GRYFFONDOR : 1040 pts | POUFSOUFFLE : 390 pts | SERDAIGLE : 735 pts | SERPENTARD : 880 pts

Partagez|

1981. Nous serons. (Lily)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



CAPITAINE GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

CAPITAINE GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 1125
| AVATARS / CRÉDITS : Miles Heizer /Lydie
| SANG : Pur-Potter !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des tombes aux noms de mes amis
| PATRONUS : un cerf majestueux et classe, comme moi
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: 1981. Nous serons. (Lily) Mer 8 Mar - 18:03


31 juillet 1981

« Harry ! Regarde par ici, Harry ! »
Allongé à même le sol, James Potter faisait rouler un souaffle sur le sol devant un bébé qui lui ressemblait trait pour trait, à l’exception de ses yeux, verts comme ceux de sa mère. Le bébé, répondant au prénom de Harry, était assis et regardait de ces mêmes yeux le monde qui l’entourait. Assez précaire dans cette position, son petit ventre rebondi menaçait de l’entraîner en arrière ou en avant d’une seconde à l’autre. James fit doucement rouler le souaffle jusqu’à Harry qui posa ses petites mains potelées dessus avant de s’en désintéresser. Un gros matou, lui aussi étalé sur le tapis, lança une patte poilue sur la balle en cuir pour la faire rouler un peu plus loin.
« Lily ! » appela-t-il en direction de la pièce d’à côté. « Un an, c’est trop tard pour l’échanger ? Le chat est plus intéressé par la balle que le bébé ! » fit-il avec un air boudeur. « Mon fils sera poursuiveur ou ne sera pas ! »
Il roula sur le sol pour se mettre sur le dos et se redressa avec souplesse. S’approchant de sa femme, il lui vola un baiser et l’enlaça dans le dos. Posant son menton dans le creux de son cou, le nez chatouillé par la chevelure rousse, il contempla la scène qui s’offrait à lui. Harry, qui fêtait aujourd’hui sa première année dans ce monde terrible, avait glissé à quatre pattes et essayait d’attraper la queue du chat qui le dédaignait. Un an déjà que James était devenu papa et quoi qu’il en dise, il était le plus heureux des hommes. Lily et lui formaient une petite famille parfaite, pleine d’amour, et déjà James s’imaginait avec pleins d’enfants courant dans toute sa maison… Il voulait pleins d’enfants de Lily ! Il était lui-même fils unique et n’avait pas envie que son fils le soit aussi.
C’est qu’il en avait fait, du chemin, le jeune James Potter… 6 ans plus tôt, il se découvrait à peine des sentiments amoureux pour Lily Evans et était d’une immaturité angoissante, maintenant elle portait son nom, ils avaient un fils et ils combattaient le mal.

______________________________
C O R N E D R U E
Le temps suspendit son vol. Il chutait, les bras ouverts de toute leur envergure, le corps détendu et gracieusement arqué : il savait son saut parfait, et la plénitude qu'il ressentit lui donna l'impression d'avoir quitté son propre corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 303
| AVATARS / CRÉDITS : Rachel Hurd-Wood - Elysion
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: 1981. Nous serons. (Lily) Ven 10 Mar - 0:47


31 juillet 1981

Elle était dans la cuisine, en train d'apporter sa touche finale au gâteau d'anniversaire du petit Harry lorsqu'elle entendit James l'appeler. Ses lèvres se fendirent d'un sourire radieux tandis qu'elle les rejoignais tout deux au salon.

- James Potter, je t'interdis d'échanger mon bébé ! Peu importe son niveau en quoi que ce soit ! S'exclama l'ancienne rouge en or en fronçant légèrement les sourcils. Et s'il avait hérité de mes aptitudes sur un balai ? Laissa-t-elle entendre avec un sourire taquin.

Cette simple idée rendrait son James d'amour malade ! Ce n'était pas qu'elle était si nulle que ça sur un balai...elle s'était amélioré petit à petit. Il faut dire que son intérêt pour les joueurs de quidditch l'avaient stimulé à travailler le vol lorsqu'elle était encore à Poudlard. Et puis... James avait été le meilleur des professeurs, ne put-elle s'empêcher de penser avec un petit sourire au coin des lèvres.

