GRYFFONDOR : 160 pts | POUFSOUFFLE : 10 pts | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Le calendrier de l'avent fait son grand retour à Poudlard ! Il débutera le 1e décembre et se terminera le 25. Toutes les explications ICI !
Une sortie à Pré-au-Lard a été organisée afin de vous permettre d'effectuer vos achats de Noël. Le sujet est juste ici ! Tout post vous rapportera 2 dragées.

Partagez|

Tourner à droite ou se prendre une droite ? • ft. Moran Powell, Marlene McKinnon, Fabian Prewett & Spectateur (-bal-)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 761
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Faites genre qu'il est pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Tourner à droite ou se prendre une droite ? • ft. Moran Powell, Marlene McKinnon, Fabian Prewett & Spectateur (-bal-) Dim 26 Fév - 3:12

Tourner à droite ou se prendre une droite ?





La soirée commençait à bien se passer. Certes, Blackwood l'avait forcé à danser avec elle, ce qu'il avait moyennement apprécié. Angie était bien sympa mais... C'était une née-moldue. Il aurait voulu ne pas être vu à ses côtés pour des raisons évidentes. Au moins, il avait pu danser avec Gardenia, et c'était le plus important. Il espérait s'être fait pardonner pour l'avoir faite pleurer juste avant le bal. Il avait le coeur plus léger. Faire pleurer la Serdaigle lui avait fait beaucoup de peine, sur le coup et après coup. Ce qui était très rare, puisqu'en général, quand il faisait quelque chose, il s'en fichait dans l'immédiat. C'était seulement après que venaient les remords. Alexandre détestait voir les filles pleurer, cela lui causait trop de peine. En encore plus Gardenia.
Il était ensuite parti rejoindre Marlène. Il lui avait proposé de passer un peu de temps avec lui. C'était elle sa cavalière après tout ! A quoi cela servait-il d'avoir une jolie fille à son bras à un bal si on n'en profitait pas ?
Alexandre sortit de la Grande Salle et descendit les escaliers pour aller aux sous-sols. Il avait ôté ses patins pour remettre ses chaussures en daim. Il faisait froid ce soir là dans les cachots, le Serpentard l'avouait lui-même qu'il n'avait pas si chaud que cela. Bien cela était supportable pour lui. Dans la salle de bal, il avait trop chaud donc ôté sa veste qu'il portait maintenant sur la même épaule qui tenait son sac où était ses patins.

« Tu n'as pas trop froid ? » demanda-t-il gentiment en lui proposant sa veste.

Sa veste sentait un mélange de l'odeur naturelle d'Alexandre et le parfum pour homme. Elle devait un peu trop large pour la jeune fille. Mais valait mieux cela que d'avoir trop froid ! Et puis, c'était mignon une fille qui portait les vêtements d'un garçon. « Je ne vais pas prendre longtemps, juste deux minutes. » l'informa-t-il. Il ne voulait pas abuser de la patience de la Gryffondor.
Alors qu'il était à proximité de la salle commune des serpents, il sursauta quand il tomba nez à nez sur Powell au détour d'un couloir. Ce dernier avait l'air énervé, fatigué, à bout de nerf... Alexandre le regarda en fronçant les sourcils froidement avant d'entreprendre à le contourner en prenant délicatement sa cavalière par le bras.



Dragées:
 

Fiche de RP (c) Miss Yellow


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Mar 28 Fév - 0:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 581
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by Shiya
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Tourner à droite ou se prendre une droite ? • ft. Moran Powell, Marlene McKinnon, Fabian Prewett & Spectateur (-bal-) Lun 27 Fév - 8:37

C’était le premier bal de Marlene, et si danser la valse avait été amusant le temps d’une chanson, il lui tardait maintenant que le vrai concert débute. Comme cela tardait, elle fut heureuse qu’Alexandre lui propose de s’éloigner un instant des festivités et y lut l’occasion de troquer ses chaussures à talons - pas assez folle pour s’y essayer sur la glace ! - contre des moonboots. Elle était pour l’instant toujours pieds nus et tenait dans une main ses escarpins et dans l’autre une pomme d’amour qu’elle croquait avec gourmandise. Alexandre lui proposa alors sa veste. « Hum ? ». Elle avala rond un morceau de pomme avant de lui adresser un sourire reconnaissant car maintenant qu’il le disait, les cachots n’étaient pas l’endroit le plus chauffé de leur école. « Si un peu, j’te remercie ! ». Ne sachant pas vraiment comment lui rendre la pareille, elle n’avait pas énormément de vêtements sur elle à lui offrir après tout, elle brandit vers lui son bâton de fête foraine. « Tu veux croquer ma pomme ? ».

Ce fut à ce moment là qu’ils manquèrent de se prendre de plein fouet un Moran Powell qui semblait d’un coup surgir de l’ombre. Marlene sentit qu’Alexandre la tirait sur le côté mais ne tissa aucun lien dans son esprit entre cette réaction et le nouvel élève rencontré. Elle adressa au contraire un grand sourire au vert et argent. « Salut Moran ! » lança-t-elle comme si elle le connaissait depuis toujours alors que pas du tout. Les deux jeunes gens ne s’étaient encore jamais adressé la parole, triste sort auquel il fallait bien remédier maintenant que chouette et hibou des deux élèves se volaient dans les plumes, non ? Elle alla contre la résistance que lui opposait son cavalier pour s’arrêter. « Je suppose que tout le monde te l’a déjà dit et je m’en veux d’être la dernière à passer mais je te félicite sincèrement pour l’heureux évènement ! ». Elle prit un croc de sa pomme d’amour avant de continuer la bouche pleine. « Pas tous les jours que son hibou lâche un oeuf, hein ? ».

