Venez découvrir et commenter la Gazette de Mai 1975, ici !
C'est les vacances, sur ATDM ! Au programme, croisière autour du monde et camp de vacances version Sang Pur en Transylvanie. Plus d'explications ici ! Vous retrouverez Poudlard à la rentrée, passez un bon été !
Un premier atelier a été ouvert par Mrs Lerouge pour les Sang Pur en Transylvanie. Au programme : entraînement aux sortilèges impardonnables. Vous êtes attendus juste ici !
Venez vous inscrire pour le premier match d'Aquaquidditch de cette croisière !
Pour les nouveaux adultes, n'oubliez pas de nous signaler vos changements de bannières.

Partagez|

Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 448
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by wolfgang
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Slenderman
| PATRONUS : Un canard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS Jeu 15 Déc - 16:13

Depuis la rentrée, tous ses professeurs rappelaient en classe que les épreuves des BUSE les attendaient à la fin de l’année, une information qui trottait dans le crâne de Marlene aussi rapidement qu’une limace à corne. L’assurance innée de la rouge et or ne faisait pas heureux ménage avec son apathie pour les matières trop théoriques, histoire de la magie mise à part. Alors qu’elle gravitait gentiment dans les étoiles, suivant la magnifique loi de l’inertie, son professeur d’astronomie l’avait durement ramenée à la réalité terrestre en la tirant par les oreilles. Le mot troll avait été prononcé et lui avait coupé le sifflet. Un troll, elle préférait en croiser un dans les couloirs plutôt que sur son bulletin, c’était dire sa détresse ! Elle avait couru jusqu’à la bibliothèque et lu son poids en bouquins, mais plus le temps passait, plus elle tournait les pages en paniquant … Elle avait bien failli s’arracher les nattes en extériorisant toute sa stupidité dans un profond cri de rage, stupidité d’avoir choisi en option cette matière … stupide ! stupide ! stupide ! Elle avait été mise à la porte et était tombée nez à nez avec Saul Funestar ! Ils se croisaient sur les bancs de l’école depuis cinq ans mais elle ne se souvenait pas lui avoir jamais parlé. Elle avait laissé tomber tous ses livres au sol et l’avait attrapé par les épaules, lui adressant ses deux premiers mots … qui sonnaient pourtant comme les derniers de sa courte vie. « Sauve-moi ».

Le premier trimestre avait fini de s’écouler et le serdaigle n’avait pas encore eu l’occasion de secourir la princesse en détresse, son altesse royale ne parvenant pas à dégager trois secondes dans son emploi du temps. Suivre Marlene était un vrai casse-tête et chaque fois qu’ils se donnaient rendez-vous, Saul recevait à la place de la jeune fille une toute petite chouette chevêche qui s’échinait à transporter le poids d’un mot avec des excuses qui étaient trop farfelues pour avoir été inventées. Alors qu’ils avaient ce soir là rendez-vous à la tour d’astronomie à 18h pour observer les étoiles, c’était encore une fois le rapace nommé Rufus qui s’était présenté à la place de sa maîtresse avec un morceau de parchemin à la patte sur lequel était inscrit en toute hâte : Dois aider chartier à creuser son terrier. RDV parc pelle rouge ?.

Le pauvre M. Brûlopot se retrouvait encore une fois avec le bras en écharpe et avait plaisanté à ce sujet en indiquant que le prochain accident se terminerait par une amputation. Seule Marlene qui partageait son étrange humour avait rigolé sans retenue parmi l’assemblée d’élèves avant de se porter volontaire pour l’aider à creuser des terriers pour les chartiers de l’école. En effet, la neige était tombée plus tôt que prévu cette année-là et les irrévérencieuses créatures n’avaient pas eu le temps de se creuser un nid douillet dans le sol givré pour hiberner confortablement.

Marlene qui revenait de l'autre bout du parc n’avait pas fière allure, elle était essoufflée et transpirait à grosses gouttes sous son bonnet péruvien, pour couronner le tout un chartier lui avait sauté au visage et un pansement ensanglanté agrémentait son nez. Elle planta sa pelle rouge dans le sol, point de repère pour son tuteur, au cas où elle ne soit pas déjà suffisamment bigarrée. Le ciel était sans nuage cette nuit-là et les étoiles commençaient à briller, elle sortit son télescope de son sac et ne prit pas la peine d’installer son trépied. Elle le porta à son œil comme un pirate et scruta le ciel au hasard sans savoir ce qu’elle recherchait. Alors qu’elle le baissait vers le château, son œilleton trouva, plutôt qu’une fenêtre chaleureusement éclairée, un autre iris vert. Prise au dépourvu, elle bascula en arrière et, son pied se prenant dans une racine, tomba sur les fesses. « Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion ! » dit-elle en pressant le télescope contre son coeur qui avait manqué de la lâcher. Elle avait trouvé le propriétaire de l’œil, Saul Funestar lui-même, et le salua du geste le plus ample que lui permettait son épais manteau blanc. « Nous arrivons ENFIN à nous croiser ! ».

dragées:
 


Dernière édition par Marlene McKinnon le Ven 24 Mar - 20:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 252
| AVATARS / CRÉDITS : Eddie Redmayne (by ultraviolences).
| SANG : Mêlé, anciennes origines moldues.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les scolopendres
| PATRONUS : Un dalmatien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS Lun 19 Déc - 15:46