- C'est le plus beau bébé du monde, répéta-t-elle pour la ènième fois comme pour mettre fin à la discussion, tout en contemplant leur fils tandis que son époux la rejoignait, et la prenait dans ses bras.

Lily appréciait plus que tout ces moments de bonheur. Sa vie était tout simplement parfaite au sein de son foyer, loin de la peur de la guerre. Ce petit havre de paix était le leur, dans leur maison de Godric's Hollow. Elle voulait qu'Harry grandisse avec la même insouciance que n'importe quel autre enfant. Elle ne voulait pas qu'il ai à connaître l'angoisse de la guerre. Pour l'instant, ils étaient tout ensemble et en sécurité. C'est tout ce qui comptait !

Harry avait les mêmes cheveux que son père : indisciplinés donc les épis partaient dans tous les sens. Elle adorait passer ses doigts dans les mèches de cheveux de James. Elle se rappelait la manie qu'il avait de se les ébouriffer lorsqu'il avait quinze ans. Elle le lui avait plus d'une fois reproché d'ailleurs. Aujourd'hui, c'était elle qui s'y amusait.

Ils regardaient tout deux leur progéniture, attendris. Elle avait du mal à croire que leur petit bonhomme avait déjà un an ! Elle avait l'impression que c'était hier qu'ils annonçaient la grossesse à leur amis. Le temps passait à une allure folle.

Lily planta un baiser sur la joue de James avant de lui ébouriffer les cheveux, et se dégageant de son étreinte, elle s'élança vers le petit Harry qu'elle prit dans ses bras et porta le plus haut possible.
- Mais tu voles Harry ! Tu voles ! Regardez ! Le petit sorcier volant ! S'exclama-t-elle sous les rires de son fils. Regarde papa je vole ! Hein, Harry, il est où Papa ? Il est où papa ?

Tout deux tournèrent un moment tout en riant, manquant d'écraser Spike, leur gros chat obèse parce que trop nourri, comme le reste de la maisonnée de nourriture et d'amour. Il avait l'allure un peu grognon comme s'il refusait d'être considéré comme un simple chat et pourtant, au sein du foyer un peu fou et joyeux, il s'était laissé séduire et attaché aux occupants. Il grognait parfois pour la forme mais il n'aurait jamais rien fait contre le petit Harry, dont il était devenu l'un des compagnons de jeu.
Essoufflée mais radieuse, Lily tendit le petit à son père, le temps de reprendre sa respiration.

- Tu vois James, ton fils volera très haut lui aussi ! lui assura-t-elle les yeux brillants.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

CAPITAINE GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 1125
| AVATARS / CRÉDITS : Miles Heizer /Lydie
| SANG : Pur-Potter !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des tombes aux noms de mes amis
| PATRONUS : un cerf majestueux et classe, comme moi
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: 1981. Nous serons. (Lily) Ven 10 Mar - 19:16

James prit une tête catastrophée quand Lily soumetta l'idée que le petit Harry aurait pu hériter des aptitudes (nulles) de Lily sur un balai. Il aurait été très déçu de découvrir que son fils n'aimait pas ou ne voulait pas pratiquer le Quidditch mais il savait qu'il l'aimerait tout de même plus que tout... Harry pouvait bien être un cracmol que James aurait quand même trouvé de quoi être toujours fier de son fils. Pourtant, quelque chose au fond de lui lui soufflait que l'enfant de Lily Evans et James Potter ne pourrait qu'accomplir des choses exceptionnelles. Tous les parents avaient dû penser ça un jour de leur enfant.

« Tu deviens vraiment gâteuse ! » fit-il, moqueur, quand Lily porta Harry pour le faire voler au dessus d'elle. Il s'approcha d'eux à son tour et s'adressa au bébé. « Hein elle est gâteuse maman ! Hein, c'est vrai Harry ? »

Finalement, après avoir troubillonné un moment avec lui dans les bras, Lily passa le bébé à James qui le cala contre lui avant de s'écrouler lourdement dans le canapé. Les jambes sur la table basse, il positionna Harry assis sur son ventre, face à lui.

