Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

"Ministère, blabla et métamorphose" [Raven]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1057
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | CARNAVAGE
| SANG : Sang-Pur noyé dans le scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: "Ministère, blabla et métamorphose" [Raven] Jeu 2 Fév - 22:13

Flashback
27 Décembre


Moran suivait distraitement son père. Le jeune homme n’aimait pas trop le Ministère et il n’avait jamais compris pourquoi Arthur Powell y travaillait. Enfin, l’ancien Serdaigle n’avait pas de poste à responsabilité particulier, mais son fils trouvait ça étonnant qu’un homme à la personnalité si enjouée se complaise dans un environnement si froid. Le Serpentard non plus ne se voyait pas au Ministère. Pour la simple et bonne raison qu’il ne se voyait pas dans un moule et que les journalistes avaient difficilement leur place dans un tel endroit. Aussi loin qu’il s’en souvienne, le fils Powell avait toujours voulu exercer ce métier. Pour la vérité et tous ces idéaux qu’il voulait propager. La vérité n’était pas quelque chose de répandu au Ministère et ça le chagrinait profondément.

Ce jour-là, Moran suivait son père parce que ce dernier voulait apparemment lui présenter quelqu’un. Et parce qu’Arthur voulait faire sortir son fils de chez lui. Ça avait toujours été le grand défi de cet homme et aujourd’hui encore, alors que le jeune homme allait sur ses dix-sept ans, le père de famille bataillait encore. Moran, c’était quelqu’un de tranquille. Profondément calme et désireux d’avoir la paix. Etonnant dès lors, qu’il veuille être une fouine et travailler pour un journal. Etonnant dès lors, en sachant tous les problèmes qui allaient lui courir après, selon les informations qu’il allait donner. A vrai dire, le préfet faisait très bien la distinction entre son travail et sa vie privée. Il savait qu’il allait devoir prendre sur lui pour son métier et à vrai dire, ce ne sera sans doute pas une corvée puisque sa curiosité parfois mal placée le poussait à parler à des gens et à prendre des risques. Or, lorsqu’il ne travaillait pas, il estimait avoir droit à sa tranquillité. Et cela s’appliquait tout à fait à Poudlard. Une fois dans son dortoir le monde n’existait plus.
Alors oui, Arthur Powell faisait tout pour faire sortir son fils pendant les vacances.
Sans rechigner et sans faire de réflexion, Moran suivait son père dans ce dédale qu’il avait pourtant déjà emprunté plusieurs fois. Arthur était un homme profondément passionné par la loi, par le Ministère de la Magie. C’était un homme enjoué qui parvenait à se faire des amis facilement, qui était plutôt facile à vivre. Son humour souvent décalé l’aidait à se faire apprécier et même si Moran était globalement assez sociable à présent, son père l’était deux fois plus que lui. « Ah bonjour Perkins, Weasley ! »
Quelques banalités lancées sur un ton tout aussi joyeux, quelques rires et voilà. Le jeune homme ne fit guère attention aux hommes à qui il adressa la parole et continua de suivre son père. « Tu dois déposer ta baguette ici, tu te souviens ? Enfin, tu n’as déjà pas le droit de l’utiliser tu n’es pas encore majeur ahah ! Dans deux mois déjà ! ».  

Moran acquiesça silencieusement en tendant l’objet au point de contrôle. Arthur était une pile que le jeune homme avait bien du mal à suivre. On pouvait facilement le voir comme un garçon très froid en comparaison de son géniteur qui était très chaleureux. Ce devait être le côté maternel, plus strict et un peu moins déluré. La mère de Moran n’était pas à l’opposé de son mari. Pas du tout, mais elle savait peut-être un peu mieux se tenir, faisait plus attention aux civilités.

Au fond, le Serpentard avait hérité de ses deux parents.
Le père et le fils étaient désormais dans un ascenseur bondé et le plus jeune ne fut pas étonné de voir son père bavarder avec plusieurs personnes à la fois. Il dit bonjour, souri un peu, écouta la conversation sans pourtant y participer. Cela ne le regardait pas. Son père parlait de ses prouesses en métamorphose, et Moran eut un léger sourire. Autant le galvaniser autant qu’on pouvait non ? « Et il est batteur dans l’équipe de Quidditch de sa maison ! » ajouta-t-il en faisant des moulinets avec ses mains.

Oui, Arthur et le Quidditch, toute une histoire, ça aussi. Le pauvre homme était absolument dénué de tout talent sportif. Mais il adorait assister aux matches. Les mains dans son dos, Moran dépassait son père d’une bonne tête, mais on reconnaissait facilement là, la génétique. Les mêmes yeux noirs, le même sourire. Le jeune homme avait l’impression qu’il leur fallait des heures pour descendre dans les abysses du Ministère. Lorsque la clochette sonna et qu’une voix de femme s’éleva dans l’ascenseur, Arthur se dandina : « Vite vite c’est ici qu’on descend, au revoir, bonne journée ! ».

Le fils fit un signe poli de main et suivit son père qui était reparti.  Le jeune homme regardait partout autour de lui parce qu’il n’était jamais descendu à cet étage. C’était celui du quartier des Aurors. Intéressant, vraiment. Son inspection fit arrêter ses yeux sur une femme qui se tenait justement dans le couloir. Moran l’observa un moment, en fait, pendant tout le temps qu’il leur fallut pour se rapprocher d’elle. Et visiblement Arthur Powell semblait la connaître comme si c’était surprenant. La femme était grande, élégante, plutôt bien faîte et le Serpentard ne se gênait absolument pas pour la détailler de loin. « Ah Raven, ma chère bonjour bonjour, vous allez-bien ? Oui ? Très bien très bien, voici mon fils, Moran ! » Arthur avait la fâcheuse manie de répéter plusieurs fois ses mots, comme si on ne les avait pas déjà assez bien entendu. D’autant plus que l’homme ne parlait pas à voix basse, il avait même tendance à gueuler ses paroles assez facilement. Moran souri franchement. C’était donc elle dont son père parlait tout le temps ? C’était donc elle « cette femme remarquable » dotée d’une « intelligence et d’un talent bien rare » ? Arthur avait souvent tendance à en faire des tonnes, mais  ce 27 Décembre 1975, son fils Moran était bien prêt à le croire sur parole s’il le fallait : « Bonjour madame, je suis enchanté de vous rencontrer ».  


Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 647
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Ministère, blabla et métamorphose" [Raven] Mer 8 Fév - 17:11


Raven avait vu sa vie assez mouvementée, ces derniers temps. Et c’était peu dire. En même temps, sauver la vie d’une personne n’était pas rien, même si l’Auror ne voulait pas s’attribuer le mérite. Elle avait toujours été de caractère très modeste et se mettait en avant seulement pour prendre une décision concernant son travail. Elle était volontaire, rien de plus. Et cela était fort appréciable. La sorcière mettait toutes ses compétences au service du Bureau et du Ministère et ce pour qu’ils puissent protéger un maximum la population du danger grandissant. Elle ne s’était jamais pardonnée de son manque d’attention le soir du meurtre d’Elliot, et essayait depuis de se racheter comme elle pouvait. Même si cela ne le faisait pas revenir, elle gardait une conscience plus allégée.

Sa capacité d’Animagus lui servait beaucoup également. En devenir un était assez complexe et difficile, rares étaient les sorciers qui y parvenaient. En effet, dans la population ils n’étaient pas bien nombreux car le challenge étant trop élevé pour arriver à le surmonter. Mais il fallait dire que Raven avait eu un excellent professeur, et pas des moindres. Minerva McGonagall. La célèbre professeure de Métamorphose qui avait déjà vu son nom faire le tour de la Grande-Bretagne avait été sa tutrice en la matière. Un enseignement que l’Auror n’était pas prête d’oublier. Cette femme lui avait appris beaucoup et l’avait énormément soutenue quant à son choix de se lancer dans une carrière d’Auror. Aujourd’hui encore, il leur arrivait de s’envoyer du courrier pour se tenir un peu aux nouvelles. Avec seulement quelques années d’écart, Rave, avait pourtant trouvé en Minerva une espèce d’ange gardien à qui se confier. Rencontrer des personnes comme elle avait été plus qu’un privilège, un souvenir qui resterait gravé dans sa mémoire à tout jamais.

Et pourtant, aujourd’hui allait un drôle de jour, Raven le sentait. Déjà, elle était arrivée plus tôt que d’habitude au Ministère. Beaucoup trop tôt, même. Heureusement que l’endroit était tout le temps en activité et donc ouvert, sans quoi elle aurait dû attendre au moins une bonne trentaine de minutes avant de pouvoir rentrer. Cinq heures du matin. Et oui. Notre belle Auror était matinale, certes, mais ce matin elle s’était motivée plus que d’habitude. De plus, dans ces horaires-là le Bureau était encore vide. Personne à l’horizon. Enfin, sauf Vince, sûrement, ou Aaron. Mais Raven ne les avait pas vus, certainement dans leur bureau. Ensuite, elle s’était enfermée dans le sien, jetant son gobelet de café vide dans une poubelle au passage. Cela pourrait vous paraître normal, mais pour Fawkes ça ne l’était pas. Les fois où elle avait bu du café en arrivant au Ministère pouvaient se compter sur les doigts d’une main. Et en 15 ans de carrière, autant dire que cela ne faisait pas beaucoup. Mais… elle ne savait pas, la sorcière avait senti qu’elle allait avoir besoin d’un petit quelque chose pour l’aider à tenir cette journée. Comme quoi, la vie était pleine de rebondissements…

Aussi, les heures passèrent et défilèrent sans que Raven ne lève le nez de ses dossiers. Quand elle était concentrée, elle l’était, pour sûr ! Cependant, au bout d’un moment, la fatigue et la crise de nerfs commença à se faire ressentir, et l’Auror sortit un peu pour prendre l’air. Elle n’allait pas tarder à voir son crâne exploser, sinon. Car travailler c’est bien, mais tête reposée, c’est mieux ! La sorcière fit un petit tour dans le Département de la Justice Magique, le pas tranquille et la respiration lente, s’arrêtant parfois pour discuter avec quelques-uns de ses collègues, eux aussi en pause. Le Ministère était une véritable fourmilière, il n’y avait qu’au Bureau où ils étaient un peu tranquilles. Sous-effectif oblige. Mais tant mieux, quelque part. L’Auror ne supportait pas travailler dans le bruit. Après tout, il était plus efficace de se concentrer sur un dossier dans une ambiance posée. On était ainsi plus productif, et c’était une règle que Raven n’abrogeait jamais, elle qui voulait être le plus efficace possible.

