GRYFFONDOR : 1040 pts | POUFSOUFFLE : 390 pts | SERDAIGLE : 735 pts | SERPENTARD : 880 pts

Partagez|

Are you lost ? [Alexandre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 606
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Are you lost ? [Alexandre] Mer 30 Nov - 23:31

Il était déjà presque 18h, et pourtant Raven avait décidé de rester encore au Bureau afin d'étudier quelques dossiers plus en profondeur. Elle aimait faire les choses bien, c'était peu dire. Le plus flagrant, depuis que la sorcière était entrée en service ici, était la présence de plus en plus grande de la Magie Noire. Cette Magie Noire qui lui avait enlevé son mari il y avait de cela des années, lorsqu'elle n'était qu'en ses débuts de métier. Magie Noire qui, associée au Lord Noir ou encore, au Seigneur des Ténèbres, rassemblait un nombre de fidèles toujours plus conséquent. Les Aurors étaient certes nombreux, mais Raven espérait qu'ils ne soient pas bientôt en sous-effectif au vu de la menace. Elle avait bien entendu parler de cette organisation formée par Albus Dumbledore en personne, mais malgré tout elle ne voulait pas aller à l'encontre de Vince, son supérieur. Non pas que l'idée de rejoindre ce groupe n'était pas tentant, mais plutôt qu'elle ne se sentait pas prête, pour le moment. Et puis, Raven avait encore le temps d'y songer, la guerre n'allait pas s'arrêter du jour au lendemain, surtout avec Vous-Savez-Qui à leur tête...

Il y avait néanmoins de nouvelles recrues, au sein du bureau, qui en étaient à leur début de carrière. Certains, comme Alice ou Kingsley, avaient un avenir tout tracé et, la sorcière le sentait, allaient faire de grandes choses pour le monde magique. Récemment, elle avait entendu parler d'un certain Frederick Rozen, fils d'un de ses collègues, Hans. Ce dernier avait un léger accent allemand et leur relation s'arrêtait à de simples collègues de travail. Raven restait très courtoise envers les autres Aurors, et peu d'entre eux étaient vraiment proches d'elle. C'était peut-être mieux ainsi. De toute façon, cela n'avait jamais été vraiment son genre d'être entourée d'une foule de personne. La plupart du temps, elle se contentait de répondre brièvement ou d'acquiescer d'un signe de la tête, sans non plus raconter sa vie. Les gens avaient sûrement d'autres choses à faire que de l'écouter.

L'Auror prit un ascenseur. Elle était sortie prendre l'air afin d'avoir tout de même une petite pause avant de rattaquer le travail. Concentration, détermination, mais surtout repos étaient les mots d'ordre de ce métier. Alastor Maugrey, l'un des plus brillants Aurors de ce siècle, répétait très souvent « Vigilance constante ! », et cela était très approprié à la situation actuelle. Il fallait se montrer prudent et se méfier des gens auxquels on parlait, sans non plus rentrer dans la paranoïa, et rester calme en toute circonstance. Cela, Raven en avait tiré des leçons.

Son moyen de transport s'arrêta alors au Niveau 2 et les portes s'ouvrirent. Elle sortit de l'ascenseur, ses talons claquants contre le sol et se dirigea vers le Bureau des Aurors. Même à cette heure, le Département était plein. Des employés allaient et venaient en transportant des piles de dossier, d'autres se dépêchaient d'ajuster leur cape et de foncer dans le premier ascenseur qui arrivait. Cela restait assez ordonné, malgré les apparences. Personne ne se rentrait dedans et tout le monde faisait attention où il mettait les pieds. Aucun risque de faire renverser café, donc. Cependant, quelque chose ou plutôt quelqu'un attira l’œil de Raven. Ce quelqu'un était un jeune homme de 15 ans environ, et il semblait plutôt perdu. Il regardait autour de lui sans véritablement comprendre ce qu'il se passait et essayait de capter le moindre regard qui pouvait l'aider. De loin, son visage lui semblait familier, comme si elle l'avait déjà vu quelque part. Se pouvait-il qu'il soit le fils d'un de ses collègues ? Fort probable, ce qui expliquerait sa présence au Ministère et plus particulièrement dans ce Département. Raven arriva donc à sa hauteur, le menton haut, et engagea la discussion.

« Jeune homme ? »

Son interlocuteur tourna la tête vers elle et ses yeux semblèrent assez reconnaissants. Il y avait tellement de mouvement ici que personne n'avait pris la peine de lui venir en aide.

« Puis-je vous aider ? »

Sans aucun doute, Raven connaissait ce visage, et pourtant elle n'avait jamais vu ce jeune homme dans les parages. Ce nez, ces pommettes, ces traits... Tout en lui lui rappelait quelqu'un, mais qui ? Telle était la question...    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 889
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Are you lost ? [Alexandre] Jeu 1 Déc - 0:46

C'était le début des vacances d'Haloween. Alexandre était rentré chez lui pendant ces vacances afin de passer du temps avec ses parents. Quoi de plus normal ? Mais ce n'était pas l'unique raison. C'était aussi pour se consacrer à ses loisirs qu'il n'avait pas la chance de pouvoir pratiquer à Poudlard. Des loisirs moldus.
C'était le premier jour des vacances et ces dernières s'annonçaient déjà fortes agaçantes. Sa mère lui avait demander d'aller porter un mot à son père. Etant une moldue, elle n'osait pas vraiment pénétrer dans un lieu où se réunissent des milliers de sorciers. Son père passait énormément de temps au travail à cause de la menace grandissante du Seigneur des Ténèbres qui rassemblaient chaque jour plus d'alliés.
Donc au lieu d'être à la patinoire pour travailler ses figures, il se trouvait au ministère de la magie. S'il y avait bien un lieu dans lequel Alexandre n'aimait pas se trouver, c'était bien celui là.

Il était complètement perdu au milieu de cette foule. Cela faisait une demi-heure qu'il tentait de s'y repérer. Il demandait à des gens son chemin mais la plupart du temps, ces personnes n'avaient pas une minute à lui accorder pour juste lui dire où se trouvait le Bureau des Aurors. Il ne demandait pas la Lune pourtant ! Surtout que personne ne le prenait au sérieux. Après tout, ce n'était qu'un gamin dans un monde d'adulte. Tout les hommes étaient largement plus grands que lui. Même les femmes le dépassaient avec leurs talons. Sans oublier l'absence de poils au visage, si ce n'était qu'un léger duvet au dessus des lèvres caractéristique des adolescents. Il ne manquerait plus qu'il porte l'uniforme de Poudlard, tient ! Bien évidemment, il était habillé en civil. Il portait majoritairement du noir. C'était une couleur passe-partout.
Ne sachant que faire face à ce problème d'orientation et n'osant même plus demander son chemin de vive voix, il lançait des regards d'appel à l'aide aux personnes qui lui inspiraient confiance. Cela se soldait souvent par des regards méprisants. En même temps, il gênait un peu la circulation. Mais ça, Alexandre s'en fichait un peu.

Il entendit des bruits de talons se rapprocher progressivement de lui. Puis une voix de femme engagea la conversation.

« Jeune homme ? »

L'adolescent tourna sa tête vers la femme qui lui avait adressé la parole. A en juger par sa prestance et son apparence, elle devait avoir la trentaine. Elle le dominait par la hauteur. La femme était élégante et semblait confiante.  Elle semblait vouloir l'aider et Alexandre lui en était reconnaissant.

« Puis-je vous aider ? »

L'étudiant mit un certain temps avant de réagir à la question de cette femme qui travaillait sûrement au ministère. La foule et le mouvement le troublaient.

« Bonjour Madame. »

Alexandre était un garçon très poli et bien élevé. Sa mère l'avait toujours forcé à être le plus aimable possible avec les adultes, surtout les femmes.

« En fait, je cherche le Bureau des aurors. Mon père s'y trouve et je dois lui transmettre un mot. Mais je ne viens que très rarement ici, donc je suis un peu perdu. Je ne voudrais pas vous déranger trop longtemps, donc si vous pouviez juste m'indiquer le chemin pour m'y rendre, s'il vous plait. »

En vérité, Alexandre avait surtout envie de quitter cet endroit surpeuplé. Contrairement à son père, il n'avait aucun accent, ayant grandi à Londres. Il ressemblait vaguement à son frère mais il avait un visage plus humble et qui semblait plus enfantin, sûrement dû à la différence d'âge. Et dans sa façon de s'exprimer, Alexandre semblait moins sûr de lui contrairement à Frederick qui dégageait une grande confiance. Le regard de l'adolescent pouvait en dire long pour un observateur expérimenté. Alexandre était un adolescent pouvant cacher beaucoup de choses. Et pas forcément que des bonnes choses.

