques demandaient un minimum de déplacement. Surtout pour les œuvres qu’elle n’avait pas acheté ou en tout cas pas de manière légale. Finissant son verre également, elle le posa dans un claquement sur le plateau qui serait débarrassé une fois qu’ils auraient quitté la pièce.

- Effectivement, il a fallu beaucoup bouger. Mais de telles pièces en valent la peine. C’était aussi mon mari qui s’en occupait beaucoup. Pour son travail il voyageait énormément aussi, c’était de bonnes occasions.

Laissant planer un regard légèrement mélancolique, totalement faux je vous rassure, elle se repris rapidement afin d’enchainer.

- Enfin, je me débrouille aussi très bien seule pour trouver ces petites merveilles.

Un sourire était revenu sur son visage, un rôle de pauvre veuve qu’elle avait eu le temps de roder depuis la mort de son époux. Tout était calculé bien entendu. Mais pour laisser cette fausse faille au regard d’Augustus, c’était bien parce qu’elle essayait de trouver l’approche qui convenait. Il fallait bien tester avant d’attaquer, autrement elle risquait de nouveau de se heurter à un mur. Une fois ce petit test effectué, ils passèrent dans la salle à manger. Là encore, le luxe était partout, et c’était bien entendu tout à fait volontaire. Aussi volontaire que le choix du menu. Les huitres c’était délicieux, certes, mais surtout aphrodisiaque. Un genre de message discret…

-On dirait que c'est Noël avant l'heure

Elise ri légèrement à cette remarque. Si il savait, noël c’était encore pire. Ça brillait dans tous les coins, des cadeaux partout et encore bien plus de bonnes choses à manger. Mais bon, si il était content c’était déjà un bon début.

- Oh vous devriez revenir à Noël, si vous saviez à quel point c’est pire.

Elise lui souriait, passant de son invité à son assiette, légèrement plus contente qu’il soit là qu’elle ne l’était réellement. Bien sûr, elle était plutôt satisfaite qu’il soit chez elle, mais ce regard à la limite du malicieux tenait plus de l’adolescente que de la mère de famille.

- J’espère que cela ne vous dérange pas de dîner ainsi avec une « collègue ». Certains d’entre nous n’ouvrent pas facilement leur porte mais je pense que si nous pouvons le faire c’est bien avec d’autres personnes qui peuvent nous comprendre, nous comprendre vraiment, jusqu’à nos envies les plus sombres.

Et sombre, dans de tels moments, elle pouvait l’être affreusement. Tout comme son interlocuteur. Parler de meurtre à table n’était peut-être pas une bonne idée durant un repas de famille. Mais ce n’était pas tellement l’ambiance de ce dîner. Pas du tout même. Elise n’avait aucun lien de sang avec Augustus, et c’était bien là l’intérêt.

- A une certaine époque cela aurait été exclue mais maintenant, cette maison est un peu à disposition du groupe. Mon mari n’y est plus et même mes enfants l’ont déserté alors je peux un peu en faire ce que bon me semble. Ce qui veut bien sûr dire que vous y êtes le bienvenu dès que vous en aurez envie…

Un peu de compagnie pour elle, elle qui était si seule maintenant, dans une si grande demeure. Elle aurait pu sortir un petit air de violon mais cela aurait sans doute fait trop. Enfin, restait à voir si Augustus était réceptif à ce genre de petites attentions. Lui signifier à quel point elle était seule et surtout que la porte était grande ouverte pour lui, jeune homme plein de charme qui dînait à sa table et qu’elle entendait bien arriver à mener à sa chambre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Benedict Cumberbatch - Sweetie (Bazzart)
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Une nouvelle approche [Augustus] Dim 20 Nov - 20:47

Évoquer Noël, c'était à la fois pour exprimer ce qu'il pensait spontanément, mais également pour mettre un peu d'entrain à la conversation. Il avait cru lire sur le visage de son hôte un air triste quand elle avait évoqué son défunt mari. Mais cela avait été si fugace que Rookwood avait préféré ne pas relever et poursuivre. Elle ne tenait peut-être pas à parler de lui maintenant. Et puis, ne disait-elle pas qu'elle gérait parfaitement sans lui ?
Elise était l'exemple même de la femme qui n'avait besoin de personne pour mener sa barque dans ce monde. Augustus ne faisait pas partie de ceux qui pensaient que les femmes devaient rester à la maison tandis que l'homme s'occupait de gagner de l'argent. N'était-ce pas lui qui avait assuré à sa fiancée, Daisy, qu'elle pourrait faire des études et avoir un travail ?