Elle regarda Alexandre en espérant ainsi l’associer à la conversation qui s’improvisait. Mais parler de volatiles pondeurs ne semblait vraiment pas être le sujet de ses préoccupations, pas plus que son camarade d’ailleurs. Ses yeux allèrent d’un Serpentard à l’autre et, comme quelque chose dans cette relation, semblait lui échapper, elle préféra reporter son air songeur sur sa pomme d’amour en sifflant un air de Wagner qu’elle avait en tête - stupide valse oblige ! - et qui se prêtait de toute façon plutôt pas mal à l’ambiance qui régnait ce soir dans les cachots.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



CAPITAINE SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

CAPITAINE SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 744
| AVATARS / CRÉDITS : Xavier Dolan by Winter Soldier
| SANG : ♣ Mon sang est aussi pur que l'eau des Highlands, et aussi pur que le sang des Abbot.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Tourner à droite ou se prendre une droite ? • ft. Moran Powell, Marlene McKinnon, Fabian Prewett & Spectateur (-bal-) Lun 27 Fév - 15:50

Moran, bien que beaucoup plus calme depuis qu’il n’avait plus Gardenia en face, se ressassait tout le film de leur dispute en rentrant au dortoir. Le jeune homme restait à bout de nerf, et pouvait encore très facilement partir au quart de tour. Sa dispute avec la Serdaigle le blessait beaucoup plus que celle qu’il avait eu avec Daisy un peu plus tôt. Entre son homologue et lui, c’était ambiguë, ok. Mais avec Gardenia ça ne l’était pas du tout. Ils ne s’étaient jamais disputés, n’avaient même jamais haussé la voix entre, tout finissait toujours en éclats de rire et l’accrochage si tant est que s’en était un, était oublié dans l’heure. Leur relation était comme ça, légère. Par contre là, elle avait pris du plomb dans l’aile.
Les joues rougies par le froid et par le sang qui lui montait à la tête, Moran traversa vite le hall pour se réfugier dans les cachots gelés. Il s’y sentait mieux, c’était plus calme, lus reposant. Mais il ne ralentit pas pour autant, et au détour d’un virage, faillit se prendre une pomme d’amour en pleine tête. Non mais qu’est-ce que… « Salut Moran ! » lança une voix qu’il n’avait pas vraiment déjà entendu. Il s’était arrêté net et fixait la jeune fille, une blonde, sans doute de Gryffondor. La dispute entre lui et son amie s’éloignant dans son esprit, il fixa d’un air ahurie cette jeune fille qui le connaissait et qui semblait vouloir faire la conversation à tout prix. Il ne remarqua pas Alexandre dans l’ombre de sa potentielle cavalière, se contentant d’écouter la jeune fille parler comme si tout ce qu’elle disait était cohérent. Sa chouette avait pondu ? Ce piaf venait si peu souvent le voir que Moran ne prenait même plus soin de lui remplir sa gamelle d’eau. Il n’avait pas le genre de relation fusionnelle avec sa chouette et n’avait même pas pris soin de lui donner de vrai nom. « Que… Quoi ? » répondit-il sans vraiment comprendre. Comment cette fille pouvait être au courant de l’endroit où son volatile perdait ses plumes ?

Malheureusement, son attention fut détournée par Rozen. Rozen. PILE la personne qu’il ne devait absolument pas croiser pendant cette soirée de troll. Le regard de Moran devînt beaucoup plus sombre et une bouffée de colère, qui n’avait pas complètement disparu, refis surface sans attendre : « Alors toi ! ». D’une pulsion plus qu’autre chose, le préfet attrapa Alexandre par le costume pour le coller contre le mur. « C’est toi qui a fait pleurer Gardenia avant le bal ? Encore ? T’en a pas marre d’être toujours dans ses basques, même lorsqu’elle te dit de ne plus revenir ? » cracha-t-il sans plus faire attention à la jeune fille à la pomme d’amour.  Comme il l’avait compris, tout, absolument tout était une bonne raison pour chercher des ennuis ce soir. Le garçon se retînt de le traiter de sangsue et continua de le fixer d’un regard mauvais sans jamais le lâcher.
Moran était plus grand, et plus baraqué que le garçon, ce n’était pas ce qu’on pouvait appeler, une position courageuse. Mais tous les nerfs du préfet étaient en train de lâcher. C’était terrible à dire, mais il avait besoin de frapper quelque chose. Il ne voulait pas que ce soit Alexandre. Mais tous les ressentiments liés à sa sœur de cœur faisaient exploser maintenant son animosité envers lui. Pour le Serpentard en face de lui c’était simple : il était au mauvais endroit, au mauvais moment.


Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 761
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Faites genre qu'il est pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Tourner à droite ou se prendre une droite ? • ft. Moran Powell, Marlene McKinnon, Fabian Prewett & Spectateur (-bal-) Mar 28 Fév - 13:43

Tourner à droite ou se prendre une droite ?





Il y avait-il plus cruche que Marlène McKinnon ? Sur le moment, Alexandre pensait que non. Il fit un grand bonjour à Powell que tentait d'éviter le jeune homme. Il lança un regard féroce à sa cavalière lorsqu'elle commença à parler de hiboux. Elle était sérieuse là ?Elle avait par remarqué qu'il ne voulait absolument pas voir cet individu ! Il lui tirait la manche, c'était sensé être un signe ! De quoi gâcher une soirée ! Fort heureusement pour elle, Powell ne l'avait pas remarquer. Parce que sinon, Alexandre ne doutait pas que - ! « Alors toi ! ». Il avait parlé trop vite. Moran le saisit par le col et vint le plaquer violemment au mur ! Alexandre ressentit une vive douleur à sa colonne vertébrale ce qui le fit grimacer.

« C’est toi qui a fait pleurer Gardenia avant le bal ? Encore ? T’en a pas marre d’être toujours dans ses basques, même lorsqu’elle te dit de ne plus revenir ? »

La douleur s'estompa rapidement dû à l'adrénaline et Alexandre regardait Moran d'un air haineux en fronçant les sourcils. Pour qui il se prenait lui ? Il ne l'effrayait nullement. Certes, Moran était beaucoup plus grand et baraqué que lui. D'ailleurs, l'allemand trouvait cela très lâche de s'en prendre à plus petit que soi. Moran Powell était un lâche, de toute manière. Le regard de son adversaire était empli de mépris, de haine. Cela aurait d'ailleurs plus été ce regard qui l'aurait effrayé que la position de puissance du plus vieux. Il avait l'impression qu'il s'en serait pris à n'importe quelle personne qu'il aurait croisé et qu'il n'aurait pas apprécié. Et c'était tombé sur la gueule d'Alexandre. Bonjour le sang froid ! Il devait vraiment avoir passé une soirée à chier des scrouts à pétard, mais ce n'était pas le problème du plus jeune, merde !

