Venez découvrir et commenter la Gazette de Mai 1975, ici !
C'est les vacances, sur ATDM ! Au programme, croisière autour du monde et camp de vacances version Sang Pur en Transylvanie. Plus d'explications ici ! Vous retrouverez Poudlard à la rentrée, passez un bon été !
Un premier atelier a été ouvert par Mrs Lerouge pour les Sang Pur en Transylvanie. Au programme : entraînement aux sortilèges impardonnables. Vous êtes attendus juste ici !
Venez vous inscrire pour le premier match d'Aquaquidditch de cette croisière !
Pour les nouveaux adultes, n'oubliez pas de nous signaler vos changements de bannières.

Partagez|

Une nouvelle dans la fratrie | SUJET CLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 442
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by fassylover
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Slenderman
| PATRONUS : Un canard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Une nouvelle dans la fratrie | SUJET CLOS Sam 15 Avr - 15:07

Marlene ne s’était jamais intéressée à Arthur McLane. Même quand son amie Maya avait commencé à flirter avec lui et à lui en parler à table, l’Écossaise n’attardait jamais plus de deux secondes ses yeux sur son patriote pour lâcher un vague « Ouais il est mignon … » avant de se réintéresser à son dessert. C’est que les histoires de garçons, ça l’avait très longtemps laissée indifférente.

Et puis voilà, après les vacances de noël, à peu près une heure avant de monter dans le train comme les autres années pour retourner au château, elle avait fait la rencontre étonnante de son demi-frère alors qu’elle s’attendait à retrouver son père. Une toute nouvelle famille s’ouvrait à elle. Elle correspondait depuis régulièrement avec Caradoc, chez qui elle se trouvait de plus en plus de points communs, et avait fini par apprendre qu’il avait, et elle également par extension, deux cousins à Poudlard : les frères McLane ! Elle se surprenait parfois à les suivre du regard en occultant le monde autour. « Marlene ? Allo ici la terre ? » « Mmh … tu disais ? » demanda-t-elle finalement en lâchant l’aîné des deux frères du regard. « Tu veux toujours me faire répéter ? ». Arthur venait de disparaître à l’angle du couloir. « Euh … une prochaine fois ! ». Elle s’engagea derrière lui.

L’ennui, c’est qu’elle se voyait mal tapoter sur l’épaule d’Arthur pour lui lâcher de but en blanc qu’elle était sa cousine. Et pourquoi pas une beuglante qui hurlerait surprise en gerbant une explosion de cotillons aussi ? Elle n’avait mis personne au courant ni sa mère, ni son petit-frère, ni ses amies, absolument personne. Et elle aurait eu l’impression étrange de trahir et de renier une partie d’elle-même si elle s’était mise à tisser un lien de cousinage avec l’aiglon. Et puis peut-être qu’il s’en serait battu les cognards aussi d’avoir une cousine ? Ils n’avaient à proprement parler aucun lien de parenté. Elle craignait le rejet par dessus tout. Alors voilà, elle s’amusait depuis à créer avec lui de fortuites rencontres. Seulement le garçon qui semblait trouver son manège assez étrange semblait la fuir depuis quelques jours et cela devenait de moins en moins facile de lui rentrer dedans par inadvertance. « Parfait ! » lâcha-t-elle entre ses dents en le voyant rejoindre les toilettes car il ne pourrait ainsi pas lui échapper.

Elle le suivit et glissa ses mains sur ses yeux pour ne pas rencontrer une vision qui aurait pu attenter prématurément à son innocence. Ouf, personne du côté des urinoirs, juste une odeur prégnante de pipi qui lui fit froncer les narines. « Arthur ! Arthuuuuur ! » commença-t-elle à appeler en toquant à toutes les portes des cabines. « C’est Marleeeene ! T’es lààààà ? » demanda-t-elle du ton le plus naturel du monde. C'est qu'ils allaient devoir tous s'habituer à compter une fille dans leur grande fratrie de garçons !


Dernière édition par Marlene McKinnon le Ven 12 Mai - 9:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 275
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Thomas Brodie-Sangster • by Niclas
| SANG : ϟ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son frère maculé de sang
| PATRONUS : Lynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une nouvelle dans la fratrie | SUJET CLOS Lun 17 Avr - 11:41

Malaise



Ça faisait plusieurs jours voire même plusieurs semaines que j’étais pris dans un drôle de manège malgré moi. Sans pouvoir l’expliquer, quoi qu’il arrive, je faisais fortuitement la rencontre de Marlene McKinnon au moins une fois tous les deux jours. Je la connaissais uniquement de nom ou par la renommée d’indignée et de porte-parole des causes perdues qu’elle avait réussi à se forger à travers toute l’école. Je devais bien reconnaître qu’elle avait parfois de bonnes idées -comme cette reprise de Roméo et Juliette du fabuleux Shakespeare- et devant Maya, je devais bien feindre si ce n’est admettre qu’elle était une fille cool puisque ma copine semblait lui porter une grande attention.
Mais la vérité, c’est que jusqu’à lors, je n’y avais jamais vraiment fait gaffe.

Oui. Jusqu’à ce qu’étrangement, on se rentre dedans un peu près tous les deux jours voire même tous les jours et que j’ai le droit à ses plus plates excuses et à ses sourires navrés.
Au début, je n’y avais pas franchement prêté attention mais plus nos collisions devenaient fréquentes, plus de drôles d’idées se mirent à trotter dans ma tête, enflammées par les remarques de mes potes qui, à chaque fois, riaient aux éclats et se moquaient soit de moi soit d’elle pendant au moins une heure.

Est-ce qu’elle voulait sortir avec moi ?

En temps normal, j’en aurai été flatté mais là franchement … c’était bien trop bizarre et de toute façon, j’étais en couple ! Je n’avais pas prévu de faire du tort à Maya, surtout lorsqu’il s’agissait d’une de ses amies. Et d’ailleurs, cette seule idée me rendait mal-à-l’aise. Si Marlene était amie avec Maya, elle était forcément au courant que nous étions en couple. Alors pourquoi vouloir sortir avec moi sous le nez de sa propre amie ?
Tout me criait que l’idée était complètement folle mais je ne voyais pas d’autres explications rationnelles. Un filtre d’amour ? Depuis le temps que ça durait, les effets se seraient déjà estompés. Un sort attracteur ? Qui pourrait donc s’amuser à nous faire ça ? Quelqu’un qui voulait briser notre couple, à Maya et à moi ? C’est vrai que les ragots avaient fusés à notre sujet mais tout de même …

Enfin, toujours est-il que ces étranges rencontres et toutes les questions qu’elles soulevaient me chamboulaient assez. A un tel point que j’avais décidé d’éviter un maximum Marlene avant que quelque chose de plus grave ne se produise.

