GRYFFONDOR : 160 pts | POUFSOUFFLE : 10 pts | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Le calendrier de l'avent fait son grand retour à Poudlard ! Il débutera le 1e décembre et se terminera le 25. Toutes les explications ICI !
Une sortie à Pré-au-Lard a été organisée afin de vous permettre d'effectuer vos achats de Noël. Le sujet est juste ici ! Tout post vous rapportera 2 dragées.

Partagez|

Thé frappé au jus de citrouille. [Cassiopeia & Baldr]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 220
| AVATARS / CRÉDITS : Keira Knightley
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Geôlier
| PATRONUS : Chat Manx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Thé frappé au jus de citrouille. [Cassiopeia & Baldr] Sam 29 Avr - 23:25

Pumpkin tea





Le craquement de l'entière maison résonnait dans chaque pièce, chaque souffle, chaque frottement étaient audibles d'un bout à l'autre de ce manoir. Dans un lit à baldaquin aux rideaux tirés de velours pourpres, un mouvement rompit le calme apparent dans les premières lueurs de l'aube. Une main d'une pâleur d'albâtre émergea d'entre le velours pour chercher à tâtons un ruban, qu'elle saisit sur la table de chevet d'un bois sombre qui se situait juste à côté du lit. D'un geste Cassiopeia ouvrit les rideaux de ce dernier, et s'assit au bord. Elle se pencha, regroupa sa chevelure dense et brillante, et l'attacha avec le ruban.
En se redressant, elle jeta un regard autour d'elle dans l'obscurité, cherchant sa veste en soie brodée de délicats motifs qu'elle revêtait après son réveil, pour couvrir sa nudité. Elle la trouva, adossée à la chaise qui était devant sa coiffeuse, elle avait dû la déposer la veille, en allant se coucher. Alors qu'elle la revêtait, les trois elfes de maison de sa tante apparurent dans un « plop » caractéristiques. Il y avait Nookey, la plus âgée qui était aussi la mère des deux autres, dont le corps voûté représentait les siècles qu'elle avait passé à obéir aux ordres. Ensuite, il y avait Bahia qui était la plus jeune de ses filles, une elfe de maison d'une rare beauté au visage empreint d'un calme et d'une résignation sereine. Et Foky, qui était née bien avant Cassiopeia, et dont les traits étaient déjà marqués par les années qu'elle avait passé dans la servitude. Les Yaxley étaient renommés pour « l'élevage » qu'ils faisaient des elfes de maison, en ayant sous leur joug au moins une vingtaine.
Cassiopeia avait toujours vécu avec ces créatures autour d'elle, c'était eux qui lui ramenaient ses jouets, eux qui la berçaient lorsqu'elle pleurait, eux qui la réconfortaient lorsqu'elle se sentait seule. Elle n'avait jamais eu le regard que les autres membres avaient sur les elfes de maison, ou plutôt leur absence de regard, ils ne les regardaient même plus. Les considérait-elle à égalité ? Pas tout à fait, trop influencée par son milieu ses actions étaient plus proches d'une certaine conception paternaliste. Elle attardait son regard sur chacune d'elles, qui rangeait, ouvraient les fenêtres, lissaient les draps. Elle s'assit devant sa coiffeuse après avoir lavé son corps et ses cheveux, elle contemplait son reflet dont Bahia brossait les cheveux précautionneusement. Avec une main qui ne tremblait pas, celle ci la coiffa, puis peint ses lèvres d'un rouge profond. Ses geste n'hésitaient pas, elle agissait avec une concentration, une détermination qui forçait l'admiration. Délicatement, elle lui retira le vêtement de soie qui couvrait son corps, sans ciller, elle l'habilla, devançant sans que Cassiopeia ne puisse dire un mot les vêtements qu'elle voudrait mettre. Pour dernier geste, elle lui enfila ses chaussures, avant de disparaître dans le « Plop » caractéristique, un sourire aux lèvres, suivie des deux autres.
La jeune Yaxley resta interdite quelques secondes, avant de se relever, de prendre son sac en velours d'une main et de sortir de sa chambre. Elle referma la porte derrière elle, et descendit l'escalier jusqu'au salon. Là, comme chaque matin, sa tante Margaret y était, avec une amie tout aussi vieille qu'elle. Lorsque son regard perçant se posa sur elle, elle arbora aussitôt un immense sourire, et se tourna vers l'autre femme pour la présenter.

« Voici Cassiopeia Flavinia Merope Augusta, c'est ma jeune nièce, elle me tient compagnie ces derniers temps, elle est ravissante. » comprenant au sourire resplendissant de Cassiopeia que cette dernière ne connaissait pas son amie, elle précisa, en la désignant d'un geste de main élégant « Aggripa Rosier, née Malefoy »

Aggripa répondit par un signe de tête, tandis que Cassiopeia effectuait une discrète révérence, avant de préciser à sa tante :

« Je m'absente, je dois terminer les exercices de révision pour les Aspics, en vous souhaitant une bonne journée »

Les deux vieilles femmes sourirent toutes deux, et reprirent vite leur conversation après cette interruption, Cassiopeia n'entendit que le début de la phrase de tante Margaret :

« Oui, tu te souviens de cet élève brillant que j'avais lorsque j'enseignais les potions à Poudlard ? Je ne me rappelle plus de son nom, il était charmant ! Un certain Tom, Tom Jed-... »

Cassiopeia referma la porte de la résidence, et s'avança sur le perron, elle savait très bien pourquoi sa tante avait invité la vieille Rosier, ses fiançailles se précisaient de plus en plus, et bientôt, il n'y aurait même plus cette pudeur, qui consistait à faire croire à de simples coïncidences.
Elle poussa un soupire avant de s'avancer dans la rue, relevant son regard pour observer les branches des arbres qui cachaient le maigre soleil de ce matin là, avant de poursuivre son chemin au travers des moldus sans leur accorder le moindre regard ou la moindre attention. L'endroit où elle allait était au chemin de Traverse, et si sa famille savait qu'elle marchait ainsi dans les rues de Londres pour s'y rendre, elle n'osait imaginer leur réaction. Après avoir failli se tromper de chemin, et avoir confondu deux rues entre elles, elle se retrouva enfin devant l'enseigne du Tsarducks, cela faisait bien un mois qu'elle n'y était pas revenue. Elle poussa la porte du commerce, qui résonna dans un tintement qu'elle reconnaîtrait entre tous, elle déposa ses affaires devant le chaudron qui se trouvait dans le coin le plus isolé de la salle, avant de s'avancer vers le comptoir. Là, elle redressa son regard, feignant de regarder les boissons proposées, avant de préciser sa commande habituelle à l'homme devant elle.