Oh vous devriez revenir à Noël, rebondit Elise. Si vous saviez à quel point c’est pire.
En vérité, il le devinait. À en juger par le clinquant de sa salle à manger alors qu'il ne s'agissait que d'un dîner, ce devait être faramineux au moment de Noël.

J’espère que cela ne vous dérange pas de dîner ainsi avec une « collègue », commençait la Mangemorte.

À ces mots, l'estomac d'Augustus fit un bond et une douce chaleur s'empara de ses entrailles. Inutile de se cacher avec Elise, elle était au courant de son délire quand il partait en mission. Elle devait d'ailleurs être une des seuls à ne pas le juger pour cela, à le comprendre un peu. Parce qu'il agissait différemment en mission, qu'il prenait son temps pour ses victimes, les autres le raillaient. Mais Augustus ne s'en souciait guère, car il savait qu'il progressait dans son esthétique. La dernière fois, la jeune femme qu'il avait tuée ressemblait véritablement à une statue, dont le visage mangé par la douleur avait prit un aspect extatique.
Avant qu'il eût pu prendre la parole, son hôte continua, racontant qu'elle mettait sa maison au service du Lord quand ses enfants n'étaient pas là. Augustus, qui l'écoutait attentivement, ayant terminé ses huîtres, distingua dans son discours un sentiment de solitude. C'est vrai qu'elle devait se sentir seule, avec ses enfants absents, dans cette immense maison...

Ce qui veut bien sûr dire que vous y êtes le bienvenu dès que vous en aurez envie, termina-t-elle doucement.

Augustus but une gorgée de vin.
Je vous en remercie. Mais, attention, je pourrai vous prendre au mot, et vous devrez employer les grands moyens pour me faire partir.

Mais il trouva sa plaisanterie un peu mal placée après les semis-aveux de la belle Elise. Alors, il retrouva son sérieux, et demanda :
C'est pour cela que vous êtes devenue Mangemorte ? Pour remplir votre vie ?

Il comprenait tout à fait la démarche, lui qui ne pourrait plus vivre sans les missions, sans collecter des informations sur les gens du Ministère. Il aimait son métier aux Mystères, mais son engagement dans les forces obscures lui procurait une adrénaline qu'il ne pourrait trouver nulle part.
Il songea qu'il venait de découvrir en Elise une faille insoupçonnée, elle qui donnait toujours d'elle une image de femme forte, pleine de confiance. Voilà qu'il découvrait une femme avec des faiblesses, des doutes, des hésitations.
De nouveau, un élan chaleureux se manifesta en lui, bien qu'il ne laissât rien paraître.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une nouvelle approche [Augustus] Dim 20 Nov - 23:51

Elise Lerouge c’était une figure qui s’était bien implanté dans le groupe auquel elle vouait aujourd’hui sa vie. Elle était totalement soumise à la volonté du Lord et en était ravie. Cela faisait un moment maintenant qu’elle était dans ce réseau et elle en tirait toujours autant de plaisir. Elle n’hésitait pas à se jeter dans cette cause, encore moins depuis que ses enfants étaient plus grands et pouvaient  se débrouiller sans elle. Ils tenaient à elle et elle les aimait plus que tout. Mais tout cela était bien plus grand qu’eux, plus grand qu’elle-même. Ses deux fils faisaient des études, ils faisaient ce qu’ils aimaient. Sa petite Lindsay était encore à l’école mais n’avait pas l’intention de s’y arrêter. Elise ne pouvait qu’en être fière. Maintenant, chacun pouvait évoluer sans les autres. Et en même temps ils ne pouvaient pas se séparer complètement. C’était tout ce que la belle demandait. Elle ne les forçait pourtant pas à rejoindre le Lord à leur tour. Ils devaient prendre seuls cette décision. Et en attendant, leur maison accueillait le groupe pendant leurs absences. Des absences qui au final était assez fréquentes.

