GRYFFONDOR : 1168 pts | POUFSOUFFLE : 931 pts | SERDAIGLE : 642 pts | SERPENTARD : 606 pts
Venez découvrir et commenter la Gazette de Mai 1975, ici !

Partagez|

"Verouiller une porte c'est bien, avec la magie c'est mieux" {Luzia & Moran}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 599
| AVATARS / CRÉDITS : Evan Peters on Bazzart (swan)
| SANG : Apparemment pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Mon oncle mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: "Verouiller une porte c'est bien, avec la magie c'est mieux" {Luzia & Moran} Dim 18 Déc - 21:34

Je savais que devenir un Animagus allait me prendre des années. Je savais surtout que ne pas travailler régulièrement aurait raison de moi et que dès lors, je n’y arriverai jamais. Aussi, je m’y attelais pendant mes rondes de préfets. Oh je les finissais toujours, là n’était pas la question. Mais je faisais des pauses d'une heure ou deux, on ne peut pas dire que je sois le meilleur préfet du monde. Mais bon. Personne n’était censé le savoir.

Enfin, dans l’idéal. Non parce que Maya la peste m’avait surpris l’autre jour. Il y’a deux mois, environs, quelque chose comme ça. Elle mettait toujours son nez là où il ne le fallait pas. Il fallait cependant bien que j’admette que j’avais été assez naïf. Je n’avais pas fermé la porte à l’aide d’un sortilège, alors que j’aurais dû. Depuis, je prenais mes dispositions ! Je partais faire ma ronde, m’arrêtais dans un couloir un peu plus sombre que les autres, là où il y avait des salles inutilisées, j’entrais discrètement et scellais la porte par un sortilège. Ni vu ni connu. J’y passais généralement une bonne heure et je sortais finir ma ronde en vitesse.
J’avais donc fait ça ce soir. J’étais parti avec une apparente détermination pour ma ronde avant de m’exiler dans une salle de classe du cinquième étage. Il faisait sombre et je préférais ne même pas allumer ma baguette. Autant attirer le moins l’attention possible. Je venais toujours dans cette salle, si bien que j’avais caché mes livres dans une boîte sous un bureau abandonné contre le mur. Un sortilège et on ne voyait plus rien. De toute façon, ces salles étaient condamnées. Mais on n’était jamais trop prudent. La porte bien fermée, je récupérais mes cinq livres, m’assis par terre et les ouvrais devant moi. Il faisait froid dans ces salles abandonnées, mais je n’avais pas le choix. Je ne pouvais m’entraîner nulle part. Ici, c’était le seul endroit où j’avais le moins de chance d’être trouvé. Depuis que j’avais commencé mes petites expériences en métamorphose je me sentais un peu changé. Plus fatigué, déjà. Je m’entraînais aussi souvent que possible, au moins trois fois par semaines. Et j'étais donc ravi de faire mes rondes. Cela devait d'ailleurs être assez louche que je sois le plus motivé pour cette tâche de malheur.
Je ne savais pas encore très bien ce qu’allait être mon Animagus. La transformation la plus notable que j’avais réussi à faire s’était produite la semaine dernière. C’était d’ailleurs en fin de séance que c’était arrivé, là où j’aurais dû être le plus fatigué.

Les paumes de mains vers le ciel, j’avais senti l’intérieur de ma main droite me piquer légèrement. Sur une parcelle de peau réellement fine, j’avais noircie. Littéralement. Au niveau de mon pouce, ma peau s’était noircie, sans pourtant qu’il y ait de changement de texture. Ma peau restait de la peau. Pas d’écailles, plume ou autre chose bizarre. Mon Animagus sera-t-il tout noir ? Je ne le saurai pas avant très longtemps sans doute. Mais c’était déjà une grande avancée, et j’espérais d’ici à la fin de l’année, arriver au moins à une transformation de texture sur ma main entière. Mais j’étais encore loin du compte.

Concentré sur mes livres, je posais ma baguette à côté de moi et fermais les yeux. J’avais une heure pour reproduire mon exploit.


Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 650
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Thida ♥
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: "Verouiller une porte c'est bien, avec la magie c'est mieux" {Luzia & Moran} Jeu 22 Déc - 23:02

Depuis qu'elle effectuait ses rondes de préfète, Luzia avait vu des vertes et des pas mûres. Entre des couples passés au stade supérieur, des réunions de fantômes ou des restes moisis de goûter, Luzia pouvait témoigner du fait que les vieilles salles abandonnées offraient bien des surprises. Même, elle pouvait dire que les salles abandonnées n'étaient pas du tout abandonnées et servaient encore pour des usages un peu... particuliers. Aussi, à chacune de ses rondes, prenait-elle garde à y faire un tour. Elle passait toujours assez vite, craignant un peu cet endroit de Poudlard. Il faut dire que le château, la nuit, n'est jamais très rassurant. Le silence était bruyant, le bruit de ses bottines contre la pierre froide était assourdissant. Rien n'invitait à traîner.

Resserrant les pans de son gros gilet, Luzia s'avançant dans le couloir. Les torches s'allumèrent à son passage, rendant plus obscur encore l'extrémité du couloir. Inutile de dire que l'Espagnole fêtait Halloween deux fois par semaine depuis le mois de Septembre. Elle ne s'habituait pas à déambuler seule dans Poudlard la nuit.

Rien à signaler. Tout était parfaitement calme. Aucun rai de lumière sous les portes ne trahissait la présence d'élèves fautifs. Ouf, elle atteindrait vite le bout du couloir.

BAANG.

Le bruit soudain parut trouer le silence. Luzia sursauta et se saisit de sa baguette. Qu'est-ce que c'était ? Elle frissonna, mais cela n'avait rien à voir avec la peur. Le bruit provenait d'une des salles à sa gauche. Elle ouvrit la première porte, mais la pièce désolée ne contenait rien. Pourvu que ce soit Peeves, priait-elle, bien qu'elle détestât l'esprit frappeur. Luzia essaya donc une autre porte, qui résista sous sa poussée.

Il y avait quelqu'un là-dedans ! Haletante, elle hésita à faire appel à Picott, mais se ravisa, car quand elle partirait, l'autre aurait le temps de s'enfuir. Elle devait s'en occuper seule...
Alohomora, incanta-t-elle en visant la serrure.

