Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille | LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 860
| AVATARS / CRÉDITS : © yaya <3
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille | LIBRE Mar 3 Jan - 13:13

Le cours de DFCM avait été éprouvant - comme toujours lorsque Monsieur Funestar les faisait travailler en binômes - puisque Marlene avait fait face une fois de plus à son amie Astrid Oorlos. Marlene ne savait dire si c’était à cause de son air naturellement altier ou de ses compétences redoutables de duelliste mais les élèves formaient toujours un fossé autour d’Astrid dès que leur Professeur parlait duels et binômes. Marlene qui adorait aller là où personne ne se rendait adoptait toujours le mouvement contraire de ses camarades si bien que les deux lionnes finissaient toujours par travailler ensemble. Et comme toujours, la Galloise faisait mordre la poussière à l’Écossaise, ce qui lui convenait bien somme toute, non pas qu’elle soit spécialement adepte du style no safe word de son amie, elle avait simplement l’impression agréable de progresser depuis qu’elle travaillait à ses côtés. Marlene n’était elle-même pas mauvaise en la matière et Astrid faisait partie des élèves qui lui offraient un challenge intéressant.

Ce fut donc naturel pour les deux amies de s’attabler ensemble dans la grande salle pour déjeuner ce jour-là. Marlene qui sentait déjà les prémisses de courbatures poindre, engloutissait son haggis comme un géant des montagnes. Le nez penché dans son assiette, la panse de mouton farcie et la purée l’accompagnant rejoignaient son gosier sans avoir le temps de refroidir. Ce ne fut que lorsqu’elle leva la tête pour se servir un verre d’eau qu’elle remarqua à une autre table une abomination qui lui fit lâcher sa fourchette. « Nom d’un musard bigarré ! Est-ce que c'est bien ce que je vois ? Astrid ! » interpella-t-elle son amie en désignant d’un coup de menton une autre élève avec un look qui aurait fait rougir Lady Babayaga. Une jeune élève d’origine asiatique - sans doute une première année ou une deuxième année - avait recouvert son crâne d’un bonnet en boursouf pour se protéger du froid. Alors certes, ce n’était pas une espèce en voie de disparition mais tout de même ! On voyait encore ses oreilles, son nez, et ses petites dents, c’était une ignominie terrible pour Marlene ! « J’peux pas manger mon haggis dans ces conditions ! » trancha-t-elle en repoussant son assiette le nez froncé comme une princesse. Elle vit Mairead Aubrey passer par là et avisa son autre amie sensible à la défense des créatures magiques. « Mairead, t’as vu le look de la nana ? » dit-elle en pointant carrément du doigt l’intéressée ce coup-ci. « Genre la nana elle s’promène avec un boursouf sur la tête quoi ! ». Elle n’en finissait pas de s’indigner. « J’me doute que c’est pas votre truc de travailler en duo vu que … hum … ». Elles étaient fâchées pour quoi déjà les deux copines ? Astrid était sortie avec Bertram et du coup Mairead avait triché à un duel contre Astrid pour se venger ? Ou un truc du genre ! Elle ne savait plus mais avait toujours trouvé leur différend complètement stupide d’aussi loin qu’elle pouvait s’en rappeler. « MAIS ON PEUT PAS LAISSER PASSER CA LES FILLES ! ».

Ni une ni deux, elle bondit sur le banc pour dominer la foule de capes noires environnantes, et brandit sa baguette en lançant un sonore « Wingardium Leviosa ! » pour faire léviter du bout de sa baguette un pichet de jus de citrouille qu’elle comptait bien déverser sur la pauvre charogne. Si la jeune fille ne voyait pas le sang qui avait coulé pour lui offrir son accessoire de mode, les trois justicières l’aideraient à leur façon !

hors-jeu:
 
dragées:
 

______________________________
Act your age, not your shoe size
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.


Dernière édition par Marlene McKinnon le Mer 4 Jan - 12:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille | LIBRE Mar 3 Jan - 20:00

L’hiver avait une fâcheuse tendance à ouvrir l’appétit de la Serdaigle. Depuis quelques mois, elle s’étonnait elle-même de sa capacité à engloutir des montagnes de nourriture. Le parc gelé, les couloirs parfois glacials et les feux dans les cheminées l’inspirait à porter à sa bouche toute boisson chaude, toute nourriture particulièrement grasse ou sucrée. Il faut croire que son corps lui demandait de faire des réserves. Son cerveau lui commandait de mettre ses petits muscles fébriles à l’abri sous une bonne couche de graisse isolante. Ce devait être l’explication. Que cela pourrait-il être d’autre ? De la gourmandise ? Non vraiment. Ça ne pouvait pas être aussi simple. Ce midi comme tous les autres depuis des semaines donc, Mairead se trouvait face à une assiette bien – trop – garnie pour une jeune fille convenable. Une petite montagne de cuisses de poulet s’élevait à côté de la colline de pommes de terre sautées, jouxtant le jardin de choux de Bruxelles et carottes. Olivia, assise à côté d’elle jeta un petit regard perplexe sur la quantité de nourriture entassée devant son amie, mais Mairead n’y prêta pas attention et attaqua les pommes de terre. Hm… il manquait quelque chose. Elle tourna la tête vers un groupe de cinquième années sur sa droite. « Eh ! Tu pourrais me passer la sauce ? » lança-t-elle à un blond au teint blanchâtre. La saucière passa de mains en mains avant d’arriver devant la brune… vide. Un ange passa alors que le visage de l’adolescente se décomposait. « Non mais c’est une blague ? » demanda-t-elle  avec humeur au fameux garçon blond qui, manifestement pas bien impressionné, lui répondit par un haussement d’épaules et reprit sa conversation avec son voisin de table. Énervée par l’incident, elle décida que se disputer avec lui serait contre productif. Vite, trouver une solution avant que son repas refroidisse ! Un coup d’oeil alentours lui apprit qu’une saucière pleine se trouvait pas loin de là, à la table des Gryffondors voisine, près de son amie Aurore. Sans réfléchir, elle se leva et la rejoignit. « Hey Aurore ! La bande de licheurs des marais à notre table a complètement vidé notre saucière. Je peux emprunter celle-ci ? Je la rapporte tout de suite… »

Sans qu’Aurore ait eu le temps d’ouvrir la bouche pour lui répondre, la Serdaigle s’entendit interpeler un peu plus loin à la table des rouges et or : « Mairead, t’as vu le look de la nana ? ». Elle tourna la tête pour découvrir une autre copine : Marlene. Un peu extrême et parfois agaçante, mais engagée dans certaines causes tenant à coeur à Mairead et pour lesquelles elle collaborait volontiers avec la tornade blonde. « Genre la nana elle s’promène avec un boursouf sur la tête quoi ! ». Le reste se déroula comme dans un film – bien que ce fut un concept inconnu de la jeune sorcière. Un panoramique latéral emmena son regard jusqu’à une fille à l’autre bout de la Grande Salle. Gros plan sur son bonnet : en effet, on reconnaissait bien la petite créature velue, chose que le créateur – l’assassin – ne s’était même pas donné la peine de dissimuler. Mairead pouvait toujours distinguer les oreilles de la pauvre créature. Raccord sur Marlene. Elle parle, mais la Serdaigle ne distingue pas bien ses paroles en dehors de « ON NE PEUT PAS LAISSER PASSER ÇA LES FILLES ! ». Pas le temps de se demander qui sont les autres filles. Mairead perçut très distinctement la main de la cinquième année sortant sa baguette de la poche de sa robe et la tendant vers un pichet de jus de citrouille. Au ralenti, celui-ci décolla au dessus des têtes des élèves attablés, se dirigeant inéluctablement vers la fille affublée d’un cadavre comme d’un accessoire.