« Je vais prendre un thé frappé au jus de citrouille, s'il vous plaît. »

Pour la première fois depuis qu'elle venait ici, elle posa son regard sur celui qui prenait ses commandes depuis plusieurs mois, et s'attarda sur son visage et ses traits. Son visage et l'aura qui l'entouraient lui donnaient un air rassurant, et d'une grande bonté. Alors qu'elle le parcourait du regard, il redressa ses yeux, prise sur le fait, elle lui adressa un sourire désarmant, mêlant habillement l'innocence et la douceur.


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 255
| AVATARS / CRÉDITS : DAN STEVENS, nebula.
| SANG : MÊLÉ.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : Un singe capucin.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Thé frappé au jus de citrouille. [Cassiopeia & Baldr] Mer 3 Mai - 13:29

De la même façon qu'il fallait penser très fort à son entrée et à ce qu'il se trouvait à l'intérieur pour que la Salle sur Demande du septième étage de Poudlard n'apparaisse, il en était de même pour le bureau de Baldr au Tsarducks Coffee. Sa porte n'étant pas visible de l'extérieur, camouflée par un sortilège, il pouvait ainsi jouir d'une discrétion et d'une tranquillité absolues, deux ingrédients dont tout jeune chef d'entreprise qui se lançaient dans l'auto-entreprenariat nécessitait plus que tout.
Tombé du lit, il était arrivé à l'aube au café ce matin-là, et était penché depuis deux heures au moins sur ses dossiers. Dans trois  jours, ses associées financiers et lui auraient rendez-vous avec le Directeur du Département de la coopération magique internationale en personne, et il savait qu'il devrait rendre au Bureau des normes pour le commerce un projet de développement bien ficelé. La pression pesait sur ses épaules, mais lui ne voyait que l'adrénaline, celle qui le poussait à se démener pour son but.
Cependant, il avait conscience depuis plusieurs minutes maintenant de ne plus être efficace du tout. Sa nuque était raide, son attention se relâchait, et une crise de bâillements incessants le dérangeait dans sa rédaction. C'était le signal. D'un coup sec, il claqua ses parchemins, rangea le tout dans son porte-documents d'un coup de baguette et se leva d'un bond, étirant ses longues jambes et son dos dans une série de craquements sonores.
Cela n'étonnait plus les employés du Tsarducks, de voir le patron au comptoir, il aurait même pu aisément passer pour l'un d'eux. Baldr se voulait résolument moderne, et se remonter les manches ne l'effrayait pas, pas plus que de mettre les mains à la pâte d'ailleurs. Aux commandes, littéralement, il servait et encaissait les clients, peu nombreux en ce début de matinée.
Le tintement du carillon retentit, et tandis qu'il rangeait dans la trésorerie les quelques mornilles que venait de lui laisser un consommateur coutumier, une autre lui succéda.
La jeune femme face à lui ne lui était pas tout à fait inconnue, bien qu'il ne la connaissait pas vraiment non plus. Habituée elle aussi, en quelques sorte, elle pouvait venir tantôt plusieurs jours d'affilée, puis disparaître des semaines entières durant. Comme presque toujours, elle commanda sa boisson qu'il nota sur un coin de parchemin, et lorsqu'il releva les yeux vers elle, il la surprit en train de l'observer.
— Allez vous installer à la table de votre choix, je vous l'apporte dès que c'est prêt, offra-t-il dans un gentil sourire, désignant d'un geste de la tête l'ensemble du café. Le parchemin vola jusqu'aux cuisines, situées non loin de la salle des chaudrons.
Quelques minutes plus tard, la boisson était prête et arrivait à la table de la demoiselle.
— Le frappé citrouille, fit-il en posant le thé devant sa cliente. Débarrassant la tasse du client prétendent, poussée sur le côté, il lui adressa une sourire chaleureux ; Cela faisait un moment que l'on ne vous voyez plus par ici...

______________________________
i'm weird cause i hate goodbyes
This is the story of how I never stopped running. This is the story of how, when the wolves knocked, I met them at the door and I became the beast, instead ☾ You are a language I am no longer fluent in but still remember how to read.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 220
| AVATARS / CRÉDITS : Keira Knightley
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Geôlier
| PATRONUS : Chat Manx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Thé frappé au jus de citrouille. [Cassiopeia & Baldr] Sam 6 Mai - 23:55

Pumpkin tea



Après avoir soutenu son regard quelques instants, elle baissa les yeux vers le parchemin qui prenait son envol vers les cuisines. Elle acquiesça avec un sourire de convenance à sa réponse, avant d'aller s'asseoir à la table la plus éloignée de l'entrée, l'endroit était un peu plus sombre que le reste du café, et lui permettait de se sentir un peu à l'écart du reste de la clientèle.
Elle lissa sa jupe noire d'une main, dans ses pensées. A dire vrai elle n'avait pas vraiment envie de travailler ce matin, et les ASPICS de potions souffriraient bien de révisions allégées aujourd'hui.
De toute façon, avoir cet examen ne lui servirait probablement à rien, une fois mariée elle n'aurait sans doute pas la possibilité ni d'étudier, ni de travailler. Surtout qu'il lui faudrait avoir des enfants, puis les élever, et l'on connaît la chanson, on finit vingt ans plus tard par se réveiller et n'avoir rien fait d'autre de sa vie. Elle glissa une main dans ses cheveux, enroulant une mèche autour de son index, elle chercha à déterminer l'identité de celui qui avait pris sa commande. Elle se souvenait de son visage, il était de ceux que l'on n'oublie pas, mais elle était incapable de connaître son rôle exact dans ce café. Un instant elle regretta d'être née Yaxley, et d'avoir une vie sociale calquée sur les arbres généalogiques des familles les plus poussiéreuse de Grande-Bretagne.
Elle tourna son visage au mouvement qu'elle perçut sur le côté, il s'agissait du serveur qui venait lui apporter sa commande, elle lui adressa un sourire ravissant, sans pour autant rencontrer son regard lorsqu'il posa son thé devant elle.
Elle posa ses paumes autour de la tasse pour en absorber la chaleur, et ferma ses paupières un instant pour laisser la sensation la parcourir. Son état contemplatif fut rompu par la voix du serveur, une voix dont elle apprécia le timbre et dont les sonorités faisaient entendre une certaine assurance.