La porte s'ouvrit. Il faisait sombre à l'intérieur. La gorge nouée, Luzia agita sa baguette qui produisit un petit halo de lumière. Sur quoi allait-elle tomber ? Oh ! Une silhouette sur sa gauche.
Qui es-tu ? Attention, je te préviens, je ... Moran ?

Elle fut si stupéfaite de se retrouver devant son camarade préfet qu'après toutes ces émotions, elle en laissa tomber la baguette sur le sol. Le sortilège prit fin et ils se retrouvèrent tous les deux dans le noir.

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 599
| AVATARS / CRÉDITS : Evan Peters on Bazzart (swan)
| SANG : Apparemment pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Mon oncle mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Verouiller une porte c'est bien, avec la magie c'est mieux" {Luzia & Moran} Sam 24 Déc - 13:41

J’étais aussi concentré que je pouvais l’être. Les yeux clos, dans une pièce plongée de toute manière dans le noir complet, je ne pensais qu’à ce que je faisais. La respiration calme et silencieuse, j’essayais de garder mon esprit tourné vers mon objectif à savoir mon animagus. Cela ne faisait que quelques minutes que j’étais là mais la confiance et la concentration étaient parfaites. J’avais toujours mes livres sur moi, au cas où je ressentirais quelque chose de particulier. Mes sensations à l’intérieur de ma main, la semaine dernière n’étaient pas vraiment expliquées dans mes bouquins, mais cela m’importait peu. Je ne m’entraînais que depuis quelques mois et je n’étais vraiment qu’au début. Pourtant rapidement je sentis à nouveau de légers picotement à l’intérieur de la main qui avait vu mon exploit une semaine auparavant. Au lieux de céder à l’euphorie de reproduire cela, je restais concentré, en essayant justement d'étendre cette marque. Je doutais un peu d’y arriver, mais je ne perdais pas espoir.
J’entendis vaguement un léger cliquetis dans la pièce, mais trop concentré sur mes activités, je n’ouvris pas les yeux. Le château de toute manière n’était jamais vraiment silencieux. mais bien vite et malgré mes yeux fermés, je sentis une hausse de la luminosité dans la pièce. C’est lorsque j’entendis une voix familière que je les ouvris, sursautant violemment et tombant en arrière. Mais au lieu de produire un son, la lumière s’éteint et le bruit léger d’un objet tombant au sol retenti. J’attrapais vivement ma propre baguette, pressé d’y voir quelque chose. J’étais pressé de voir la véritable identité de la personne, car après tout je pouvais m’être trompé, et surtout de voir si quelque chose sur ma main avait changé.
La lumière inonda la pièce et avant même de vérifier l’identité de mon désagrément, je jetais un coup d’œil à ma paume… Qui était entièrement noire. Je regardais la couleur se résorber lentement avec un œil admiratif. Décidément, je m’épatais moi-même. Malheureusement je n’avais pas le temps de me féliciter.

- Luzia, quelle surprise.

En réalité je n’en menais pas large. La marque mettait du temps à partir, la faute à ma surprise et à mon inexpérience, sans doute. Ma baguette nous illuminait tandis que je me contentais de la regarder d’un air neutre. Si j’étais vraiment quelqu’un de mauvais, elle serait déjà stupéfixé et saucissonnée dans un coin. Mais non, je n’étais pas comme ça.
C’était la deuxième fois qu’une curieuse me surprenait, j’allais devoir prendre plus de disposition si je ne voulais pas finir viré de l’école. Luzia n’allait rien dire… Enfin, je crois. J’avais moins de confiance concernant son idiote d’amie, Maya Andrews. Mais j’allais me charger d’elle aussi.
Au fond, j’étais assez agacé d’être dérangé. Tout se passait très bien ces derniers mois. Je m’entraînais seul, j’avançais, lentement mais sûrement dans mon apprentissage. Et pour la deuxième fois, on ruinait une de mes soirées. Elle semblait aussi surprise que moi. Elle ne devait pas s’attendre à trouver un élève dans cette partie du château, et encore moins un préfet. L’ironie de la chose était assez drôle. Auparavant, lorsque je sortais en douce dans le château, je ne me faisais jamais attraper. Je connaissais les rondes des préfets à force et je les évitais toujours. Bon une fois peut-être, Picott m’avait surpris au détour d’un couloir… Mais une fois en cinq ans, c’était honorable. Or, depuis que j’étais préfet, je m’étais fait attrapé deux fois en quatre mois… Alors que j’aurais dû être encore mieux informé qu’avant.

C’était assez triste, j’allais devoir être vraiment plus discret. Et faire profil bas, à tout bien y réfléchir.


Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 650
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Thida ♥
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: "Verouiller une porte c'est bien, avec la magie c'est mieux" {Luzia & Moran} Ven 30 Déc - 23:25

Son entrée surprise avait créé chez Moran une sorte de mouvement de panique. Lorsqu'ils se retrouvèrent dans le noir, Luzia ne se sentit guère rassurée - elle savait pourtant qu'elle n'avait rien à craindre avec Moran. Du moins ne songeait-elle pas qu'elle courait le moindre risque avec lui.
Mais, très vite, alors qu'elle s'était baissée au sol pour tenter de retrouver sa baguette, l'Espagnole se dit que trouver Moran seul, la nuit, dans cette salle de classe inutilisée était vraiment, vraiment, très étrange. Que tramait-il ? Et cette fichue baguette sur laquelle elle ne parvenait pas à mettre la main !

Tandis qu'elle tâtonnait le sol de pierre froid, Moran alluma sa lumière. Fusant de sa baguette, une lueur étincelante éblouit quelques temps la jeune préfète qui se redressa, la main devant les yeux.
Luzia, quelle surprise.

À en juger par le ton de sa voix, Moran n'était pas particulièrement enchanté de se trouver devant sa collègue. Clignant les paupières, Luzia repéra sa baguette qui avait roulé sous une table et la reprit.
Surprise partagée, répondit-elle en rangeant son précieux morceau de bois dans la poche intérieure de son gilet. Tu m'as fichu une de ces frousses !

Moran regardait sa main, comme s'il n'avait cure des paroles de Luzia.
Qu'est-ce que tu faisais ici, seul et... dans le noir ? C'est toi qui viens de faire tomber quelque chose ?
Ils étaient deux à faire une ronde. Les préfets étaient censés épauler Picott la nuit à surveiller les couloirs. Voilà que Luzia se rendait compte que Moran ne remplissait pas sa part de travail. Le château était bien trop grand pour qu'elle pût assurer seule les rondes !
Et pourquoi tu regardes ta main ?