« P*tain mais c'est quoi ton problème ?! Ce qui se passe entre Gardenia et moi ne te regarde pas, pour information. D'accord, tu es énerve. Mais merde fais ce que tu veux, vas buter des chouettes à la volière si ça te calme ! Me mêle juste pas à ça !»

Il était remonté, le Rozen. Lui qui n'était pas pour la violence, il préférait faire des coups bas. Bon, il était sûr que si on venait à l'agresser, il y aurait recours, il n'allait pas se mentir. Mais il aurait très bien vécu sans. Si Moran osait le toucher d'avantage, il n'hésiterait pas. Hors de question qu'il se soumette à cet abruti de Powell. Qu'il soit collé, il en avait rien à faire ! Il n'était pas le gars qui se laissait faire et il le ferait clairement comprendre. Il n'avait pas bouger d'un pouce, n'avait pas essayer de pousser le plus vieux. Il lui lançait juste un regard mauvais et méprisant.



Dragées:
 

Fiche de RP (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 581
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by Shiya
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Tourner à droite ou se prendre une droite ? • ft. Moran Powell, Marlene McKinnon, Fabian Prewett & Spectateur (-bal-) Mar 28 Fév - 19:19

L’ambiance semblait électrique entre les deux élèves vert et argent et aussi diplomate puisse-être Marlene comme jeune fille, elle n’avait pas pour habitude de se mêler de ce qui ne la regardait pas. Alors qu’elle s’apprêtait à lâcher la première excuse bidon lui traversant la cervelle pour s’échapper, elle fut surprise de voir Moran bondir sur Alexandre sans crier gare. La Gryffondore avait déjà assisté et même participé à des duels mais l’altercation qui se déroulait sous ses yeux n’obéissait cette fois-ci à aucun code. De Moran, elle ne connaissait que la chouette. Jamais elle ne l’aurait imaginé sous un jour violent. Il semblait s’être fixé une bonne raison de s’en prendre à son camarade - qu’est-ce qu’elle en savait elle de pourquoi deux garçons de la même maison voulaient se battre ? Pour sûr, ça ne pouvait être que stupide ! - mais rien n’aurait été susceptible de légitimer la violence aux yeux de Marlene. Oubliant qu’elle tenait une pomme sur un bâton dans la main et pas sa baguette, elle eut le réflexe de lâcher un « Levicorpus ! » pour interrompre la bagarre, mais le seul effet - point pacificateur - de son intervention fut de coller sa pomme collante de sucre dans l’oeil de l’assaillant. « Oh mais quelle bouse ! » se plaignit-elle en levant les yeux au ciel tandis que la pomme d’amour retombait mollement comme une pomme de la discorde entre les deux élèves. Elle était d’habitude plutôt douée comme sorcière, mais après deux coupes de champibulle, voilà qu’elle avait oublié sa baguette sur le buffet ! « Lâche-le ! Tu vois bien qu’il est sur les basques de personne là de suite hein ! ». Et elle se lança à son tour dans le pugilat tout ce qu’il y avait de plus moldu en agrippant Moran par le bras duquel il maintenait Alexandre plaqué au mur, employant toutes ses forces à le faire céder.

Alexandre lui inspira-t-il une force nouvelle avec ses provocations ? Il sembla à Marlene que Moran redoublait soudain de force ! « NON ! » protesta-t-elle en redoublant quant à elle de sérieux. « Aucune chouette ne sera associée à cette folie ! ». La terrible pensée que Moran puisse être violent vis-à-vis de l’oiseau à naître lui glaçait le sang … mon dieu, et s’il écrasait l’oeuf ? « Maintenant ça suffit les conneries ! Alexandre tu te tais, et Moran tu le lâââââches ! » dit-elle en s’agrippant de tout son poids à son bras pour le faire céder, elle devenait rouge et soufflait avec peine, elle n’était plus du tout habituée à se battre à la moldue ! La dernière fois qu’elle avait eu à faire usage de ses bras dans une altercation remontait à la primaire après que la stupide Stacey lui ait tiré les couettes. Et déjà, elle avait perdu, alors contre Moran ? Elle regarda par dessus son épaule sans pour autant lâcher prise en espérant qu'un professeur ou un préfet - moins intense que celui de la maison des serpents par contre - passe par là.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



CAPITAINE SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

CAPITAINE SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 744
| AVATARS / CRÉDITS : Xavier Dolan by Winter Soldier
| SANG : ♣ Mon sang est aussi pur que l'eau des Highlands, et aussi pur que le sang des Abbot.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Tourner à droite ou se prendre une droite ? • ft. Moran Powell, Marlene McKinnon, Fabian Prewett & Spectateur (-bal-) Mar 28 Fév - 23:23

A la grande surprise de Moran, Alexandre n’avait pas réagi. En fait, il s’était laissé plaquer contre le mur sans rien faire à part lui jeter un regard venimeux. Une telle attitude aurait pu calmer le préfet, qui se serait rendu compte de ses gestes violents. Le garçon de dix-sept se prit une pomme dans la tête mais il n’y fit pas attention. Ses yeux restaient inévitablement verrouillés sur le garçon qu’il tenait contre le mur. Malheureusement pour le cinquième année, Marlene McKinnon énervait le batteur avec sa voix de crécelle et Rozen eut la magnifique idée d’en rajouter une couche avec un juron et une réponse cinglante. Hélas et pour en rajouter une énième couche, la voix de la victime du soir n’était pas agréable. Pas du tout. Moran ne le supportait plus. Il ne supportait plus de le croiser dans un couloir, de croiser son regard dans la Grande Salle. Il ne supportait plus d’entendre sa médisante et de savoir qu’il faisait pleurer la cousine de son meilleur ami. Il fallait que ça sorte un jour, et pas de chance pour le Serpentard, tout sortait ce soir. Moran entendit vaguement le mot « chouette » dans la bouche de la jeune fille et il ne sut pas si elle parlait de l’animal ou si elle était contente qu’ils se battent ou qu’ils se défient.
Elle lui agrippait le bras, mais il ne faisait pas attention à elle. Il devait faire une bonne dizaine de centimètres qu’elle et qu’Alexandre. Moran entendit une nouvelle fois son nom mais fut saisit d’une espèce de rire nerveux incontrôlable. Il en pouvait plus.