Soudainement, elle vit du coin de l’œil deux personnes se diriger à grands pas vers elle et tourna la tête afin d’apercevoir qui venait ainsi d’atterrir au Département de la Justice Magique. Oh, un collègue à elle. Bien qu’ils ne travaillaient pas dans le même Niveau, Arthur Powell et la sorcière se connaissaient par elle ne savait plus quel endroit, mais ils se connaissaient. Ils s’étaient toujours très bien entendus et Raven l’appréciait bien. Cependant, elle s’aperçut qu’il n’était pas venu seul, visiblement accompagné par un jeune homme d’une tête de plus que lui. L’Auror remarqua immédiatement les traits de ressemblance entre les deux hommes et conclu donc que ce dernier devait être le fils d’Arthur.

« Ah Raven, ma chère bonjour bonjour, vous allez-bien ? Oui ? Très bien très bien, voici mon fils, Moran ! »

La sorcière émit un petit rire en lui serrant la main. Arthur avait toujours eu cette manie de beaucoup parler, même parfois trop vite pour qu’on arrive à suivre le fil. Elle qui était de nature calme et posée, cela contrastait vraiment avec l’attitude du sorcier en face d’elle.

« Je vais bien Arthur, je vous remercie. »

Puis, Raven se tourna vers le jeune homme qui faisait presque sa taille. Oui, Fawkes était une femme assez grande et même plus grande que le père Powell, ce qui la rendait assez imposante et impressionnante au premier regard. Il semblait être assez souriant, et l’Auror répondit à sa bonne humeur avec un sourire. Il était toujours agréable de rencontrer une jeunesse sociable et encline à faire des rencontres. Ce type de personnalité, Raven appréciait beaucoup.

« Bonjour madame, je suis enchanté de vous rencontrer. »

Elle hocha la tête, en lui tendant sa main. Ne pas oublier les formalités. Moran Powell, donc. Certainement étudiant à Poudlard, comme c’était en général le cas pour les adolescents de son âge. À moins qu’il soit tout juste sorti du collège l’année précédente… ? Aucun moyen de le savoir.

« Enchantée également, jeune homme. Raven Fawkes, Auror au Ministère. »

La sorcière les regarda alors à tour de rôle, se demandant ce qu’ils pouvaient bien faire là. Elle avait bien rencontré un autre jeune homme par ici, qui n’était nul autre que le fils de son collègue Hans Rozen. Un Serpentard. Peut-être que  le jeune Moran le connaissait ? S’il était également chez les verts et argent, nul doute que les deux élèves se connaissaient. Le château était certes immense et les sorciers, nombreux, mais dans chaque Maison se tissaient des liens entre les adolescents.

« Qu’est-ce que vous amène par ici, messieurs Powell ? Notre Département reçoit souvent de la visite, si je peux être d’une quelconque aide, n’hésitez pas. »

Une petite ampoule s’alluma alors dans son esprit. Alala, les parents et leurs manies de vouloir tout faire découvrir à leurs enfants… Raven n’avait pas eu cette chance-là, mais elle comprenait que cela puisse être assez gonflant pour la jeunesse, elle qui ne pensait souvent qu’à s’amuser. L’Auror jeta un regard faussement offusqué à son collègue, légèrement amusée.

« Arthur… Ne me dites pas que vous venez perdre votre fils dans les méandres du Ministère. Cela doit être assez ennuyant pour la jeunesse,
ajouta-t-elle en lançant un regard compatissant à Moran. À moins qu’il y ait autre chose ? »



Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1057
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | CARNAVAGE
| SANG : Sang-Pur noyé dans le scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Ministère, blabla et métamorphose" [Raven] Ven 10 Fév - 23:10

Moran était un garçon bien élevé, poli et globalement assez souriant, pour montrer qu’il était enclin à la conversation. Il était moins énergétique que son père cependant, plus réservé, plus calme comme sa mère. Mais Arthur avait beau approcher dangereusement de la cinquantaine, il n’en gardait pas moins beaucoup de peps.
Là, c’était à peine s’il avait laissé la femme leur répondre. Le fils du secrétaire n’était même pas sûr qu’il attendait vraiment une réponse en fait. Pas parce que ça ne l’intéressait pas, car peu de choses désintéressaient Monsieur Powell, mais juste qu’il aimait dire tout ce qui lui passait par la tête. Il lui semblait sans doute évident qu’elle allait bien. Elle le remercia pourtant de lui avoir demandé. Puis elle s’occupa de lui, et répondis au jeune homme en se présentant à son tour. Moran était ravi de rencontrer une Auror. Il avait beaucoup de respect pour ces gens, sans doute plus que pour certains juristes grassement payés avec des gallions passés sous une table. Le serpentard ne se fit pas prier pour lui serrer la main en souriant franchement.

Cette femme était impressionnante pour Moran, par sa taille déjà. Elle était grande, belle et avait un charisme qu’on ne pouvait pas la louper. D’ailleurs, le préfet l’avait repéré de loin. Elle détonait face aux vieux moisis qui arpentaient le Ministère. En tout cas, les vieux moisis que fréquentait son père. Raven reprit la parole, s’adressant directement à l’ancien Serdaigle, en plaisantant même. Ne jamais commencer une conv… « Ah oui oui, justement je vous cherchais ma chère ! J’ai souvent parlé de vos exploits à mon fils concernant la métamorphose et il adore ça, il me semblait évident que je devais vous présenter il admire beaucoup les gens comme vous il est doué dans cette matière ». Arthur avait un flot de parole souvent inépuisable et son fils se demandait comment il trouvait le souffle de parvenir à la fin de ses phrases. Celle qu’il venait de dire était si longue que le jeune homme avait fini par baisser les yeux vers son père dans l’espoir qu’il fasse une pause. D’autant plus qu’il parlait en son nom… C’était difficile à admettre pour lui adorait son père, mais Moran en avait souvent honte. Arthur était le genre d’homme à mettre les pieds dans le plat plutôt deux fois qu’une, à dire des choses sans réaliser l’arrière-pensée qu’on pourrait trouver dans ses propos. C’était un homme tout à fait sincère et simple, c’était aussi pour cela que beaucoup de gens l’appréciaient. Le jeune homme ne savait pas trop quoi dire et forcément, Arthur Powell choisit ce moment pour questionner son fils : « Pas vrai Moran, que tu es doué en métamorphose ? ». Ou comment incarner un malaise ambulant. Le jeune homme eut un léger sourire face à l’attitude de son père : « J’aime énormément cette matière c’est vrai je travaille beaucoup pour avoir les meilleures notes. Ça me tient à cœur ». Comme bien d’autres choses, activités qu’il ne se voyait pas partager en compagnie de son paternel et d’une Auror. Arthur se dandinait sur place en jetant des regards plein d’espoir à Raven. Non mais vraiment, comment cet homme pouvait être le secrétaire du Ministre, c’était un vrai mystère aux yeux de son fils.
Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 647
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Ministère, blabla et métamorphose" [Raven] Sam 11 Fév - 1:13


Raven ne savait plus bien comment et où elle avait rencontré Arthur. Cela devait faire assez longtemps qu’ils se connaissaient  puisque le sorcier approchait de la cinquantaine et qu’elle-même travaillait au Ministère depuis quinze ans. Ils s’étaient forcément croisés quelque part, peut-être même parlé… Oh, ça lui revenait ! Arthur Powell était le secrétaire de la Ministre. Mais comment louper une telle information ? Etre à un niveau aussi élevé, presqu’aussi haut que la première marche… Il fallait être vraiment bête pour l’oublier. Merlin soit loué, elle n’avait pas oublié le nom de la Ministre non plus. Cela aurait été un comble pour l’Auror. Mais bon, en même temps ce n’était pas vraiment de sa faute. La sorcière avait rencontré tellement de personnes en ces lieux, avait été témoin de tellement de départ et d’arrivés qu’elle ne les comptait même plus. Alors oui, même le père de Moran était passé à la trappe. Elle en était désolée pour lui, mais c’était ainsi. Heureusement qu’elle l’avait reconnu, quand-même…
De plus, et le plus comique, c’était que la sorcière avait eu beau ne pas se rappeler du métier de son collègue, elle se souvenait en revanche avec exactitude ses talents d’orateur. Enfin, façon de parler, c’était très ironique. Raven regretta légèrement de lui avoir posé cette question –posée par pure politesse- lorsqu’Arthur enchaîna de vive allure. Elle se demandait comment il faisait pour aligner tous ces mots en réfléchissant aussi peu. Peut-être n’en avait-il pas besoin ? Après tout, secrétaire de la Ministre, son cerveau devait tourner à vive allure à chaque instant de la journée. Comment faisaient les membres de son Département ? Car Arthur était certes un homme sympathique et très gentil, il n’en demeurait pas moins bavard. Le genre de personnes avec qui Raven aurait pu perdre patience au bout de quelques instants. Heureusement pour elle, la patience était une de ses qualités et la sorcière perdait rarement son sang-froid. Très utile dans le métier qu’elle faisait.

« Ah oui oui, justement je vous cherchais ma chère ! J’ai souvent parlé de vos exploits à mon fils concernant la métamorphose et il adore ça, il me semblait évident que je devais vous présenter il admire beaucoup les gens comme vous il est doué dans cette matière. »

L’Auror afficha une mine surprise et flattée. Il lui avait parlé d’elle, vraiment ? Si elle s’y était attendue, à cette déclaration… Après cette dure matinée de travail, entendre ce genre de choses ne pouvait que faire du bien, d’autant plus qu’Arthur avait parlé à son fils de ses facilités en métamorphose. Aaah, la métamorphose… Une grande histoire, si j’ose dire. Avec la DCFM, cette matière avait été son domaine de prédilection. Une des choses pour lesquelles Basil et elle s’étaient battus durant toute leur scolarité à Poudlard. Néanmoins, malgré cette rivalité, Raven gardait de bons et précieux souvenirs de cette salle de classe. Sa dernière professeure avait été nulle autre que Minerva McGonagall, actuelle enseignante à Poudlard. Tiens, Moran l’avait sûrement, dans ce cas. Raven ne l’avait jamais rencontré, mais le fait qu’il l’admire alors qu’ils ne se connaissaient pas gonflait le cœur de l’Auror. Avoir le respect de ses collègues était une chose, car c’était une récompense pour laquelle Raven s’était battue, mais avoir l’admiration et l’estime des plus jeunes était une autre. À vrai dire, c’était un sentiment assez nouveau pour elle. La première fois que la sorcière y était confrontée. Non pas qu’elle ne savait pas comment réagir, simplement qu’elle ne s’y était pas attendue.

« Pas vrai Moran, que tu es doué en métamorphose ? »

Le père Powell s’était tourné vers son fils, l’air de rien. Bon, il y avait quand-même une qualité que l’on pouvait reconnaître chez cet homme : son naturel. Il sortait les choses avec tellement de simplicité que cela était assez attachant. Mais parfois, cela était tellement naturel que ça en devenait gênant. Moran d’ailleurs semblait l’être car la question de son père entraîna un tout petit instant de silence avant que l’adolescent ne le rompe.