« Oui, tu as raison, il ira haut et loin, notre fils, c'est sûr ! »

Il commença alors à s'agiter et avant qu'il ne finisse par tomber par terre, James le posa au sol. Le bébé se redressa alors en s'accrochant au bord du canapé et avança avec incertitude en crabe vers l'extrémité opposée de celui-ci. James passa les bras derrière sa tête pour l'observer à ses péripéties.

« Qu'est-ce que je donnerais pour pouvoir voler... » souffla-t-il.

Ou au moins sortir. Aller sur le Chemin de Traverse ou boire une bieraubeurre bien fraîche au Trois Balais. Sortir de cette maison qu'il aimait bien mais dont il avait l'impression que les murs se rapprochaient à mesure qu'il passait ses journées enfermé ici. Ou bien voir du monde, voir ses amis, avoir de leurs nouvelles autrement que par des lettres.

______________________________
C O R N E D R U E
Le temps suspendit son vol. Il chutait, les bras ouverts de toute leur envergure, le corps détendu et gracieusement arqué : il savait son saut parfait, et la plénitude qu'il ressentit lui donna l'impression d'avoir quitté son propre corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 303
| AVATARS / CRÉDITS : Rachel Hurd-Wood - Elysion
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: 1981. Nous serons. (Lily) Dim 12 Mar - 2:26


Gâteuse oui, il y avait de ça. En même temps, ils l'avaient assez attendus ce petit bout ! La grossesse ça peut être sympa pour certaines mais pour Lily ça n'avait pas été le pied. Bien sûr, James était aux petits soins pour elle mais l'année n'avait pas été évidente avec la montée en puissance du mage noir. Lily craignait pour l'enfant et pour son avenir. Et puis entendre les tristes nouvelles du monde magique n'était pas pour lui remonter le moral. Tandis que les membres de l'Ordre partait en mission, elle était devenue petit à petit inutile. Elle dépendait de James pour plein de choses et les douleurs au dos devenait parfois si forte qu'elle ne pouvait pas bouger du lit de la journée. Pour quelqu'un qui était toujours active comme elle, ça n'avait pas été des plus aisé. Mais lorsqu'elle voyait leur fils, elle ne pouvait s'empêcher de sourire et de se dire que ça valait bien la peine d'endurer tout ça.

La jeune maman regardait ses deux amours et tandis qu'Harry titubait pour arriver à hauteur du chat, elle vit passer une ombre sur le visage de son cher et tendre. Elle vint se poster derrière lui pour l'entourer de ses bras.

- Je sais mon chéri. Je sais, murmura-t-elle avec tendresse en l'embrassant sur le haut du crâne, puis sur les pommettes pour finir par nicher sa tête dans le creux de son cou. Cette situation ne va pas durer mon amour. Patiente encore un peu, je t'en prie.

Elle savait à quel point c'était difficile pour James. Elle sentait son désarroi mêlé à son agacement. Il adorait leur foyer et leur famille, elle ne se serait jamais permise d'en douter. Mais c'est aussi pour cela qu'il avait besoin de sortir et d'agir de manière concrète pour défendre ceux-ci aux côtés de leur amis. Elle-même aurait aimé pouvoir faire plus pour aider la communauté magique. Mais elle faisait confiance à Dumbledore. Les choses finiraient bien par se décanter.

- Et si j'écrivais à Dumbledore ? La semaine prochaine on pourrait peut-être faire un saut au QG de l'ordre ? Ou retrouver Sirius, Remus et Peter pour une petite partie de quidditch dans le jardin des McKi...
Lily se tut. Son ton enjoué s'était éteint. Ils avaient tellement l'habitude de se retrouver chez Marlène pour faire des parties de quidditch familiale. Mais ils avaient été prévenus dans la semaine de leur décès. Les habitudes ont la vie dure. En l'espace de deux secondes, elle avait oubliée. Et la réalité les rattrapait. Elle resserra son étreinte sur James.

- Reste avec moi. Reste avec nous encore un peu, je t'en prie.