Dragées:
 


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Dim 1 Jan - 16:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 606
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Are you lost ? [Alexandre] Ven 2 Déc - 15:01

Il était dans la nature de Raven d'aider les autres. Après tout, elle n'avait pas été enoyée à Poufsouffle pour rien. Aussi, lorsqu'elle avait aperçu ce jeune qui semblait être un peu perdue, elle n'avait pas hésité une seule seconde et lui avait apporté son aide, ce dont il semblait assez reconnaissant. Mais cette allure et son visage lui disait quelque chose. Raven l'avait déjà vu quelque part, elle en était sûre, mais où ? Il se pouvait qu'il soit le fils d'un des employés du Ministère, mais ils étaient tellement ici que les hypothèses étaient innombrables. Elle supposa que, s'il était dans ce Département, il devait chercher quelqu'un qui en faisait partie. Ou alors, il était juste vraiment perdu ou était un simple stagiaire. Malgré le fait qu'il soit habillé en civil, le jeune homme était, à n'en pas douter, un étudiant de Poudlard. De quelle Maison ? Raven aurait pu le deviner facilement s'il avait porté sa robe de sorcier, mais ce n'était pas le cas.

« Bonjour Madame. »

Raven fit un signe de tête pour l'inciter à continuer. Ce jeune homme était très poli, voilà qui était appréciable. Il avait sûrement dû avoir une bonne éducation, à moins qu'il donnait une bonne image de sa personne. La sorcière avait toujours été habituée à bien se tenir en société et à faire preuve de politesse, famille de sang-pur oblige. Très vite, lorsqu'elle fut admise parmi les Aurors, son vouvoiement et ce langage soutenu avait tout de suite fait tilter les oreilles de ses collègues. Raven était l'une des seules à faire ce genre de choses, et cela bien malgré elle. Mais la sorcière ne cherchait pas à aller à l'encontre de ce qu'elle avait appris. Cela l'avait forgé et l'avait endurci, au point que peu de choses l'affectaient réellement. Peut-être le seul avantage qu'elle tirait de son enfance.

« En fait, je cherche le Bureau des aurors. Mon père s'y trouve et je dois lui transmettre un mot. Mais je ne viens que très rarement ici, donc je suis un peu perdu. Je ne voudrais pas vous déranger trop longtemps, donc si vous pouviez juste m'indiquer le chemin pour m'y rendre, s'il vous plait. »

Son père ? Soudain, une image vint se former dans la tête de l'Auror. Hans Zimmer. Ce jeune homme était le fils d'Hans Zimmer, un de ses collègues. Un Auror expérimenté qui avait l'habitude des filatures et qui était assez bon sur le terrain. Ancien Serpentard, il lui semblait. Alors son fils avait sûrement dû rejoindre les rangs de cette illustre Maison, lui aussi. En tout cas, cela ne l'aurait pas étonné de moindre, vu comment il s'exprimait. Sang-Pur ? Sang-Mêlé ? Raven optait pour la première solution. Mais de toute façon, cela n'y changeait en rien, elle ne comprenait pas comment un tel raisonnement lui était venu à l'esprit. La sorcière lui sourit. Après tout, elle était son aînée, l'aider était une chose tout-à-fait normal.

« Ne vous en faites pas, je vais moi-même vous y conduire. Le bureau de votre père est un peu plus loin que le reste, mais nous n'en aurons pas pour très longtemps. Suivez-moi. »

D'un signe de tête, elle l'invita à la suivre et le jeune homme vint marcher à ses côtés. Sa cape d'Auror se soulevait au rythme de ses pas, ce qui lui concédait une allure assez noble. Cheveux coiffés d'un air fier et menton haut, on avait là une dame de l'aristocratie qui aurait parfois aimé ne pas en faire partie. Mais on ne changeait pas le passé, il lui fallait vivre avec. Très vite, Raven engagea la discussion, brisant le silence qui avait légèrement commencé à planer.

« Votre père est Hans Zimmer, n'est-ce pas ? Je suis une de ses collègues, nous travaillons ensemble. Vous ressemblez lui ressemblez beaucoup, votre visage m'a tout de suite interpellé. »

Il était vrai que les traits de ressemblance entre ces deux membres de la même famille était troublante. Maintenant qu'elle venait d'y penser, il lui semblait bien qu'il y avait quelqu'un d'autre, mais qui... Oh, l'autre fils d'Hans, Frederick ! Une toute nouvelle recrue destinée à une carrière prometteuse. Ce n'était pas elle qui allait dire le contraire. Ainsi, presque toute la famille faisait partie du Ministère. En serait-il de même pour le dernier ? Peut-être pas. Après tout, on ne suivait pas toujours les habitudes familiales, certains sorciers aspiraient parfois à quelque chose de plus grand ou de plus simple que ce que leurs parents faisaient. Et c'était peut-être mieux pour lui, le métier d'Auror était très dangereux, il ne fallait pas être sensible à ce qui pouvait arriver. Raven ne comptait même plus les scènes atroces dont elle avait été témoin ces 10 dernières années.

« Vous avez aussi un frère, me semble-t-il. Frederick, c'est bien ça ? Un bon sorcier, encore inexpérimenté, mais le temps fera son affaire. Quant à vous, étudiant à Poudlard, je présume ? »

Oui, Raven était assez observatrice et en déduisait beaucoup de choses. Elle ne savait pas comment le fils d'Hans allait réagir en voyant qu'elle connaissait pratiquement tous les membres de sa famille en voyant tout simplement son visage, mais peu importe. Il restait encore quelques couloirs à traverser avant de se rendre au bureau de l'Auror...

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 889
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Are you lost ? [Alexandre] Ven 2 Déc - 19:45

Alexandre était ravi que quelqu'un accepte de l'aider. La sorcière lui sourit. D'ailleurs, l'adolescent ne lui rendis pas son sourire. Il avait beau être aimable et poli, il avait du mal à sourire, surtout qu'il était assez mal à l'aise dans cette foule en mouvement dans ce lieu qui lui était peu familier.

« Ne vous en faites pas, je vais moi-même vous y conduire. Le bureau de votre père est un peu plus loin que le reste, mais nous n'en aurons pas pour très longtemps. Suivez-moi. »

Alexandre murmura un faible merci, presque inaudible: il n'en attendait pas tant. Comment savait-elle qu'il cherchait son père ? Oh ! Elle était sûrement auror également. Ils étaient certainement collègue. Le jeune sorcier ressemblait pas mal à son père. Ou tout du moins, ils avaient les mêmes cheveux et les mêmes pommettes. Le regard était sensiblement le même, sauf que celui du fils était beaucoup plus énigmatique. Mais ce qui différenciait vraiment Alexandre de son père, c'était que ce dernier était bien plus souriant que lui. Il souriait systématiquement quand il disait bonjour.
L'adolescent suivit l'auror qui le priait de la suivre d'un signe de tête. Il marcha à ses côté. Il avait l'air petit à côté de cette dame à l'air noble. Et aussi tellement innocent et timide.

« Votre père est Hans Zimmer, n'est-ce pas ? Je suis une de ses collègues, nous travaillons ensemble. Vous ressemblez lui ressemblez beaucoup, votre visage m'a tout de suite interpellé. »

C'était bien ce qui semblait à Alexandre. On lui faisait souvent remarquer qu'il ressemblait à son père. Par contre, il eut froncé les sourcils à l'entente du nom Zimmer. D'accord, cela sonnait allemand comme Rozen mais il y avait une différence entre les deux, quand même ! L'adolescent ouvrit la bouche pour rectifier la jeune femme mais celle-ci parla avant lui.

« Vous avez aussi un frère, me semble-t-il. Frederick, c'est bien ça ? Un bon sorcier, encore inexpérimenté, mais le temps fera son affaire. Quant à vous, étudiant à Poudlard, je présume ? »

Si Alexandre n'avait pas déjà eu les sourcils froncés, les aurait froncés. Déjà, il était passablement agacé qu'on fit encore référence à son frère en lui parlant. Néanmoins, cette dame avait un grand sens de l'observation. Elle avait juste. Mais avait vu-t-elle juste sur le reste de la ligne ? Alexandre était curieux de savoir. Si elle pensait qu'il était comme son frère et son père, elle se trompait.

« Déjà madame, sauf votre respect, mais mon père n'est pas Hans Zimmer mais Hans Rozen. Je pense qu'il est bon de commencer par rectifier cela.»

L'adolescent adoptait toujours un ton très respectueux. Le fait qu'elle se soit tromper sur son nom pouvait déjà la rendre mal à l'aise. Mais il ne connaissait pas assez la sorcière à côté de lui pour pouvoir le certifier.
Ils était dorénavant dans un endroit bien moins fréquenté que précédemment. Alexandre avait l'impression de pouvoir respirer de nouveau. Il lui semblait qu'il pouvait parler plus librement.

« Pour répondre à votre question: oui je suis étudiant à Poudlard. Cela ne doit pas être difficile à deviner. Je ne suis clairement pas à ma place au Ministère de la Magie. Et je me doute vous allez me poser la question: non, je ne suis pas à Gryffondor, comme mon père et mon frère l'ont été. Je suis à Serpentard.»

Il n'y avait pas l'ombre d'un sourire sur le visage d'Alexandre. Il avait répété tellement de fois ceci. La famille Rozen était connue comme étant une famille de Gryffondor. Tout les Rozen avait été à Gryffondor, excepté le jeune homme se trouvant à côté de la jeune femme. L'adolescent s'agaçait tellement de cette question "Tu es à Gryffondor, non ?" qu'il mettait toujours tout de suite les choses au clair lorsque l'on commençait à parler de scolarité. Bien que des fois, il ne pouvait pas le prévoir.
Alexandre voulut savoir dans quelle maison avait été son interlocuteur pendant ses années à Poudlard. Elle devait sûrement avoir été scolarisée là-bas. Cependant, il trouvait cela déplacé de demander cela à une adulte qu'il venait juste de rencontrer et qui avait sûrement eu ses ASPICs depuis belle lurette. Donc il préféra lui poser une question qui était plus dans l'ordre logique des choses et plus légitimes.