Elle pensa qu'il s'était peut-être blessé en paniquant, et s'avança vers lui pour jauger les dégâts par elle-même.
AAH ! Pero que es ? s'exclama-t-elle en désignant de la tête la touffe de poils qui disparaissaient peu à peu dans la paume de Moran.

Reculant de quelques pas, elle le regarda, les yeux grands ouverts, la bouche figée dans une expression de peur.

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 599
| AVATARS / CRÉDITS : Evan Peters on Bazzart (swan)
| SANG : Apparemment pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Mon oncle mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Verouiller une porte c'est bien, avec la magie c'est mieux" {Luzia & Moran} Dim 1 Jan - 23:59

Une fois la surprise passée, je l’écoutais vaguement me dire que cette surprise justement, était partagée. J’étais même désolé de l’avoir effrayé mais vraiment, je ne m’y étais tellement pas attendu que j’étais tombé à la renverse ! Mais en effet, trouver son homologue préfet enfermé dans une vieille salle et dans le noir en plus, c’était très suspect. J’étais tellement éblouis par mon exploit que je l’écoutais pas vraiment. J’avais réussi ! C’était tellement exceptionnel à mes yeux que je ne me préoccupais pas des problèmes qui allaient commencer à me courir après.

- Tomber quelque chose… répétais-je sans pourtant vraiment saisir le sens de ses paroles.

Une pause, avant de reprendre :

- J’ai fait tomber quelque chose ? Je ne m’en suis pas rendu compte mais c’est possible oui.

Je ne parvenais pourtant pas à détacher mes yeux de ma paume. C’était tellement beau ! C’était tellement époustouflant ! J’avais seize ans et mes remarquables capacités pour la métamorphose s’illustraient encore ! Je souriais niaisement lorsque l’exclamation de ma camarade me ramena à la réalité. Enfin, me ramena brièvement à la réalité dirons-nous.
Merde, merde, merde. Elle avait vu ma main. Un mensonge du type « J’me suis fait piquer par une araignée » n’allait pas être plausible. Luzia me semblait être quelqu’un de confiance, en tout cas je voulais vraiment le croire. Je ne pensais pas qu’elle dirait quoique ce soit si je lui disais la vérité… Ou en tout cas la vérité partielle. Mais ce qui me chiffonnait dans tout ça, c’était que mes activités commençaient à s’ébruiter. En parler aussi librement, surtout à une préfète n’était pas très futé. Les préfets devaient quand même rapporter les activités qu’ils surprenaient. Là c’était Luzia mais ça aurait pu être Picott. Je savais par exemple que Rogue trempait dans la magie noire, et pour je ne sais quelle raison je ne le dénonçais pas. Peut-être parce que je n’oubliais pas qu’avant ce malheureux incident en salle de duel, je le considérais comme mon ami. Ma camarade Poufousouffle aurait-elle les mêmes bons sentiments ? Pouvais-je avoir confiance en elle ? J’avais lutté corps et âme pour ne rien dire à Maya et m’en étais sorti avec de simples soupçons, je crois.

Mais… Oh, mais oui, en voilà une idée. Si je disais la vérité ou un semblant de vérité à Luzia et quelle consentait à ne rien dire peut-être pourrais-je obtenir d'elle, qu’elle fasse oublier à Maya ce qu’elle avait vu ce soir ? Ou alors la faire changer d’avis, je ne sais pas, lui mettre quelque chose en tête. Me sauver les fesses, en définitive, parce que vraiment, je n’avais pas confiance en la Serdaigle. Mes vagues connaissances en espagnol m'avaient fait comprendre sa phrase, ou en tout cas je me doutais de ce qu'elle voulait dire. Je relevais donc la tête, le regard sincèrement illuminé.

- Ceci, ma chère est un duvet de plume.

Je passais ma main dessus et c’était vraiment doux. Et très sombre, aussi. Mon animagus allait-il être un oiseau ? Je ne pouvais pas tomber sur meilleure nouvelle.
D’autant plus que si Luzia m’aidait, ma soirée ne serait peut-être pas complètement ruinée.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 650
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Thida ♥
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: "Verouiller une porte c'est bien, avec la magie c'est mieux" {Luzia & Moran} Lun 9 Jan - 21:12

Moran avait l'air un peu perdu. La surprise lui marquait encore le visage dans une expression stupéfaite, comme s'il était un peu sonné. C'était inquiétant, songeait Luzia, qui avait toujours vu Moran maître de lui-même.

Mais quand elle vit la marque sombre sur la paume de son homologue préfet, elle fit inconsciemment le lien entre elle et l'état du Serpentard. De nombreux scénarii traversèrent l'esprit de Luzia : Moran était malade, Moran était atteint d'un mauvais sort. En tout cas, il y avait quelque chose de louche.
Le cœur battant, elle s'appuya sur une table branlante, la respiration courte et le regard rivé sur Moran. Ce dernier ne lui répondit pas tout de suite et ne la regardait pas. Les secondes s'écoulèrent lentement et Luzia craignait de découvrir quelque chose de grave et de terriblement secret. Que tramait Moran ? Au point de ne pas se rendre compte qu'il avait fait tomber quelque chose et que cela avait produit un fracas épouvantable qui tranchait avec le silence nocturne du château ! Luzia resserra sa main autour de sa baguette qui continuait de diffuser un halo de lumière. Pourtant, cela ne suffisait pas à rassurer l'Espagnole.

Ce n'est qu'au bout d'un long moment, alors que Luzia allait demander de nouveau ce qui se passait, que Moran releva la tête, la regardant enfin, le regard plus allumé que jamais.
Ceci, ma chère est un duvet de plume.

Il porta sa main à sa paume, touchant la marque.
Que... Quoi ?
Elle s'était attendue à tout sauf à cette réponse aussi simplement dite et en était déboussolée.
Et... Tu trouves ça normal ?! s'indigna-t-elle.
Elle s'approcha de lui et claquant des doigts devant ses yeux.
Il faut aller voir l'infirmière ! Je... Tu te sens bien ? Tu m'as l'air vraiment bizarre, je m'inquiète ! Moran !

Elle le saisit par la manche et l'entraîna vers la porte, bien décidée à l'amener à l'infirmerie.