« J’aime énormément cette matière c’est vrai je travaille beaucoup pour avoir les meilleures notes. Ça me tient à cœur. »

L’Auror lui sourit. Voilà une façon de penser qui était tout à fait appréciable, de son point de vue. Elle qui avait toujours travaillé à fond, donné tout son maximum afin d’atteindre l’excellence, elle était ravie que cette volonté de travailler n’ai pas disparu même après toutes ces générations. C’était très bien que des jeunes comme Moran aient de l’ambition. Ils s’en sortaient toujours dans la vie, grâce à cela.

« Alors nous nous entendrons à merveille, jeune homme, lui fit Raven. La métamorphose était l’une de mes matières de prédilection lorsque j’étais à Poudlard. Avec les Défenses Contre les Forces du Mal, bien entendu. »

La sorcière fit une légère pause avant de poursuivre.

« Si vous avez besoin de conseils dans le moindre domaine concernant la métamorphose ou d’autres matières utilisant des sorts, n’hésitez surtout pas. Je possède cet avantage de n’utiliser que ça, dans mon métier. »

Raven, en même temps que sa proposition, avait sorti sa baguette magique. On aurait pu la qualifier de tous les adjectifs possibles et imaginables. Le chêne rouge possédait un bois très chaleureux et sa prise en main était très agréable, voire même douce au toucher. La poignée était faite d’un cuir noir ornée des initiales R.F. Même cette objet respirait et rappelait la noblesse de sa propriétaire. Soudainement, l’Auror releva la tête vers le garçon et lui posa une question.

« Le professeur McGonagall enseigne toujours à Poudlard, d’après ce que l’on dit. Comment trouvez-vous ses cours ? »

Il était toujours très intéressant de connaître le ressenti des élèves vis-à-vis de leurs professeurs, surtout lorsque c’était un ancien étudiant qui posait la question. En effet, si Raven avait toujours aimé la façon d’enseigner de l’ancienne Gryffondor, il n’en était peut-être pas de même pour les jeunes d’aujourd’hui.

« Minerva m’a beaucoup soutenue quant à mon choix de devenir Auror
, lança-t-elle à Arthur. Un mentor également exceptionnel pour enseigner l’art de devenir Animagus. »

Et là, elle sentit que quelque chose d’intéressant n’allait pas tarder à arriver…


Citation :
• Faire un post de 1000 mots ▬ 4 dragées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1057
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | CARNAVAGE
| SANG : Sang-Pur noyé dans le scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Ministère, blabla et métamorphose" [Raven] Dim 12 Fév - 20:25

Raven semblait suivre les paroles d’Arthur Powell avec un certain intérêt. En même temps son langage et son énergie ne pouvaient qu’attirer l’œil sur lui. Enfin, du point de vue de son fils, il était plus mal-à-l’aise qu’autre chose. Mais Moran finit par répondre, parce que son père s’adressait directement à lui, de manière assez inconfortable, d’ailleurs.
Sa réponse avait l’air de faire écho chez l’Auror qui lui sourit avant de lui répondre. Le Serpentard buvait ses paroles, était pendu à ses lèvres à partir du moment où elle dit que la métamorphose était l’une de ses matières de prédilection. Lorsqu’elle ajouta qu’il pouvait lui poser des questions s’il en avait envie, Moran avait l’impression d’avoir là une chance unique dans sa vie. Mais Raven enchaîna tandis que le jeune homme observait la baguette magnifique de l’Auror. Elle lui posait une question sur le professeur McGonnagall. Moran adorait ses cours bien sûr, il était en tête de classe avec Gardenia. Mais apparemment, l’affection n’allait qu’en sens unique, il l’avait bien remarqué. « J’adore ses cours, très ludiques, puis j’adore la matière ! Néanmoins, je ne crois pas qu’elle voit d’un bon œil mon engouement pour sa matière ». Si elle ne rechignait pas à lui signer un mot pour qu’il aille fouiner dans la réserve à la recherche d’un livre avancé, la professeure n’en demeurait pas moins très distante et plus froide avec lui qu’avec Gardenia. Ses questions diverses après les cours concernant les animagus étaient souvent restées sans réponse, à son grand dam.

Elle avait fini en disant qu’elle avait été son mentor pour devenir animagus. Le regard de Moran s’illumina. Evidemment. McGo avait souvent fait démonstration de sa transformation animale, il savait qu’elle était un animagus. Et maintenant il avait la confirmation que la femme qui se tenait devant lui en était une, aussi. Peut-être qu’elle était là, sa chance ? « J’admire beaucoup les gens qui ont la faculté de se transformer en animaux » intervînt Moran avant que son père ait pu répondre, « j’espère en devenir un, un jour ». C’était vrai, et son père était au courant de son penchant pour cette idée-là. Toute sa famille ou presque le savait. Là où ils étaient ignorants, c’était sur ses tentatives et récents exploits, uniquement connus de son oncle Abbas. Mais Raven était Auror et Moran ne pouvait pas partager sa joie et ses interrogations. Il comprit bien vite à partir de ce moment qu’il ne devrait jamais rien lui révéler de ses réussites. Son secret devait en rester un, et personne au sein du Ministère ne devait être au courant, si d’aventure il arrivait à devenir un animagus. Ne pas être déclaré serait merveilleux pour ses affaires personnelles. Il décida de continuer comme s’il n’avait jamais pensé tout cela, en lançant un sourire intéressé à la femme : « Ce doit être des années de travail, non ? ». Une question posée comme si rien n’était comme s’il était à peine curieux de tout cela… A l’opposé donc, de la flamme de curiosité qui brûlait en lui à ce moment-là. Arthur intervînt alors en s'excusant, plaidant une réunion importante : « Juste ciel il est déjà trois heures ! Je suis affreusement en retard, je te laisse entre de bonne mains, Moran je reviens te chercher d'ici une petite heure hein ne t'en fais pas, ravi de vous avoir vu, Miss Fawkes !». La tornade Powell venait de passer et était déjà à l'autre bout du couloir, sa longue cape noire virevoltant dans son dos comme s'il était un jeune homme. Les voilà maintenant seuls, tous les deux.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 647
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Ministère, blabla et métamorphose" [Raven] Dim 12 Fév - 23:36


L’Auror gardait d’excellents souvenirs de la Métamorphose. D’après ce qu’elle se souvenait, cette matière avait su, dès sa première année, gagner son estime et son intérêt. Bon, certes, il y avait peu de choses qui ne l’intéressaient réellement pas, mais certains domaines allaient jusqu’à la passionner. Toutes ces matières utilisant des sorts en faisaient partie. C’est vrai quoi, à quoi servait une baguette magique si c’était pour rester soigneusement rangée dans une poche de la cape ? Autant s’en servir. Mais bien. Car pour Raven, ne pas atteindre l’excellence était synonyme d’échec.  Elle s’était toujours visée de très hauts objectifs et cela pouvait être considéré autant comme une qualité qu’un défaut. La sorcière, plus jeune, alors qu’elle s’entraînait pour passer les concours d’entrée d’Auror, s’était souvent tuée à la tâche en voulant bien faire. Elliot en personne, à chaque fois, l’avait obligée à s’arrêter. Beaucoup de détermination en elle et c’était encore le cas aujourd’hui. Raven était une personne opiniâtre.

« J’adore ses cours, très ludiques, puis j’adore la matière ! Néanmoins, je ne crois pas qu’elle voit d’un bon œil mon engouement pour sa matière. »  

La mine réjouie de Raven se combla avec un petit sourire en coin. Rares étaient les fois où elle offrait un véritable sourire et cela était sûrement dû à son apparence froide. Mais elle tentait souvent d’y remédier. Elle était ravie d’apprendre que la pédagogie de Minerva intéressait également les jeunes d’aujourd’hui. L’Auror avait connu cette ancienne Gryffondor alors que cette dernière n’était qu’une étudiante et, même si elles ne s’étaient jamais parlé auparavant, l’avoir en tant que professeur lui avait fait bizarre. Moins sociable que sa sœur, l’Auror avait tout de même pris l’initiative d’aller la voir, lui parler, pour se rendre compte au final que Minerva était une Animagus. Très vite, le sujet l’avait intéressée et Raven avait été même jusqu’à lui demander de lui apprendre cet art. Sans hésiter, la jeune professeure avait accepté et était devenue son mentor en la matière. Non sans regrets, puisque la Poufsouffle de l’époque maîtrisait à présent ce don à la perfection, un peu comme une seconde peau.

« Vous m’en voyez ravie. J’aimais beaucoup sa manière d’enseigner et je constate qu’elle n’a pas changé sa façon de faire. Par Merlin, que les années passent ! plaisanta Raven. Hier encore, je croisais Minerva dans les couloirs de Poudlard lorsqu’elle n’était qu’une étudiante. Il n’y a rien de pire que de prendre de l’âge », ajouta-t-elle ironiquement.

Cependant, les traits du temps ne semblaient pas avoir d’impact sur le visage de l’Auror. Bon, certes, elle n’avait pas pu conserver sa peau de jeunette, mais quand-même. À 35 ans, les rides étaient encore rares, heureusement pour elle. Ce n’était pas sa préoccupation première, mais elle tenait à son apparence. Ce qui était en revanche frappant chez la sorcière étaient ses traits de sévérité et d’autorité. Rien qu’avec ça, elle pouvait facilement prendre quelques années de plus, à son grand désarroi.
Visiblement, le sujet d’Animagus plaisait beaucoup au jeune Moran. Il est vrai que c’était un sujet qui intriguait beaucoup les jeunes et même les moins jeunes, car c’était une chose rare que de pouvoir se transformer un animal. Quelque chose de très complexe qui demandait une maîtrise parfaite de la moindre parcelle de son corps. Raven avait donc abordé le bon sujet.

« J’admire beaucoup les gens qui ont la faculté de se transformer en animaux. J’espère en devenir un, un jour. »

L’Auror le remercia d’un signe de tête. Voilà qu’il disait lui-même qu’il l’admirait. Cela faisait tout drôle à la sorcière qui n’était pas habituée à ce genre de compliments. D’habitude, c’était plutôt des « je vous respecte », « vous êtes admirables », « vous avez mon estime » ou encore « ma considération ». Mais « mon admiration »… C’était tout autre chose. Mais ce n’était pas pour lui déplaire, bien au contraire ! Si elle pouvait être une espèce d’image, de modèle que l’on voulait suivre, libre à la personne de le faire. Cela ne la dérangeait en aucun cas. Tant que ladite personne ne venait pas l’importuner.

