GRYFFONDOR : 1040 pts | POUFSOUFFLE : 390 pts | SERDAIGLE : 735 pts | SERPENTARD : 880 pts

Partagez|

Un devoir qui vous veut du bien, ft. Rozen [clos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 108
| AVATARS / CRÉDITS : Valingaï + signature anaëlle (Bazzart)
| SANG : Pur, il paraît.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa mère
| PATRONUS : Un ours polaire
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Un devoir qui vous veut du bien, ft. Rozen [clos] Ven 17 Fév - 12:12

La Métamorphose, art de la transformation, de l'apparition et de la disparition. Cette matière exigeante, enseignée par la toute aussi exigeante Professeure McGonagall, était le Sinistros de beaucoup d'étudiants. D'aucuns trouvaient inutile et absurde de passer des heures à apprendre à changer un hibou en lunettes de théâtre ou un oiseau en verre à pied, d'autres ne parvenaient tout simplement pas à saisir la complexité des schémas de transmutation ou à lancer des sortilèges suffisamment équilibrés pour aboutir à une  transformation complète. Pour Tsadkiel, la Métamorphose était une véritable bénédiction. Lui à qui l'insécurité émotionnelle faisait ne supporter aucun changement majeur avait trouvé dans cette discipline la possibilité de modifier lui même, et à sa guise, cet environnement si souvent déroutant. La Métamorphose semblait lui ouvrir la voie du réconfort et de la liberté.

Plus tôt dans la journée, après un cours de Potions particulièrement réjouissant, Rozen était venu à lui avec une proposition bien singulière : et si les deux cinquième année travaillaient côté à côté à la bibliothèque cet après-midi, "juste pour se motiver un peu" ? Tsadkiel ne crut pas qu'il avait besoin de motivation extérieure pour travailler mais accepta néanmoins, après un silence de quelques secondes où il avait maintenu le 'contact visuel' afin de s'assurer de la bonne foi du Serpentard. Il accepta, certes, mais sans naïveté. Il savait bien le devoir de Métamorphose sur l'Inanimatus Apparitus, sortilège d'Apparition, à remettre pour le lendemain y était pour quelque chose. Rozen était mauvais dans cette matière et Tsadkiel un des meilleurs de son année. Le meilleur, d'après lui-même. Malgré cela, il s'était souvenu qu'en première années, les deux étudiants s'étaient retrouvés en binôme sur un devoir de DCFM sur le sortilège de Désarmement. Malgré de sérieuses réserves quant à la collaboration, le jeune Bleu-et-bronze s'était trouvé surpris : les réels problèmes de Rozen, en dehors de ses affinités ou non avec les matières, provenaient d'une dyslexie sévère qui n'avait, visiblement, jamais été prise en charge. Une fois ce problème identifié, ils avaient pu travailler de façon constructive, obtenant même un merveilleux et inattendu O à leur devoir. Sans tenter de répondre à la question "Comment les parents d'un jeune sorcier de son rang social avaient-ils pu passer à côté d'un tel handicap ?" qui lui avait effleuré l'esprit, Tsadkiel s'était appliqué à rédiger les lignes du devoir, tandis qu'ils cherchaient ensemble leur contenu. Depuis ce jours, les deux garçons avaient conservé une entente cordiale, se prêtant l'un ou l'autre ustensile de potion, se passant l'un ou l'autre conseil de DCFM. Pour Tsadkiel, il s'agissait déjà d'un grand pas. Jamais pourtant une approche aussi frontale n'avait été tentée depuis...

Le jeune garçon était arrivé en avance, et profita des quelques minutes de solitude pour feuilleter son exemplaire du Manuel du cours moyen de Métamorphose ainsi qu'un article du magazine Magical Nature intitulé "Les secrets révélés de l'Inanimatus Apparitus", rédigé par l'excellent chercheur allemand Johannes Ockeghem, et mettre ses idées en place. Assis à une table près de la fenêtre, les consignes du devoir posées devant lui, il décolla les yeux de l'article pour les porter sur le parc enneigé, perdu dans ses pensées. La forêt interdite était couverte d'un épais manteau blanc qui lui donnait l'allure d'une mer d'écume s'étendant à l'infini. Merlin, particulièrement actif à cette heure, sorti du pull crocheté bleu marine de son maître pour faire une petite promenade sur la table d'étude. Le rongeur s'arrêta pour faire un brin de toilette sur le parchemin de consignes sur lequel on pouvait lire :

Le Professeur McGonagall a écrit:
1. Définissez le sortilège d'Apparition
2. Citez trois applications possibles
3. Y a-t-il des restrictions au sortilège ?
4. Tracez son schéma de transmutation, tel qu'appris en cours

Dragées:
 


Dernière édition par Tsadkiel Seligsen le Jeu 2 Mar - 23:37, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 899
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Un devoir qui vous veut du bien, ft. Rozen [clos] Ven 17 Fév - 19:40

Un devoir qui vous veut du bien





C'était une belle journée. Le paysage du parc de Poudlard était magnifique. Le sol avait recouvert un beau manteau de neige et le lac s'était figé dans de la glace. Le vent frais caressant les joues du Serpentard n'avait rien de déplaisant aux de ce dernier. Il aimait la fraîcheur de l'hiver. Le jeune homme s'attardait toujours dehors en cette saison, souvent en compagnie de sa meilleure amie, Némésis, tout aussi amoureuse de la saison froide. Ils ne parlaient pas nécessairement. Ils s'asseyaient juste l'un à côté de l'autre près du lac et observait le paysage. Des fois, Alexandre sortait ses patins et allait s'exercer sur le lac gelé sous le regard attentif de la jeune femme. Il la soupçonnait secrètement de prier à ce qu'il ne se blesse pas. Mais ce jour là, pas de patins et pas de Némésis non plus. Cette dernière était encore en cours.
Alors qu'il admirait le paysage en silence, observait les chouettes et d'autres oiseaux qui volaient au loin assis sur un rocher près de l'entrée du château, il avait la désagréable sensation d'oublier quelque chose. Cela allait sûrement lui revenir ! Il ne pouvait se retentir de jouer avec son collier en argent avec le symbole des reliques de la mort en observant deux pies se battre pour un bout de pain près de lui. Et comme si les deux volatiles n'étaient pas assez en guerre, un troisième fit son apparition pour se joindre à la bataille. Mais oui ! Le devoir de métamorphose ! Sur le sortilège d'apparition ! C'était ça qu'il avait oublié !
Alexandre remit son collier autour de son coup et se leva à la hâte. Il avait donné rendez-vous à Seligsen pour que les deux garçons le fassent ensemble en plus ! Alexandre devait vraiment penser à se procurer un rappel-tout ! Le Serpentard se dépêcha de faire le chemin jusqu'à la bibliothèque, manquant de peu de tomber sur les pavés glissants. Merci Merlin, il avait un bon équilibre. Il monta les escaliers à toute allure et entra ensuite dans la bibliothèque. A partir de ce moment là, il essayait de ne pas faire de bruit, ne voulant pas se faire gronder par la bibliothécaire. Il repéra Seligsen de loin et alla poser son sac près de lui, un peu essoufflé.

