Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

« We should never be afraid to die » [Alexandre's bio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 970
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: « We should never be afraid to die » [Alexandre's bio] Mar 29 Nov - 22:37

Fut un temps, Alexandre tenait un journal intime. Oui. Un journal intime. Malheureusement, ce dernier a brûler dans un terrible accident d'incendio en Novembre 1975 alors qu'il était tout jeune. On soupçonne son propriétaire de l'avoir brûler volontairement suite à une mésaventure. Repose en paix, journal. On savait qu'Alexandre était incapable d'en tenir un. RIP

Sommaire:

• P.2: Début de la vie d'Alexandre: Naissance & éducation, Relations familiale et Ecole & Apprentissage --> les BASES
• P.3: Les chroniques de Blankensee (part 1)


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Jeu 1 Nov - 23:35, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 970
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: « We should never be afraid to die » [Alexandre's bio] Lun 26 Fév - 0:37

Comme chaque personne présente sur cette Terre, Alexandre a son histoire. Et il est de mon devoir de la raconter, sans peut-être trop rentrer dans les détails, à ceux à qui cela intéresserait. Et moi, qui suis-je ? Je vous trouve bien curieux. On ne parle pas de moi ici mais bien d'Alexandre Rozen, de sa vie. Je ne voudrais pas faire une introduction trop longue. Vous n'êtes certainement pas venus pour cela. Alors, commençons par un bref topo sur la vie d'Alexandre avant Poudlard.


Naissance & Education

Alexandre Rozen est né en hiver, le 5 février 1959 à St-Mangouste. Le jour où Gerda Rozen a donné la vie pour la troisième fois, il neigeait abondamment. Le sol était verglacé. Hans Rozen avait dû quitter son travail à la hâte. Il voulait être présent quand naîtrait cet enfant. Gerda et Hans Rozen étaient tout deux allemands, âgés de près de 30 ans. Ainsi, Alexandre était né. Un garçon en pleine santé. Par ailleurs, son prénom faillit s'orthographier Aleksandr avant que les parents n'y mettent une réticence.
Gerda Rozen mettait un point d'honneur à élever ses enfants comme n'importe quel autre enfant moldu et à les initier à cette culture qui était la sienne. Hans pouvait au moins lui accorder cela. Là un problème commençait à se poser devenait d'ordre spirituel. Les Rozen devaient-ils inculquer une éducation religieuse à leurs enfants ? Gerda accordait beaucoup d'importance à cette question de par le contexte politique dans lequel elle avait grandi et sa propre foi. Mais était-elle en droit de l'imposer à Alexandre ou à ses deux autres enfants ? Bien sûr que non. Cependant, le jeune garçon reçut tout de même une certaine éducation religieuse.
Gerda, malgré ses horaires de travail, essayait toujours d'être le plus présente possible pour ses enfants mais malheureusement, il arrivait qu'elle soit contrainte de les confier à des babysitters, notamment Raven Fawkes. Les vacances, ils les passaient à Blankensee dans le manoir familial, en Allemagne.


Relations familiales:

Hans: Il s'agit du père d'Alexandre. Sorcier de sang-pur issu d'une grande famille né en 1929 travaillant comme auror au Ministère, il a grandi en Allemagne lors d'une période trouble qu'était celle de la montée du nazisme qui l'a profondément marqué. C'est un homme à l'apparence avenante et très sympathique. Mais par delà cette apparence, c'est un grand travailleur et quelqu'un de très exigeant, notamment envers ses enfants. Il souhaite que tout ses enfants suivent sa route qu'il estime comme étant la meilleure pour eux. Mais Alexandre ne semble pas être du même avis, engendrant une relation très conflictuelle entre père et fils.
Gerda: La mère d'Alexandre. Tout comme son mari, elle a grandi en Allemagne a la même période qui la encore d'avantage marquée en tant que moldue et orpheline. En arrivant en Angleterre en 1949, elle a eu beaucoup de mal à se faire à ce changement et est devenue infirmière. Gerda est une personne qui semble très fermée au premier abord, peu sociale (plus jeune, c'était une véritable sauvageonne, un garçon manqué). Mais il s'agit d'une véritable maman poule prête à tout pour ses enfants et tolérantes. Elle entretient une relation assez forte avec ses enfants et défend toujours Alexandre face à son père.
Frédéric: C'est le grand-frère d'Alexandre, de six ans son aîné. Je suis dans le regret de vous annoncer qu'ils s'entendent comme chien et chat et ce... depuis la naissance du plus jeune, à vrai dire. Frédéric est d'un naturel orgueilleux et égocentrique, au début il a eu du mal à accepter l'entrée d'un nouveau garçon dans la fratrie pour lui voler sa place. En grandissant, cette préoccupation lui est passée mais reste qu'il s'entendait très mal avec son petit frère. Il ne se passe pas plus d'une heure sans qu'il ne s'engueulent quand ils sont dans la même pièce. Frédéric a été à Gryffondor et est actuellement auror.
Agapia: Voici la grande-soeur d'Alexandre, plus âgée de 2 ans. C'est une jeune femme pétillante et coquette mais qui a un fort caractère. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle entretient une bonne relation avec son jeune frère malgré de très nombreuses chamaillerie. C'est qu'elle l'aime sa petite saleté ! Elle a été à Gryffondore et est actuellement en étude pour devenir auror.