Mais il n’y avait pas que les Mangemorts que ces absences servaient. Elise en profitait bien aussi. Notamment pour recevoir plus ou moins de monde en fonction des occasions. Aujourd’hui c’était Augustus Rookwood qui avait passé les portes du manoir. Une bâtisse immense où il était désormais le bienvenue. Cela dit, cette invitation avait un but. Et Elise avançait doucement. Elle ne brusquait rien, prenait son temps, évitant de potentiellement effrayer son invité. Mais il avait l’air de plus en plus à l’aise avec elle. Il avait l’air de se détendre, d’apprécier sa soirée même. Ou en tout cas ce début de soirée. Parce qu’il était encore tôt et il pouvait se passer énormément de choses. La belle sui se montrait généralement sous son meilleur jour de femme forte essayait autre chose. Dans l’univers des Mangemorts, il fallait qu’elle puisse s’imposer, c’était une obligation. Ce qu’elle faisait sans trop de mal. Mais ce soir, il fallait passer par autre chose avec Augustus. Après tout, lui non plus n’était pas comme tous les autres. Elle lui avait donc montré un sentiment de solitude qui était en grande partie fabriqué pour lui, mais qui semblait le faire réfléchir. Immédiatement après, Elise lui avait laissé entendre qu’elle serait ravie de le revoir chez elle si il le désirait. Un assemblement d’idées sympathiques qui devrait le faire réagir, dans n’importe quel sens.

- Je vous en remercie. Mais, attention, je pourrai vous prendre au mot, et vous devrez employer les grands moyens pour me faire partir.

Son regard semblait espérer quelque chose, un espoir qui était totalement parti alors qu’Augustus lui répondit. En vérité elle espérait effectivement qu’il n’hésiterai pas trop à revenir. Surtout si elle touchait son but. Mais pour obtenir ce qu’elle voulait de son jeune invité, il fallait tenir encore ce rôle. Alors elle baissa la tête dans un sourire qui se voulait visiblement faux, le genre de sourires de façades qu’on repérait de loin, le genre qui vous faisaient comprendre qu’on avait mal joué. Heureusement il se reprit assez vite.

- C'est pour cela que vous êtes devenue Mangemorte ? Pour remplir votre vie ?

Oh non, elle y était depuis un bon moment déjà. Son mari n’avait jamais été contre, lui-même préférant rester tranquillement à l’abris. Mais il est certain que depuis qu’elle était seule, elle était nettement plus disponible pour le Lord et tout ce qu’il pouvait lui demander. Relevant son regard vers lui, elle repris une expression plus neutre, ou en tout cas qui ne cherchait pas à lui faire comprendre quoi que ce soit de spécial.

- Non, cela fait bien vingt ans que je donne de mon temps à cette cause. Disons simplement qu’à présent ce n’est pas le temps qui manque alors… je suis sans doute plus présente, oui.

Elise fit mine de réfléchir, mordillant sa lèvre, un sourire nerveux sur les lèvres. Oh elle était très à l’aise en réalité mais ça, il ne le savait pas. Et le jeune Rookwood semblait prêt à lui prendre la main d’empathie. Ce n’était pas gagné pour autant mais il semblait baisser un peu ces défenses qu’il tenait toujours devant lui.

- Avant qu’Ian ne parte, je n’avais jamais réellement vécu seule. Je suis la troisième enfant d’une fratrie de cinq. Nous avions trois enfants merveilleux. C’est un peu étrange de simplement se retrouver ici sans qu’il n’y ait plus personne.

Techniquement ce n’était pas faux. Mais elle ne souffrait pas spécialement de cette situation. Au contraire, c’était parfois assez avantageux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Benedict Cumberbatch - Sweetie (Bazzart)
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Une nouvelle approche [Augustus] Dim 11 Déc - 20:34

En fait, Augustus se rendait compte que les Mangemorts, bien que se côtoyant lors des missions et se fréquentant lors des aspects mondains de la vie londonienne, ne se connaissaient pas vraiment. Certes, Augustus n'ignorait pas tout de ses acolytes, mais il mettait ses connaissances sur le compte de son observation et de son intelligence plutôt que sur ses affinités avec ses acolytes... Pour beaucoup, il ne cernait pas bien la raison de leur engouement pour le Mage Noir. Et jusqu'à ce soir, il ignorait aussi celle d'Elise.