« Excuse moi pour le retard... » lui chuchota-t-il en enlevant son écharpe après s'être assis. « J'ai été retenu par Slughorn. Il a mis je ne sais combien de temps à me mettre en garde sur mes résultats en potion. » mentit-il en regarde Tsadkiel (qui avait l'air mécontent) dans les yeux.

Alexandre avait quand-même 20 minutes de retard, alors que c'était lui-même qui avait fixé l'heure de rendez-vous. Deux jours plus tôt après le cours de potion, il avait demandé au Serdaigle de travailler avec lui sur le devoir de métamorphose de McGonagall avait donné sur le sortilège d'apparition. Il connaissant le bleu et bronze depuis leur première année. Les deux jeunes sorciers avaient du faire un travail sur le désarmement et leur collaboration, contre toute attente, s'était bien passée. Alexandre avait une légère appréhension à l'époque. Peu de gens avaient envie de travailler sur quelque chose de théorique avec lui. Une plume à la main, le Serpentard était une vraie catastrophe. Il souffrait de dyslexie depuis des années. Pendant longtemps, il allait voir un orthophoniste toutes les semaines pour améliorer son niveau de langage. Alexandre avait des problèmes de diction, c'est pour cela qu'il y allait principalement. Maintenant, du haut de ses 16 ans, le Serpentard avait une bien meilleure diction mais l'orthographe laissait encore à désirer.
Alexandre jeta un coup d'oeil au rat du Serdaigle vivant paisiblement sa vie de rongeur sur la table. Il était un assez bon menteur dans son genre. Il avait régulièrement recourt à cela. Surtout dans ce genre de situation, de petits mensonges pour « sauver sa peau ».



Dragées:
 

Fiche de RP (c) Miss Yellow


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Dim 26 Fév - 11:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 108
| AVATARS / CRÉDITS : Valingaï + signature anaëlle (Bazzart)
| SANG : Pur, il paraît.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa mère
| PATRONUS : Un ours polaire
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Un devoir qui vous veut du bien, ft. Rozen [clos] Sam 18 Fév - 13:09

Tsadkiel sortit de ses pensées après quelques instants : toujours pas de Rozen. Bizarre, voire fâcheux. Le jeune Bleu-et-bronze, vivant plutôt mal l'imprévu, avait des difficultés à tolérer le retard. Son impatience grandit encore lorsqu'il sorti sa montre de la poche de sa cape et constata que cela faisait près de vingt minutes qu'il attendait, laissant son esprit survoler le parc comme un grand aigle. "Il a sûrement demandé ça comme ça, en toute légèreté...", pensa-t-il avec amertume. "Il ne viendra pas..." Il se pencha pour sortir un rouleau de parchemin vierge de son sac en cuir, afin de faire seul ce devoir de métamorphose.

C'est alors que Rozen apparut, essoufflé et rougeaud. Tsadkiel l'observa s'installer à côté de lui, le visage impassible, le regard curieux : les mains du Serpentard étaient rouges elles aussi, sans doute venait-il de l'extérieur, ou des cachots. Rozen s'excusa dans un chuchotement et Tsadkiel reporta son attention sur l'article qu'il avait ouvert devant lui et surlequel Merlin avait jugé bon de faire une petit sieste. Le Vert-argent attrapa tout de même son regard alors qu'il se justifiait, forçant le 'contact visuel'. Son ventre se noua, alors que Tsadkiel plongea ses yeux d'un bleu polaire dans ceux de son condisciple. Slughorn l'avait retenu pour lui faire des remontrances sur ses résultats en potions. Il était certains que, d'après l'observation de Tsadkiel, Rozen était aussi mauvais en la matière qu'un Scroutt à pétard mouillé ! Les potions qu'il réalisait ne donnaient jamais rien, un vrai désastre. Les BUSES approchaient, le professeur de potions avait sans doute voulu s'assurer que le jeune élève de sa maison connaissait les conséquences de ses échecs... Le jeune Serdaigle ne s'attarda pas plus sur l'analyse de la justification de son congénère. Il savait que les gens pouvaient mentir, surtout dans ce genre de situation, mais n'en avait jamais compris l'intérêt et préféra croire à l'histoire de son binôme, la trouvant cohérente.

"La question trois est simple : c'est la loi de Gamp sur la métamorphose élémentaire.", enchaîna-il de sa voix calme et monotone, en pointant de sa plume le point trois de la feuille de consigne, et mettant fin à ce supplice du 'contact visuel' prolongé avec le Serpentard.

La froideur du jeune garçon en avait glacé plus d'un. Les gens le comprenaient aussi peu que lui-même, à qui les émotions restaient mystérieuses. Tsadkiel attrapa Merlin, le décollant de l'exemplaire du Magical Nature, et le fourra dans sa poche. La photo de Johannes Ockeghem, vieil érudit farfelu aux long cheveux grisonnants, coiffé d'un diadème en peau de botruc, afficha une mine de soulagement, avant de reprendre, d'un air inspiré, son obscure expérience.

"Tu peux chercher la définition...", ajouta-t-il, alors qu'il plongeait sa plume dans son encrier pour commencer à répondre à la question trois.

Et puis il se tut. Seul le léger grattement de sa plume sur le parchemin.

Tsadkiel Seligsen a écrit:
Selon la loi de Gamp sur la métamorphose élémentaire, il est impossible de créer ex nihilo la vie, de la nourriture (par conséquent), de l'argent, l'amour et...

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 899
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Un devoir qui vous veut du bien, ft. Rozen [clos] Sam 18 Fév - 23:40

Un devoir qui vous veut du bien





Son mensonge semblait avoir fait mouche auprès du Serdaigle. Alexandre avait toujours une petite appréhension quand il en formulait un. Mais elle était vite dissipée quand le visage de son interlocuteur montrait une expression plus ou moins convaincue. Le vert et argent sortit sa plume alors que Tsadkiel lui faisait part de la question trois. La loi de Gamp ? Qu'était-ce ? Le devoir commençait bien ! Il ne put se retenir de lâcher un soupir en sortant son parchemin de métamorphose. Ou il aurait été plus exact d'utiliser le terme "torchon de métamorphose". Sérieusement, personne ne voulait mettre son nez dans le cours d'Alexandre Rozen. L'écriture était horrible, l'orthographe assez approximative pour un adolescent de 16 ans. L'encre avait bavé. Et nous n'allons pas parler des schémas digne d'un Picasso. Le Serpent savait qu'il était une véritable catastrophe avec une plume. Mrs. Hoover n'aurait jamais dit le contraire.
Tsadkiel lui demanda de faire des recherches sur le sortilège de Gamp en commençant à faire gratter la pointe de sa plume sur son parchemin. Alexandre y jeta un coup d'oeil et ce qu'il y lut lui fit froncer les sourcils.