Spoiler:
 

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 599
| AVATARS / CRÉDITS : Evan Peters on Bazzart (swan)
| SANG : Apparemment pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Mon oncle mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Verouiller une porte c'est bien, avec la magie c'est mieux" {Luzia & Moran} Sam 14 Jan - 20:52

Je ne pouvais décemment pas passer à côté de l’air ahuris que Luzia affichait. J’affichais un sourire que je voulais rassurant. L’entendre bégayer et ne pas comprendre me mettait dans une situation assez agréable. Quelle serait sa réaction en apprenant la vérité ? Luzia semblait indignée de ma réaction et je pouvais comprendre son incompréhension. Ça n’arrivait pas souvent de croiser quelqu’un dans les couloirs en pleine nuit pour l’entendre dire qu’il avait un duvet de plume qui lui avait poussé dans la main ! La jeune fille me saisit brutalement par la manche, dans l’idée totalement saugrenue de m’amener voir l’infirmière. Comme si cette dernière ne me voyait pas assez souvent. Voyant rouge, je m’arrêtais net et attrapais Luzia par les épaules pour la retourner vers moi. Ma paume mettait du temps à redevenir normale mais ce n’était pas bien grave, c’était assez normal, d’après ce que j’avais lu. Question d’entraînement, me disaient les livres.

- Eh, y’a rien de grave, ok ?

Vu la tête qu’elle tirait, elle n’était pas d’accord :

- C’est voulu d’accord, Luzia ? C’est pour ça que je suis ici ! Il n’y a aucune raison de s’inquièter, je ne suis pas malade et je n’ai certainement pas été touché par un sortilège. Regarde, ça commence à partir !

Je liais le geste à la parole et lui mis ma main en face du visage, il ne restait plus qu'une ou deux petites plumes noires. J’espérais qu’en disant ça elle allait comprendre de quoi je parlais. Mais en même temps paniquée comme elle était, elle pouvait très bien aussi ne pas percuter de suite. Je ne voulais pas formuler la véritable chose à voix haute. Bizarre, alors qu’être un Animagus était mon rêve le plus cher. Je ne voulais pas me porter la poisse. Si je nommais le phénomène, n’échouerais-je pas après ? Parce que je me serais avancé trop vite ?

- Tu ne dois parler à personne de ce que tu as vu ce soir, Luzia vraiment. Si tu en parles je risque tout.

Ce n’était pas complètement faux. Mais je me rendais bien compte que la prendre par les sentiments relevait de la manipulation pure et simple. Je ressentis une vague culpabilité l’espace de quelques instants. Mieux valait ne pas y penser. Luzia allait pouvoir m’aider, je ne devais garder en tête que cela. Elle allait me sortir de ce mauvais pas avec sa copine Maya Andrews et tout rentrerait dans l’ordre. Maya oublierait ce qu’elle avait vu, et Luzia tairait mon secret jusque dans sa tombe je l’espère. Décidément la Poufsouffle prenait de plus en plus de place dans ma vie de manière assez inattendu. Pourtant je ne l’avais rencontré que cette été, alors que nous étions dans la même école depuis cinq ans, la voilà maintenant me dénoncer à l’infirmerie pour une erreur en potion et la revoici me surprenant pendant une séance de métamorphose personnelle. Particulière cette fille. Mais très gentille et de bonne compagnie. J’avais confiance en elle et j’espérais vraiment ne pas me tromper sur son compte. Être amie avec Maya ne faisait pas d’elle une peste du même calibre que la bleue. La preuve, elle était aussi amie avec Popkins qui était gentille, elle aussi.



Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 650
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Thida ♥
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: "Verouiller une porte c'est bien, avec la magie c'est mieux" {Luzia & Moran} Dim 22 Jan - 20:19

Luzia démarrait rarement au quart de tour. Ça, c'était la spécialité de Marlene et de Hazel, bien plus impétueuses que l'Espagnole. Pourtant, cette fois-ci, la panique donnait à la Cinquième année, un élan qu'elle ne prenait même pas peine de canaliser. Une chance qu'elle fût passée par là pour tirer Moran de ce mauvais pas !
Mais le garçon freina des quatre fers et, l'attrapant par les épaules, l'obligea à effectuer un virage à cent quatre-vingt degrés. Luzia frissonna, craignant que le contact avec le duvet ne fût contagieux. Moran l'assura qu'il n'y avait rien de grave mais Luzia, ne le croyant pas, avait ouvert la bouche pour lui prouver par A plus B qu'avoir des plumes au creux de sa paume était quand même assez problématique - même pour les sorciers. Cependant, le jeune homme ne lui en laissa pas le temps.
C’est voulu d’accord, Luzia ? C’est pour ça que je suis ici ! Il n’y a aucune raison de s’inquiéter, je ne suis pas malade et je n’ai certainement pas été touché par un sortilège. Regarde, ça commence à partir !

Il lui montra sa main, éclairée par la lueur qui fusait de la baguette de la Poufsouffle. Cette dernière leva la main vers celle de Moran, mais n'osa pas la toucher. En regardant bien, elle vit les plumes rapetisser et pâlir pour reprendre une couleur chair. Ça alors !
C'était voulu, songeait la jeune fille qui ne comprenait pas bien comment on pouvait vouloir faire surgir des plumes dans ses mains...
Tu ne dois parler à personne de ce que tu as vu ce soir, Luzia vraiment. Si tu en parles, je risque tout.

Ben voyons... Soupirant, Luzia croisa les bras contre sa poitrine et fronça des sourcils.
Moran, répondit-elle doucement mais fermement, s'il t'arrive quoique ce soit parce que tu as fait quelque chose d'interdit et de dangereux et que je n'ai rien dit, je m'en voudrais toute ma vie.

Il n'y a rien de pire que d'être dépositaire d'un secret malgré soi-même. Moran exigeait trop d'elle. Contrairement à ce qu'il pouvait penser, Luzia n'était pas une balance. Seulement, parler pouvait ne pas faire plaisir, mais aider. Manifestement, le Serpentard se livrait à des expériences nocturnes, alors même qu'il devait assurer ses charges de préfet.
Tu ne peux pas t'en tirer comme ça, finit-elle par dire en secouant la tête, la voix légèrement plus aiguë que d'habitude. Tu en as trop dit... Ou pas assez. On est censé faire la ronde, mais tu me laisses seule le faire.

Finalement, toute cette affaire chatouillait sa curiosité.
J'aimerais clairement savoir ce que tu fabriques, termina-t-elle en dévisageant Moran.