L'heure n'était plus au danger sans conséquence. Elle le voulait prêt d'elle en ces heures sombres. Elle trouverait de quoi lui redonner le sourire. Et bientôt, tout cela serait derrière eux et ils pourraient retourner aider l'Ordre ensemble. Comme une équipe.
Mais pour l'heure c'était les un an de leur fils adoré. Il ne méritait pas que l'on broie ainsi du noir. Lily entendit un coup à la cuisine. Elle se redressa, méfiante.

- Prends Harry. Dit-elle aussitôt à son époux tandis qu'elle se dirigeait vers la cuisine, sa baguette à la main.

Elle manqua pousser un soupir de soulagement en découvrant un hibou à la fenêtre.
- Fausse alerte. C'est du courrier.

Décidément elle était trop tendue ! Lily ouvrit la fenêtre et laissa entrer l'oiseau. Celui-ci semblait fortement intéresser Harry qui tentait de se redresser pour le toucher mais l'oiseau partait toujours plus loin. Il y avait un paquet accompagnée d'une lettre.

- C'est un cadeau de Sirius, lui apprit-elle avec un sourire. Alors voyons voir ce que ton parrain t'as trouvé mon chéri.

D'un signe, elle invita James à ouvrir, Harry ayant un peu de mal tout seul. Après tout, c'était bien à lui de le faire !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

CAPITAINE GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 1125
| AVATARS / CRÉDITS : Miles Heizer /Lydie
| SANG : Pur-Potter !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des tombes aux noms de mes amis
| PATRONUS : un cerf majestueux et classe, comme moi
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: 1981. Nous serons. (Lily) Dim 2 Avr - 13:38

D'aucuns diraient que faire un bébé en ces temps sombres était une très mauvaise idée, voire un manque total de discernement. Il y avait les personnes qui comprenaient qu'on court après le moindre signe de bonheur, qu'on se marie et qu'on fasse des enfants, avant qu'il ne soit trop tard, avant de peut-être mourir, et puis il y avait des personnes qui avaient mis tous leurs projets de vie entre parenthèses, pour les reprendre plus tard, quand il n'y aurait plus la guerre, mais quand ? Bien sûr James aurait aimé offrir à Harry un monde de paix et non de guerre, mais quand il avait su qu'il allait être père, il n'avait pas hésité une seule seconde. Son fils était simplement une raison de plus, la meilleure raison, pour se battre aux côtés de l'Ordre du Phoenix dans cette guerre.
Enfin, en ce moment, dans cette maison, il avait plus l'impression de s'encroûter que d'aider l'Ordre. Il se sentait totalement inutile. Il patientait, comme disait Lily, mais combien de temps encore ? Il ne pouvait quand même pas abandonner Lily et Harry pour aller courir les mangemorts et risquer de se faire tuer à chaque instant.
Alors qu'elle commençait à évoquer les McKinnon, James lui attrapa la main qui reposait sur son épaule pour la serrer. Ils étaient ainsi l'un pour l'autre quand du bruit se fit entendre dans la cuisine. James se redressa aussi rapidement que sa femme et attrapa Harry qui tentait de marcher jusqu'au chat, réfugié en hauteur. Il sera son fils contre son torse, sortant à son tour sa baguette, mais déjà Lily lança depuis la cuisine :

« Fausse alerte. C'est du courrier. »

La nervosité de James retomba aussitôt pour faire place à une forme d'appréhension mêlée de hâte. Un courrier, voilà qui bousculait la routine, mais si c'était pour avoir une mauvaise nouvelle comme la mort des McKinnon, il préférait s'en tenir à la routine. Mais c'était l'anniversaire de Harry alors aujourd'hui rien de grave ne devait arriver. Les un an de Harry devaient rester associer à une très belle journée et pas à la mort d'un de leurs amis.
Le grand bébé s'agita dans les bras de James en étirant son petit bras vers le hibou qui était entré. James avisa le paquet que tenait Lily, il était aussi joyeux de découvrir le contenu que s'il avait lui-même été un enfant et que c'était son anniversaire.

