C'est la rentrée sur ATDM, tous à bord du Poudlard Express !
La liste des préfets et des capitaines a été affichée, n'hésitez pas à aller la consulter sur le panneau d'affichage !

Partagez|

"Et nos conversations s'envolent comme des feuilles mortes dans le vent" [Alexandre&Astrid]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 684
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Faites genre qu'il est pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Et nos conversations s'envolent comme des feuilles mortes dans le vent" [Alexandre&Astrid] Jeu 1 Juin - 20:43

Cette fille n'a franchement aucun scrupule. Elle serait capable de faire du mal à sa propre famille. C'est vraiment descendre bien bas rien que pour sa propre petite personne qui ne vaut, au final, pas grand chose à l'échelle de l'humanité. En plus, elle est tellement imbus de sa personne. Non, elle n'est pas la meilleure. « Sauf que tu n'es pas la meilleure. » lui fais-je remarquer. Et ce n'est pas un scoop.
Une fois ma tirade finie, je lui tourne le dos et elle applaudit. Elle semble avoir arrêter de pleurer. Elle commence par m'insulter d'hypocrite. Sérieusement ? On m'a toujours appris de fermer ma gueule quand je n'avais rien de gentil à dire. -La leçon est pas très bien passée.- Et elle veut quoi, que je lui balance ses défauts dans la gueule en lui disant bonjour le matin, comme ça, gratuitement ? Pas sûr qu'elle apprécierait. Je serre les poings, j'espère que ma main ne va pas partir. J'inspire. Je ne lui réponds pas, ça lui ferait trop plaisir.
Elle met parle de ses problèmes qui vont au delà d'Avery. Je veux bien la croire. Mais c'est pas le sujet initial de notre dispute, ça vient comme un cheveux sur le jus de citrouille. Donc je suis tenté de dire que je m'en balance. Surtout que je n'étais pas au courant qu'elle avait une soeur, elle ne m'en a jamais parlé. Argument invalidé. Ok, c'est triste. Mais c'est la vie ma petite poulette cracheuse de feu ! Et entre nous, je préfère apprendre que j'ai une soeur que je ne connaissais même pas plutôt que de finir mes années à Poudlard sans amis.
Et puis son cas n'est pas isolé. Son père n'est pas le seul père/mari a avoir été faire cirer sa baguette ailleurs. C'est même très courant, d'autant plus que c'est d'avantage courant chez les hommes que chez les femmes. Et ce n'est pas parce que je dis ça que je cautionne ce genre de comportement, qu'on se comprenne. -Heureusement !- Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. « C'est pas de ma faute si ton père est infidèle et pas le mien. J'espère que tu ne ressembles pas autant à ton père. » Voir Astrid tromper son futur partenaire, voilà une chose que ne m'étonnerait pas. Elle est tellement mauvaise quand elle en veut à quelqu'un qu'elle en est dénuée de sentimentalisme.