« Si vous le voulez réellement, nul doute que vous y parviendrez. Après la maîtrise de son corps, il y a avant tout la motivation et la détermination. C’est très important lorsque l’on veut apprendre à maîtriser quelque chose. »

Elle ne lui donnait qu’une parcelle de la clé de la réussite. La sorcière elle-même avait été confrontée à cette situation plus jeune, alors si elle pouvait permettre aux nouveaux étudiants d’aujourd’hui de ne pas faire les mêmes erreurs en empruntant les mauvais chemins… Elle préférait les prévenir. Un peu comme miss McKinnon, qu’elle avait sauvée des griffes de la mort un mois plus tôt. Mais bon, le cas de cette jeune fille était quelque peu différent. Niaise à un point… Bon, sympathique, oui, mais la naïveté était partie intégrante de sa personnalité. Cela allait lui jouer des tours, plus tard… Au moins, Raven l’avait prévenue. Libre à elle maintenant de faire ses propres choix. L’Auror n’était pas sa mère, par Merlin. (Et heureusement, d’ailleurs).

« Ce doit être des années de travail, non ? »

Raven réfléchit quelques instants. On lui avait toujours dit que oui, cela demandait de nombreuses années de pratique, de théories et d’essais avant d’y parvenir complètement. Et pourtant, cela ne lui avait pris que 8 mois, 9 mois tout au plus. Cela devait dépendre des personnes, certainement. Tous n’avaient pas la même facilité en Métamorphose qu’elle possédait. Et il était évident que cette facilité aidait beaucoup pour devenir Animagus.

« C’est ce que l’on dit en général, oui. Mais honnêtement, il y a de nombreux paramètres qui rentrent en jeu. La détermination, la motivation, le niveau en Métamorphose, aussi. Pour ma part, sous la tutelle de Minerva, 8 à 9 mois m’ont suffi. Je travaillais jour et nuit pour y parvenir, et le travail porte toujours ses fruits. »

Avant que le jeune Moran puisse répondre, ce fut son père qui intervint pour s’excuser d’aller à je ne sais quelle réunion ou d’étudier un dossier important. Peu important au final, car avant que les deux autres ne puissent dire quoi que ce soit, le père Powell était déjà parti aussi vite qu’il était arrivé. Une vraie tornade, celui-là. Raven reporta son attention sur son jeune interlocuteur et brisa rapidement la gêne qui s’était instaurée.

« Allons dans mon bureau, nous serons plus à l’aise pour discuter. »

Cela sonnait plus comme une invitation qu’un ordre. L’Auror ne voulait pas obliger le jeune homme à la suivre, mais elle sentait qu’il vouait une véritable passion à la Métamorphose et qu’elle allait peut-être lui être utile…


Citation :
• Faire un post de 1000 mots ▬ 4 dragées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1057
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | CARNAVAGE
| SANG : Sang-Pur noyé dans le scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Ministère, blabla et métamorphose" [Raven] Ven 17 Fév - 21:32

Moran se demandait bien si l’Auror oserait partager certaines choses avec lui question métamorphose. Il ne comptait pas lui tirer les vers du nez. En tout cas pas maintenant, c’était trop tôt, ils discutaient depuis quoi, cinq, dix minutes ? Autant de pas dévoiler son penchant curieux tout de suite, ça pourrait faire fuir Raven Fawkes. Non pas qu’elle avait l’air de fuir devant tout et n’importe quoi, la preuve elle n’avait pas fui devant Arthur, mais quand même.  Moran et la curiosité, c’était quelque chose. Quelque chose de lourd.
Néanmoins à la grande déception du garçon, l’Auror ne sembla pas saisir la nuance dans ses propos qui laissaient entendre que McGo ne l’appréciait pas, lui. Et qu’elle ne voulait sciemment pas l’aider. Enfin, il aura bien l’occasion de placer quelques insinuations dans leur conversations, Moran maîtrisait assez bien cela. Une technique de manipulation, c’était tout à fait cela. Amener discrètement la conversation à un point donné, voulu et y arriver en plus. Le jeune homme esquissa un sourire à la plaisanterie de son interlocutrice. Raven n’était pas vieille, elle n’avait même pas quarante ans. Sa prof de métamorphose par contre, était quand même un petit peu plus âgée qu’elle.

Les paroles de l’Auror ragaillardirent le préfet. Ça lui donnait encore plus de motivation pour parvenir à son but. Si tant est qu’il ait besoin de plus de motivation. Ses recherches, ainsi que sa patience l’avaient conduit à des résultats prometteurs et assez rapides. Il espérait vraiment que le reste allait suivre assez vite, mais il essayait de ne pas se faire d’illusions non plus. Autant voir large et s’attendre à de vrais résultats dans quelques mois. Mais justement il lui posa la question sur le temps et la réponse de Raven choqua un peu Moran qui la regarda avec un regard étonné. Elle y était arrivée en quelques mois seulement ? Vraiment ? Son admiration pour la jeune femme allait décidément crescendo. Elle avait réussi en 8 mois. Il avait commencé en Septembre et n’avait eu des résultats que quatre mois plus tard. C’était décevant en comparaison à l’Auror, mais elle avait eu une mentor. Lui, il faisait tout, seul. Il se jugeait seul, essayait d’évoluer seul et de s’analyser seul. Ce n’était pas évident, surtout pour quelqu’un n’ayant aucune expérience dans la matière.  Cela calma un peu l’excitation du fils Powell qui fut interrompu alors qu’il allait répondre, par son père.

Arthur, avec sa délicatesse et sa vivacité habituelle les quitta en quelques instants et Moran n’eut pas l’occasion de lui poser une question sur ce qu’ils allaient faire après, qu’il s’était déjà envolé, parti dans un ascenseur. La voix de Raven détourna la frustration du Serpentard qui tourna ses yeux noirs vers elle. « Avec plaisir » lança-t-il, tout sourire.
Il pénétra dans la pièce à la suite de la femme, l’esprit bouillonnant de question qu’il allait poser dans les prochaines minutes et qui, il l’espérait allaient trouver des réponses plus satisfaisantes que celles des bouquins. Ses yeux se baladèrent dans la pièce pour l’évaluer et il trouvait que l’endroit lui correspondait plutôt bien. Femme particulière, bureau particulier, non ?
Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 647
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Ministère, blabla et métamorphose" [Raven] Dim 19 Fév - 21:26


Lorsqu’elle était plus jeune, Raven aurait bien aimé faire des rencontres comme ce qu’expérimentait à cet instant le jeune Powell. À ses yeux, avoir de l’expérience et du niveau était une chose, mais avoir du contact dans le monde du travail… Ça, c’était très important, et cela pouvait faciliter la tâche ainsi que l’intégration. Récemment, elle avait parlé de la jeune miss Westchester, professeure à Poudlard, à ses supérieurs qui avaient été convaincus par son profil. Du pistonnage, certes, et parfois le candidat n’avait pas toutes les qualités requises comparé à quelqu’un qui aurait travaillé dur pour y parvenir mais… Dans le monde du travail, les hommes n’étaient pas toujours très honnêtes. On avait vite fait de tomber sur un charlatan donc pouvoir compter sur une personne digne de confiance pouvait être d’un grand secours.

En l’occurrence, Raven n’allait pas se vanter, mais elle était contente que le jeune Moran soit tombé sur elle. Et puis, aujourd’hui particulièrement, la sorcière était de bonne humeur. Certainement parce qu’elle avait décidé de travailler dès le lever du soleil et qu’une bonne pause lui avait fait du bien. Quoi qu’il en soit, revoir la bouille d’Arthur avait élargi son sourire. La bonne humeur du père Powell était assez contagieuse malgré son tic de vouloir tout le temps parler, peu importe le sujet. Enfin bon, c’était une chose à laquelle on s’habituait.
Après un début de conversation très intéressante entre l’Auror et son fils, le secrétaire les quitta non sans les affubler de graaandes phraaases, alignant des mots tellement vite que Raven dû faire un grand effort pour en comprendre le sens. C’était Arthur, voilà tout. La sorcière émit un petit sourire d’amusement alors que la cape de son collègue virevoltait derrière lui et reporta son attention sur le jeune homme. Ce dernier accepta volontiers sa proposition et, avec un sourire, Fawkes engagea le chemin. Le Ministère était un vrai dédale, on avait vite fait de se perdre. Moran n’aurait pas été le premier à qui Raven aurait apporté son aide pour se repérer. Il y avait quelques mois de cela, ç’avait été le jeune Rozen, fils d’un de ses collègues Aurors qu’elle avait dû aider. Peut-être que les deux jeunes se connaissaient ? C’était fort probable, après tout ils avaient l’air d’avoir le même âge.

Raven salua d’un signe de tête les personnes qu’ils croisaient, ce qui lui donnait l’air de connaître tout le monde. Ce qui, en soit, n’était pas totalement faux. Après 15 ans de carrière, autant dire qu’elle connaissait presque tous les membres de ce Département. À quelques exceptions près. Les deux sorciers pénétrèrent dans l’antre des Aurors, un espace légèrement en retrait et situé un peu plus loin des ascenseurs. Raven ne comptait même plus le nombre de couloirs qui composaient le Bureau. Heureusement qu’il y avait des plaques sur les portes pour informer à quel sorcier la pièce appartenait… Quelques virages et l’adulte comme l’élève se retrouvèrent devant le bureau de Raven.

« C’est ici », annonça joyeusement l’Auror.

Accueillir un plus jeune lui donnait un regain d’énergie, il faut dire. Petit tapotement de la baguette sur la poignée et la serrure s’ouvrit en un claquement sec. Fawkes ne prononçait les sorts à voix haute que pour se faire entendre et pour ne pas surprendre les autres. Mais il faut avouer que les sortilèges informulés étaient un peu plus pratiques, utiles et… impressionnant pour les plus jeunes. L’Auror ouvrit la porte et se poussa sur le côté, incitant son cadet à entrer avant elle. Il avança donc et la sorcière en profiter pour fermer derrière eux. Malgré la paperasse qui augmentait sur une petite table en bois, l’endroit était relativement clean. Pas une feuille ne dépassait, pas un grain de poussière ne flottait dans les airs. On aurait pu dire de la sorcière qu’elle était maniaque, ce n’était pas tout à fait ça, mais presque. Son éducation jouait beaucoup sur sa vie actuelle mais elle ne s’en plaignait pas. Un coup de baguette et une chaise vint se ranger juste en face de son bureau. Raven en fit le contour, invita le jeune homme à s’asseoir et s’installa sur son fauteuil noir. Elle possédait ce regard accueillant qui mettait en confiance.

« Oh, veuillez m’excuser… »

Elle rangea avec précipitation le dossier sur lequel elle avait travaillé plus tôt. Niclas Travers, tout juste diplômé de Poudlard l’année précédente. Celui qui avait attaqué Soyle Hoover quelques jours auparavant dans le but de l’assassiner. Une tentative de meurtre avec préméditation. Donc le dossier d’un jeune mage noir à traiter avec grande prudence. Ordonnée, l’Auror le rangea dans le premier tiroir, celui des plus importants à traiter. Autant dire que ce tiroir débordait. Ceci fait elle prit un autre dossier, fermé cette fois-ci, qui traînait dans un coin de son bureau et lut le titre en fronçant les sourcils. Dolohov. Mmh. Il fallait qu’elle en parle avec Kingsley et Londubat, eux qui étaient en étroit lien avec ce dossier… Reposant vite le paquet de feuilles, la sorcière rajusta son tailleur noir et entremêla ses doigts devant elle.

