La plume à papote



 
GRYFFONDOR : 1168 pts | POUFSOUFFLE : 931 pts | SERDAIGLE : 642 pts | SERPENTARD : 606 pts
Venez découvrir et commenter la Gazette de Mai 1975, ici !

Partagez|

Le temps des premiers baisers | SUJET CLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 214
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : subir le doloris
| PATRONUS : un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Le temps des premiers baisers | SUJET CLOS Dim 26 Mar - 9:48

Une lune pleine avait encore éclairé de son visage blafard les cieux et cela renforçait chaque fois la volonté des maraudeurs de mettre à exécution leur projet de devenir des animagi. Mais de là à fréquenter la bibliothèque ? Par Merlin, non ! Cela aurait de toute façon eu l’effet néfaste d’attirer l’attention sur eux. Ils préféraient s’introduire de nuit dans la réserve pour recopier - ou arracher selon le timing - les passages des livres qui les intéressaient avant de les étudier ensemble à la lumière du jour. Les quatre garçons profitaient ainsi des premiers rayons de soleil de la saison sans pour autant chômer, c’est qu’ils seraient tous devenus des cracs de la métamorphose avant la fin de l’année prochaine ! Même Peter le rassuraient-ils tous quand lui émettait quelques doutes à ce sujet...  Son rôle dans le groupe n’avait clairement jamais été celui du cerveau et il s'assit un peu en retrait pour suivre d’une oreille distraite la conversation cette après-midi là. Mary MacDonald prenait un bain de soleil avec son amie Lily Evans non loin de là et il regardait sa chevelure châtain briller au soleil avec un sourire rêveur.

Il cessa sa contemplation lorsqu’il sentit le regard amusé de la rouquine se poser sur lui et tourna aussitôt la tête dans l’autre sens. Il fallait toujours que Lily le grille, avait-elle un troisième oeil caché derrière sa chevelure flamboyante ou quoi ? Il soupira de lassitude - qu’ils sont cruels les élans de l’amour à sens unique - avant de s’appuyer plus confortablement contre le tronc de l’arbre près duquel leur petit groupe s’était abrité. Avec ses cheveux blonds et son teint laiteux, le soleil n’avait jamais incarné son ami et il préférait de loin éviter un douloureux coup de soleil ! Il sortit de sa sacoche en cuir de dragon une série de bandes dessinées animées que lui avait offert son papa pour noël. C’était l’histoire d’un garçon cracmol qui faisait plein de bêtises dans sa famille de sorciers, le héros était un peu rondouillard et lui ressemblait parfois dans les traits de son dessinateur, aussi cela amusait toujours autant le rouge et or. Dans ce numéro là, le garçon cherchait à devenir un animagus tout comme eux pour impressionner ses parents et se rapprochait maladroitement de plusieurs animaux pour leur voler leur poils et s’en recouvrir. « Hé les gars, on va peut-être trouver des idées là-dedans ! » dit-il amusé en leur désignant la couverture de sa bande dessinée bien connue chez les sorciers. Peter entama sa lecture et sourit devant une vignette animée représentant le garçon en train de se faire lacérer le visage par un chat noir. Il étouffa un rire quand le chat noir se dévoila être l’animagus de sa vieille tante en petite tenue puisque débarrassée de sa robe. Son tempérament calme l’avait toujours à bien des égards davantage rapproché de Remus que des boute-en-trains James et Sirius. Il appréciait le calme et la tranquillité d’une lecture dans le parc et aurait été bien mécontent qu’on vienne lui gâcher son petit plaisir.

dragées:
 


Dernière édition par Peter Pettigrow le Lun 26 Juin - 10:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 563
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien (by Thida ♥)
| SANG : Faites genre qu'il est pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le temps des premiers baisers | SUJET CLOS Lun 27 Mar - 20:46

Le temps des premiers baisers
Ft. Peter Pettigrow


Le printemps est enfin là. Les jours se rallongent, il fait de plus en plus chaud et les hormones des adolescents sont en ébullition. Dis comme ça, le printemps, ça a l'air super. Je n'ai rien contre cette saison même si selon moi cela ne vaut absolument pas l'hiver. C'est l'été que je n'aime pas. C'est pour ça que j'ai décidé de rester un peu dehors, histoire de profiter de la chaleur encore agréable avec la légère brise printanière avant celle de la période estivale qui m'est insupportable. -T'exagères pas un peu là ?- Ça fait quelques jours que j'ai laissé tombé mon écharpe et ma robe de sorcier. Avec juste un pull sans manche sur ma chemise, les manches retroussée au trois quart.
Posé dans un petit coin d'ombre de la cours du château, j'ai entrepris de continuer ma lecture de La Vie après la Vie de Raymond Moody. Je l'ai acheté dans une librairie moldue lors des dernières vacances. Je ne suis pas un très grand lecteur, pas du tout même, mais ce livre assez récent m'a fait de l'oeil. Donc je l'ai acheté. J'avance dans ma lecture lentement mais sûrement. Némésis n'a pas voulu se joindre à moi, elle a un devoir de potion à faire, donc elle est restée à la bibliothèque. Ou plutôt c'est moi qui ne me suis pas joint à elle, j'aurais fini par la déconcentrer et la distraire.
Plongé dans ma lecture, je sens quelqu'un me tapoter l'épaule, ce qui me fit sursauter. Je me tourne vers l'importun en refermant mon livre et en prenant soin de cacher la couverture avec mon sac. Je le dévisage. C'est un garçon qui semble avoir à peu près mon âge, au physique assez banal. Vu sa cravate, il est à Serdaigle. « Quoi ? » demandé-je un peu brutalement, lui faisant clairement comprendre qu'il me dérange. Tranquille, le gars vient s'installer à côté de moi alors que je le fusille du regard. Il a de la chance que je ne sois pas un basilic.