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 599
| AVATARS / CRÉDITS : Evan Peters on Bazzart (swan)
| SANG : Apparemment pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Mon oncle mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Verouiller une porte c'est bien, avec la magie c'est mieux" {Luzia & Moran} Mer 25 Jan - 20:35

J’avais été étonné de voir sa vitesse de réaction. Elle voulait vraiment m’aider, c’était un fait. Elle ne voulait pas qu’il m’arrive quelque chose de mal, elle voulait que tout rentre dans l’ordre et pensait même sans doute que c’était la première fois que je séchais mon heure de ronde. Je ne la séchais pas vraiment, je la reculais juste d’une heure ce n’était pas si dramatique qu’elle avait l’air de le penser. Lorsque je lui avais présenté ma main en face du visage, Luzia n’avait pas osé toucher les plumes. Je ne savais pas si elle voyait ça comme étant foncièrement dégueulasse, ou juste gênant mais je ne m’en formalisais pas pour autant. Mes plumes maintenant, avaient disparues. A la suite de ma demande, un poil osée, la préfète avait croisé ses bras sur sa poitrine en me jaugeant d’un air assez peu convaincu.

J’étais suspendu à ses lèvres, avec l’espoir fou qu’elle me promette de garder sa parole. Rien qu’à l’entente de mon prénom, je su qu’elle allait me dire autre chose que ce que j’attendais vraiment. Je me grattais l’arcade sourcilière, déçu qu’elle n’ait pas comprit de quoi je parlais. Elle pensait toujours que je faisais là quelque chose de dangereux c’était assez problématique. Et assez drôle quand on connaissait mes véritables activités. Mais je n’avais pas envie de jouer les cachotiers plus longtemps. Ca ne servait à rien, visiblement, dans l’esprit de cette jeune fille charmante un élève de mon âge ne pouvait pas s’entraîner (et partiellement) réussir à devenir un Animagus. Mais je préférais quand même la laisser finir. Je baissais la tête d’un air vaguement coupable avant de lui jeter un sourire presque innocent. Non, je ne l’abandonnais pas.

- Je ne te laisse pas la faire seule objectais-je en levant un doigt. Je remets simplement à un peu plus tard ce que je peux faire sur l’instant.

Je ne savais pas si elle était convaincue ou non mais elle ajouta qu’elle voulait savoir ce que je fabriquais vraiment. Je n’avais plus le choix de toute manière. Et pour qu’elle garde un secret encore fallait-il qu’elle sache que c’était. Et puis… Si elle voulait bien m’aider avec Andrews il valait mieux qu’elle soit au courant. J’inspirais un grand coup en jetant un coup d’œil derrière elle pour voir si la porte était bien fermée. La façon dont elle me dévisageait ne me mettait pas vraiment dans de bonnes conditions pour tout révéler mais bon, tant pis.

- Bon ok ! Je m’entraîne pour devenir un animagus.

J’avais dit ça d’une voix si plate que s’en était presque monotone. Je guettais sa réaction d’un air mal-à-l’aise.

- Quand je te disais que tu ne devais rien dire… Je ne plaisantais pas, pour une fois.

D’un côté j’étais soulagé de partager cela avec quelqu’un que je sentais de confiance mais de l’autre, je m’en voulais un peu de faire peser ce poids sur ses épaules. Sacré secret, sacrés problème si j’étais découvert ! Je préférais même pas y penser pour ne pas me rendre malade. Après, à savoir si elle, elle allait se taire ou non.


Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 650
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Thida ♥
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: "Verouiller une porte c'est bien, avec la magie c'est mieux" {Luzia & Moran} Dim 29 Jan - 20:11

Moran devait s'attendre à ce qu'elle lui dise autre chose car il eut un air déçu. À quoi s'attendait-il ? Luzia s'attelait seule à la besogne tandis que monsieur se faisait pousser des plumes... Elle balaya d'un geste de la main l'espèce d'excuse que lui servit le Serpentard, qui prétextait qu'il ne faisait que retarder le moment de sa ronde. Qu'on se l'accorde, on avait vu meilleur prétexte !
Déterminée à en savoir plus sur ce que tramait Moran, Luzia refusa de bouger et d'ajouter un mot. C'était à lui de parler. Moran semblait réfléchir, fixant l'Espagnole de ses yeux sombres ; elle le laissa faire, songeant qu'il devait évaluer si elle était digne du secret. Au bout d'un moment, il lâcha calmement la vérité.

Un animagus, répéta la Poufsouffle en arrondissant les yeux.
Cette explication rendit toute cette affaire bien plus claire. Aussitôt, la pelote de plume au creux de la main de Moran ne lui parut plus aussi menaçante.
Quand je te disais que tu ne devais rien dire, appuya le jeune homme, je ne plaisantais pas, pour une fois.

Luzia décroisa les bras et s'assit sur une table poussiéreuse, assimilant peu à peu l'information. Devenir un animagus était très difficile et, manifestement, Moran était en train de réussir.
J'y crois pas, finit-elle par dire, un animagus ! Je n'y aurais pas pensé, c'est tellement... exceptionnel d'y arriver.

Le sentiment d'admiration lui fit un peu oublier qu'elle était à l'origine remontée contre son homologue préfet. De plus, elle était soulagée que l'explication de Moran éloignât tout risque immédiat concernant sa santé.
C'est donc ça que tu fabriques ?

C'était fou. Certains élèves se cachaient dans les vieilles salles pour avoir un endroit tranquille pour se bécoter, et Moran, lui, peaufinait sa métamorphose humaine.
Et tu comptes sur moi pour garder le secret ?

À vrai dire, Moran n'avait pas de souci à se faire. Luzia serait muette comme une tombe.
Mais à une condition, fit-elle en levant un doigt impérieux, tu fais ta ronde avant de t'entraîner. Sinon, c'est le risque que les autres préfets te tombent dessus...

Elle baissa sa main et sa posture se fit moins rigide.
D'ailleurs, vu ta discrétion, ajouta l'Espagnole, je suis surprise que personne ne t'ait encore grillé...