Un jour, j’avais quitté la Grande Salle en compagnie d’Elliot. Il m’avait demandé de lui expliquer un passage qu’il ne comprenait pas dans son cours de métamorphose et heureusement, tant qu’il s’agissait de théorie, j’arrivais à m’en sortir. Alors, nous nous dirigeâmes vers la bibliothèque après le diner.
Mais c’était sans compter sur Miss McKinnon.

Depuis toutes nos rencontres, j’avais peut-être décidé de l’éviter mais pas de totalement l’ignorer. Je lui prêtais d’ailleurs même plus d’attention, la guettant pour mieux m’écarter de son passage. Alors forcément, je l’avais aperçue nous zieuter alors que nous quittions la Grande Salle. Et, presque devenu paranoïaque, lorsque j’avais entendu dans bruits de pas nous suivant dans les couloirs, je m’étais très vite imaginé que ce fut elle. Ah non ! Qu’elle me cherche pendant que je suis avec mes potes, c’est une chose. Mais pas lorsque je suis avec Elliot !

- Vas-y, je te rejoins. Je dois passer aux toilettes, lançais-je à Elliot comme nous passions à l’étage des toilettes. Ça tombait bien, ce n’était pas uniquement pour échapper à Marlene. J’avais besoin d’y aller.

Pressé, je m’engouffrai dans une cabine et, une fois que j’eus fini, je ne bougeai pas pour autant, tendant l’oreille, tentant de percevoir des bruits de pas. Malheureusement, ce ne fut pas que des pas que j’entendis…
- Arthur ! Arthuuuuur ! Et merde … Mais elle n’en avait jamais assez cette fille ? Elle venait même me harceler aux chiottes. Pendant un instant, je fus tenté de ne pas bouger, de ne rien dire mais comme je l’entendais toquer aux portes des cabines … C’est Marleeeene ! T’es lààààà ? ajouta-t-elle comme si je n’avais pas encore compris de qui il s’agissait. ‘Fait chier …

Je soupirai longuement avant de finir par tirer la chasse et sortir de la cabine, me dirigeant vers les lavabos sans même lui accorder un regard. Elle était folle cette fille ou quoi ? Me levant les mains dans des gestes trahissant mon énervement, je finis par lâcher sur un ton froid et cassant :
- Qu’est-ce que tu veux ? Si ça ne tenait qu’à moi, je serai déjà parti car je n’avais aucune envie qu’on nous découvre tous les deux, seuls, dans les toilettes des mecs. Ça ferait rapidement le tour de Poudlard et j’allais pouvoir y aller pour expliquer ça à Maya …

© GASMASK


Citation :

Bon bah ce sera un Arthur énervé finalement Rolling

  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées



Dernière édition par Arthur J. McLane le Mer 19 Avr - 11:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 442
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by fassylover
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Slenderman
| PATRONUS : Un canard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une nouvelle dans la fratrie | SUJET CLOS Mer 19 Avr - 9:55

Marlene toquait aux portes mais personne ne répondait. Il ne semblait y avoir personne. Lorsqu’un garçon souhaita entrer pour se soulager, elle ne prit même pas la peine de l’identifier et lui rabattit immédiatement la porte au nez. « C’est occupé … » lâcha-t-elle simplement avant de plisser ses yeux de griffons vers les différentes portes de cabines. Elle était sûre d’avoir vu Arthur entrer dans les toilettes et foi de McKinnon, la porte ne s’ouvrirait pas avant qu’il la franchisse lui avec elle à ses côtés. C’est qu’elle était plutôt têtue. « Arthur ? ». Mais encore une fois seul l’écho de sa propre voix lui répondit. Alors qu’elle commençait à entreprendre de se pencher pour trouver ses pieds dans l’interstice situé sous les portes des cabines, un bruit de chasse d’eau retentit et elle se redressa immédiatement car elle ne voulait pas non plus pour que son pauvre cousin se sente harcelé.

Elle adressa un énorme sourire à Arthur quand il sortit de la cabine et le suivit d’un pas sautillant jusqu’au lavabo mais lui ne semblait pas vraiment la calculer. Elle n’était pas habituée à son ton froid et combattit comme à son habitude la gêne d’un petit rire et d’une petite blague. « Holala, t’es de mauvais poil dis donc ! T’as peut-être pas eu le temps de faire caca ? C’est important d’y aller après le petit-déjeuner pour se débarrasser d’un excès de fibres, ça met de bonne humeur il paraît … » expliqua-t-elle d’un ton tout ce qu’il y avait de plus scientifique mais en souriant quand même parce que bon, le mot caca, ça la faisait rire. Il n’avait pas l’air d’être amusé par sa remarque et elle se dit qu’il n’avait sans doute en effet pas eu le temps de finir sa petite affaire. Elle resta un petit moment adossée au lavabo à s’observer les pointes de ses cheveux entre deux doigts sans trop savoir comment poursuivre la conversation après cela. Se disant qu’il était assez compliqué de ne pas partir sur des propos scatophiles, elle décida donc naturellement de passer du coq à l’âne. Elle laissa tomber ses cheveux en même temps que ses étranges manières pour le regarder à nouveau tout sourire. « Je voulais simplement savoir comment tu allais ! Ca fait un moment qu’on ne se croise plus … ». Ca faisait plus de quarante-huit heures au moins, mais que faisait donc la police magique ? « Tu me parlais de ton enfance la dernière fois, mais t’avais pas eu le temps de terminer … ». Elle pouffa de rire toute seule en se disant qu’il était certes habitué aux tâches inachevées mais n’en rajouta aucune couche. Elle feignit de s’étouffer pour reprendre un semblant de contenance avant de reprendre. « Tu disais que ton père était souvent absent. Du coup tu dirais que t’es plus proche de ta mère et de ton frère ? ». Des questions comme cela plus ou moins personnelles, elle lui en avait déjà adressé des tas ! Elle avait besoin de connaître et de comprendre la famille Dearborn et par extension la famille McLane pour se rassurer sur leur compte. Elle avait l’impression désagréable qu’appartenir à une autre famille que celle des McKinnon lui faisait trahir son nom, alors débarquer en plein repas de famille ? Sûrement pas comme ça ! Sûrement pas sans savoir où elle mettait les pieds ! Elle l’observait donc avec des grands yeux de botrucs diablement curieux. Elle buvait toujours ses paroles avec un grand intérêt comme s’il lui avait appris comment résoudre les mystères du temps et de la mort.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 275
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Thomas Brodie-Sangster • by Niclas
| SANG : ϟ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son frère maculé de sang
| PATRONUS : Lynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une nouvelle dans la fratrie | SUJET CLOS Mer 19 Avr - 12:04