« Ça veut dire quoi "nihilo" ? » demanda-t-il.

Il avait l'impression d'être stupide à côté du Serdaigle, que même son rat était plus malin que lui. Il ressentait cela à côté de beaucoup de bleu et bronze, d'ailleurs. Il n'avait pas conscience de son intelligence qui aurait pu lui permettre d'intégrer la maison de Rowena Serdaigle. Mais à la place, il avait rejoint la maison des manipulateurs. Alexandre soupira. Il en avait déjà marre de ce devoir. L'envie d'essayer de soutirer toutes les réponses à Tsadkiel en faisant mine de rien était forte. Mais le serdy n'était pas assez crédule pour cela. Donc il se résolut à faire le devoir lui-même.
Ils travaillèrent en silence pendant une dizaine de minutes. Il arrivait très régulièrement à Alexandre de lever le nez de son parchemin comme s'il regardait quelque chose écrit sur un tableau. Il s'ennuyait autant qu'en cours d'histoire de la magie, et cela relevait du miracle. Son devoir n'avançait pas, il n'avait même pas fini ce que Tsadkiel lui avait demander. Il avait envie de retourner dehors. La motivation n'était pas à ses côtés.

« Je déteste la méta... » commenta Alexandre en posant sa plume. « Comment tu fais toi, pour aimer ça ? »

Alexandre avait encore un espoir pour que le Serdaigle lui donne au moins une ou deux réponses. Il regardait un peu partout autour de lui, à la recherche d'un objet pour occuper ses mains puis il sortit sa baguette de la poche de son pantalon . A l'aide d'un accio informulé, il fit venir à lui un livre au hasard qui traînait sur une table voisine dans le but de le feuilleter. Il lit juste le titre du livre: " Les risques de la pratique de la magie noire ". Tient, peut-être qu'il le parcourrait avec attention, celui là. C'était le genre de livre qu'il aimait consulter assis par terre dans un coin des cachots.



Dragées:
 

Fiche de RP (c) Miss Yellow


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Dim 26 Fév - 11:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 108
| AVATARS / CRÉDITS : Valingaï + signature anaëlle (Bazzart)
| SANG : Pur, il paraît.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa mère
| PATRONUS : Un ours polaire
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Un devoir qui vous veut du bien, ft. Rozen [clos] Dim 19 Fév - 16:15

Tsadkiel Seligsen a écrit:
Selon la loi de Gamp sur la métamorphose élémentaire, il est impossible de créer ex nihilo la vie, de la nourriture (par conséquent), de l'argent, l'amour et  le temps, ce denier offrant la possibilité d’être remonté sous certaines conditions mais jamais invoqué. En effet, ces éléments ne peuvent être extraits de l’éther qui ne les contient pas. Toute tentative ne pourrait mener qu’à des ersatz de ces restrictions, utiles dans certaines conditions, mais n’égalant jamais les originaux. Par contre, il est possible, sur base de l’existence d’un de ces éléments, d’en multiplier la quantité ou d’en accroître la force. Le sortilège d’Inanimatus Apparitus n’échappe pas à cette loi universelle.

Le jeune danois connaissait bien la loi de Gamp, tant il la jugeait essentielle pour tout praticien de la métamorphose, de la magie en général. Très tôt, il avait tenté d’en découvrir les contours et d’en tester les failles. Cependant, cette énonciation était tellement équilibrée et précise qu’elle définissait à la perfection la réalité magique et était restée inébranlée jusqu’alors, inspirant chez le jeune Serdaigle une profonde admiration. Aussi, lorsqu’il sentit l’agitation à peine contrôlée et le désespoir naissant dans le corps de son condisciple, le Bleu-et-bronze ne s’empêcher de sentir un agacement profond – que, bien sûr, il put contenir. Il allait tout de même falloir que Rozen se calme pour qu’il puisse maintenir une concentration de qualité ! « Ça veut dire quoi, nihilo ? » L’adolescent leva lentement son regard de glace en direction du visage qui venait de formuler cette question.

« Rien. », répondit-il simplement, apparemment imperturbable, avant de reprendre, « Ex nihilo est une locution latine qui veut dire à partir de rien. »

D’un coup d’œil, il vérifia l’avancée du Vert-argent avant de baisser à nouveau la tête vers sa part du travail, feuilletant quelques pages de son Manuel du cours moyen de métamorphose. Le parchemin de Rozen ressemblait à une œuvre d’art abstrait. Impossible de dire s’il avait commencé à écrire sa définition ou s’il s’était contenté de gribouiller, comme un enfant impatient, les quelques mots ou images – ici, la distinction était impossible à établir – qui lui passaient par la tête. Le Bleu-et-bronze ressentit un certain découragement. Que Rozen lui demandât ce que voulait dire nihilo passait encore – tout le monde n’avait pas été forcé de lire Rara avis in terris à la maison et d'y apprendre la langue de l'antique Rome, malgré la noblesse de son sang –, le plus alarmant était qu’il n’avait pas pu comprendre la locution dans son contexte, prouvant par là qu’il ignorait tout de la loi de Gamp. L’heure à venir risquait d’être éprouvante, surtout si le Serpentard ne parvenait pas à prendre son mal en patience. « Je déteste la méta… Comment tu fais toi, pour aimer ça ? » Il s’agissait d’une ‘question personnelle’. Il détestait ça. La ‘question personnelle’ visait souvent à créer un lien en amenant la personne à s’ouvrir, l’un prouvait son intérêt pour l’autre en lui adresse la ‘question personnelle’, l’autre pouvait parler de lui en se trouvant intéressant. Dans la plupart des cas, une ‘question personnelle’ menait à une ‘conversation intime’ où les interlocuteurs se livraient tour à tour, dans un échange d’informations relatives à leur états d’âme ou leur vécu. Quoi de plus embarrassant ? Le jeune Serdaigle fit bien attention de ne rien montrer de son appréhension, et tenta de répondre de la façon la plus neutre et la plus exact à cette tentative d’intrusion :

« La métamorphose est une pratique essentielle de la magie. C’est l’art de la transformation, du changement, réponse magique parfaite aux variations naturelles des environnements et des êtres. »

Plutôt satisfait de sa réponse, il se saisit de son Magic Nature pour y piocher des éléments relatifs à la question deux, sans se rendre compte qu’il venait de répondre comme l’Encyclopédie magique universelle, et que cela pouvait ne pas avoir l’effet escompté.