Ses nerfs lâchaient.

Mais ses bras par contre, maintenaient toujours le garçon contre le mur. Moran était à bout, il ne voyait pas la fin de sa soirée. Il avait l’impression que tout se répétait, qu’il était destiné à faire des ravages ce soir. Des ravages avec Blackstone, des ravages avec Ollivander. C’était son soir. Lui qui ne se lâchait jamais, qui était toujours posé et dans la simplicité… Ce soir était une apothéose, un niveau jamais atteint. « Cela ne me regarde pas dis-tu…  » reprit Moran en retrouvant un semblant de calme, « tu te moques de moi ? C’est toujours à moi de la consoler quand elle pleure à CAUSE de toi, parce que oui, mon vieux, tu l’as fait chialer !» asséna-t-il d’un air impitoyable dans l’espoir de le voir culpabiliser, « quatre ans que je dois l’aider à aller mieux après tout ce que tu lui fais. Et tu me sors que ça ne me regarde pas ? T’es une sangsue, Alexandre, un strangulots n’importe quel animal collant que tu trouveras ! Tu la repousses et tu la suis après. Tu lui donne de l’espoir et tu marches dessus après ! » finit-il en serrant un peu plus le col du jeune homme. « J’en peux plus d’entendre parler de toi. Tu me sors des yeux depuis cinq ans !». Moran essayait désespérément de trouver les dernières ressources en lui pour ne pas lui en coller une.

Et ses paroles provocantes, qu’il pensait pourtant avaient aussi pour but d’agacer Rozen… Qui lui donnerait presque une excuse pour pouvoir lui en coller une. La main de Moran était en sang, parce qu’il avait eu la merveilleuse idée de frapper un mur dehors pour faire sortir toute sa rage. S’il ne faisait plus attention à elle, il sentait quand même le sang lui dégouliner entre les doigts. Il ne s’était pas loupé, l’entaille était très vilaine. S’il pouvait faire la même à la joue d’Alexandre, ce serait formidable. Mais non, il devait se contrôler.

Plus facile à dire qu’à faire.



Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 761
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Faites genre qu'il est pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Tourner à droite ou se prendre une droite ? • ft. Moran Powell, Marlene McKinnon, Fabian Prewett & Spectateur (-bal-) Mer 1 Mar - 23:37

Tourner à droite ou se prendre une droite




Marlène ne faisait qu'empirer la situation. S'en rendait-elle compte ? Sur le moment, Alexandre s'en fichait comme de son premier cours d'histoire de la magie des chouettes ! Qu'est-ce qu'elle pouvait faire face un gars qui était bien plus grand qu'elle (et que lui, au passage) ? C'était bien gentil de vouloir les séparer, mais cela ne servait à rien, à part exalter la colère du sixième année.
Powell émit un rire qu'Alexandre aurait qualifié de totalement flippant. Il pétait littéralement un chaudron. Il répéta doucement une des phrases du plus jeune avec ce qui aurait semblé être un ton calme. Ce dernier était sûr qu'à l'intérieur de son aîné, c'était la tempête qui faisait rage. Il pouvait le voir dans ses yeux. Moran commença à dire au cinquième ses quatre vérités, complètement impitoyable. Plus il parlait, plus il serrait le col de la chemise de son cadet. Ce dernier ressentait une boule dans l'estomac. Le sixième année ne savait pas à quel point il pouvait se sentir mal des fois, au point d'avoir envie de vomir. Mais il ne devait montrer aucun signe de faiblesse, il conserva alors son regard de haine, ne laissant rien paraître du fond de sa pensée. Comme une forteresse de glace.

« Je sais très bien que je l'ai fait chialer et je l'assume totalement, même si c'est pas un truc dont je suis fier ! Mais en attendant, ce n'est pas moi qui l'ai laissé toute seule au bal comme un vieux botruc desséché pour faire on ne sait quoi ! Eh ouais mon pote ! Je l'ai bien vu ! Je savais que tu allais lui faire un coup comme ça parce que tu es un enfoiré Powell ! Donc ferme ta grande gueule de sombral handicapée ! » cracha-t-il avec haine et colère.

Alexandre avait largement haussé le ton afin que sa voix ne surplombe celle de Marlène et de Moran. Et force était de constater que sa voix portait assez bien et résonnait dans le cachots. D'autant plus qu'elle avait mué il n'y avait pas si longtemps que cela (l'année dernière, ses proches s'étaient bien moqués de lui, notamment Fabian et son père). Il aurait presque pu être intimidant. Mais il l'était bien plus quand il parlait calmement avec ce petit sourire mauvais et narquois. Alexandre commença à essayer de rassembler toutes ses forces dans ses bras pour tenter de pousser Moran. Ce gars là n'était pas batteur pour rien ! Il était sûr qu'avec son poste de gardien qui requérait de l'agilité, des réflexes et de la rapidité plus que de la force, le cinquième année ne faisait certainement pas le poids. Il y avait bien dix centimètres d'écart de taille entre les deux. Mais la taille ne faisait pas la hargne, ni le courage. Alexandre avait les yeux qui brillaient d'une lueur étrange.



Dragées:
 

Fiche de RP (c) Miss Yellow


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Dim 12 Mar - 2:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 581
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by Shiya
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Tourner à droite ou se prendre une droite ? • ft. Moran Powell, Marlene McKinnon, Fabian Prewett & Spectateur (-bal-) Ven 3 Mar - 9:16

Après un énième effort où Marlene se suspendit de tout son poids au bras de Moran pour le faire lâcher - littéralement car la jeune fille avait remonté ses genoux pour que ses pieds ne touchent plus le sol - elle laissa tomber et se laissa tomber dans un soupir de découragement. Mais ce sentiment n’était rien et se mua en profond désespoir quand elle entendit les imbécilités que les garçons se jetaient au visage. Elle avait déjà un point de vue assez marqué sur le fait que les garçons de son âge étaient tous de sombres trolls, eh bien grâce à Moran, elle étendit sa pensée absolutiste jusqu’aux garçons âgés de dix-sept ans ce soir-là. Comprenez, il n’y avait que deux mâles alpha qui pouvaient être assez stupides pour se disputer pour la même chose, chacun d’eux reprochant clairement à l’autre un comportement qu’il avait lui-même déjà adopté. CQFD.