« J’ai cru comprendre que le sujet des Animagus vous intéressait. Avez-vous demandé à Minerva de vous apporter un peu de son aide ? Ou bien vous êtes-vous renseigné seul là-dessus ? »

Raven lui offrit un sourire encourageant. Minerva avait toujours été d’une bonne écoute envers elle. Fut un temps où elle aurait pu la considérer comme une vraie amie, comme la grande sœur que l’Auror n’avait jamais eu. Malheureusement, après ses ASPIC en poche et son entrée à l’École Supérieure, les deux femmes s’étaient vues beaucoup plus rarement. Mais cela ne les empêchaient pas d’aller se prendre un verre de temps en temps.

« Si besoin est, je peux toujours vous apporter un complément. Cela serait avec grand plaisir. »

Le ton de sa voix avait été sincère et Raven lui avait proposé son aide par pur altruisme. Ça, c’était du Fawkes tout craché. Prête à tendre la main à n’importe quel moment juste pour venir en aide aux autres. Une vraie Poufsouffle. Jusqu’à l’âme.
 


Citation :
• Faire un post de 1000 mots ▬ 4 dragées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1057
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | CARNAVAGE
| SANG : Sang-Pur noyé dans le scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Ministère, blabla et métamorphose" [Raven] Mar 21 Fév - 13:23

Moran était venu assez souvent au Ministère pour ne pas trop se perdre. Bon généralement, le garçon était avec son père, mais franchement, avec quelques points de repères on pouvait se repérer sans trop de problèmes. Il remarqua bien vite que Raven saluait beaucoup de personnes qu’elle croisait, mais avec beaucoup plus de discrétion que son père. Arthur n’était pas un modèle de discrétion et on pouvait parfois entendre sa voix joyeuse jusqu’à l’autre bout d’un couloir. Souvent, le fils Powell c’était demandé comment avait été la scolarité de son géniteur. Il avait dû en énerver plus d’un avec ses grandes paroles et ses grands gestes. Penser à cela faisait relativiser le jeune homme sur son caractère. Il devait être bien moins agaçant que son père, c’était donc une réussite.

Moran observa l’Auror tapoter la poignée de la porte pour que celle-ci s’ouvre facilement. Les employés de ce département devaient être les premiers paranoïaques du Ministère. À peine eut-il pensé cela que le préfet souri. Mais il ne fit aucun commentaire, il ne pouvait pas se le permettre. Transformant son sourire légèrement moqueur en sourire poli, il entra dans le bureau tel que le lui proposait la femme. Il s’assit sur la chaise et vit toutes sortes de dossier qui s’étalaient sur le bureau. Raven s’excusa et commença à les ranger, mais la curiosité était un bien vilain défaut et Moran s’était légèrement penché pour essayer de voir complètement un visage sur une photo. Il l’avait déjà vu, mais qui donc était-ce ? Fawkes ferma le dossier et le rangea et les yeux noirs du jeune homme papillonnèrent ailleurs, pour se poser sur un nom : Dolohov.

Qui était l’homme sur la photo, qui était ce Dolohov ? Sans doute pas la même personne, puisqu’ils étaient dans deux dossiers différents. Moran fronça légèrement les sourcils en se promettant de ne pas oublier ce visage familier et ce nom. Peut-être qu’il aura besoin, un beau jour ? Néanmoins, il essayait avec bien des difficultés à se reconcentrer sur son interlocutrice. Il connaissait ce visage, mais il n’arrivait pas à poser de nom dessus… Le nom de sa professeure de métamorphose ramena Moran sur terre et le jeune homme se sentit mal-à-l’aise de ne pas avoir écouté le début du discours de l’Auror. « Eh bien… J’ai dû me renseigner seul, en fait. Le Professeur McGonnagall ne me porte pas dans son cœur, je ne sais pas trop pourquoi. J’ai le droit d’aller consulter des livres dans la réserve, mais elle ne me répond pas vraiment quand je lui pose des questions sur le sujet. Donc, je me débrouille seul depuis… Longtemps ». Moran se garda bien de préciser qu’il avait commencé ses petites expériences et qu’elles étaient assez fructueuses. Il s’en voulait un peu de dépeindre cette image-là de sa professeure mais elle était bien plus distante avec lui qu’avec Gardenia. Lorsque Raven proposa son aide, le batteur des Serpentard ne pu pas passer à côté d’une occasion si belle. « C’est vraiment gentil… » commença-t-il timidement, « mais j’aimerais juste savoir, quand avez-vous su quel serait votre animagus ? ». Maintenant qu’il savait que le sien serait un oiseau, il aimerait savoir la race quand même… Et il espérait que ce serait discret. Surtout discret, en fait.



Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 647
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Ministère, blabla et métamorphose" [Raven] Jeu 23 Fév - 18:23


Le jeune homme semblait porter un grand intérêt aux dossiers présents sur son bureau, intérêt pourtant discret mais pourtant pas invisible aux yeux de Raven. La sorcière avait toujours accordé une grande importance pour les petits détails, estimant que cela faisait toute la différence. Tout en restant dans la discrétion, elle ne se gênait pourtant pas pour observer avec grande attention la personne qui se trouvait en face d’elle. Ses mimiques, sa façon de parler, son comportement. Cela était très révélateur et l’Auror en tirait beaucoup. Elle n’était pas impolie, non. Simplement curieuse du genre humain. Et puis, ses yeux perçants avaient le don de voir beaucoup de choses…

« Eh bien… J’ai dû me renseigner seul, en fait. Le Professeur McGonnagall ne me porte pas dans son cœur, je ne sais pas trop pourquoi. J’ai le droit d’aller consulter des livres dans la réserve, mais elle ne me répond pas vraiment quand je lui pose des questions sur le sujet. Donc, je me débrouille seul depuis… Longtemps. »

Raven haussa un sourcil, étonnée. Ce n’était pourtant pas le genre de Minerva d’ignorer un élève pourtant passionné par sa matière… Elle n’avait pas non plus de différend avec les Maisons, la preuve, l’Auror elle-même venait de la soi-disant Maison des flemmards et la jeune professeure ne l’avait jamais rejetée. Après, tout le monde connaissait l’éternelle guerre entre les Gryffondor et les Serpentard, mais Moran avait l’air d’être un élève agréable alors la sorcière ne voyait vraiment pas… Raven avait pourtant le souvenir d’une sorcière brillante, très ouverte, agréable et gentille. Venant de sa part, c’était vraiment étonnant de ne pas prendre sous sa tutelle un élève aussi talentueux, selon les dires d’Arthur, le père Powell.

« Voilà qui est étonnant… fit l’Auror en fronçant les sourcils. Je ne me la rappelais pas ainsi. Peut-être a-t-elle beaucoup à faire ? Certains professeurs vivent une existence assez… tumultueuse en-dehors de Poudlard, » termina-t-elle sur un ton mystérieux.

En effet, ce n’était pas ici que la sorcière allait révéler ce que trafiquait Minerva, en partie délivrer des informations qui leur étaient importantes. La professeure de Métamorphose passait toujours par Raven pour faire passer des documents ou autre et avait très souvent refusé que ça soit une autre personne. Mais cela, l’Auror se garda bien de le lui dire. Ce n’était pas quelque chose qui le concernait et, de toute façon, cette espèce de trafic d’informations n’était connue que par les membres du Bureau et par le Directeur du Département de la Justice. Elles se devaient d’être le plus discrètes possibles pour ne pas attirer l’attention. Ça tombait bien, puisque la discrétion et Raven ne faisaient qu’un. La sorcière n’était pas Auror pour rien et, de plus, son don pour devenir Animagus lui était très utile dans le métier. Espionner pour le compte du Bureau sous sa forme de faucon pèlerin, puis se sentir libre lorsqu’elle volait haut dans le ciel… Un avantage très bénéfique à sa carrière. Et très vite, suite à sa demande, le jeune Moran s’empressa de lui poser une question.

« C’est vraiment gentil… mais j’aimerais juste savoir, quand avez-vous su quel serait votre animagus ? »

L’Auror sourit suite à cette interrogation. Ah, la fameuse question que tout le monde se posait. Enfin, tout ceux qui souhaitaient devenir Animagus. Quel animal allait-on devenir tout en priant de n’avoir pas étudié tout ce temps pour finir en poule ou en autruche… On disait aussi qu’en général, notre forme Animagus était la même que notre Patronus. Bon, il pouvait y avoir des exceptions et c’était le cas de Raven. Bien qu’ils soient tout deux des rapaces, l’aigle et le faucon pèlerin n’étaient pas tout à fait identiques. À quelques détails près, vous en conviendrez. Quoi qu’il en soit, Raven prit bien le temps de réfléchir avant de répondre n’importe quoi. Devenir Animagus était une étape importante dans une vie qui demandait beaucoup d’efforts. Elle ne devait pas le mettre sur une mauvaise voie ou elle s’en voudrait énormément. L’Auror se racla la gorge et plongea ses yeux dans le regard du garçon. Elle savait captiver sans s’en rendre compte.

« Je ne sais pas à quelle étape vous en êtes, mais lorsque les premiers signes d’une transformation sont apparues, j’ai fait très attention à tout ce qu’il se passait autour de moi. Tout dans les moindres détails, et même si une chose vous paraît insignifiante, notez-y. »

Minerva avait été une excellente professeure et l’Auror ne regrettait absolument pas d’avoir franchi le pas pour lui adresser la parole. Tous ses conseils, son soutien… Elle les utilisait encore aujourd’hui. La sorcière se souvenait avec précision toutes les étapes qu’elle avait dû franchir. La méditation, la relaxation, les théories pour y parvenir…

« Par la suite, j’ai fait beaucoup de rêves où je voyais des motifs, des plumes bleues si je me souviens bien. Mais jamais sans voir la totalité de l’image… Jusqu’au jour où, dans un arbre de Poudlard, j’aperçus un petit oiseau bleu. Un faucon pèlerin. »

Raven lui sourit gentiment. En parler était assez nostalgique et lui rappelait tous ces bons moments à sauter de surprises en surprises.

« Le lendemain, je réussissais à me transformer, je vous laisse deviner en quoi. »

Petit suspens, mais l’élève avait sûrement déjà saisi. Alors que l’Auror calait son dos contre son siège, elle eut une brillante idée. De plus, elle était quasiment sûre que son jeune interlocuteur allait accepter. Après tout, Raven ne voyait pas pourquoi sa réponse serait négative. Elle se pencha de nouveau en avant, le regard énigmatique et le sourire au coin des lèvres.

