Venez découvrir et commenter la Gazette de Mai 1975, ici !
C'est les vacances, sur ATDM ! Au programme, croisière autour du monde et camp de vacances version Sang Pur en Transylvanie. Plus d'explications ici ! Vous retrouverez Poudlard à la rentrée, passez un bon été !
Un premier atelier a été ouvert par Mrs Lerouge pour les Sang Pur en Transylvanie. Au programme : entraînement aux sortilèges impardonnables. Vous êtes attendus juste ici !
Venez vous inscrire pour le premier match d'Aquaquidditch de cette croisière !
Pour les nouveaux adultes, n'oubliez pas de nous signaler vos changements de bannières.

Partagez|

Mary MacDonald est plus belle qu'une licorne | MARY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 241
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : subir le doloris
| PATRONUS : un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Mary MacDonald est plus belle qu'une licorne | MARY Ven 10 Mar - 10:22

Peter Pettigrow n’était pas un couche-tard - ce qui ne faisait pas de lui un lève-tôt pour autant - alors pourquoi veillait-il si tard dans la salle commune des Gryffondors ? Eh bien c’était parce que la jeune Mary MacDonald qui habituellement se couchait tôt avait également décidé de bousculer ses habitudes. Peut-être pour lui ? s’autorisa-t-il à rêver avant de se rendre compte que ce n’était pas cohérent puisqu’il endossait déjà le rôle du niffleur et elle du gallion ce soir-là.

Les élèves de leur maison partaient se couchaient petit à petit et, à chaque départ, l’estomac de Peter se nouait et son coeur s’emballait un peu plus. En quatre années de vie commune au château, Peter ne se rappelait pas s’être jamais trouvé seule avec la fière Écossaise. Il évoluait en meute avec les Maraudeurs, et elle en duo avec Lily Evans. Il ne se départissait quasiment jamais de ses meilleurs amis - il avait même choisi ses options selon James - pour être sûr de ne jamais être tout seul car, les rares fois où cela lui arrivait, il y avait toujours un Serpentard qui profitait de cette occasion pour l’embêter. Marlene lui avait un jour dit qu’il lui rappelait une antilope dans un documentaire moldu, quand il lui avait demandé comment l’histoire terminait, elle lui avait répondu avec un regard intense que l’antilope égarée se faisait toujours massacrer par une lionne, il avait dégluti et elle avait pouffé de rire. Ah ? Chouette histoire ! N’empêche que depuis, il n’évoluait jamais seul en dehors de la maison des griffons - et peut-être des toilettes ? encore qu’il se souvenait d’un évènement qui - … « Pssst ! Ton livre ! » lui indiqua Sirius d’un signe de tête. Quoi ? Son livre ? Il ne le lisait pas vraiment, hein ? C’était juste un prétexte pour veiller tard sur Mary MacDonald ça, son ami l’avait-il compris ? Il continuait à insister ce qui affola un Peter bien maladroit de ses mains qui finit par renverser son encrier et ses plumes sur le tapis. « Par Melin … » souffla-t-il entre ses dents à l’égard de Sirius qui, perdant patience, s’occupa lui-même de retourner le livre de Peter pour qu’il soit à l’endroit. Quand Peter sortit la tête de sous la table avec tout son foutrac renversé en mains, il ne remarqua même pas que Sirius lui avait sauvé la mise avec le coup du livre. « Recurvit ! » lança-t-il machinalement car c’était un sort qu’il utilisait au moins cinq fois par jour.