« C'est vrai ce qu'on dit ? Il paraît que tu en pinces sur Talbott. » commence-t-il.
Je le dévisage longuement. C'est un secret pour personne, apparemment.
« Les rumeurs vont bon train à Poudlard. » réponds-je froidement.
« Ok, tu me connais pas. Je te connais pas. Mais j'ai un truc à te proposer. Je peux te procurer un philtre d'amour. »
« Un philtre d'amour ? Pour quoi faire ? »
« Bah pour le donner à Talbott pour qu'elle tombe raide dingue de toi. »
Je dois avouer, la proposition est tentante. Mais trop belle pour être vraie, ou gratuite. Il y a forcément un cognard dans la patacitrouille. Je regarde fixement mon interlocuteur. Voyant mon air perplexe, il sort de son sac un flacon et l'ouvre pour me le faire sniffer comme pour me prouver de son honnêteté. Il dégage de ce flacon une odeur d'eau de javel et d'un parfum floral très frais.
« Et tu me la fais à combien ? » demandé-je.
« Je ne te demande pas d'argent. Pour l'avoir, je veux que tu ailles embrasser Pettigrow. Avec la langue. »
Je ne comprends pas, je le regarde, sidéré. Et il y a de quoi ! Il m'a pris pour quoi ?
« T'es sérieux ? Pourquoi je ferais ça alors que je peux en trouver dans le commerce ? Où même la faire moi-même ? »
« C'est pas toi qui a reçu une beuglante à moitié en allemand après avoir fait exploser ton chaudron ? » -Touché.- « Et puis dans le commerce, ce truc coûte un bras. »
« Il est hors de question que j'embrasse Petit Gros juste pour un philtre que je peux trouver dans le commerce. »
« Mais c'est une occasion en or ! Imagine toutes les chocogrenouilles que tu peux acheter au prix de cette potion ! »
« Je ne mange pas de chocolat. »
« Peu importe ! Et si j'ajoute trois devoirs d'histoire de la magie ? »

Je dois avouer, là ça devient intéressant. Je jette un coup d'oeil à Pettigrow assis au milieu de la cours entrain de lire une bande dessinée sorcière très connue. Je suis sûr que voir ce gars aurait la capacité de calmer toutes mes ardeurs. Presque autant que de voir Slughorn. Et c'est dire. Cependant, je pense à Lindsay. Ça ne vaut-il pas le coup ? Je retourne mon regard vers le Serdaigle. « Je vais le faire. » décidé-je. -Où est passé ton amour propre ?- Je range mon livre dans mon sac et le met sur mon épaule, regarde dans la direction de Pettigrow. Je me lève. Je me dirige vers ma cible. J'ai l'impression de partir pour Azkaban. Je me retrouve au milieu de la cours. Un sourire moqueur se dessine sur mes lèvre. « Hey P'tit Gros ! » le salué-je, comme à mon habitude (tout du moins, quand je prends la peine de le saluer).




Dragées:
 

Emi Burton


Dernière édition par Alexandre O. Rozen le Ven 31 Mar - 22:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 214
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : subir le doloris
| PATRONUS : un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le temps des premiers baisers | SUJET CLOS Mar 28 Mar - 10:08

Absorbé par sa lecture uniquement percée par quelques rires qui lui échappaient ci et là, Peter n’avait pas vu Alexandre Rozen se rapprocher. Quand celui-ci le salua d’un quolibet qui avait toujours été très en vogue chez les verts - bien que ce surnom manque autant d'originalité que ceux qui le lui attribuaient généralement, il ne manquait amais de  faire rougir d’embarras Peter qui était complexé sur le fait d'être un peu rondouillard - il releva vers Alexandre des yeux plissés et suspicieux. « Qu’est-ce que tu m’veux ? » demanda-t-il simplement et sans tourner autour du pot. Ses amis n’étaient pas loin et il savait qu’il pouvait compter sur eux si cela dégénérait. Il était d’ailleurs surpris que le cinquième année ose s’adresser à lui en présence des autres maraudeurs. Le truc de leur bande néfaste - et il incluait dedans Avery, Travers, Wilkes, Mulciber et Rosier - c’était plutôt de lui tomber dessus quand il était seul. Il était donc d’autant plus suspicieux par ce mouvement imprévisible de la vipère et vérifia d’un rapide coup d’œil qu’il soit bien seul dans le coup.

Comme bon nombre d’élèves à Poudlard, Peter ne pouvait absolument pas saquer Alexandre Rozen. Et pas uniquement parce que James Potter ne l’aimait pas. Il avait eu comme lui un chapeauflou et sans doute se sentait-il investi d’une légitimité à conquérir pour faire partie de sa maison et de son groupe d’amis. Il était comme lui, le plus petit de la bande, celui qui courrait toujours derrière ses copains, sauf que ça ne semblait pas lui suffire à lui. Alors que Peter avait un comportement pacifique à l’égard de ses camarades, Alexandre voulait toujours prouver à ses copains qu’il en avait sous sa robe à travers des étranges comportements. Et le Gryffondor redoutait que sa présence soit annonciatrice d’une autre de ses bizarreries. Aussi referma-t-il son livre d'une main tremblante pour le ranger dans sa sacoche en cuir de dragon dans laquelle il trifouilla - c’était un bordel fou là-dedans avec tous les papiers et emballages de bonbons et autre cochonneries - pour s’assurer qu’il avait sa baguette car il l’oubliait souvent soit dans la salle commune, soit dans la grande salle, parfois même aux toilettes. Il n’aimait pas les duels mais partageait la fourberie propre à la maison de son interlocuteur et conserva sa baguette cachée. On pouvait se moquer de Peter pour ses nombreuses maladresses, mais ses adversaires oubliaient toujours une chose qui aurait sans doute dû les alerter, c’est qu’il s’en sortait toujours … qu’en serait-il cette fois-ci ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 563
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien (by Thida ♥)
| SANG : Faites genre qu'il est pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le temps des premiers baisers | SUJET CLOS Mer 29 Mar - 23:05

Le temps des premiers baisers
Ft. Peter Pettigrow


Je dois avouer que je ne fais pas preuve d'originalité avec ce surnom: Petit Gros. Je devrais peut-être penser à en trouver un autre. Mais flemme. Je n'occupe pas mes pensées seulement à trouver des surnoms aux gens que je « victimise » ou que je n'aime pas. En tout cas, mon appel a trouvé une réponse. Le Gryffondor lève son regard vers moi et me regarde, les yeux plissés. Il est méfiant, et il y a de quoi. D'habitude, je ne viens jamais seul à lui. En étant tout seul, je n'ai rien à lui faire. A part maintenant. Mais je n'en ai vraiment pas envie. Mais... Lindsay quoi. Sans tourner autour du pot, Peter me demande ce que je veux. Je suis un peu venu sur un coup de tête, donc je ne sais pas quoi dire. J'aurais dû préparer mon discours avant. Mais des fois, il faut faire place à l'improvisation.