Ça, c’était typique de Marlene McKinnon. Mairead savait ce que c’était d’oublier de réfléchir avant d’ouvrir la bouche, mais elle prenait généralement le temps de peser le pour et le contre avant d’agir. En l’occurrence, l’idée de sa copine ne lui parut pas bonne. Pas bonne du tout. Elle ouvrit des yeux ronds et se précipita vers elle, bousculant la Gryffondor brune à ses côtés au passage. Sans y penser, elle attrapa le bras de la défenseuse des créatures magiques. « Arrête Marlene ! Ce "bonnet" est infâme, mais c’est pas une bonne idée !! ». Le pichet tangua dangereusement dans les airs, déversant quelques goutes sur un élève sur sa trajectoire. Une seconde. Mairead était une sorcière elle aussi. Elle sortit sa baguette de sa poche et lança un sortilège qu’elle avait appris au début de l’année scolaire « Accio ! » fit-elle en visant le jus de citrouille. Mais au lieu de revenir vers elle, l’objet arrêta simplement sa progression vers la criminelle, comme si les volontés des deux sortilèges s’annulaient l’une l’autre et qu’il ne savait plus de quel côté il était censé se diriger. « Oh oh… » fit Mairead redoutant une catastrophe. Le pichet se mit à trembler dangereusement dans les airs. « C’était pas une bonne idée non plus » souffla-t-elle. D'un air désespérée, elle tourna la tête en quête d'un soutien quelconque et découvrit Astrid Oorlos à ses côtés. C'était elle qu'elle avait bousculée. « Ah génial. » remarqua-t-elle en se pinçant les lèvres.

dragées:
 


Dernière édition par Mairead Aubrey le Dim 8 Jan - 15:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 474
| AVATARS / CRÉDITS : Gemma Arterton | carson
| SANG : Toujours Pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Moi, ruinée
| PATRONUS : Un puma
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille | LIBRE Mar 3 Jan - 21:06

Astrid était attablée à la table des Gryffondor, toute seule au départ. Elle n’avait cure de savoir qui mangerait avec elle ou non. La jeune fille n’était pas forcément très portée sur les talents culinaires des elfes du château. Elle mangeait à sa faim, puis partait. Cela ne servait à rien de rester dans la Grande Salle à discuter alors que la vie l’attendait hors de cette salle. Astrid Oorlos se servait paisiblement un peu de tout, parce que s’il fallait se faire plaisir, il fallait faire attention à bien manger. Tout en délicatesse, elle commença son plat, lorsque ce qu’elle apellait une furie blonde débarqua à côté d’elle. Marlene.  

- Ah tient, salut ! Lança la brune sans se désintéresser de sa nourriture.

A peine son amie fut-elle assise à ses côtés qu’elle explosa, faisant sursauter la jeune duelliste. Sans lâcher sa fourchette elle regarda d’un air incompréhensible son amie. Marlene et ses idéaux. Marlene et ses idées de paix. Marlene et sa détermination à toute épreuve. Astrid avait appris à se contrôler en présence de la Gryffondor. Entendez par là, contrôler ses nerfs. La jeune fille pointa du doigt quelqu’un qu’Astrid essayait de repérer.
Boursouf boursouf… Ah, une toque de boursfouf, d’accord. Il fallait faire attention à bien la suivre, la McKinnon. Oui oui c’était scandaleux tout ça, mais inutile de faire un tel scandale dans la Grande Salle. Astrid ne répondit rien, et préféra repartir dans son assiette. Mais Marlene ne semblait pas vouloir s’arrêter à une simple dénonciation.
Astrid en était à sa troisième bouchée (et sans doute la dernière, malheureusement), lorsqu’elle vit le pichet de jus de citrouille se soulever en face elle. Elle regarda d’un air absent la chose s’élever dans les air avant de jeter un coup d’œil à Marlene qui semblait déterminée à faire regretter à cette fille d’avoir acheté cela. Elle avait souvent honte de Marlene. Trop enjouée, trop déterminé pour elle. Alors forcément quand elle hurla qu’il ne fallait pas laisser passer ça, Astrid avait préféré faire mine de ne pas l’écouter.

- Non mais ça va p…

Bam. Bousculée. Astrid venait d’être bousculé, quand elle parlait, en plus de cela. Non mais qui se permettait de la déranger à table. Agacée, énervée, elle leva les yeux pour tomber sur… Mairead. Ahah.  Comme par hasard, qui pouvait bien être assez idiote (pour ne pas employer le mot cruche) pour la bousculer. Mais la folie vengeresse de Marlene la fit se désintéresser de la bleue.
Un bruit. Un cri. Le pichet venait de tomber. Astrid n’avait pas bien vu la scène, sa vue obstruée par Maread Aubrey. Elle plissa les yeux quand elle se retourna vers elle et s’en fut trop pour elle. Astrid se releva d’un air fier :

- Tu ne peux donc pas faire attention Aubrey, ce n’est pas tes cordes je présume ?

Mauvaise, vindicative, arrogante.
Trois traits de caractère distincts chez la jeune fille. Elle la fusillait du regard et attrapa sa baguette. Une bonne leçon lui ferait du bien, à celle-là.
Mais Astrid n’eut pas le temps de faire quoi que ce soit, il y avait de l’agitation derrière. Elle se pencha pour voir la table des Gryffondor embrasée en pleine bataille de nourriture. Elle regarda d’un air indéchiffrable Marlene, la cause de tout ceci.
Mais l’excitation et la bêtise semblait gagner les autres tables. Il allait maintenant lui falloir zigzaguer pour éviter toute nourriture… A moins que…
Mairead allait voir de quel bois elle se chauffe !
Dragées:
 


Dernière édition par Astrid Oorlos le Dim 8 Jan - 15:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 967
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille | LIBRE Mer 4 Jan - 22:08

