GRYFFONDOR : 160 pts | POUFSOUFFLE : 10 pts | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Le calendrier de l'avent fait son grand retour à Poudlard ! Il débutera le 1e décembre et se terminera le 25. Toutes les explications ICI !
Une sortie à Pré-au-Lard a été organisée afin de vous permettre d'effectuer vos achats de Noël. Le sujet est juste ici ! Tout post vous rapportera 2 dragées.

Partagez|

Les petites confidences d'Elise Lerouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 186
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Les petites confidences d'Elise Lerouge Jeu 3 Nov - 21:10




Pour beaucoup ma vie ne commence qu’après que je sois devenue Mrs Talbott et être venue vivre en Angleterre. Tout simplement parce que personne ne s’intéresse vraiment à une jeune fille pas même première née de sa famille ni même la dernière. La place du milieu n’a jamais été simple à occuper. Mais malgré tout je restais la première fille, ce qui était toujours à prendre. Mais puisqu’il en est ainsi, je vais commencer par ce que vous connaissez.

C’était il y a maintenant 25 ans. J’avais alors à peine 20 ans, j’étais donc plus jeune, plus fraîche, tout ce que vous voudrez. N’allez cependant pas dire ce que je n’ai pas dit. Je ne suis pas encore une croulante pour autant, loin de là. C’était simplement autre chose. Comme beaucoup d’autres filles de mon âge, je n’avais bien entendu pas choisi la personne avec qui on s’attendait que je passe le reste de mes jours. Il n’était pas horrible, ni même trop vieux. C’était le genre de choses qui pouvaient arriver. Qui arrivaient même plutôt souvent. Quelque part on pouvait considérer que j’avais de la chance. Il était employé du Ministère, ce qui était plutôt une bonne place finalement. Je n’avais pas vraiment à me plaindre. Ian était plutôt distant avec moi. C’était un mariage de convenance. Il n’y a jamais rien eu de vraiment sérieux entre nous. Au niveau des sentiments j’entends, nous étions tout de même mariés et vivions sous le même toit. Mais sans pour autant faire dans le sentimental. Nous savions nous entendre. Parfois même très bien. Disons que nous cohabitions sans trop de mal. Surtout quand il n’était pas là. J’étais sa femme, sa petite fierté parfois. Il savait m’introduire là où cela pouvait m’arranger. J’avais une certaine autonomie malgré tout. Je savais pourtant quelle était ma place et savais m’y tenir lorsqu’il le fallait. Nous aimions faire parfois de petites réceptions où nous savions mieux que personne nous mettre en valeur. L’un pour l’autre tout comme seuls. L’image avait son importance pour tous les deux et nous savions très bien la manier.

Enfin, l’entente, tout ça, ça n’avait duré qu’un temps. Nous étions ensuite passés à quelque chose de plus lourd. Plus le temps passait, plus il avait envie de m’exposer, ne me considérant plus comme son épouse mais comme une de ses œuvres d’arts qu’il montrait à qui voulait bien venir les voir et prétendre qu’il en était fan. Je savais que je n’aurais sans doute pas l’homme de mes rêves ni même la vie qui allait avec. Mais pourtant j’avais espéré, ne serait-ce qu’un peu. Je faisais partie des meubles. Ou c’était tout comme. Le bonheur n’avait plus sa place chez nous, si ce n’est le faux, celui qui passait quand les regards extérieurs se posaient sur notre situation. J’avais alors commencé à sortir, appréciant la compagnie d’autres personnes. Tout d’abord un peu gênée et plutôt rarement. Mais cela ne dura bien entendu pas très longtemps. Disons que je m’y suis rapidement faite. Ian n’en a bien entendu jamais rien su. Preuve de l’attention qu’il me portait.

Pour ce qui est de nos activités, il était très clair pour lui que je n’avais rien à faire d’un emploi. Je n’ai pas insisté outre mesure, c’était peine perdue. Il voulait que je reste à la maison pour m’occuper des enfants puisqu’il était hors de question qu’il s’occupe de tout cela. Là encore, je n’allais pas m’en plaindre, je ne demandais que cela de m’en occuper. Au moins, j’étais à peu près sûre qu’ils suivraient mes idées, celles de notre famille, et que je pourrais faire selon mes envie. Et heureusement, pour combler un minimum ce gouffre que je ne souhaitais remplir que de bonheur, environ un an après notre mariage, notre petit Amaury avait pointé le bout de son nez. Sa naissance était aussi celle d’une toute nouvelle vie pour nous.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 186
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Les petites confidences d'Elise Lerouge Mer 16 Nov - 23:41