« Voulez-vous savoir à quoi ressemble cet animal ? Ce n’est pas bien grand mais… Fort utile dans mon métier. Je peux vous montrer, là maintenant. Si le cœur vous en dit… »

L’Auror le regardait, les yeux pétillants, remettant son tailleur correctement. Elle ne s’était jamais transformée devant quelqu’un d’aussi jeune, mais il y avait une première fois à tout comme on disait ! Qu’allait répondre le jeune Powell… ?  


Citation :
• Faire un post de 1000 mots ▬ 4 dragées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1057
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | CARNAVAGE
| SANG : Sang-Pur noyé dans le scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Ministère, blabla et métamorphose" [Raven] Jeu 23 Fév - 23:36

Moran avait vraiment envie d’être sincère avec Raven. Elle avait le visage de quelqu’un en qui on peut accorder sa confiance. Sa voix donnait envie de lui faire confiance comme son sourire. Oui, mais voilà, il n’était pas question de n’importe quoi mais de métamorphose. La métamorphose qui aurait une grande place dans la vie du jeune homme une fois qu’il serait devenu Animagus (il comptait bien y arriver, ça c’était certain). Raven Fawkes était Auror et Moran était parfaitement au courant de tout ce qui se passait au Ministère. S’il lui disait clairement qu’il essayait d’être un animagus, il serait inscrit dans les registres, ou alors, il aurait des problèmes. Il n’en voulait pas, et désirait garder sa petite vie tranquille. Il comptait donc nier en bloc si besoin était, lancer une excuse minable même si cela ne convainquait pas. Il préférait encore qu’elle le voit comme un sale morveux menteur que comme un garçon qui avançait dans ses recherches sur les Animagus.
Sa remarque sur le professeur McGonnagall sembla étonner l’Auror. D’une pierre deux coups, la réaction de l'Auror étonna aussi Moran. Cependant la réponse de la femme ne fit que conforter le Serpentard dans ses idées : elle ne l’appréciait tout simplement pas. Pas au point de l’aider dans son entreprise, pas au point de lui donner des conseils pour réaliser son rêve. Sa professeure devait être quelqu’un avec des préférences, et qui était-il lui, pour juger cela ? Tout le monde avait des préférences, et McGo était une humaine avant toute chose. C’est-à-dire avec des défauts humains, il ne pouvait pas en tenir compte. Si elle préférait sa sœur de cœur à lui, tant mieux pour elle, sans doute. Sa réussite n’en serait que plus belle. Raven évoqua une vie tumultueuse en dehors de Poudlard ce qui fit lever un sourcil intéressé au jeune garçon qui se garda pourtant de tout commentaire. Maîtriser sa curiosité. On le lui avait déjà dit et il avait les plus grandes peines du monde à le faire. Mais il devait se tenir à carreau et ne pas montrer qu’il voulait en savoir plus que ce que laissaient entendre quelques phrases énigmatiques lancées par-ci par-là. C’était vrai qu’on ne se posait pas assez de questions sur la vie des profs. Ils avaient une vie, eux-aussi non ? Tout n’était pas limité à Poudlard, leurs matières, leurs copies ainsi que leurs élèves ? Leur vie n’était pas calibrée au seul matin midi et soir, non ? Ils avaient des amis, comme tout le monde. Sortaient comme tout le monde. Manigançaient des trucs, comme tout le monde…  

Moran avait rebondi sur une question essentielle pour lui. Quand pourrait-il savoir ce que sera son animal totem ? Il mourrait de curiosité par rapport à cela, et débordait d’effort lors de ses longues séances qui duraient plusieurs heures (et qui le faisaient du même coup se coucher très tard). Ça, c’était une chose qu’il ne pouvait pas demander au professeur de Métamorphose. Mais Raven avait l’air d’être quelqu’un de volontaire, assez pour répondre à ses questions. Néanmoins et c’était une bourde de la part du jeune homme, sa question laissait surtout entendre des résultats. Qui dit résultats dit entraînements. Il avait laissé passer un indice concernant ses activités. Pas de quoi l’inquiéter, parce que le fils Powell était un éternel optimiste, mais assez pour l’agacer un peu. Cette situation le mettait très mal-à-l’aise parce qu’il n’aimait pas se jouer des gens qui étaient gentils avec lui. Il mourrait d’envie de tout lui dire, ses escapades nocturnes pour s’entraîner, la centaine de livre qu’il avait dévoré pour en apprendre plus, les plumes dans sa main, la semaine d’avant ! Tout tout tout, lui brûlait les lèvres. Mais il ne pouvait rien dire, et pire, il devait mentir. « Je ne sais pas à quelle étape vous en êtes ». Cette simple phrase prononcée par l’Auror fit blanchir Moran d’un coup. Mais de quelle étape parlait-elle ? Ironie quand tu nous tiens. Le préfet s’enfonça dans son siège et regarda le sol. « Je ne m’intéresse à la métamorphose que par curiosité… » lança-t-il d’un ton qui était tout sauf convaincant « C’est juste intéressant de voir à quel moment du processus on apprend enfin en quoi on va se transformer ». Ce n’était pas si mal rattrapé, mais il trouvait que c’était presque insultant pour elle, cette phrase. Comme s’il pensait vraiment qu’elle allait tomber dans le panneau.

Honteux, il releva ses yeux noirs vers elle. Au fond, Raven l’intimidait un peu. Elle semblait être une force tranquille, tant à l’opposé de la pile qu’était son père.  Mais il trouvait quand même tout ça très intéressant. Faire des rêves de son animal totem, c’était assez fabuleux à ses yeux. Il ferait attention à la moindre autruche dans ses rêves, maintenant. Moran souri face à la devinette et il se sentit un instant mieux. Il ne savait pas trop quoi dire, mais Raven combla bien vite le silence avec une proposition tout à faire surprenante.
Moran écarquilla les yeux en souriant. Se transformer devant lui ? Vraiment ? Il ne pouvait contenir un air ahuri et particulièrement curieux d’arpenter son visage. Perturbé qu’on lui fasse une telle proposition pour lui faire plaisir (parce que oui, c’était exactement ce que faisait Raven), le jeune homme bredouilla : « Ce… se-serait génial oui… ». Il n’était pas vraiment dans sa nature de se retrouver sans avoir rien à dire, lui le moulin à parole. Mais là, il était scotché ! Il n’était pas certain que Raven comprenne ce que cela représentait pour lui. Parfois lui-même se posait des questions sur le pourquoi de sa passion pour cette matière. Ça lui était venu très jeune, et dès qu’on lui avait expliqué ce qu’était un Animagus, il avait voulu en devenir un : « Ce serait trop cool de pouvoir voler ! » avait-il lancé à son oncle ce jour-là.  « Merci » finit-il d’un ton sincère en l’observant comme si elle était un rat de laboratoire. Moran comptait bien tout observer chez elle. Son attitude, son faciès, n’importe quoi qui pourrait l’aider lui, à avancer plus vite.  



Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 647
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Ministère, blabla et métamorphose" [Raven] Ven 24 Fév - 0:32


Raven sentit immédiatement quelque chose changer dans l’air lorsqu’elle aborda le sujet des Animagus. Pas quelque chose de négatif, loin de là, mais pas du positif non plus. Comme si… L’ambiance se faisait plus gênée. Pourtant, il n’y avait pas de quoi, l’Auror faisait tout pour mettre à l’aise les gens et était, en général, très accueillante. Non, il y avait forcément autre-chose. Le regard du jeune homme s’était troublé, alerté. Comme s’il avait peur. Oui mais, peur de quoi ? Cachait-il quelque chose ? Quelque chose qu’il ne fallait pas qu’elle découvre ? L’Auror fronça intérieurement les sourcils sans rien laisser paraître sur son visage. Moran Powell était décidément un garçon bien mystérieux. Elle se demandait bien dans quelle Maison il appartenait. Elle avait rencontré un autre jeune homme de son âge, Alexandre, qui, lui aussi, avait semblé cacher bien des choses à l’intérieur de sa tête. Serpentard. Était-il à Serpentard, lui aussi ? Elle demanderait au père Powell une prochaine fois. L’Auror sentait que la discussion allait devenir intéressante. Très intéressante…
Son jeune interlocuteur recula au fond de son siège et fixa le sol, comme s’il voulait éviter le regard perçant de l’Auror. Le contact visuel possédait ses propres codes, ses propres règles, Raven ne le savait que trop bien. En un regard, elle pouvait ordonner à quelqu’un de se taire tout comme elle pouvait l’intimider. En un regard, la personne pouvait être mise en confiance et se sentir en sécurité. En un regard, on pouvait ressentir la tristesse, la douleur, la solitude, un cri au secours. Tout passait par là. Briser ce champ ne signifiait qu’une chose : le secret. Ne pas vouloir révéler ses émotions et ses sentiments. Passer sous silence toutes les images qui se reflétaient sur la surface lisse de l’œil. Moran Powell lui cachait quelque chose.

« Je ne m’intéresse à la métamorphose que par curiosité… »

Raven haussa un sourcil. Voilà qui était peu convaincant. Allez, il n’allait pas lui faire croire cela tout de même. Elle avait bien lu dans ses yeux cette excitation lorsque la sorcière avait abordé le sujet de métamorphose, cette petite lueur briller au fond. Si cet intérêt était juste par curiosité, alors l’Auror allait tomber de bien haut. Elle ne connaissait pas du tout ce jeune homme, et pourtant…

« C’est juste intéressant de voir à quel moment du processus on apprend enfin en quoi on va se transformer. »

La sorcière émit un rire léger, sans moquerie. C’était cramé. Moran avait beau tenter, par tous les moyens, de lui cacher cette chose, Raven y avait pointé le doigt. Elle était persuadée qu’il s’entraînait secrètement, étant donné que Minerva ne lui apportait pas l’aide souhaitée. Et à vrai dire, elle-même aurait fait pareil si l’ancienne Gryffondor n’avait pas été là. Réussir à devenir Animagus… Quoi de plus glorieux ? De plus, réussir à en devenir un par soi-même ? Le mérite était encore plus grand.

« En êtes-vous certain, Mr. Powell ? lui sourit-elle, gentiment. Voyez-vous, continua l’Auror en baissant le ton, je pense que votre question était posée pour un but précis et tout bien pensé… Dites-moi si je me trompe. »

Mais elle ne se trompait pas, Raven en était persuadée. Un instinct lui soufflait qu’elle avait fait balle au centre. Et hop, en plein dans le mille.