Les aiguilles de l’horloge continuaient à trotter, chacune à leur rythme, et le feu dans l’âtre de la cheminée finissait de consumer les dernières bûches. Lily Evans monta se coucher ! YES ! Et Sirius lui emboîta le pas, non sans lui avoir filé une tape d’encouragement sur l’épaule avant. WHAT ? Peter se redressa pour lui lancer un regard empli de curiosité. Son ami savait-il oui ou non qu’il était amoureux de Mary MacDonald ? Mais il ne distingua que le bas de la cape de son ami disparaître dans les escaliers. Peter ignorait que le tout Poudlard était au courant de ses sentiments pour la jeune fille à commencer par l’intéressée. Mary avait tout de la jeune fille idéale aux yeux de Peter : elle était gentille, souriante, joviale, amusante, intelligente, intéressante et … aussi très jolie avec ses longs cheveux châtains. Il posa nonchalamment sa tête dans le creux de sa main encore tachée d’encre - mauvaise idée ! - et s’égara à contempler le léger froncement des ailes de son nez tandis qu’elle se concentrait. A la lumière tamisée de leur salle commune en cette fin de soirée, il tombait encore une fois amoureux d’elle. Il lança un soupir tout amoureux transis qu’il était et faillit ne jamais reprendre son inspiration car elle vint darder son regard glaçant dans le sien. Ce n’était pas un regard glaçant du tout, juste un regard à vrai dire, mais à lui ça lui glaçait le sang. Et il avait immédiatement baissé son regard à lui l’air de rien, il était très gêné de s’être fait surprendre en train de la contempler !

dragées:
 


Dernière édition par Peter Pettigrow le Dim 26 Mar - 17:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Mary MacDonald est plus belle qu'une licorne | MARY Ven 10 Mar - 21:34

Mary McDonald est plus belle qu'une licorne
le plus gênant est quand une personne te fixe sans cesse en pensant que tu n'es pas au courant des sentiments qu'il a pour toi. Une vraie torture.




Une chose exceptionnelle s’était produite durant cette semaine de cours. Mary Macdonald avait pris du retard dans ces devoirs. Ce n’était pas l’habitude de la jeune fille de faire les devoirs donner du jour pour le lendemain, bien au contraire en général elle les finissait plutôt en avance pour être tranquille le reste des soirées et pouvoir profiter pleinement de son temps libre avec ces amis. Mais voilà qu’elle s’était laissé entraîner par Sirius et James dans une sorte de blague tirée par les cheveux visant le concierge. Même si on la torturait, Mary n’avouerait pas que c’était une soirée plutôt agréable et drôle, mais ça, les deux cancres n’avaient pas besoin de le savoir sinon elle risquait de se retrouver dans un sacré pétrin.

Les heures avaient donc défilé et les élèves étaient partis peu à peu se coucher les uns après les autres alors que Mary était toujours penchée sur son devoir de potion qu’il fallait rendre demain. Un petit soupir s’échappa de ces lèvres tandis que Lily se moqua gentiment d’elle. La brune tira une langue boudeuse en direction de la rouquine qui refusait de l’aider, c’était un signe d’amitié voyez-vous, elle était entièrement avec Mary, mais par la pensée. La sorcière savait parfaitement que c’était une sorte de petite punition pour avoir fait une bêtise dans son dos. Peut-être que c’était mérité ou peut-être pas, mais dans l’un comme l’autre cela n’avait pas vraiment d’importance. Lily n’était pas réellement fâchée contre elle et la situation était à vrai dire plutôt amusante. La sensation de l’adrénaline était fort agréable et comprenait pourquoi les sorciers aimaient autant le Quidditch qui devait procurer ce genre d’émotion forte. Un petit sourire s’étira sur ces lèvres tandis qu’elle fit une brève pause pour regarder les personnes restantes dans la salle commune. Pour ne pas changer le groupe, des maraudeurs étaient encore présents à l’autre bout de la pièce, deux autres élèves étaient également présents, mais il semblait sur le point de partir se coucher. Chose que Lily ne tarda pas à faire quand elle vit que les autres maraudeurs laissèrent Peter seul pour qu’il finisse ce qui semblait être un torchon. Ah non un devoir plein d’encre et de ratures. Avec détresse Mary attrapa la main de Lily dans la sienne et supplia du regard Marlène pour l’une des deux restes avec elle. Un frisson parcourut la brune quand un sourire angélique traversa le visage de ces deux amies. Les traitresses. Elles osaient lui faire ça. Voilà sa punition pour avoir pactisé avec l’ennemi. Elle devait finir son devoir en étant seule avec Peter dans une même pièce. Oh mon dieu. Elle allait mourir… Cela faisait plusieurs mois, si ce n’est plus, que Peter semblait avoir développé une sorte d’intérêt à son égard. Mary était bien évidemment au courant de ces sentiments, tout comme le reste de Poudlard. Cette situation mettait mal à l’aise la brune qui n’avait pas ce genre de sentiment à l’égard du maraudeur. Bien au contraire, Peter n’était pas une personne qu’elle pouvait appeler son ami, elle se contentait d’être elle-même c'est-à-dire gentille et douce puisqu’il est l’un des meilleurs amis de James, Sirius et Remus. Mary appréciait ces trois lions, mais avait du mal avec Peter. Il était gentil, un peu gauche, mais terriblement gênant.