« Sinon, madame, vous connaissez mon nom, mais je ne connais pas le votre. Comment vous appelez-vous, si ma question n'est pas indiscrète ? »

Il voulait quand même savoir le nom de cette dame à qui il parlait et qui l'aidait. Et c'était toujours mieux de mettre un nom sur un visage. Alexandre continuait de marcher, les mains dans les poches.

Dragées:
 


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Dim 1 Jan - 17:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 606
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Are you lost ? [Alexandre] Ven 2 Déc - 22:14

« Déjà madame, sauf votre respect, mais mon père n'est pas Hans Zimmer mais Hans Rozen. Je pense qu'il est bon de commencer par rectifier cela.»

Ah ! Bon, Raven avait dû se tromper de collègue. Elle n'avait jamais été très douée pour retenir les prénoms, ce n'était pas aujourd'hui que ça allait commencer. Des Hans, il devait y en avoir tout plein, au Ministère. Vu le nombre de Département qui étaient présents, la sorcière avait dû s'emmêler les pinceaux. Bon, au moins elle était au courant et allait essayer de ne pas reproduire la même erreur. L'Auror ferma les yeux en soupirant. Par Merlin, sa mémoire lui jouait des tours. Et il avait fallu que le jeune homme en fasse la remarque, mais la jeune femme de ne lui en voulait pas. Comment aurait-elle pu ? Il était tout à fait normal, et c'était son droit de la corriger. Tant qu'il était respectueux.

« Je suis désolée. Il se trouve que les prénoms ne sont pas mon fort. Imaginez en plus le nombre d'employés qui travaillent ici, rajouta-t-elle en glissant un regard vers lui. Ça ne m'aide pas beaucoup. »

Elle avait parlé très calmement, un peu comme ces gens de la haute société qui s'expriment toujours en prenant leur temps. Après tout, ils n'étaient pas pressés. Enfin, pour elle, en tout cas. Si la remarque du jeune Rozen aurait pu la gêner, il n'en était rien. En effet, voilà bien longtemps que plus rien -ou presque- ne la touchait. Des remarques désobligeantes de Carrow jusqu'à un assassinat sous ses yeux, l'Auror gardait toujours son sang-froid. Depuis la mort de son mari, elle s'était formée une carapace autour de son cœur, comme une protection qui, de temps en temps, se fissurait et laissait entrevoir toutes ses faiblesses. Les périodes où elle le plus vulnérable. Fort heureusement, cela arrivait rarement. Raven arrivait toujours à garder cette image d'elle, celle que l'on connaissait. La Raven meneuse, forte et charismatique, pas la Raven faible.

« Pour répondre à votre question: oui je suis étudiant à Poudlard. Cela ne doit pas être difficile à deviner. Je ne suis clairement pas à ma place au Ministère de la Magie. Et je me doute vous allez me poser la question: non, je ne suis pas à Gryffondor, comme mon père et mon frère l'ont été. Je suis à Serpentard.»  

Encore une fois, la sorcière s'était trompée de personne. Ainsi, Hans n'avait pas été à Serpentard, mais à Gryffondor. Il allait falloir qu'elle revoie en vue tous ceux qu'elle connaissait... Ce n'était pas possible de se perdre à ce point.. Si ? Dans tous les cas, Raven semblait avoir entendu une espèce de rancœur à cette idée de ne pas suivre le mouvement familial. Comme elle comprenait ce garçon... Pour elle non plus, ça n'avait pas été facile de se retrouver à Poufsouffle alors que tous ceux avant elle avaient atterri à Serpentard. On avait toujours l'impression d'être comparé à nos aïeux, qui eux suivaient la lignée générations après générations. Sauf qu'un jour, cette lignée avait fini par être brisée, lorsque son père s'était marié à une née-moldu. Au plus grand mécontentement du reste de la famille. De plus, un coup d’œil vers lui pour constater qu'il ne souriait pas. Il semblait assez contrarié. La sorcière s'empressa alors de lui répondre.

« Serpentard est une excellente Maison. Je pense que tous les courageux ne finissent pas forcément à Gryffondor et le courage existe sous bien des formes. Tout dépend quelle définition nous correspond le mieux. »  

En disant cela, Raven avait pensé à sa sœur. Elles n'étaient pas très proches, et pourtant la sorcière avait admiré le courage de Melody lorsque cette dernière avait été forcée de supporter pendant 7 ans d'être dans la Maison des vert et argent, sur conseil de Raven. Cette dernière n'avait pas voulu que sa cadette subisse les châtiments que leur grand-mère lui infligeait, simplement parce qu'elle n'était pas allée dans la bonne Maison. Alors Melody avait prié très fort sous le Choixpeau, pour qu'il l'envoie chez les Serpents. Mais Raven la connaissait, ce fut 7 ans de calvaire à vivre pour elle, dans un milieu qui n'était pas le sien. Melody aurait dû finir à Serdaigle, au vu de son intelligence et de sa créativité, et pourtant tout fut gâché à cause d'une seule et unique personne. Que la vie était triste... Il fallait parfois faire des sacrifices pour ne pas souffrir. Et il avait fallu que ça tombe sur les deux sœurs.
L'Auror hésitait à en parler d'avantage puis s'abstint. Ce n'était pas dans ses habitudes d'étaler sa vie, ce n'était pas aujourd'hui que ça allait commencer. Surtout pas avec un jeune homme qu'elle connaissait à peine.

« Sinon, madame, vous connaissez mon nom, mais je ne connais pas le votre. Comment vous appelez-vous, si ma question n'est pas indiscrète ? »

La question n'était pas indiscrète. Après tout, il était quand-même primordial de savoir au moins à qui l'on parlait. Car en effet, si le jeune Rozen avait deviné qu'elle était Auror, il ne la connaissait pas du tout et elle lui éclaira sa petite lanterne.

« Votre question n'est pas indiscrète, jeune homme. Je suis Miss Fawkes, Auror au Département de la Justice. »

Voilà, les présentations étaient faites. Ses talons claquaient contre le sol, et la résonance portait le bruit assez loin. Un petit virage, et ils atterrirent dans un nouveau couloir. Par Merlin, ce bureau était décidément très reculé. Ils passaient devant tous ceux de ses collègues. Alice Fortarôme. Kingsley Shacklebolt. Frank Londubat. Tous ceux-là, elle les connaissait. Impossible de se tromper quant à leur identité. Ils étaient assez reconnaissables.

« J'imagine que ça ne doit pas être facile pour vous de se repérer au Ministère, annonça l'Auror. Mais au final, c'est comme à Poudlard. On s'habitue vite. »

Allez, ils étaient presque arrivés. Encore quelques couloirs à longer, et ils y étaient. . Maintenant, il n’y avait plus qu’à prier que l’Auror se trouvait dans son bureau. Sinon, Raven allait être obligée d’aller le chercher de partout…

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 889
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Are you lost ? [Alexandre] Sam 3 Déc - 12:37

Pourquoi avait-elle eu le besoin de le rassurer sur le mérite de la maison Serpentard ? Alexandre était fier de sa maison. Dans sa façon de parler, il pouvait aisément deviner que son interlocutrice venait d'un milieu favorisé, de la haute société. Une famille de sang-pur, sans doute. Alexandre pouvait-il vraiment considérer que lui aussi venait d'une famille au sang pur ? Sa mère était moldue. Mais du côté de son père, il n'y avait aucun doute, c'était des purs sorciers. Pas une goutte de sang moldu. De toute façon, l'adolescent ne parlait jamais de sa mère. Les gens n'avaient pas besoin de savoir qu'elle n'avait aucun pouvoir.

« Votre question n'est pas indiscrète, jeune homme. Je suis Miss Fawkes, Auror au Département de la Justice.»

Ainsi cette dame se nommait Miss Fawkes. Et comme il l'avait deviné, elle était auror. Il avait maintenant une idée un peu plus précise de la personne qui marchait à ses côté. Les talons de cette dernière claquaient au sol à un rythme régulier. Les couloirs étaient longs et résonnaient. Il avait l'impression de traverser pendant longtemps le même corridor. Les deux sorciers tournèrent à un virage. Et oh ! Surprise ! Exactement le même couloir se présentait à eux. Alexandre pensait qu'il n'allait jamais en finir avec ces couloirs plus grand que son avenir. Il lisait les noms sur les portes, aucun ne lui était familier.

« J'imagine que ça ne doit pas être facile pour vous de se repérer au Ministère, annonça l'Auror. Mais au final, c'est comme à Poudlard. On s'habitue vite. »

L'adolescent n'était pas de cet avis. Selon lui, il était beaucoup plus facile de se repérer à Poudlard qu'au Ministère de la Magie. A l'école de sorcellerie, il y avait au moins des peintures et des sculptures pour se repérer. Et si on avait de la chance, un tableau pouvait avoir l'amabilité de nous indiquer le chemin lorsqu'on était perdu. Ici, Alexandre avait l'impression de tourner en rond. Alexandre regarda l'auror l'air de dire: "Vous plaisantez ?".