Marlene se gratta l’arrière du crâne et les observa en plissant les yeux dans ce qui ressemblait à s’y méprendre au concours de la plus grosse baguette. « Par Melin … » soupira-t-elle encore. Elle hésita entre les abandonner là ou se taper la tête contre un mur mais la fuite, pas plus que l’automutilation, n’avaient jamais aidé à résoudre le conflit. C’était au mieux des solutions bien définitives à des problèmes bien temporaires. Malheureusement pour les deux Serpentards, Marlene croyait très fortement au pouvoir des mots et tenta de raisonner l’irraisonnable. « Okay … Alexandre était présent, s’est barré, a fait pleuré Gardenia ! » résuma-t-elle à la sauvette. « Puis Moran était présent, s’est barré et a sûrement fait pleuré Gardenia du coup ! » crut-elle comprendre. Elle espérait que la pauvre Gardenia n’avait pas souffert de l’abandon dans son enfance, sinon bonjour l’adolescence de merde qu’elle se tapait derrière thanks ses meilleurs potes en carton. « C’est bien, vous êtes tous les deux des amis déplorables ! Embrassez-vous puis ouvrez un club intitulé ‘les vieux culs de niffleurs qui vous veulent du mal’ … MÊME CA, C’EST MOINS STUPIDE QUE DE VOUS BATTRE BORDEL ! » s’énerva-t-elle finalement un seul coup ses joues virant au rouge.

Elle ne connaissait pas très bien Gardenia mais savait que c’était une fille super chouette et, féminisme oblige, elle trouvait très agaçante l’attitude de mâles protecteurs que ses deux meilleurs amis adoptaient. « Quand j’ai quitté le bal, Gardenia était en train de danser avec Forks des coeurs dans les yeux quoi ! ». Ca avait d’ailleurs donné à Marlene envie de vomir tous ses pop-corns et sa junk food de fête foraine mais ce n’était certainement pas le moment de partager son état physique avec eux. « Si vous voulez vous comporter comme deux mecs totalement retarded, faites-le mais arrêtez de prendre pour prétexte la défense d’une femme qui se débrouille apparemment beaucoup mieux quand ses deux boulets de copains sont pas dans le coin hein ! ». Finalement, Marlene n’avait absolument rien dit de diplomate qui puisse apaiser les esprits, elle s’attirerait au mieux les foudres communes des deux élèves, oh puis tant pis, elle avait dit ce qu’elle pensait. Elle croisa les bras et les toisa de son regard le plus emprunt de jugement. « C'est bon, tu le lâches Bob ? ». Parce que Bob Morane !

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



CAPITAINE SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

CAPITAINE SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 744
| AVATARS / CRÉDITS : Xavier Dolan by Winter Soldier
| SANG : ♣ Mon sang est aussi pur que l'eau des Highlands, et aussi pur que le sang des Abbot.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Tourner à droite ou se prendre une droite ? • ft. Moran Powell, Marlene McKinnon, Fabian Prewett & Spectateur (-bal-) Ven 3 Mar - 21:29

Le cinquième année que Moran tenait fermement lui rendait son regard haineux à la perfection. On ne pouvait rien y déceler d’autre… Ou peut-être un peu de peur, d’inquiétude en tout cas, au fond de ses pupilles. Mais le préfet n’était pas mentalement assez clair pour l’apercevoir. Le garçon mourrait d’envie de lui en coller une, celle qu’il voulait lui mettre depuis qu’ils ne se parlaient plus. Comment les deux jeunes hommes auraient pu imaginer en être à ce niveau, alors qu’ils étaient toujours fourrés ensemble en potion, tels deux nullités ?
Alexandre ne tarda pas à répliquer face aux paroles de Moran. Il lui crachat ce qu’il pensait avec la même haine, la même détermination à blesser l’autre. Le préfet comprit ses paroles, mais il n’était pas vraiment vexé. Lâcher Gardenia au bal n’avait été qu’un malheureux concourt de conséquences. Ce n’était pas prévu. Le Serpentard pouvait bien penser ce qu’il voulait : « Il est là, le truc, tu ne sais pas pourquoi je suis parti et tu ne sais pas les mots que je lui ai dit avant de la planter sur la piste, comme tu dis. Tu juges alors que tu étais à dix mètres de nous, sérieusement, t’as rien de mieux ? Mais je veux bien t’accorder le fait que je sois un enfoiré » répliqua Moran avec un froid glaçant. Les insultes, le garçon savait les encaisser. Il s’en fichait pas mal, il en entendait tous les jours : à cause de ce qu’il était, de ses fréquentations… Et il n’en avait rien à faire. Alors qu’Alexandre l’accuse et l’insulte, vraiment, cela ne dérangeait pas le jeune homme.