Malaise



Bien sûr, ça ne lui avait pas suffit que je l’ignore totalement dans un premier temps avant de m’adresser à elle d’un ton glacial. Il fallait qu’elle me suive jusqu’au lavabo, comme si ce n’était pas déjà assez gênant qu’elle soit venue me trouver devant la porte des chiottes … Cette fille restait un mystère, un mystère bien trop bizarre pour moi !

- Holala, t’es de mauvais poil dis donc ! T’as peut-être pas eu le temps de faire caca ? fit Marlene sur le ton de la plaisanterie. Sauf que moi, ça ne me faisait pas du tout rire. J’arrêtais aussitôt de me rincer les mains, laissant l’eau couler à flot, pour lever un regard perplexe et passablement énervé vers elle. Elle continuait à déblatérer mais je ne l’écoutais plus. Sérieusement ? Dans sa petite tête, il n’y avait rien qui lui disait que cette conversation -ou plutôt ce monologue- clochait ? Comme une petite lumière rouge qui s’allumait pour l’avertir qu’elle avait franchie une limite aussi bizarre que malaisante ? Nan mais franchement, elle n’avait rien de mieux à faire que venir m’importuner dans le pire lieu de l’école pour une conversation ? Je sais pas, elle pourrait peut-être aller déblatérer sur d’autres mecs avec ses copines, ce serait toujours une meilleure idée que celle-ci.
- Je voulais simplement savoir comment tu allais ! Ca fait un moment qu’on ne se croise plus … reprit-elle, passant du cocatrice à l’éruptif. C’est vrai que deux jours, ça faisait largement de trop … Décidément, il fallait que je parle de cette fille à Maya, elle n’avait pas bien. Vraiment pas bien. Et au fond de moi, j’espérais sincèrement que Marlene était aussi étrange avec ses amies parce que si elle ne l’était qu’avec moi, il avait vraiment de quoi être très gêné.
- Mouais, grommelais-je en fermant enfin le robinet. J’agitais mes mains plusieurs fois au dessus du lavabo pour les égoutter tout en ajoutant : Bah tu vois, ça allait bien, en insistant bien sur le "allait" pour lui faire comprendre qu’elle n’était, somme toute, pas désirable dans un endroit pareil.

- Tu me parlais de ton enfance la dernière fois, mais t’avais pas eu le temps de terminer …
My bad. J’avais fait la grossière erreur de lui accorder un peu d’attention lorsqu’elle m’avait posé ses questions et maintenant elle devait commencer à s’imaginer des choses. Et d’ailleurs, quand est-ce que j’avais jugé bon de lui déballer ma vie ? Je ne me souvenais plus de pourquoi je n’avais pas eu le terminer mais, honnêtement, c’était tant mieux ! Enfin … jusqu’à ce qu’elle revienne à la charge …
- Tu disais que ton père était souvent absent. Du coup tu dirais que t’es plus proche de ta mère et de ton frère ? Oh ! C’est trop gentil de me rafraîchir la mémoire ! Mais elle m’avait fait boire du veritaserum pour que je lui raconte tout ça ?
Sur le coup, j’hésitais à partir tout simplement, sans demander mon reste et à la planter là mais sans trop savoir pourquoi, je restai tout de même là, m’appuyant contre le lavabo, à la toiser tout en croisant les bras dans un air sévère. Je restai silencieux un certain moment avant d’ouvrir la bouche (par miracle car je n’avais pas vraiment l’intention de lui en dire plus).
- Ouais mon père est pas mal absent mais peut-être que d’ici quelques années, il deviendra juge du Magenmagot donc je vais pas lui en vouloir. Et ma mère … commençais-je tout en me disant que c’était foutrement bizarre comme question. Bah c’est ma mère quoi. Forcément que je suis proche d’elle mais j’ai plus dix ans non plus quoi. Quant au sujet d’Elliot : Et oui je suis très proche de mon frère mais y’a pas besoin d’être Sherlock Holmes pour s’en rendre compte. J’avais dit ça avec plus d’intensité, n’aimant pas trop parler de ma relation avec Elliot. Ce n’était pas tant que j’avais honte d’elle, j’assumais parfaitement d’être un grand frère (sur)protecteur. C’était plutôt que j’avais honte de ce que j’avais fait et que ça me hanterait pendant longtemps encore.
- Et … on peut savoir pourquoi tu veux savoir tout ça, maintenant ? lâchais-je de but en blanc en lui décochant un regard désapprobateur.