Non, cela fait bien vingt ans que je donne de mon temps à cette cause, l'informa-t-elle. Disons simplement qu’à présent ce n’est pas le temps qui manque alors… je suis sans doute plus présente, oui.
Augustus, qui n'était Mangemort que depuis trois ans désormais, avait du mal à évaluer le changement. Son entrée était encore trop récente. Une fois de plus, la belle Elise trahissait par ses paroles sa solitude, ce temps long qu'elle comblait qu'en ne s'impliquant davantage dans les rangs du Lord. Il était vrai qu'elle n'avait jamais manqué une seule réunion, sa présence ne fût-elle pas indispensable.

Il réfléchissait à tout cela et allait prendre la parole pour dire que son implication dans le groupe était honorable, mais son hôte poursuivit :
C’est un peu étrange de simplement se retrouver ici sans qu’il n’y ait plus personne.

Augustus but une gorgée de vin frais. Pour lui, bien qu'il fût sociable, la solitude était un véritable havre de paix, la condition sine qua none pour réfléchir, se questionner, trier tout ce qu'il avait appris dans sa journée. Certes, il vivait avec Mordred, mais, par moment, ils vivaient davantage à côté plutôt qu'ensemble, chacun ayant son rythme. Mais tout le monde ne s'accoutumait pas de la solitude autant que lui... Surtout lorsque l'on avait été habitué à avoir toujours du monde autour de soi.

Je suis navré que la solitude vous pèse, dit tout doucement Augustus en sondant les traits soucieux d'Elise.
Jamais il ne l'aurait pensée si vulnérable et, étrangement, il était presque content de la voir si fragile. Elle n'avait plus ses airs impérieux et durs qu'elle avait l'habitude d'arborer. Elle ne maîtrisait pas tout, loin de là et cela la rendait, aux yeux d'Augustus, belle et auréolée d'une sorte de pureté. Cette fragilité fugace - car bien entendu qu'elle recouvrerait son masque dans peu de temps - la rendait accessible, humaine. Pour un peu, si elle avait été en mesure d'exprimer plus franchement ses sentiments, et si elle avait eu des cheveux blonds, elle ressemblerait à La jeune fille pleurant son oiseau mort, un superbe tableau de Greuze, un peintre français du XVIIIème siècle. Lorsqu'il pensa cela, un élan incroyable prit possession d'Augustus - élan qu'il examina froidement avant de s'autoriser à se laisser aller.

Il reposa son verre de vin sur la nappe et avança sa main vers celle d'Elise, négligemment posée sur la blancheur du tissu à la hauteur de son propre verre. Rookwood y posa sa main doucement et y fit une légère pression. Il savait qu'il jouait avec le feu.
Je serai là dès que vous en aurez besoin, s'entendit-il dire d'un voix grave.

Il était connu que le jeune Augustus Rookwood adorait jouer avec le feu.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une nouvelle approche [Augustus] Mar 20 Déc - 15:55

Chez les Mangemorts, tout le monde n’ouvrait pas sa porte aux autres. Mais la situation d’Elise faisait qu’elle n’avait pas ce genre de crainte. Qu’ils disent ce qu’ils veulent, ils étaient tous dans le même bateau. Ils avaient tous prêté serment et vivaient ensemble de choses tout de même assez fortes. Des meurtres, des tortures, des attaques violentes, tout cela, même malgré eux, ça rapprochait forcément. Et Elise en était très consciente. Et depuis le temps qu’elle était là-dedans, elle avait fait un paquet de trucs pas super jolis. C’était pour cela qu’elle était si confiante dans leur QG et qu’elle ne prenait plus forcément la peine de se cacher. De là à ouvrir sa porte, certains avaient du mal à saisir. Mais elle ne les ouvrait pas à n’importe qui après tout. Et le jeune Rookwood n’était pas n’importe qui.