« Salut ! »
Marlene sursaute, trébuche et se retrouve le derrière dans la neige. Saul, emmitouflé dans son épaisse cape d'hiver, le visage recouvert de moitié par son écharpe bleue et argent, tend une main vers elle pour l'aider à se relever tandis qu'un grand sourire se dessine sur ses lèvres.
« Hé, reste avec nous. Tout va bien ? demande-t-il. Je t'ai fait peur ? Tu as failli me crever un oeil avec ta lunette astronomique, heureusement que j'ai de bons réflexes ! »
Le sorcier rit doucement en mimant sa manière d'esquiver tandis que la Gryffondor se remet sur ses pieds. Puis il s'accoude au manche de la pelle de Marlene.
« Je commençais à désespérer de te donner ces cours un jour, dit-il en hochant la tête. Quand j'ai vu arriver ton hibou pour la énième fois, j'ai bien cru que tu me posais à nouveau un boursouf ! Tiens, tu t'es fait attaqué par un chartier ? »
Le Serdaigle pointe du doigt le pansement qui trône au milieu du visage de la Gryffondor puis, sans attendre sa réponse, il passe à autre chose. Saul, c'est le spécialiste pour passer du coq au sombral.
« Alors, tu es prête à prendre ton premier cours d'astronomie ? dit-il en souriant avant de lever la tête vers le ciel. Il n'y a pas de nuage, ce soir, ça va être plus pratique pour te faire découvrir toutes les merveilles de notre univers ! On s'y met ? »

______________________________

Saul A. Funestar | Seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu'ils peuvent changer le monde y parviennent. (J. K.)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 448
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by wolfgang
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Slenderman
| PATRONUS : Un canard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS Mar 20 Déc - 11:30

Quand Saul tendit la main à Marlene pour l’aider à se relever, celle-ci ne se confondit pas en politesses et s’en empara pour que ses pieds, et uniquement ses pieds, retrouvent la terre ferme. Elle était de toute façon recouverte de tellement de couches de tissus qu’elle n’avait pas le choix, elle n’aurait pas pu se relever sans une aide extérieure. Elle aurait certainement trébuché et roulé, roulé, roulé dans la neige jusqu’à prendre la taille de l’abominable homme des neiges, sa peine n’aurait pris fin qu’au cours d’une terrible avalanche ! « Je t'ai fait peur ? Tu as failli me crever un œil avec ta lunette astronomique, heureusement que j'ai de bons réflexes ! » « Si tu m’as fait peur ? J’ai cru que Cyclope était revenu de la Grèce antique pour me dévorer ! » rit-elle doucement de sa propre naïveté en époussetant la neige de ses fesses. Alors qu’il s’amusait à mimer son esquive, elle lui attribua finalement le coup qu’il semblait vouloir mériter en utilisant sa lunette pour lui toucher son épaule recouverte d’une cape d’hiver assez épaisse pour que sa frappe soit davantage symbolique qu’efficace. « Saul Funestar, si on m’avait dit que vous étiez un tel diablotin … » dit-elle d’un ton tout ce qu’il y avait plus formel et pensant, dans la continuité de ses propos, qu’elle lui aurait sûrement demandé de l’aide plus tôt en astronomie ! Marlene le croisait plus souvent fourré à la bibliothèque qu’au cours de batailles de boules de neige et s’était jusque-là arrêtée aux couleurs de l’écharpe de son tuteur pour le considérer comme un élève brillant et sérieux. Elle le considérait à vrai dire comme la seule personne de Poudlard encore plus nerd qu’elle, la rouge et or qui passait son temps à monter des projets farfelus pour les causes qui lui tenaient à coeur était en effet elle-même plutôt bien placée dans cette catégorie.

Et c’était justement à cause de ses projets qu’elle n’avait pas été capable d’honorer leurs derniers rendez-vous ce qui la fit éclater d’un rire joyeux plutôt qu’en excuses appropriées lorsqu’il le lui fit remarquer. Elle n’avait de toute façon pas le sentiment qu’il attendait des excuses de sa part, il volait d’un sujet de conversation à l’autre tel un vivet doré comme le libre penseur qu’il était. Elle appuya sur son pansement doucement et grimaça en sentant son nez enflé dessous, non pas qu’elle en souffre, mais elle était assez coquette malgré tout et aurait préféré ne pas être défiguré sur les photos des fêtes de famille cette année. « Alors, tu es prête à prendre ton premier cours d'astronomie ? ». Ah oui ! Elle avait complètement oublié que c’était l’objet de leur rencontre ! Tandis qu’il scrutait le ciel, elle avait retiré un énorme sac de son dos pour le poser à ses pieds et fouinait à l’intérieur en faisant un bruit de saltimbanque. « On s’y met ? » « Tadaaaa ! » répondit-elle en sortant de son sac deux petits thermos et un large sourire plutôt que son manuel et un air sérieux. « Thé de sorbier aux groseilles, meilleur ami des travailleurs noctambules ! Je touille le tout avec une branche du saule cogneur, alors je peux te dire que ça réveille ! ». Marlene avait obtenu cette branche au péril de sa vie lors de sa deuxième année mais vivait sans regret, cette concoction était son meilleur allié dans ses nuits blanches de révision. Peu soucieuse de transformer leur sérieux rendez-vous en salon de thé, elle dégusta une première gorgée de sa timbale avant de lui adresser un aimable sourire. « C’est pour te remercier d’avoir accepté de m’aider ! Rien ne t’y obligeait et je trouve ça plutôt sympa de ta part ! Les BUSE approchent et je crois que je panique pour la première fois de ma vie ! Pas toi ? ».

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 252
| AVATARS / CRÉDITS : Eddie Redmayne (by ultraviolences).
| SANG : Mêlé, anciennes origines moldues.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les scolopendres
| PATRONUS : Un dalmatien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS Jeu 22 Déc - 15:45