Alexandre sortait tout juste du cours de DFCM qu'il avait trouvé assez intéressant. D'autant plus qu'il appréciait bien le professeur Funestar. Selon lui, c'était un bon professeur. C'était l'heure de manger. Avant de se rendre à la Grande Salle, il fit une halte aux toilettes pour se laver les mains, se remettre un coup de déodorant, aller faire ses besoins naturels et se relaver les mains. Quand il entra dans la Grande Salle au rez-de-chaussée. Tout était normal. Il se rendit comme d'habitude à la table des Serpentards pour manger un repas bien mérité. On pouvait dire que le jeune homme avait un régime assez particulier pour un adolescent. Déjà, il ne mangeait de la viande que deux fois par semaine et une fois du poisson et seulement le midi. Le seul aliment carné qui échappait à cette règle était le saucisson sec. Quoi ! Le saucisson, c'était trop bon ! C'est d'ailleurs à cause de cela qu'Alexandre n'osait pas franchir la prochaine étape: se mettre au végétarisme. Pour l'instant, il avait juste une consommation de viande réduite, bio (comme beaucoup d'aliments qui pénétraient la bouche du Serpentard) et d'élevage respectueux des animaux. Et ce n'était pas le seul aspect étonnant de son alimentation d'adolescent !
Ce jour-ci était un jour sans viande. Alors qu'Alexandre mangeait paisiblement les morceaux de légume qui flottait dans son bouillon d'entrée, aliment qu'il mangeait très fréquemment en hiver, il entendit un éclat de voix. « Genre la nana elle s’promène avec un boursouf sur la tête quoi ! ». Il reconnaissait la voix de Marlene. Un boursouf ? Il ne retourna pour voir de qui parlait la Gryffondor. Alexandre fut dégoûté en voyant le boursouf mort sur la tête d'une élève. Il se demandait même s'il était empaillé au moins ! Il retourna vers son bol de bouillon pour ne plus avoir à voir ça. Il trouvait cela de très mauvais goût et affreusement barbare comme accoutrement. Cela lui faisait penser aux chasseurs habitant dans la forêt qui vivaient de la chasse. Un frisson parcourut le jeune homme. C'était tellement dégueulasse de porter cela. Et la cause animale alors ? Alexandre avait pour principe de peau animale comme le cuir ou la fourrure. L'idée d'avoir ça sur lui l'écoeurait. Pauvres bêtes... De toute façon, qu'est-ce qu'il pouvait faire ? C'était son droit, à la jeune fille, un droit qu'il n'approuvait pas du tout. Mais bon...
Mais Marlene Mckinnon ne résonnait pas de la même façon, apparemment. « ON NE PEUT PAS LAISSER PASSER ÇA LES FILLES ! » scanda-t-elle alors que la voix de son amie Mairead, qu'Alexandre n'appréciait pas du tout au passage, essayait de la raisonner. Des formules lancées, une sorcière trempée. Alexandre se retourna pour voir ce qui s'était passé. Noon... Marlene n'avait pas fait ça ? La tueuse de boursouf était trempée de jus de citrouille. Le Serpentard était bouche-bée mais ne put s'empêcher d'avoir un petit rictus. Mais il fut vite remplacer par l'expression: "Oh c'est la bouse" quand il constata que toute la table des Gryffondors s'était mise à lancer de la nourriture dans tout les sens. Cette folie prit vite des proportions dingues et atteint inexorablement la table des serpents.  Réflexe de conservation de vêtements propres, Alexandre faisait du mieux qu'il pouvait pour éviter les projectiles de nourriture mais un gros pilon de poulet atterrit dans son bouillon, l'éclaboussant au passage. « Par la barbe de Dumbledore ! » jura-t-il en se levant, la bouche ouverte. En esquivant les jets de viandes, de légumes ou quoi que ce soit d'autre, il alla voir la cause de ce désastre.

« Mais nom d'un botruc desséché ! Qu'est-ce que t'as foutu Mckinnon ?! » cria-t-il pour se faire entendre par la Gryffondor au milieu de ce brouhaha d'élèves excités.

D'un coup, il baissa la tête pour éviter un steak qui volait droit devant lui tel un cognard fatigué et peu menaçant.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille | LIBRE Dim 8 Jan - 10:49

Sous l’influence des deux sortilèges contradictoires, le pichet de jus de citrouille avait simplement fini par exploser dans les airs ! Le liquide orange avait aspergé l’élève au bonnet en boursouf, mais aussi de nombreux élèves totalement innocents. Horrifiée, Mairead avait assisté à la scène, complètement impuissante. Les victimes semblaient choquées par ce subit contact froid, humide et collant. Des mèches de cheveux agglutinés devant les yeux, la surprise de certains se mua bientôt en colère. Lançant des regards autour d’eux, ils cherchaient un coupable. S’en apercevant, la Serdaigle toujours debout, baguette à la main, plongea derrière la table. Pourvu qu’ils ne l’aient pas aperçue. Tant pis si Marlene s’attirait l’entière culpabilité et les foudres de certains élèves. Après tout, c’était elle qui avait déclenché tout ça, Mairead avait juste essayé de l’arrêter. Tentative largement ratée, certes. Mais l’intention était bonne. Non ? La quatrième année avait en réalité plutôt pour habitude de défendre bec et ongles les personnes qu’elle aimait. Était-elle assez proche de McKinnon pour accepter de se prendre une pleine casserole de purée en pleine face ? Probablement pas. Elles étaient juste copines. De toutes façons, les Gryffondors n’étaient-ils pas censés être les plus braves et les plus courageux ? Eh bien, cela ne dérangerait peut-être pas la jolie blonde de faire honneur à sa maison.

« Tu ne peux donc pas faire attention Aubrey, ce n’est pas tes cordes je présume ? » Ah oui. Elle avait presque oublié qu’Oorlos se trouvait juste à côté d’elle. Toujours accroupie, la Serdaigle leva le regard vers son ennemie. Elle n’était pas exactement en position de force, planquée derrière la table, mais malgré sa conscience d’avoir l’air un peu ridicule, elle ne se redressa pas. Pas question de prendre des risques inutiles alors que la bataille de nourriture s’intensifiait autour d’elle. Elle n’était pas stupide. Sa position étrange ne l’empêcha pas de répondre avec aplomb : « Oh, mais voyons. Si Madâme est si douée qu’elle le prétend, pourquoi madââme n’a-t-elle pas pris la peine de gérer la situation ? Nul doute que nous serions tous propres et secs si la grande Astrid Oorlos avait daigné remuer le petit doigt. ». Et puis quoi encore ? D’où cette veracrasse se permettait-elle de lui faire des remarques ? Quelle peste. Elle se pensait vraiment tout permis. Elle ne la blâmait pas vraiment d’avoir le béguin pour son frère, au fond, elle n’était pas la seule à Poudlard – même si entendre des gloussements et le nom de son frère en passant devant certains groupes de filles lui cassait sérieusement les pieds. En revanche, son air de tout prendre pour acquis, et de considérer Bertram comme une sorte de « proie facile » étaient insupportables. Et elle le tenait de source sûre. Enfin… elle le pensait. Devant son petit rictus, Mairead dut réprimer une vive envie de lui tirer les cheveux.