Il y en a encore d'autres mais je réserve cela pour plus tard.


Ecole & Apprentissage

L'école n'a jamais été très facile pour Alexandre. En entrant en première section de maternelle, il parlait à peine anglais étant donné que ses parents ne parlaient qu'allemand à la maison. D'un naturel timide et peu habitué à la vie en société, il lui a été très difficile de s'intégrer et d'apprendre la langue anglaise. Il lui a fallu particulièrement longtemps pour se faire à cette langue. Alexandre a toujours acquis plus facilement des capacités motrices que celles du langage. Il trouvait l'école ennuyeuse et il avait de nombreuses difficultés à retenir ses leçons amenant des résultats assez faibles. Vraisemblablement, la méthode de travail posait problème. Jouer pour apprendre, l'expérimentation, la découverte autonome, voilà ce qui fonctionnaient chez Alexandre.
Pour palier à ses problèmes au niveau relationnel et linguistique, ses parents ont décidé de l'inscrire pour une activité sportive afin qu'il soit avec d'autres enfants de son âge dans une activité qu'il apprécierait quand il avait 6 ans. Après moultes essais, son choix s'est porté sur le patinage artistique, ce qui ne plut pas beaucoup à Hans. Très vite, le jeune garçon se prend d'amour pour cette discipline Ô combien exigeante, allant jusqu'à occuper une part importante de sa vie. Néanmoins, on pouvait noter une nette progression dans son niveau d'anglais et sa faculté à communiquer avec autrui. A 6 ans également, il se fait son premier ami: Maxence. Un garçon un peu rondouillard à l'époque mais très sympathique.
Alexandre ne se sentait pas prêt à intégrer Poudlard quand il eut 11 ans. Aller à Poudlard, c'était synonyme de se séparer de sa famille, de Maxence et de ne plus pouvoir pratiquer le patinage artistique. C'était la fin de l'enfance et le début de l'adolescence. Une sombre époque s'annonçait.


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Dim 1 Juil - 0:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 970
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: « We should never be afraid to die » [Alexandre's bio] Dim 1 Avr - 15:22

Les chroniques de Blankensee


20 Avril 1936 - 7 ans
« Hans, habille toi bien ! Hans, où est ta veste ? »
Johanna Rozen était dans un état d'agitation. La jeune mère de famille de vingt-cinq ans avait l'impression de devoir courir partout dans le manoir familial tantôt pour chercher une veste, tantôt pour remettre la tétine à la petite dernière. Hans, assis sur le sol de l'entrée essayait tant bien que mal de faire ses lacets de ses petites chaussures qu'il mettait pour les grandes occasions.
« Mama ! Mama ! J'arrive pas à faire mes lacets, ils veulent pas ! »
Oui, ce jour là était une grande occasion. Chaque citoyen allemand se devait de fêter l'anniversaire du Führer comme il se devait. Ainsi, Adam Rozen, le grand-père d'Hans, s'était personnellement chargé d'accrocher le drapeau national à l'entrée du manoir bien que personne n'osait s'aventurer là-bas à Blankensee, autant à l'écart du reste du village. Ce soir là se tenait un grand autodafé sur la place. Johanna aida son fils aîné à faire ses lacets.
« Mama, pourquoi on doit fêter l'anniversaire du Führer ? »
« Tu comprendras quand tu seras plus grand. »
« Mais je suis grand ! »
« Non, tu ne sais pas lacer tes chaussures. »
« Bitte ! »
Johanna soupira. « On doit fêter l'anniversaire d'Hitler parce que c'est obligatoire. »
« Pourquoi ? Pourquoi il dit qu'on doit pas être amis avec les juifs ? »
« Parce que c'est un méchant monsieur. »
« J'aime pas Hitler. »
Sa mère le prit par le visage et le força à la regarder dans les yeux. « Ne dis jamais ça en public. Tu me le promets ? »
Hans, voyant l'air sérieux dans le regard de sa mère, se contenta d'hocher la tête.