Avec la naissance d’Amaury, les choses ont forcément beaucoup changé. Parfois pour quelque chose d’un peu moins enviable. J’ai notamment compris beaucoup de choses sur Ian. Mais pour la plupart, c’était des changements pour le mieux. J’étais déjà tante depuis plusieurs années. Je m’occupais déjà régulièrement des enfants de mon frère. C’était donc une immense joie pour moi d’avoir mon premier enfant, un petit garçon qui a immédiatement su se faire aimer par toute la famille. Enfin, c’était un bien grand mot. Ian avait l’air surtout content que j’ai mis au monde un mâle, un héritier pour son nom. C’était une fierté, c’est certain, mais une petite fille, une petite princesse, cela m’aurait plu tout autant. Mais après tout, je n’avais encore que 21 ans, nous avions le temps de retenter notre chance et peut-être voir cette petite fille arriver. C’était d’ailleurs ce que j’espérai. J’avais moi-même grandi dans une famille assez nombreuse, j’en espérai autant une fois dans le rôle de mère. Un rôle qui me rendait tellement heureuse !

Pour changer c’était Ian qui semblait en décalage. Il ne s’occupait pas tellement d’Amaury. Ni même de moi du coup. Il était pris par son Ministère et toutes autres affaires qui lui évitaient de rester trop longtemps avec nous. J’imagine qu’il aurait aimé que je laisse d’autres m’occuper de notre fils pour que je prenne le temps de m’intéresser à lui et ses petites affaires. Tant pis pour lui, je n’aurai laissé notre fils à quelqu’un d’autre pour rien au monde. Il est vrai que j’aime aussi que d’autres fassent les choses pour moi, c’est toujours agréable de ne pas avoir à faire toutes ces petites tâches ingrates de la maison. Mais mon fils, je ne l’aurai laissé pour rien au monde. Alors la plupart du temps, nous étions juste tous les deux. De très bons souvenirs, c’est une période de ma vie que j’ai vraiment apprécié. Régulièrement nous allions aussi voir Daniel et Ambre. Eux aussi donc étaient déjà parents et nous partagions tous de très bons moments. Il était très rare qu’Ian se joigne à nous. Pourtant il n’avait jamais rien eu contre mon frère ou son épouse, mais il n’était simplement pas du genre à partager ce genre de moments. Comme toujours. On aurait dit que cela ne l’intéressait simplement pas.

Même si nous voulions tous les deux un autre enfant sans trop tarder, il ne semblait pas que cela soit possible. Mais au fond, Amaury n’ayant encore que quelques mois, je n’étais pas tellement inquiète. En fait, il semblait même qu’avec le temps, Ian acceptait de plus en plus d’accorder du temps à son fils. C’était surtout pour lui montrer des choses dont le petit chouchou n’avait sans doute pas grand-chose à faire. Je ne disais rien, au moins il acceptait de le prendre un peu avec lui, ce qui était assez important pour moi. Petite, j’étais sans cesse en quête de la reconnaissance de mon propre père. Notre mère n’était ceci dit pas spécialement plus présente. Je ne leur en veux pas, mais je n’avais pas envie de reproduire un tel schéma. Pour le reste ils n’ont fait aucune faute. Pour moi, un enfant a simplement besoin d’un minimum d’attention de ses parents. D’attention et d’affection surtout. J’ai toujours essayé de leur apporter tout cela en grandes quantités. Enfin, pour le moment, il n’y avait qu’Amaury pour en profiter. Et cela dura encore un bon moment.

Notre petit amour grandissait, et il grandissait seul. Son premier anniversaire, puis le second, et toujours pas de petit frère ou sœur. Ian était déjà assez satisfait, il avait déjà son héritier mâle. Moi j’attendais autre chose. J’avais vraiment envie d’avoir cette famille juste un peu plus fournie. Presque besoin à force, car plus le temps passait, plus j’y pensais. De temps à autres, je tombais tout de même enceinte, mais cela ne durait jamais que quelques semaines. C’était désespérant. Heureusement Amaury était déjà là pour me rassurer et me laisser déverser mon affection sur lui.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 186
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Les petites confidences d'Elise Lerouge Lun 6 Fév - 19:21