Alors qu’elle se demandait s’il valait mieux se tirer de là rapidement ou si ça valait la peine de rester pour donner une leçon à Oorlos, un autre de ses grands amis débarqua. Ô joie ! Elle reconnut la voix de Rozen occupé à disputer Marlene. En soi, il avait raison de la réprimander. Elle était finalement à l’origine de la plus grosse pagaille dans la Grande Salle à laquelle Mairead ait assisté depuis son entrée à l’école. Elle espérait qu’Alexandre ne l’avait pas vue. Elle le détestait probablement encore plus qu’Astrid. Coincée à genoux entre deux chaises, elle se demanda ce qu’elle avait bien pu faire à Merlin pour se retrouver dans une telle situation. Ah, elle était décidément bien punie pour avoir voulu emprunter une saucière !

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 860
| AVATARS / CRÉDITS : © yaya <3
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille | LIBRE Dim 8 Jan - 16:07

Le pichet de jus de citrouille avait dangereusement vacillé quand Mairead lui avait attrapé le bras, manquant de se renverser sur une table innocente. Marlene n’avait pas baissé le bras ni le regard de l’objet ensorcelé. Mais si sa détermination était inébranlable, le pichet lui ne l’était pas et, soumis à deux forces contraires, il finit par exploser dans les airs en douchant tous les élèves qui se trouvaient en dessous y compris le boursouf. Elle lança un regard ahurie à ses deux comparses qui avaient bien l’air aussi crétines qu’elle avec leur baguette à la main. « Euuuuuh … ». Le bruit d’aliments tombant sur leur table sonna comme le doux début d’une pluie de grêlons et elle détourna son regard farouche de la catastrophe dont elle était pourtant un tantinet l’initiatrice. Le bruit des couverts fut bientôt recouvert par des cris vindicatifs et des rires. Ce n’est que lorsqu’elle vit Mairead se réfugier derrière la table qu’elle réalisa l’ampleur de la situation. Sans lâcher sa baguette, elle se pencha pour saisir de son autre main une serviette blanche et l’agita vivement sous son nez. « Paix ! Paix ! Paaaiiiiix ! » cria-t-elle en espérant que ses camarades de maison soient épargnés et qu’ils ne se lancent pas dans une terrible guerre. Mais les petits pains et les manchons de poulet pleuvaient à travers la salle avec la force d’une tempête.

Toujours debout sur son banc - parlez donc d’une cible facile ! - elle ne distingua Alexandre parmi l’océan agité de capes noires que lorsqu’il l’interpella. Quoi ? Mais qu’est-ce qu’il faisait à leur table ? Elle se rassit immédiatement et se pencha au-dessus de la table rouge et or pour distinguer ses mots dans le brouhaha environnant. « Mais nom d'un botruc desséché ! Qu'est-ce que t'as foutu McKinnon ?! » « Moi ? Mais rien ! C’est Mairead qui a fait n'importe quoi ! » s’exclama-t-elle en se dédouanant complètement sur le compte de son amie encore accroupie, quelle lâcheuse celle-là ! Elle, tout ce qu’elle comptait faire, c’était renverser avec délicatesse tout le contenu du pichet sur l’immonde accessoire de mode d’une jeune fille peu soucieuse du respect des animaux. Certains auraient été choqués et d’autres encore amusés mais aucune explosion intempestive ni dommage collatéral n’était à son sens de son ressort. Elle pencha la tête pour lancer à sa copine un regard outré quand elle vit voler au-dessus de sa tête des missiles de purée. « Quelle bouse ! » s’exclama-t-elle en portant sa main à ses boucles aspergées de purée. Un pain avait atterri en plein dans le plat et avait fait des victimes dans un périmètre d’un mètre cinquante autour. Elle s’était lavée les cheveux le matin même et était foutrement contrariée car aussi efficace puisse être un bon recurvit, elle était bonne pour avoir les cheveux graissés si elle ne se les relavait pas le soir-même, une vraie tannée ! Le tir était venu de sa gauche, ce qui signifiait que c’était un tir ami. La table des Serpentards se donnait à coeur joie de les recouvrir de projectiles depuis le début de la bataille. Mais alors si les Gryffondors s’y mettaient aussi elle pouvait tout aussi bien agrandir la saucière avec un sortilège et plonger directement dedans ! Il fallait bien avouer que Alexandre n’était pas le plus populaire à leur table et que ses ennemis ne figuraient pas parmi les personnes les plus dociles de l’école entre James et Madeline. Aussi elle renversa un plateau de petits pains et le brandit devant son visage comme un bouclier en criant à l’adresse d’Alexandre : « Tu peux pas rester là Alexandre ! On a déjà à faire avec les tirs ennemis et tu nous attires aussi les tirs amis ! ». Et se disant, son intelligence militaire fut confirmé par une pluie de projectiles tonnant contre son bouclier improvisé. Elle s’égara à le baisser pour jeter un coup d’œil par dessus et tenta d'identifier l’un de ses assaillants. Qui que ce soit, elle lui réservait son haggis ! La frénésie de la guerre commençait à la toucher …

dragées:
 

______________________________
Act your age, not your shoe size
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille | LIBRE Dim 8 Jan - 18:00

Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille
ft. tout le monde
“Les rires éclatent mieux lorsque la nourriture est bonne”
Némésis était tranquillement assise à la table de sa maison, dégustant longuement le plat qu'elle avait devant elle. Pour une fois, l’appétit était présent pour la serpentarde, qui allai en tirer profit. Elle ne mangeait pas beaucoup pour garder la ligne ou faire un régime mais seulement par manque de temps ou d'envie, ça dépendait des jours et c'était au grès de ses humeurs. Il est vrai que ses nuits courtes ne l'aidait pas dans ce sens. La sixième année donc mangeait avec soin dans des gestes gracieux, comme le lui avait appris sa mère, les nuggets de poulet ainsi que les pâtes qui se trouvaient dans son assiette. Elle n'était pas débordante de victuailles, comme celle de la serdaigle Aubrey, mais plus dans la norme de sustentions d'un être humain basique, ce qui en soi était assez miraculeux chez la sorcière. D'ailleurs, Mme Pomfresh se plaignait constamment de cet état de fait et lui cassait les citrouilles à la rappeler toujours à l'ordre. Son sac se trouvait sous le banc où elle était pour ne pas le salir ou s'en encombrer. Un calme olympien, pour un repas dans la grande salle, régnait dans l'endroit ce qui ne déplaisait pas à Némésis bien au contraire.

Elle profitait également d'être ici pour passer un peu de temps en journée avec sa chauve-souris, Nyx, les messagers étant tolérés dans cette pièce. Même si ce dernier dormait dans la forêt le jour, il était toujours là à son arrivée du midi pour l’accueillir. Il se postait à la place habituelle où se tenait l'élève dissuadant quiconque de s'y installer. Il était arrivé une fois qu'un jeunot parmi les serpents pousse son familier pour s’asseoir sans aucune gêne. Mal lui en pris puisqu'il s’attira les foudres de l'animal par des petites griffures et autres. Il s'était bien entendu défendu. Étrangement, depuis, cette personne se tenait très éloigné de son aînée et personne n'avait par la suite tenté de faire la même chose. Ce n'était pas de la faute de la serpentarde si, comme par hasard, ce dernier avait dû rester pendant plus d'une semaine à l'infirmerie suite à cette mésaventure...