« Eh regarde Harry, c'est un cadeau pour toi ! Qu'est-ce que tonton Sirius a bien pu acheter ? »

Posant Harry par terre, il s'agenouilla avec lui et aida son fils à déchirer le paquet que lui tendait Lily, les petites mains de Harry pas encore assez agiles pour le faire seul. Il avait hâte de lire le contenu de la lettre de son meilleur ami, mais oublia pratiquement son existence en découvrant le balai-jouet que renfermait le cadeau de Sirius à son filleul.

« TROP BIEN ! J'en avais un comme ça quand j'étais petit... Si avec ça il ne devient pas super doué ! Allez, teste-le, Harry ! »

Il parvint à faire tenir Harry sur ses pieds et l'installa sur le petit balai qui lévitait plus qu'il ne volait. Assez instable, il garda les deux mains sur son fils pour s'assurer qu'il ne tombe pas. Sa mère risquerait de le tuer de ses propres mains s'il faisait tomber leur précieux petit bébé...

______________________________
C O R N E D R U E
Le temps suspendit son vol. Il chutait, les bras ouverts de toute leur envergure, le corps détendu et gracieusement arqué : il savait son saut parfait, et la plénitude qu'il ressentit lui donna l'impression d'avoir quitté son propre corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 303
| AVATARS / CRÉDITS : Rachel Hurd-Wood - Elysion
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: 1981. Nous serons. (Lily) Mar 16 Mai - 21:13


Décidément Sirius Black savait toujours faire mouche ! Lily s'assit sur le bras du fauteuil en observant, amusée les deux garçons de sa vie. La morosité de James semblait l'avoir quitté, il déballait le paquet avec sans doute plus d'empressement que leur fils. Le petit Harry ouvrit de grand yeux devant le balai qui était dans les bras de son père. Lily soupçonnait qu'il ne connaissait pas son utilité mais qu'en voyant l'excitation de James, c'était devenu le plus beau des objets à ses yeux.

Un balai. La jeune mère sentit son corps hésiter entre inquiétude et éclats de joie. Ce sont ces derniers qui l'emportèrent finalement devant le sourire de son époux et de son fils. Et puis, si elle avait appris une chose avec James, c'était bien de profiter des plaisirs de l'existence. Bien sûr que les temps étaient troublés. Bien sûr on s'inquiétait pour demain. Mais seul aujourd'hui comptait ! C'était l'anniversaire d'Harry et ils étaient en famille, rien d'autres ne comptait.
S'agenouillant auprès d'eux, elle regarda le balai-jouet de plus près.

- Tu as vu comme il est beau Harry ? Avec ça tu vas en faire des jaloux, s'écria la maman avant d'attraper son fils pour le lancer en l'air. Regarde tu voles déjà ! Lui dit-elle tout en mêlant son rire à celui du bambin ravi.

Il adorait aller dans les airs comme cela, elle ne se doutait pas qu'elle avait hérité du talent de son père pour le Quidditch. Ce cadeau était une super bonne idée ! Il faudrait qu'elle pense à écrire à Sirius pour le remercier.

Le jouet dans les mains, James était retombé en enfance. Lily l'observait, amusée. Elle retrouvait son fougueux Cornedrue. Elle espérait juste qu'il n'allait pas tenter de l'essayer avant Harry. Malgré l'amour qu'elle lui portait, elle n'était pas certaine que l'objet supporterait son poids. Relâchant Harry, elle le tendit à James pour que le miracle puisse se faire. Elle n'avait aucune inquiétude pour son fils. Qui de mieux que James pourrait lui apprendre le vol ? Elle n'en connaissait pas d'autre aussi compétent et elle le savait de source sûre pour avoir déjà été son élève.

Lily s'adossa contre le mur en les observant, curieuse de voir la suite. Voyant Harry sur le balai, Lily attrapa vivement Spike qui manquait d'être sur sa trajectoire.

- Attention au chat quand même ! Cria-t-elle avant de se mettre à couvert, riant tout autant que les deux autres. Spike n'en disait pas autant apparemment.
Accompagné de James, Harry volait. Enfin voletait pour être exact ! Et encore heureux ! Ils avaient beau être des parents super cool, ils n'en était pas encore au stade de laisser les balais entrer dans la maison.