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 599
| AVATARS / CRÉDITS : Evan Peters on Bazzart (swan)
| SANG : Apparemment pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Mon oncle mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Verouiller une porte c'est bien, avec la magie c'est mieux" {Luzia & Moran} Mar 31 Jan - 21:00

Moran n’attendait pas de réaction particulière de la part de sa comparse préfète. En fait, il préférait ne pas prévoir de réaction particulière, pour ne pas être étonné. Quand elle le regarda d’un air effaré, il se dit pourtant que cette réaction était sans doute la meilleure que Luzia Ozores pouvait avoir en apprenant son secret. Elle avait l’air tellement abasourdis que le jeune homme se demandait même s’il ne voyait pas de l’admiration dans ses pupilles. Tout cela évidemment, lui faisait plaisir. Elle lui dit que c’était exceptionnel d’y arriver. Elle n’avait pas tord. Mais Moran avait une philosophie de vie assez particulière. Il s’adossa à la même table qu’elle, maintenant convaincu qu’elle n’allait pas le traîner de force chez Pomfresh. « Eh bien… C’est fabuleux une fois bien maîtrisé mais n’importe qui peut y arriver. On y arrive au fond, uniquement lorsqu’on le veut vraiment ». Le Serpentard préférait se dire ça pour ne pas perdre espoir s’il venait à stagner à un résultat pendant quelques temps. Il avait mis quatre mois à avoir un léger duvet de plume. La jeune femme ajouta une question à laquelle Moran ne répondit qu’en hochant positivement la tête. Il rajouta pourtant de lui-même : « Ça me tient à cœur depuis très très longtemps ».

C’était tout ce qu’il y avait de plus vrai et Moran était sincère là-dessus. Il était passionné par les métamorphose humaines depuis qu’il était gosse. Depuis qu’il avait sept ou huit ans. Il avait attendu près de dix ans avant de se savoir prêt pour commencer son apprentissage. Seul. Il était patient comme garçon et il voulait tellement y arriver que s’il s’en sentait le besoin, il était prêt à attendre encore. Mais apparemment, c’était bon, en tout cas, cela commençait bien. Il réfléchissait à tous les livres qu’il avait lu, tout ce qu’il avait entendu sur les animagus lorsque Luzia coupa le court de ses pensées en lui posant une question plutôt rhétorique. Moran eut un sourire amusé en regardant la préfète : « Tu n’es pas morte dans un coin de la pièce donc je pense que tu as ta réponse, Luzia ». Le jeune homme plaisantait bien évidemment. C’était de l’humour plutôt noir, mais il s’y était habitué depuis bien longtemps. C’était assez fréquent, dans les rangs de sa maison, ce type de plaisanteries. Il se contenta d’ajouter : « J’ai tout à fait confiance en toi ». Etonnant cette confiance qu’il lui donnait alors qu’il ne la connaissait que depuis quelques mois. Le jeune homme avait tendance à s’ouvrir beaucoup plus, et même si ce n’était pas à contre-courant de sa nature, cela le perturbait quand même un peu. Néanmoins sa camarade Poufsouffle leva un doigt en énonçant sa condition, comme si elle faisait du chantage. Le jeune homme se contenta de fixer avec amusement en se disant qu’il s’agissait là d’un très mauvais chantage, assez simple à contrer. Il ne répondit rien pendant un temps tellement long qu’elle finit par ajouter être étonné que personne ne l’ai surprit.

Ah.

Oui, c’était une autre histoire. Moran se gratta l’arrière de la tête en fixant sa baguette allumée. La lumière se projetait sur leurs visages tandis qu’il se rappelait cette fameuse soirée où Andrews l’avait surpris. Sale teigne, ignoble piaf… « Eh bien justement en parlant de ça… ». Moran ne savait pas trop par quel bout commencer pour raconter la soirée horrible qu’il avait dû vivre en compagnie d’une des meilleures amies de Luzia. Effectivement la discrétion n’était pas son fort, et il ne comprenait toujours pas comment il avait pu frôler une armure et faire autant de bruit sans s’en rendre compte. Quant à la première fois, un courant d’air avant légèrement fait claquer la porte de la salle où il était… Que c’était dur de s’entraîner dans ce château de malheur ! « Maya m’est tombé dessus il y a deux mois » confessa-t-il de but en blanc. Il avait pris soin de l’appeler par son prénom et non pas son nom de famille, ce qui aurait fait remarquer un peu plus l’animosité réciproque entre les deux adolescents. « C’était une soirée assez horrible, en plus du fait qu’elle me soit tombé dessus. Mais je ne sais pas si elle a vraiment compris ce qu’elle a vu, je n’étais pas aussi avancé si je peux me permettre cette expression, alors bon. Disons que maintenant, elle a le doute concernant mes activités nocturnes ». Il était connu de bien des gens que les préfets Andrews et Powell ne pouvaient pas se piffrer. Ça se voyait aussi bien que ça s’entendait. Si Moran s’associait facilement avec Gardenia dont il était très proche, le niveau de Maya l’avait toujours insupporté. Et vice-versa. Ils veillaient à faire rager l’autre avec un plaisir incommensurable. C’était cliché, c’était gamin, mais ils ne pouvaient pas s’en empêcher. Et la jeune femme avait maintenant un moyen de pression sur lui, et il voyait ça d’un très mauvais œil. Pour ces activités, il pourrait être très durement sanctionné. Etre un animagus non déclaré était passible de prison à Azkaban. Alors oui, ce n’était qu’un sorcier de premier cycle mais il serait surveillé à vie. Et c’était tout ce qu’il voulait éviter. Ses parents auraient des problèmes, son père couvert de honte… Que Maya soit tombée sur lui était une très mauvaise chose.
Cette soirée, Moran y avait longtemps songé. Non seulement du fait qu’elle l’avait surpris, mais aussi parce qu’ils étaient tombés sur un épouvantard, lorsqu’elle l’avait ramené à sa salle commune. Ils avaient vraiment eu peur, et le jeune homme avait été totalement bouleversé par ce qu’il avait vu. Mais cela ne l’avait pas empêché de retourner s’entraîner à chaque fois qu’il avait une ronde à faire. Il ne voulait juste plus tomber sur une de ces créatures, il en serait devenu malade.
Maintenant, le préfet fixait d’un air plutôt absent un point sur le mur, en attendant que sa camarade réagisse à sa révélation. Il fallait qu’elle l’aide, à tout prix !
Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 650
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Thida ♥
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: "Verouiller une porte c'est bien, avec la magie c'est mieux" {Luzia & Moran} Mar 7 Fév - 19:03

Maintenant que Luzia avait abandonné l'idée d'amener Moran à l'infirmerie, ce dernier accepta de s'asseoir près d'elle, détaillant davantage son histoire de métamorphose. Luzia l'écoutait tandis que ses doigt trituraient un détail de sa robe. Elle ne rit pas trop à la blague de Moran, n'y voyant rien de drôle.
J’ai tout à fait confiance en toi, finit par dire le Serpentard.