« Il fait beau aujourd'hui, tu ne trouves pas ? Le printemps est enfin là. » Je vous l'accorde, c'est nul comme entrée en matière. Dans quoi je me suis embarqué par la barbe de Dumby... Je jette un coup d'oeil à ce qu'est entrain de lire Pettigrow. M'ouais. Je préfère le Conte des Trois Frères, quand même. Là, je me demande pourquoi je ne l'ai pas embrassé direct. Au moins, je n'aurais pas eu à trouver une entrée en matière. En fait, c'est qu'il me dégoûte quoi. Je crois que je suis entrain de retarder le moment où mes lèvres vont devoir entrer en contact avec les siennes. Brr ! J'en ai des frissons. Cependant, je continue. « Tu sais ce qu'on dit, c'est la saison des amours. Peut-être que cette année, tu auras le droit à ton premier baiser ! ». Je décide d'adopter un faux air sympathique. Avant, je croyais que j'étais désespéré en amour. Puis j'ai croisé la route de Peter Pettigrow. -Pour l'embrasser, t'es vraiment désespéré, mon pauvre.- Je commence déjà à calculer comment l'embrasser. Enfin, je sais comment embrasser quelqu'un. Mais comment faire en sorte à ce qu'il ne se fasse pas de fausses idées aberrantes.

Je m'approche encore de mon interlocuteur l'air de rien, je suis maintenant juste en face de lui. Ce sera plus simple, comme ça. J'espère qu'il me donnera un bon tremplin pour que mon baiser passe crème dans la mesure du possible. Au pire, j'improviserais. Je pense déjà avoir une idée en tête. C'est vraiment la première fois que je me pose ce genre de question. De quelle façon embrasser quelqu'un... Je m'estime heureux d'avoir déjà eu mon premier baiser, j'aurais pas assumé si ça aurait été avec Pettigrow. P'tain j'espère que le buffle, Avery ou McLane n'auront pas vent de cette histoire... -L'espoir fait vivre...-



Dragées:
 

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 214
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : subir le doloris
| PATRONUS : un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le temps des premiers baisers | SUJET CLOS Jeu 30 Mar - 9:58

Cette situation était en tout point détestable pour le maraudeur. Au-delà de l’antipathie naturelle qu’il ressentait pour le Serpentard, il anticipait un conflit et lui, il détestait ça les conflits. Il ne savait jamais comment réagir. Il n'était pas belliqueux pour une noise mais le rapport des sorciers à la fierté - et notamment ceux de sa maison - était malheureusement assez intense et il n’avait pas non plus envie de perdre la face et qu’on dise de lui qu’il ne méritait pas sa place chez les rouges et or, ou pire encore chez les maraudeurs. Ses joues s’empourprèrent quand Alexandre commença à lui parler d’une manière anodine et ses doigts moites se resserrèrent sur sa baguette dans sa sacoche car il n’était pas né de la dernière pousse de mandragores. « Euh … ». Il jeta un regard de rongeur anxieux à ses amis qui étaient en plein coeur d’une conversation animée et n’avaient malheureusement pas noté la présence d’une persona non grata dans leur bande en cette douce après-midi. Son coeur se mit à battre la chamade parce que si James avait remarqué ce qu’il se passait, il aurait déjà trouvé cent moyens de se moquer d’Alexandre et de le faire fuir la baguette entre les jambes ! Du coup, Peter se retrouvait dans une situation bien embarrassante. Soit il parlait gentiment à Alexandre dans l’espoir de désamorcer le conflit qui se préparait - sa nature affable le poussait vers cette solution - mais il prenait le risque que le reste de ses amis finissent par comprendre ce qui se passait et le trouvent lâche ; soit il en faisait voir de toutes les couleurs à Alexandre - mais il n’excellait pas autant que James et Sirius dans cet art - mais il prenait le risque que la situation dégénère avant que ses amis s’en rendent compte et puissent le protéger. Fil bleu ou fil rouge qu’ils auraient dit dans un mauvais film moldu. Aussi, Peter prit le parti de se positionner entre les deux. Il adopta un ton neutre et parla plus fort que nécessaire dans l’espoir que ses copains l’entendent et viennent embêter Alexandre qui était, après tout, une proie de choix à tourmenter pour eux. « SI, SI ! IL FAIT BEAU, IL FAIT TRÈS BEAU ALEXANDRE ROZEN ! ». Il jeta un regard du coin de l’oeil à sa bande qui n’avait pas bougé. Par Merlin, les animagi ça les passionnait vraiment à ce point, hein ?

Peter déglutit et tira sur le col de sa chemise en espérant que Alexandre n’ait pas compris sa stratégie, mais il aurait tout aussi bien pu la lui poster par hibou ... Alexandre reprit de plus bel et se permit même de se rapprocher de lui, le sale serpent sentant sans doute l’odeur du sang du lionceau blessé. Peter tenta de s’appuyer un peu plus contre le tronc d’arbre mais n’avait finalement pas le dos assez acéré pour s’y creuser un trou. Alors il resserra sa sacoche contre lui et releva les genoux sans quitter le malotru du regard. Bon, avec les maraudeurs qui n’écoutaient pas leur conversation, il savait au moins qu’il pouvait adopter sa première stratégie, il pouvait sans doute éviter la confrontation et il se mit à parler cette fois-ci à voix basse, ses yeux plissés luisant du malin plus que de crainte. Peut-être pouvait-il éviter un duel en accordant à son interlocuteur ce qu'il souhaitait. Il doutait que ce soit de lui faire un devoir alors quoi ? « Dis-moi simplement ce que tu veux et laisse moi tranquille Rozen … » Il n’avait absolument pas envie de se lancer dans du small talk avec lui, tout d’abord parce que les amours torturés du garçon l’intéressaient aussi peu que la révolte des gobelins, et puis surtout, parce qu’il souhaitait écourter ce moment pour reprendre ses activités avant que ses amis ne se rendent compte qu’il s’apprêtait à pactiser avec le diable pour sauver la peau de ses fesses. Bien sûr, il était à mille lieux de se douter que le pacte se scellerait par un baiser en quel cas il aurait tout simplement déjà pris ses jambes à son cou ...