« Cela faisait un moment que l'on ne vous voyait plus par ici... »

Elle rouvrit ses paupières pour poser son regard dans le sien, elle était surprise qu'il ait noté sa présence dans ce café, et qu'il ait aussi noté ses absences. Elle répondit à son sourire chaleureux par un charmant sourire, et s'attarda momentanément dans la contemplation de ses iris d'un bleue raffiné. Il était assez évident que cet homme avait été gâté par la nature, et elle lui répondit sans détourner son regard :

« Oui, cela devait bien faire un mois que je n'étais pas venue ici. » Elle laissa passer un petit silence avant d'ajouter d'une voix amusée : « Je ne savais pas que j'étais espionnée, pourrait-on douter de vos intentions à mon égard ? J'espère qu'elles sont innocentes !» Elle accompagna sa phrase d'un rire sincère, le questionnant ensuite avec un sourire intéressé : « Vous êtes serveur ici toute l'année ?»


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 255
| AVATARS / CRÉDITS : DAN STEVENS, nebula.
| SANG : MÊLÉ.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : Un singe capucin.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Thé frappé au jus de citrouille. [Cassiopeia & Baldr] Lun 8 Mai - 22:37

Le moins que l'on puisse dire était que Baldr ne s'attendait pas à ce genre de réponse ! S'il hocha la tête lorsqu'elle l'informa que sa dernière visite devait remonter à un mois environ — il aurait au moins parié là-dessus lui aussi —, la suite le stupéfia.
D'abord surprit, il ne dit rien un moment, se contenta de fixer son mince visage afin de déchiffrer son expression, puis s'esclaffa de rire, un filet de rire grave mais néanmoins sincèrement amusé. Levant les deux mains en l'air en gage de sa bonne foi, il répondit entre deux éclats de rire ;
— Elles le sont, n'en doutez pas ! Mais avec ce genre de métier, nous sommes amenés à beaucoup observer les gens... Et une telle allure ne passe pas vraiment inaperçue, ajouta-t-il gentiment, dans un sourire.
Ses yeux azurs quittèrent un instant les sombres prunelles de son interlocutrice pour regarder par dessus sa propre épaule, alors qu'il s'était appuyé des deux mains au dossier de la chaise face à la jeune femme. La salle du Tsarducks n'était franchement pas encore bien remplie, aussi avait-il peu de scrupules à prendre quelques minutes pour discuter avec une cliente assidue.
En tant que gérant attentif, il mettait un point d'honneur à appliquer l'adage qui voulait que le client soit roi, et n'hésitait pas à apporter à sa clientèle l'attention qu'il estimait qu'elle méritait. Peut-être au point que les visiteurs du café se fourvoient sur son compte et son identité ? Car à nouveau il fut amusé par la question de la sorcière. Serveur à l'année ? C'était un point de vue qui ne manquait pas de panache !
— Disons que je suis ici depuis les tout premiers jours de l'établissement... On pourrait même dire que je fais partie des murs... Répondit-il mystérieusement, ne voulant pas révéler tout de suite son statut et jouant le jeu de l'omission sans vraiment savoir pourquoi, sourire au coin des lèvres et les yeux pétillants de malice. Son nom était peut-être connu de bon nombre de sorciers dans les environs, tout le monde ne mettait pas forcément un visage dessus. Le sien, vraisemblablement, ne disait rien à la jolie inconnue. Parfait, ils étaient deux ainsi. Et vous ? Vous travaillez sur le Chemin de Traverse ?
À vrai dire, il ne savait qui elle était, ni n'aurait sut lui donner un âge. C'était très paradoxal, lui qui d'ordinaire avait plutôt le compas dans l'œil, accoutumé à voir défiler sous ses yeux tant de monde. Quel âge pouvait-elle avoir ? La vingtaine peut-être ? Son visage était avenant et finement ciselé, et quelque chose dans son regard et son maintient respirait la maturité. Cependant, les apparences étaient souvent trompeuses... Alors, qui se cachait réellement derrière ce délicat minois ?

______________________________
i'm weird cause i hate goodbyes
This is the story of how I never stopped running. This is the story of how, when the wolves knocked, I met them at the door and I became the beast, instead ☾ You are a language I am no longer fluent in but still remember how to read.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 220
| AVATARS / CRÉDITS : Keira Knightley
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Geôlier
| PATRONUS : Chat Manx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Thé frappé au jus de citrouille. [Cassiopeia & Baldr] Mar 9 Mai - 23:52

Pumpkin tea



Cassiopeia dédia à Baldr un sourire enjoué où rayonnait l'amusement, en réponse à son regard surpris et à sa stupéfaction face à sa phrase. Elle espéra un instant que cela serait suffisant pour qu'il comprenne son humour, et laissa son regard dériver vers ses yeux pour en obtenir la confirmation.
Mais avant qu'elle ait à décrypter dans ses prunelles sa réaction, il rit, et son rire résonna comme la validation de sa plaisanterie. Il leva les mains, comme pour se disculper et prouver son innocence. Elle rit à son tour, avec sincérité, il jouait bien son rôle d'innocent pour dire vrai, et elle commençait à trouver sa présence à la fois agréable et divertissante.
Il répondit à sa question pour tout de même apporter une explication, et elle eut un petit rire cristallin à l'écoute de sa réponse, qui était au moins à la hauteur de la sienne, si ce n'était plus.
Elle acquiesça à son propos avec un regard compréhensif, elle se doutait que son travail l'amenait à observer les clients pour savoir les servir, et être à l'écoute de ceux qui faisait vivre le café.
Elle rosie délicatement à ce qu'elle prenait pour un compliment, ajoutant avec un sourire distrait et d'une voix taquine :

J'espère que cette allure est à mon avantage ?

Après un regard jeté derrière lui pour observer la salle, Baldr reporta son attention sur elle, et elle en profita pour observer en détail les traits de son visage. Il portait un sourire jovial et amical en toute circonstance, et ses yeux malgré leur couleur d'un bleu intense, était d'une rare chaleur. L'ensemble de ses traits donnait une impression  de complicité avec son interlocuteur, qu'elle ressentait et qu'elle appréciait. Si elle avait su, elle lui aurait adressé la parole bien avant.
Tenant toujours sa tasse entre ses paumes, elle attarda son regard sur ses traits encore quelques instants, il lui était difficile de déterminer son âge, sa barbe faussant les perceptions qu'elle avait de son visage. Dans la fin de la vingtaine ? Peut être un peu plus ou un peu moins ? Elle s'avoua vaincue, et cessa de chercher à l'identifier pour boire élégamment une gorgée de thé.
Elle prit son temps pour répondre, acquiesçant encore une fois aux informations partielles qu'il lui donnait. Cassiopeia releva ses yeux sur ceux de Baldr, qu'elle avait posés sur sa tasse avant cela, tout en demandant d'un ton faussement naïf :

Des murs ? Seriez-vous donc maçon pour partager cette intimité avec eux ? Elle accompagna sa phrase d'un petit rire, avant de continuer d'une voix plus sérieuse : Ce qui dénote un grand attachement à votre travail, votre patron vous le rend bien ?