© GASMASK


Citation :


  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées
  • Faire un post dans lequel le prénom de votre personnage n'apparaît pas - 2 dragées
  • Inventer une expression sorcière "passer du cocatrice à l'éruptif" - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 442
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by fassylover
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Slenderman
| PATRONUS : Un canard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une nouvelle dans la fratrie | SUJET CLOS Ven 21 Avr - 15:26

Marlene avait beau parler la même langue et partager le même accent que Arthur, elle ne nota absolument pas la subtilité du changement de temps qu’il employa pour l’informer qu’il allait bien. C’est que la small talk n’était qu’un prétexte pour ne pas commencer d’une manière trop rude son interrogatoire. L’Écossaise ne lâchait pas l’aîné du clan McLane du regard et adoptait même par un étrange mimétisme ses clignements d’yeux et ses dodelinements de tête. « Mmh Mmh … » furent les seuls acquiescements venant de temps en temps ponctuer les silences d’Arthur. Il n’y avait aucun propos qui ne tombe dans la sourde oreille d’un niffleur et elle analysait absolument tout … Elle avait donc un oncle au magenmagot ? Voilà qui était une profession tout à fait honorable de son point de vue, un justicier pourfendeur du mensonge et de l’obscurantisme, ça lui parlait très naïvement ! Et sa mère semblait être très présente pour ses enfants, comme la sienne, elle avait élevé des enfants qui s’aimaient. « Et elle travaille ? » voulut-elle immédiatement savoir tandis que son coeur s’emballait. Et si c’était une famille sorcière au sens très classique du terme ? Et si elle se faisait juger pour vouloir être carriériste ? Et si on l’enfermait dans une cuisine alors qu’elle ne savait que réchauffer des plats surgelés ? Elle paniquait comme si elle y était ! Elle admirait les femmes investies dans leur famille - heureusement que sa mère en était une ! - mais elle ne s’était jamais vue en devenir une à son tour. Elle ne voulait avoir aucun enfant et changer le monde comme si ses deux valeurs avaient été inconciliables. Il cita ensuite Sherlock Holmes et elle se détendit et respira à nouveau - elle s’était inconsciemment raidie en resserrant ses griffes sur le lavabo - car c’était le héros d’une série de romans moldus. « Et vous … vous aimez bien les moldus alors ? » s’égara-t-elle à demander prudemment.

Elle ouvrait la bouche car s’apprêtait déjà à enchaîner les questions - elle était impossible à stopper depuis maintenant des jours et des semaines - mais fut coupée dans ses pensées. Arthur la surprit en lui adressant à son tour une question certes plus pertinente que toutes celles qu’elle lui avait déjà adressées. « Hum … » réfléchit-elle longuement en cherchant une réponse au plafond mais celui-ci n’était pas magique. Oh tu vois, maintenant qu’on est dans la même famille, j’adorerais savoir si vous allez me transformer en femme au foyer uniquement bonne à organiser des cocktails et à élever des petits sorciers tout guindés avant de vous débarrasser de la partie moldue de la famille, surprise, je suis ta cousine ! Ca ne lui paraissait pas être la meilleure des réponses en ce moment et son coeur se mit à battre la chamade tandis qu’elle cherchait à se reprendre car elle était normalement bien meilleure menteuse que ça. « C’est pour Maya ! » mentit-elle finalement de manière tout à fait éhontée. « C’est l’une de mes meilleures amies alors tu vois … je voudrais pas qu’elle sorte avec n’importe qui … » broda-t-elle en rougissant. Maya était certes l’une de ses meilleures amies et pour cette raison Marlene lui faisait déjà confiance pour sortir avec un charmant jeune homme. Mais qu’en était-il du reste de sa famille ? Et de la sienne ? « Tu … euh … elle ne sait pas que je fais tout ça pour elle ! Alors ne te sens pas obligée de tout lui répéter hein ? ». Elle lui attrapa le bras et lui adressa un clin d’œil avant de se pencher un peu vers lui pour confesser à voix basse. « Nos petites entrevues peuvent rester secrètes ». S’il racontait tout à Maya elle craignait qu’avec sa cervelle bien faite de Serdaigle elle ne lève vite le voile sur son secret.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 275
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Thomas Brodie-Sangster • by Niclas
| SANG : ϟ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son frère maculé de sang
| PATRONUS : Lynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une nouvelle dans la fratrie | SUJET CLOS Dim 23 Avr - 12:32

Malaise



Pourquoi avais-je tellement l’impression que Marlene était en train de me faire passer un interrogatoire ? Ses acquiescements à intermittence me donnaient l’impression qu’elle était un policier moldu qui prenait la déposition d’un témoin ou d’un suspect. Et ça avait le don de me mettre plus mal-à-l’aise que je ne l’étais déjà. Alors lorsqu’elle m’interrogea sur ma mère, j’hésitai, bredouillant comme un enfant.
- Heu o-oui … Bien sûr qu’elle travaille. D-dans un pub moldu à côté de chez moi, à Dunvegan. Je savais qu’elle était une compatriote écossaise aussi n’avais-je pas besoin de lui préciser que j’habitais sur l’île de Skye. Ça fait des années qu’elle y travaille. En fait elle a commencé à y bosser juste après ma naissance. Malgré un emploi qui était souvent jugé comme peu reluisant et peu gratifiant, j’étais extrêmement fier de ma mère car, lorsque Duncan a déshérité mon père, ce dernier n’avait pas fini ses études et c’était grâce au petit boulot de Maman qu’on avait réussi à survivre.
- Et vous … vous aimez bien les moldus alors ? s’aventura prudemment Marlene. Je la gratifiai d’un regard perdu, les sourcils froncés non pas en signe de désaccord mais de totale incompréhension. Ses questions devenaient de plus en plus étranges et pour quelqu’un qui prônait la mixité, j’avais beaucoup de mal à imaginer Marlene poser une telle question. N’était-elle pas plutôt du genre à décréter que tout le monde devait s’aimer plutôt que de demander de telles choses qui étaient, disons-le, bien plus dignes de sang-purs racistes ? D’autant plus qu’avec ce que je venais de dire, il n’y avait pas de place pour le doute.
- Baaah oui … commençais-je avant de me livrer à elle sans vraiment comprendre pourquoi. Tu sais, on a toujours vécu plus proches des moldus. Ma mère a pas mal d’amis qui ne sont pas sorciers et pourtant on s’entend très bien avec eux. D’autant plus que … la pureté du sang, mon père a craché dessus il y a pas mal d’années. Ça n’a pas plu à Duncan, mon … "grand-père", mais c’est pas plus mal si tu veux mon avis.