Elise était du genre têtu. Et lui, elle avait décidé qu’elle voulait essayer de l’avoir. C’était une sorte de défi un peu amusant qu’elle s’était donné. Il avait tout pour plaire après tout. L’esprit et le corps pour aller avec. Et ils dînaient ensemble ce soir. Une occasion que la belle avait saisi bien entendu. Elle lui montrait une partie d’elle qui n’était que fictive. Mais elle avait l’air de lui plaire. Il continuait à l’explorer, entrant de lui-même là où elle espérait qu’il vienne. Oh ce n’était pas l’un de ses pièges vicieux qu’elle pouvait tendre à d’innocentes victimes. Elle avait une toute autre chose en tête. Mais il fallait y mettre les formes. Pour le moment elle lui rejouait un rôle qui lui collait à la peau depuis maintenant 5 ans. Une pauvre veuve seule, terriblement seule. Elle n’allait pas jusqu’à verser sa petite larme, mais elle semblait gênée par la situation, comme encore trop attachée à son ancienne vie. Mais en même temps elle avait l’air contente qu’il soit là, simplement gênée qu’il puisse la voir ainsi.

- Je suis navré que la solitude vous pèse

Difficile de faire plus faux. C’était cette solitude qui lui donnait tant de liberté. Elle la chérissait cette solitude. Sans elle, plus de Mangemorts (ou plus autant), plus d’aventures, plus de cette vie qu’elle n’avait jamais autant apprécié que depuis qu’elle vivait seule. Oh ce qu’elle pouvait bénir ce jour, ou plutôt ce soir où il était parti. Et encore, il y avait eu cette énorme tâche d’encre incrustée dans le parquet qu’il avait laissé derrière lui. Il avait fallu refaire toute la pièce… Enfin, pour le moment Augustus avait l’air touché, vraiment. Trop mignon. Alors elle donna à ses joues une petite teinte rose tout en détournant le regard. Jusqu’à ce qu’il vienne de lui-même lui prendre la main. Alors là, il était cuit. Alors qu’elle n’avait pas répondu dans un premier temps, elle leva le regard vers lui, l’air un peu surprise mais touchée.

- Je serai là dès que vous en aurez besoin

Ah vraiment ? Et bien il était évident qu’elle notait ça bien précieusement. Oh oui il était tombé dans sa toile, c’était certain. Pour le plus grand plaisir de la belle. Il avait fallu changer ses habitudes mais il semblerait qu’elle ait fini par avancer. Alors elle resserra sa main sur la sienne dans un geste encore assez doux. Dans un sourire et toujours aussi peu à l’aise, elle finit par reprendre la parole.

- Vous ne devriez pas me dire ce genre de choses, je pourrais vous croire.

Et pourtant c’était tout juste ce qu’elle avait cherché. Mais elle cachait cette phrase dans une fausse tentative d’humour. Il lui avait donné une opportunité, il fallait qu’elle la saisisse, autrement cela serait l’un des plus gros gâchis de l’histoire. Regardant cette main toujours dans la sienne, l’air visiblement assez hésitante.

-Et si… si je vous disais que… que j’aimerais que vous restiez un peu ce soir ?..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Benedict Cumberbatch - Sweetie (Bazzart)
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Une nouvelle approche [Augustus] Mer 28 Déc - 23:51

Un regard en coin, des joues qui rosissent... Manifestement, le geste d'Augustus ne passait pas inaperçu. Étonné par son sang-froid, il resta scruter les traits d'Elise qu'il trouvait ravissants. Il songeait qu'il était fait, qu'il avait franchi la limite et que, désormais, plus rien ne serait comme avant avec Elise.
Vous ne devriez pas me dire ce genre de choses, je pourrais vous croire, dit-elle avec un sourire.

Elle avait resserré sa main autour de la sienne. La chaleur de ses doigts contre sa paume fit battre plus vite le cœur de Rookwood. Ce dernier rit doucement.
Mais vous devez me croire, chère Elise. Absolument.

Absolument. Comme ce mot, dans cette situation, avait une connotation bien particulière. Il avait glissé des lèvres du Langue-de-Plomb, mais il le trouva tout à fait approprié au contexte. La limite était franchie, mais il se sentait apte à assumer toutes les conséquences.
Malgré cette tentative d'humour, le visage d'Elise restait sagement hésitant. Doucement, elle prononça les mots magiques qu'attendait Augustus autant qu'il les redoutait :
Et si… si je vous disais que… que j’aimerais que vous restiez un peu ce soir ?