« Je ne dirai rien, si cela peut vous rassurer, lui assura la sorcière. Enfin, je peux toujours me tromper, mais je ne pense pas que l’expérience accumulée durant les interrogatoires que je dirige me fasse défaut. »

Ce n’était pas son genre de crier haut et fort et à chaque coin de rue qu’un élève de Poudlard s’entraînait à devenir Animagus pour qu’il soit répertorié dans les registres du Ministère. Beaucoup d’Animagus, enfin, dans le peu qu’il y avait, n’étaient pas enregistré sans que cela soit dramatique pour autant. Tant qu’il utilisait ce don à bon escient.
Lorsque la tension et l’inquiétude baissèrent, l’Auror eut une idée brillante et proposa au fils de son collègue de lui faire une petite démonstration. Le jeune homme ne cacha pas sa joie et fut à la limite de l’explosion. Il semblait se contenir et balbutia comme s’il n’arrivait pas à trouver les bons mots.

«Merci. »

L’Auror lui lança un clin d’œil, tout sourire. Cela faisait du bien de sortir un peu la tête de ces dossiers et de montrer ce magnifique don à un élève qui voulait en devenir un. Une chose enrichissante, l’une comme pour l’autre. La sorcière se leva, fit volte-face et ouvrit la fenêtre. Par chance, il faisait frais mais pas trop. Hors de question pour elle de rester dans un endroit clos. Sous sa forme Animagus, il lui fallait de l’espace pour voler et son bureau n’était pas assez grand pour ça. Satisfaite, elle fit le tour du bureau et se positionna à quelques pas de Moran pour qu’il puisse la voir. Raven plia et déplia ses doigts comme pour s’échauffer et lança en sa direction un :

« Êtes-vous prêt ? »

Réponse positive, c’était parti. Elle faisait alors face à la fenêtre et fixa le ciel dehors.

Transformation Perv:
 

Le sourire auparavant sur ses lèvres disparu subitement et les traits de son visage se détendirent. Son regard se perdit et, rapidement, elle leva ses deux mains au niveau de son visage, fit un imperceptible geste en direction du bas et… Eut une vision différente de son bureau. Il lui semblait être un peu plus en hauteur et sentit ses bras, ou plutôt ses ailes, battre de façon régulière et automatique. Elle tourna sa petite tête et aperçut Moran. Sans vraiment faire attention à sa réaction, l'Auror se propulsa d’un coup d’ailes et sortit dehors de par la fenêtre ouverte. Elle fila à toute allure le plus haut possible, sentant l’air passer librement entre ses plumes et, une fois atteint une altitude correcte, se laissa retomber doucement. Par Merlin qu’elle aimait cette sensation… Se sentir libre, comme ça. Raven sentit sa tête aller vers le bas et son corps entier fusa comme une flèche. Elle étendait parfois les ailes pour tourbillonner, faisait des virages, freinait pour partir dans une autre direction bref, la sorcière s’amusait littéralement. Mais il était temps de revenir.
Son corps de rapace pénétra de nouveau dans son bureau chauffé et décrivit quelques petits cercles autour de Moran en poussant de petits cris. Délicatement, la sorcière vint se poser sur son épaule et dans ses yeux, on aurait presque pu dire qu’elle lui souriait. Cependant, elle décolla de nouveau pour rejoindre la case de départ et reprit sa forme initiale. Se transformer et redevenir normale était devenu presque automatique et la sorcière n’avait même plus à penser à quoi que ce soit. Sans attendre, elle ferma la fenêtre avant que tous deux n’attrapent un coup de froid et se tourna vers le jeune homme en remettant son tailleur en place.

« Conclusion ? » le taquina-t-elle en souriant.


Citation :
• Faire un post de 1000 mots ▬ 4 dragées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1057
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | CARNAVAGE
| SANG : Sang-Pur noyé dans le scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Ministère, blabla et métamorphose" [Raven] Ven 24 Fév - 19:22

Moran se savait cramé, parce qu’il avait mal réagit. Il aurait dû sourire en prétendant ne pas s’entraîner. Or il avait pâli, baissé les yeux d’un air coupable. Le garçon ne s’était pas maîtrisé mais il ne s’en voulait pas. C’était à ses yeux impossible de se maitriser parfaitement dans toutes les situations. Il n’avait de toute manière pas été élevé comme cela, ses parents n’étaient pas des gens qui cachaient leurs sentiments. Néanmoins, dans sa maison de vipères, Moran avait dû s’y faire. Raven lui accorda un sourire tout à fait gentil et compréhensif qui le rassura beaucoup. Bien sûr qu’il avait posé sa question dans un but précis. Évidemment, la plupart des choses que disait Moran étaient pensées avant d’être lâchées. Sauf que là, il s’était laissé emporter par sa passion et sa curiosité en la matière. Elle ajouta qu’elle ne dirait rien, et le Serpentard sut immédiatement qu’elle tiendrait parole. Il avait devant lui une femme d’honneur il l’avait senti de suite. Par contre, la perspicacité de son interlocutrice le mettait assez mal-à-l’aise et le faisait culpabiliser de lui avoir menti. Elle voulait l’aider et il la repoussait. Ce n’était pas très gentil. « Vous avez raison, je ne devrais pas vous mentir ainsi » reprit-il d’une voix une peu honteuse, « comme je vous l’ai dit je fais mes recherches, seul depuis ma première année... Et je m’entraîne depuis septembre ».
Le jeune homme ne lui demanda pas de ne rien dire. C’était assez visible qu’il voulait qu’elle garde le secret. C’était flagrant. Mais il ne lui en dit pas plus, si l’Auror Fawkes voulait vraiment l’aider, elle lui demanderait des détails que Moran lui fournirait sans rechigner. Après tout, s’il devait être inscrit sur les listes, eh bien tant pis, il sera deux fois plus discret dans le futur.

Mais elle semblait vraiment pleine de bonne volonté, à vrai dire. Et sa proposition ne faisait que l’induire un peu plus dans cette idée-là. Elle lui demanda s’il était prêt et Moran acquiesça, le regard avide de la voir faire. Il observa tout, de la décontraction de son visage à la détermination qui emplissait ses yeux.
Et en quelques secondes, elle fut transformée. Comme ça, pouf, un petit faucon voletait à la place de l’Auror. Il l’observa d’un air mi- admiratif, mi- attendrie devant une telle créature et l’Auror-oiseau sorti se dégourdir les ailes dehors. Le préfet la suivit du regard jusqu’à ne plus la voir et se fit la réflexion qu’il aimerait bien visiter le ciel, lui aussi. Ensuite, il reporta ses yeux sur le bureau de la collègue de son père, où les dossiers n’étaient hélas plus. S’il n’avait aucune gêne, il aurait pu ouvrir le tiroir et jeter un coup d’œil. Oui, mais voilà Raven était intimidante, lui avait gracieusement proposé une démonstration, il ne comptait pas profiter de cela. Son honnêteté finirait par le tuer, il le savait. Il s’enfonça donc dans son siège, comme pour se dissuader de bouger.
Le petit faucon revînt dans la pièce quelque secondes plus tard et se posa sur l’épaule de Moran qui souris. C’était impressionnant la liberté qu’elle donnait l’impression d’avoir. Au fond, il ne pensait pas que c’était juste une impression. Sous cette forme, Raven était libre. Libre de s’en aller, de penser à autre chose, de fuir les problèmes si besoin (même si elle n’avait pas l’air de quelqu’un qui fuyait les responsabilités). Elle se retransforma avec prestance avant de tirer sur son tailleur d’un air satisfait. Conclusion ? Vraiment ? Avait-elle besoin de mots ? « Vous êtes vachement classe ! » lança-t-il tout à fait sincère avant de sourire franchement. Moran ne le lui dit pas mais la femme avait beaucoup de charisme, dans sa manière de parler, de se tenir, elle rendait les choses d’un coup plus intéressantes. Puis franchement, physiquement parlant, c’était dur de cracher dessus. Elle n’était pas ce qu’on pouvait appeler un crapeau venimeux.


dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 647
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Ministère, blabla et métamorphose" [Raven] Dim 26 Fév - 0:13


Des capacités de déduction, Raven en avait. Le contraire aurait été vous mentir. Après quinze ans de carrière, des séances d’interrogatoires, elle en avait fait tout plein. Pour leur faire cracher le morceau, que oui, ils faisaient partie des rangs du Lord. Mais avant d’intervenir, l’Auror se mettait un peu en retrait et observait. C’était sa technique. Comme un prédateur, un aigle, un vautour, tout ce que vous voulez. Elle se mettait dans un coin, chargeait un de ses collègues de commencer, réfléchissait, le bord de l’index posé sur ses lèvres et analysait chaque position, chaque mimique. Une question de la part de son collègue et hop, l’accusé avait le droit à une analyse complète de son profil. Et puis, lorsque l’ancienne  élève du Blaireau tout puissant sentait que le moment était venu, elle avançait de quelques pas et son collègue lui laissait la place. Tranquillement, elle s’asseyait sur la chaise et lui faisait face, ses yeux bleus transperçant son âme. La prochaine étape était le Magenmagot. Et Raven arrivait toujours, ou presque, à les envoyer là-bas. Pour leur parler, certains auraient pu penser qu’elle les amadouait, qu’elle leur parlait sur un ton mielleux et enjôleur. Mais ce n’était pas du tout son cas. Raven savait employer un ton et des mots durs, ce qui se mariait parfaitement à la prestance qu’elle dégageait. Dure et solide comme du roc, oui, mais la sorcière prenait toujours une décision juste, à l’instar de sa sœur.  
Voilà pourquoi, lorsqu’elle commença à parler à Moran, elle sentit que quelque chose clochait chez lui. Rien de négatif, seulement la sorcière possédait à présent cette manie de tout le temps analyser les personnes autour d’elle. Et en général, ses déductions portaient ses fruits. Ici, en l’occurrence, le comportement du jeune homme ne la trompait pas et l’Auror s’était doutée qu’il lui cachait quelque chose. Et il semblait plutôt gêné de le lui avouer, ce qu’il fit au final.

« Vous avez raison, je ne devrais pas vous mentir ainsi. Comme je vous l’ai dit je fais mes recherches, seul depuis ma première année... Et je m’entraîne depuis septembre. »

Le fils Powell semblait réellement honteux de lui avoir caché une telle information. Normal. Face à elle, les gens étaient un peu intimidés et… L’air de rien, Raven pouvait être carrément culpabilisante. Mais l’Auror ne lui en voulait pas. Et puis, s’il restait aussi secret, c’était peut-être parce qu’il ne voulait pas figurer dans le registre, ce qui était compréhensible.
Néanmoins, l’Auror afficha une mine étonnée. Il devait être en quoi, cinquième, sixième année ? Donc cinq ou six ans qu’il se renseignait seul ? Moran avait dû sacrément étudier, alors, et connaître toutes les théories par cœur… Sans l’aide d’un professeur, qui plus est. Non, c’était vraiment étonnant de la part de Minerva de n’avoir pas porté secours à un élément aussi opiniâtre que cet élève. Raven aurait bien voulu lui apporter de son aide  et… Et bien, si elle s’y mettait ? L’Auror n’avait jamais enseigné, mais elle avait de la patience. Et puis, Moran avait l’air d’être un élève sérieux.