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 563
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien (by Thida ♥)
| SANG : Faites genre qu'il est pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le temps des premiers baisers | SUJET CLOS Jeu 30 Mar - 23:56

Le temps des premiers baisers
Ft. Peter Pettigrow


Il me semble avoir déstabilisé ma cible. Je le vois. Le regard inquiet qu'il lance à ses idiots de potes, trop occupés pour se préoccuper de la quatrième roue du carrosse. Il essaye même d'attirer leur attention en parlant plus fort, ce qui me fait hausser un sourcil. Qu'est-ce qu'il fout chez les Gryffondors lui ? Le Choixpeau était bourré pour la répartition des quatrièmes années. Ou la poussière a dû le shooter. Plus je m'approche de lui, plus il se recule. Ça va, je vais pas le bouffer ! Je ne mange pas de porc. -A part du saucisson.- Théoriquement.
Pettigrow semble enfin prendre son courage à deux mains et baisse le ton de sa voix. Sans détour, il me demande ce que je veux. Si seulement il savait ce que j'ai en tête. Il prendrait ses jambes à son cou. Obviously, je ne vais pas lui faire part de mon projet. D'ailleurs, je me mets au défi de l'embrasser dans les deux minutes qui suivent. Ça me dégoûte vraiment. J'hallucine ou il sent la transpiration ? A moins que ça soit moi ? Nan, c'est lui, vu la tonne de déodorant que je me suis mis ce matin. « Rien de particulier, je viens juste pour te faire braire. » Au moins ça a le mérite d'être un peu honnête. Je regarde attentivement mais discrètement le visage de Pettigrow. Une chose que je peux dire, c'est que sa nature de peau est grasse. Bon bon bon ! C'est le moment.

« Attends... » dis-je, l'air concentré avant de poser un doigt sur le côté droit de son visage. « Tu n'as pas une tâche, là ? » En moins de temps qu'il n'en faut pour dire quidditch, je saisie le visage de Pettigrow à deux mains et colle mes lèvres contre les siennes. Je force le passage pour insérer ma langue dans sa bouche en tenant fermement son visage. Scheisse ! Pense à Lindsay ! Pense à Lindsay ! Ah non, là je peux plus ! Je sépare rapidement mes lèvres de celles de Pettigrow qui restent liées par un filet de bave jusqu'à ce que je m'éloigne pour aller dans un coin de la cours pour cracher par terre, complètement dégoûté. « Scheisse, das its ekelhaft ! ». Le baiser n'a du durer que quatre secondes grand maximum, mais j'ai l'impression que ça a duré des heures. Je crois que je vais rendre, là ! Mais je l'ai fait ! J'ai embrassé Peter Pettigrow ! -Mais t'en es pas fier, hein ?- J'ai intérêt à me laver les dents le plus tôt possible. J'ai l'impression d'avoir encore le goût de l'haleine de Pettigrow dans la bouche. Cette saleté de Serdaigle qui m'a mis au défi à intérêt à me donner le philtre et à bien faire mes devoirs, on ne peut pas dire que je l'ai démérité !
Alors que je relève la tête, je remarque sans grand étonnement que ce spectacle n'a pas passé inaperçu. Ah ça non !



Dragées:
 

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 214
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : subir le doloris
| PATRONUS : un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le temps des premiers baisers | SUJET CLOS Ven 31 Mar - 10:57

Sans doute Alexandre remarqua-t-il qu’il cherchait à lui échapper car il se rapprocha encore de lui sans se soucier de déborder sur son espace vital - l’esprit allemand pensa brièvement le maraudeur dont la maman était férue d’histoire - et le blondinet toussa en portant la main devant sa bouche car la vipère cocotait méchamment le déodorant. Entre Peter qui avait oublié de se mettre du déodorant sous ses aisselles ce matin-là et Alexandre qui s’était baigné dedans, ça puait autant que le vestiaire des garçons après un match de quidditch entre eux. Peter déglutit en ouvrant un peu plus grand ses yeux quand le nauséabond garçon, autant par l’odeur que par les propos, lui avoua qu’il était simplement venu le faire braire. « Euuuuuuuh … » était la citation favorite du garçon en pareille circonstance, sa longueur variant selon son niveau de détresse, et son regard cherchait à fuir celui d’Alexandre pour chercher du secours alentour, dites les copains, vous faites quoi ? Sauf qu’avec le visage d'Alexandre aussi près du sien, son champ de vision était bien tristement limité.

Son petit coeur battait la chamade tandis que petit à petit se matérialisait la menace, il grimaça et se débattit difficilement avec la seule main qu’il avait de libre quand Alexandre commença à lui toucher le visage. « Hein ? Quoi ? Non j’ai pas de tâche ! ». Il avait une fois sur deux une tâche sur le visage soit d’encre soit de son dernier déjeuner mais ça n’autorisait de toute façon personne qui n’y avait pas été invité à venir le toucher ainsi et sûrement pas un garçon aussi étrange. Il était énervé par le contact physique que lui imposait le cinquième année et n’y tenant plus, il referma ses mains sur sa baguette pour finalement braire un « PROTEG … ». Il n’eut malheureusement pas le temps de terminer sa formule puisque Alexandre trouva bon d’introduire dans son O sa langue gluante. Peter referma immédiatement la barrière de ses lèvres en couinant comme un rongeur acculé et en se débattant cette fois-ci de tout son corps. Pourquoi fallait-il toujours que ça tombe sur lui ? Il pouvait sentir le souffle chaud d’Alexandre sur son visage rouge d’asphyxie à lui et autant dire que, en matière de premier baiser, il avait imaginé quelque chose de gênant … mais certainement pas d’aussi dégoûtant ! Il poussa finalement Alexandre par les épaules de toutes ses forces et parvint finalement à le décoller de sa personne. Tandis que l’autre fou jurait en allemand, lui se releva en hurlant également. « PAR LA BARBE DE MERLIN ! ». Peter était un garçon normalement très calme et il ne se souvenait pas que quelqu’un l’ait jamais vu s’énerver au château. Pourtant, il était devenu rouge à la fois de honte et de colère devant cette offense à son intégrité physique, à sa virilité, et même à sa dignité jugeait-il. Il s’essuya sa bouche baveuse sur la manche de sa robe de sorcier en grimaçant encore complètement dégoûté de l’agression qu’il estimait avoir subi. Peter n’avait pas d’avis sur la société, la politique tout ça, et il avait toujours été sans avis sur la question de l’homosexualité … pourtant tout ce qu’il pensait là de suite c’est qu’il aurait bien aimé invité l’autre tata à aller patiner chez les folles voir s’il y était ! Il lui lança un regard incendiaire et s’il en avait eu le cran, sans doute aurait-il choisi ce moment comme premier moment de sa vie pour ouvrir un duel ou même enfoncer son poing dans une figure, à la place il se contenta de toiser d’un air mauvais l’autre dégénéré en train de cracher par terre avec l’air de quelqu’un qui s’apprêtait à vomir. Ouais bah ils étaient deux, quel trou du cul de niffleur celui-là ! Mais Peter se sentit encore plus mal quand les rires commencèrent à pleuvoir et ses yeux se mirent à luire d’un voile humide tandis qu’il cherchait désespérément dans la petite foule Mary MacDonald. Oh non ! Faites que Mary n’ait pas assisté à cette scène !