Moran eut un sourire ironique et froid quand Alexandre essaya de se dégager et il réajusta sa prise. Il croyait aller où, comme ça ? Mais malheureusement, Marlene était là. Cette pipelette en rajoutait des couches énormes et elle agaçait le préfet au lieux de le calmer. Lui foutre ses torts devant les yeux n’était pas la chose la plus utile qu’elle ait faite. « Tu parles pour rien dire, McKinnon, si tu veux te rendre utile, tu ferais mieux de te taire » lança-t-il sans la regarder un instant. Si la jeune fille voulait vraiment agir, elle ferait mieux d’aller chercher un préfet, quelqu’un d’autre. Quelqu’un avec assez d’autorité pour arrêter Moran avant qu’il ne franchisse un seuil qu’il ne voulait pas voir. Néanmoins, le sixième année blanchit en l’entendant dire qu’elle était avec Forks. Il n’était pas jaloux… il se demandait juste si ce garçon était la raison pour laquelle son amie avait bu. Si elle avait bu avec lui, alors il serait la cause originelle de tout ce qui venait de se passer et tout ce qui allait se passer maintenant. Après ça, il ne l’écouta plus : « T’es pas con contrairement à tout ce qu’on dit sur toi Rozen » commença Moran en essayant de se calmer par ses mots, « alors tu devrais savoir qu’elle est mieux sans toi. J’ai réalisé ça aussi, et je ne forcerai jamais comme tu le fais. Parce que je tiens à elle malgré tout, et que je ne veux pas qu’elle souffre. Par tes actions, tu démontres un égoïsme dégueulasse. Montre au moins une fois dans ta vie que tu vaux quelque chose ! » lança Moran sans pourtant lâcher le plus jeune. Le préfet avait mal à sa main gauche, celle qui avait déjà percutée un mur, celle qu’il s’était ouvert plus tôt. C’était tellement moche, que quelques gouttes de ce liquide rouge tombaient par terre.

La respiration de Moran restait rapide, l’adrénaline continuait de s’insinuer dans ses veines. Il allait lui en coller une… Sauf si quelqu’un intervenait avant ?



Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 680
| AVATARS / CRÉDITS : Dove Cameron by angie
| SANG : Pur et alors quelle importance ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Devenir comme son père/
| PATRONUS : Aigle Royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Tourner à droite ou se prendre une droite ? • ft. Moran Powell, Marlene McKinnon, Fabian Prewett & Spectateur (-bal-) Sam 4 Mar - 22:29

Ok bon le carnage ça suffisait. T'as plus envie de jouer et t'en a marre de jouer la comédie. Marre d'avoir l'air heureuse d'être au bal avec Rohan, ton "fiancé" alors que tu ne rêvais que de danser avec Lysandre. Qu'il était beau en plus ton lion dans son costume. Ange aussi était belle, rayonnante à ses côtés. Peut-être qu'il valait mieux abandonner et les laisser sortir ensemble. Ils feraient un beau couple. Et toi tu ne t'amuse plus du tout. Tu glisses deux mots à Rohan qui hoche la tête. Il va rester encore un peu style de mais tu sais qu'il va bientôt te rejoindre dans la salle commune. Tant mieux. En pyjama avec un chocolat chaud et ce sera parfait, bien mieux que ce bal ennuyeux. Mais alors que tu descends dans les couloirs du cachots, te rendant dans ta salle commune, tes talons hauts claquant sur le sol, tu entends des éclats de voix. Une violente dispute apparemment. En fronçant les sourcils tu te rapproches pour voir Moran, Alexandre et Marlène en train de ... de quoi ? De se battre ? Ton cerveau analyse très vite la situation et tu décide d'intervenir avant que ça ne tourne au drame. Prenant ta voix d'aînée de la bande, la même que tu utilise quand tu joue les Capitaines un peu sévère, une voix ferme et froide, tu t'approches d'eux. - Ca suffit tous les deux, tu t'exclames d'une voix forte. Cessez tous deux de vous comportez comme des enfants ou je vous fais exclure de l'équipe de Quidditch jusqu'à la fin de votre scolarité ! Ok, la menace est dure mais elle à l'air de faire effet. Ta baguette à tes côtés, tu utiliseras la force en cas de besoin pour les séparer. Moran, lâche-le et montre moi ta main. Marlène cesse de hurler on t'entendrais jusqu'à Pré-Au-Lard. Et Alexandre ... non ne dis rien ça vaut mieux. Ta voix comprend plus de douceur que la plupart des gens ne t'en crois capable, quoique toujours avec ferme et sans appel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 761
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Faites genre qu'il est pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Tourner à droite ou se prendre une droite ? • ft. Moran Powell, Marlene McKinnon, Fabian Prewett & Spectateur (-bal-) Dim 5 Mar - 0:04

Tourner à droite ou se prendre une droite




Les cris de Marlène exaspéraient Alexandre. Mais pas plus que Moran, en tout cas. Elle était sans nul doute la moins pire des deux. Le plus vieux répliqua avec un froid glacial. Il était sûr que ce dernier avait plus de chose à se reprocher que ce qu'il voulait bien admettre. Quand il essaya de le pousser, Moran eut un sourire méprisant et maintenant plus fermement sa prise. Alexandre sentait ses nerfs lâchés. Il allait vraiment finir par frapper le grand dadet en face de lui. Tout en regardant son cadet dans les yeux, il pria agressivement Marlène de ce taire. L'allemand n'eut que moyennement apprécié le ton qu'employait son "agresseur" à l'égard de sa cavalière, même si elle l'agaçait lui aussi.

« T’es pas con contrairement à tout ce qu’on dit sur toi Rozen » dit le sixième année en essayant de se calmer.

A l'entente de cette phrase, Alexandre serra les poings. Il était bien persuadé qu'il n'était pas l'élève le plus con de cette école. Personne ne savait ce qui se passait dans sa tête, personne ne pouvait juger. Surtout pas Moran. Ce dernier venait clairement de dire qu'il le trouvait relativement intelligent, mais cela ne lui plaisait pas. En dehors du fait que cela n'avait rien de gentil... Comment pouvait-il affirmer cela ? Le reste des propos de Powell l'énerva encore plus. Oui, il était un forceur. Or, il n'avait forcé Gardenia en rien. Il avait juste tenu la promesse qu'il avait faite quelques années auparavant. Elle aurait très bien pu refuser.  Lui égoïste ? Très certainement. Est-ce qu'il valait quelque chose, au moins ? Alexandre était tenté que non. Mais il savait que ce n'était pas vrai. Ses parents lui avaient inculqué des valeurs.
Alors qu'Alexandre s'apprêtait à faire une réplique cinglante, une voix féminine vint perturber leur échange. Il tourna sa tête vers la nouvelle arrivante. Romansky. La capitaine de l'équipe de quidditch de Serpentard, perchée sur ses talons hauts. Sa voix était ferme et froide. Alexandre se mordit fortement l'intérieur de la joue pour s'empêcher de répliquer d'une façon insolente. Il ria jaune à la menace de la jeune femme. Qu'est-ce qu'il s'en astiquait la baguette de se faire virer de l'équipe de quidditch ! Le quidditch n'avait jamais occupé une place importante dans sa vie, bien au contraire.