Un profond soupir s’échappa des lèvres de la jeune fille qui reporta son attention sur son devoir de potion. Ce dernier n’allait pas se finir tout seul après tout. Un long silence gênant s’installa dans la Salle commune des Gryffondors. On entendait seulement le bruit de la cheminée et des plumes qui grattaient les parchemins. Rien de plus. Après un petit moment, une sensation étrange prit de court la brune qui s’arrêta subitement d’écrire. Elle avait l’impression d’être observée de haut en bas et cela déclencha un frisson de dégoût dans tout son corps. Dans un premier temps, la sorcière tenta de se convaincre que c’était uniquement son esprit fatigué qui lui jouait des tours, mais malgré plusieurs minutes la sensation ne disparut pas. Elle n’eut d’autre choix que de lever son visage pour croiser le regard de Peter. Ce dernier la fixait avec intensité et baissa soudainement le regard quand il croisa celui de Mary. La lionne se retient de prendre ces jambes à son cou tandis que le malaise s’installait en elle. Bon allez Mary dis quelque chose de sympa, fait comme si tu n’avais pas remarqué ou que c’est une chose tout à fait normale de fixé tel un psychopathe une personne de sa classe. La Née-Moldu tenta de se donner du courage pendant plusieurs secondes avant de se racler la gorge. « Tout va bien Peter ? » Demanda-t-elle avec sa gentillesse habituelle. Elle ne pouvait pas se montrer méchante envers le maraudeur, ce dernier n’avait rien fait de mal. Après tout ce n’était pas de sa faute s’il était tombé amoureux de la mauvaise personne, mais la situation restait extrêmement gênante pour la brune qui faisait des efforts surhumains afin de rester aimable avec le petit blond.





Revenir en haut Aller en bas
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 241
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : subir le doloris
| PATRONUS : un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Mary MacDonald est plus belle qu'une licorne | MARY Mer 15 Mar - 8:15

L’une des filles de la sororité O’Draig s’était-elle discrètement incrustée ? Car Peter aurait juré que le feu dans l’âtre de la cheminée avait soudainement doublé en intensité. La tête baissée vers son catastrophique devoir de potions, il massait sa nuque qu’il avait de brûlante et d’écarlate. Il n’assumait absolument pas les sentiments amoureux qu’il ressentait pour Mary MacDonald alors il se sentait tout à fait honteux de s’être fait surprendre à la regarder. La voix fluette de la jeune fille perça bientôt la gêne qui entourait toute cette situation. « Tout va bien Peter ? » s’enquit-elle gentiment. Le nez à quelques centimètres du parchemin gribouillé de ratures - ça sentait le troll à plein nez ! - il n’osait plus relever la tête de crainte de rencontrer le regard désarçonnant de la née moldue. L’observer discrètement ? C’était une chose. Les yeux dans les yeux ? Oh c’en était une toute autre ! « Euuuuuh … hein ? … Oui, oui… Cool …! » marmonna-t-il dans sa barbe inexistante en espérant que cet épisode se termine et puisse être classé au rang des anecdotes gênantes sur l’étagère des histoires anciennes. « Enfin les potions je trouve pas ça cool du tout mais moi j’suis cool ! ». Oh non ! Déjà que Lily, Mary et toutes les filles de leur bande traitaient constamment Sirius et James de flagorneurs ! « Euuuuuh … j’me suis mal exprimé ! ». Elle avait remarqué, n’est-ce pas ? Que Peter n’était de toute façon pas cool du tout ?