« Je ne suis pas sûr de la véracité de cette affirmation... »

Ils longèrent encore quelques corridors avant d'enfin arriver à destination. "Hans Rozen", lisait-il sur une porte. Il espérait que son père soit présent dans son bureau. Il ne voulait pas avoir fait tout ce chemin pour rien. Il essaya d'ouvrir la porte, sans prendre la peine de toquer, après tout, ce n'était que son père. Et la porte... Ne s'ouvrit pas. Agacé, Alexandre ne put pas s'empêcher de lâcher un petit:

« Il est sérieux ? »

Ce n'était pas très poli ce type d'injure en présence d'un adulte. Mais sur le coup, Alexandre s'y avait pas penser. C'était son père qui lui faisait perdre SON temps. Il n'avait pas vraiment envie de passer sa soirée au Ministère. Cela lui rappelait la fois il où il avait comparu au tribunal pour utilisation de la magie par un mineur devant un moldu et contre ce moldu il y avait de cela un an. Bien heureusement, c'était de la légitime défense et les juges avaient été clément. Il n'avait que quatorze ans, il se faisait agresser dans la rue en pleine nuit, il avait juste stupéfixié son agresseur pour pouvoir se sauver. C'était une utilisation tout à fait légitime. Il n'allait pas tendre l'autre joue.
L'adolescent se tourna vers Miss Fawkes et lui fit un sourire poli d'excuse, quoiqu'un peu faux. Ce n'était pas un vrai sourire. Quand il souriait vraiment, Alexandre avait des fossettes et on voyait ses dents. Or, là, on ne voyait aucun des deux. Mais l'auror n'était pas sensé le savoir. Il n'était pas désolé de lui faire perdre son temps, c'était elle qui en avait décidé ainsi. Il ne voulait juste pas paraître impoli.

« Je suis désolé Madame. Mon père ne semble pas présent. Vous n'avez pas besoin de m'aider à le chercher. Je ne veux pas vous faire perdre votre temps, bien que ce soit moi qui suis entrain de perdre le mien. J'attendrais son retour ici. »

En vérité, Alexandre aurait voulu que l'auror fasse quelque chose pour faire venir plus vite son père, ou en tout cas faire à sorte à ce que le temps passe plus vite. Mais il ne pouvait pas la retenir indéfiniment. Elle avait sûrement du travail. Elle n'allait pas faire garderie en attendant son collègue avec le fils de ce dernier.

Dragées:
 


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Dim 1 Jan - 17:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 606
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Are you lost ? [Alexandre] Sam 3 Déc - 22:38

Le jeune Rozen regarda l'Auror d'un air surpris, un peu comme si la sorcière avait raconté n'importe quoi. Et pourtant, ce n'était pas le cas, sinon elle ne l'aurait pas dit. Autant avouer tout de suite qu'elle avait été réellement perdue à ses débuts, entre tous ces étages, ces ascenseurs, et surtout ce monde autour qui ne faisait que déranger l'intense concentration pour trouver son chemin. Ici, pas de repères comme il pouvait y avoir à Poudlard. Les indications au Ministère étaient quasi inexistantes et avait vite fait de se retrouver au mauvais Département. Mais plus les années passaient, plus le chemin à prendre pour arriver au bon endroit était devenu un automatisme. Presque une chanson que l'on apprenait par cœur et que l'on répétait chaque jour. Ici, c'était la même chose. Mais d'un niveau un peu plus élevé, tout de même.  

« Au fil du temps, à force de prendre le même chemin, on sait se repérer », prit-elle le temps de répondre.

Ils arrivèrent alors devant le bureau de son collègue, et le fils de se dernier tenta d'ouvrir la porte. Sans succès. Le petit Serpentard ne put s'empêcher de jurer, ce qui fit arquer un des sourcils de la sorcière. Les relations entre père et fils ne devaient pas être très joyeuses, dans cette famille. Bon, en même temps, elle-même ne pouvait en dire autant... Mais l'Auror aurait mille fois préféré vivre et apprendre à connaître ses parents plutôt que son abominable grand-mère. Enfin, l'ex-Poufsouffle restait légèrement étonnée par la réaction de l'élève. À son avis, un simple soupir de désapprobation aurait suffi. De plus, elle qui avait été éduquée avec le respect de l'autrui avec toute la rigueur que cela impliquait, cette intonation l'avait quelque peu dérangée. Mais bon, chacun grandissait dans un milieu différent, ce n'était pas à elle d'en juger.

Le fils d'Hans se tourna vers la sorcière en lui souriant, pour s'excuser. Il n'y avait pourtant rien de grave, son père n'était pas présent, ce n'était pas de sa faute. Il n'avait pas pu prévoir que cela allait arrivée, et elle non plus, d'ailleurs. Hans avait sûrement dû prendre sa pause, les journées au Bureau étaient assez longues, chargées et difficiles. Ou alors, il avait fini sa journée et était reparti chez lui... Mais connaissant la vigueur de son collègue, elle se doutait bien qu'il était resté.

« Je suis désolé Madame. Mon père ne semble pas présent. Vous n'avez pas besoin de m'aider à le chercher. Je ne veux pas vous faire perdre votre temps, bien que ce soit moi qui suis entrain de perdre le mien. J'attendrais son retour ici. »

L'Auror n'allait pas le laisser ici tout seul, nom d'un scrout à pétards ! Il était déjà assez perdu comme ça, pas la peine d'en rajouter une couche. Non, elle n'allait pas le laisser là et retourner à ses occupations. Les dossiers pouvaient attendre. De plus, si Hans ne venait pas, qu'allait-il faire ? Les sorties étaient un peu moins évidentes à trouver tellement il n'y avait, et la sorcière s'en aurait voulu s'il lui arrivait malheur. Elle lui sourit en retour et le rassura.

« Ne vous inquiétez pas, votre père doit sûrement être en pause. »

Expecto Patronum. Un aigle majestueux fit apparition au-dessus de leurs têtes. Par Merlin qu'elle aimait ce sortilège, cette sensation d'être libre... Un peu comme lorsqu'elle se transformait en faucon pèlerin, sa forme Animagus. Au moins, à ces moments-là, elle pouvait se permettre de penser à autre-chose, de jouer avec les courants d'air... De pouvoir se libérer du présent qui pesait de plus en plus dans les esprits de la population sorcière.

« Trouve Hans Rozen. Dis-lui que son fils et moi-même l'attendons devant son bureau. »

La Patronus s'en alla en poussant un cri. La sorcière le suivit des yeux jusqu'à ce qu'il disparaisse de son champ de vision. Elle ne savait pas en quelle année les élèves apprenaient ce sort, mais ceux qui le réussissait aimaient souvent l'utiliser, d'après ses souvenirs. Exceptés ceux qui avaient honte de leur Patronus (qui parfois pouvait être un simple scarabée). Mais en règle générale, ce sort était assez pratique. Et elle se demandait bien ce qu'avait pu en penser le jeune Rozen...   

Dragées:
 


Dernière édition par Raven Fawkes le Dim 4 Déc - 16:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 889
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Are you lost ? [Alexandre] Dim 4 Déc - 12:00

L'auror eut l'air de peu apprécier l'injure du jeune sorcier. Donc ce dernier avait essayer de rectifier sa conduite. Il lui arrivait d'être spontané comme cela lorsqu'il était agacé et d'être insolent. Contrairement à ce qu'on pouvait penser au premier abord, Alexandre n'était pas un ange de politesse, il avait aussi quelques failles. Il était comme énormément d'adolescent: il commettait des maladresses de langage ou de comportement, involontaires mais parfois volontaires aussi.
Miss Fawkes répondit à son sourire par un sourire et le rassura.

« Ne vous inquiétez pas, votre père doit sûrement être en pause. »

Alexandre acquiecsait sans regarder la jeune femme: il s'en doutait. Expecto Patronum. En entendant cette formule, il se tourna vers l'auror et vit un aigle majestueux de lumière. L'adolescent était bouche-bée. Que ce sort était magnifique. Mais tellement difficile.

« Trouve Hans Rozen. Dis-lui que son fils et moi-même l'attendons devant son bureau. »

Et en plus elle l'invoquait pour si peu ? C'était si facile que cela pour cette dame ? L'aigle s'en alla en poussant un cri fier. Alexandre le suivit des yeux puis une fois qu'il n'était plus dans son champs de vision, regardait l'auror l'air de dire: "Comment t'as fait ?". Pourquoi lui, n'arrivait pas à produire un patronus ? Son père y arrivait (c'était un berger allemand). Son frère y arrivait (c'était un berger allemand également). Même sa soeur y arrivait (c'était une colombe). Cela le rendait assez mal de ne pas en produire un. Ses aînés avaient réussi à le faire à son âge, et même des gens de la même année à Poudlard. Et lui, il en était incapable. N'y mettait-il pas assez de coeur ? Ses souvenirs n'étaient-ils pas assez heureux ? Etait-il comme la majorité des sorciers ? C'était impossible à imaginer.
Il baissa le regard vers ses chaussures. Il avait honte. Ne pas pouvoir produire un patronus pour un Rozen, c'était un comble ! Cependant, il releva la tête. L'auror n'avait pas besoin de savoir qu'il ne savait pas en produire un. Ou peut-être pourrait-il mentir sur son âge, pour faire croire qu'il était encore trop jeune. Mais ce mensonge ne tiendrait pas debout. Il y allait avoir son père pour tout gâcher en parlant de ses BUSEs. Cela l'aurait trahi complètement, puisqu'on les passe en cinquième année.