Harry poussait de petits cris de joie, tout en tentant de taper des mains.

- Accroche-toi mon chéri ! Lui rappela sa maman tendit qu'ils passaient devant elle. Pas toi ! Gronda-t-elle faussement James qui tentait de l'attraper au passage. Ceci dit, son sourire en coin semblait dire tout le contraire.

Le chat toujours contre elle tentait de s'échapper, effrayé face à toute cette agitation. La jolie rousse n'y prêtait pas vraiment attention, trop occupée à surveiller les deux sportifs. Spike cracha avant de s'échapper de ses bras en lui laissant une petite griffure sur la main.

Lily se détourna un instant de la scène pour aller verser un peu d'eau sur la plaie. Il suffit de quelques instants pour qu'elle entende un grand brouhaha du salon.

- Qu'est-ce qui se passe ? Demanda-t-elle en revenant précipitement dans la pièce. Elle n'entendait pas pleurer, c'était déjà ça.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

CAPITAINE GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 1125
| AVATARS / CRÉDITS : Miles Heizer /Lydie
| SANG : Pur-Potter !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des tombes aux noms de mes amis
| PATRONUS : un cerf majestueux et classe, comme moi
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: 1981. Nous serons. (Lily) Ven 20 Avr - 19:24

Harry avait l’air ravi de son nouveau jouet et James l’était encore plus de voir que son fils prenait plaisir et n’avait pas peur de ne pas avoir les pieds au sol. En même temps, à cet âge, la notion du danger était inexistante… En tout cas, il tenait bien plus de James que de Lily sur ce point là.
James aimait à se dire que Harry était un savant mélange entre elle et lui, mais qu’il y avait quand même une dose plus importante de lui en Harry (après tout, c’était à lui qu’il ressemblait le plus !). Et en même temps, il n’était pas difficile de trouver que le caractère de Harry était bien plus proche de celui de James, un grand enfant de vingt et un ans… Il était très probable que le caractère de Harry se rapproche de celui de sa mère au fil des années.
D’ailleurs, à mieux y réfléchir, il l’espérait ! Il avait totalement conscience d’avoir été un adolescent, certes brillant, mais insupportable et prétentieux. Il ne souhaitait à aucun parent de devoir gérer un tel enfant.

« Il le prend peut-être pour un vif d'or ! » fit James quand Lily demanda de faire attention au chat.

Oui, James était bien décidé à voir son fils devenir un brillant poursuiveur, mais un attrapeur, ça pouvait être bien aussi. Il l’aurait bien encouragé à poursuivre le chat si Lily ne l’avait pas protégé elle-même. D’ailleurs, c’était bien la seule adulte responsable dans la pièce. James profitait d’avoir enfin cette nouvelle activité pour occuper son temps et cesser de tourner en rond quelques instants. Il suivit tout de même le conseil de Lily – après une nouvelle pitrerie – et montra à Harry comment bien s’accrocher au balai de ses petites mains potelées.

« Voilà, comme ça, Harry. Il faut toujours avoir au moins une main sur le balai pour ne pas tomber ! Mais toi, tu mettras bien les deux pour le moment. » expliqua-t-il patiemment.

Un coup d’œil derrière lui lui apprit que Lily s’était éclipsée dans la cuisine et, voyant que Harry s’accrochait comme il le fallait à son manche, il le lâcha complètement et s’éloigna de quelques mètres, baguette magique à la main pour rattraper une éventuelle chute. Harry accéléra aussitôt, frôlant Spike, et réalisa involontairement un virage qui le déporta en direction d’une étagère… D’un léger coup de baguette, James le fit revenir droit dans ses bras. Mais le mal était fait… Déséquilibré par le passage de Harry, un vase vacilla un instant avant de s’écraser au sol dans un grand bruit de verre.