Malgré le sentiment dominant de gêne qu’il ressentait, il ne put empêcher un faible sourire de se loger au coin de ses lèvres. Alors que d’autres jeunes filles se seraient empressées de le pointer du doigt et de le railler, Mary était dotée d’une décence naturelle qui la poussait à s’adresser gentiment à lui. Il grattait le bout de se plume distraitement sur un coin de son parchemin pour laisser le temps à ses joues d’enfant de reprendre une teinte moins vive, et osa finalement un regard vers elle sous la barrière des cheveux clairs qui lui retombaient devant les yeux. « C’est gentil … » finit-il par la remercier avec sincérité. Il avait une grosse tâche d’encre sur la joue mais ne l’avait pas remarqué. Il baissa de nouveau les yeux vers son parchemin et hésita un long moment avant de continuer. Il aurait d’une certaine façon aimé avouer ses sentiments à la jeune fille, ça l’aurait grandement soulagé sauf que jamais il n’aurait osé sortir avec elle, ils auraient dit quoi James et Sirius ? Ses deux amis sortaient avec des filles qui n’avaient rien à voir avec les filles studieuses de leur maison alors il se disait que c’était sans doute mieux de faire comme eux. Sa stratégie ne donnait pas grand chose à vrai dire, Peter n’avait pas du tout la côte auprès des demoiselles ! La seule fois où une fille s’était intéressée à lui, ça avait été pour qu’il lui présente son ami poursuiveur après quoi elle l’avait jeté sans un regard comme on balance une vieille chaussette à son elfe de maison. Peter était carrément traumatisé des expériences « amoureuses » qu’il avait connu depuis sa première année au château. Il inspira enfin un grand coup pour se redresser sur sa chaise et lui faire face. « Et toi ça va ? Tu restes pas aussi tard d’habitude … ». Il se gratta l’une de ses oreilles sentant une nouvelle vague de rougeur commencer à poindre. « Non pas que je connaisse toutes tes habitudes ! ». Si, il les connaissait toutes ! « Je me couche moi-même habituellement pas trop tard en semaine sinon je suis fatigué … alors j’en sais rien en fait de l’heure à laquelle tu te couches ! ». Il vit un tableau en face de lui bailler la bouche grande ouverte sans prendre la peine de placer une main devant sa bouche. Quand Peter faisait du small talk, c’était certes aussi passionnant que d’observer un pitiponk coincé dans un bocal.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Mary MacDonald est plus belle qu'une licorne | MARY Ven 17 Mar - 21:34

Mary McDonald est plus belle qu'une licorne
le plus gênant est quand une personne te fixe sans cesse en pensant que tu n'es pas au courant des sentiments qu'il a pour toi. Une vraie torture.




Le silence qui régnait dans la salle commune des rouges et or devenait de plus en plus pesant sur les épaules de la jeune fille qui tentait de ne pas montrer son malaise face à cette situation. Elle tourna le regard pour faire comme si elle n’avait pas remarqué que le visage du griffon avait pris la même couleur que celle de la pièce, c’est-à-dire un rouge bien vif. Pour ne pas mettre le jeune homme encore plus dans l’embarras, Mary se remit à écrire sur sa feuille de parchemin. Évidemment elle ne voulait pas que Peter se sente mal à l’aise en ce moment, mais la raison principale de cette écriture frénétique était surtout due au fait que la Née-Moldue n’avait qu’une chose en tête. Fuir. Fuir le plus loin possible de toutes ces situations gênantes et surtout celle-ci ou son plus grand cauchemar était devenu réalité. Elle et Peter Pettigrow seul dans la même pièce. L’horreur la plus totale. L’angoisse même. La brune faisait de son possible pour rester aimable et gentille envers le maraudeur cette tâche était devenue encore plus compliquée depuis qu’elle avait appris que le blond avait des sentiments à son égard. Sentiment qui n’était absolument pas partagé. Mary n’avait de cesse de se demander comment cela avait-il pu arriver. Elle n’avait pourtant rien fait pour qu’une telle chose arrive. De justesse la lionne retient un soupir d’exaspération quand elle entendu Peter prendre la parole. Enfin… ces propos étaient plus des mots dits avec difficulté plus qu’une réelle phrase. La brune releva doucement la tête et adressa un petit sourire doux en direction du maraudeur qui semblait s’enfoncer encore plus dans la gêne. Venait-il vraiment de dire qu’il était cool ? Mary détourna le regard laissant sa longue chevelure brune cacher son visage. Elle se mordit fortement la lèvre pour ne pas exploser de rire. « Tu es un maraudeur. » Dit-elle en haussant les épaules en répondant d’un ton le plus neutre possible essayant de ne pas blesser le petit blond se trouvant à l’autre bout de la pièce.