Un livre se déplaça d’une étagère à leur table pour atterrir dans les mains de Rozen : ce dernier avait lancé en informulé un sortilège d’Attraction. Pas complètement mauvais, finalement. Tiraillé entre agacement et curiosité, l’Aigle céda à cette dernière pour lire le titre de l’ouvrage : Les Risques de la pratique de la magie noire.

« Tu t’intéresses à la magie noire… ? »

Oh non ! La remarque était sortie toute seule, dans un souffle. Malgré lui, il avait lui-même formulé ce qui ressemblait bien trop à une ‘question personnelle’. Pourtant, si la question était sortie, c’est qu’elle lui brûlait les lèvres, à lui qui s’intéressait à tout type de magie et qui regrettait fort que la Magie noire ne soit pas enseignée à Poudlard, ne fut-ce que par intérêt intellectuel. Il n’était pas bon, non plus, d’avoir ce genre de conversation au sein de l’école. Il ne fallait surtout pas être soupçonné d’un tel appel si on ne voulait pas s’attirer le mépris et la méfiance du corps professoral tout entier jusqu'à Dumbledore lui-même. Le jeune garçon tourna son visage impassible vers son condisciple. Toutefois, dans ses yeux d’un bleu polaire, brillait une lueur d’inquiétude et de curiosité.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 899
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Un devoir qui vous veut du bien, ft. Rozen [clos] Lun 20 Fév - 20:23

Un devoir qui vous veut du bien





Alexandre n'avait pu s'empêcher de froncer les sourcils en entendant la réponse de Tsadkiel sur son intérêt pour la métamorphose. Etait-ce au moins une vraie réponse ? Il ne lui avait pas cité l'extrait d'un livre par hasard ? Cela y ressemblait fortement. Il n'avait pas répondu à sa question, il avait juste énoncé une vérité générale. De toute façon, qu'est-ce qu'il attendait de plus du Serdaigle ? Rien !
Quand Alexandre ouvrit le livre qu'il venait de ramener à lui, le bleu et bronze semblait captiver par l'ouvrage. Et, miracle, il avait l'air de s'intéresser au Serpentard.

« Tu t’intéresses à la magie noire… ? » lui demanda-t-il dans un souffle.

Le vert et argent tourna sa tête vers son camarade et lui adressa un petit sourire amer. D'où ça le regardait ? Il allait lui faire la morale ? Il ne connaissait pas assez le Serdaigle pour prévoir sa réaction et pour lui parler de cela. Alexandre ne voulait pas que son intérêt pour la magie noire s'ébruite au sein de Poudlard. Avoir une sale réputation de Serpentard ne le dérangeait pas et que les élèves connaissent son intéressant grandissant pour cet art non plus. Mais si la rumeur commençait à circulait, cela aurait fini par atteindre l'oreille des professeurs. Puis son père aurait été mis au courant. Et c'était ce qu'il voulait éviter.

« Ça t'intéresse ? » rétorqua Alexandre avant de laisser planer le silence quelques secondes. « Pas vraiment... Pas plus qu'un autre en tout cas... J'ai juste fait venir l'un des premiers livres que je voyais, c'est tout. »

Il y avait une part de vrai dans les paroles du jeune sorcier. Il était vrai qu'il avait pris le premier livre qu'il avait vu. Mais il n'allait certainement pas préciser que ce qui avait marqué sur la couverture rigide avait vivement éveillé son intérêt. Il détourna le regard vers l'ouvrage et se mit à tourner les pages sans lire le contenu. C'était un gros livre quand même ! Il n'allait certainement pas tout lire... Quoique... Il allait être plus facile pour le serpent de lire un imposant ouvrage sur la magie noire et les sciences occultes que sur la métamorphose. Il regrettait de ne pas avoir la possibilité d'étudier ces premières notions en tant que matière à part entière à Poudlard. Il lui semblait qu'à Durmstrang, c'était le cas. Rien que pour cela, ainsi que pour sa localisation géographique, il aurait apprécié intégrer cette école.
Tsadkiel lui avait poser une question. Donc il y n'y avait pas de raison pour qu'Alexandre ne fasse pas de même. Le Serdaigle, intelligent comme il l'était, devait s'en douter. Et quoi de plus simple de lui renvoyer sa question, une question qui avait mis le Serpentard un peu dans l'embarras même s'il n'en avait rien montré.

« Et toi ? Tu t'intéresses à ces trucs là ? » le questionna-t-il en retour en plantant son regard froid dans celui de Tsa.

Alexandre ne savait pas vraiment à quoi s'attendre du bleu et bronze. Il n'aurait guère était étonné que son camarade était intéressé par la magie noire. Ce dernier avait l'air de s'intéresser à pleins de sujets différents. Et qu'il demande s'il s'intéressait à la magie noire de cette "manière" après avoir vu le livre traitant de cela était assez... éloquent. Il ne s'y serait pas autant intéressé si Alexandre avait ramené à lui un livre sur les plantations de mandragore. Et son regard... Peut-être qu'il se trompait. Il se demandait ce que Tsadkiel allait répondre.



Dragées:
 

Fiche de RP (c) Miss Yellow


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Dim 26 Fév - 11:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 108
| AVATARS / CRÉDITS : Valingaï + signature anaëlle (Bazzart)
| SANG : Pur, il paraît.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa mère
| PATRONUS : Un ours polaire
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Un devoir qui vous veut du bien, ft. Rozen [clos] Lun 20 Fév - 22:00