3 janvier 1938 - 8 ans
C'était l'heure d'aller à l'école. L'ensemble des enfants marchaient sous la neige en direction de l'école. Ce jour là, Hans décida de faire un détour. Il monta alors sur les marches du perron d'une maison à la devanture en béton. Il toqua à la porte. Une femme à l'air acariâtre vint alors lui ouvrir.
« Qu'est-ce que tu fais là, Rozen ? »
« Je viens chercher votre fille Madame Schlider. Je l'ai vu arrivée hier dans une voiture. »
« Personne ne peut se mêler de ses affaires ici. » marmonna la femme en regardant vers son intérieur. « Gerda ! Dépêche de finir ta soupe ! »
Elle referma ensuite la porte au nez d'Hans après un regard méfiant qui s'assit sur les marches du perron en attendant la jeune fille qui ne tarda pas à sortir de la maison. Il se releva aussitôt. Il lui tendit alors la main.
« Salut, moi c'est Hans. Ravi de faire ta connaissance Gerda. »
Gerda ignora tout simplement la main tendue du garçon et le contourna. Ce dernier la suivit, sans avoir l'air offusqué de cette ignorance manifeste.
« Je me suis dit que comme t'étais nouvelle, t'aurais voulu avoir un ami. » dit-il en marchant à côté d'elle. « T'es pas bavarde. »
« Je ne veux pas me faire d'amis. »
« Trop tard ! Tu es déjà la mienne. » déclara Hans avec un sourire fier.
« Certainement pas. »
« Tu veux parier ? Je te parie même que dans quelques années, on se mariera ! »
« Compte pas sur ça, saukerl ! » répondit Gerda, souriant un peu malgré elle.

1er Septembre 1939 - 10 ans
Un groupe de garçons, dont Hans, jouait au ballon dans la rue. Gerda jouait avec eux. C'était une après-midi paisible juste avant la rentrée des classes. Tout à coup, la partie fut interrompu par un garçon arrivant en trombe sur son vélo avec les nouvelles du jour.
« Nous sommes en guerre ! L'Angleterre nous a déclaré la guerre ! » hurla-t-il avec enthousiasme en montrant la première de couverture après être descendu de son vélo.
Les jeunes gens s'attroupèrent alors autour du morceau de papier. L'ensemble des personnes présentes semblaient enthousiastes sauf Hans et Gerda qui se dévisagèrent, interdits. La nouvelle n'avait pas tardé à faire le tour du village.
Le soir même, autour de la table des Rozen, l'heure n'était pas aux réjouissances. Les parents d'Hans étaient inquiets. Cette guerre n'annonçait rien de bon.
« Hans ne pourra pas aller à Poudlard l'année prochaine, c'est sûr ! On n'acceptera jamais un élève allemand avec cette guerre. » s'inquiéta Johanna.
« Poudlard, Poudlard ! Toujours Poudlard ! Il peut très bien s'en sortir sans. Une scolarisation à la maison ou à Durmstrang fera parfaitement l'affaire. Ne t'inquiète pas Johanna. » dit Adam, le grand-père.
« Père, on ne peut pas l'envoyer à Durmstrang, je ne l'accepterais pas. En plus, il ne parle pas un mot de langue slave. J'enverrais un hibou à la directrice, voir ce que l'on peut faire pour ce fâcheux problème. Ça fait des siècles que les Rozen vont dans cette école. Ils savent très bien qu'on n'a rien avoir avec cette guerre. Nous nous sommes retirés de la politique ! » intervint Friedrich, le père de famille.
« Tu sais très bien que c'est faux, Friedrich. Nous avons été contraints de nous retirer. Et cela ne saurait pas arrivé si tu avais su faire les bons choix ! »
« De quels choix voulez-vous parler ? »
« Tu es bien le fils de ta mère ! »