Qu’aurait-elle pu dire d’autre ? Hormis le fait que personne dans cette maison, enfin dans cette école, ne le trouvait cool. Elle ne savait même pas si Peter le pensait réellement. Peut-être que traîné avec Sirius et James lui donnait un peu confiance en lui et ce n’était pas plus mal, mais il fallait qu’il prenne consciente que son comportement envers les personnes, en particulier les filles, était tout sauf être cool. Alors que Mary se remettait du fou rire qui avait failli la prendre de court, Peter reprit la parole. Comme à son habitude la brune releva la tête pour le regarder et se mordit une nouvelle fois les lèvres en remarquant la tache d’encre sur la joue du jeune homme. « Euh… Peter… excuse-moi mais euh… tu as… » Commença-t-elle de dire en montrant la joue du maraudeur. Elle n’arrivait pas à former une phrase correcte car le rire montait doucement dans sa gorge. Une fois de plus, la jeune fille détourna le regard avant de se reconcentrer avec force sur sa feuille de parchemin. Plus qu’une vingtaine de centimètres et elle pourrait s’échapper de cette torture. Elle se voyait déjà courante, volant presque, jusqu’à son dortoir en refermant la porte derrière elle avec force le cœur au bord des lèvres. Cette situation était tellement gênante qu’à chaque fois qu’elle croisait Peter, la brune avait une boule au ventre et se sentait terriblement mal. Elle devrait lui dire qu’elle ne partageait pas ces sentiments, mais Mary ne voulait pas faire de peine au blond et espérait bêtement que le maraudeur laisserait tomber au bout d’un moment. Une chose arriva. Chose que Mary n’avait pas cru possible. La gêne devient encore plus forte. Encore plus étouffante. Un léger sentiment de malaise s’empara de la brune. Il était plus qu’étrange que Peter l’espionne et sache à quelle heure elle se couche habituellement… on aurait dit un psychopathe qui observe sa proie avant de passer à l’action. « Oui je vais bien. » Commença-t-elle en souriant légèrement. Elle passa rapidement une main dans ces cheveux avant de replacer une mèche derrière son oreille. « Tu as raison oui, d’habitude je ne me couche pas aussi tard, mais à cause de James et Sirius j’ai pris du retard… tes copains essayent de me pervertir. » Dit-elle en éclatant légèrement de rire. Depuis quelque temps les deux maraudeurs avaient comme mission d’apprendre à la jeune femme de faire des bêtises puisque cette dernière n’avait jamais vraiment eu l’occasion d’en faire étant petite. Elle trouvait que parfois les situations pouvaient être amusantes et prenait goût à ce sentiment d’adrénaline qui coulait dans ces veines quand elle se trouvait dans les plans tordus de James et Sirius. « Et toi du coup, pourquoi tu ne dors pas encore ? » Finit-elle par demander avec gentillesse même si elle se doutait que lui aussi avait pris du retard dans ces devoirs.





Revenir en haut Aller en bas
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 241
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : subir le doloris
| PATRONUS : un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Mary MacDonald est plus belle qu'une licorne | MARY Sam 18 Mar - 12:14

Dissimulée derrière la cascade de ses cheveux bruns, la jeune MacDonald lui répondit qu’il était un maraudeur. Et Peter qui ne savait pas vraiment comment le prendre se gratta sous le menton avec le bout de sa plume. Est-ce que ça voulait dire qu’il était un lion audacieux ou un gros troll ? Parce que selon l’audience, le qualificatif de maraudeur que les quatre garçons dans le vent s’étaient octroyé ne suscitait pas toujours le même engouement. Lily et Mary, elles parlaient rarement de leur groupe pour en chanter les louanges. Quelle que soit l’interprétation possible, leur destin était donc scellé, car il craignait que ses copains ne se moquent de lui s’il sortait avec elle. Peter avait beau voir Mary comme une déesse, les autres aimaient bien la traiter de bêcheuse. C’est vrai que Mary avait quand même souvent le nez dans ses parchemins comme ce soir-là. Mais lui, qui n’arrivait jamais à se concentrer et que les livres ennuyaient profondément, il trouvait ça plutôt cool …