À ce souvenir, un sourire fugace et plutôt malsain traversa ses traits détendus avant qu'elle n'enfourne une autre bouchée. Elle fit un rapide salut à Al', quand il entra dans la pièce, pour ensuite se concentrer de nouveau sur Nyx à qui elle donna quelques insectes, gardant toujours un paquet sur elle, tout en lui administrant de douces caresses. Alors qu'elle câlinait sans fin son familier, des échos pas très discret parvinrent jusqu'à sa table. Il semblerait qu'une fille très très vilaine et surtout complètement inconsciente se promenait avec un animal empaillé sur la tête. Ne savait-elle dont pas que nombre de ses camarades de toutes maisons confondues étaient contre cette pratique comme Némésis ? Eh bien ce n'est pas de chance pour elle, elle allai y passer à coup sûr. Encore que ce soit pour la science et que la bête soit bien traitée, la sixième année était pour. Cependant, dans ce cas de figure, c'était de la distribution de mort pure et dure. Alors que McKinnon commençait à s'insurger face à cette découverte, la jeune fille observa la scène sans rien dire, sans rien faire de plus. Elle savait très bien que la gryffondore ne resterai pas de marbre face à cet acte barbare. Elle avait juste à attendre pour savoir comment réagir après. Bien sûr, Aubrey et Astrid furent mêlées à cette affaire par une demande pour la première et un dégagement de la seconde par cette dernière.

Les esprits commençaient rapidement à s'échauffer dans la salle, preuve qu'une bataille de nourriture n'allai pas tarder à montrer le bout de son nez. Aucune erreur là-dessus. D'un mouvement vif mais maîtrisé, Némésis camoufla sa petite bestiole sous la table avant de se saisir discrètement de sa baguette officielle qui était rendue invisible par la manche de son uniforme. Elle exécuta une gestuelle parfaite, traçant ainsi une rune pour protéger ses vêtements de ce qui allai suivre. Elle ne fit pas de même pour son visage, seule partie de son corps découverte en dehors de ses mains et de son cou, pour laisser une chance à ceux qui voudraient la viser. Elle resta dans sa position actuelle attendant, impatiente, la suite. Tout se déroula très vite, du jus de citrouille mal placé et c'est toutes les tables une par une qui s'y mirent même la sienne pour dire l'ampleur du phénomène... Alexander était partie disputer, et c'est un bien faible mot, la rouge et or pour ses actions évitant les plats qui lui étaient balancés pendant qu'Aubrey se cachait et qu'Astrid la menaçait. Ahh, son meilleur ami pouvait être si chou quand il se mettait en colère. D'un nouveau geste de la main, c'est une jolie pâtisserie au chocolat qui atterri à l'arrière du crâne du serpentard. Sa main tenant la baguette se trouvant sous la table, la sang-mêlée sirota avec un air un peu trop angélique et innocent son verre tout en gardant un œil sur sa réaction et celle du reste de la table. Ses affaires ne se trouvaient pas tâchés par les quelques mixtures méconnaissables tombant dessus.
© 2981 12289 0


Dernière édition par Némésis S. Draka le Mer 11 Jan - 16:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 967
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille | LIBRE Dim 8 Jan - 21:11

Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille !

Marlene était montée sur un banc, chose complètement stupide à faire dans cette situation. Quand elle remarqua Alexandre, elle descendit de son perchoir pour faire face à lui. Ça c'était la meilleure ! Elle se mit à accuser son amie Aubrey. Il n'aimait pas cette dernière mais savait pertinemment qu'elle n'était pas à l'origine de se fiasco. Il croisa les bras, mécontent, évitant un énième projectile de purée. Purée qu'est-ce que les gens avaient contre lui ? D'ailleurs, Marlene faillit se prendre un jet de purée mais elle n'en eut que dans les cheveux. Elle jura. Le tire semblait être venu de la gauche, autrement dit de la table des Gryffondors. Alexandre en conclut que cette attaque lui était destinée. Il avait pas mal de gens qui ne l'appréciaient pas chez les rouges et ors, comme par exemple James, qui n'était pas un enfant de choeur. Marlene lui fit d'ailleurs remarquer qu'il attirait les tirs ennemis et amis après s'être fait un bouclier avec un plateau à pain. De toute façon, il avait des gens qui ne l'aimaient pas partout.

« Mais je m'en fou ! C'est pas mon problème ! Et c'est toi qui a provoqué ça !»

Alors qu'il était entrain de crier sur la Gryffondor, il sentit quelque chose atterrir à l'arrière de son crâne. Il toucha pour voir à quoi cela ressemblait au touché. Une pâtisserie. Il inspira, exaspéré et se retourna. Il aperçut Némésis, l'air bien trop innocente pour être honnête, dans son champs de vision. C'était elle. La fille qui le détestait le moins à Poudlard et c'était elle qui arrivait à l'atteindre en première alors que des dizaines d'élèves voulaient sa peau. Traîtresse. Elle allait l'entendre ! Bouse d'hypogriffe ! Il s'était lavé les cheveux hier en plus ! En sachant qu'il ne se les lavait qu'une fois par semaine ! « Très bien... » murmura-t-il à lui même. « Vous voulez jouer ? On va jouer. ».
Il sortit sa baguette de sa poche. Sa première cible ? Marlene. C'était elle la cause de ce carnage. Et elle lui avait allègrement recommandé de partir. Lui voilà un ennemi en plus dans cette Première Guerre Alimentaire. Wingardium Leviosa. Il fit voler une saucière discrètement en faisant mine de retourner vers la table des Serpentard. Il fit voler la saucière, pleine, bien évidemment jusqu'au dessus de Marlene qui était occupée à contrer les projectiles de nourriture. Et alors qu'il était arrivé à la table des Serpentards, il déversa le contenu de la saucière sur la tête de sa cible. « Oups. ». Alors qu'il eut baissé sa garde, il se prit une projection de purée sur l'épaule, ce qui le fit jurer. Il se rapprocha vite de Némésis, qui d'ailleurs était sa prochaine victime, et s'assit au côté de la Serpentarde. Il ne vit même pas si Marlene avait contré sa menace.

« Sérieux t'exagères ! Je me suis lavé les cheveux hier ! Je vais me trimbaler avec des cheveux gras toute la semaine ! » se plaignit-il en débarrassant ses cheveux de la nourriture. « Tu vas le regretter, Némésis Draka ! Tu vas le regretter ! » la menaça-t-il.

Il manqua de se prendre un pilon de poulet dans la face. Heureusement qu'il était agile et avait l'instinct de conservation. Déjà que sa chemise était sale, il ne voulait pas l'être d'avantage donc il eut la merveilleuse idée de glisser du banc pour aller se réfugier sous la table. « Sale traîtresse ! Ton air était trop innocent pour être honnête ! » dit-il sous la table en s'adressant toujours à sa meilleure amie.