Quelle franchise. Glissant sa main sur celle de Elise, il se laissa retomber en arrière contre le dossier de sa chaise, rompant le contact avec son hôte. Un sourire étira sa bouche pulpeuse.
Ma chère Elise, on aurait dit que vous aviez en tête cette demande depuis le début de la soirée.

Il darda sur elle son regard clair, savourant avec nonchalance le suspens qu'il laissait planer, comme s'il voulait ravir temporairement le pouvoir que la belle Elise avait eu sur lui depuis qu'il avait franchi le seuil de sa maison. Augustus soupira, faisant mine qu'il se rendait à la raison. Il effleura des yeux la lourde chevelure ébène de Elise, suivit la courbe de son cou, l'arrondi de ses lèvres... Très bien, qu'elle fasse ce qu'elle voulait de lui, il ne répondait plus de rien. Terminant son verre qu'il reposa tranquillement sur la table, Augustus reprit :
À vrai dire, j'attendais cette question depuis le début de la soirée...

Il ne pensait toutefois pas qu'elle tomberait si tôt. Il s'était imaginé que Elise lui ferait du pied après plusieurs verres descendus. Mais sa mélancolie avait eu raison du jeune Rookwood qui avait pris les choses en main. À présent, il attendait de voir la réaction de la Mangemorte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une nouvelle approche [Augustus] Mar 3 Jan - 23:01

Il est vrai que la belle Elise montrait assez rarement le moindre signe de faiblesse, surtout à un autre Mangemort. C’était un milieu qui nécessitait de la poigne, du courage, du sang froid aussi. Tout ce qu’elle possédait. Tout comme le jeune Rookwood qui se retrouvait à sa table ce soir. Mais ils n’étaient pas que cela. Ce n’était en rien ce qui faisait leur personnalité complète. Elise était assez compliquée au final, une personnalité si complexe qu’on pourrait croire qu’il y en avait plusieurs. C’était parfois presque vrai.  Ce que tous les mages noirs avaient le loisir d’observer de son caractère n’était en rien comparable à ce qu’elle pouvait montrer à ses enfants par exemple. Presque deux femmes différentes. Mais il arrivait qu’elle laisse parfois apercevoir une petite part de l’autre à certains Mangemorts. Comme ce soir en fait. Augustus avait maintenant tout le loisir  d’observer une petite femme un brin fragile, sensible, mais surtout terriblement seule. Là en revanche c’était un petit peu moins vrai, il faut l’admettre. Mais le reste, elle en était capable. Elle avait elle aussi ses faiblesses bien sûr. Elle savait aussi s’attendrir parfois. Seulement là, ce n’était pas le but qu’elle poursuivait actuellement. Et puisqu’il lui proposait sa compagnie à sa demande, Elise était plutôt satisfaite.

- Mais vous devez me croire, chère Elise. Absolument.

Que ce mot pouvait être doux. Chez d’autres il pouvait être tout à fait banal. Mais chez lui, chez un homme qui maniait si bien les mots, il prenait un sens tout à fait particulier. Il y avait un tout nouveau sens dans cette conversation, un sens si délicieux. Oui, il l’intéressait beaucoup là, vraiment. Mais elle restait tout à fait calme, ne sautait pas sur l’occasion, ni sur lui d’ailleurs. Elle prenait la décision de se montrer encore un peu calme. Et de rester dans son rôle. Elle ne posa qu’une simple question, une seule, qui résumait toute sa pensé. La réaction du jeune homme fut tout aussi délicieuse. Il glissait doucement sa main sur la sienne, dans une délicatesse qui lui ressemblait bien avant de rompre ce contact déjà si mince. Cela aurait pu être un signe qu’il refusait. Mais son sourire disait tout autre chose.

- Ma chère Elise, on aurait dit que vous aviez en tête cette demande depuis le début de la soirée.

Le début de la soirée et les jours précédents, les mois même. Cette réponse n’était pourtant pas encore une réelle approbation. Pas une belle et franche réponse positive. Mais elle en prenait le chemin en tout cas. Et ce sourire, ces lèvres qu’elle aurait bien envie de croquer dès maintenant… Oui, elle aimerait qu’il accepte. Arrêter maintenant serait tellement dommage. Même lui devait le savoir. Ou au moins le sentir. Il laissait durer le suspens, sans qu’elle ne le brise. Il prenait même le temps de finir son verre, sans la quitter des yeux. Il jouait avec ses nerfs, et elle adorait ça.