dragées:
 


Dernière édition par Peter Pettigrow le Sam 1 Avr - 1:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 563
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien (by Thida ♥)
| SANG : Faites genre qu'il est pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le temps des premiers baisers | SUJET CLOS Ven 31 Mar - 20:58

Le temps des premiers baisers
Ft. Peter Pettigrow


Manifestement, j'ai énervé Pettigrow. Son visage a viré au rose cochon. Au moins nous sommes d'accord sur une chose: c'était immonde. Il me toise du regard alors que j'arrête enfin de cracher. Mais il ne semble pas assez courageux pour me provoquer en duel ou m'insulter. Ça ne m'étonne même pas. Tout comme les rires qui commencent à s'élever autour de nous. Beaucoup de gens à ma place se serait sauvé en courant ou n'aurait fait que de regarder le sol, évitant tout contact visuel avec qui que ce soit. Pas moi. Bien que la situation soit très gênante et peu glorieuse, qu'on soit honnête, je tiens encore au peu de fierté qu'il me reste. Je balaye la cours du regard avant de fixer mon regard sur Pettigrow. Je rêve ou il pleure ?
« J'ai quelques petites choses à t'apprendre. » commencé-je. Rien de ce que je vais dire ne va être gentil, loin de là. Eh puis quoi encore ? Je n'ai pas franchement envie que les gens pensent que j'ai des sentiments pour ce poltron. Je commence déjà à réfléchir à quelle réponse je pourrais donner à la question du pourquoi ce baiser. « Pour commencer, je te recommande d'investir dans un bon déodorant, tu sens la transpiration, c'est horrible. Et puis un Protego ne s'utilise contre un sortilège uniquement. Ton niveau en défense contre les forces du mal ne doit pas être glorieux. » -Tout comme ton niveau en métamorphose, potion, botanique et histoire de la magie- Je parle d'une façon hautaine et méprisante. Méfiant, je glisse ma main dans le bas de mon dos pour chercher ma baguette qui est normalement coincée sur l'arrière de mon pantalon et qui dépasse sur ma chemise. La voilà, je la saisis.
« Et pour finir, c'était très lâche d'essayer de faire appel à tes amis pour te sortir d'affaire. Tu ne peux pas te débrouiller tout seul ? » raillé-je Pettigrow. Je garde bien ma baguette en main, je ne sais pas ce que le gryffondor en face de moi va faire. Je suppose qu'il va continuer à faire le lâche, mais autant assurer mes arrières. Ça me ferait chier s'il me prenait pas surprise.
Hallelujah ! Je crois avoir trouvé une raison à sortir à Pettigrow en cas de question. Ça impliquerait Astrid mais elle va accepter. Au pire, je la ferais chanter. J'ai de quoi faire. Je pense que ça va passer crème. J'ai l'impression de faire de la totale improvisation là. S'il y a bien une chose que je déteste, c'est bien ça. Et l'imprévu, ça aussi je n'aime pas. Plus précisément les imprévus dans les plans que j'établie minutieusement qui a le potentiel de tout faire foirer. C'est pour ça que j'essaye toujours d'avoir un plan de secours. J'ai encore en tête l'épisode où Gardenia à débarquer pendant que je parlais à Ewan...



Dragées:
 

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 214
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : subir le doloris
| PATRONUS : un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le temps des premiers baisers | SUJET CLOS Sam 1 Avr - 12:32

Peter fulminait d’une rage qu’il avait contenu toute sa vie durant et sa poitrine se soulevait et s’abaissait avec force au rythme de sa respiration tandis qu’il toisait le garçon plus âgé qui avait, pour une raison bien étrange, décidé de l’emporter avec lui dans l’humiliation qu’il avait choisi de s’infliger devant les élèves rassemblés. Peter Pettigrow ne détestait rien sinon Alexandre Rozen et les choux de Bruxelles qu’on se le dise ! Il voyait chez lui le reflet de ses propres défauts exacerbés par son attitude clownesque. Alors que le las maraudeur aurait préféré en rester là justement de leur échange pour ne plus jamais croiser le regard de son assaillant, lui s’enivrait des rires de la foule si bien que Peter douta un instant : les autres élèves riaient-ils avec Alexandre de lui ou bien riaient-ils de lui et d’Alexandre ? Quand le cinquième année voulut le dominer de son savoir supérieur, le blondinet lui tourna simplement le dos pour persifler à voix basse entre ses dents une remarque emplie d’ironie. « Oui parce que tu as la réputation d’être le cerveau d’une bande d’intellos … ». Suivant l’avis de ses amis sur tout, il ne jugeait pas mieux Alexandre que le suiveur abruti d’une bande d’autres abrutis ! Mais dire les trucs en face et à voix haute n’avait jamais été le grand fort de Peter Pettigrow. Il s’accroupit pour rassembler ses affaires dans sa sacoche car il ne voyait absolument pas l’intérêt de subir cette risée. Avec le pot qu’il avait, Avery et Wilkes qui flairaient toujours sa détresse comme un requin sent le sang se joindraient bientôt à l’affaire !