« C'est tout bonnement impressionnant. » dit-il simplement.

Et il le pensait. C'était toujours impressionnant de voir des rapaces en patronus. Il paraissait qu'ils étaient puissant. Alexandre avait décidé de ne pas prendre de risque. Mentir n'était pas une bonne idée face à cette auror. Elle aurait vite découvert la supercherie. Il allait juste éviter de dire la vérité. Et si elle lui posait la question eh bien tant pis.

« Où avez-vous appris à faire cela ? Comment ? »

Ça, le jeune sorcier voulait bien le savoir. Peut-être l'avait-elle appris d'une manière particulière ? Comme à son habitude, Alexandre ne souriait pas, attitude qui contrastait vraiment avec celle de son père.

Dragées:
 


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Dim 1 Jan - 17:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 606
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Are you lost ? [Alexandre] Dim 4 Déc - 21:00

Le sortilège avait fait son effet. À l'instar de la sorcière, le jeune Rozen avait lui aussi suivi des yeux l'aigle majestueux qui était parti remplir sa mission en deux temps trois mouvements avant de se retourner vers elle, plutôt admiratif. Depuis le temps qu'elle utilisait ce sortilège, Raven ne le trouvait plus si difficile que ça. La pratique et les années d'expérience, sans doute. Loin derrière était sa sixième année, fameuse année où elle avait appris ce sort. Elle ne savait pas si le programme avait changé depuis, s'ils le faisaient apprendre plus tôt ou pas, mais la sorcière avait entendu dire qu'ils étaient devenu de plus en plus exigeants. Pas étonnant que les nouvelles recrues au Bureau des Aurors aient un niveau aussi élevé...

Cependant, le jeune homme baissa la tête et regarda ses chaussures, comme dévasté par la honte. Il n'y avait pas de quoi avir honte, pourtant, le sort du Patronus était un sortilège particulièrement complexe, et certains mettaient des années avant d'y arriver. Certains n'y arrivaient même jamais. L'élève releva cependant son regard.

« C'est tout bonnement impressionnant. »

Raven le remercia d'un signe de tête. Elle n'était pas habituée à ce qu'on l'admire ou qu'on la complimente. Qu'on la respecte, oui. Pour ce qu'elle était. Pour ses qualités de duelliste, pour sa réputation au sein des Aurors... Ça, oui. Car la sorcière s'était battue pour. Mais pour le reste... Quand on avait été humiliée par sa famille durant toute son enfance, on en perdait le sens du mot compliment. C'était ainsi. Mais ça, le Serpentard n'avait pas à le savoir. Pour lui aussi, ça devait être difficile. D'être dernier de la famille, voir que ses aînés arrivaient à des choses alors que lui pas. Etre toujours comparé à eux, alors que lui aimerait faire ses preuves en tant qu'individu propre à sa personne, et non pas à l'image de quelqu'un d'autre... Par chance, Raven n'avait jamais connu ça, étant la plus grande de la famille. Et sa soeur, même étant la plus jeune, n'avait pas non plus eu droit à ce malheur. En même temps, avec une grand-mère qui se prénomme Cathalinda Fawkes, les règles familiales avaient été... Disons, différentes.

« Où avez-vous appris à faire cela ? Comment ? »

Raven eut un regard espiègle. Sa curiosité lui faisait penser à la sienne, lorsqu'elle était plus jeune. À Poudlard, elle avait le souvenir de vouloir tout apprendre de n'importe quel sortilège et de le tester par la suite, si bien que la jeune sorcière s'était parfois retrouvée à en savoir certains reservés aux années supérieures. Mais concernant le sort du Patronus, elle en avait cependant trouvé quelques subtilités qui ne se limitaient pas au contenu du cours. Il y avait parfois des choses que l'on devait expérimenter tout seul.

« D'après mes souvenirs, je l'ai étudié en sixième année, à Poudlard. Un sort relativement complexe qui prend du temps à maîtriser. »

Elle caressa presque affectueusement sa baguette en la regardant comme on regarde une partenaire de folles aventures. Un objet avec lequel elle avait tout partagé. Qui avait permis sa réussite.

« Lorsque l'on fait ce métier depuis 15 ans, même le plus compliqué des sorts devient un jeu d'enfants. Mais on n'a jamais fini de se perfectionner. Si je peux vous donner un conseil, détachez-vous un peu du cours et expérimentez par vous-même. »

En tout cas, c'était ce que Raven avait fait. C'était d'ailleurs ce qu'elle continuait à faire, lorsqu'elle s'entraînait. Si on voulait "juste réussir", cela ne suffisait pas. Il fallait perséverer jusqu'à ce que les résultats soient fluctueux et que l'on soit fier de notre production. Ne jamais baisser les bras, mais surtout croire en ses capacités. Au fil du temps, cela devenait presque une évidence et les sortilèges ne demandaient plus autant d'efforts qu'auparavant. L'entraînement.

« On dit souvent que, pour le sortilège du Patronus, il faut s'armer du souvenir le plus heureux que l'on ai connu. À mon avis, un souvenir n'est pas primordial. Parfois, il suffit juste d'une phrase, d'une odeur ou d'une image, et cela peut créer un déclic à l'intérieur de notre coeur. Si celui est assez pur, bien entendu, » précisa la sorcière avec un regard prévenant.

En effet, la légende disait que le mage noir Raczidian avait voulu l'employer, et s'était fait finalement dévoré par des asticots qui avaient surgi de sa baguette. Il était donc très fortement déconseillé d'en produire si nos intentions étaient mauvaises. Mais de toute façon, il était impossible pour les Mangemorts d'en produire, leur coeur étant noir comme le néant. Raven espérait pour le garçon qu'il n'avait pas un coeur trop impur. Ce sort allait être quasi impossible pour lui, sinon.

« Allons dans mon bureau, nous serons plus à l'aise pour discuter et attendre votre père. Oh, tenez, je vais vous montrer. »

Raven se mit alors de profil et leva sa baguette à hauteur d'épaule. Allez, elle allait tenter le sortilège informulé, cette fois-ci. Expecto Patronum. Un sourire aux lèvres, la sorcière vit une fumée blanche constituer de nouveau ce bel aigle qui la mettait dans un état de zen attitude et qui lui faisait rappeler que, malgré cette carapace qu'elle avait forgé, l'Auror restait une sorcière avec une âme.

« Changement de plan. Dis à Hans que nous l'attendons dans mon bureau. Il sait où il se trouve. »

Le rapace repartit de nouveau en un coup d'ailes puissant et traversa les murs. Aussitôt dit, aussitôt fait. Raven se tourna vers le jeune Serpentard en lançant un « Allons-y », avant d'engager le chemin sur leur gauche. Son bureau n'était pas très loin, à quelques mètres de celui d'Hans. Raven Fawkes. Ils y étaient. D'un simple Alohomora informulé, la porte s'ouvrit en déclic et la sorcière l'ouvrit avant de s'écarter pour laisser le jeune homme rentrer. Celui-ci s'était arrêté quelques pas devant la porte que l'Auror avait pris soin de refermer, observant le nouveau décor qui s'offrait à lui. Contrairement à certains de ses collègues, son bureau était assez organisé et propre. Rien de dépassait, pas même quelques feuilles. Raven avait éduquée dans cette ambiance là, il n'y avait rien d'étonnant. La sorcière se dirigea vers son bureau en détachant sa cape. Cette dernière s'envola toute seule pour aller s'accrocher au porte-manteau se trouvant dans le coin. Par Merlin, que la magie était pratique... L'Auror prononça un Accio discret en direction d'une chaise qui vint se placer juste devant sa table. Elle incita l'élève à s'asseoir, et elle fit de même.

« En attendant que votre père arrive, annonça-t-elle tout en sortant des dossiers de son tiroir, vous pouvez me poser des questions si jamais vous en avez besoin. N'héstez surtout pas. »

Après avoir vérifié que le nom du dossier était brouillé -secret défense oblige-, elle le regarda de ses yeux bleus acier qui en avait envoûté plus d'un, attendant sa réaction.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 889
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Are you lost ? [Alexandre] Dim 4 Déc - 23:22

Alexandre regardait attentivement l'auror. Son regard était espiègle, l'adolescent n'aurait su dire pourquoi. Que pouvait bien penser une femme de cet âge là ? Ou même... Que pouvait bien penser une fille, peu importe son âge ? Les filles, pour le jeune sorcier, était encore un sujet assez obscur pour lui.
Miss Fawkes lui expliqua comment elle avait appris ce sort mystérieux qu'était le sort du patronus. Pendant ses explications, elle caressait sa baguette avec affection, comme une vieille amie. Et c'était sûrement le cas. Son père avait l'habitude de dire: "La baguette, la plus vieille amie du sorcier". Il avait sûrement raison. Depuis qu'il était à Poudlard, Alexandre ne s'en séparait jamais. Il la mettait sous son oreiller la nuit et l'emmenait dans la salle de bain avec lui quand il se lavait. Même au toilette.
Alexandre acquiesçait simplement aux explications de la sorcière. Expérimenter par lui-même. Que voulait-elle dire ? Encore une phrase bien obscure pour lui.