« Qu'est-ce que j'en ai à foutre de me faire virer de l'équipe... » marmonna-t-il avec véhémence assez fort pour qu'on l'entende.

Romansky était armée de sa baguette. Si elle pensait que cela allait arrêter les deux Serpentards ! Elle n'avait pas l'air d'avoir idée de l'ampleur du conflit qu'opposait les deux adolescents. Eux-même n'avaient pas dû la mesurer jusqu'à présent. C'était ce soir que tout éclatait.

« Moran, lâche-le et montre moi ta main. Marlène cesse de hurler on t'entendrais jusqu'à Pré-Au-Lard. Et Alexandre ... non ne dis rien ça vaut mieux. »
« Franchement, t'as cru que j'allais fermer ma gueule face à ce vieux fils de cracmole ? Eh bien tu as raison ! » répliqua Alexandre avec une colère non dissimulée.

La colère bouillonnait en lui alors qu'il regardait Moran du coin de l'oeil. Elle montait, elle montait. Il n'avait jamais eu autant envie de frapper quelqu'un. Plus les secondes passaient, plus il serrait les poings. Eh puis merde ! Elle lui avait seulement dit de se taire. Alors que la situation commençait vaguement à se calmer, son poing rencontra violemment la mâchoire de Moran. « Oh putain ça fait du bien ! » s'exclama-t-il. Alexandre avait beaucoup plus de force qu'on ne voulait le croire. Mais ce coup ne fut pas sans conséquence...



Dragées:
 

Fiche de RP (c) Miss Yellow


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Dim 12 Mar - 2:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 581
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by Shiya
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Tourner à droite ou se prendre une droite ? • ft. Moran Powell, Marlene McKinnon, Fabian Prewett & Spectateur (-bal-) Dim 5 Mar - 9:44

Quand Moran avait salué Alexandre en le plaquant contre un mur, Marlene avait eu l’impression qu’une vive altercation façon moldue se profilait entre eux. Maintenant, elle ne savait plus du tout ce qui allait se passer - des coups ? des mots ? un baiser enflammé ? - ni même ce qu’elle espérait. Entendez, la Gryffondor était une fervente opposante à la violence mais assister à une thérapie de leur couple était une manière nulle de terminer son premier bal. « Tu parles pour rien dire, McKinnon, si tu veux te rendre utile, tu ferais mieux de te taire … » Oh bah oui, quand l’un incitait à la violence envers les animaux, l’autre montrait une attitude de mâle nauséabonde envers les femmes bavardes de ce monde. Priceless ! « Crois-le ou non mais j’ai déjà entendu des propos plus intéressants également dans ma vie ! Vous entendre bavasser comme si vous étiez deux héros d’une nouvelle à deux noises publiée par sorcière hebdo et pas deux sombres blaireaux - Helga me pardonne ! - ça me fait aussi saigner des oreilles ! Mais tiens, une idée, LÂCHE-LE ET JE ME TAIS ! ». Et profitant de l’effet de surprise, elle lui bondit une nouvelle fois sur le bras pour faire céder la pression … mais rien n’y faisait ! Elle s’éloigna de quelques pas enragés et flanqua un coup dans sa pomme car, avec sa manière tout à fait égoïste de penser quand il s’agissait de vils discussions d’ados, tout ce qu’elle pensait, elle, c’est qu’elle ne voyait pas le bout de sa soirée !

C’est ce moment que choisit Romansky pour intervenir et, que Merlin soit loué, elle avait en main sa baguette ! « ENFIN ! » hurla Marlene, un sortilège pour les séparer et tout serait résolu en tout cas pour ce soir ! Sauf que son intervention fut toute autre et elle choisit plutôt un style façon coopération magique internationale en plein conflit balkanique c’est-à-dire en demandant le silence et en proférant des menaces à deux noises … avec inutilité en somme quoi ! Mais bon, louables étaient ses intentions, Marlene en était là depuis ce qui lui semblait maintenant une vie de son temps. « Ouais, ouais, agite ta baguette qu’on en finisse surtout ! » insista-t-elle avec un regard appuyé vers la seule personne neutre au conflit qui tenait dans ses mains un instrument pour les séparer efficacement. Elle ne vit absolument pas partir le coup que Alexandre porta à la mâchoire de Moran, toute persuadée qu’elle était que le septième année - avec son regard de dément et son poing ensanglanté - frapperait le premier. « Haaaaaaan ! » fut un cri qu’elle ne parvint pas à dissimuler derrière ses deux mains plaqués sur la bouche, c’était le cri de son âme en train de se fendre, cela lui faisait à la fois mal de voir son copain tomber aussi bas et de voir ce pauvre garçon déjà au bout du bout se manger une mandale. « MAINTENANT ! » hurla-t-elle à l’adresse de sa camarade verte et argent en pouvant cette fois-ci être entendue jusqu’au Chemin de Traverse.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



CAPITAINE SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

CAPITAINE SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 744
| AVATARS / CRÉDITS : Xavier Dolan by Winter Soldier
| SANG : ♣ Mon sang est aussi pur que l'eau des Highlands, et aussi pur que le sang des Abbot.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Tourner à droite ou se prendre une droite ? • ft. Moran Powell, Marlene McKinnon, Fabian Prewett & Spectateur (-bal-) Dim 5 Mar - 12:53

Le préfet aurait pu « discuter » avec Alexandre toute la soirée. Il en avait des choses à lui dire, des mots qu’il gardait pour lui depuis des années, des ressentiments qu’il essayait d’oublier. Il avait beaucoup de choses à reprocher à son camarade. Lui-même ne pensait pas avoir autant de choses à lui cracher au visage avant ce soir. Il voulait le mettre plus bas que terre, dans une envie purement méchante. Moran n’était pas, en règle générale, quelqu’un souhaitant le malheur d’autres. Mais là, il n’avait pas envie de se priver. Il faudrait bien faire redescendre sur terre cette limace misérable. Oui, il le considérait carrément comme un gastéropode. Un gastéropode qu’il pourrait écraser si vraiment il le voulait. Une petite voix dans la tête du préfet lui soufflait ne pas aller plus loin, qu’il était plus intelligent que ça. Mais sa lucidité envolée, il n’arrivait pas à se concentrer sur cette idée.