Sa question était sincère, elle qui n'avait connu que le désœuvrement, grâce la richesse de sa famille, était curieuse de connaître les conditions de travail de ceux qui n'avait pas eu sa chance, ou sa malchance, et elle avait à cœur de comprendre ce que pouvait ressentir un employé.
Il enchaîna sur une question qui la fit sourire songeusement. Elle resta perdue un instant dans ses pensées, bien sûr que non elle ne travaillait pas sur le chemin de Traverse, et il était fort probable que jamais elle n'y travaille, voire qu'elle ne travaille jamais tout court. Peut être parce que pour elle, être une femme moderne et indépendante passait par obtenir son propre salaire, elle désirait avec beaucoup d'ardeur avoir son travail. Elle cilla, et reporta son attention sur Baldr, lui adressant un ravissant sourire, avant de lui répondre, choisissant habillement de ne lui révéler qu'une version partielle de sa réponse.

Non, mais c'est quelque chose qui me plairait. Être indépendante, avoir mon propre salaire … En réalité, je ne suis pas originaire de Londres, je suis de Northumbrie. Elle précisa avec un petit sourire, elle n'avait jamais eu honte de ses origines « nordiques » et avait toujours tiré une grande fierté d'être issue d'une région qui portait le nom d'un ancien royaume anglo-saxon. Elle précisa ensuite : C'est pour cette raison que je suis parfois absente, et ce qui explique aussi que je ne travaille pas sur place.

Elle resta songeuse un instant, en détournant son visage sur le côté, un sourire délicat planant sur ses traits. Ne lui révéler qu'une partie de son histoire lui semblait judicieux, parlerait-il aussi librement, plaisanterait-il ainsi avec elle, si il savait le nom qu'elle portait ? Probablement pas.
Elle sortit de ses pensées, elle pencha son minois vers lui, avec une petite lueur intriguée dans ses prunelles sombres, en formulant une question des bouts des lèvres :

D'où êtes-vous originaire ? Si ce n'est pas indiscret … Je ne voudrais pas qu'on pense que c'est moi qui vous espionne ! Le taquina-t-elle avant d'ajouter : Qu'est ce qui vous a poussé à travailler ici ?

Cassiopeia était à dire vrai sincèrement intriguée, et curieuse d'en connaître plus sur son histoire. Cet homme l'intéressait, et semblait l'espace d'un instant lui faire oublier le temps qui passait, et son destin qui se rapprochait.


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 255
| AVATARS / CRÉDITS : DAN STEVENS, nebula.
| SANG : MÊLÉ.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : Un singe capucin.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Thé frappé au jus de citrouille. [Cassiopeia & Baldr] Lun 12 Juin - 23:18

Inutile de répondre à son espièglerie quant à son allure, qu'elle devait parfaitement savoir avoir très belle qui plus est ; Baldr lui jeta un regard évocateur qui ne laissa pas de place au doute sur ce qu'il pensait de son physique. Cependant, la jeune femme ne cessait de le surprendre avec son esprit vif et son verbe haut, et sa remarque sur sa double casquette de maçon le fit à nouveau rire.
— À mes heures perdues oui, encore une ligne à ajouter à mon CV, blagua-t-il, feignant la vantardise, les yeux malicieux. En ce qui concernait l'attachement à son travail... Eh bien, son interlocutrice n'imaginait pas à quel point elle avait visé juste. Quant au patron, jusqu'à présent, il se portait comme un charme ! Le patron, j'en fais mon affaire, j'ai plus d'un tour dans mon sac... Il ponctua sa phrase d'un clin d'œil. À sa sortie de Poudlard, Baldr avait beaucoup voyagé, grâce au soutien sans faille de sa mère, et aux moyens logistiques de son père, et avait profité de chaque jour et de chaque nouvelle expérience acquise lors de son périple. Pour autant, il n'avait jamais rechigné face au labeur et recelait de trésors de volonté et de détermination. Le Tsarducks n'était pas le premier poste de son parcours de vie, mais il en était désormais tout le centre.
La mystérieuse inconnue se dévoila finalement un peu. Elle lui avoua ne pas être de Londres même, et l'évocation de la Northumbrie lui parla tout de suite. Lui, le natif anglo-saxon à la mère scandinave, avait parcouru ces routes lors de ses voyages, notamment ceux sur les traces de ses origines maternelles.
— York, Durham ? Demanda-t-il, sincèrement intéressé de savoir de quelle contrée venait l'énigmatique cliente. Elle l'informa que c'était précisément la raison des intermittences de ses visites à Londres, et Baldr se mit à réfléchir au genre d'activité à laquelle elle s'adonnait pour faire ainsi la navette plusieurs fois à l'année entre deux ports d'attache. Travaillait-elle dans le commerce ? Dans le tourisme magique ? Était-elle scientifique, étudiait-elle la faune ou la flore surnaturelle aux confins de l'Angleterre et de l'Écosse ? Il opina du chef, pensif.
Ce fut elle qui le sortit de sa torpeur, lui demandant presque timidement d'où était-il originaire. Un sourire mutin vint à nouveau étirer ses lèvres tandis que la jeune femme plaisantait à ses dépens, et il lui répondit d'un ton chaleureux ;
— Effectivement, les rôles s'inversent ! Je vais presque finir par croire que c'est moi qui suis épié, dans cette histoire... La taquina-t-il. Je suis d'ici, de Pré-au-Lard exactement, toute ma famille y a toujours vécu. Et c'était pour ainsi dire la stricte vérité ; descendant de l'illustre Hengist, son moyenâgeux ancêtre avait fondé le petit village sorcier suite aux persécutions des moldus à son encontre, et avait choisi le petit bourg écossais pour s'établir avec sa famille. Cependant, ma mère est d'origine norvégienne. Elle a tenu depuis mon plus jeune âge à ce que je baigne dans ses deux cultures, ajouta-t-il dans un sourire. Aucun enfant n'aurait pu rêver enfance plus douce que lui, et pour Mrs Woodcroft, rien n'était plus important que de transmettre à son fils unique tout le folklore de ses racines. Son sourire se fit plus malicieux à la question suivante de la jolie brune ; En fait, ici n'est qu'un début... Fit-il, mystérieusement. Effectivement, son projet était d'étendre sa chaîne et de voir l'enseigne du Tsarducks habiller les façades de bon nombre de capitales ! Mais tout venait à point à qui savait attendre, et il connaissait l'importance de ne pas brûler les étapes pour ne pas manquer de discernement au détriment de trop d'ambition. Je suis très attaché à ma région natale, mais j'imagine que les grandes agglomérations m'attirent aussi... Il haussa les épaules et la sonda du regard un instant. Puis il sourit à nouveau, et demanda ; Et vous, alors, comment occupez-vous vos journées ? Laissez-moi deviner. Ne seriez-vous pas journaliste, par hasard ? Vous avez un talent indéniable pour poser des questions !... La chambra-t-il gentiment. Puis plus sérieusement, ajouta ; Dans l'écriture ? Ou bien dans les livres, peut-être ?