« C’est pas ma faute, c’est celle de Harry ! » commença James quand Lily revint en trombe dans la pièce. « Il vole tout seul, ce n'est pas génial ? J’espère simplement que tu ne tenais pas trop au vase que t’as offert ta sœur ? »

La grimace de James se voulait désolée, mais il ne réussit pas à la garder suffisamment longtemps, et éclata d’un grand rire. Dans ses bras, le petit Harry, étonné sur l’instant, s’était vite remis de ses émotions et riait lui aussi, ses petites mains en direction du balai pour recommencer.

______________________________
C O R N E D R U E
Le temps suspendit son vol. Il chutait, les bras ouverts de toute leur envergure, le corps détendu et gracieusement arqué : il savait son saut parfait, et la plénitude qu'il ressentit lui donna l'impression d'avoir quitté son propre corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 303
| AVATARS / CRÉDITS : Rachel Hurd-Wood - Elysion
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: 1981. Nous serons. (Lily) Sam 21 Avr - 14:05

Loin de s'en faire pour le chat, James se demanda ravi s'il ne l'avait pas pris pour un vif d'or.
- Pour un souaffle alors ! rectifia Lily en riant tout en tenant le gros matou contre elle.

Le petit filait déjà comme une flèche pour son plus grand plaisir. Pour le plaisir de tous en fait ! Ce balai prenait une grande place pour toute la maisonnée.
Devant le manque de précaution du petit, James l'interrompit tout de même un moment, le temps de reprendre les bases avec lui. L'air, le sol, tes mains sur le manche du balai. Point. Un rappel qu'elle ne pouvait qu'approuver après avoir vu son fils filer à toute allure.

Ah, voir James Potter donner des leçons de sécurité, qui l'eut cru ? Après elle était bien contente qu'il en soit ainsi ! La rouquine lui aurait sans aucun doute hurlé dessus si son petit bébé n'avait reçu ne serait-ce qu'une égratignure !

Elle repartit pour la cuisine le temps de passer un peu d'eau sur la griffure du chat. ça lui avait pris quoi ? Deux minutes ? Mais ça avait été amplement suffisant pour quelle entende un grand fracas à côtés.

Allons bon ! Revenant aussitôt à la porte de la pièce elle demanda à son époux ce qu'il se passait. Le balai-jouet gisait au sol, le chat semblait près à craquer au sommet d'une étagère et Harry… était bien sagement lové contre son père,complètement mort de rire.
James tenta de s'expliquer avant de rire à son tour, gagné par le manque de sérieux du petit.

- Tu ne vas déjà pas tout lui mettre sur le dos, le pauvre ! argua Lily devant la petite bouille de leur fils.
Et oui, c'est super qu'il vole déjà ! Après c'est son premier jour, ne sois pas trop dur avec lui, coach ! recommanda-t-elle avec un clin d'oeil.

C'est en s'avançant qu'elle remarqua le vase réduit en miette sur le sol. Une horreur que sa soeur Tunie lui avait envoyé pour Noël. Elle s'était étonnée de recevoir un paquet de sa part mais en découvrant cette sculpture multicolore, elle avait tout de suite reconnu l'attention made in Dursley.

Fronçant un peu les sourcils, elle fit mine d'être déçue.
- Oh non ! Quel dommage ! Vraiment Harry si tu avais pu choisir n'importe quel objet présent ici, j'aurais préféré autre chose ! Qu'allons-nous faire maintenant sans notre splendide, que dis-je, merveilleux vase ?

Trente secondes de silence. La jeune fille haussa les épaules.
- Bon je pense qu'il faut s'en remettre, on ne va pas laisser ça gâcher la fête. Par contre, Mister, c'est toi qui nettoie ! dit-elle d'office en pointant James toujours écroulé de rire du doigt. Harry lui riait toujours aussi. Il suivait toujours son papa de toute façon c'était trop mignon.

- Mais tu te moquerais pas de moi, garnement ? le taquina Lily en le chatouillant, faisant redoubler les rires de l'enfant.

Après un moment, elle jeta un regard à la pendule.
- Bon, Bathilda ne va plus tarder, je pense. On ferait mieux de ranger le balai un moment. Il faudra qu'on pense à enlever quelques bibelots tu ne crois pas James ? Pour éviter qu'il pulvérise quelque chose d'important pour le coup.