« On dit souvent que, pour le sortilège du Patronus, il faut s'armer du souvenir le plus heureux que l'on ai connu. À mon avis, un souvenir n'est pas primordial. Parfois, il suffit juste d'une phrase, d'une odeur ou d'une image, et cela peut créer un déclic à l'intérieur de notre coeur. Si celui est assez pur, bien entendu, »

Assez pur... Son coeur était-il encore assez pur ? Il ne le savait même pas. Le jeune sorcier avait été beaucoup influencé par les Serpentards, en tout cas, les mauvais. Et pas dans le bon sens. Et cela, il en avait un peu conscience. Etait-il devenu mauvais ?

« Allons dans mon bureau, nous serons plus à l'aise pour discuter et attendre votre père. Oh, tenez, je vais vous montrer. »

Alexandre regarda faire l'auror. Elle ne prononça aucune formule. Le bel aigle de lumière apparut. Le jeune sorcier trouvait cela impressionnant. Quant à la sorcière, elle semblait satisfaite.

« Changement de plan. Dis à Hans que nous l'attendons dans mon bureau. Il sait où il se trouve. »

L'oiseau s'en alla d'un imposait coup d'aile en traversant les murs. La sorcière se tourna ensuite vers lui et l'invita à la suivre. Ils se dirigèrent vers la gauche. La route ne fut pas longue. L'auror déverrouilla la porte de son bureau à l'aide d'Alohomora. Un sort informulé. Ça, Alexandre savait le faire donc il ne fut pas trop impressionné et il se sentait moins largué à côté de cette gente dame. Cette dernière ouvrit la porte et le laissa entrer. Le jeune sorcier regarda autour de lui. Tout était propre, net. Il en conclut rapidement que c'était le genre de sorcière qui ferait une crise cardiaque en voyant l'état de sa chambre. On aurait dit que la Révolte des Gobelins s'était passée à l'intérieur. Ou pire, que la Première Guerre Mondiale aurait eu lieu dans cette chambre. Un beau bazar, en somme. Le jeune bordélique n'osa même pas faire un pas de plus dans cette pièce, ni retirer son manteau.
L'auror ferma la porte derrière elle et retira sa cape qui allait s'accrocher d'elle même au porte-manteau.Puis elle amena par la magie une chaise pour qu'il puisse s'asseoir, ce qu'il fit. Elle s'assit à son tour.

« En attendant que votre père arrive, annonça-t-elle tout en sortant des dossiers de son tiroir, vous pouvez me poser des questions si jamais vous en avez besoin. N'héstez surtout pas. »

Alexandre regarda les dossiers qu'elle venait juste de sortir. Les noms des dossiers étaient floutés. En sentant le regard de l'auror sur lui, il levait les yeux. Ils se regardaient dans les yeux. Cette sorcière avait des yeux à tomber. Alexandre aurait voulu avoir les mêmes. Il aurait pu passer des heures à les regarder mais le silence le rendait mal à l'aise. Il détourna la regard pour observer la pièce.

« C'est... Très rangé... Ici. » fut tout ce qu'il trouva à dire pour briser le silence.

Merci la magie, pensa-t-il. Sa mère ne voulait pas qu'il fasse usage de la magie pour ranger sa chambre. Elle ne voulait même pas d'un elfe de maison ! Pour le plus grand malheur d'Alexandre qui se faisait toujours sermonner par rapport à cela. Par la suite, Alexandre essaya de faire de l'humour.

« Si j'avais été à Poudlard avec vous, j'aurais voulu être dans votre chambre. »

Oh là. Cela sonnait bizarre. Il ne fallait absolument pas sortir cela du contexte. D'ailleurs, l'adolescent s'empressa de se rectifier. Il ne voulait pas avoir l'air d'un pervers.

« Je n'aurais pas eu à faire le ménage. Enfin, si j'avais été une fille... »

Tu t'enfonces Alexandre. Ce fut à partir de ce jour là qu'Alexandre se promit de ne plus faire d'humour pour briser la glace. Il avait l'impression que ses joues étaient en feu. Il évitait le regard de l'auror avant de s'empresser de détourner l'attention de cette dernière de cette mauvaise plaisanterie.

« Je suppose que vous avez été à Poudlard, n'est-ce pas ? Peut-être que je me trompe ? »

C'était juste une erreur de communication. Et puis, l'auror n'allait pas s'en souvenir toute sa vie. Il n'y avait pas de quoi avoir honte. C'était ce qu'espérait Alexandre.

Dragées:
 


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Dim 1 Jan - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 606
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Are you lost ? [Alexandre] Mer 7 Déc - 15:05

Le jeune Rozen sembla mal à l'aise lorsque leurs regards se croisèrent. Raven avait toujours possédé ces yeux bleus électriques, des yeux séducteurs mais autoritaires. Elle les tenait de sa mère, si ses souvenirs étaient exacts. Une mère dont la sorcière n'avait pas eu ce bonheur de grandir avec, mais une mère qui l'avait marquée de ce même regard, presque 30 ans auparavant. Au fil du temps, ses souvenirs s'effilochaient et devenaient de plus en plus flou. Sa grand-mère avait brûlé toute photo d'eux, un peu comme s'ils n'avaient jamais existé. Avec la gousse en or de son père que Raven avait réussi à préserver, ses yeux étaient tout ce qui lui restaient de ses parents, et le Serpentard semblait y être sensible, d'où sa gêne.

Il détourna vivement le regard afin d'observer la pièce. C'était un bureau assez normal avec quatre murs, une porte et une table en bois. Rien qui pouvait perturber le regard, excepté une chose : cette propreté impeccable. Chaque soir, Raven nettoyait la pièce d'un coup de baguette magique, si bien que le sol pouvait briller, parfois. Pas un grain de poussière dans l'air, qui d'ailleurs semblait presque pur tellement lui-même était nettoyé. On aurait pu penser que l'Auror était une maniaque de l'hygiène si on ne connaissait pas son passé ou son histoire. La saleté, Raven ne l'avait jamais vraiment connu. Ayant eu un elfe de maison à ses services plus jeune, ce dernier avait en général pour mission de toujours tout ranger. Si bien qu'au final, lorsque sa grand-mère n'était pas là, la sorcière finissait par l'aider. Elle avait donc fini par prendre la main.

« Si j'avais été à Poudlard avec vous, j'aurais voulu être dans votre chambre. »

Raven écarquilla grand les yeux, surprise. Elle ne s'était pas attendu à cette remarque. Surtout venant d'un jeune homme. Mais la sorcière savait, tout autant que lui que la phrase avait été pensée pour un contexte différent, elle l'avait bien deviné. Seulement, l'élève sembla un peu plus gêné et se dépêcha de se justifier. Enfin...

« Je n'aurais pas eu à faire le ménage. Enfin, si j'avais été une fille... »

La mine du jeune Serpentard qui s'enfonçait toujours un peu plus bas ne put empêcher Raven d'émettre un petit rire. Elle n'aurait pas aimé être à sa place, Merlin savait combien ce genre de situation était délicat. Ces choses-là arrivaient à tout le monde, même à la Ministre de la Magie, Raven en était sûre. Les moments gênants n'épargnaient personne. Et le plus drôle dans l'histoire -enfin, façon de parler- était la façon d'essayer de se justifier ou de rattraper la chose. Mais en général, au lieu d'améliorer la situation, on ne faisait que s'enfoncer encore plus. L'espoir fait vivre, comme on dit.

« Je suppose que vous avez été à Poudlard, n'est-ce pas ? Peut-être que je me trompe ? »

Raven ne quitta pas son beau sourire.  Bien souvent, il était assez énigmatique, presque séducteur. La sorcière n'en profitait pas du tout, contrairement à ce que certains pouvaient penser. Elle trouvait ça même exaspérant lorsqu'elle surprenait une petite étincelle s'allumer dans un regard masculin. Des sorcières pouvaient l'envier, certes. Si seulement ces dernières savaient combien temps Raven avait passé chez Mme Guipure...

« Vous ne vous trompez pas, jeune homme. J'ai en effet passé ma scolarité à Poudlard dans la noble Maison d'Helga Poufsouffle. Voilà maintenant 15 ans que je travaille ici en tant qu'Auror, » ajouta-t-elle en montrant la pièce d'un grand mouvement de bras.

Poudlard. Quelles années folles elle avait passé là-bas ! Un des souvenirs les plus marquants était sans conteste celui de sa rivalité avec Carrow. Ce dernier avait passé 7 ans, 7 ans à essayer de la surpasser. Bon, Raven se l'avoua, il avait été bon en Sortilèges. En revanche, en Métamorphose elle l'avait largement battu, d'où cette certaine rancœur que le sorcier avait à son égard. Et dire qu'elle le croisait au Ministère également... Comme si la vie ne voulait pas les lâcher !