Tsadkiel fronça légèrement les sourcils à la réaction de Rozen. Le Serpentard eu une sorte de crispation de la bouche qu’il ne put interpréter. Le jeune aigle avait appris que les sourires n’étaient pas toujours sincères, certains étaient ce qu’on appelait des ‘sourires ironiques’. Pourtant, il ne voyait rien d’ironique à la situation, ni à ce qu’avait répondu son condisciple. « Ça t’intéresse ? » Les quelques secondes qui suivirent cette réplique furent interminable. Tsadkiel n’arrivait pas savoir s’il s’agissait d’une question qui portait sur la Magie noire ou sur le sujet de sa propre question, à savoir l’intérêt de Rozen pour les Arts sombres. Aussi, cela aurait pu être une façon de le mettre au défi, comme lorsqu’on dit « De quoi je me mêle ? » - à ne pas s’y tromper, puisque cette dernière question est doublement trompeuse : 1. Elle n’attend pas de réponse, mais veut plutôt dire « Ça ne te regarde pas ! », et n’est donc pas une vraie question. 2. Le « je » ici ne désigne pas le sujet parlant mais bien la personne à laquelle le sujet s’adresse, s’emparant illégitimement de son pronom personnel. On devrait dire « De quoi tu te mêles ? », ça serait plus clair. Mieux : « Ne te mêle pas de ça ! »
Tsadkiel écarta ces pensées parasites de son esprit. Il allait se contenter de répondre « Oui », dans le doute, lorsque Rozen le libéra de son supplice en répondant : « Pas vraiment… Pas plus qu’un autre, en tout cas… J’ai juste fait venir l’un des premiers livres que je voyais, c’est tout. » Evidemment. Pour sûr, l’histoire de la Maison de Serpentard était étroitement liée à celle des Arts occultes – Salazar Serpentard ne parlait-il pas fourchelang ? -, mais cela ne faisait pas pour autant de ses étudiants de secrets et passionnés partisans. Quel préjugé ! Et le fait que son condisciple de métamorphose soit aussi un ami de Draka – dont l’intérêt pour la Magie noire n’avait pas de secret pour Tsadkiel – n’était pas suffisant pour asseoir la certitude que son ami partageait ses goûts. De plus, le jeune garçon était loin d’être perspicace pour ce qui était de saisir les liens qui unissaient ses semblables, et il avait beau avoir connaissance de leur amitié, il ignorait tout de sa qualité. « Et toi ? Tu t’intéresses à ces trucs-là ? » Cette seconde question était la preuve que la première ne portait pas sur la Magie noire. Les yeux du Serpent vinrent se planter dans ceux perçants de l’Aigle comme deux crochets. Tsadkiel maintenu le regard quelques secondes, le visage détendu, l’estomac noué. Comme prévu, sa ‘question personnelle’ avait ouvert la porte à une autre, en réponse. Prochaine étape : la ‘conversation intime’, à éviter à tout prix. Mais pourquoi le ‘contact visuel’ ? Pourquoi maintenant ? Tsadkiel, derrière son apparence froide et tranquille, nageait en eaux troubles. Afin de s’épargner un nouveau silence où son cerveau allait tourner en roue libre à chercher toutes les hypothèses plausibles pouvant expliquer ce comportement, il répondit, avec une simplicité déconcertante :

« Oui. »

Avant d’ajouter, histoire d’assurer ses arrières :

« Je pense qu’un bon sorcier doit en savoir le plus possible, ne fut-ce que pour pouvoir s’en protéger. »

Bien sûr, sa réponse était incomplète, mais pour qu’il en soit autrement, il aurait fallu que le jeune Serdaigle en sache plus lui-même. En effet, celui-ci ne mesurait pas encore l’ampleur de son désir de connaissance et de pratique dans le domaine. L’assertion qu’il livra à son congénère était la même que lui-même se donnait pour expliquer l’attrait grandissant que la Magie noire exerçait sur lui.

Dragées:
 


Dernière édition par Tsadkiel Seligsen le Lun 27 Fév - 4:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 899
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Un devoir qui vous veut du bien, ft. Rozen [clos] Mar 21 Fév - 22:10

Un devoir qui vous veut du bien






La simplicité de la réponse de Tsadkiel étonna Alexandre. Un simple « Oui ». Ce n'était pas la réponse qui été surprenante, mais la façon de le dire. Ce n'était pas le genre du Serdaigle qui disait toujours les choses d'une manière assez compliquée, comme s'il dictait un livre.

« Je pense qu’un bon sorcier doit en savoir le plus possible, ne fut-ce que pour pouvoir s’en protéger. » rajouta-t-il.

Bien sûr, un simple oui était beaucoup trop simple pour Tsadkiel Seligsen. Alexandre trouvait que le jeune homme avait une façon très impersonnelle de parler, même si en soi peu de gens parlait ainsi donc cela rendait la chose personnelle. Cependant le serpentard avait l'impression qu'il citait des passages de livres qu'il avait lu. Alexandre s'intéressait à la magie noire pour une toute autre raison. Ce sujet l'attirait, captivait son intérêt de plus en plus, tout comme les arts funéraires. Cela pouvait sembler glauque qu'un adolescent de seize ans s'intéressent à cela, mais le jeune homme ne trouvait pas cela choquant. Il fallait bien des gens pour s'y intéresser ! Mais il n'allait pas le crier sur tout les toits.

« En vrai je suis sûr que tout sorcier s'est ou va un jour s'intéresser à la magie noire. » dit-il à voix basse alors que la bibliothécaire était passée près de leur table.

Il regarda autour de lui. Il avait eu une idée. Il ne savait pas si Tsadkiel avait fait cela auparavant ou s'il se sentait de le faire. En tout cas, le Serpentard avait déjà eu recourt à cette technique une ou deux fois pour satisfaire sa curiosité. Pour cela, il enfreignait le règlement, chose qu'Alexandre faisait rarement. Il se pencha vers le Serdaigle et parla avec un volume encore plus faible.

« Tu sais... Si tu t'intéresses à la magie noire... Il y a pleins d'ouvrages là-dessus dans la Réserve... Normalement, on a pas le droit d'y aller. Mais... on peut toujours se débrouiller. J'sais pas si tu l'as déjà fait. Si tu veux, un jour... »

Oui, Alexandre incitait son camarade à enfreindre le règlement. Cela ne lui aurait pas déplu d'avoir un acolyte lors d'une de ses expéditions nocturnes. Être à deux dans ce genre de situation n'était pas dérangeant, même rassurant. Comme cela, si on se faisait prendre, on était deux à se faire punir au lieu d'être tout seul. Et puis Tsa pourrait lui être utile. Mais il n'y serait pas allé avec n'importe qui, quelqu'un de discret. Y aller avec quelqu'un comme Marlene aurait été du suicide disciplinaire ! D'ailleurs, il réfléchissait à y aller avec Némésis. Mais il n'était pas sûr qu'elle accepte. Elle n'avait certainement envie d'encourager son meilleur ami à prendre le risque de se faire sévèrement punir. Elle agissait souvent comme une maman à l'égard d'Alexandre. Il la soupçonnait de le trouver mignon.



Dragées:
 

Fiche de RP (c) Miss Yellow


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Dim 26 Fév - 11:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 108
| AVATARS / CRÉDITS : Valingaï + signature anaëlle (Bazzart)
| SANG : Pur, il paraît.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa mère
| PATRONUS : Un ours polaire
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Un devoir qui vous veut du bien, ft. Rozen [clos] Mer 22 Fév - 16:48