Dragées:
 


Fiche de RP (c) Miss Yellow


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Jeu 12 Jan - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 474
| AVATARS / CRÉDITS : Gemma Arterton | carson
| SANG : Toujours Pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Moi, ruinée
| PATRONUS : Un puma
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille | LIBRE Lun 9 Jan - 10:50

Ce qui était qu’une broutille venait maintenant de mettre le feu à la grande Salle. Astrid se fichait de recevoir quelque chose dans la figure, parce que bon, il y aurait toujours des victimes collatérales. Si elle pensait pouvoir s’éclipser en laissant Marlene gérer cela toute seule c’était sans compter sur Mairead Aubrey qui s’était senti l’âme d’une sauveuse. Tout ça pour un boursouf. Alors oui aux yeux d’Astrid c’était une cause tout à fait défendable et Marlene avait raison de lutter contre cela. Mais vraiment, cela prenait des proportions que la Gryffondor ne comprenait pas. Elle détourna son attention de son amie, accaparée maintenant avec Rozen qui avait l’air en pétard. Mieux valait ne pas faire attention à lui.
Mais Mairead prit un ton tellement condescendant qu’Astrid avait envie de lui mettre une baffe. Pour qui se prenait cette petite idiote ?

- Il y avait des manières plus intelligentes d’agir et moins brusque sombre idiote. Mais c’est vrai que l’intelligence chez toi, ce n’est pas inné, c’est à travailler. Comment veux-tu que j’agisse alors que tu te jettes sur elle comme un scrout à pétard ?

Comment osait-elle la critiquer ? Astrid avait vu un peu tard la scène, le sortilège était déjà jeté. Empoigner Marlene ou jeter un sortilège sur la carafe n’était pas très intelligent. Aussi, la Rouge et Or décida de donner une leçon à Aubrey fille. D’un mouvement précis elle lui envoya un bol de soupe à la figure. Si le bol ne toucha pas sa tête pour ne pas la blesser, car bien évidemment Astrid n’était pas mauvaise à ce point-là, la pauvre gamine termina avec les cheveux plein de soupe au choux.

- Tu voulais que je lève le petit doigt, je crois ? Voilà qui est fait. Tu es mieux comme ça mon chou

Elle n’avait pas intérêt à la salir, la petite peste. Astrid vit du coin de l’œil Rozen se prendre un gâteau au chocolat derrière la tête. Elle ne savait pas qui avait eu la brillante idée de le lui lancer dessus, mais la jeune fille souri. C’était pas mal, mais elle préférait manger sainement. Une soupe par exemple. On ne s’entendait plus vraiment parler, c’était un vacarme exceptionnel qui secouait la Grande Salle. La duelliste devait bien admettre être assez fière de sa petite réussite. Aubrey ressemblait enfin à quelque chose, pour qu’il n’y a pas d’ombre au tableau, il aurait fallu que Gardenia Ollivander s’en prenne plein la courge aussi. Parce que ses cheveux bleus allaient bien un moment, mais une teinture à la soupe pouvait être un bon compromis, aussi.  Hélas, pas d’Ollivander en vue pour l’instant, Mairead aller devoir en prendre pour deux.

La guerre, c’était la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 95
| AVATARS / CRÉDITS : Valingaï + signature anaëlle (Bazzart)
| SANG : Pur, il paraît.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa mère
| PATRONUS : Un ours polaire
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille | LIBRE Jeu 16 Fév - 18:21

Assis au bout de la table de Serdaigle, près de l'estrade habituellement occupée par les professeurs, Tsadkiel mangeait - activité vitale, paraît-il. L'ingestion de la nourriture, selon lui, devait de se voir précédée d'un rituel consistant à isoler les aliments blancs, verts et oranges, jugés sans aucun danger, le rouge étant plutôt suspect et le marron à éviter à tout prix. De sa fourchette, il piqua dans un nugget de poulet pour le soumettre à son analyse : "La qualité orange de cette chapelure parait douteuse et tend dangereusement vers le marron..." En l'absence de certitude, il glissa le nugget dans sa poche à l'attention de son ami Merlin. Le rongeur s'en saisit et le dévora goulûment, émettant de petits couinements de félicité.

Ce havre de tranquillité allait s'évanouir d'un instant à l'autre. Vers le milieu de la salle, entre les quatre Maisons, la guerre était au bord d'éclater. La voix de McKinnon beugla par dessus le brouhaha des conversations. Tout se passa très vite. En quelques minutes, la Grande Salle fut prise d'une hystérie collective où chacun surenchérissait sur les frasques de son camarade, envoyant valser la nourriture à travers la pièce dans un grand ballet chaotique et désastreux. De quoi rendre maniaque le plus déluré des lutins de Cornouailles ! Tsadkiel leva les yeux de son assiette pour constater l'indéniable détérioration du comportement de ses congénères. Alarmé, il jeta un regard vers la table des professeurs qui était complètement vide ! Où étaient-ils tous passés ? Était-ce le jour d'une réunion pédagogique ? S'étaient-ils donnés le mot pour une petite partie d'échecs façon sorcier dans leur salle privée ? Même Monsieur Picott était absent. Les adolescents étaient des monstres, il suffisait de quelques minutes d'absence d'autorité pour... D'un coup de baguette magique brusque mais net, le jeune Serdaigle écarta un poulet rôti entier (et marron) qui se dirigeait à toute allure dans sa direction, ailes déplumées battant l'air. Le poulet alla s'exploser contre un mur, libérant sa juteuse farce sur les étudiants à l'entour. Tsadkiel se leva d'un bond, cherchant des yeux un allié dans sa détresse. Sa mâchoire se crispa d'inquiétude et de dépit lorsqu'il constata que Draka elle-même s'était livrée à la bataille. Dans ce capharnaüm, il ignora toutefois que les deux étudiants aspergés de farce le tenaient pour responsable de leur condition et que le plus âgé d'entre eux, le visage déformé par la colère et la soif de revanche, avait sorti sa baguette. Il envoya à vitesse grand V un énorme dessert de gelée rouge sur le jeune Serdaigle qui se retourna, mais trop tard pour réagir... ! La gelée vint s'écraser en plein sur son visage. Aveuglé, humilié, et sous les rires des deux étudiants, il lança le première sort qui lui passa par la tête, en informulé : La table des Serdaigle s'ébranla violemment, étalant sur le sol toute la vaisselle et la nourriture dans un fracas étourdissant, avant de devenir visqueuse et noire, et de se parsemer, ça et là, d'écailles nacrées. Les pieds de la table attrapèrent de larges griffes. Sortilège de Draconifors, métamorphose draconienne, heureusement incomplet !

La gelée rouge et gluante dégoulina sur le visage du jeune homme qui afficha une expression déconcertée devant l'excès de sa propre réaction.

Dragées:
 


Dernière édition par Tsadkiel Seligsen le Lun 6 Mar - 18:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 337
| AVATARS / CRÉDITS : Rachel Hurd-Wood - Elysion
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille | LIBRE Lun 6 Mar - 0:43

Ils sortaient du cours de Défense contre les Forces du Mal. Un cours intéressant, éprouvant parfois et décourageant souvent ces derniers temps pour notre Gryffondor. Les sessions de pratiques en faisaient voir de toutes les couleurs à Lily qui commençait à se demander comment elle réussi à valider cette matière au cours des matières précédentes. C'est vrai qu'elle était souvent submergé par le stress et les cours du professeur Funestar ne l'aidaient en rien à diminuer celui-ci.