Le reste des propos, il ne les écoutait pas, Alexandre ne parlait-il de toute façon pas uniquement pour lui même ? C’est le mot « lâche » qui vint lui percer le tympan tandis qu’il se relevait après avoir passé la lanière de sa sacoche sur son épaule. Est-ce qu’il avait bien entendu ? Un Serpentard d’un an son aîné qui ne s’en est jamais pris qu’à des plus petits que lui le gratifiait d’une leçon de courage ? Des éclats de rire s’élevèrent une nouvelle fois de la foule et Peter se mit à détester instinctivement tous les élèves de Poudlard en même temps qu’Alexandre Rozen. C’est que la foule devait certes manquer de représentants de Serdaigle en cette après-midi ensoleillée, étaient-ils tous enfermés à la bibliothèque ? En d’autres circonstances une pareille réflexion sur sa couardise aurait coulé sur lui comme de l’eau sur les plumes d’un phénix … sauf que le choixpeau l’avait envoyé dans la maison des lions, que le destin lui avait encore fait croiser le chemin des maraudeurs, et qu’il croyait encore lui, qu’il pouvait être courageux comme ses amis James et Sirius à qui il vouait une admiration sans borne. Il ne trouvait pas Mary MacDonald dans toute cette foule mais craignait bien qu’elle soit là quelque part avec Lily, et même si elle n’était pas là, elle aurait forcément vent de cette histoire ! Alexandre avait sa baguette dirigée contre lui et venait de l’insulter de lâche. Reculer était compliqué même si, par réflexe, il fit quelques pas en arrière tandis que, de ses doigts tremblants, il sortait à son tour son arme de sorcier. Sa main tremblait avec force et il dut la saisir à deux mains de crainte qu’elle ne glisse sous ses doigts moites, son coeur menaçait d’exploser dans sa poitrine, il était terrifié, coincé dans un cauchemar duquel il ne pouvait pas s’éveiller. Il écarta un peu ses jambes cotonneuses pour avoir un meilleur équilibre comme ses meilleurs amis le lui avaient appris. Il ouvrit la bouche mais il sentait les muscles de son diaphragme tellement contractés que aucun son n’en sortit tout d’abord. Finalement, il se mit enfin à bégayer avec maladresse. « Bai-bai-baisse ta brag-braguette ! Tout-tout d'suite !! Euh non ... j'veux dire ta baguette ! ». Il ne voulait pas se battre en duel avec un élève d’une année supérieure qu’il savait être plus doué que lui en matière de duels.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 1001
| AVATARS / CRÉDITS : Miles Heizer (test) /Lydie
| SANG : Pur-Potter !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des tombes aux noms de mes amis
| PATRONUS : un cerf majestueux et classe, comme moi
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le temps des premiers baisers | SUJET CLOS Dim 2 Avr - 12:02

Il n'y avait rien en cette belle journée ensoleillée qui pourrait perturber la sérénité de James Potter. Non, rien, il se l'était promis, aujourd'hui il ne se préoccuperait que de métamorphose. Il ne voulait pas entendre les noms de Rogue, de Avery ou encore de Rozen, et encore moins voir leur tête de serpentard. De toute façon ces albinos n'allaient quand même pas prendre le risque de sortir avec un temps si magnifique ?
La prochaine pleine lune approchait et c'était toujours à cette période que les maraudeurs faisaient le plus d'efforts pour résoudre le problème "devenir un animagus... Fois 3". Allongé sur le ventre, James feuilletait un livre, une autobiographie d'une sorcière qui était notamment devenue animagus, à la recherche de conseils. Sauf que la sorcière avait aussi fait beaucoup d'autres trucs sans rapport, notamment provoqué un duel entre deux sorciers qui se battaient son amour. Il essayait de passer rapidement sur les longues descriptions des deux sorciers qu'elle aimait autant mais la curiosité de savoir qui elle avait choisi au final l'empêchait de passer trop vite sur ces parties sans rapport avec son sujet.
Il était donc tout concentré à sa lecture, ne releva même pas le nez de son bouquin quand Peter leur parla de sa BD et n’entendit pas que Rozen s’approchait de Peter (la sorcière racontait à ce moment là qu’elle avait eu des relations pas très catholiques avec les deux jeunes hommes, que voulez-vous, James était un adolescent de 15 ans…). Cependant il dressa l’oreille quand il entendit Peter parler plus fort, signalant la présence de Rozen… Soupirant doucement, il resta concentré sur sa lecture tout en tendant l’oreille. Peut-être que Peter se débrouillerait, que Rozen partirait sans que les autres maraudeurs n’aient à s’en mêler… James avait un peu trop d'espoir…
Dès que les premiers éclats de rire retentirent, James ferma son bouquin (sans oublier le marque-page) et se redressa. Les murmures qui parcouraient la foule qui se rassemblait autour de Peter et Alexandre l’informèrent rapidement de quoi il s’agissait. Pas le temps de débattre pour savoir si cette histoire de baiser était vraie ou de consulter Sirius et Remus, son ami avait besoin d’aide.
Sortant à son tour sa baguette, James approcha des deux garçons.

-Eh Rozen, t’as peut-être besoin d'une leçon sur le consentement ?

Que Fabian Prewett vienne lui dire, après ça, que Rozen était sympa et différent des autres serpentards...

Spoiler:
 

______________________________
C O R N E D R U E
Le temps suspendit son vol. Il chutait, les bras ouverts de toute leur envergure, le corps détendu et gracieusement arqué : il savait son saut parfait, et la plénitude qu'il ressentit lui donna l'impression d'avoir quitté son propre corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 823
| AVATARS / CRÉDITS : Jackson Rathbone
| SANG : sang mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le temps des premiers baisers | SUJET CLOS Dim 2 Avr - 12:54

Le jeune lycanthrope avait suivi ses amis dans le parc un peu à contre cœur. Il était sorti de la dernière pleine lune dans un pas très bon état. Il boitait encore à cause que la morsure que la bête s'était infligée à elle-même (ou à cause d'une chute dans les escalier, selon la version officielle). Il préférait nettement rester enfermé à la bibliothèque, totalement déserte par cette belle journée de printemps, plutôt que tout le monde puisque constater ses cernes sombres et son teint malade. Mais une fois dehors, il dût bien reconnaître que le soleil était plus qu'agréable, et il se plongea, comme ses amis, dans des lectures sur les animagi, muni de son carnet de note déjà largement noirci.

Malgré le sérieux de ses lectures, lorsque Alexandre aborda Peter, toute son attention se tourna vers eux, bien qu'il fit mine de rester plongé dans son carnet de note. Il jetait de petits coups d'oeil à James et Sirius qui ne parurent pas tout de suite s'inquiéter de l'échange de leur ami avec le Serpentard. Il ne voulait pas prendre les devants, mais il se doutait que ça allait dégénérer d'un moment à l'autre, et il n'était pas question de laisser Peter en mauvaise posture. Soudain, il vit Alexandre imposer à Peter ni plus ni moins qu'une abjecte humiliation, sous les rires d'élèves qui s'étaient tourner vers eux. Il se mettait sur ses pieds en grimaçant alors que James était déjà levé, la baguette à la main. De son pas claudiquant, il les rejoint, et posa une main sur l'épaule de Peter, qui tremblait, autant de rage que de peur. Remus sentait aussi la colère monter en lui, il avait suivi toute la scène et avait très bien compris ce qui s'était passé. C'était un stupide défi, dont Peter était la victime tout simplement parce que c'était tellement drôle de s'en prendre à quelqu'un d'aussi sensible aux humiliations.
"Tu vas t'excuser Alexandre. Tu as vraiment intérêt à t'excuser." Il avait lâché ça d'un ton froid, glacial même, qui surprendrais certainement ceux qui ne connaissait que le Remus doux et conciliant. Mais Rozen avait attaqué son ami sans raison, et c'était une des rares choses qui pouvait vraiment mettre Remus hors de lui.