Saul sursaute lorsque Marlene sort de son énorme sac à dos deux thermos qu'elle brandit sous le nez du Serdaigle. Celui-ci pouffe de rire, un peu surpris.
« Qu'est-ce que c'est que ça ? » demande-t-il en pointant son doigt ganté en direction des deux thermos.
Marlene lui explique qu'elle leur a concocté un thé de sorbier aux groseilles et Saul hausse les sourcils, impressionné, lorsqu'elle lui fait part de sa méthode très spéciale de touillage.
« Vraiment, une vraie branche de Saule Cogneur ? s'exclame-t-il en hochant la tête de haut en bas. Et tu es encore en vie ? Tu es un cas unique, toi ! »
Saul rigole, puis Marlene enchaîne en le remerciant pour ces cours qu'il accepte de lui donner (même si en réalité pour l'instant il n'y a eu aucun cours de fait avec l'emploi du temps de Ministre de la Magie de la Gryffondor). Elle lui fait part également de ses craintes quant à l'approche de ses BUSEs et Saul hausse les épaules en souriant.
« Je suis sûr que tu vas très bien t'en sortir, dit-il en s'emparant du mug qu'elle lui tend et en en humant l'odeur qui s'en échappe par vapeur. Hm, ça sent drôlement bon ! Enfin bref, personnellement je m'inquiète un peu, moi aussi, mais mon oncle me trouve prêt, j'espère qu'il a raison mais on n'est jamais sûr de rien avant de se trouver devant la feuille d'examen. »
Saul boit une gorgée du délicieux thé de Marlene qui s'écoule dans sa gorge et répand une douce chaleur jusque dans son estomac. Puis il relève la tête vers la Gryffondor et grimace.
« Ok, je t'ai pas trop rassuré, là, non ? dit-il en riant doucement, ses doigts entourant le thermos qui lui réchauffe les mains à travers ses gants (décidément, ce thé a de nombreuses propriétés bien sympathiques). C'est que je doute toujours un peu de moi, mais d'après ce que j'ai vu de toi en cours, tu es une sacrée bosseuse, tu vas même jusqu'à creuser des terriers pour les chartiers, faut être motivé. Je ne me fais pas de souci, les BUSEs pour toi, ça va être les doigts dans le nez ! Surtout si on s'y met maintenant ! »
Le Serdaigle pose son mug sur le sol en creusant un peu dans la neige (espérons que ça soit un mug sorcier qui continue à chauffer le thé même après plusieurs heures car là, dans la neige...), s'empare ensuite de la lunette astronomique de Marlene avec laquelle elle l'a frappé (ou plutôt effleuré) quelques secondes plus tôt, la plante dans la neige pour essayer de la stabiliser puis y colle son oeil afin de l'orienter vers l'étoile polaire, celle qui va leur servir de point de repère.
« Ok, elle ne devrait plus être très loin... Ah, la voilà ! Alpha Ursae Minoris, je t'ai trouvé ! Marlene, tu veux voir ? »

______________________________

Saul A. Funestar | Seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu'ils peuvent changer le monde y parviennent. (J. K.)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 448
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by wolfgang
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Slenderman
| PATRONUS : Un canard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS Ven 23 Déc - 11:34

Le grand sourire vainqueur qui s’était planté sur le visage de Marlene quand Saul lui avait dit qu’elle s’en sortirait très bien flétrit au fur et à mesure que le garçon déroulait le fond de sa pensée et finit par disparaître complètement derrière son thermos. Elle avala deux longues gorgées en se brûlant la gorge et regretta de pas y a voir ajouté de l’huile essentielle de lavande pour y noyer efficacement sa détresse. Marlene d’une nature très émotive usait et abusait des vertus des plantes magiques et non magiques pour calmer ses humeurs depuis que la meilleure amie hippie de sa mère l’avait introduite à l’aromathérapie, c'était encore avant sa lettre de Poudlard. Elle avait grandi dans un univers très Flower Power et Peace & Love. « Ok, je t'ai pas trop rassuré, là, non ? ». Elle acquiesça négativement du chef pas encore prête à lâcher son biberon de courage ou plutôt de déni !

Jouer avec les propriétés des plantes, creuser des terriers, envoyer de l’expelliarmus en veux-tu et voilà que t’en auras, même débattre de la signature du code international du secret magique, c'était vivant et vivifiant et ça ne lui donnait nullement l’impression de travailler. Mais étudier la position des étoiles ou peser de la corne d’éruptif en poudre au milligramme près ? Très peu pour elle ! « Naaan, toi t’es un sacré bosseur ! » finit-elle par le contredire. « T’es tout le temps  fourré à la bibliothèque et je suis sûre que t’as la moyenne partout ! » s’exclama-t-elle avec admiration car pour elle il s’agissait vraiment de l’accomplissement d’un exploit. « J’veux dire quand tu sortiras de Poudlard, tu pourras tout faire ! Créateur du Brossdur 7, Médicomage  pour elfes de maison ou même ou même … ». Sa voix était le sifflement aigu d’une bouillotte restée trop longtemps sur le feu. « … metteur en scène et chorégraphe d’un ballet de pitiponks sur le Machu Picchu au Pérou ! » explosa-t-elle finalement avant d’inspirer une grande bouffée d’air frais et de se reprendre. « Même si ce n’est pas logique de trouver une colonie de pitiponks sur le Machu Pichu ! Non ! J’crois même que ça fait aucun sens en fait ! » rit-elle doucement. « Bref, mon point, c’est qu’il n’y a pas de limite à ce que tu peux faire plus tard ! ». Contrairement à elle qui ne pourrait sans doute jamais finir apothicaire ou professeur d’astronomie. Elle ne paniquait en réalité pas autant à cause de la fenêtre de choix plus réduite qui s’offrait à elle que parce qu’elle n’avait aucune idée de ce qu’elle ferait plus tard. Tout évoluait beaucoup trop vite … « D’ailleurs, tu sais ce que tu veux faire plus tard ? Non ! Dis rien ! Si tu peux tout faire et que c’est un luxe qui t’es en plus inutile parce que tu sais déjà, j’crois que j’te fais bouffer ta baguette ! » dit-elle en riant. « Allez, si, dis ! » l’encouragea-t-elle avec un coup de coude en changeant soudainement d'avis.