À ces mots, Luzia releva la tête, croisa fugacement le regard de Moran, puis détourna les yeux ailleurs, émue par ce qu'il venait de dire. L'Espagnole était touchée par cet aveu qu'elle n'attendait pas. Elle savait qu'elle était gentille et que l'on la considérait comme telle - mais de là à ce qu'on lui avoua de but en blanc qu'on lui faisait confiance... En plus, Moran et elle ne se connaissaient pas vraiment. Après l'épisode de l'infirmerie, elle avait pensé que Moran se méfierait d'elle, la considérant comme une délatrice. Mais il avait raison : Luzia ne dirait rien. Dans le cas contraire, elle perdrait la confiance de quelqu'un et cela lui coûterait cher...

Maya m’est tombé dessus il y a deux mois, fit Moran.
Maya ?, répéta Luzia en relevant la tête.

Ça pour une surprise ! Elle savait que Moran et elle ne pouvaient pas se voir en peinture - guéguerre puérile mais tenace. La Cinquième année aurait pensé que si Maya avait un tel dossier sur Moran, elle en aurait fait part à ses amies. Même pas.
Elle ne m'a rien dit, souffla-t-elle une fois que Moran lui eût exposé les circonstances de la découverte de Maya.
Elle rit un peu, ajoutant :
Tu vois qu'elle n'est pas si mauvaise, elle garde aussi ton secret.

Luzia appréciait Moran, et c'était difficile d'avoir des amis qui ne pouvaient se supporter. Elle avait l'impression de se retrouver entre deux camps et de devoir sans cesse se demander qui avait vraiment exagéré. C'était épuisant...
Elle imaginait fort bien que Moran devait considérer sa situation par rapport à Maya comme tout à fait inconfortable. Elle le voyait fixer quelque chose devant lui, l'air pensif. Pendant un moment, Luzia n'ajouta rien.

Puis, anticipant la demande de Moran :
Tu veux que je lui demande de ne rien dire, à Maya ?

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 599
| AVATARS / CRÉDITS : Evan Peters on Bazzart (swan)
| SANG : Apparemment pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Mon oncle mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Verouiller une porte c'est bien, avec la magie c'est mieux" {Luzia & Moran} Jeu 9 Fév - 18:07

La conversation se faisait assez simplement entre eux. Ils avaient un sujet de conversation et se rendaient plutôt bien la balle. Moran avait avoué avoir confiance en la jeune fille, c’était vrai il ne passait pas la potion. Il aimait bien discuter avec elle, sa petite délation à l’infirmerie n’était rien et c’était largement pardonnable. Et maintenant qu’elle était au courant… On pouvait presque dire qu’il pouvait la considérer comme une amie proche.
Moran avait fini par lâcher totalement le morceau de cette soirée merdique qu’il avait passé avec une fille qu’il détestait. Non, il n’avait pas confiance en elle. Il n’aurait jamais confiance en elle. Elle lui sortait des yeux, la trouvait imbuvable et formidablement agaçante. Il savait qu’elle allait ruiner ses plans. Il ne savait pas comment s’y prendre pour sortir de ce mauvais pas. La préfette enchaîna en disant qu’elle ne lui avait rien dit. Pour l’instant. Si Moran se félicitait intérieurement du silence de la Serdaigle, il se disait que ce n'était une question de temps. Le jeune homme eut un ricanement ironique lorsqu’elle lui dit que sa copine n’était pas si mauvaise. Enfin bon, tout dépendait du point de vue !

Entre Maya et lui c’était toute une histoire, une trop longue histoire mais les deux partis ne se lassaient sûrement pas. Ils s’amusaient à se lancer vacherie sur vacherie, moquerie sur moquerie. C’était un jeu dans lequel tous deux s’amusaient bien.
Moran ne disait plus rien depuis un moment. Il écoutait les réponses de Luzia d’une oreille assez attentive sans pourtant porter ses yeux sur elle. Mais sa déclaration finale lui fit lever brusquement la tête vers son homologue. Elle lui proposait d’en parler à Maya ? De son plein gré ? Il n’aurait même pas besoin de labourer le terrain, alors ! La surprise, bien que fugace fut largement visible dans ses yeux noirs. « C’est ce que j’avais en tête, oui … » concéda-t-il, mal-à-l’aise. C’était donc si flagrant ce qu’il attendait d’elle ? « Je ne veux pas te mettre dans une position inconfortable » ajouta-t-il en réfléchissant à ce que la jeune fille pourrait dire. Si elle le lui disait trop frontalement, les soupçons de sa copine seraient fondés et malgré un « oui oui » en réponse, Moran savait qu’elle n’allait pas se priver. Luzia ou pas Luzia. C’est que la méfiance était un sentiment tenace. « Le problème c’est que ça confirmera ses soupçons si tant est qu’ils aient besoin d’être confirmés, je pense qu’il y a une manière de le dire… C’est à toi de voir si tu souhaites vraiment faire ça pour moi ou non, en tout cas je te serais je crois éternellement reconnaissant ». Il ne pouvait pas passer à côté d’une occasion si belle. Il ne comprenait pas comment une fille aussi gentille qu’elle pouvait côtoyer l’espèce de monstre que représentait la Serdaigle. Ses mauvais sentiments avaient largement empirés après leur malheureuse escapade. S’il n’avait pas été avec elle il ne serait pas tombé sur cet épouvantard. Il jeta un œil soucieux à sa montre pour voir qu’il était très tard : « Il est vachement tard » lança-t-il sur le ton de la conversation.
dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 650
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Thida ♥
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: "Verouiller une porte c'est bien, avec la magie c'est mieux" {Luzia & Moran} Sam 11 Fév - 23:26

Malgré les boutades de Luzia au sujet de Maya, Moran ne se laissait pas convaincre. Son visage restait légèrement figé en une moue fermée. Il eut même un rire ironique qui désappointa la Poufsouffle. Or, elle avait raison, non ? Si Maya avait gardé le silence jusqu'à présent, même auprès de ses meilleures amies, c'est qu'elle n'avait pas la volonté de nuire à Moran. Seulement, allez faire changer d'avis à quelqu'un d'aussi buté que le Serpentard...