______________________________
i'm weird cause i hate goodbyes
This is the story of how I never stopped running. This is the story of how, when the wolves knocked, I met them at the door and I became the beast, instead ☾ You are a language I am no longer fluent in but still remember how to read.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 220
| AVATARS / CRÉDITS : Keira Knightley
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Geôlier
| PATRONUS : Chat Manx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Thé frappé au jus de citrouille. [Cassiopeia & Baldr] Dim 18 Juin - 0:52

Pumpkin tea



Cassiopeia échangea un sourire malicieux avec son interlocuteur, sirotant une gorgée de son thé alors qu'elle l'écoutait. Elle éloigna prudemment la tasse de ses lèvres, avant de laisser échapper un petit rire à sa phrase. Elle ne doutait pas un instant qu'il fut capable de mener son patron dans la direction qu'il souhaitait. Il lui apparut avec une certaine netteté le décalage qui les séparait. Elle n'avait jamais lutté, ou travaillé pour obtenir quoique ce soit, au mieux on lui l'avait donné, au pire elle avait manipulé pour l'obtenir. Mais étonnement, alors qu'elle avait l'habitude de toujours se cacher, et dissimuler sa réelle personnalité, ou tout du moins d'en brouiller les contours ; elle n'éprouvait pas ce besoin avec celui qu'elle prenait pour un simple serveur. Elle n'avait fait que taire des informations, qui n'auraient fait que lui faire peur.
Un sourire appréciateur se dessina sur ses lèvres, et elle déposa ses prunelles intriguées dans les siennes. Qu'il connaisse la Northumbrie la surprenait, et de plus, le fait qu'il connaisse l'ancienne capitale, ainsi que la deuxième plus grande ville ne faisait que confirmer cette impression. Elle ne pouvait décemment pas répondre par le nom du village abandonné qui jouxtait le manoir Yaxley, il était probable que s'il connaissait la région, il ait entendu parler de l'endroit. Ainsi, elle finit par élaborer sa réponse, se décidant à dévoiler des informations à son interlocuteur.

- Morpeth, dans le nord. Ma famille vit là depuis que la couronne de Northumbrie a été posée sur la front du premier roi, j'ai même de la famille à York. Elle accompagna sa phrase d'un rire malicieux, comme pour brouiller les pistes sur la véracité de ce fait historique, avant d'ajouter d'une voix encore étonnée par ses connaissances sur la région : Vous connaissez la Northumbrie ? Peu de gens s'y aventure, ou tout du moins peu s'en souvienne.

Elle se pencha insensiblement vers l'avant, reposant sa tasse sur la table, sa curiosité à l'égard du serveur s'était faite plus intense, et le sourire mutin qu'il revêtait ne faisait que l'attiser un peu plus. Malgré tout, elle ne put s'empêcher de rire distraitement à son réponse, les joues rosissant très légèrement, tout en s'efforçant de prendre un air détaché. Il était vrai que le flux de questions s'était assez vite retourné, et elle ne souhaitait pas paraître pour une curieuse maladive. Cassiopeia baissa son visage, en profitant pour lisser machinalement sa jupe, avant de redresser son visage un peu moins confus. Elle s'attarda sur ses traits un instant, si toute sa famille était originaire depuis toujours de Pré-au-Lard, était-il un sang-pur ? Elle n'avait pas souvenir que le registre de Nott ne contienne une famille issue de ce village, mais ce n'était pas le genre de question qui se posait lors d'un premier échange. Elle haussa cependant ses sourcils lorsqu'il révéla les origines de sa mère, elle n'aurait à vrai dire pas suspecté cette origine chez lui, avant d'ajouter avec un sourire taquin :

- Je pense que l'on peut remercier les origines scandinaves de votre mère pour vos yeux ? Ses yeux pétillants se posèrent dans les iris d'un bleu de glacier de son interlocuteur, l’intrigante couleur de ceux ci prenait une explication finalement assez rationnelle. Elle demanda ensuite d'un ton curieux, après avoir siroté une petite gorgée de thé : C'est une chance de profiter d'une double ascendance, vous parlez Norvégien ? Bokmål ou nynorsk ?

Ses propres connaissances en vieux norrois et en northumbrien tardif faisaient qu'elle possédait quelques connaissances sur les langues scandinaves des régions froides, bien qu'elle soit loin de pouvoir se targuer de réellement les parler. Pour cela elle pouvait remercier son assiduité et sa passion pour l'étude des runes.
Cassiopeia acquiesça avec un sourire en coin à sa réponse, l'ambition de son projet lui semblait à la fois tout à fait réaliste, et d'un autre côté la confiance et le discernement qu'il avait en son avenir était une chose qu'elle n'avait que très peu coutume de voir. Elle-même était bien incapable de savoir ce qu'elle pourrait être plus tard, voire même dans deux ans. Avoir devant elle un homme ayant un projet aussi déterminé lui semblait quelque chose d'exotique.
Elle soutint son regard, laissant fleurir un sourire sincère sur ses lèvres, l'amusement restant perceptible dans ses prunelles, avant de répondre d'une voix honnête et agréable :

- Aussi étonnant que cela puisse paraître, je ne le suis pas … Mais ça ne veut pas dire que je ne peux pas m'arranger pour écrire un article sur ce café ! Elle accompagna sa phrase d'un rire avant de poursuivre : Plus sérieusement, je fais encore mes études pour me diriger vers la justice magique, j'ai quelques projets.

Qu'elle ne précise pas qu'elle allait terminer sa dernière année à Poudlard cette année, et qu'elle laissait entendre qu'elle était déjà à l'école supérieure de magie ne lui paraissait pas être un gros mensonge. Une idée jaillit de ses pensées, et alors qu'elle reposait la tasse de thé chaud, elle demanda d'une voix intriguée et avec un sourire jovial :

- Vous pensez que vous auriez un travail pour moi ? Je veux bien chanter pour les clients si vous voulez, j'ai reçu le meilleur enseignement pour ça ; proposa-t-elle sans se prendre au sérieux, laissant échapper un petit rire, ajoutant ensuite d'un ton plus sérieux et en redéposant ses prunelles dans les siennes : Quelle est la prochaine étape pour cet été ? Des projets de vacances ?

Si elle était venue ici pour s'exercer aux potions, il devenait assez évident qu'elle ne ferait pas tant de progrès dans la préparation des remèdes et antidotes ce matin là, mais elle préférait encore apprendre quelques nouvelles choses sur le personnage énigmatique qui lui tenait compagnie.