Marlene n’était pas toujours facile à suivre avec ses montagnes russes d’émotions. Elle leva le nez vers le ciel étoilé et la vue était tellement apaisante qu’elle ne regrettait pas d’avoir choisi cette matière en option aussi nulle puisse-t-elle être. Quand Saul finit d’installer la lunette, c’est avec joie qu’elle se pencha à son tour pour venir y coller son œil. « Wahow ! Ca pousse vraiment à relativiser ! Après tout, qu’est-ce qu’on est hormis une poussière sur un autre petit point brillant, hein ? » demanda-t-elle en comparant au passage une planète et une étoile comme si c’était la même chose. Son côté philosophe et cancre de l’astronomie - les deux allant bien ensemble - faisait toujours se dresser les cheveux du Professeur Dratsena sur sa nuque. Ce qui lui donna une idée plus triviale. Leur cours avait tout à l’heure était interrompu par la présence de Mr Sayre, illustre sorcier de leur monde ! Elle lança un regard à Saul où ne se reflétaient pas les étoiles mais la malice. « Tu crois que le directeur du département de la justice magique est encore avec la prof ? C’était bizarre, non ? Qu’il se pointe en cours ! Imagine qu’ils aient une liaison ! Ce serait cool ça, ça la détendrait et elle me lâcherait enfin la cape ! ». Elle colla de nouveau son œil contre l’oculaire et commença à chercher la tour d’astronomie. « T’as eu le temps de rejoindre la tour avant de recevoir mon message tout à l’heure ? T’as entendu ce qu’ils se disaient ? » demanda-t-elle comme si elle avait déjà reçu confirmation que les deux adultes s’y trouvaient encore.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 252
| AVATARS / CRÉDITS : Eddie Redmayne (by ultraviolences).
| SANG : Mêlé, anciennes origines moldues.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les scolopendres
| PATRONUS : Un dalmatien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS Mar 27 Déc - 10:55

C'est assez vrai de dire que Saul a la moyenne partout. C'est également vrai de dire qu'il passe sa vie à la bibliothèque, il pourrait presque en appeler Mrs Pince par son prénom tellement il la voit plus que toutes les autres personnes de ce château. Dès qu'il a un moment de libre entre deux cours, il fonce à la bibliothèque et se plonge pendant des heures dans les grimoires. Certains aiment les bavboules, d'autres les figures sur balai, lui ce qu'il aime c'est en apprendre le plus possible sur tout et n'importe quoi. Son cerveau est un ogre qui a besoin d'être alimenté en permanence.
Marlene s'emballe alors et se met à énumérer toutes les choses qu'il pourrait faire après sa sortie de Poudlard et Saul rigole à l'idée de devenir chorégraphe pour Pitiponk au Pérou. Où Marlene va-t-elle chercher toutes ses idées farfelues ?
A la question de la Gryffondor concernant ses projets d'avenir, Saul répond dans un sourire :
« La magie temporelle, tu connais ? Enfin qu'importe, viens voir l'étoile polaire avant que ça ne bouge, la lunette n'est pas très stable, dans la neige... »
Marlene se penche et colle son oeil à la lunette. Puis elle devient philosophe et compare même la Terre à une étoile. Saul lève un doigt pour la reprendre sur son erreur mais n'en a pas le temps, la jeune sorcière se tourne vers lui et se met à lui parler du Directeur du Département de la Justice Magique et d'une possible relation avec leur Professeur d'astronomie, à savoir Mrs Dratsena. Pour être honnête, Saul n'avait même pas remarqué que le type qui était venu interrompre leur cours de tout à l'heure était le Directeur du Département de la Justice Magique, trop concentré qu'il était par le cours en lui-même. Et puis lui, les potins... C'est que ça lui passe un peu au-dessus.
« Hé, attention ! s'écrie Saul en s'approchant vivement de Marlene qui s'empare de la lunette et dévie sa direction vers la tour d'astronomie. Trop tard. Tu viens de... perdre notre point de repère. Pas grave, peu importe. »
Donner des cours à Marlene c'est encore pire que d'essayer de libérer un elfe de maison.
« Je n'ai pas été jusqu'en haut de la tour, ton hibou m'a intercepté avant, fait Saul, le nez vers les étoiles. Du coup, je n'ai pas pu voir s'ils étaient encore ensemble mais ce que je vois là, vaut vraiment le coup d'oeil, regarde ! On voit parfaitement Cassiopée sous l'étoile polaire ! Là, regarde, tu la vois avec sa forme en W ? Avec ses cinq étoiles, remarque comme le pique central du W est pointé vers l'étoile polaire ! On verrait mieux avec la lunette, si tu voulais bien... Non ? Bon, tant pis, on fera sans. »

______________________________

Saul A. Funestar | Seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu'ils peuvent changer le monde y parviennent. (J. K.)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 448
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by wolfgang
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Slenderman
| PATRONUS : Un canard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS Jeu 29 Déc - 11:57

« La magie temporelle … » répéta Marlene avec curiosité, clignant toujours des cils contre l’oculaire de la lunette, car non, c’était un thème qu’elle ne se souvenait pas avoir encore étudié au cours de ses cinq premières années d’études à Poudlard. Elle suivait par contre les cours de l'oncle de Saul en DCFM et avait été très marquée par la décoration atypique de son bureau composée d’horloges et sabliers quand elle lui avait rendu visite, il leur avait déjà parlé d’un retourneur de temps lors d’une digression en cours et elle s’était alors demandée s’il en possédait un. « Tu veux dire les retourneurs de temps ? » s’égara-t-elle à demander car c’était bien le seul objet magique relatif au temps qu’elle connaissait. « Tu dois aimer te faire des nœuds à la cervelle … » commenta-t-elle en riant doucement. Elle avait toujours préféré chercher des solutions aux matières plus factuelles et elle pensait encore naïvement que c’était plus simple.