Je ne prendrais pas la peine de me placer en victime d’un monde cruel et d’une époque difficile. Cela serait inutile et hypocrite. Je ne suis pas une victime, loin de là. Les victimes, elles sont à moi, et je suis le bourreau. Mais je ne peux pas non plus affirmer avoir eu la vie simple. Depuis mon mariage j’ai essayé de reprendre un minimum le contrôle sur ma vie et de faire mes propres choix. Ce n’était pas ce que l’on attendait de moi, loin de là, mais qu’importe. C’était ma décision et ma volonté. Mes choix n’ont pas toujours été exemplaires, ils restaient ma volonté. Ils seraient peu à réellement tout savoir, et ils pourraient toujours penser ce qu’ils veulent. Je me moque de votre morale et de vos convenances. Et c’est après mon mariage que je l’ai réalisé. Quelques mois après, avec le retour dans ma vie de quelqu’un d’assez particulier. Lycaon Vikaris  et moi avons fait nos études ensemble. Il n’avait qu’un an de plus que moi et j’admets avoir toujours été un peu curieuse sur ses origines, sa lignée. En France, ils étaient bien connus tristement la plupart du temps. Moi il savait déjà m’intriguer. Et il n’était visiblement pas contre.  Nous nous sommes un peu suivi, et si j’étais très concentrée sur ma scolarité, il était l’une des rares personnes avec qui je pouvais parfois passer un peu de temps.

J’étais mariée et installée depuis plusieurs mois déjà quand il est revenu. Comme ça, en Angleterre, je l’ai vu devant ma porte. J’ai été très surprise de le voir, surtout ici, chez nous, après tout ce temps. Nous n’avions pas parlé depuis un bon moment. Tout s’était un peu enchainé pour moi. La fin des études, le mariage, le déménagement. Et lui avait sans doute été bien occupé avec son clan. Quoi qu’il en soit, il était là, devant moi, chez moi. Lycaon était venu de France, et pour moi, il me l’avait affirmé. Même si ce n’était pas tellement habituel chez moi, j’avais été touchée par son geste. Il était le premier, le seul à venir vers moi, même mon frère n’était pas encore venu. L’Angleterre, ce n’était certainement pas moi qui avais demandé à y aller. Cela m’avait éloigné de tout, et surtout de tous. Revoir Lycaon c’était renouer avec tout ça. Autant dire qu’une fois la surprise passée, j’avais été plutôt contente qu’il soit là. Et encore, au moment où je lui avais fait passer ma porte, je ne savais pas à quel point cela pourrait changer les choses.

Evidemment, nous nous sommes rapidement revu, et cela a changé plus de choses encore. Avec mon mariage, j’avais commencé à vouloir faire les choses seule, sans que l’on puisse avoir le contrôle sur moi et mes actes. En revoyant Lycaon, j’avais changé mon point de vue sur beaucoup de choses. Il m’avait fait prendre conscience que rester enchaînée à Ian, ici, et faire uniquement ce que l’on attendait de moi, une femme au foyer, docile, sage, belle, bientôt une mère si possible : Tout ça c’était m’enfermer dans quelque chose qui ne me plaisait pas. C’est avec Lyc’ que j’ai réellement plongé dans autre chose. Il a été mon premier amant, le début de cette série de décisions qui ont fait de moi celle que je suis aujourd’hui. Nous ne nous sommes plus réellement quitté. J’ai connu d’autres histoires, beaucoup. Mais lui est resté, depuis près de 30 ans qu’il est dans ma vie. Notre relation a évolué depuis ses  débuts, pour mon plus grand plaisir. Et il reste là, est entré chez les Mangemorts lui aussi, a été un ami, et un amant assez impressionnant. Il a même été parfois plus attentif que Ian avec mes enfants. Il les a vu grandir, tous les trois. Et même si ils ne me l’ont pas forcément toujours dit, je sais qu’après la mort de leur père, ils ont trouvé de l’aide auprès de lui. J’ai toujours voulu être indépendante et libre.  Mais je ne peux nier qu’il a été un soutien important.

Alors après la naissance d’Amaury, alors que je cherchais  à agrandir notre famille sans jamais y arriver, il avait été là. Il était la seule personne avec laquelle je pouvais partager ce genre de choses. En plus de partager avec lui des moments bien plus agréables et intimes. Mais pour l’un comme pour l’autre, Ian était loin du compte. Jusqu’à ce jour où enfin, presque quatre ans après la naissance d’Amaury, Evan était arrivé dans ma vie. Un petit ange pour me combler aux côtés de son frère.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les petites confidences d'Elise Lerouge

Revenir en haut Aller en bas

Les petites confidences d'Elise Lerouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Elise Lerouge [Terminé]
» PETITES COURGETTES RONDES FARCIES AUX PIGNONS DE PINS
» Petites Devinettes...
» Petites Meringues Hyper Facile
» Que sont devenues les petites filles en Chine?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Nouveaux arrivants :: Vos biographies-