Le jeune Serdaigle avait toujours éprouvé des difficultés à communiquer. En la matière, il avait connu plusieurs périodes. D’abord, étant tout petit, il ne parlait pas, ou presque, et se contentait d’observer avec attention les éléments qui constituaient son environnement. Ensuite, il y avait inclus les autres : sans retenue, l’enfant qu’il était disait tout ce qu’il pensait, sans jamais formuler le moindre mensonge. Plus tard, comprenant que la vérité n’était pas toujours ni bienvenue – idée révoltante ! – ni bénéfique pour lui – pour avoir vécu plusieurs situations embarrassantes –, il revint à un mutisme partiel, se contentant de répondre de façon laconique. « Oui, non, je ne sais pas, je veux ça, je ne veux pas, » constituaient alors l’étendue de son vocabulaire oral. Bien sûr, cette attitude ne régla aucune de ses difficultés, et il fut bien forcé, tant les réactions des autres étaient désagréables, de développer une plus grande variété de langage. A vrai dire, c’est surtout son grand frère et sa mère qui l’y encouragèrent, chacun à leur façon : sa mère, avec rigueur et détermination, n'avait répondu à aucun des besoins de son fils chéri tant qu’il ne les avait pas formulés, son frère, avec patience et tendresse, avait tenté de l’ouvrir sur la complexité du langage, la beauté de ses formes, et – ce qui plut le plus à son petit frère renfermé – son potentiel et sa puissance. « Un phrase, un mot bien placé peut être aussi fort qu’une formule magique », disait Uriel, « car le langage agit ». Ce fut sa période de lecture la plus intensive. Le jeune adolescent dévorait toute la littérature qui lui passait sous la main, des encyclopédies aux romans – qu’il n’aimait pas trop – en passant par les magazines, les journaux, et les listes de courses. Il avait donc appris à parler par les livres... Aujourd’hui, le Bleu-et-bronze avait trouvé une sorte de compromis. Il développait sa pensée à l’oral, tentait de répondre de façon adéquate, et savait avoir recours au mensonge, ne fut-ce que par omission, en cas de danger extrême. Cependant, l'exercice de la conversation restait délicat et le fatiguait beaucoup. Aussi, de temps à autres, il lui fallait se couper des autres pour se reposer l’esprit.

Rozen était un garçon bien compliqué à comprendre. Chaque fois qu’il ouvrait la bouche pour parler, il semblait que ses yeux disaient autre chose, ainsi que ses sourcils, ses lèvres, ses mains, tout son corps, si bien que le Serdaigle se mit à éprouver une grande lassitude à force de tenter de décrypter les différents discours, souvent paradoxaux. Peut-être une forme de confusion de l’esprit ? Ou des mensonges volontaires ? Le Serpentard ne semblait pas savoir ce qu’il voulait. Il avait proposé de travailler sur le devoir métamorphose mais n’avait pas arrêté de s’agiter, il avait semblé vouloir lire, maintenant il discutait – l’Aigle admis pour lui-même qu’il en était responsable – et… proposait à présent d’enfreindre le règlement… pour se procurer des livres de Magie noire ? Il resta un instant à fixer Rozen, le visage détendu, les sourcils légèrement froncés, tentant de dégager la vérité de ces informations contradictoires.

« Pourquoi enfreindre le règlement lorsqu’il suffit de l’autorisation d’un professeur pour entrer dans la Réserve ? », finit-il par dire, avant de détourner le regard vers la fenêtre.

Tout ça lui semblait absurde. Tout à coup, il se mit à penser à une clairière de l’Epping Forest où il se rendait lors des promenades automnales avec son frère. Au milieu de cette clairière, il y avait un vieux hêtre que le soleil éclairait de sa lumière oblique et vibrante. L’esprit de l’Aigle s’y percha.

Dragées:
 


Dernière édition par Tsadkiel Seligsen le Lun 27 Fév - 4:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 899
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Un devoir qui vous veut du bien, ft. Rozen [clos] Ven 24 Fév - 15:18

Un devoir qui vous veut du bien





Tsadkiel le dévisagea un long moment, les sourcils légèrement froncés. Le Serdaigle semblait un peu perdu. Pourtant il semblait au Serpent qu'il n'avait rien dit d'étrange ou de compliqué. Son camarade devait sûrement se prendre la tête pour rien. Ou peut-être pas. On n'était jamais sûr avec le vert et argent !

« Pourquoi enfreindre le règlement lorsqu’il suffit de l’autorisation d’un professeur pour entrer dans la Réserve ? », finit-il par dire, avant de détourner le regard vers la fenêtre.

Alexandre poussa un grand soupir en levant les yeux au ciel et en s'affalant sur la chaise pour regarder le plafond. Etait-il possible d'être paumé et coincé à ce point là ? Parce qu'il avait cru qu'on autorisait l'accès à la réserve à n'importe quel élève qui demandait ? Si seulement ! Le Serpentard n'aurait jamais été autorisé à avoir accès à la réserve: il n'avait pas de raison valable d'en demander l'accès. Il resta silencieux quelques secondes avant de rire jaune en regardant Tsadkiel.

« Tu es mignon. Mais tout les élèves ne sont pas autorisés à entrer dans la Réserve. Et tu n'as pas l'autorisation d'un claquement de doigt. Je veux bien qu'on soit dans une école de sorcellerie mais quand même. » expliqua Alexandre.

Il le regarda encore pendant de longue seconde avant de lâcher un petit: « Ok. » en se penchant de nouveau sur son parchemin de métamorphose en signe de résignation. Il n'allait pas pouvoir compter sur Tsadkiel pour l'accompagner dans son infraction au règlement. Le jeune homme n'était pas assez crédule pour cela. Autant ne pas forcer les choses inutilement. Alexandre était un garçon déterminé qui ne baissait pas facilement les bras. Cependant, il savait aussi à peu près quand ses efforts étaient vains. Et puis ce n'était pas comme si le fait que le Serdaigle l'accompagnait à la Réserve lui tenait à coeur. Mais au moins il avait essayé. On n'a rien sans rien, comme on dit.

« C'était peut-être une mauvaise idée. » ajouta-t-il. « On reprend la méta' ? »

Le sujet était clos. Mais si Tsadkiel y réfléchissait et changeait d'avis (ce qu'espérait Alexandre au fond), cela n'aurait causé aucun soucis pour le Serpentard. Ce fut sans rien ajouter de plus qu'il se remit à son devoir de métamorphose. Il se mit à lire les questions à voix basse comme le ferait un enfant qui venait juste d'apprendre à lire.

« Citez trois exemples... » dit Alexandre pour soi même avant de lever la tête vers son camarade. « L'armoire à disparaître ça peut compter comme exemple ? » demanda-t-il.

Alexandre avait une armoire à disparaître chez lui. Il y en avait aussi une chez ses grands parents en Allemagne. Cela leur servait d'aller d'un pays à un autre, principalement. Son père disait qu'elles allaient un jour ou l'autre avoir une autre utilité. Mr. Rozen faisait très certainement référence à tout ce qu'il se passait en ce moment.