Néanmoins, je me rendis bientôt compte de ce que je venais de lui dire, des secrets de familles que mon père n’aurait pas voulu que je dévoile. Certes, certains élèves de Poudlard étaient au courant de mon aversion pour les sang-purs mais ce n’était tout de même pas une raison pour le crier sur tous les toits.
Alors, soudainement irrité par mon propre comportement, j’avais froidement interrogé Marlene quant à ses véritables intentions. Elle en fut surprise. Tant mieux, peut-être cela l’empêcherait-elle de me cacher la vérité. Toutefois, elle se prit le temps de la réflexion, n’arrangeant en rien mon impatience. Je finis, d’énervement, par tapoter de mes doigts le lavabo, espérant que cela la presserait à me répondre.
- C’est pour Maya ! s’exclama-t-elle enfin.
- Pardon ? demandais-je, incrédule, stoppant immédiatement de martyriser le lavabo. Je la dévisageais d’un air étrange, attendant plus d’explications.
- C’est l’une de mes meilleures amies alors tu vois … je voudrais pas qu’elle sorte avec n’importe qui …
Je restais silencieux un long moment, la gratifiant d’un froncement de sourcils tout à fait explicite. Elle s’imaginait qu’elle avait le droit d’enquêter sur mon couple en toute impunité, simplement parce que Maya était une de ses meilleures amies ? Et pourquoi me mettais-je tout à coup à m’imaginer que c’était Maya elle-même qui l’avait chargé de mener sa petite enquête. Heureusement, Marlene me rassura (le mot était bien grand !) aussitôt.
- Tu … euh … elle ne sait pas que je fais tout ça pour elle ! Alors ne te sens pas obligée de tout lui répéter hein ?
Je me pris le temps de la réflexion. J’avais beau ne pas du tout apprécier ses manières, je me voyais mal, en effet, aller tout raconter à Maya. Même si je savais à présent que ce n’était pas elle qui était derrière tout ça, j’étais certain qu’en allant lui parler, elle le prendrait mal et s’imaginerait que je pensais qu’elle soit l’instigatrice de cette mascarade. Et je n’avais certainement pas envie de me disputer avec ma copine à cause des lubies d’une pauvre fille comme Marlene. Finalement, je lui dis, sur le même ton froid :
- Bah tu vois, c’est désolant de voir que t’as si peu confiance en les choix de tes meilleures amies. Non, je n’avais pas envie d’être gentil. Je lui dirai rien. Mais pas pour te protéger. C’est uniquement parce que je n’ai pas envie qu’elle s’imagine des choses.

Puis, passant du cocatrice à l’éruptif, je lui demandais, sans me radoucir pour autant :
- Et ça va, mes réponses sont satisfaisantes au moins ?


© GASMASK


Citation :

Arthur est un connard Coeur

  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées
  • Faire un post dans lequel le prénom de votre personnage n'apparaît pas - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 442
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by fassylover
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Slenderman
| PATRONUS : Un canard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une nouvelle dans la fratrie | SUJET CLOS Mar 25 Avr - 11:42

Maman McLane et maman McKinnon semblaient se ressembler à bien des égards et pas uniquement à celui tenant à la consonance très écossaise de leur nom. Cela était assez rassurant. Dans un monde idéal, peut-être aurait-elle même pu envisager d’intégrer sa maman à laquelle elle tenait comme à la prunelle de ses yeux au reste de la famille Dearborn et McLane. C’est que maman McKinnon pouvait parfois avoir des avis aussi tranchés sur les sorciers qu’un Avery ou une Travers pouvaient en avoir sur les moldus. Elle n’avait connu qu’un sorcier et il lui avait brisé le coeur alors forcément … Sa maman la suivait certes toujours sur le chemin de traverse au moment des emplettes de la rentrée et de noël mais elle était toujours soulagée de retourner ensuite se cacher dans la lande verdoyante. La famille de Caradoc semblait ouverte d’esprit et la famille d’Arthur aussi … sauf peut-être cet grand-père Duncan qu’il faudrait surveiller. Mais c’était majoritairement de bonnes nouvelles et Marlene souriait avec satisfaction.

L’interrogatoire avait finalement basculé et elle s’était à son tour adossée contre le lavabo des suspects le visage éclairé par la fenêtre qui laissait entrer un jour lumineux. Marlene avait trouvé le premier prétexte qui lui passait par la tête pour y répondre et c’était dans les jupes de son amie Maya qu’elle s’était réfugiée. Elle n’avait jamais eu de petit-ami et ne connaissait pas la sensation de se faire cuisiner par des amis surprotecteurs mais elle se doutait que ça ne devait pas être très agréable. Elle avait toujours défendu la présomption d’innocence par dessus tout et voilà qu’elle laissait penser à l’innocent aiglon qu’il était sur la sellette, pauvre âme ! Aussi quand il jugea son comportement désolant, elle n’en fut pas spécialement vexée. Elle se contenta de hausser les épaules en feignant un air défait et un triste soupir. Elle était prête à tout pour préserver son secret et autant dire que, si elle était prête à pénétrer l’antre effrayante des toilettes des garçons, elle l’était aussi à voir sa réputation de gnome collant et curieux encore souligné. L’Écossaise baissa la tête pour dissimuler un léger sourire quand Arthur continua. Elle trouvait sa réaction digne et juste et cela lui en disait plus long sur le garçon que toutes les réponses sur ses ancêtres qu’elle avait jusque là pu lui arracher. C’est qu’elle s’en serait presque voulu de lui mentir d’une manière si effrontée. Elle continua pourtant à jouer le jeu et releva la tête vers lui de son air de jeune fille prise en faute. « Ca me va … » trancha-t-elle peut-être un peu trop vite car tout ce qu’elle entendait, elle, c’est qu’elle pouvait continuer à le travailler au corps et que Maya n’en serait pas alertée. Elle n’en attendait pas plus de sa part.