Il sortit de ses pensées quand elle désigna … quoi au juste ? Il passa ses mains dans ses cheveux pour en aplanir des épis imaginaires - car il était loin d’avoir la chevelure de Potter - avant de se toucher la joue et de regarder sa main tâchée d’encre en grimaçant. « Oh quelle bouse, ça part pas si facilement ! » se plaignit-il tout habitué qu’il était à se tâcher depuis la première année. Et il rit doucement en regardant l’air amusé de Mary avant de se frotter la joue contre la robe de sorcier qui recouvrait son épaule. Avec ses nombreuses maladresses, Peter ne se rendait pas compte qu’il gênait Mary. Il faut dire qu’il avait plus l’habitude d’être dans la position du garçon gêné et intimidé que le contraire. Il provoquait de nombreux sentiments négatifs chez ses pairs qui l’exprimaient très bien à force de moqueries. Alors forcément, quand il voyait Mary étouffer un rire, il n’aurait jamais pensé que c’était signe d’embarras, lui, il était plutôt content d’avoir l’impression de l’amuser avec ses pitreries. Il ne put s’empêcher de noter ce réflexe qu’elle avait de constamment remettre sa mèche de cheveux derrière son oreille et gribouilla de nouveau distraitement le coin de son parchemin. Il ne faisait pas exprès de noter toutes ses petites habitudes et manies qu’elle avait, il était naturellement attentif à tout ce qui la concernait car elle l’avait toujours fascinée d’une étrange manière. Une chose qu’il n’avait pas noté, pourtant, était que ces derniers temps la jeune fille traînait parfois avec ses meilleurs copains quand il n’était pas là. « Ah ? » lâcha-t-il d’un air neutre pour cacher le sentiment de vexation qu’il ressentait. Il ignorait s’il était plus vexé que James et Sirius traînent avec Mary ou s’il était plus vexé que ce soit elle qui traîne avec eux ! Dans tous les cas, il apprenait que s’était ce soir tenue une petite assemblée à laquelle il n’avait pas été convié et ce discret sentiment d’exclusion se logea au fond de son estomac. Ils essayaient de la pervertir ? Pourquoi ? Il fronça les sourcils sans comprendre ce qui se tramait. Est-ce que l’un de ses amis avait jeté son dévolu sur Mary MacDonald ? Cette pensée le pétrifiait et il préféra ne même pas y penser. Sans doute Sirius et James faisaient-ils une nouvelle fois leur pitre pour décoincer l’ambiance de leur promotion. Il était le premier à penser que les filles de quatrième année n’étaient pas aussi funs que les filles plus âgées de leur maison. « Vous … euh … vous avez fait quoi ? » fut-il immédiatement curieux de savoir. « Moi j’te trouve très bien comme tu es ... » ajouta-t-il entre ses dents. Mary était une jeune fille douce, gentille, sérieuse, calme et ça ne plaisait pas trop à Peter de l’imaginer se mettre à enfreindre le règlement. « Puis tu pourrais faire perdre des points à notre maison ! » se défendit-il plus audiblement lui qui n’avait pourtant pas l’habitude de faire distinguer le son de sa voix. Il ne savait pas ce qu’ils avaient fait mais bon, connaissant ses deux copains …

Quand elle lui demanda pourquoi il ne dormait pas encore, il se frotta l’arrière du crâne d’un air contrarié en regardant ailleurs. « Parce que j’ai pas sommeil ! ». Un vrai enfant boudeur …

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mary MacDonald est plus belle qu'une licorne | MARY

Revenir en haut Aller en bas

Mary MacDonald est plus belle qu'une licorne | MARY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» MARY ✰ La plus belle gloire, ce n'est pas de ne jamais tomber, mais de toujours se relever plus fort qu'avant
» BELLE TAPISSERIE
» Une très belle peinture
» Hail Mary Pass !
» Belle étalon cherche femme...xD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Les oubliettes
 :: 
Les souvenirs de Poudlard
-