- À vrai dire, j'attendais cette question depuis le début de la soirée...

Elle avait gagné. Ni plus ni moins. C’était tout ce qu’il fallait pour définitivement lui donner raison. Elise eut un sourire de satisfaction assez intense. De ceux qu’elle avait déjà plus souvent en sa présence, mais jamais pour la raison qui la poussait à en avoir un actuellement. La belle se leva doucement, sans perdre ce sourire, le regard pétillant.

- Suis-je donc si prévisible Mr Rookwood ? Vous en devenez presque vexant…


Elise vient s’asseoir sur le coin de la table devant lui, croisant les jambes, d’un coup beaucoup plus sûre d’elle. Oui, elle a baissé le masque, maintenant qu’elle a gagné. Et elle en est fière. Une nouvelle victime, une nouvelle proie, une nouvelle conquête sans doute. Ils seraient vite fixés. La belle passe doucement sa main sur la joue d’Augustus, se penchant vers lui, chuchotant presque à son oreille.  

-Alors ? Tu vas rester près de moi Augustus ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Benedict Cumberbatch - Sweetie (Bazzart)
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Une nouvelle approche [Augustus] Jeu 12 Jan - 20:23

C'était presque comme jeter un sortilège ; dès qu'Augustus eût prononcé les mots magiques, un indicible sourire s'empara de la bouche de Elise et une lueur avide traversa un instant l'azur de ses iris. Augustus se contenta de rester imperturbable devant les émotions de son hôte, dardant son regard sur elle. Il la vit se lever doucement, ses talons claquant contre le sol dur.

Suis-je donc si prévisible Mr Rookwood ? demanda-t-elle dans un petit rire. Vous en devenez presque vexant…

Des ridules apparurent à chaque coin des lèvres d'Augustus. Ses yeux continuaient de suivre la démarche féline de Elise qui s'avançait à pas de velours vers lui.
Très prévisible, ma chère Elise. On ne peut vraisemblablement duper quelqu'un comme moi.

Très sensible et sujet à des émotions fortes, Augustus n'en restait pas moi distant et lucide sur ces dernières. Cela lui permettait d'analyser chaque situation et de ne pas se dévoiler plus qu'il n'en était nécessaire. Il pouvait ainsi bluffer à volonté - ou presque. Les autres, plus impulsifs et naturels, avaient tendance à laisser paraître sur leur visage des expressions qui trahissaient leurs émotions. Il était donc très facile de deviner le fond de leur pensée. Toutefois, il lui était arrivé de tomber sur d'autres particulièrement habiles en la matière, tels que Dunblair. Elise aussi, savait jouer un rôle jusqu'au bout des ongles. Seulement, ses émotions transparaissaient depuis qu'elle connaissait les intentions d'Augustus.

Elle s'assit sur le coin de la table, croisa ses jambes avec une telle élégance que le Mangemort fut un instant subjugué par tant de sensualité et d'audace. Doucement, elle se pencha vers lui, qui n'avait pas bougé d'un pouce, inonda ses narines de son parfum ambré et tenace, et lui chuchota à l'oreille :
Alors ? Tu vas rester près de moi Augustus ?

Vous... Tu. Cela était exquis, mais il choisit de ne pas répondre tout de suite. De nouveau, il se renversa contre le dossier de la chaise et avança délicatement sa main. Ses doigts effleurèrent doucement le tibia lisse de Elise, laissé découvert depuis qu'elle s'était assise sur le coin de la table. Il fit aller doucement sa main de sa cheville et remonta doucement, très lentement, vers son genoux. Levant les yeux vers le visage de Elise, il murmura :
Bien entendu. Jusqu'à ce que je parte, ma chère Elise.