______________________________

- Remus J. Lupin -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 563
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien (by Thida ♥)
| SANG : Faites genre qu'il est pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le temps des premiers baisers | SUJET CLOS Mar 4 Avr - 11:34

Le temps des premiers baisers
Ft. Peter Pettigrow, Remus Lupin, James Potter


La colère monte de plus en plus chez Pettigrow. Mais le pauvre garçon est tout tremblotant, il a aussi peur qu'un elfe de maison qui doit faire face à son maître après avoir cassé une assiette. Je trouve cela assez pathétique. Comment peut-on être aussi peureux en étant à Gryffondor ? S'il y a bien un truc qui me mettrait hors de moi, c'est qu'on dise que je lui ressemble. Non. Non. Non. Et non. Je n'ai besoin de personne pour me sentir exister, je ne compte plus sur personne pour me protéger. -Pourtant tu restes soumis.-
Mes lèvres se retroussent en un sourire moqueur quand j'entends Pettigrow bégayer. « Wow, calme tes ardeurs Pettigrow. » C'est à ce moment là que décide d'intervenir Lupin qui a un teint aussi cadavérique que s'il venait de sortir d'outre-tombe. J'hausse les sourcils quand il m'ordonne de m'excuser. M'excuser de quoi au juste ? Et inévitablement, Potter ramène son grain de sable et me menace avec sa baguette.
Je les regarde tous à tour de rôle. Devrais-je avoir peur de me retrouver seul contre deux (Pettigrow ne compte pas) ? Mon instinct me dit de partir. Mais ma fierté me dit de continuer sur ma lancée. -Et ta conscience te dit de ranger ta baguette et de t'excuser.- Si j'ai peur, je ne le montre absolument pas. Est-ce que j'ai peur déjà ? Peut-être un peu. J'essaye tout de même de calmer le jeu. « On se calme. Je vous assure que je n'allais pas attaquer votre copain. Par contre... S'il avait osé m'attaquer, je ne l'aurais pas loupé. » Mon ton est glacial. J'essaye de me faire comprendre. C'est vrai quoi ! Je n'allais rien lui faire à ce pauvre gars ! Sauf s'il m'avait attaquer. Légitimement, je me serais défendu. Je ne m'attaque pas aux plus jeunes en matière de magie, je trouve ça trop facile. Je garde ma baguette levée pour contrer d'éventuelles attaques.
« Je n'attaquerais aucun d'entre vous, je ne m'attaque pas aux plus jeunes de la sorte. Je ne suis pas sans scrupule. Pourquoi venez-vous défendre Pettigrow ? Il ne peut pas le faire tout seul ? Vous l'en jugez incapable  ? »  -C'est bien de calmer le jeu pour remettre de l'huile sur le feu juste après.- Je suis totalement franc dans mes propos. C'est comme ça que paraît leur attitude à mes yeux. Peter Pettigrow est le faire-valoir de ses amis, ça ne trompe personne. J'ai presque pitié de lui. Enfin non, il accepte tout de même la situation, et ça me tue. Comment peut-on faire preuve d'aussi peu d'affirmation de soi ? -Baisse ta baguette, nom d'un lutin de Cornouailles !- Je baisse lentement ma baguette en évitant tout mouvement brusque, tout en restant sur mes gardes.



Dragées:
 

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 214
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : subir le doloris
| PATRONUS : un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le temps des premiers baisers | SUJET CLOS Mer 5 Avr - 9:43

Tandis qu’il brandissait sa baguette de ses deux mains tremblantes, Peter pouvait sentir le sang battre à ses tempes. Il ne s’était jamais senti à l’aise au club de duels, mais l’était encore moins face à une rixe qui se dessinait avec un duelliste confirmé. Les élèves composant le public étaient de plus nombreux. Concentrant toute sa panique sur le sorcier qui lui faisait face, il entendit à peine James arriver à ses côtés. Il essuya très rapidement son front qui perlait de gouttes de sueur sur sa manche sans perdre sa position car il craignait de s’exposer à un sortilège lancé par-dessous la cape. Il savait penser comme un Serpentard, plus qu’il ne l’aurait souhaité, plus qu’il ne l’admettait.

Il fallut bien que Remus lui pose la main sur l’épaule et instaure un contact entre eux pour qu’il prenne finalement conscience qu’il n’était plus tout seul. Il jeta un rapide coup d’œil au visage fatigué mais pourtant fort du lycanthrope puis à la baguette brandie du poursuiveur, et un mince sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu’il regardait de nouveau son adversaire, la roue avait tourné, n’est-ce pas ? Il avait l’impression de respirer à nouveau et, cela profitant sans doute à sa position, ses mains tremblèrent un peu moins. Et voilà que le cinquième année, en misérable représentant d’une maison qu’il jugeait toute aussi misérable, commença à se défausser. Il oublia un instant ses railleries sur son physique pour se justifier. Peter qui avait une excellente mémoire pour les crasses qu’on pouvait lui faire, sinon pour les cours, se souvenait très bien de tous les affronts que la maison verte avait pu lui faire subir depuis sa première année à Poudlard. Et il existait une règle commune à tous ces assauts. C’est que lorsqu’il était seul, les vipères attaquaient et que lorsqu’il était en compagnie de ses amis, les vipères se taisaient. Aussi il ne crut pas une seule seconde aux dires d’Alexandre qui avait après tout déjà brandi sa baguette avant que les renforts n’arrivent. Il alla même jusqu’à jouer la carte de la noblesse de celui qui ne les attaque pas parce qu’ils sont plus jeunes comme s’il était connu pour appliquer un code jusque là. « Alors baisse ta baguette et excuse-toi ! » siffla une nouvelle fois Peter entre ses dents sans fourcher. Après tout, il tenait encore sa brindille levée et le blondinet se doutait que ce n’était pas dû à l’excitation de leur baiser.