Quelque chose lui disait qu’il était moins terre à terre qu’elle et préférait sans doute observer les étoiles que la vie privée de leurs professeurs, mais elle ignora complètement sa tentative de protestation quand elle perdit volontairement leur point de repère. Elle jeta néanmoins un vague coup d’œil vers le ciel pour lui faire plaisir. « Ah oui, tiens, Cassiopée ! » conclut-elle aussi simplement que si elle venait de croiser une camarade ainsi nommée … mais elle ne voyait pas plus de W qu’une quelconque autre lettre de l’alphabet sur le tapis noir. N’importe quelle étoile aurait pourtant été plus intéressante que la salle d’astronomie vide qu’elle trouva dans sa lunette. Mais elle ne s’arrêta pas là et commença à scruter les différentes fenêtres illuminées du château à la recherche d'un autre scoop. « Han ! » s’exclama-t-elle soudainement choquée comme si elle venait de trouver la preuve de l’existence du ronflak cornu … avant de pouffer de rire. Elle leva les yeux vers Saul avec un sourire malin pour déclarer : « Tu devineras jamais avec qui je viens de trouver Emmeline Vance ? Viens voir, viens voir ! ». Elle avait lancé ce nom comme un hameçon dans le lac parce qu’elle avait simplement remarqué que les deux héritiers de Rowena traînaient souvent ensemble. En réalité, tout ce qu’elle avait trouvé avec sa lunette, c’était Apollon Picott en peignoir qui dansait une valse avec son rat Ripou … sans doute devait-il s’entraîner pour le bal, enfin c’est ce qu’elle pouvait espérer de mieux. Quelque chose lui disait que personne qui n’avait pas son adresse à la salle 49 de Sainte Mangouste ne pouvait souhaiter assister à ce spectacle de son propre chef. Tentant de le faire plier, elle commença à renchérir en inventant n’importe quoi. « Vous cachez bien votre jeu chez les Serdaigles ! Mais bon, ça m’étonne pas trop, c’est toujours les nerds qui se lâchent le plus, c’est bien connu … Vous êtes perdus sans vos livres, et voilà ce qui arrive ensuite ! C’est la vie ! ». Elle commença à chantonner le refrain de la chanson de Chuck Berry ''you never can tell'' en marquant le rythme avec sa tête. Elle ne savait pas si c’était la chorégraphie de leur concierge qui l’avait encensée, ou un désir de se réchauffer, mais ça lui donnait vachement envie de twister toute cette histoire !

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 252
| AVATARS / CRÉDITS : Eddie Redmayne (by ultraviolences).
| SANG : Mêlé, anciennes origines moldues.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les scolopendres
| PATRONUS : Un dalmatien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS Dim 1 Jan - 21:09

Voyant que la situation est désespérante, Saul tourne le nez vers le ciel, laissant à Marlene le soin de contempler le château avec la lunette astronomique. Le Serdaigle, sachant bien que la leçon sera vaine de toute façon, préfère la laisser faire ce que bon lui semble tandis que lui profite du magnifique ciel dégagé qui s'offre à eux. Il remarque la grande ourse, la petite ourse, évidemment, les deux plus faciles à distinguer dans le ciel, mais il reconnait également le dragon, la constellation qui sépare la grande ourse de la petite, il distingue la planète Mars près de la constellation du verseau, Orion, Persée, Andromède, la constellation de la baleine... Bref, Saul est dans son élément et il aurait pu passer des heures encore à observer toutes ces étoiles si Marlene ne l'avait pas tiré de sa rêverie en prononçant le nom d'Emmeline.
« Hein ? fait distraitement le Serdaigle, sourcils haussés, en se retournant vers Marlene. Espionner Emmeline ? Haha, t'es drôle, jamais j'oserais, c'est sa vie privée quand même ! »
Le Serdaigle rit doucement et reporte son attention sur le ciel mais Marlene insiste et Saul fronce les sourcils en souriant, piqué tout de même par la curiosité.
« Emmeline qui se lâche ? Qu'est-ce qu'elle fait donc pour que ça t'amuse autant ? » demande Saul en s'approchant un peu d'un pas hésitant.
Regarder ? Ne pas regarder ? Quel dilemme, le pauvre sorcier est tiraillé entre sa bonne conscience qui lui intime de ne pas regarder et de laisser Emmeline faire ce que bon lui semble, et d'un autre côté, sa curiosité qui ne demande qu'à jeter un coup d'oeil, un tout petit, juste pour voir. C'est cette deuxième qui gagne au final.
« Fais voir ? » fait Saul d'une voix qui n'assume pas trop.
Il s'avance et prend la place de Marlene devant la lunette astronomique tandis que cette dernière se met à chanter un air moldu. Saul met son oeil dans l'objectif et pouffe de rire devant la scène qui se joue sous ses yeux.
« Qu'est-ce que tu racontes ! dit-il en riant. T'es braqué sur Picott en train de... Est-ce qu'il danse ? C'est pas vrai, il sait danser ? Qui l'eut cru... Mais, qu'est-ce qu'il tient entre ses mains, c'est son rat ? Non, il danse avec son rat ? Incroyable... »
Saul reste encore quelques secondes ainsi à contempler le concierge dans toute sa splendeur, puis il recule vivement comme s'il venait de se rendre compte de ce qu'il était en train de faire. Ouais, il était en train d'espionner le concierge dans son intimité. Et ça, ce n'est pas bien du tout... Même si c'est drôle...
« On devrait... commence Saul mais il semble hésiter. On devrait peut-être reprendre notre leçon, hein ? Et laisser... Picott à ses activités. Regarde, tu as vu ? On voit Mars par là-bas. »
Il pointe du doigt la planète rouge mais sans vraiment la regarder car ses yeux sont rivés vers l'aile ouest du château où quelques fenêtres sont encore éclairées à cette-heure. Que peuvent bien faire les élèves ?