A SUIVRE...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 970
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: « We should never be afraid to die » [Alexandre's bio] Ven 2 Nov - 0:54

Le 27 juillet 1976


C'était un jeudi orageux. Une de ces fins d'après-midi qui vous faisait particulièrement apprécier le confort de votre chez-soi. Tandis que sa mère s'activait au fourneau, Alexandre regardait pensivement la pluie tomber en trombe sur le jardin à travers la baie vitrée de la cuisine, se demandant bien quand le déluge allait bien cesser. Mrs. Rozen avait ressorti de vieux vinyles d'Elvis Presley qui prenaient la poussière au grenier. Elle les écoutait si souvent auparavant. Les paroles du King qu'Alexandre avait autrefois tellement détestées s'étaient gravés dans sa mémoire. Ce jour là, il se surprenait à apprécier la musicalité et les paroles de ce rock des 50's. Ainsi c'était vrai que les goûts changeaient en grandissant. Le jeune homme se tourna vers sa mère qui était en train de batailler avec le four qui commençait à sérieusement devenir obsolète. Tandis que la chanson Love Me Tender résonnait dans la pièce, il lui demanda (en allemand), les bras croisés:
« Maman... Quand est-ce que tu as su que tu aimais papa ? »
Mrs. Rozen arrêta toute activité pour diriger son regard vers son fils, assez surprise. Il faut dire qu'elle ne l'avait jamais entendu poser de telles questions. Et si on prenait en compte les fortes tensions entre père et fils... Il y avait suffisamment d'éléments pour que cela l'interpelle. Gerda était une mère attentive. Très attentive.
« Pourquoi cette question ? »
« Juste par curiosité. C'est juste que vous parlez beaucoup de quand vous étiez encore qu'amis et jamais en tant que couple. Donc je me pose la question. »
Gerda regarda longuement son fils. Il ne disait pas toute la vérité. Elle le sentait. Elle le connaissait par coeur.
« Je l'ai su quand il m'a demandé en mariage. On avait à peu près ton âge. Il venait de finir ses études à Poudlard. Il est resté le temps d'un été avant de repartir pour faire ses études d'auror. Mais il continuait à revenir chaque été. »
« Ca devait être long le reste du temps... »
Rester autant de temps éloigné de la personne qu'on aimait... Alexandre n'arrivait même pas à se le figurer. Sa mère vint s'installer à la table de la cuisine et l'invita à faire de même. Il s'exécuta après un laps de temps d'hésitation. Etait-elle en train de tout deviner ? Avait-elle plus de prédispositions en divination que lui ? Le regard de l'adolescent était fuyant.
« Est-ce qu'il s'est passé quelque chose en Norvège ? »
Alexandre sentait les battements de son cœur s'accélérer en même temps qu'un poids se retirait de sa poitrine. N'était-ce pas ce qu'inconsciemment il voulait: qu'elle devine tout ? Que son instinct maternel fasse son œuvre ? Il hocha la tête en déglutissant. Un long silence.
« Tu ne diras rien à Papa ? » s'enquit-il au bout d'un moment.
Gerda mit sa main sur celle de son garçon pour le rassurer. Elle pouvait sentir sa peur. Il se passait quelque chose dans la vie de son fils qui n'était pas des choses les plus anodines, ni les plus acceptées. Alexandre retira sa main.
« Je vais prendre ma douche avant manger... » prétexta-t-il pour fuir.
Il ne laissa pas le temps à sa mère de répliquer quoique ce soit avant de filer. De toute façon, elle ne comptait pas le retenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « We should never be afraid to die » [Alexandre's bio]

Revenir en haut Aller en bas

« We should never be afraid to die » [Alexandre's bio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» and he said “listen, listen, i’m not afraid to go if it’s with you, i was born to live for you”, 04.03 - 03:11
» KATIE + i'm not afraid of god, i am afraid of man
» 03. Stop being afraid of yourself...!
» Bill Goldberg "The Next" Sheamus I Afraid Part I
» Not Afraid [PV-Liberty]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: Ecrivez votre histoire :: 
Vos biographies
-