« Peut-être est-ce un peu tôt pour vous demander, mais avez-vous déjà une idée de ce que vous voulez faire plus tard ? J'ai le souvenir qu'à votre âge, devenir Auror n'était pas ma priorité. Mais peut-être que les choses ont changé, avec la nouvelle jeunesse. »

En effet, Raven avait décidé de faire ce métier seulement à sa sixième ou septième année, lorsque l'heure était venue de faire un choix d'orientation. Et ce choix, elle ne le regrettait pas.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 889
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Are you lost ? [Alexandre] Mer 7 Déc - 20:58

Miss Fawkes s'amusa de la gêne du jeune sorcier. Ce dernier ne pouvait détacher son regard du visage de l'auror. Ils avaient quelque chose de particulier. Il se sentait tellement banal à côté de cette femme, tellement insignifiant. Il n'avait jamais vu une sorcière aussi belle, et  ayant le charme de la maturité. Alexandre était littéralement en admiration.

« Vous ne vous trompez pas, jeune homme. J'ai en effet passé ma scolarité à Poudlard dans la noble Maison d'Helga Poufsouffle. Voilà maintenant 15 ans que je travaille ici en tant qu'Auror, » répondit-elle en montrant son bureau d'un large geste de bras.

C'était le genre de femme devant laquelle Alexandre se sentait tout timide et maladroit. Peut-être était-ce dû à sa jeunesse et au fait qu'il n'avait jamais rencontré ce genre de femme auparavant. Cela changeait tellement des filles qu'il avait l'habitude de côtoyer à Poudlard.

« Peut-être est-ce un peu tôt pour vous demander, mais avez-vous déjà une idée de ce que vous voulez faire plus tard ? J'ai le souvenir qu'à votre âge, devenir Auror n'était pas ma priorité. Mais peut-être que les choses ont changé, avec la nouvelle jeunesse. »

Alexandre réfléchit à la question de l'auror. Que voulait-il faire ? Ou surtout... Que pouvait-il faire. Il fut absent pendant de longues secondes en fixant l'auror. Il ne pouvait pas simplement dire "Je ne sais pas". Il aurait voulu mentir et dire qu'il voulait devenir auror comme son père. Cela aurait été tout à fait normal. Mais il se sentait incapable de dire un mensonge devant cette dame qui l'intimidait quelque peu.

« Quand j'étais en première année, je voulais être auror. Mais je me suis bien vite rendu compte que je n'avais pas le niveau. Si bien qu'en deuxième année, j'ai totalement renoncé à cette idée. Je me suis rendu compte que je n'en avais pas envie, c'était surtout mon père qui le voulait. » dit-il en toute honnêteté.

A quoi bon mentir ? Il était sûr qu'elle allait directement le voir ! Ce n'était pas comme les filles de Poudlard. Elle devait avoir de l'expérience. Tout ce qu'il pouvait faire à la limite, c'est d'omettre certains détails qu'il ne voulait pas qu'elle sache.

« Je n'ai aucun projet pour l'avenir. Je n'ai pas vraiment envie de travailler au Ministère de la Magie. De toute façon, je doute d'avoir le niveau également. Et je trouverais ça trop ennuyeux je pense. »

Alexandre n'arrivait pas à trouver sa place dans le monde magique. Il avait l'impression qu'aucun travail ne lui conviendrait. Il pensait sérieusement à s'orienter vers un travail moldu. Ou s'orienter vers une voie plus obscure... Quitte à faire honte à son père et s'attirer encore plus le mépris de son père. Quoi ? Il ne pouvait même pas produire un patronus ! Peut-être était-il quelqu'un de mauvais ? Cela n'aurait pas été plus mal. Et cela lui aurait permis d'exploiter tout son potentiel.

Dragées:
 


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Dim 1 Jan - 17:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 606
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Are you lost ? [Alexandre] Mer 7 Déc - 23:46

Raven appréciait bien ce jeune homme. Certes, il n'était pas comme son père ou son frère, mais était-ce une raison pour le blâmer ? Non. La sorcière elle-même n'avait pas pris, ou plutôt choisi le chemin que lui ouvrait sa grand-mère, et aujourd'hui elle en était même fière. Fière de ne pas avoir suivi cette tradition familiale. Il avait très certainement des qualités qui n'attendaient qu'à être enfin acceptées. Raven l'avait remarqué, dès lors que l'on parlait de sa famille, le Serpentard se mettait vivement sur la défensive en disant que non, il n'était pas dans la même Maison que son père et son frère. Alors la sorcière ne savait pas s'il était comme ça également avec les autres ou si c'était juste parce qu'il s'adressait à un adulte, mais ce qu'elle percevait en lui était assez énigmatique. Un peu comme un coffre rempli de secrets. Sombres ou lumineux ? Elle n'en savait rien. Et de toute manière, ce n'était pas son affaire.

En revanche, la manière dont l'élève la regardait la faisait sourire. Qu'il était charmant, ainsi. Bon, son regard fixateur commençait à être un peu dérangeant, mais visiblement il n'était pas habitué à discuter avec une femme de son âge. Alala, l'adolescence... Drôle de période, n'est-ce pas ? Un âge où l'on voudrait tout essayer, tout tester afin de se faire sa propre expérience, sans parents derrière pour nous interdire quoi que ce soit... Quand parents il y a, bien sûr. Car bon, avec une grand-mère comme la sienne, Raven n'avait pas pu se permettre beaucoup de choses. Elle buvait un petit peu de temps en temps au Chaudron Baveur, juste assez pour ne pas finir bourrée et rentrer chez elle en vacillant sur ses jambes. La sorcière avait appris à se contrôler et à dire stop quand il le fallait.

« Quand j'étais en première année, je voulais être auror. Mais je me suis bien vite rendu compte que je n'avais pas le niveau. Si bien qu'en deuxième année, j'ai totalement renoncé à cette idée. Je me suis rendu compte que je n'en avais pas envie, c'était surtout mon père qui le voulait. »

Il était honnête envers elle, l'Auror le sentait. De toute manière, s'il lui avait menti, elle l'aurait su via son père. Et ce n'était peut-être pas forcément son but. Des interrogatoires, Raven en avait fait passer. Alors quand quelqu'un ne lui disait pas la vérité, quelque chose la démangeait, au plus profond de son être. Elle ne savait pas, peut-être que la voix était un peu plus fausse ? Ou qu'il y avait un tic chez l'interrogé que la sorcière remarquait ? Dans tous les cas, elle avait l’œil perçant pour ça. Forcément, son côté Animagus possédait quelques avantages, notamment autour de la vision.

« Je n'ai aucun projet pour l'avenir. Je n'ai pas vraiment envie de travailler au Ministère de la Magie. De toute façon, je doute d'avoir le niveau également. Et je trouverais ça trop ennuyeux je pense. »

Il était sûr que quand on avait deux membres de la famille qui travaillaient en tant qu'Aurors au Ministère et qui, de plus, avaient soit déjà une réputation pour l'un, ou une notoriété future pour l'autre, on se sentait forcément nul. Raven pouvait comprendre ce qu'il ressentait, bien qu'elle n'eut jamais à faire face à ce dilemme, étant la plus grande. Après, il était vrai que le Ministère ne prenait pas n'importe qui. Ce lieu immense renfermait énormément de métiers, ce pourquoi les jeunes s'orientaient en général vers cet endroit, mais la liste des métiers était encore large et vaste.

« Vous avez raison, dit-elle le plus sérieusement du monde. Votre avenir vous appartient, et personne d'autre ne devrait dicter vos choix. Même votre père. » 

Par Merlin, si Hans m'entendait dire ça... pensa aussitôt la sorcière. L'Auror était persuadée qu'il ne serait pas très très content de l'entendre. Il s'agissait de son fils après tout, c'était à lui de parfaire son éducation, pas à elle. Mais Raven n'avait pas pu s'en empêcher. Et puis, avoir un avis extérieur était toujours très utile.

« Auror est un métier de justice. Il faut parfois se salir les mains et ne pas avoir peur du danger. Mais il n'est pas fait pour tout le monde, tout comme rédactrice pour la Gazette ne l'était pas pour moi. Au final, tout se rejoint. »

Elle qui portait ses cheveux courts aujourd'hui, elle sentit une mèche de cheveux retomber délicatement sur sa nuque. La sorcière la prit entre ses doigts et la remit en place sous une barrette. Tu ne bouges plus, maintenant. Bon, continuons dans les explications.

« Même si vous n'avez pas les résultats appropriés pour rentrer au Ministère, ce n'est pas grave. Il y a d'innombrables métiers tous aussi beaux et intéressants les uns que les autres, et ils ne se trouvent pas forcément ici. Ce que vous aimez faire, votre rêve, vos envies, vos espoirs, vos buts... Ça, c'est important, fit Raven en pointant son index et en le regardant, sourire aux lèvres. Le diplôme que l'on a, au fond, n'a aucune importance. »

Raven croisa ses jambes et entremêla ses doigts. Elle avait presque l'impression de retourner à Pouldard, peu avant ses ASPIC, quand il avait été temps de choisir son orientation. Et à présent, c'était à son tour de conseiller un jeune... Comme le temps passait vite.