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 255
| AVATARS / CRÉDITS : DAN STEVENS, nebula.
| SANG : MÊLÉ.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : Un singe capucin.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Thé frappé au jus de citrouille. [Cassiopeia & Baldr] Sam 29 Juil - 17:03

Baldr écoutait assidûment sa cliente et interlocutrice se dévoiler peu à peu, curieux de savoir qui se cachait réellement derrière cette mystérieuse carapace. Il rit lorsqu'elle souligna la couleur de ses yeux, et fut agréablement surpris de l'entendre évoquer les deux appellations de la langue norvégienne.
— Både ! Répondit-il dans un sourire. Bien que mes notions soient plutôt rudimentaires, je ne suis pas sûr de pouvoir tenir une conversation sans en sortir épuisé ! Il sourit, et plissa les yeux. Et vous, c'est à l'École supérieure de Magie que vous apprenez les joies du Bokmål et du Nynorsk ? Demanda-t-il, de plus en plus intrigué. Ou bien chez vous, à Morpeth ? Après tout, il n'y a qu'une mer, entre ces deux terres, peut-être l'avez vous franchie, comme moi ? Sourit-il. Vous avez beaucoup voyagé ?
Les voyages formaient la jeunesse, c'est ce que l'on disait souvent. Et l'adage n'avait jamais autant parut approprié à Woodcroft, lui qui avait parcourut les terres et avalé les kilomètres comme un enfant gourmand avide de sucreries. Cependant, aujourd'hui, à trente-cinq ans, il était arrivé à la conclusion qu'il fallait s'établir et penser intelligemment à l'avenir. Lui qui avait la bougeotte n'aurait jamais imaginé penser cela un jour, si on lui avait posé la question il y avait de cela une dizaine d'années, mais l'on ne pouvait trouver homme plus heureux désormais que le jeune patron du Tsarducks.
Lorsque la jeune femme lui proposa soudainement de l'embaucher, Baldr rit, et se prit au jeu, sans pour autant trop se dévoiler. Le choix des mots restait important, et puisqu'il était évident qu'elle ignorait qu'ici, c'était lui le gérant, autant garder ce même cap.
— Pourquoi pas ? J'imagine qu'il y a toujours du travail à faire par ici ! Vous offrez votre talent pour des concerts estivaux ? Je n'y vois pas d'inconvénient, bien que cela nécessite une petite audition. Le thé, c'est pour votre échauffement ? Demanda-t-il d'un ton blagueur, désignant la tasse fumante de la jolie brune.
Après tout, lui qui cherchait toujours à se diversifier et à se démarquer, avait commencé à chercher des idées pour animer le café durant l'été. Bien sûr, l'idée de soirées live music lui avait effleuré l'esprit, mais qu'un jeune talent vienne directement lui proposer ses services, ça, il ne s'y attendait pas ! Cependant, il n'eut pas le loisir de réfléchir bien longtemps à l'offre car la conversation s'orientait sur les vacances.
Ah, les vacances, quel mot exotique ! Depuis que le projet du Tsarducks était né dans son esprit, les vacances n'étaient plus qu'un lointain souvenir, vestiges de ses années d'études alors qu'il n'était qu'un tout jeune homme. Et les déplacements professionnels, bien qu'ils aient lieu à l'étranger, ne pouvaient décemment pas être considérés comme des congés.
— Disons que lorsque l'on travaille dans un café, les vacances, ce sont surtout celles des autres que l'on satisfait ! Mais je ne me plains pas ; les clients du Tsarducks sont toujours plus détendus lorsqu'arrive l'été... Éluda-t-il en souriant. Et vous, des projets ? Allez-vous vous envoler pour quelques longs mois et lointaines contrées ?

______________________________
i'm weird cause i hate goodbyes
This is the story of how I never stopped running. This is the story of how, when the wolves knocked, I met them at the door and I became the beast, instead ☾ You are a language I am no longer fluent in but still remember how to read.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 220
| AVATARS / CRÉDITS : Keira Knightley
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Geôlier
| PATRONUS : Chat Manx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Thé frappé au jus de citrouille. [Cassiopeia & Baldr] Dim 27 Aoû - 19:27

Pumpkin tea




Cassiopeia accompagna le rire sincère de Baldr du sien, et lui adressa un sourire amusé lorsqu'il lui posa plusieurs questions pour tenter d'éclaircir le mystère de ses connaissances. Néanmoins, elle prit son temps pour répondre à celles ci, sirotant les dernières gouttes de son thé. Derrière ses cils, elle laissa courir son regard sur les traits de son interlocuteur. Quelque chose dans son visage laissait entendre que ce dernier avait acquis l'expérience de la vie et la certitude de son avenir, une sorte de volonté infaillible qui imprégnait son sourire, ses yeux, ses sourcils. Finalement tout en rebaissant son regard sur sa tasse, elle se décida à répondre avec un ton encore empreint de plaisanterie, mais dont le fond restait sérieux.

- Mes notions sont encore plus modestes alors ! J'ai juste étudié des textes en norrois runique dans ma scolarité, et étant d'une nature curieuse j'ai été intriguée par la situation linguistique de ce pays nordique. Cassiopeia suspendit sa phrase, ajoutant d'une voix plus spontanée et plus sensible : J'aime apprendre, connaître, j'ai le goût du savoir. Elle releva son visage sur ses mots, avec un sourire affable pour poursuivre sa phrase : Et il est vrai qu'en Northumbrie, les échanges avec les terres nordiques remontent à loin. Néanmoins je n'y suis jamais allée, mais je n'attends que ça. La culture de ces pays m'a toujours paru familière, sans doute les origines nordiques qui s'expriment !
Elle ajouta plus directement, avec un sourire joueur sur ses lèvres et aussi douce qu'amusée :
- En tout cas, si vous connaissez un organisateur de voyage pour les pays du grand-nord, il faut me le faire connaître impérativement ! 

La dernière question de Baldr laissa Cassiopeia désemparée. Avait-elle jamais voyagé ? La question était bien entendu négative, on avait fait en sorte qu'elle ne connaisse que la petite cage dorée qu'on lui avait façonnée. Lorsqu'elle n'était qu'une petite fille, elle pensait que le monde s'arrêtait au delà des grilles du manoir de sa famille. Le lointain n'avait jamais été qu'un mythe pour elle, les pays lointains et les cultures étrangères n'évoquaient pour elle que des rêves aux couleurs imaginaires. Depuis cette époque elle avait pu aller à Poudlard et s'ouvrir au monde, mais même là, toujours chaperonnée par les bons usages et ses camarades de serpentard, elle n'avait pu réussir à goûter à l'étranger et à l'altérité. Pour simple réponse à la question, elle mordilla très légèrement ses lèvres avant d'effectuer un signe de tête de dénégation.
Pour camoufler son air désemparé, elle lui adressa un sourire sincère avant de poursuivre la conversation, elle ne souhaitait pas qu'il se méprenne et pense l'avoir blessée.