Je l'entends s'approcher et puis je la vois se poster devant moi. Ma crise de larme est passée, je la regarde fixement. « Oh, et j’y pense. puisque je ne suis qu’une capricieuse qu’on veut exploser contre un mur, vas-y. Profite-en, frappe ta cousine, je ne me défendrai pas » J'hausse un sourcil en la regardant. Oh oui que j'ai envie de la frapper ! Mais je ne vais pas le faire. Ça lui ferait trop plaisir. Si je le fais, elle pourra me le reprocher et dire que je suis un enfoiré. Alors que c'est elle qui m'a giflé en premier. Mais bon c'est la petite princesse, elle a des droits que je n'ai pas en tant que roturier. -Assez ironique...- Hypocrite. « Je ne vais pas m'abaisser à ton niveau de bassesse. Et je te connais assez pour dire que tu vas te victimiser, alors que tu es la première à avoir frappé. En fait, tu m'incites à le faire seulement parce que ça va me pousser à ne pas le faire. Ou sinon, c'est que tu ne me connais pas si bien que ça. Si tel n'est pas le cas, je dirais que c'est fourbe. Et rajoutons à cela le fait que tu sois une peste, je me demande ce que tu fais à Gryffondor. » Je suis incroyablement calme par rapport à il y a à peine cinq minutes. Je n'ai jamais considéré qu'être à Serpentard était une mauvaise chose contrairement au reste de ma famille. Les Serpents n'ont rien à envier aux Griffons. Les qualités et les défauts diffèrent et c'est tout. Tout les Serpentards ne sont pas mauvais. C'est n'est pas de la faute à la Maison si elle contient des fils de troll.
Je ne peux pas la frapper surtout parce que je sais qu'après ça, il n'y aura pas de réconciliation. Enfin, pas avant un long moment. Si je le faisais, Astrid pourrait quand même me pardonner. Rien n'est impossible. Mais l'idée qu'elle ne me pardonne pas est aussi probable. Celle qu'elle me tue aussi, bien que moins envisageable. Je toise Astrid du regard. J'ai envie de partir et je le lui fais comprendre par mon regard.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 376
| AVATARS / CRÉDITS : Gemma Arterton | shadows.
| SANG : Toujours Pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Moi, ruinée
| PATRONUS : Un puma
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Et nos conversations s'envolent comme des feuilles mortes dans le vent" [Alexandre&Astrid] Ven 2 Juin - 11:52


"Alexandre & Astrid"
ft. ...
546 mots
#ffffff dialogue
pensées en bold
dialogue entre «»
"Pré-Au-Lard"
La Cabane Hurlante

Astrid ne releva pas la remarque d’Alexandre. Ça avait toujours été un débat entre eux, même lorsqu’ils ne se disputaient pas. Qui donc était le meilleur ? Lui ? Ou elle ? Il ne valait pas la peine qu’elle se défende, si c’était pour partir sur un « oui – non » pas très mature pour deux adolescents de quinze ans en pleine dispute.
Le Serpentard semblait retourné par ce qu’il venait de lui dire. S’il n’est même pas capable d’assumer ses propres paroles, la jeune fille n’y pouvait rien. Il avait autant de courage qu’un poulet allant à l’abattoir. C’était évident qu’il ne pouvait pas être chez les Gryffondor comme les Grands de sa famille. La jeune fille, comme tous, d’ailleurs, était fière des couleurs qu’elle représentait et elle comptait bien les défendre jusqu’à la fin de sa scolarité. Surtout qu’elle n’était pas un élément dissident, puisque toute son illustre famille était passée par-là. Elle reproduisait le schéma familial. Et elle en était bien contente. Or, le garçon était quoi ? Un Serpentard. Elle n’avait rien contre eux. Mais il fallait bien noter la grande différence entre Hans Rozen et son fils cadet. Bien évidemment, elle ne lui dit pas ce qu’elle pensait de son courage inexistant. Rajouter du jus de citrouille sur le feu n’allait pas aider.

Puisqu’Alexandre ne comprenait pas que le monde d’Astrid ne se résumait pas à la présence seule de Thomas, elle décida d’évoquer d’autres problèmes. Des problèmes qui la retournaient plus que tout le reste puisqu’ils concernaient son père. Il lui dit que ce n’était pas de sa faute si son père était allé voir ailleurs. Cet réponse fissura le cœur d’Astrid qui n’arrivait pas à admettre que son papa qu’elle aimait tant ai pu se balader dans un autre jardin pour engendrer un gosse alors même qu’il en avait déjà un en préparation. Et Alexandre ne comprenait pas pourquoi ça l’a touchait tant, et c’était assez triste. Parce qu’il savait à quel point elle était fusionnelle avec Joil, il aurait dû comprendre, mieux que quiconque, à quel point cette trahison la dévastait. « Non, ce n’est pas de ta faute, et heureusement, je ne t'en accuse d'ailleurs pas. Je dis ça pour te faire comprendre que ma vie ne tourne pas autour de celle d’Avery » dit-elle d’une voix qu’elle trouvait bien trop calme pour la situation. Elle ne répondit pas à la seconde phrase. Elle était trop déboussolée par ce que son père avait fait pour savoir comment elle réagira plus tard. Libre à lui de comprendre son silence comme il le voulait. Parce qu’au final, Joil restait un modèle pour elle. Se pourrait-il qu’inconsciemment elle reproduise le même schéma pour lui ressembler, alors même que son acte lui brisait le cœur ? Cette question méritait sa réflexion.