« Voilà qui est courageux de votre part. Vous avez donc pu voir toutes les étapes à franchir pour parvenir à vous transformer. »

L’Auror fronça un instant les sourcils, l’index posé sur les lèvres. Elle réfléchissait à tout ce qu’avait pu lui dire le jeune homme quelques minutes auparavant avant de lui demander.

« Avez-vous eu des signes, récemment ? Des indices pouvant vous guider quant à votre potentielle forme animale ? Tout peut être utile. Oh, et dans quelle Maison êtes-vous à Poudlard ? »

Elle ne savait pas à quel stade en était le jeune homme, néanmoins il était sacrément débrouillard pour avoir patienté cinq longues années. Attendre tout ce temps en ne voyant rien arriver… C’était assez frustrant, Raven pouvait bien le comprendre. Donc si elle pouvait l’aider d’une quelconque manière pour qu’il se sente dans la bonne direction… Elle était prête à le faire.
L’Auror commença en lui proposant une démonstration, ce que le jeune homme accepta avec un grand plaisir. Aussitôt dit, aussitôt fait, la belle sorcière devint un magnifique faucon pèlerin. Cependant, elle ne resta pas longtemps sous cette forme et redevint elle-même rapidement. Les Animagus avaient cette chance de conserver leurs vêtements, leur baguette magique et même leur coupe de cheveux, contrairement aux loups-garous qui n’avaient plus rien. Je conservais une haine féroce contre eux, d’ailleurs. À cause de ces animaux que mes parents avaient disparu.

« Vous êtes vachement classe ! »

La belle Auror rigola franchement, ce qui était plutôt rare. De nature plus réservée d’habitude, elle prenait ici plus de liberté. Était-ce dû à l’excitation d’avoir peut-être un jeune apprenti à qui elle allait pouvoir enseigner ce don pour devenir Animagus ? Sûrement. Peut-être aussi que ce garçon avait une personnalité attachante. Raven ne le connaissait pas, et pourtant l’idée de lui transmettre ce qu’elle aurait pu transmettre à ses enfants lui effleura l’esprit. Là, comme ça.
Elle se rassit et lui fit face, prenant bien le soin d’entremêler ses doigts devant elle. Une décision s’imposait, Raven ne pouvait pas le laisser en plan comme ça. Il fallait qu’elle l’aide, qu’elle fasse quelque chose… C’était trop tentant. L’Auror plongea son regard hypnotique dans celui du Serpentard, l’analysant et pensant également à ce qu’elle allait lui proposer. Allez, il fallait se lancer.

« Mr. Powell, si vous le voulez bien, j’ai une proposition à vous faire. »

Raven laissa sa phrase en suspens, comme si elle voulait en faire la surprise. Ce qui, en soit, était un peu ça. Sans crier garde, elle sortit sa baguette et prononça distinctement un « Assurdiato ! » On ne savait jamais et on n’était jamais trop prudent. Après tout, ce n’était pas n’importe quoi et Raven prenait ça très au sérieux. Ne restait plus qu’à savoir si Moran allait accepter ou non… Elle espérait que oui, bien que l’Auror restait très incertaine.

« Visiblement, Minerva ne vous viendra pas en aide. Et je devine que devenir Animagus est une chose importante pour vous. »

Suspens.

« En revanche, vous avez devant vous une personne qui est prête à vous protéger et à garder vos avancées dans le secret pour que vous y parveniez. »

Une lueur inquiète apparut dans le regard de l'ancienne Jaune et Noir.

« Enfin, si l’idée d’un mentor ne vous embête pas trop… »


Citation :
• Faire un post de 1000 mots ▬ 4 dragées
• Pack Poufsouffle ▬ 2 dragées

Total = 6 dragées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1057
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | CARNAVAGE
| SANG : Sang-Pur noyé dans le scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Ministère, blabla et métamorphose" [Raven] Dim 26 Fév - 20:32

Raven avait de suite comprit que Moran cachait mal son jeu. Il n’aimait pas mentir c’était comme ça. Et encore plus triste, il n’y arrivait pas du tout. Il fallait qu’il prenne ses responsabilités et qu’il assume un peu ce qu’il faisait. Il était face à une Auror, et une femme qui plus est, qui était passée par là. Mais elle n’avait pas l’air en colère, agacé ou quoi que ce soit d’autre. Non, elle lui dit que c’était courageux de sa part. Lui, courageux ? Ce n’était franchement pas l’adjectif qui lui allait le mieux, le fils Powell se voyait plutôt comme une poule mouillée. M’enfin, s’il devait assumer il le ferait, mais si on parlait de « vrai » courage tel que celui que semblait avoir les Gryffondor (et qui frôlait de la stupidité selon lui), il n’en était absolument pas doté. Mais le compliment lui fit plaisir, très plaisir, même ! « Oui, je savais dès le départ que ça allait me prendre plusieurs années pour me renseigner. Avec les mots du professeur McGonnagall j’ai pu avoir accès à des ouvrages très intéressants de la réserve, et ils m’ont aidés » répondit-il un peu plus à l’aise.

Moran ne réalisait pas bien à quel point il était désavantagé par rapport à ceux qui avaient un vrai mentor. C’était un garçon absolument patient. Comme un serpent. Ces animaux pouvaient attendre des heures dans l’espoir d’avoir leur proie. Pour le préfet c’était moins glauque, mais c’était le même principe. Il pourrait attendre des années s’il le fallait. Motivation, patience plusieurs qualités mélangées, donc. Elle le questionna sur des signes et Moran eut un sourire. Un sourire satisfait, entendons-nous bien. Oui, il en avait eu. Il y a peu, mais il était content ! Et elle termina en lui demandant à quelle maison il était ce qui le fit sourire un peu plus. Le garçon était de plus en plus à l’aise et il était assez fascinant de voir comment Raven pouvait autant intimider qu’inspirer la confiance : « Je suis à Serpentard ! Et oui j’ai eu une touffe de plume dans ma main droite il y a une semaine de ça, je crois. Oui je crois que c’était la semaine dernière… » répondit-il sans cesser de réfléchir. Le garçon prenait tellement de temps pour travailler cette matière que son calendrier mental se mélangeait un peu, mais bon, c’était récent. « J’en ai conclu que ce serait un oiseau » ajouta-t-il comme pour se persuader lui-même. Pas une poule, pitié !

Puis, l’Auror Fawkes proposa une démontration, de quoi mettre dans un état épouvantable le jeune Powell. Epouvantable au sens mélioratif de la chose.
C’est avec les yeux plein d’admiration qu’il la vit se retransformer devant lui. Le compliment lui avait échappé mais il était tellement fidèle à ce qu’il pensait qu’il ne s’en voulut pas. Considérant le rire produit par Raven, cela lui faisait plaisir aussi.
Elle revînt derrière son bureau pour s’asseoir et enchaîna directement… Une proposition ? A lui faire ? A lui ? Petit Serpentard de sixième année ? Moran la fixait calmement, alors qu’au contraire, son cœur battait la chamade. Il n’avait aucune idée de ce que pourrait lui proposer une Auror telle qu’elle… Le batteur ne sursauta pas lorsqu’elle lança un « Assurdiato » sur la porte, il ne détourna même pas les yeux en fait. Ses oreilles étaient pendues aux lèvres de l’Auror. Lorsque le mot « mentor » franchit les lèvres de la femme, Moran aurait pu en faire un malaise tellement cela relevait du miracle.

Ses yeux noirs continuaient de la fixer avec un air tout à fait surprit, agréablement surpris. S’il avait pu se douter une seule seconde que cette visite au Ministère amènerait une proposition aussi fabuleuse, Moran n’aurait pas tiré la tête toute la journée. Il aurait agréablement souri, dit bonjour à tout le monde comme son père, même ! « Je… Bha… Bien sûr que ça m’intéresse ! » lança-t-il prit totalement de court. Il était surtout conscient que le métier d’Auror était quelque chose de prenant et la simple idée qu’elle prenne elle-même de son temps pour lui faire plaisir, pour l’aider, le mettait dans une espèce d’état d’euphorie tout à fait particulier. C’était la deuxième fois aujourd’hui que cette femme le laissait sans voix. Elle était surprenante. Tout à fait spéciale. Un caractère qui plaisait beaucoup à Moran. « C’est vraiment gentil, je ne sais même pas quoi dire pour vous remercier… » finit-il d’une petite voix. Il s’était mis en tête pendant tellement d’année que s’il y arrivait, ce serait seul, que l’idée d’avoir quelqu’un pour l’aider était partie très loin dans sa tête. Face à la mauvaise volonté de sa prof, Moran avait arrêté d’essayer. Il s’était fait une raison, et avait persévéré seul, même lorsqu’il n’avait aucun résultat satisfaisant. Il n’abandonnait jamais, il avait une persévérance parfois maladive. Mais pas partout. En métamorphose particulièrement. En potion ou en botanique, il avait laissé tomber dès le deuxième mois de sa première année au grand dam de sa mère qui était infirmière. Et il savait qu’avec Raven comme mentor, il allait se donner encore plus à fond pour arriver à son but. Il se donnerait les moyens de ses ambitions. C’était ce que le jeune homme faisait et il savait qu’il finirait par y arriver. L’Auror était peut-être devenue une animagus en huit ou neuf mois, le jeune homme savait qu’il lui faudrait plus de temps que ça. Déjà parce qu’il prenait beaucoup de précautions pour s’entraîner. Ensuite parce qu’il ne la verrait pas souvent. Mais son aide était quand même extrêmement précieuse à ses yeux. Le cercle de personne au courant s’élargissait peut-être mais c’étaient toutes (ou presque) des personnes de confiance. Moran avait l’impression de se mettre dans une situation favorable et ça le rapprochait de son but. Se savoir si près et en même temps si loin pouvait être dépriment, mais Monsieur Powell était un éternel optimiste. Comme son père, en fait. Un trait de famille sans doute. Mais Moran seul était doté de cette espèce de passion, de persévérance qui faisait de lui un Serpentard. C’était de l’ambition, aussi. Et ça lui allait très bien.



Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Ministère, blabla et métamorphose" [Raven]

Revenir en haut Aller en bas

"Ministère, blabla et métamorphose" [Raven]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Ministère de l'environnement: controle de l'eau potable et des déchets.
» Règlement du cours de Métamorphose
» Une Garde Pure [ prio ; Oméni, Raven, Gylfie ]
» Cours de métamorphose n°1.
» Plaidoyer en vue de la création d'un ministère de l'Habitat, de l'Urbanisme et d

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Balade à Londres :: 
Le ministère de la magie
-