Et sa main continua son ascension, caressant la naissance de sa cuisse, juste au dessus du genoux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une nouvelle approche [Augustus] Sam 14 Jan - 21:38

En général, Elise n’avait pas trop de mal à se faire comprendre. Que ce soit par des mots, des attitudes ou des gestes très clairs, elle se faisait comprendre. Après tout, il y avait plus d’une façon de s’exprimer.  Rien qu’avec le regard, un nombre incalculable d’expressions pouvaient passer. Les fenêtres de l’âme d’après certaines personnes. Les yeux clairs d’Elise exprimaient parfois des sentiments bien violents, comme la  haine, le dégoût, son envie de violence… mais ce n’était pas le cas pour le moment. A l’heure actuelle, ses yeux brillaient d’un désir bien différent. Un désir qu’elle ressentait envers le jeune Augustus Rookwood. Certains pourraient juger cette envie comme parfaitement déplacée. Elle n’était pas tellement du même âge, veuve, et lui était même fiancé d’après ce qu’elle savait. Mais peu importe, elle ne laissait pas cette idée de côté pour autant. Depuis le temps, elle se moquait pas mal de ce genre de remarques. Et puis, il n’était pas obligé que d’autres soient au courant. Elle le saurait et c’était déjà assez.

Augustus avait cédé, finalement, et semblait être d’humeur à lui accorder ce qu’elle voulait depuis quelques temps déjà. Il avait fallu insister un moment, mais il lui cédait. Mieux vaut tard que jamais après tout. Oui, elle était impatiente qu’il lui donne une réponse, et cette réponse plus précisément. Alors elle avait laissé tomber le masque de la pauvre veuve  pour laisser aller son désir. Pas la peine de continuer à jouer à ce jeu avec lui maintenant, elle avait été assez claire et lui aussi. Il ne semble pas être contre, ou du moins c’était ce que son léger sourire semblait indiquer. Il ne bougeait pas pour le moment mais qu’importe, maintenant qu’ils semblaient d’accord…

- Très prévisible, ma chère Elise. On ne peut vraisemblablement duper quelqu'un comme moi.

Quelque part c’était assez vexant. Elle n’aimait pas voir que d’autres savaient où elle allait. En même temps, Elise avait tout fait pour qu’il reçoive certains signaux, alors comment lui en vouloir. Le principal c’était qu’il avait compris et avait accepté. La belle lui fit tout de même une moue boudeuse et déçue, histoire de marquer le coup. Mais elle ne lui en voudrait pas bien longtemps non plus. Surtout si i se montrait si réceptif à ses avances. La belle était assise sur la table, penchée vers lui, tout près de son oreille. Et puis il s’était reculé une fois sa proposition lancée de façon plus claire encore. Elle avait fait de même, se renversant en arrière, le regard toujours aussi vif. L’air de rien, il avait glissé sa main le long de sa jambe jusqu’à arriver jusqu’à sa cuisse. Elle l’avait laissé faire bien volontiers, se mordant doucement la lèvre.

- Bien entendu. Jusqu'à ce que je parte, ma chère Elise.

Il parlait déjà de son départ, alors qu’il y avait tellement à faire avant. Ils pourraient finir le dîner d’abord, mais cela serait bien moins intéressant aux yeux de la belle. Elise décroise alors ses jambes et pose sa main sur celle du jeune homme.

- Alors ne pars pas trop vite…

Là-dessus elle descend de la table pour passer sur les genoux du beau sorcier, le gratifiant de quelques baisers au creux du cou. Nul doute que la suite de la soirée ne se passerait pas à cette table et ne serait pas exactement la gentille soirée qu’elle avait venu à Augustus pour le faire venir jusqu’à elle…


---------------
Elise regardait le plafond, le souffle encore un peu court, étendue sur le lit. Elle ne regrettait en rien d’avoir tant insisté. Bien au contraire. Passant sur le côté après quelques secondes, elle regardait le jeune sorcier qui avait su tant lui plaire.

- Je précise que cela ne change en rien ma proposition de tout à l’heure, vous pourrez revenir voir ma collection à votre guise.

Elle n’était pas du genre à alimenter de douce conversations sur l’oreiller, elle ne perdait pas de vue ce qui était important ou simplement utile. Ce n’était simplement pas son genre. Et encore, si ils avaient été chez lui il était possible qu’elle soit déjà repartie…

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une nouvelle approche [Augustus]

Revenir en haut Aller en bas

Une nouvelle approche [Augustus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Une diapora, une nouvelle approche!
» Défense contre les forces du Mal - Cours 0 - Une nouvelle approche
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Hors Londres :: 
Les lieux d'habitations
-