Prise d’une audace qu’elle s’était souvent vu attribuée, elle s’était ensuite approchée de lui pour se mettre bien en face, le provoquant de la toucher. Elle ne savait pas qu’elle serait sa réaction, s’il allait péter un plomb ou pas du tout. Elle n’en savait rien et elle s’en fichait un peu. Sa réponse cinglante fit croiser les bras d’Astrid qui avait bien envie de lui répondre avec la même voix sèche qu’il la méritait bien, la gifle. « Me victimiser ? » demanda-t-elle en ouvrant grand ses yeux, « tu me prends pour une lâche ? ». S’il y avait bien quelque chose qu’elle ne faisait pas, c’était se victimiser. Elle ne voulait pas de la pitié des autres. Oui, Astrid pouvait jouer dramatiquement la comédie si ça servait sa situation, c’était un de ses côtés sombre, hérité de sa mère, mais jamais elle ne s’abaissera à ce niveau-là. « Les pestes sont dans toutes les maisons, ce n’est pas une question de blason » dit-elle en levant les yeux au ciel, nullement touchée par ce qu’il lui disait.

Elle se retourna enfin, prête à clore cette dispute, parce qu’il ne servait à rien de se jeter des méchancetés au visage pendant trois plombes : « En tout cas, cette discussion aura eu le mérite de démontrer que nous ne nous connaissons pas si bien que ça ». Elle avait volontairement appuyé sur le mot « discussion » juste pour lui faire comprendre qu’elle n’avait pas utilisé le mot dispute sciemment. Sans même attendre sa réponse, Astrid s’avança vers le chemin. Elle avait eu tort de le faire venir ici.




Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 684
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Faites genre qu'il est pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Et nos conversations s'envolent comme des feuilles mortes dans le vent" [Alexandre&Astrid] Ven 2 Juin - 23:27

Astrid semble outrée par mes propos. Elle ne semble pas apprécier que j'insinue le fait qu'elle soit fourbe et lâche. Je m'en fiche un peu. Je n'ai jamais dit qu'elle était lâche, en plus. C'est juste son interprétation. Je ne réponds pas à sa question rhétorique. Elle n'en vaut pas la peine. Je lui dis A, elle comprend B. Je suis d'accord avec elle quand elle dit qu'il y a des pestes dans toutes les maisons. Mais y'a des variantes de pestes. Il n'y a pas une peste universelle. La discussion semble presque close. Astrid me tourne le dos. « En tout cas, cette discussion aura eu le mérite de démontrer que nous ne nous connaissons pas si bien que ça »
C'est peut-être vrai. Nous ne sommes pas sur la même longueur d'onde. Mais je ne pense pas qu'on ne se connaisse moins que ce que l'on pense. Nous avons juste des points de vue différents qui varient selon ce que nous disons, savons et ne disons pas. Elle ne me laisse pas le temps de répondre et part. Je la laisse prendre quelques minutes d'avance avant de partir à mon tour. Elle a eu tort de me faire venir.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Et nos conversations s'envolent comme des feuilles mortes dans le vent" [Alexandre&Astrid]

Revenir en haut Aller en bas

"Et nos conversations s'envolent comme des feuilles mortes dans le vent" [Alexandre&Astrid]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Trèfle Greengrass ~ « “Trèfle” de plaisanterie, comme dirait un lapin dans un carré de luzerne... »
» comme dit si bien Verlaine, au vent mauvais
» Le Royaume perdu d'Arnor
» PREZIDAN MARTELLY VOYE PINGA POU TWOBOL MEKÈ KONT LÒD, SEKIRITE AK DISIPLINN
» Quand le vent siffle dans les montagnes...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Pré-au-Lard :: A la sortie du village :: 
La cabane hurlante
-