GRYFFONDOR : 160 pts | POUFSOUFFLE : 10 pts | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Le calendrier de l'avent fait son grand retour à Poudlard ! Il débutera le 1e décembre et se terminera le 25. Toutes les explications ICI !
Une sortie à Pré-au-Lard a été organisée afin de vous permettre d'effectuer vos achats de Noël. Le sujet est juste ici ! Tout post vous rapportera 2 dragées.

Partagez|

Un dernier croassement, la mort du corbeau. [Ft. Voldemort]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Un dernier croassement, la mort du corbeau. [Ft. Voldemort] Mar 20 Déc - 20:01

Cette nuit, l’orage tapait très fort, le vent faisait cogner les volets sur cette ancienne maison. Ilvermorny, voilà le lieu où je m’étais retiré sachant la mort venir. Je savais très bien que Voldemort n’allait pas trop tarder à arriver et cela ne me faisait pas tellement peur, car au fond, j’avais eu une belle vie. Sur le présentoir de ma cheminée se trouvait des photos de mes plus grandes heures de gloire, mon combat pour la justice, mais aussi ma photo de mariage et celle de la naissance de mon fils, la prunelle de mes yeux. En songeant qui vivrait sans connaitre son père, cela m’attrista, il ne connaîtrait jamais son père, mais d’autre pourront lui raconter pourquoi son père est mort.

En ravalant mes larmes, je soupirais en regardant tous les papiers posés sur mon magnifique bureau, il y avait mon testament où je laissais tout mon argent à ma femme et mon fils afin que jamais ils ne manquent de rien. Whillemina avait tenu à rester jusqu’au bout avec moi, mais avec force de persuasion, je l’ai laissé sous la protection d’Albus Dumbledore. Depuis toujours, mon elfe de maison avait toujours beaucoup compté pour moi, plus que n’importe qui d’autre, elle a toujours été une sœur pour moi et jamais, je ne la laisserais souffrir. Pour la convaincre de me le laisser, je lui ai dit que mon futur était de mourir des mains de Voldemort, mais que mon fils aurait besoin de toute la protection magique qu’elle pourrait lui offrir.
Alors que la lune brillait d’une lueur éclatante, j’entendis derrière moi la porte qui s’ouvrait avec douceur, signe qu’il était enfin arrivé. Je restais dans mon fauteuil près de la cheminée et prononçai ces mots :

- Bonsoir, Tom, merci de ne pas avoir détruit ma porte.

Ma baguette d’un très bel ouvrage était posée non loin de moi et je dis d’une voix douce et fatiguer :

- Bois un verre avec moi, mon cousin avant qu’on livre notre dernier combat.


Je pris ma baguette en crochet de basilic et bois de sureau avant de donner un petit en l’air pour faire apparaitre de la cuisine une bouteille d’hydromel ancien que je réservais pour cette grande occasion.

- Si cela ne t’ennuie pas, je préférerais qu’on livre notre dernier combat dans le jardin, j’aimerais que cette maison revienne à ma femme et à mon fils après ma mort.

J’ai pris dans mes mains, mon verre et le leva en direction de Voldemort en attendant de trinquer avec lui :

- A la fin des grands et à Dumbledore
.

Je souris amusé de le voir dans un état de fureur à la seule prononciation du nom de Dumbledore, Albus a toujours été le seul sorcier à avoir jamais fait peur au puissant seigneur des ténèbres comme il aime se faire appeler. Il regarda le sorcier avec froideur et douceur avant de continuer sur sa lancée :

- Après ma mort, je veux que tu me promettes de ne jamais toucher à ma femme et mon fils. Je pars de ce monde en ayant ta promesse et si tu refuses, Albus recevra une lettre contenant tous mes souvenirs de nos années passées à l’école et surtout du moment, ou tu m’as demandé des conseils sur les horcruxes.

Mon regard de saphir se posa sur Voldemort avant de dire d’une voix forte en reproche :

- Ne fais pas cette tête, Tom, je ne l’ai compris qu’hier en cherchant un moyen de protéger ma femme et mon fils. Tu as réussis à créer des horcruxes et tu vas surement en créer un autre après mon meurtre, je me trompe ? Allons, tu peux me l’avouer, tu sais très bien que je ne pourrais jamais te tuer et que tu me vaincras, cette nuit. Je partirais la tête haute comme j’ai toujours vécu, en luttant contre les mages noirs, contre toi, Tom, un sang-mêlé qui tue un sang-pur, son propre cousin.

Je regardais Voldemort avec froideur avant de me lever pour montrer mon verre en face du tableau de Morrigan :

- Cette nuit, je rendrais une nouvelle fois, honneur à mon ancêtre, Morrigan et je partirais la tête haute, la baguette a la main. Pourtant, il n’est pas encore l’heure de combattre, répond d’abord à ma question, Tom. Combien en as-tu crées ?

Je me rassis dans mon siège et regarde le seigneur des ténèbres attendant sa réponse.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas

Un dernier croassement, la mort du corbeau. [Ft. Voldemort]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 18 octobre , commémoration de la mort d'Anténor Firmin
» [UPTOBOX] Le Jeu de la mort [DVDRiP]
» Aquilae, une colombe dans la plume, un corbeau dans les pensées.
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Back to the eighties
-