- Vous devinez si bien ! C'était mon intention dès que j'ai posé le pied en ces lieux, mais cela doit rester entre nous. Sa phrase fut suivie par son rire doux et cristallin, avant qu'elle ne continue : Je suis disponible quand vous voulez pour vous démontrez mes talents !  Cassiopeia ponctua sa phrase d'un clin d'oeil élégant

Un instant, la jeune Yaxley regretta d'avoir lancé le sujet de conversation sur les vacances. Cassiopeia Yaxley ne connaissait pas les vacances, et ne les avait jamais aimées. Ses vacances n'avait jamais été qu'une époque de l'année où elle rejoignait sa petite prison familiale, celle qu'elle aurait lorsqu'elle serait mariée. Le lieu des convenances et des sourires bien placés, l'endroit de l'intolérance et de la supériorité. La place où elle finirait son existence, la bague au doigt. Elle se força à revêtir un sourire parfait, et acquiesça délicatement avant de répondre :

- Le prix du succès je suppose ? Je connais peu de gens qui ne connaissent pas encore cet endroit, vous devez être surmené, et le propriétaire bien heureux.

Lorsque Baldr lui retourna la question, elle eut un moment de réflexion, choisissant précautionneusement les mots et les informations qu'elle pourrait lui communiquer. Elle doutait très fortement que les Mangemorts où ses proches ne tolèrent qu'elle divulgue les informations sur leur camps d'été trop facilement.

- Et bien disons que je vais rendre visite à de la famile dans l'Est de l'Europe. Et c'est la première fois que je quitte l'Angleterre.


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 255
| AVATARS / CRÉDITS : DAN STEVENS, nebula.
| SANG : MÊLÉ.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : Un singe capucin.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Thé frappé au jus de citrouille. [Cassiopeia & Baldr] Sam 23 Sep - 16:29

Cette jeune femme était pour le moins déroutante de spontanéité et de sérieux à la fois. Mais il y avait un point indéniable qui sautait aux yeux lorsque l'on posait le regard sur elle ; c'était l'aura de maturité et d'intelligence qui se dégageait de sa gracieuse personne.
D'après ce qu'elle lui disait d'elle, il la devinait très cultivée, riche de connaissances. Ou riche tout court ?
Baldr lui-même venait d'un milieu très favorisé. Certes, du sang moldu devait couler dans ses veines ; depuis la chasse aux sorcières — au sens tout à fait littéral — des non-mages qu'avait subi son illustre ancêtre Hengist, fondateur du Village de Pré-au-Lard, de l'eau avait coulé sous les ponts, et parmi les descendants Woodcroft, la tolérance et l'amour l'emportait sur la conservation à n'importe quel prix d'un précieux génome magique qu'il fallait protéger comme le Saint Graal. Alors certes, sa famille et lui ne faisaient pas parti des « élus » de leur société sorcière, de ceux qui pouvaient se targuer d'avoir un sang aussi pur que celui d'une licorne. Mais tout de même ; son nom était connu et reconnu dans le monde magique, et que Merlin l'en garde : il était fier de ce qu'il était, aussi mêlé puisse-t-il être, heureux d'être le fruit d'un melting-pot de cultures et de milieux différents. Ayant été élevé dans une famille nantie mais néanmoins humaniste, il savait désormais qu'il y avait peu de différence entre les hommes, mais que c'était cette différence qui était tout.
Aussi en arriva-t-il à la conclusion que sa jeune cliente fréquentait certainement le même milieu que lui. Connaissait-il son nom ? Ses parents ? Ou éventuels frère, sœur, cousin ? Il ne se rappelait pas l'avoir rencontrée lors des diverses mondanités auxquelles il devait assister, mais après tout, avec tous les visages qu'il y croisait, plus tout ceux qu'il voyait à longueur de temps au Tsarducks, pouvait-on seulement reprocher à sa mémoire de vaciller ?
— Un organisateur de voyages ? Il écarta les bras comme pour désigner l'ensemble de sa personne, avec un sourire malicieux. Si je décide un jour de changer de branche, je penserais peut-être à ouvrir une agence ! Je vous compterais peut-être comme cliente ? Ajouta-t-il, l'œil pétillant.
Cliente un jour, cliente toujours ; d'un café à une agence de voyages, qui savait s'ils été amenés à se revoir ?
Il balaya d'un geste désinvolte la remarque sur la popularité du Tsar' en souriant. Baldr avait les pieds sur terre et la tête parfaitement vissée sur les épaules : il savait d'expérience qu'il ne fallait jamais vendre la peau du dragon avant de l'avoir tué. Aussi fructueuses que ses affaires apparaissaient à ses yeux et ceux de ces associés, le golden boy préférait ne pas succomber trop vite aux sirènes du succès et de la vanité ; dans ce milieu l'ascension pouvait être aussi phénoménale que la chute vertigineuse.
Bien sûr, son geste n'était pas non plus tout à fait modeste ; il lui évitait également d'affirmer à quel point le propriétaire était effectivement « bien heureux ».
— L'Est de l'Europe, vous dites ? Hum. Il resta pensif un instant, visualisant mentalement la carte du vieux continent derrière ses paupières. En pensée, il se remémora avoir visité les contrées verdoyantes du levant, longé les mers Noire, et à l'opposé Baltique, et se souvint à quel point ses landes de terre étaient vastes. Alors, de quel côté allait-elle ?
Il étudia son visage à la dérobée, tâchant d'y déceler une caractéristique distinctive qui lui indiquerait une hypothétique destination. Autant chercher une aiguille dans une botte de foin. Son visage impénétrable lui semblait plein de mystère.
Il allait lui répondre, lorsqu'un tout jeune employé se matérialisa à côté de lui, le visage contrit et l'air embêté d'interrompre leur conversation.
— Une dame du Ministère souhaiterait vous voir, déclara-t-il simplement, désignant dans le dos de Woodcroft la direction d'une table près du comptoir, avant de repartir aussi vite qu'il était venu. Baldr fronça les sourcils, avant d'offrir une mine ennuyée à la jolie brune.
— Vous m'excusez une minute ? Il partit dans de grandes enjambées vers ladite dame avec laquelle il s'entretint quelques minutes, à l'opposé de là où se trouvait sa première interlocutrice. L'affaire était sérieuse. Contraint de se retirer dans son bureau avec l'employée du Ministère, il revint néanmoins s'excuser auprès de sa cliente favorite. Je suis navré, un entretient imprévu me force à vous faire faux bon. Qu'un employé du café parte en rendez-vous en plein service ne lui parut pas suspect, lui pour qui le petit jeu du « devine qui suis-je » venait soudainement de prendre fin. Allait-elle s'en offusquer ? Il ne l'espérait pas, et espérait qu'elle n'en prendrait pas ombrage.