Lily broyait un peu du noir en écoutant vaguement les discussions à la table des rouges et or. Rien de bien intéressant lorsqu'elle entendit hurler l'une de ses camarades. Reconnaissant Marlène, Lily sourit et ne fit pas vraiment attention. Niveau décibel, Marlène dépassait toujours tous le monde ! Même lorsqu'il s'agissait d'échanger sur un sujet anodin. En fait, surtout dans ces cas-là à bien y réfléchir. Elle avait toujours plein de causes à défendre toutes plus folles les unes que les autres mais la rousse l'appréciait bien. On pouvait bien rire avec elle et elle était très gentille.

Aujourd'hui peut-être que Lily aurait dû l'écouter. Non, à la place elle se rapprocha de son assiette cherchant à savoir à quoi correspondait l'étrange chose cachée sous sa purée. Elle hésitait entre une viande et des champignons. Sauf que l'un ou l'autre, cela changeait tout pour la jeune fille ! Elle avait une sainte horreur des champignons ! Noyé sous toute cette sauce c'était à se demander à quoi songeait les elfes de maisons en charge de la popote. Lily piqua précautionneusement de sa fourchette l'un de ces morceaux et l'éleva à hauteur de son visage en l'inspectant de tout côté. Hors de question qu'elle se risque à y goûter s'il s'agissait de champignon ! Elle allait demander à sa voisine lorsqu'elle sentit quelque chose l'atteindre à l'épaule. Instinctivement, la jeune fille y posa sa main qu'elle retira écœurée. Qui donc s'amusait à balancer de la purée ?

Lily se retourna et écarquilla grand les yeux devant le carnage qui avait lieu dans la Grande Salle. Elle évita une assiette de petit pois en se cachant derrière la table, sa main toujours poisseuse de purée. La nourriture volait dans tous les sens à travers la salle. La jeune fille essuya sa main sur la table en poussant un grognement mille gorgones ! Son chemisier était taché à présent, il lui faudrait remonter au dortoir pour se changer. Journée de bouse !

Elle se rendit alors compte qu'elle tenait encore sa fourchette à la main avec l'étrange substance au bout. Lily ne put retenir un sourire. De toute façon, cette chose ne lui disait rien qui vaille. Et puis perdue pour perdue, autant qu'elle s'amuse un peu aussi. A qui est-ce qu'elle pourrait bien l'envoyer ?
Lily laissa son regard survoler les tables et s'arrêta sur la table des verts et argent. Evidemment. Avec un sourire qui n'avait rien de lilien (si si ça existe !), elle choisit sa cible : Avery. C'était risqué bien sûr ! Voire suicidaire s'il se rendait compte d'où cette substance visqueuse provenait. Mue par un sentiment de rebellion Lily alla même jusqu'à cracher sur son morceau, le transferrant dans une cuillère afin de rajouter plus de sauce. Puis s'emparant de sa baguette, elle la fit léviter à l'aide d'un Wingardium Leviosa, en passant par dessus toutes les autres tables avec brio. Assurée de son succés, Lily s’apprêtait à lâcher sa cuillère sur le Serpentard lorsqu'elle fut bousculée par un Gryffondor qui voulait se mettre à l'abri.
Lily perdit le contact visuel à l'instant où elle ordonnait à la cuillère de tomber.

L'étrange chose mi-viande, mi-champignon ne fut pas projeté sur Avery mais sur son voisin qui n'état autre que Sev'.
Lily tourna la tête avant qu'il ne croise son regard tout en se retenant difficilement de rire. Une tâche pas si aisée avec Mary à ses côtés qui avait été prise d'un fou rire devant la scène. Mais une nouvelle rafale provenant de Serpentards l'obligea à se baisser de nouveau, tout en cherchant de quoi mieux les abriter. Elle était désolée pour son ami mais elle se disait que ça pourrait toujours lui faire du bien, pour le dérider un peu. Severus était toujours tellement sérieux.
Spoiler:
 


Dernière édition par Lily Evans le Sam 11 Mar - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 860
| AVATARS / CRÉDITS : © yaya <3
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille | LIBRE Lun 6 Mar - 7:26

Marlene retira la plâtrée de purée qu’elle avait dans les cheveux en ronchonnant car se laver les cheveux lui prenait chaque fois une bonne heure - un vrai art les sortilèges de séchage qui respectaient la tenue de ses boucles - et c’était toujours une heure de son temps qu’elle ne pouvait dédier aux grandes causes qu’elle défendait. « Le monde ne vous dit pas merci ! » pesta-t-elle dans son coin. Très clairement, l’un des thèmes qui ne l’intéressait guère se trouvait être celui de la faim dans le monde, car bientôt, elle céda à son tour à la folie environnante. « Par Merlin, Morgane et Pendragon ! » gémit-elle dans un couinement en s’abritant trop tard sous son plateau lorsqu’elle sentit une sauce graisseuse lui couler sur le crâne. Une saucière se déversait tranquillement au-dessus de sa tête, ses cheveux n’avaient cette fois pas été victimes d’un dommage collatéral, ils avaient été pris spécifiquement pour cible. Elle plissa les yeux et toisa l’ensemble de ses camarades car la situation était trop grave pour qu’un seul d’entre eux puisse échapper à ses soupçons.

Dans toute cette agitation, il était impossible de dire qui avait commis le crime, mais son regard s’attardait particulièrement à la table des serpentards. Fulminant de rage, elle laissa tomber sa dignité et ses grands principes d’un seul coup, pour entrer dans une colère noire, tous subiraient son courroux. Profitant que l’un des scélérats soit en train de faire voler un bol de fromage blanc de manière très maladroite haut au-dessus de la table verte et argent, elle lança un premier et discret « Amplificatum ! », puis un second et plus sonore « Amplificatum ! » et un ultime « AMPLIFICATUM ! » et vit finalement l’objet exploser dans les airs en recouvrant une grosse partie de la table des serpentards de l’onctueux produit laitier … et notamment Némésis et Alexandre, à la guerre comme à la guerre ! Elle égara un œil au-dessus de son plateau faisant figure de bouclier lorsque son oreille perçut une salve de cris provenir d’une foule de blaireaux en détresse trouvant refuge auprès de sa maisonnée. « Qu’est-ce que ? Haaaaan ! ». Il se passait quelque chose de très étrange à la table des érudits, le bois s’était recouvert d’écailles et les plats glissaient pour venir se renverser sur les genoux des élèves de la maison, pire encore leur table semblait vouloir se déplacer dans la salle. Elle hocha la tête d’un air admiratif, beaucoup moins classique que le coup du fromage blanc, beaucoup plus efficace aussi, cette table était ni plus ni moins l’œuvre d’un génie … enfin dans l’idée plus que dans l’exécution.