Dragées:
 

Fiche de RP (c) Miss Yellow


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Dim 26 Fév - 11:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 108
| AVATARS / CRÉDITS : Valingaï + signature anaëlle (Bazzart)
| SANG : Pur, il paraît.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa mère
| PATRONUS : Un ours polaire
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Un devoir qui vous veut du bien, ft. Rozen [clos] Ven 24 Fév - 18:31

Du haut de son vieux hêtre, l’Aigle-esprit voyait tout. Chaque brin d’herbe penché par la brise, chaque nervure des troncs de la forêt se dessinait dans son moindre détail. Du haut de son vieux hêtre, il vit les racines des arbres s’enfoncer lentement dans la terre et leurs feuilles bientôt jaunies respirer paisiblement. Au pied d’une pierre couverte de mousse, quelque chose se mit à bouger. Pas grand-chose, un mouvement bref et précis. Un jeune merle, trop confiant de son camouflage naturel, était sorti de sa cachette pour picorer quelques faînes, fruits de l’arbre de sagesse. Dans un silence de mort, le rapace s’élança dans le vide pour fondre sur sa proie.

Tsadkiel n’eut aucune idée du temps qu’il mit à revenir à la réalité. Les dernières phrases du Serpentard revinrent à sa mémoire comme les éléments décousus d’un rêve. « Tu es mignon… Tu n’as pas l’autorisation d’un claquement de doigt… » Il cligna des yeux et fixa à nouveau son condisciple pour tenter d'extraire la pure vérité de la purée de pois que le Serpent se plaisait à répandre par sa bouche dans l'esprit de l'Aigle. Bien sûr que l’accès à la Réserve était très contrôlé et restreint. Pourtant, en début d’année, dans le cadre d’un devoir sur le Philtre de Mort vivante, le Serdaigle avait pu y consulter des ouvrages précis conseillés par le professeur Slughorn. Cédant à sa curiosité, il en avait lu un peu plus, quelques pages suffisantes pour exciter sa soif de savoir et d’excellence. Les mots d’autorisation ne se passaient pas de main en main comme un Souaffle, il fallait avancer de bons arguments pour les obtenir, être capable d’en justifier la nécessité pédagogique… mais l’adolescent, fort de ses excellents résultats et de sa confiance – parfois naïve – dans la lucidité du corps enseignant, ne voyait pas là d’obstacle majeur. Il suffisait de trouver les mots, et de cibler le plus précisément sa recherche afin d'être le plus efficace dans le temps imparti. Les deux élèves usaient visiblement de procédés bien distincts pour se procurer ce qu’ils désiraient…

« Tu es mignon » résonna à nouveau dans son esprit comme un hurlement de Loup-Garou. Il n’y avait aucune chance que cette réflexion soit sincère. C’étaient des garçons, les garçons ne se faisaient pas ce genre de compliment. De plus, Tsadkiel avait si peu de considération pour son apparence générale – même s’il avait toujours appris à la soigner – qu’il lui était impossible d’en évaluer le caractère agréable. C’était faux. C’était un mensonge, une moquerie cruelle. Baissant les yeux, il sentit une sourde colère monter en lui, tandis que Rozen proposait, en toute innocence, de reprendre le devoir, ignorant tout de ce que pouvait vivre son partenaire de métamorphose. Presque malgré lui, cette réponse s’articula froidement dans sa bouche :

« L’Armoire à disparaître est enchantée par un sortilège de Transfert et non d’Apparition. L’objet ne sort pas directement de l’éther, il est transféré depuis l'armoire jum… »

Soudain, Tsadkiel tressaillit, les dents serrées, en sortant brusquement la main de sa poche. Alors qu'il formulait sa réponse, il avait senti Merlin s’y agiter et, d’un geste machinal, avait glissé sa main auprès de lui. C’est ce qu’il faisait habituellement pour rassurer son ami – ou pour se rassurer lui-même ? Le rongeur répondait souvent par de petits coups de langue affectueux, mais cette fois-ci… Le Serdailge observa sa main, l’air stupéfait : au bout de son index, perla une goutte de sang. Le rat sorti en un éclair de la poche de son maître pour fondre sur le parchemin de son devoir et commencer à le déchiqueter de ses dents acérées.

Dragées:
 


Dernière édition par Tsadkiel Seligsen le Lun 27 Fév - 4:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 899
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Un devoir qui vous veut du bien, ft. Rozen [clos] Dim 26 Fév - 11:59

Un devoir qui vous veut du bien





Alexandre ne remarqua pas tout de suite la contrariété de son camarade, concentré, Ô miracle, sur son devoir de métamorphose, le coude appuyé sur la table et la tête sur la main. Le ton particulièrement froid qu'employait le Serdaigle le fit tiquer. Il leva son nez vers lui en se redressant et en fronçant les sourcils.

« L’Armoire à disparaître est enchantée par un sortilège de Transfert et non d’Apparition. L’objet ne sort pas directement de l’éther, il est transféré depuis l'armoire jum… »

Il fut stoppé par un tressaillement en sortant brusquement sa main de sa poche. Alexandre fronça encore plus les sourcils. Une goûte de sang perlait sur le doigt du bleu et bronze. C'était son rat qui l'avait mordu ? Par Merlin (sans jeu de mot) ! Il avait les dents acérées ce rongeur. Même ses chats ne le faisaient pas saigner avec leurs dents. Par contre les griffes faisaient des ravages. Particulièrement Chaussette qui ne savait pas jouer sagement sans sortir les griffes. Il y avait aussi Herr Eule qui était parfois féroce avec son bec. Si Frau Eule picorait directement la nourriture dans son assiette, Herr Eule pinçait pour avoir quelque chose. C'était pour cela qu'Alexandre utilisait particulièrement la femelle pour ses lettres.
Il lui semblait que Merlin n'avait jamais mordu son propriétaire. En tout cas, cela n'en avait pas l'air vu l'air stupéfait de Tsadkiel. Et ce ne fut pas tout ! Le rat bondit de la poche du Serdaigle et vint déchiqueté avec ses petites dent le parchemin de métamorphose de ce dernier. Qu'avait cet animal ? Alexandre le regardait, perplexe.

« Il a la rage ton rat ? » demanda-t-il en levant le regard vers son camarade en gardant les sourcils froncés.

Le Serpentard ne pensait pas au fait que ces paroles auraient pour contrarier Tsadkiel, à vrai dire, il s'en fichait un peu. Ce n'était pas bien méchant ce qu'il disait. Sans compter le fait que ce rat était le meilleur ami de l'aigle. Quelle idée d'avoir un rongeur comme meilleur ami ! C'était bien un truc de Serdaigle, ça ! Pour rien au monde Alexandre remplacerait sa meilleur ami pour un rat. Il aimait bien trop Némésis. Merlin en était presque venu à bout de ce pauvre bout de parchemin. Cela lui rappelait quand Chaussette - toujours lui ! - lui avait froissé et déchiré un parchemin de sortilège qu'il avait passé des heures à faire.

« Je s'rais toi je me poserais des questions. » rajouta le Serpentard.