Elle ne put réprimer un petit rire amusé quand il lui demanda son avis sur ses aveux et le bouscula gentiment de l’épaule pour le rassurer. « Tes réponses sont ultra satisfaisantes, tu es un jeune homme fantastique élevé par une famille incroyable ! » répondit-elle aussi joyeusement que sincèrement en lui tapotant finalement le dos, there, there … « Sauf peut-être ton grand-père Duncan … » temporisa-t-elle en fronçant les sourcils et en laissant retomber son bras. « C’est que Maya, tu vois, son père travaille chez les moldus … ». Elle avait commencé à mentir alors autant s’en servir jusqu’au bout, non ? « Et si un jour vos familles se rencontrent … j’ai pas du tout envie qu’il se sente en danger ou même rejeté … à cause de ton grand-père justement ! Parce que ça ferait beaucoup de peine à Maya, ça, c’est sûr ! Tu dirais donc que ton que ton grand-père est plutôt a) un vrai puriste de la veille bon pour le baiser du détraqueur b) un agité qu’on envoie facilement se coucher après trois shots de pur feu c) un mec qui ronge son frein de balais dans son coin … ? ». Elle avait de nouveau retrouvé place en face d’Arthur et lever vers lui des yeux plissés remplis de suspicion pour déceler un fuyant regard ou une traître goutte de sueur sur son front. L’impatience d’Arthur lui coulait vraiment dessus comme sur les plumes d’un phénix.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 275
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Thomas Brodie-Sangster • by Niclas
| SANG : ϟ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son frère maculé de sang
| PATRONUS : Lynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une nouvelle dans la fratrie | SUJET CLOS Sam 29 Avr - 17:54

Malaise



Marlene se sentait-elle réellement concernée voire touchée par son comportement ? Son air presque dépité semblait me l’indiquer mais, d’un autre côté, je n’appréciai pas trop son soupir qui, même sous airs tristes, me donnait l’impression que tout cela ne la touchait pas le moins du monde. Pire même, que ça lui passait à des miles de la tête. Je n’aimais pas vraiment cette impression qu’elle me donnait de jouer avec les sentiments et la situation de sa meilleure sans en mesurer les conséquences. Et puis, merde aussi ! Déjà que notre relation avait fait jaser dans le journal de l’école sans aucune raison ! C’était déjà bien assez ! Ni Maya ni moi n’avions besoin d’une petite fouineuse dans notre couple. On se faisait confiance et on se disait tout. Et les choses que j’avais dites à Maya l’été dernier, jamais Marlene n’en aurait vent. Maya m’avait compris, je n’attendais pas à ce que sa meilleure amie en fasse de même.

Néanmoins, j’estimais qu’il ne valait mieux pas que Maya soit au courant de nos petites entrevues (en fait, surtout du fait que Marlene me piège dans les toilettes). Ce me serait plus préjudiciable à moi qu’à l’autre écossaise qui s’empressait de me répondre par l’affirmative. Et je ne voulais surtout pas faire souffrir Maya. Certainement pas à cause de la curiosité mal placée d’une de ses meilleures amies. Marlene était d’accord ? Tant mieux. De toute façon, elle aussi serait dans la bouse d’éruptif si Maya venait à découvrir sa petite mascarade.

Toutefois, je ne pus m’empêcher de demander si elle trouvait quelque satisfaction à mes réponses (ma curiosité de Serdaigle peut-être qui sait). Marlene me bouscula gentiment d’un coup d’épaule, un geste auquel je ne m’attendais pas du tout aussi manquais-je de perdre l’équilibre avant de la regarder non d’un regard furieux mais interloqué. Cette fille était sidérante. Je n’arrivais pas à la déchiffrer et, lentement, piqué par la curiosité, j’en oubliais ma colère et ma gêne de l’avoir trouvée là.
- Tes réponses sont ultra satisfaisantes, tu es un jeune homme fantastique élevé par une famille incroyable ! Marlene était rapide pour porter des jugements, dis donc ! Mais je n’allais pas m’en plaindre du moment qu’elle ne trouvait rien à redire à mes réponses. Tant mieux. Finalement, on allait peut-être pouvoir avoir une conversation un peu moins étrange … Elle évoqua ensuite mon aïeul et le père de Maya dans un rapport que je ne compris pas immédiatement. Je la gratifiai d’un regard interrogateur auquel elle répondit : C’est que Maya, tu vois, son père travaille chez les moldus … Et donc ? Je ne voyais toujours pas le rapport avec Duncan. Et si un jour vos familles se rencontrent … j’ai pas du tout envie qu’il se sente en danger ou même rejeté … à cause de ton grand-père justement ! Parce que ça ferait beaucoup de peine à Maya, ça, c’est sûr ! Aaaah ! Marlene mettait les licornes avant le carrosse ! Je n’avais encore jamais pensé qu’un jour, mes parents puissent rencontrer ceux de Maya et même si un jour ça devait se faire, Duncan n’en entendrait jamais ô grand jamais parlé.
- Oh t’inquiète pas ! Ça risque pas d’arriver ! m’exclamai-je dans un rire presque hystérique. Pas que nos parents se rencontrent, hein ! ajoutai-je précipitamment pensant que Marlene allait se méprendre. Duncan est peut-être mon grand-père mais il n’a plus rien à voir avec nous. Je ne lui ai jamais parlé et je ne suis même pas sûr qu’il soit au courant de l’existence d’Elliot !
- Tu dirais donc que ton que ton grand-père est plutôt a) un vrai puriste de la veille bon pour le baiser du détraqueur b) un agité qu’on envoie facilement se coucher après trois shots de pur feu c) un mec qui ronge son frein de balais dans son coin … ?
- J’ai le droit à plusieurs réponses ? répliquai-je trop heureux de pouvoir cracher sur cet ancêtre que je haïssais. Certainement pas b), tu oublies qu’il est écossais ! Mais sinon oui, a) et c), assurément. Et je rajouterai même : d) un vieil ours qui pense encore avoir une quelconque influence sur on-ne-sait-pas-trop-quoi d’ailleurs. M’enfin ! Qu’il vive sa vie, j’m’en fous. De toutes façons, il ne veut plus entendre parler de mon père, ou encore pire : de ma mère et de moi l’infâme sang-mêlé, ouuuuh ! m’exclamais-je en agitant les mains. Nan vraiment, y’a aucun risque qu’il rencontre Maya ou ses parents, concluais-je en partant dans un rire aigu alors que je m’imaginais présenter ma copine à ce vieil ours.