Comme un cadre ou un trophée. Elle en connaissait un qui n'en serait pas enchanté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

CAPITAINE GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 1125
| AVATARS / CRÉDITS : Miles Heizer /Lydie
| SANG : Pur-Potter !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des tombes aux noms de mes amis
| PATRONUS : un cerf majestueux et classe, comme moi
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: 1981. Nous serons. (Lily) Jeu 10 Mai - 18:46

James s'empêcha de ré-expliquer les règles du Quidditch à Lily : un souaffle, on ne lui volait pas après en général, contrairement à un vif... Mais la morphologie du chat faisait en effet plus penser à celle d'un souaffle que d'un vif d'or, il devait le reconnaître. Dieu merci, ce petit avait assez de personnes douées en Quidditch dans son entourage pour faire en sorte qu’il soit à l’aise et doué sur un balai, plus que sa mère au moins.

James savait très bien que Lily détestait le cadeau de Petunia, même si elle ne l'aurait peut-être pas admis à voix haute. Il était de son côté tout à fait d'accord avec elle et ravi du destin qui avait mis le vase sur le chemin de Harry et son balai-jouet. Le désavantage à être sorcier, c'est qu'on ne pouvait pas faire semblant de casser une babiole offerte pour s'en débarrasser... Un Reparo suffisait à tout remettre en ordre. Mais Petunia n'avait pas besoin de le savoir et d'ailleurs, Lily semblait avoir oublié le temps d'un instant qu'elle était sorcière... Ou bien c'était un oubli volontaire. Dans tous les cas, James sauta sur l'occasion et brandit sa baguette en direction des morceaux de verre répandus au sol.

« Oui, je suis d’accord, c’est vraiment dommage ! » fit James sur le même ton que Lily. « Et je suis tout à fait coupable, j’accepte de porter le tort auprès de ta sœur. Evanesco ! »

Les restes du vase disparurent en un clin d’oeil, ne laissant plus aucune trace de son existence passée. Il garda néanmoins le conseil de Lily dans un coin de sa tête : ils avaient eu de la chance que ce soit l’horrible vase de Petunia qui soit cassé, il y avait d’autres babioles sur les étagères du salon auxquelles l’un et l’autre (bon, surtout James, d’accord…) pouvaient tenir et un Reparo pouvait parfois avoir ses faiblesses. Il faudrait à l’avenir mettre à l’abri les décorations quand Harry jouerait sur son petit balai, au moins jusqu’à ce qu’il en ait la maîtrise parfaite.

« C’est noté, cheffe ! » lança James en déposant le petit sur le canapé, pour contempler un des trophées de Quidditch, juste à côté d’une photo de l’Ordre qu’il évita douloureusement du regard. « Un jour, tu auras le même, Harry ! Mais en attendant, pas touche ! »

Mais le bambin semblait complètement désintéressé de ce que pouvait bien lui raconter son père, les yeux posés sur le chat toujours réfugié en haut d’une étagère d’où il ne semblait pas prêt à descendre.

« A quelle heure vient-elle, cette chère Bathilda ? Ce serait bien si ça pouvait coller avec la sieste de Harry, j’ai l’impression qu’il va être infernal et ses histoires l’apaisent toujours ! »

Qui aurait cru que James Potter réfléchirait un jour en terme de rythmes de sommeil pour bébé…

______________________________
C O R N E D R U E
Le temps suspendit son vol. Il chutait, les bras ouverts de toute leur envergure, le corps détendu et gracieusement arqué : il savait son saut parfait, et la plénitude qu'il ressentit lui donna l'impression d'avoir quitté son propre corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1981. Nous serons. (Lily)

Revenir en haut Aller en bas

1981. Nous serons. (Lily)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» A présent nous serons inséparables !
» Cours 3 : Hitler Voldemort
» Un jour, nous serons indispensables l'un à l'autre. - Muse
» Tu m'intrigues... Serons-nous amis ? [Perline]
» ce que nous faisons : les sauts en image

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Hors Londres :: 
Les lieux d'habitations
 :: 
La demeure des Potter
-