« À Poudlard, mon dossier était excellent parce que je voulais devenir Auror et qu'il le fallait. Pour atteindre ce but, je devais travailler. Mais vous, continua l'Auror en se penchant légèrement en avant, si vous n'aimez pas les études, rien ne vous oblige à choisir un poste haut placé. Vous pouvez très bien vous orienter vers une voie moins qualifiée, mais où vous serez sûrs que vos compétences joueront en votre faveur. » 

La sorcière espérait avoir été claire dans ses explications. Après tout, l'avenir était parfois trop flou du point de vue d'un élève. Alors, si elle avait pu lui apporter un peu d'aide, un peu de clarté dans tout ça, tant mieux.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 889
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Are you lost ? [Alexandre] Jeu 8 Déc - 19:57

L'auror avait l'air sérieuse et compréhensive. Alexandre appréciait sa compagnie, bien qu'il ne pouvait pas détacher son regard de ses yeux. Son visage était semblable à celui qu'il avait quand il était âgé de 8 ans et qu'il voyait pour la première fois la télévision en couleur. Exactement la même expression de fascination.

« Vous avez raison. Votre avenir vous appartient, et personne d'autre ne devrait dicter vos choix. Même votre père. »

Tient cela lui aurait plus à son père, le dictateur à mi-temps. Mr. Rozen avait toujours été très sévère par rapport aux études. Le nombre de gifle qu'avait reçu Alexandre lors de la remise des bulletins de fin de trimestre. Le père de famille n'aurait jamais voulu que ses enfants fassent un travail de bas étage. Le jour ou son plus jeune fils lui avait dit qu'il ne pouvait et ne voulait pas être auror, il fut extrêmement déçu. Cela avait créé énormément de tension au sein de la famille, tout comme quand Alexandre avait été réparti à Serpentard. Des paroles avaient été dites.
L'adolescent ne voulait pas se remémorer ces souvenirs encore relativement récents. Il se concentra sur les dires de Miss Fawkes. Par moment elle replaçait ses cheveux, souriait, se penchait. Elle tenait le discours qu'aurait eu une conseillère d'orientation. Cependant, ce qu'elle disait, cela n'aidait pas vraiment le jeune homme à trouver sa voix. Bien sûr, il ne s'attendait pas à la trouver sur une carte de Chocogrenouille. Mais quand même... Il attendit quelques instants avant de prendre la parole, pour être sûr que la sorcière ait fini ses explications.

« Je ne sais pas... J'ai l'impression que presque aucun métier sorcier n'est fait pour moi. Je pense me diriger vers un travail moldu, bien que cela risque d'être compliqué. Je n'ai pas suivi les formations des moldus. J'aimerais beaucoup faire un travail artistique ou même simplement travailler dans l'art. »

Cela était une des possibilité qu'envisageait le Serpentard. Il avait en vérité quatre idées de voie: travailler dans l'art, essayer de percer dans le patinage artistique ou être professeur à Poudlard (ou même à l'école de sorcellerie d'Allemagne). Mais la quatrième option, il n'en aurait jamais parler à une auror. Alexandre s'intéressait de plus en plus à la magie noire, donc se diriger vers cette voie aurait pu être une bonne idée.
Il détournait enfin son regard des yeux de l'auror. Il croisa les bras et se mit à regarder le bureau qui tout à coup semblait digne d'intérêt. Peut-être avait-il peur que la sorcière devine ses pensées. Ce qui était peu probable, Alexandre s'efforçait à ne rien laisser paraître à part sa réflexion. On pouvait interpréter cela comme de la gêne.

« Ou bien j'ai pensé à être professeur. Soit de défense contre les forces du mal, soit d'étude des moldus. Ce sont les seules matières dans lesquelles j'ai le plus de facilité. »

En même temps, quand son père était auror et que sa mère était moldue, cela aidait énormément.  Toute sa vie, Alexandre avait vécu entre deux mondes. Pour certains, cela constituait une chance. Mais pour l'adolescent, c'était parfois difficile à vivre. Cacher son côté moldu à Poudlard. Cacher ses pouvoirs en dehors de l'école. Bien évidemment, il s'était imposé le premier fardeau. Personne ne l'obligeait à le faire.
Il écouta ce que lui dit l'auror jusqu'à ce que quelqu'un vienne toquer à la porte.

Dragées:
 


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Dim 1 Jan - 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 606
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Are you lost ? [Alexandre] Ven 9 Déc - 17:49

« Je ne sais pas... J'ai l'impression que presque aucun métier sorcier n'est fait pour moi. Je pense me diriger vers un travail moldu, bien que cela risque d'être compliqué. Je n'ai pas suivi les formations des moldus. J'aimerais beaucoup faire un travail artistique ou même simplement travailler dans l'art. »

Raven avait connu des camarades qui, eux aussi, avaient eu l'impression qu'aucun métier n'était fait pour eux. On ne savait pas vraiment par où commencer, quoi chercher, tellement la chose était vaste. Alors il était normal que, pour un adolescent de son âge, il soit un peu perdu. Mais c'était une bonne chose qu'il se pose déjà des questions. Certains n'y pensaient même pas avant leur sixième ou septième année, une erreur à son goût. Tous ces futurs adultes prépareraient mieux leur avenir s'ils y songeaient en amont, au lieu de s'aventurer sur un terrain glissant tardivement. Il fallait également en parler à d'autres adultes expérimentés que ses parents, afin d'avoir une autre vision du monde. Par chance, ce jeune homme était tombé sur elle. Mais le Serpentard devait continuer dans cette voie, et il finirait par trouver la bonne chaussure à son pied.

« En effet, vous avez raison de vous poser ces questions. Il n'y a pas de mauvais métier, même chez les moldus, et je pense qu'il doit y avoir des passerelles pour les sorciers qui voudraient s'y orienter. De nos jours, tout existe, alors vous devriez tenter si cela vous intéresse. Concernant les métiers de l'art, vous aurez l'âme d'un courageux si vous parvenez jusqu'au bout. J'ai entendu dire que ces filières sont très exigeantes, mais je pense que vous y arriverez. »

La sorcière avait comme l'impression que cet élève, dans sa manière de se comporter, de réagir ou même de parler, avait des choses à dire derrière ce qu'il mettait en façade. Car, elle en était persuadée, le jeune Rozen avait en lui une forme de courage qu'il ne connaissait pas encore ou qu'il se refusait. Ceux qui se jetaient devant l'ennemi n'étaient pas forcément les plus vaillants. Il existait par tellement de formes que l'Auror ne les comptait même plus. Tout le monde, en réalité, avait cette part en eux qui ne demandait qu'à être exploitée. C'était très certainement le cas pour lui.

« Ou bien j'ai pensé à être professeur. Soit de défense contre les forces du mal, soit d'étude des moldus. Ce sont les seules matières dans lesquelles j'ai le plus de facilité. »

À ces mots, le sourire de Raven s'éclaira. À vrai, elle avait elle-même songé à devenir professeur, durant sa jeunesse. Mais lorsque la sorcière avait découvert le métier fascinant d'Auror, ce chemin avait semblé être tracé pour elle, comme une évidence. Alors l'ancienne jaune et noir s'était donné tous les moyens pour réussir.

« À mon avis, il n'y a rien de plus beau que les métiers de l'enseignement. C'est grâce à cela que la connaissance perdure de générations en générations. De plus, si vous avez les notes requises et que vous aimez votre métier, l'enseigner sera un pur bonheur, croyez-moi. Après, il ne faut pas que vous ayez peur des élèves, » ajouta-t-elle en émettant un petit rire.

Soudain, quelqu'un toqua à la porte. Hans avait sûrement dû recevoir son Patronus et était monté en vitesse pour pouvoir s'occuper de son fils. Ou alors, c'était tout simplement un autre de ses collègues qui venait s'enquérir auprès d'un dossier en cours. Tout était possible et imaginable.

« Entrez ! » fit-elle de sa voix médium.

Aussitôt, la porte s'ouvrit et laissa apparaître le père du jeune homme. Raven se leva en souriant et s'avança vers son collègue, tandis que le jeune Serpentard fit de même. Elle l'appréciait comme on apprécie un bon sorcier, bien qu'ils n'eurent jamais à faire équipe ensemble. Après tout, ils ne choisissaient pas vraiment avec qui ils étaient à chaque fois, et en général les groupes étaient familièrement les mêmes.

« Hans ! Je parlais avec votre fils, justement. Nous ne nous sommes pas vu aujourd'hui, je crois, fit-elle en lui serrant la main.
-En effet ! Je suis désolé, j'étais en pause avec Mike, je n'avais pas vu le temps passer. Tu as bien fait de m'envoyer ton Patronus.
-Ne vous inquiétez pas, cela arrive », le rassura l'Auror avec un sourire.

Ceci fait, l'Auror se tourna vers le fils du nouveau venu, guettant sa réaction. Allait-il parler de leur discussion ? Peut-être pas. Après tout, le jeune homme avait dû, à la base, juste délivrer un message à son père. Raven espérait qu'il allait en tirer une leçon et allait réfléchir à toutes ces paroles. Car, quoi qu'il en dise, ce garçon était intelligent.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Are you lost ? [Alexandre]

Revenir en haut Aller en bas

Are you lost ? [Alexandre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Pré-au-Lard et Londres
-