Depuis quelques instants, ils s'étaient tus. Luzia pensait à la relation si particulière qui liait Moran et Maya quand elle demanda à son acolyte s'il attendait d'elle qu'elle demande à son amie de ne pas cafter.
Moran sembla très surpris, eut un mouvement un peu brusque et son regard exprima un instant l'étonnement. Il sembla ensuite un peu mal à l'aise, avouant que c'était ce qu'il avait l'intention de lui demander.
Je ne veux pas te mettre dans une position inconfortable...

Luzia eut un petit sourire et secoua la tête par la négative :
Il s'agit d'une de mes meilleures amies. Je ne pense pas qu'elle te dénoncera. Et si jamais elle en a l'intention, elle m'en fera d'abord part.
C'était peut-être un excès de confiance, mais l'Espagnole connaissait son amie depuis longtemps.
C’est à toi de voir si tu souhaites vraiment faire ça pour moi ou non, s'inquiéta le jeune homme. En tout cas je te serais je crois éternellement reconnaissant.
Moran, répondit Luzia, comme je te l'ai dit, je vais la laisser venir et verrai ensuite. Je n'ai pas besoin de ta reconnaissance : je veux juste que tu fasses tes rondes dans les règles de l'art.

Après tout, c'était parce qu'il avait voulu n'en faire qu'à sa tête que le Sixième année se retrouvait dans une telle situation... Et l'on disait les Serpentard rusés ? Voilà un fait tangible qui mettait à mal les clichés !
Oui, il est tard, approuva-t-elle en reprenant ses esprits.

La réalité de son devoir de préfet lui semblait loin et terriblement insignifiante par rapport à ce qu'elle venait de découvrir à l'instant. Malgré la remarque de Moran, elle resta sur sa table, sa baguette lumineuse dans la main droite, n'esquissant aucunement un mouvement pour se remettre en train.
N'empêche, je n'y crois pas, lâcha-t-elle en levant les yeux au ciel. Sais-tu déjà en quoi tu vas te transformer ?

Car elle avait tellement d'interrogations qu'elle n'avait pas envie de laisser Moran filer comme ça - qui savait quand ils auraient l'occasion de se retrouver suffisamment seuls pour aborder un tel sujet ?

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...


Dernière édition par Luzia Ozores le Lun 20 Fév - 19:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 599
| AVATARS / CRÉDITS : Evan Peters on Bazzart (swan)
| SANG : Apparemment pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Mon oncle mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Verouiller une porte c'est bien, avec la magie c'est mieux" {Luzia & Moran} Lun 13 Fév - 15:52

Moran trouvait que Luzia avait beaucoup trop confiance en la gentillesse de sa meilleure amie. Mais en même temps il savait qu’il ne pouvait pas lui jeter la pierre non plus. Si les situations avaient été inversés, et que Luzia s’entraînait pour devenir un Animagus, n’aurait-il pas dit la même chose ? Même si Gardenia avait été dans la même situation que l’autre bleue ? Il l’aurait défendu, convaincue qu’elle ne ferait rien pour lui nuire. Le jeune homme essayait de se convaincre que son homologue comprenait mieux Maya que lui, et que tous les airs mauvais de la bleue n’étaient que des images pour le déstabiliser. Luzia ajouta qu’elle allait attendre que son amie vienne le lui en parler. Par contre, si la préfète se trompait, Moran aurait de grosses raisons de lui en vouloir. De toute manière, Ozores ou pas, il comptait bien assurer ses arrières, mais bien sûr, il lui en fit pas part, se contentant de hocher la tête à ce qu’elle lui dit. « D’accord » concéda-t-il au sujet des rondes, « si ça peut te faire plaisir… ». Moran ne disait sûrement pas ça de gaieté de cœur, mais au moins il tiendrait parole. Difficilement, mais il tiendrait parole. Elles seront peut-être rapides, mais elles seront faîtes avant ses activités personnelles.

Même si la jeune fille approuva son intervention sur l’heure, elle ne bougea pas plus que lui, d’ailleurs. Il n’avait pas sommeil et n’avait pas forcément envie de rentrer non plus. Les lumières de leurs baguettes illuminaient assez la pièce pour qu’ils puissent tous les deux se voir parfaitement. Le sac du Serpentard était abandonné par terre à côté d’un livre ouvert. Il se dit qu’un simple sortilège l’enverrait dans son sac, mais il avait la très vague impression qu’ils allaient tous les deux rester encore un bon moment-là. Ranger ses affaires serait une invitation à partir, or Moran aimait cette conversation avec Luzia. Au final, ils avaient souvent des conversations très constructives, qui aboutissaient à quelque chose en tout cas. Leur conversation avec Hazel cet été avait été bienfaitrice. Pour tous les trois. La jeune fille le coupa dans le cours de ses pensées en reprenant la parole. Il l’écouta attentivement, un léger sourire au coin des lèvres. En quoi allait-il se transformer… Bonne question. Excellente interrogation, même. Il avait une vague idée mais pas d’animal précis en tête : « Les plumes, cela fait une semaine que j’ai réussi à les avoir. Je présume donc que ce sera un oiseau. Savoir quel type d’oiseau par contre, c’est une autre histoire. J’espère juste qu’il sera discret… Et que ce ne sera pas un poulet ou pire, une autruche ! ». Il avait fini en plaisantant à moitié. Moran avait absolument besoin d’un oiseau discret pour ses petites affaires personnelles mais il ne savait pas si son homologue avait relevé le terme. Il sera sincère avec elle, de toute manière si elle lui pose la question. « Si tu devais t’entraîner toi aussi, tu penses que ce serait quoi ton animagus ? ». Souvent cela prenait l’apparence du patronus, en tout cas c’est ce qu’il avait lu dans ses livres. Et souvent c’était un animal qui nous correspondait. Moran se disait que son besoin de liberté et de faire ce qu’il voulait était plutôt bien en accord avec les premiers indices qu’il avait concernant sa transformation. Mais qu’en serait-il de Luzia finallement ?

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Verouiller une porte c'est bien, avec la magie c'est mieux" {Luzia & Moran}

Revenir en haut Aller en bas

"Verouiller une porte c'est bien, avec la magie c'est mieux" {Luzia & Moran}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Le sceau du Phénix [ PV Aurelien ?, Elly et Eliaz ]
» Journée porte ouverte
» [X]Toi tu tombes bien ! (PV Damian)
» Ce que vous pouvez faire de bien avec le pokémon distribué (Evoli)
» Comment peindre vite et bien avec de la lasure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Les oubliettes
 :: 
Les souvenirs de Poudlard
-