______________________________
Act your age, not your shoe size
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille | LIBRE Ven 17 Mar - 22:23


Un grand sourire s’étirait sur les lèvres de Mary Macdonald. Cette première partie de cours avait été un réel plaisir pour la brune qui adorait les cours de Défense contre les Forces du Mal. C’était d’ailleurs l’une de ces matières préférées avec les sortilèges et la métamorphose. Pour dire la vérité, la brune était passionnée par pratiquement toutes les matières que proposait cette école. Enfin presque tout. Les cours sur l’histoire de la magie étaient d’un ennui profond… impossible de ne pas s’endormir. Elle ne savait pas comment faisait Lily pour ne pas piquer du nez pendant les longs monologues du fantôme.
Mary était tranquillement en train de manger au côté de Lily quand elle entendit le cri de Marlène. La brune ne prit pas vraiment la peine de lever la tête sachant que sa meilleure amie, et amie d’enfance au passage, faisait souvent beaucoup de bruit pour pas grand-chose parfois. Elle prit une gorgée de jus de citrouille avant de porter son attention sur Lily qui ne semblait pas être en très grande forme aujourd’hui, la jeune femme aimerait lui demander ce qui n’allait pas, mais ce n’était pas vraiment le lieu. Trop d’oreilles indiscrètes traînaient autour de cette table et elle n’avait pas envie que tout le monde sache pourquoi la rousse n’était pas dans son assiette aujourd’hui, cela ne les regardait absolument pas.

Alors que Mary allait poser une main discrète sur le bras de Lily un projectile volant toucha l’épaule de son amie. La brune sursauta avant d’exploser de rire en voyant que le projectile n’était rien d’autre que de la purée. Marlène venait-elle de lancer une bataille de  nourriture se demanda-t-elle en continuant de rire avant de se stopper net lorsqu’un pain la toucha en plein visage. Avec un réflexe digne des plus grands félins, la brune évita un deuxième projectile et se cacha telle une lâche derrière le corps de Lily qui semblait être en pleine observation. Après quelques secondes, la brune se releva finalement et observa la table des verts et argent. Lily les fixait depuis un petit moment et Mary approuve d’un signe de tête. Oui, ces serpents étaient une cible parfaite. La née-moldue se chercha une cible parmi ces têtes de fils à papa et laissa un grand sourire s’étrier sur ces lèvres quand elle trouva la victime idéale.

Le fou rire de la brune redoubla quand elle observa sa meilleure amie cracher sur son morceau qui servirait de projectile. Alors qu’elle reprenait son souffle, la brune vit la trajectoire de la cuillère partir en direction non pas d’Avery, mais de Severus. Mary n’y tenait plus, son rire retentit dans toute la salle et l’expression du visage du Serpentard ne fit qu’amplifier son hilarité. Elle tomba du banc entraînant Lily avec dans sa chute. « Bien visé Lily . » Dit-elle en se tenant les côtés et en remontant avec difficulté sur le banc. Son rire commença à réduire, bien que sa poitrine continue de se soulever.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille | LIBRE Ven 9 Juin - 15:02

Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille
ft. tout le monde
“Les rires éclatent mieux lorsque la nourriture est bonne”
Némésis cacha son rire derrière son poing en une fausse toux lorsque Alexandre arriva en vociférant à son encontre et en la menaçant. Cela ne faisait aucun effet à la sorcière, l'amusant encore un peu plus si c'était humainement possible. Elle devrait mettre un jour se souvenir dans une pensine pour lui montrer à quel point il pouvait être chou parfois. Les plats continuaient à voler à travers la grande salle et son meilleur ami se vengea de Marlène assez férocement et avec ingéniosité, elle n'aurai pas aimer être à sa place. Si les professeurs arrivaient à cet instant, ils finiraient eux aussi en plat improvisé à coup sûr, de quoi en tirer de très bon cliché. Sur le moment, Némésis était assez épargnée par la pagaille grâce à ses runes mais ils avaient une durée limitée dans le temps, ayant été tracé à la va-vite. Elle jeta un rapide regard à la table des serdaigles où Kyne semblait envoyer du poulet à volonté assez brutalement. Personne n'était mis de côté et tous participaient d’une manière ou d'une autre. Néanmoins, à faire et à mesure, Draka remarqua que les attaques se concentraient de plus en plus à sa table, il fallait régler ce menu détail au plus vite !

Alors qu'elle allai se coucher sous la table où se trouvait suo protetto, quelque chose explosa à leur niveau, inondant la plupart des serpents de crème à moins que ce soit du lait ? Quoi qu'il en soi, la sixième année en avait reçu plein la citrouille et ce n'était pas pour lui plaire. L'heure de la revanche avait sonné ! Ils voulaient la guerre ? Ils l'auraient ! Elle s'essuya calmement le visage et elle passa sous la table de sa maison avant d'arriver sous celle des serdaigles qui se changea en partie en... dragon ? Elle se trouvait sous les pattes et elle avait un très bon aperçu de la création de Tsa. Elle jeta un bref regard dans la direction de l'aiglon en lui faisant un clin d’œil, très fière de lui. Elle avait trouvé le rempart parfait pour porter le coup de grâce aux gryffondors. Elle remercierai plus tard ce dernier pour son petit coup de baguette involontaire qui avait fait des étincelles. Profitant que beaucoup soient distraits par l'apparition soudaine, Némésis pointa sa baguette juste au-dessus de la table des rouges et ors.

« Avis » murmura-t-elle doucement, son sourire s'élargissant petit à petit alors que les oiseaux apparaissaient au-dessus des courageux. Ceux-ci foncèrent sur ces derniers picorant les miettes et aliments se trouvant sur eux, sans les blesser bien évidemment, emmêlant un peu plus les cheveux ou encore la nourriture dans leurs vêtements puisque les volatiles se faufilaient à l'intérieur avec leurs plumes salies de purée et autres ingrédients sans forme ni nom. Certains bombardés même les pauvres élèves de gâteaux en tout genre.

Elle espérai que cela serve de bonne leçon pour la dernière table, opposée à la leur. On ne s'attaquait pas impunément aux siens ! Camouflée par une des grosses pattes de la table à moitié métamorphosée, Némésis roula au sol rapidement, rejoignant ainsi les autres serpentards. Mission accomplie. Elle se cacha de nouveau sous l'objet en bois où l'on posait normalement les plats des verts et argents, en compagnie d'Al', son sac à côté d'elle et sa chauve-souris dans les mains. Elle regardait avec délectation le spectacle en cours, c'était vraiment dommage qu'elle n'ai pas pensée à amener du pop-corn...
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille | LIBRE

Revenir en haut Aller en bas

Jus de citrouille et haggis à volonté, y'a bataille | LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Soupe de citrouille servie en son carosse...
» Aire d'entraînement de la Volonté
» Le jus de citrouille n'est pas bon pour la santé - Ft Louna
» Jus de citrouille maison ~Evodie ~Terminé
» Test de volonté !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Poudlard
-