______________________________
i'm weird cause i hate goodbyes
This is the story of how I never stopped running. This is the story of how, when the wolves knocked, I met them at the door and I became the beast, instead ☾ You are a language I am no longer fluent in but still remember how to read.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 220
| AVATARS / CRÉDITS : Keira Knightley
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Geôlier
| PATRONUS : Chat Manx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Thé frappé au jus de citrouille. [Cassiopeia & Baldr] Dim 15 Oct - 16:09

Pumpkin tea



Si la plupart des familles de sang-purs de Grande-Bretagne se conformaient au registre de Nott pour choisir leur fréquentation et parfois effectuaient des exceptions pour certains familles anciennes de sangs-mêlés, les Yaxley n'étaient pas de cette espèce. Si le registre de Nott paraissait restreint, ce n'était rien comparé à ce qu'il aurait été s'il avait été écrit par un Yaxley. Être Sang-pur ne garantissait déjà pas de fréquenter cette famille northumbrienne, alors il était évident que la fréquentation des sangs-impurs d'aucune sorte était prohibée. Néanmoins, l'intransigeance de son père, n'était ni celle de sa mère, ni la sienne, et elles s'étaient à de nombreuses reprises rendues à des mondanités où le sang des convives n' était pas aussi pur que le leur. Et bien entendu, même là, Cassiopeia avait très tôt affecté la même prudence et la même discrétion que sa mère, qu'elle puisse participer à des soirée mondaines où il y avait des sangs-impurs était une chose, mais les fréquenter assidûment, était une autre chose. Ainsi, depuis son plus jeune âge, et pendant très longtemps, la jeune Yaxley restait discrètement dans l'ombre de sa mère. Celle-ci, née Croupton, avait l'habitude de fréquenter des milieux plus ouverts, et il était assez probable que la plupart des convives se souviennent des traits de Bérénice Croupton, épouse Yaxley, mais soient incapables de mettre un visage sur le nom de Cassiopeia Yaxley.
Néanmoins, si le regard de l'aristocratie de sang-mêlée ne s'était attardé sur elle, ce n'était pas le cas de ses yeux, qui avait analysé et observé cette classe intermédiaire qui possédait les mêmes avantages matériels et la même éducation que sa famille, mais ne possédait pas ce sang-pur qui enflammait les siens. Cette fréquentation dès le plus jeune âge lui avait permis de savoir reconnaître ceux avec lesquels elle parlait, et dans le cas présent, même si elle avait pu douter au début sur son statut du sang, et son extraction sociale, elle était désormais assez sûre d'elle. Il possédait l'aisance, le charisme, et la conversation que l'on trouvait dans les classes aristocratiques de leur monde, mais il avait une modestie et une proximité avec ses interlocuteurs, qui faisaient penser à Cassiopeia qu'il appartenait très probablement aux marges de son monde. Bien éduqué, nanti, Baldr semblait l'exemple parfait des qualités des vieilles familles de Sang-mêlée. Cependant, Cassiopeia préférait ne pas se forger des certitudes, car il aurait très bien pu être issu d'une famille de sang-pur mineure.
Elle accompagna le rire de son interlocuteur du sien, avant de répondre d'un ton malicieux : « Bien entendu ! Et la première cette fois ci » ajoutant un sourire charmant à ses mots.
Cassiopeia n'avait jamais craint la chute, et la popularité du Starducks lui semblait aussi immuable que le reste du monde. A ses yeux, rien ne changeait avec le temps, car après tout elle avait grandi dans une famille vieille de plus de mille ans, elle avait été éduquée, et avait pu constater, que tout se répétait autour d'elle avec une parfaite immuabilité. Néanmoins, elle pouvait pressentir des tressautements dans les institutions rodées de son univers de sang-pur. En un sens, sa propre ambition de liberté faisait peser le risque de l'effondrement sur sa famille et sur son monde.
Alors qu'elle sentait le regard songeur de Baldr courir sur ses traits, elle garda un sourire affable et une attitude la plus hermétique possible. L'Est de l'Europe n'était pas un endroit où elle avait l'habitude d'aller, et encore moins l'envie. De plus, la Transylvanie lui avait toujours paru être une terre sombre et humide, et même si par certains aspects cela lui rappelait les forêts épaisses de Northumbrie, celle de l'Est lui semblait bien plus hostiles que les siennes.
Néanmoins, la jeune Yaxley releva son regard pour observer le jeune employé arriver aux côtés de son interlocuteur, et tant par le contenu du dialogue que par sa façon de s'exprimer et de se comporter, elle devina le rapport de hiérarchie qu'elle avait été tout à fait incapable de remarquer. Ses yeux passèrent dans ceux ennuyés de Celui-qui-n'était-pas-serveur, et elle acquiesça distraitement à sa demande.
Les responsabilités qu'il semblait avoir montraient qu'il possédait bien plus que le statut de serveur dans cet établissement. Il en était très probablement le propriétaire et le gérant, et cette révélation la laissa pantoise quelques instants, tout les deux semblaient avoir caché des choses, ce qui très parallèlement, la rassurait.
Lorsqu'il revint, Cassiopeia lui adressa un sourire jovial, et elle acquiesça de nouveau avec compréhension, se relevant de sa chaise pour se retrouver debout devant lui.
« Les responsabilités n'attendent pas, je comprends tout à fait » Commença-t-elle par lui dire avec un regard mélangeant des nuances d'amusement et de compréhension, avant de poursuivre : « Pourquoi ne pas continuer cet échange plus tard dans la semaine ? Envoyez moi un hibou avec les heures où vous seriez disponible pour prendre un verre ? » Elle fit sa proposition d'une voix agréable, ne cherchant pas à le mettre mal à l'aise, mais ne cachant pas qu'elle apprécierait certainement une réponse positive en soutenant son regard sans ciller.



©️ GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Thé frappé au jus de citrouille. [Cassiopeia & Baldr]

Revenir en haut Aller en bas

Thé frappé au jus de citrouille. [Cassiopeia & Baldr]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Soupe de citrouille servie en son carosse...
» Le jus de citrouille n'est pas bon pour la santé - Ft Louna
» Jus de citrouille maison ~Evodie ~Terminé
» Glace à la citrouille et au chocolat [PV Joshua]
» Terminée || « Ne gagne pas après avoir frappé, mais frappe après avoir gagné.» || Takeshi Fujita

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Balade à Londres-