© GASMASK


Citation :

T'as trouvé le bon sujet pour le dérider Perv

  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées
  • Faire un post dans lequel le prénom de votre personnage n'apparaît pas - 2 dragées
  • Inventer une expression sorcière "Mettre les licornes avant le carrosse" - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 442
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by fassylover
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Slenderman
| PATRONUS : Un canard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une nouvelle dans la fratrie | SUJET CLOS Jeu 4 Mai - 10:46

Arthur et Maya, c’était un couple qui n’avait pas fait parler que Gossip Witch mais aussi les meilleures amies de l’intéressée. L’aiglonne n’avait pas attendu que la nouvelle soit rendue publique pour en discuter avec Luzia, Hazel et Marlene. Et dès que l'une d’elles se trouvait toute heureuse et épanouie en couple, Marlene devenait toujours une fervente supportrice des sentiments de ses amies. La rupture entre Luzia et Dowey avait été un tel choc pour elle qu’elle s’en était bien moins remise que la blairelle depuis. Elle les voyait parfois assis à la même table sans discuter et ses yeux se baignaient de larmes de nostalgie … Et pour Arthur et Maya, sans doute aurait-ce été la même chose car elle s’accrochait déjà à leur couple comme un strangulot à un rocher.

Aussi Marlene interrompit-elle trois secondes son enquête pour lui lancer un vrai regard suspicieux de meilleure amie de Maya - et non plus de cousine cachée - quand Arthur lui avoua sans raccourci qu’il n’envisageait pas de concrétiser sa relation avec son amie en présentant leurs parents. Ah ? Il la rassura heureusement aussitôt et elle posa une main soulagée sur son coeur dont les battements s’étaient apaisés. Ouf ! Ca prenait déjà du temps de remettre Luzia et Dowey ensemble alors si elle avait également dû œuvrer au bonheur de Maya et Arthur, quand donc aurait-elle eu le temps de militer pour la libération des elfes de maison, hein ? Surtout que les bonnes nouvelles ne s’arrêtèrent pas là puisque le farouche grand-père était également hors du tableau ! Parfait pour sa maman et son petit-frère moldu … et puis aussi le père de Maya un jour prochain … Elle eut un petit rire quand Arthur lui rappela la difficulté de contrôler un Écossais imbibé de whisky - n’est-ce pas Moran Powell ? - et pouffa finalement complètement de rire quand il finit par le dépeindre comme un vieil ours. Dans sa famille, Marlene n’avait jamais été jugée pour être une sang mêlé - elle ne connaissait que les moldus d’entre eux alors forcément ils ne connaissaient même pas ce terme - et elle trouvait lamentable que Arthur ait eu à le subir. Enfin, il avait au moins déblayé le terrain avant son débarquement comme ça. « C’est parfait comme ça ! » acquiesça-t-elle un sourire réjoui accroché aux lèvres. « C’est pas facile d’être sang mêlé et de cacher ce qu’on est dans le monde moldu alors si c’est pour être en plus considéré comme inférieur chez les sorciers … ça donne vite l’impression d’appartenir à aucun des deux mondes et c’est trop ballot … ». Sous ses airs constamment joyeux et confiant, il arrivait parfois à l’humeur de la blondinette de vaciller. Elle revendiquait farouchement son statut de sorcière dans sa famille moldue (au plus grand désarroi de sa maman parfois) et revendiquait aussi farouchement ses origines moldus à Poudlard (au plus grand damne de quelques suprémacistes du sang). Mais elle avait besoin de se battre en ce sens, elle avait de toute façon toujours besoin de se battre et de militer pour quelque chose alors bon … « Je penserai à te filer un badge ‘oui à la mixité, non à la méchanceté !’ un de ces jours ! » lui confia-t-elle avec un clin d’œil car c’était quand même un super honneur qu’elle lui propose un de ces badges - même s’il le percevait peut-être différemment - et elle avait déjà envoyé à Caradoc par voie postale un carton de ses meilleurs badges pour qu’il choisisse celui qu’il souhaitait porter selon son humeur. Il y en avait vraiment pour toutes les causes. Elle portait elle-même en cet instant un badge ‘ni goule, ni soumise’  car était d’humeur très féministe depuis que Joseph Wilkes lui courrait après … « Je peux même t’en faire un spécialement dédicacé à l’oncle Duncan pour nos, tes ... euh des repas de famille si tu veux, j’oublierais pas de faire figurer un vieil ours dessus comme ça ! » plaisanta-t-elle encore en se reprenant de justesse, ouf !

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 275
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Thomas Brodie-Sangster • by Niclas
| SANG : ϟ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son frère maculé de sang
| PATRONUS : Lynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une nouvelle dans la fratrie | SUJET CLOS Lun 8 Mai - 12:13

Malaise



Marlene devait me trouver un peu étrange à déblatérer sur mon ancêtre car c’était une chose qui ne se faisait certainement pas. Mais n’était-ce pas légitime face à un grand-père qui dénigrait sans vergogne et ses enfants et ses petits-enfants, allant jusqu’à même en ignorer leur existence ? Et puis, avec tout ce que je venais de lui apprendre à propos des idées de Duncan, Marlene, en tant que née-moldue, ne pouvait pas m’en vouloir. Sacraliser l’autre vieil ours aurait été une toute autre chose …
Un grand sourire fleurit sur son visage comme je répondais à sa question à choix multiples. D’ailleurs, la voir acquiescer vivement à ma proposition d) me fit sourire. Elle comprenait tout à fait l’idée et était rassurée pour Maya. Tant mieux, je n’allais pas m’en plaindre. Je n’avais certainement pas envie que ma copine reçoit des mises en gardes farfelues de la part de sa meilleure amie à mon encontre.
- C’est pas facile d’être sang mêlé et de cacher ce qu’on est dans le monde moldu alors si c’est pour être en plus considéré comme inférieur chez les sorciers … ça donne vite l’impression d’appartenir à aucun des deux mondes et c’est trop ballot …
Je fus à mon tour de hocher la tête. J’avais une très bonne idée de ce que cela faisait de devoir cacher notre magie. Ma mère travaillait dans un pub moldu alors je ne comptais plus le nombre de fois où elle nous racontait comment un tel ou un tel client avait fait tombé sa choppe sur le sol, l’éparpillant en mille morceaux et comment elle avait dû passer le balai et nettoyer le sol au lieu de donner un simple coup de baguette.
Néanmoins, même si la remarque de Marlene pouvait aussi s’appliquer à moi, je ne me sentis pas vraiment concerné. Être considéré comme un inférieur par mes grands-parents ne me faisait ni chaud ni froid. Ainsi acquiesçais-je d’un « Hmmm » qui pouvait semblait un peu trop évasif malgré moi.