Il fut un peu décontenancé quand Alexandre s’adressa à ses amis pour juger qu’il était incapable de se défendre. Peter se redressa un instant en oubliant une seconde sa position défensive, touché ! Il regarda tour à tour Remus ainsi que James qui n’avait contrairement à lui pas aussi facilement perdu sa position. Est-ce qu’ils pensaient ça de lui ? Cette affirmation contenait après tout une large part de vérité dont Peter Pettigrow n’était certes pas bien fier. Alexandre baissa alors sa baguette et se sentant sans doute ragaillardi par sa position de dominance sur le cinquième année devenu vulnérable, Pettigrow lui répondit finalement. « C’est aussi à ça que servent les amis, tu le saurais si t’en avais … ». C’est pas tous les jours que Peter sortait un burn, et il s’étouffa d’un petit rire mesquin avant de tousser. Avait-il avalé un moucheron ? Il jeta un coup d’œil en coin à James, il ne baisserait pas sa baguette tant que son ami ne l’aurait pas baissée. Même s’il était celui offensé par Alexandre, il avait l’impression d’avoir retrouvé sa confortable position de suiveur.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 1001
| AVATARS / CRÉDITS : Miles Heizer (test) /Lydie
| SANG : Pur-Potter !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des tombes aux noms de mes amis
| PATRONUS : un cerf majestueux et classe, comme moi
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le temps des premiers baisers | SUJET CLOS Ven 7 Avr - 20:25

Alexandre commença à faire profil bas quand il vit que Peter était rejoint par ses meilleurs amis, James d'abord armé de sa baguette, puis Remus qui sommait le serpentard de s'excuser, et Sirius, un peu plus en retrait mais tout aussi prêt à faire rempart contre l'élève qui croyait s'en prendre impunément à l'un des maraudeurs.
James eut un ricanement alors que Alexandre leur proposait de se calmer. Le serpentard était totalement incohérent, il avait causé toute cette esclandre puis il prétendait avoir des scrupules, il essayait de calmer tout le monde avant de remettre de l'huile sur le feu.
Le maraudeur n'avait pas envie de se battre mais pour autant, il n'était pas prêt à baisser sa baguette non plus. Il savait très bien que Peter attendait de voir ce qu'il ferait pour le suivre. Il pourrait mettre Rozen au sol très facilement, maintenant qu'il avait baissé sa baguette : il avait l'avantage. Et surtout, ils étaient quatre, Alexandre était seul. La journée s'annonçait bien et s'il venait à provoquer un duel, James savait qu'il finirait avec une retenue... Pourtant, Rozen ne pouvait pas s'en sortir aussi facilement après avoir essayé d'humilier Peter.
Il acquiesça à la dure réponse de Peter, décidant de ne pas envenimer les choses. Il avait pleine confiance en Peter, il irait jusqu'où il voudrait.

« Je crois que Peter t'a demandé quelque chose, Rozen. Tu as commencé à chercher les ennuis. »

Puis, lançant un coup d'oeil rassurant à Peter, il réajusta ses doigts sur sa baguette en la tenant plus fermement. « C'est toi qui décides, Peter. »
Si Peter lançait un sortilège et que Rozen répliquait, James était prêt à le contrer. Il voulait montrer qu'il n'était là que pour défendre et soutenir Peter et non pas régler ses problèmes comme le sous-entendait le serpentard.

______________________________
C O R N E D R U E
Le temps suspendit son vol. Il chutait, les bras ouverts de toute leur envergure, le corps détendu et gracieusement arqué : il savait son saut parfait, et la plénitude qu'il ressentit lui donna l'impression d'avoir quitté son propre corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 823
| AVATARS / CRÉDITS : Jackson Rathbone
| SANG : sang mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le temps des premiers baisers | SUJET CLOS Sam 8 Avr - 12:10

L'attitude d'Alexandre exaspérait Remus, qui haussa les sourcils quand il assura qu'il n'attaquerait pas le premier. Il avait déjà attaqué le premier, en imposant à Peter une humiliation publique, et en continuant à insister sur sa faiblesse, alors que le fait que ses amis se tiennent autour de lui, prêt à le défendre, étant en fait sa plus grande force. C'était d'ailleurs la force de chacun d'entre eux, de pouvoir compter les uns sur les autres, sans réserve. Remus était le seul à ne pas avoir sorti sa baguette, et le fait que le Serpentard baissait déjà la sienne l'incita à la garder dans sa poche. Il ne fallait pas que ça finisse en duel, mais Peter devait obtenir des excuses.

Remus avait l'habitude de suivre les initiatives de James ou Sirius, mais quand James confia à Peter la décision d'engager ou pas le duel, il resserra un peu sa prise sur l'épaule de ce dernier. Peter n'avait pas l'habitude d'avoir ce genre de responsabilité, Remus le savait, et il connaissait assez son ami pour savoir que ça risquait soit de le paniquer, soit de le faire agir stupidement. Il avait beau avoir une confiance totale en chacun de ses amis Maraudeurs, il connaissait aussi parfaitement autant leurs qualités que leurs défauts. Il se pencha vers lui, sans quitter Rozen des yeux.
"On n'a pas besoin de se battre, Peter, il a déjà baissé sa baguette. Juste qu'il s'excuse." Puis il s'adressa au Serpentard. "Tu as moins intérêt que nous à ce que ça dégénère Rozen. Peter veut des excuses, et je me permet de demander aussi une explication. Quel était ton intérêt à humilier Peter de cette façon ? C'était gratuit, et totalement stupide. Tu t'es humilié toi même encore plus que tu n'as humilié Peter. Qu'est-ce que tu y avais à y gagner ?"

______________________________

- Remus J. Lupin -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le temps des premiers baisers | SUJET CLOS

Revenir en haut Aller en bas

Le temps des premiers baisers | SUJET CLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Un matin à la volière... [sujet clos]
» découverte d'un FNI: félin non identifié! (pv fely) sujet clos
» Une porte s'ouvre alors qu'une autre se ferme [Sujet clos]
» La faim fait bien les choses. [Leen'] sujet clos.
» [Sujet clos] Le dernier recours en situation désespérément désespérée est resté, reste et restera toujours l'appel au secours. [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: L'extérieur :: Le parc du château et son Saule Cogneur-