______________________________

Saul A. Funestar | Seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu'ils peuvent changer le monde y parviennent. (J. K.)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 448
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by wolfgang
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Slenderman
| PATRONUS : Un canard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS Mer 4 Jan - 13:09

Les quatre maisons de leur école ont emprunté à leur fondateur de belles qualités mais aussi les défauts qui les accompagnent. Etait-il possible que les Serdaigles, aussi érudits soient-ils, ne soient au fond que de vilains curieux ? Curieux, il faut bien l’être un minimum pour se bâfrer de centaines de livres techniques comme le faisait Saul, non ? C’était une théorie que Marlene espérait bien confirmer en lançant le nom d’Emmeline comme un appât. « Emmeline qui se lâche ? Qu'est-ce qu'elle fait donc pour que ça t'amuse autant ? ». La rouge et or haussa les épaules et leva les paumes de ses mains vers les astres avec pour toute offrande sa plus profonde ignorance. C’était un piège dans lequel elle serait elle-même sûrement tombée car Saul venait quand même de soulever une question aussi mystérieuse, sinon aussi existentielle, que la vie, l’amour, la mort … C’est vrai ça ? Qu’est-ce qu’elle faisait Emmeline quand elle se lâchait ? Elle regrettait presque de ne pas avoir pointé sa lunette vers les appartements de Rowena, qui sait ce qu’elle y aurait trouvé ? Des bleus et bronze en train de s’insulter en latin ? De se fouetter avec des pages de livres en riant à gorge déployée ? Marlene fantasmait vachement sur les salles communes des autres maisons auxquelles elle ne pouvait accéder …

Elle dut vraiment se retenir de ne pas rire quand Saul se pencha sur la lunette et se tourna pour plaquer ses mains contre ses lèvres par peur de se trahir. Finalement, quand il pouffa de rire, elle éclata à son tour dans un rire nasal. Écouter son tuteur lui décrire ce qu’il voyait de son ton tout innocent était encore plus drôle que d’assister directement à la scène ! Il ne pouvait finalement plus décoller son œil de l’oculaire et elle-même ne pouvait s’empêcher de twister en riant et en chantant ce fameux air qui lui trottait dans la tête : « C'est la vie, say the old folks, it goes to show you never can tell … palapala ». C’était vraiment super chouette les cours particuliers, elle devrait essayer dans d’autres matières aussi ! Enfin jusqu’à ce que Saul prononce le terrible mot de « leçon » qui grinçait comme une vieille porte mal huilée dans l’esprit de l’Écossaise qui troqua ses pas de danse contre une vieille grimace.

Elle plissa ses yeux de griffons vers Saul mais n’observa pas plus son doigt tendu - ce n’était pas une imbécile - que la lune, étoile, planète, quelle différence, qu’il lui indiquait car elle n’était pas non plus sagace. Elle suivait plutôt son regard dirigé vers … Le château ? Se pouvait-il que … ? Non ! Son sourire s’élargit tandis que la surprenante idée cheminait dans son esprit tordu ! « Oui, c’est sûr … Ou alors ! On peut aussi … ». Elle fit jouer la lunette d’une main faussement distraite, la faisant vaciller de droite à gauche. « Je sais pas … ». Elle était très mauvaise au jeu de faire semblant et ses joues tremblaient à force de retenir un large sourire. « Il paraît que Ophelia et Glinda ont accroché plein de photos des mecs de Poudlard qu’elles stalkent dans leur dortoir ! J’me demande si c’est vrai ! ». Elle voyait mal Saul oser espionner le dortoir des filles et se reprit immédiatement. « Ah mais non ! C’est vrai que c’est dans les sous sols ça … ». Qu’est-ce qui pouvait piquer la curiosité d’un garçon comme Saul à la fin ? « La bibliothèque ! » lâcha-t-elle sans idée car après tout, rien d’intéressant ne pouvait se passer dans une bibliothèque, non ? A moins que ! Il n’y avait qu’un seul moyen de le savoir !

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 252
| AVATARS / CRÉDITS : Eddie Redmayne (by ultraviolences).
| SANG : Mêlé, anciennes origines moldues.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les scolopendres
| PATRONUS : Un dalmatien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS Mar 24 Jan - 16:20

Saul jette un coup d'oeil à Marlene lorsque celle-ci prononce le nom du lieu qu'il préfère dans tout Poudlard, à savoir la bibliothèque. Puis il se tourne vers le château et repère sans mal les fenêtres éclairées de la salle aux milliers de livres. Mais il se demande bien ce qu'il pourrait y avoir d'intéressant à focaliser la lunette dans cette direction. Voir des élèves au calme, assis, en train d'étudier... Même si c'est l'activité préférée de Saul, il se doute bien que pour un oeil extérieur, il y a plus palpitant. Et pourtant, une question lui vient à l'esprit. Peut-être Emmeline est-elle à la bibliothèque, actuellement ? A cette pensée, le garçon sourit, amusé. Qu'est-elle en train de faire ?
Oubliant le temps d'un instant le ciel et ses merveilles, le Serdaigle s'empare de la lunette astronomique qu'il braque en direction du château. Il ne lui faut que quelques secondes à peine pour le stabiliser sur les fenêtres de la bibliothèque. Il remarque Mrs Pince assise à son bureau, suit du regard quelques élèves passant devant les vitres et finit par repérer Emmeline, dans l'un des nombreux rayonnages.
« J'ai trouvé Emma ! s'écrie-t-il en riant. Qu'est-ce qu'elle fait ? Son devoir d'histoire ? Non, attends, elle est dans quel rayon... Mais ? Oula... »
Saul se recule, l'air de celui qui vient d'assister à quelque chose qu'il n'aurait pas du voir. Il reste silencieux quelques secondes puis se tourne vers Marlene.
« Je viens de la surprendre au rayon des romans à l'eau de rose... »
Après ça, jamais plus il ne la verra de la même façon, c'est sûr !