- Je penserai à te filer un badge ‘oui à la mixité, non à la méchanceté !’ un de ces jours ! renchérit Marlene avec entrain.
- Si ça te fait plaisir, y’a aucun problème, répondis-je avec un franc sourire. Ce ne fut qu’après seulement que je remarquai qu’elle-même portait en ce moment un badge "ni goule ni soumise". Tu m’en donnera un comme ça, aussi, s’il-te-plait, rajoutai-je en pointant du doigt le dit-badge avec un sourire en coin sans pour autant lui en dire plus. Bien sûr que le message se rapportait à la condition féminine mais, pour moi, il était difficile de ne pas penser à ma goule de petit frère qui y verrait un tout autre message.
- Je peux même t’en faire un spécialement dédicacé à l’oncle Duncan pour nos, tes ... euh des repas de famille si tu veux, j’oublierais pas de faire figurer un vieil ours dessus comme ça !
- C’est trop gentil, pouffai-je de rire. A cet instant, j’imaginais la tête de mon père en découvrant le badge. Il me ferait certainement fait une remarque désobligeante, juste pour la forme, tout en étant à fond derrière le message du futur badge.

Je jetai alors un coup d’œil à ma montre. Ça faisait déjà une bonne dizaine de minutes qu’on discutait, là, tous seuls dans les toilettes, et si je ne sortais pas bientôt, Elliot allait se poser des questions et commencer à me chercher. Et je n’avais pas DU TOUT envie qu’il nous découvre ainsi.
- Heu … C’est pas tout mais Elliot doit m’attendre, il va commencer à s’inquiéter, lançai-je alors de but en blanc, coupant notre conversation finalement pas si désagréable si on en oubliait l’odeur âcre de l’urine qui embaumait toute la pièce. Bon bah heu … j’te laisse. A une prochaine ! J’allais passer la porte quand je m’arrêtai soudain et me retournai. Et n’oublies pas les badges, hein ! m’exclamai-je avec un sourire malicieux.


© GASMASK


Citation :


  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées
  • Faire un post dans lequel le prénom de votre personnage n'apparaît pas - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 442
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by fassylover
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Slenderman
| PATRONUS : Un canard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une nouvelle dans la fratrie | SUJET CLOS Ven 12 Mai - 9:42

Arthur accepta son badge et le sourire naïf de Marlene s’élargit car offrir des badges, c’était un peu sa version à elle du bracelet de l’amitié, alors que son cousin l’accepte ça lui faisait chaud au coeur. Gare à lui par contre s’il ne le portait pas fièrement dans les jours suivants ! Elle haussa des sourcils surpris quand il lui demanda même un autre badge et elle baissa les yeux vers celui qu’elle portait pour bien s’assurer qu’il était relatif à la condition des femmes. Elle eut un petit rire enjoué car après tout pourquoi pas ? Elle se méprenait sur la motivation d’Arthur et trouvait l’idée chouette qu’un garçon défende aussi leur droit à porter des robes … enfin façon de parler puisque tout le monde porte des robes sans distinction de sexe dans le fantastique monde magique. « Bien sûr ! Je suis persuadée que Maya appréciera l’attention en plus ! ». Il n’y avait pas à dire, sa meilleure amie avait vraiment décroché le gros lot et Marlene pariait comme d’habitude un peu trop tôt toutes ses bavboules sur ce nouveau couple. Forcément, elle s’emporta bien vite avec ses idées de badges et fantasmait presque sur une version de son cousin tout recouvert de messages politiques de la tête au pied !

Marlene qui était une vraie pipelette ne voyait pas du tout le temps s'écouler et avait même oublié le lieu pas très glamour qui abritait leur discussion. Aussi fut-elle surprise que Arthur coupe court à leur discussion - même s’il le faisait à chaque fois hein - et elle lui adressa un petit sourire gêné en remettant ses mèches de cheveux les plus indisciplinés derrière ses oreilles en acquiesçant vivement. « Oh oui pas de problème ! A très vite alors ! ». Car Arthur pouvait évidemment compter sur elle pour lui sauter dessus dès la prochaine occasion, elle n’allait pas changer comme cela ses habitudes, et des questions à lui poser, eh bien elle en avait encore tout un tas ! Alors qu’il commençait à partir, elle se redressa un peu et tourna la tête à droite et à gauche pour reprendre conscience de son environnement … elle se rendit alors compte qu’elle avait envie de faire pipi. Les toilettes des filles étaient à l’autre bout du couloir et étaient en plus hantées par Mimi Geignarde … alors elle se tordit les doigts hésitant un peu à faire sa petite affaire dans les toilettes des garçons pendant qu’il n’y avait personne. Elle sursauta quand son interlocuteur l’arracha à ses pensées toutes personnelles pour lui parler encore des badges et eut pour lui un nouveau rire. « Compte sur moi pour ne ja-mais oublier des badges ! » répondit-elle sincèrement sur le ton de l’évidence. S’il y avait bien un sujet sur lequel la Gryffondor ne déconnait pas, c’était celui des badges, et des causes qu’elle défendait de manière plus générale. Il y avait plus de chance qu’elle oublie les BUSE avant la fin de l’année plutôt que d'oublier d’offrir à Arthur les trois badges qu’elle lui avait promis. Elle l’observa partir et quand enfin il claqua la porte, elle se précipita derrière la porte d'une cabine. Elle n’avait pas renoncé à la présence du plus ennuyeux fantôme de leur château pour se faire surprendre dans les toilettes des garçons par la bande de Wilkes !

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une nouvelle dans la fratrie | SUJET CLOS

Revenir en haut Aller en bas

Une nouvelle dans la fratrie | SUJET CLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Vers une école nouvelle dans les Nippes
» Ce qui doit absolument apparaitre dans Bilbo.
» perdu dans la forêt !
» Un matin à la volière... [sujet clos]
» Drôle de colocataire! [PV Takeshi]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Les oubliettes
 :: 
Les souvenirs de Poudlard
-