Si cela avait été lui, il aurait fait comme n'importe quel moldu, il aurait été chez le vétérinaire. Mais pour l'instant ils étaient dans une école de sorcellerie. Le professeur de soin aux créatures magiques étaient donc le plus apte à consulter ce rongeur. Et encore. Ce n'était pas sûr qu'il puisse en dire quelque chose. Ce rat n'était pas magique, de toute évidence.




Dragées:
 

Fiche de RP (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 108
| AVATARS / CRÉDITS : Valingaï + signature anaëlle (Bazzart)
| SANG : Pur, il paraît.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa mère
| PATRONUS : Un ours polaire
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Un devoir qui vous veut du bien, ft. Rozen [clos] Dim 26 Fév - 18:34

Oh, le jeune Serdaigle s’en posait des questions. Ce n’était pas la première fois que Merlin réagissait de façon excessive. En fait, tout avait commencé cette année. Par instants, il se montrait très nerveux, s’agitait en tous sens, lui qui était souvent calme et tendre. Pourtant, jamais, au grand jamais, il n’avait mordu son maître ! L’année était difficile pour Tsadkiel aussi. Les BUSEs approchaient, il fallait les réussir à la perfection ; il était fort sollicité par les autres étudiants, ce qui le fatiguait ; sa mère lui écrivait de longues lettres insupportables, alors qu’il n’en recevait aucune de son frère, et ce depuis des mois. (L’adolescent écrivait peu en retour, mais accordait beaucoup d’importance à la régularité des missives d’Uriel.) Tsadkiel se sentit soudain très inquiet. Pour son frère, d’abord, et puis pour Merlin. La rage, si seulement c’était elle ! Une maladie bien facile à soigner pour un sorcier expérimenté… L'inquiétude se vit dissolue dans une seconde vague de colère. Comment Rozen osait-il lui parler de cette façon ? Qui était cet orvet pour venir siffler avec une telle arrogance ses médiocres déductions aux oreilles de l’Aigle, lui qui ne savait même pas faire la différence entre un sortilège d’Apparition et de Transfert ? Comment osait-il parler de Merlin avec une telle suffisance ? Tsadkiel méprisait ce sentiment qui l’envahissait, partant de son ventre pour monter vers sa gorge et y rester bloqué… Il se refusait à admettre qu’il éprouvait là une certaine jouissance, une incroyable sensation de densité. Un désir urgent de se rendre, et de déverser par la bouche le poison corrosif contenu au bord des lèvres. Car, sous l’effet de la colère, semblait s’infuser dans ses veines un brûlant sentiment de puissance.

Passé maître dans l’art de la répression de ses émotions, il lui faudrait pourtant résister à ce violent désir. Pour seul effet visible sur son visage lisse d’expressions, une légère tension au niveau de la mâchoire apparut.

Alors que Merlin finissait son extermination de tout le travail accompli jusqu’à lors, Tsadkiel se leva lentement et commença à ranger ses affaire, désorienté. Il fallait absolument qu’il aille voir le professeur de Soin aux créatures magiques afin qu’il puisse l’aider à établir un diagnostic ! Sans craindre de se faire mordre à nouveau – la douleur physique était chose acceptable –, il attrapa fermement son rat pour l’enfermer dans sa poche.  Le rongeur se débattit et émit des petits couinements de protestation, en vain.

Le sac du Serdaigle fut bouclé en un rien de temps. Tout du long, Tsadkiel avait évité le regard de Rozen, par peur du conflit, par peur de ne pouvoir se tenir. Il n’avait aucune idée de ce que pouvait bien penser le Serpentard de la situation, à vrai dire la question ne lui avait même pas effleuré l’esprit. Tout ce qu’il fallait, c’était sortir, sortir, SORTIR ! Il jeta un coup d’œil à la porte de la bibliothèque. Elle lui parut si éloignée que la tête lui tourna. Dans sa tête, il se mit à réciter la liste des ingrédients du Philtre de Paix. « Poussière de pierre de lune, rosée de lune, plume de jobarbille, sirop d’ellébore… » (La potion était au programme des BUSEs.) D’un pas mal assuré, il se dirigea vers la sortie. Seul, derrière cette porte, il le savait, il pourrait retrouver un minimum de sérénité...

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 899
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Un devoir qui vous veut du bien, ft. Rozen [clos] Jeu 2 Mar - 22:32

Un devoir qui vous veut du bien




Alexandre s'était concentré de nouveau sur son devoir de métamorphose, après tout, ce n'était pas son rat. Mais son attention fut vite détournée par le mouvement de Tsadkiel qui rassemblait toutes ses affaires dans son sac. Le Serpentard leva son regard vers le Serdaigle qui semblait le fuir. Ce dernier prit son rat qui se mit à couiner dans sa main et l'enferma dans sa poche. Et en deux temps trois mouvements, son sac fut bouclé. Alexandre fronça les sourcils. Il n'allait tout de même pas le laisser en plan ? Eh bien si ! Il le laissait en plan ! Alexandre ouvra la bouche pour lui faire remarquer l'impolitesse de ce geste mais Tsadkiel commençait déjà à se diriger vers la sortie. Il se résigna. Il n'allait pas lui courir après quand même, un peu de fierté.
Il souffla bruyamment en s'avachissant sur la table. Le voilà seul maintenant face à son devoir de métamorphose. Qu'est-ce qu'il aurait donné pour voir Nem ou même encore Funestar pour l'aider à faire son devoir. Eux ils étaient (à peu près) doués en la matière ! Même s'il rêvait que Lindsay Talbott vienne à sa table pour lui proposer son aide. C'était un bien beau rêve. Mais cela allait rester un rêve et Alexandre en avait parfaitement conscience. Des fois il se demandait ce qu'il fichait avec Seligsen. Bah oui quoi ! Ils étaient tellement différent qu'il n'y avait aucun espoir que les deux jeunes hommes puissent être amis. Et ce n'était pas comme si le Serpentard le voulait. D'autant plus qu'il lui semblait que le Serdaigle partageait une relation bien trop exclusive avec Lindsay. Il savait que la jeune fille n'était pas sa propriété mais le vert et argent ne pouvait s'empêcher d'être un peu jaloux. Il avait peur que les deux serdys ne soient plus que des amis. Deux choix s'offraient au Serpentard, soit essayer de se faire ami avec Seligsen. Soit lui faire comprendre ce qu'il en était de ses sentiments pour Lindsay. Et plus si désaffinité.



Dragées:
 

Fiche de RP (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un devoir qui vous veut du bien, ft. Rozen [clos]

Revenir en haut Aller en bas

Un devoir qui vous veut du bien, ft. Rozen [clos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'Oréal, parce que vous le valez bien [PV Jack]
» Bedwyr, un ami qui vous veut du bien
» Mission06: 'Ramuh, une chimère qui vous veut du bien'
» Un Ami qui vous veut du bien... [Esteban]
» Nathaniel : Un archange qui vous veut du bien ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Poudlard
-