______________________________

Saul A. Funestar | Seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu'ils peuvent changer le monde y parviennent. (J. K.)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 149
| AVATARS / CRÉDITS : Kristen Stewart
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une ombre
| PATRONUS : un colibri
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS Mar 24 Jan - 21:13

Petit message en aparté

Cela faisait bientôt vingt minutes qu'Emmeline poirotait dans la bibliothèque. Pourquoi diable Marlène lui avait-elle donné rendez-vous ici ? Devant le rayon des romans.. euh ..érotiques .. ? C'était quoi d'ailleurs cet endroit, Emmeline n'y avait jamais mis les pieds. Elle essayait de lui envoyer des messages subliminaux ? La gryffondor avait le chic pour lui faire faire des trucs complétement stupides.... Qu’est-ce qu'elle pouvait être lourde parfois ! Cela ne lui plaisait pas du tout d'être ici. Elle passait pour une cruche en mal d'amour ... Ce qu'elle était loin d'être. Avant de partir, elle jeta un oeil sur deux trois titres : "Aube crépusculaire" de Melenie Steyer .... "Love's games" de Suzine Collans ... "50 nuances de rose : du parme au nude" de L.J. Eames .... De la grande littérature sans aucun doute... Elle se promit de ne plus jamais revenir dans cet havre de débauche à moins qu'elle y soit trainée par les pieds !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 448
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by wolfgang
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Slenderman
| PATRONUS : Un canard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS Mar 28 Fév - 10:16

Saul accueillit sa proposition d’épier la bibliothèque d’un air circonspect, elle qui essayait de l’emmener en douceur sur un chemin moins scolaire, elle aurait peut-être dû carrément lui proposer de pointer la lunette sur le dortoir des jeunes filles de sa maison pour les voir faire une bataille d’oreillers en petite tenue hein - non pas que ce soit l’activité de prédilection des filles de sa maison ou alors on ne l’avait jamais conviée. Mais ça, c’était jusqu’à ce que le nom de Emma soit prononcé et que son visage studieux ne s’éclaire d’une nouvelle lueur. Et ce fut à son tour de l’observer en plissant les yeux. Emmeline et Saul, Saul et Emmeline, oh non, si même les intellos de Serdaigle s’y mettaient avant elle, elle pouvait tout de suite aller se jeter dans le lac et se sacrifier comme offrande au poulpe de leur école en bonne Iphigénie.

Toute tête en l’air qu’elle était, Marlene avait complètement oublié qu’elle avait également donné un rendez-vous à Emmeline Vance ce soir-là. Et petit à petit, les mots Emma, bibliothèque, puis rayon commencèrent à entrer dans le puzzle de sa tête jusqu’à ce que … oh non ! Bad timing ! Elle voulut tourner la lunette dans une toute autre direction - même vers le ciel s’il le fallait - mais il était trop tard. « Mais ? Oula... ». En voyant son camarade faire un pas en arrière, Marlene se pinça les lèvres, partagée entre un sentiment de culpabilité et l’envie d’exploser de rire, car pour elle, le bleu et bronze était à sa manière toute particulière, l’un des garçons les plus amusants de Poudlard. Il lâcha finalement l’information tant redoutée. « Je viens de la surprendre au rayon des romans à l'eau de rose... ». Sa faute ! « Ah bon ? ». Mais de là à assumer ! Elle se gratta l’arrière du crâne tout en se remuant les méninges, il y avait deux solutions qui s’offraient à elle. Dire la vérité et préserver l’intégrité morale de son amie - bien pompeux comme terme car après tout elle n’avait pas non plus mis dans les mains de sa copine le magazine Bien Goulée présentant les vilaines petites créatures en tenue affriolantes - ou nier en bloc. Ou alors … Elle pouvait également transformer son erreur en opportunité de choix pour aider Emmeline et Saul à se décoincer un peu ! Elle créerait ainsi un beau tableau de sa rature et tout serait pardonné ! Brillante, je suis absolument brillante s’égara-t-elle à penser …

« Oh tu sais, Emmeline reste une fille hein ! Et elle reçoit les attentions de pas mal de garçons à Poudlard alors tu sais, peut-être que ça la travaille un peu et qu’elle souhaite aussi se ‘renseigner’ » dit-elle en marquant les guillemets avec ses doigts « à ce sujet, c’est tout ! ». Elle parlait beaucoup plus pour elle que pour son amie, mais elle avait déjà fait quelques confidences à Saul sur ses angoisses scolaires, elle allait lui épargner ses angoisses adolescentes. Et puis, si ça pouvait susciter des interrogations chez le garçon quant à son amie, c’était encore mieux. Elle se mit à jouer distraitement avec la lunette d’un air innocent avant de se retourner vers le Serdaigle avec un mince sourire calculateur. « Emmeline est une très jolie fille ! Toi par exemple, t’as toujours pensé à elle juste comme à une amie ? ». Ce n’était qu’un exemple voyons, qu’il réponde de manière confiante, ça resterait entre eux … et leur copine commune. Car évidemment, Marlene s’empresserait de tout raconter à Emmeline !

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 252
| AVATARS / CRÉDITS : Eddie Redmayne (by ultraviolences).
| SANG : Mêlé, anciennes origines moldues.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les scolopendres
| PATRONUS : Un dalmatien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS Mer 8 Mar - 21:11

Marlene n'apprend rien à Saul en lui précisant qu'Emmeline est une fille. Quand même, il s'y connait assez en anatomie pour savoir reconnaître un mâle d'une femelle et même si la poitrine d'Emma n'est pas encore complètement développée (en toute objectivité, bien sur, jamais Saul n'aurait ne serait-ce que la présence d'esprit d'observer la poitrine d'Emmeline autrement que dans une démarche d'étude des espèces), la Serdaigle garde tout de même pas mal de traits caractéristiques du sexe féminin.
En revanche, c'est une nouvelle pour le sorcier de savoir que son amie est courtisée par pas mal de garçons... Il se sent tout con de ne pas l'avoir remarqué.
« Se... renseigner ? » Saul est perdu, s'il était un smiley il serait probablement celui un peu ahuri avec des points d'interrogation au dessus de la tête.
Il est vrai qu'Emmeline est une fille curieuse qui s'intéresse à tout un tas de sujets. Se pourrait-il que les garçons soient un de ces sujets ? Mais dans ce cas, la sorcière cache bien son jeu car jamais Saul n'aurait pu soupçonner un tel intérêt chez son amie la plus proche. Enfin, proche... Visiblement pas tant que ça !
Marlene enchaîne sur le fait qu'Emmeline est jolie. Maintenant qu'il y pense, c'est vrai qu'elle est plutôt mignonne même s'il n'a jamais vu en elle autre chose que la beauté de son cerveau. D'ailleurs, Marlene l'interroge et lui demande s'il n'a jamais considéré la Serdaigle autrement qu'en amie. Que pourrait-elle être d'autre ? Un membre de la famille ?
« Hé bien, oui, je ne sais pas, je ne vois pas trop ce qu'elle pourrait être sinon une amie ! dit-il, songeur. Enfin il est vrai qu'on s'entend très bien elle et moi, on se complète très bien dans nos recherches. Mais, enfin non, de là à franchir le pas... »
Saul est un peu mal à l'aise et en détournant le regard, la raison principale de leur rencontre à tous les deux lui revient en mémoire. Le ciel ! Quel bon moyen de changer de sujet !
« Et si on se remettait à nos leçons ? » dit-il, espérant réussir à détourner l'attention de la Gryffondor, sans pour autant avoir trop d'espoir...