Le regard noir de Moran se porta immédiatement sur sa capitaine de Quidditch lorsque sa voix froide résonna dans le couloir. Elle les menaçait littéralement, et loin d’effrayer le jeune homme, cela l’amusait plutôt. C’était une affaire entre Alexandre et lui, pourquoi fallait-il que les gens s’en mêlent ? Le cinquième année murmura qu’il n’en avait rien à faire de sa menace à dix noises, et le préfet eut un sourire sardonique. Pour la première fois depuis qu’ils se disputaient, ils étaient d’accord sur un point. Dans l’état actuel des choses, Moran pouvait être viré de l’équipe de Quidditch il n’en aurait rien à faire. Lorsque Lyléïa lui demanda de voir sa main, Moran répliqua d’une voix sifflante que personne ne toucherait à sa main. À peine avait-il dit cette phrase que Rozen leva le point pour le lui foutre dans la mâchoire. Interdit, le Serpentard sentit sa lèvre le picoter désagréablement. Il se passa quelques secondes avant que la voix d’Alexandre résonne et pousse un peu plus le garçon dans sa colère noire. Toujours agrippé au garçon, il le décolla légèrement du mur pour le repousser dessus, avant de le jeter par terre comme un malpropre. Il bouscula la septième année au passage et ignora royalement l’exclamation de surprise de Marlene McKinnon.
Moran s’approcha d’Alexandre à grandes enjambées et se mit au-dessus de lui pour le secouer comme s’il ne pesait que dix kilos à peine : « Tu n’es qu’un idiot finit, Alexandre Rozen ! » gueula-t-il, la lèvre saignante. Ah, qu’est-ce qu’il mourrait d’envie de lui en coller une !

Le garçon avait sa baguette sur lui, mais pas un seul instant il ne lui était venu à l’idée de l’utiliser pour faire taire cette espèce de bouse de dragon. Pour le coup, il avait besoin de se défouler avec ses poings et pas avec sa baguette magique. Le batteur leva sa main dans l’idée merveilleuse de lui rendre le coup audacieux qu’avait tenté le gringalet allongé par terre, en mauvaise posture à présent. Le garçon avait complètement oublié la présence de sa capitaine, armée qui plus est. Mais apparemment, c’était réunion surprise dans les cachots ce soir-là, puisque des gens se ramenaient pour assister au spectacle…



Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 77
| AVATARS / CRÉDITS : Katie McGrath
| SANG : Sang mêlée


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père
| PATRONUS : Vipère du Gabon
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Tourner à droite ou se prendre une droite ? • ft. Moran Powell, Marlene McKinnon, Fabian Prewett & Spectateur (-bal-) Lun 6 Mar - 14:11

Tourner à droite ou se prendre une droite ?
ft. Participants du bal
' Protéger qui vous aime, donner le nécessaire à qui vous donne les étoiles, il n'est rien de plus doux... '
Némésis était en train de lire tranquillement dans la salle commune au sein des cachots lorsque un brouhaha agaçant titilla ses oreilles. Elle avait décidé d'étudier un peu au calme après être rentré du bal organisé. Elle ignora dans un premier temps le raffut extérieur mais, quand il continua pendant dix bonnes minutes, elle se décida à sortir pour voir ce qui se passait et accessoirement faire payer aux importuns la déconcentration qu'ils lui apportaient. Elle rangea rapidement son livre, se leva baguette en main, parce que là elle en avait vraiment ras le dragon, et passa la porte pour se retrouver dans le couloir suivant les bruits qui n'étaient pas difficiles à repérer vu le tintamarre provoqué. Elle arriva rapidement au petit groupe composé d'Al', de Moran, de la cavalière de son meilleur ami et de la capitaine de l'équipe de quidditch de sa maison. En voyant la main levée de Powell en direction de il suo protetto, elle réagit au quart de tour, par réflexe.

« Everte Statum »

Compétence : Sortilège ( 4/6 )

1-5 Le sort passe à côté de Moran. Ne faisant pas attention à son échec, Némésis se poste près d'Al' prête à le protéger. Cette insecte ne portera pas plus la main sur Al'.

2-4 Le sortilège ne repousse que très légèrement Moran en arrière mais suffisamment pour que Némésis puisse se mettre en eux, la baguette au niveau du torse de Powell. Elle ne le laisserai pas porter encore la main sur son meilleur ami.

3-6 Le serpentard visé est envoyé plus loin à la limite de rentrer dans la gryffondore alors que Némésis se place devant Al', la baguette levée en regardant de haut Moran. Son regard tranchant et froid comme ses traits sont impassibles. Elle n'hésitera pas à recommencer s'il essaye de s'en prendre de nouveau à Alexandre qui devait avoir subit le coup le temps d'arriver du sort.

© 2981 12289 0


Dernière édition par Némésis S. Draka le Lun 6 Mar - 14:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



| HIBOUX POSTÉS : 4638
| SANG : Hasardeuse


MessageSujet: Re: Tourner à droite ou se prendre une droite ? • ft. Moran Powell, Marlene McKinnon, Fabian Prewett & Spectateur (-bal-) Lun 6 Mar - 14:11

Le membre 'Némésis S. Draka' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'le dé ' : 6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tourner à droite ou se prendre une droite ? • ft. Moran Powell, Marlene McKinnon, Fabian Prewett & Spectateur (-bal-)

Revenir en haut Aller en bas

Tourner à droite ou se prendre une droite ? • ft. Moran Powell, Marlene McKinnon, Fabian Prewett & Spectateur (-bal-)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Conflit gauche droite... du cerveau...
» Tiens un gros con de droite à flinguer...
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
» DE LA DROITE A LA GAUCHE REACTIONNAIRE , ILS SONT DE VENUS CRAZY !
» retour de la droite dure en Suisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Les oubliettes
 :: 
Les souvenirs de Poudlard
-