______________________________

Saul A. Funestar | Seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu'ils peuvent changer le monde y parviennent. (J. K.)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 448
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by wolfgang
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Slenderman
| PATRONUS : Un canard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS Mer 15 Mar - 8:48

Marlene avait énormément de mal à rester sérieuse face à son tuteur tant il lui semblait adroit avec la gente féminine, au moins autant qu’un pitiponk évoluant sur une patte en pleine parade amoureuse lui semblait-il. Par Melin, oui se renseigner Saul ! Il faudrait vraiment suggérer au Professeur Flitwick de prodiguer aux élèves de sa maison des cours d’éducation sexuelle, il faudrait au moins  un devoir noté pour pousser l’aiglon à s’y intéresser. Le large sourire de Marlene retenait un grand éclat de rire au bord de ses lèvres tandis qu’elle l’observait se dépêtrer douloureusement pour chercher ce que Emmeline pourrait représenter pour lui sinon une amie. « Wahow … Vous êtes pas supposés être finauds là-dedans chez les Serdaigles ? » lâcha-t-elle moqueuse en se tapotant la tempe. Elle pouffa carrément de rire quand la gêne finit par lui faire détourner son regard. Alors ça ! Il était très rare de voir un air décontenancé sur le visage constellé de tâches de rousseur du garçon, son regard était toujours franc, jamais fuyant, car il avait toujours réponse à tout … sauf à ce qui se tramait dans sa tête d’ado apparemment.

Le côté ‘sale peste’ de la rouge et or jaillit immédiatement - elle ne l’avait jusque là essayé que sur son petit frère Conan chez elle et sur James Potter au château - et il fallait bien qu’elle l’aiguise encore un peu. Ca la rendait tout à fait euphorique de constater que, sentimentalement parlant, Saul constituait un cas aussi désespéré que le sien ! Et plutôt que de compatir, son réflexe serait plutôt de l’embêter. Elle retira immédiatement la lunette de son trépied privant ainsi le garçon d’une belle échappatoire vers la voie lactée. Elle plaça l’œilleton devant son oeil et observa le bleu et bronze en riant. « Saul, Saul, Saul … laisse moi lire dans ton âme ! Tu penses quoi d’Emma ? Par Melin, quel est cet éclat dans tes yeux chaque fois que je prononce son prénom ? » s’enflamma-t-elle toute seule en bonne gryffondor qu’elle était. « Tu l’aimes un peu, beaucoup, passionnément ? » et se disant elle lui tournait toujours autour en riant et en le scrutant de sa lunette complètement inutile et au travers de laquelle elle ne voyait vraiment rien du tout. Elle finit par se prendre les pieds dans les lanières de son sac et échappa de justesse à une nouvelle chute. Mais il en fallait bien plus pour l’arrêter ! « A la folie ? » poursuivit-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 252
| AVATARS / CRÉDITS : Eddie Redmayne (by ultraviolences).
| SANG : Mêlé, anciennes origines moldues.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les scolopendres
| PATRONUS : Un dalmatien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS Mar 21 Mar - 15:36

Lorsque Marlene s'empare de la lunette astronomique, Saul recule d'un pas et se prend le manche de la pelle en plein milieu du dos, mais il n'a pas le temps de souffrir que déjà la Gryffondor se met à lui tourner autour en pointant le télescope droit sur son visage tout en le charriant à l'extrême sur sa relation avec Emma. Saul recule encore et dans sa maladresse, il met le pied sur le mug de tisane qui se renverse et vient tremper le bas de son pantalon et ses chaussures du liquide encore brûlant. Le pauvre saute sur place, battant des mains en haletant de douleur, ajoutons à cela son nez rougi par le froid et nous assistons à une scène complètement clownesque digne des plus grands cirques. Pour se soulager, il plonge son pied dans la neige, les mains tendues vers Marlene pour la maintenir à distance.
« Stop, stop ! supplie-t-il entre deux éclats de rire, tentant de retirer son pied de la neige qui s'est enfoncé jusqu'à la cheville. Je vais me casser la... Aïe ! »
Trop tard, le Serdaigle se retrouve le derrière au sol, complètement hilare. Lorsqu'il réussit à se relever, son pantalon est recouvert d'un mélange d'eau et de bouillasse. Alors il contourne Marlene qui vire toujours dingo, récupère son sac au sol et prend la fuite en direction du château. Tandis qu'il s'éloigne en courant (avec difficulté vu l'impraticabilité du terrain), il crie par dessus son épaule à l'intention de la Gryffondor :
« J'abandonne ! Trouve-toi quelqu'un d'autre pour tes leçons, moi je rentre ! »
Et c'est bien la première fois que le sorcier abandonne une mission. Mais donner des cours à Marlene ? Ah, ça ! Plus jamais !
Même si au final il s'est beaucoup amusé.

______________________________

Saul A. Funestar | Seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu'ils peuvent changer le monde y parviennent. (J. K.)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS

Revenir en haut Aller en bas

Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Par la ceinture, les chaussettes et le caleçon d'Orion | SUJET CLOS
» La ceinture de sécurité ! retour
» Les sorties bikini / caleçon
» Ceinture force
» LA CEINTURE DE KUIPER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Les oubliettes
 :: 
Les souvenirs de Poudlard
-