GRYFFONDOR : 160 pts | POUFSOUFFLE : 10 pts | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Le calendrier de l'avent fait son grand retour à Poudlard ! Il débutera le 1e décembre et se terminera le 25. Toutes les explications ICI !
Une sortie à Pré-au-Lard a été organisée afin de vous permettre d'effectuer vos achats de Noël. Le sujet est juste ici ! Tout post vous rapportera 2 dragées.

Partagez|

Les plus belles filles de Poudlard — Peter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 158
| AVATARS / CRÉDITS : Danielle Campbell
| SANG : mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : une petite chèvre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Les plus belles filles de Poudlard — Peter Mer 31 Mai - 13:06






le top des nanas de l'école
P e t e r & M a i











Le beau temps était presque insultant pour les élèves de Poudlard. Loin de pouvoir en profiter et passer la journée à faire bronzette sur les bords du lac, ils étaient obligés de se plonger dans leurs grimoires s’ils voulaient avoir une chance de réussir leurs examens. Et ils ne pouvaient pas compter sur leurs professeurs pour les rassurer. Bien loin de là. Prenez le cas des quatrièmes années, par exemple. Chacun sait que les BUSEs ne doivent être passées qu’en cinquième – notez que les élèves de cette année étaient d’ailleurs particulièrement irritables en ce mois de juin. Pourtant, un an avant d’avoir à réellement s’en soucier, les élèves se faisaient déjà rabattre les oreilles avec ces fameux examens. Ainsi, le Professeur McGonagall n’avait pas manqué de faire remarquer à Mairead qu’elle aurait du mal à obtenir ses BUSEs dans un an si son cochon d’Inde restait couvert de plumes à chacun de ses essais.

La jeune fille était dès lors particulièrement stressée par l’examen de métamorphose. Non pas que la matière l’intéresse tellement, mais elle n’était pas sûre de pouvoir passer à côté pour devenir médicomage. Elle s’était donc plongée dans des grimoires poussiéreux et s’entraînaient régulièrement à transformer divers objets. Malheureusement, à part quelques insectes trouvés dans le parc, elle ne pouvait s’exercer sur des animaux. Bizarrement, aucun élève n’avait consenti à lui prêter son petit compagnon à poils ou à plumes.

En cette journée particulièrement chaude, elle n’avait pu se résoudre à rester à l’intérieur du château. La salle commune et la bibliothèque grouillaient d’élèves de toutes les années, s’affairant dans tous les sens. Pour le bien de ses nerfs, elle décida de sortir avec ses notes et d’étudier au bord du lac, loin des autres.
Alors qu’elle avançait vers l’ombre d’un arbre qu’elle jugeait assez bien situé, un reflet dans l’herbe attira son attention. Un rayon de soleil venait de jouer sur un petit carnet rouge à la couverture brillante. Intriguée, elle le ramassa. Ses coins étaient cornés et sa tranche abîmée. D’après son aspect usé, elle jugea que son propriétaire ne devait pas être très soigneux. Sur la première page elle découvrit quelques mots : ce carnet appartient à Peter Pettigrow.

Un regard circulaire lui apprit que l’élève en question se trouvait à proximité, se dirigeant vers un saule au bord du lac sous lequel étaient rassemblé le reste de sa bande de bouffons. En temps normal, Mairead aurait pris son temps pour lui rendre l’objet – qu’il n’avait qu’à pas perdre – mais, en l’occurence, elle se dit qu’il pouvait contenir des notes importantes pour les examens. « Eh ! Pettigrow ! » s’exaclama-t-elle en accélérant le pas. Elle le rattrapa aux abords du lac. « Tu as perdu quelque chose » ajouta-t-elle en jouant négligemment à faire défiler les pages du cahier. Soudain, un mot attira son attention. Avait-elle vu son prénom ? Rapidement elle retrouva la page. Mairead Aubrey était bien écrit au milieu d’autres noms. Des noms de filles. Ses yeux glissèrent vers le haut de la page, mais elle n’y vit pas de titre. « C’est quoi, ça ? » demanda-t-elle froidement. Elle avait peur de comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 336
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley | Eledhwen
| SANG : ⊰ Mêlé sur de nombreuses générations.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Subir le doloris
| PATRONUS : Un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Les plus belles filles de Poudlard — Peter Lun 12 Juin - 14:00

La quatrième année était la dernière avant que les élèves de Poudlard ne se fassent des noeuds au cerveau et à l’estomac avec le stress des examens. Pour les maraudeurs, il était d’autant plus réjouissant de profiter des premiers rayons du soleil qui annonçaient les vacances d’été du fait que dans le même temps d’autres élèves soient forcés de s’enfermer dans l’austère bibliothèque. Il arrive parfois que le malheur des uns fasse aussi simplement que cela le bonheur des autres. Aussi quand le plus sérieux de ses amis proposait à Peter de l’aider dès à présent à préparer ces BUSE, ce dernier avait-il pris l’habitude de prendre ses courtes jambes à son cou. C’est vers James et Sirius - qui d’autres ? - que le garçon rondouillard se réfugiait aujourd’hui en bravant le brûlant soleil à son zénith. Quelle idée de se rendre au lac - car c’était bien l’endroit le plus éloigné du château - ronchonnait-il en accélérant le pas. Mairead héla son nom et aussi pénible puisse être la jeune fille, elle lui offrait un prétexte tellement attendu pour lui faire arrêter sa course qu’il s’exécuta instantanément. Il plaça sa main en visière au niveau de ses sourcils et plissa ses yeux pour la regarder avancer d’un air tout à fait suspicieux. Qu’est-ce qu’elle lui voulait ? La jeune fille n’avait pas la réputation d’être tendre avec le groupe d’amis dont il faisait fièrement partie. Quand elle commença à lui expliquer qu’il avait perdu quelque chose, il continua à la regarder de son air un peu stupide. Il ne répondit rien de peur qu’elle ne soit en train de lui tendre un bâton pour mieux le battre. J’ai perdu quoi ? Ton cerveau à ta naissance !

C’est alors qu’il reconnut le carnet rouge qu’elle tenait à la main comme étant le sien. « Oh Oh » murmura-t-il en sentant poindre les ennuis et en adoptant la même couleur que la couverture de ses embarrassants écrits. Il s’agissait d’un petit objet de papeterie que le gryffondor promenait partout et même en classe quand il s’ennuyait des bavardages de leur professeur. Cela tenait du miracle qu’il ne l’ait encore jamais perdu ou ne se le soit jamais fait piquer par quelque vipère malintentionnée. Il ne s’agissait pas d’un journal intime mais plutôt d’un carnet de pensées dans lequel il notait absolument tout : les dates de devoir qu’il devait rendre, les courses qu’il devait faire à pré-au-lard, des pensées encourageantes qui lui traversaient la tête - le secret du succès ? 1 : commencer. 2 : finir - et puis aussi et par dessus tout … la liste des filles qu’il trouvait les plus jolies au château. Oh il y en avait de nombreuses qui selon les jours avaient trouvé leur nom inscrit sur ce carnet - la puberté avait eu raison de beaucoup de noms … paix à l’âme des éconduites ! - et l’ordre de son listing variait très facilement. La seule constante était toujours la même. Mary MacDonald élue de son coeur en première position ! Mais ce qui embarrassait particulièrement Peter était qu’un autre nom figurait dessus et qu’il s’agissait de celui de sa très caractérielle interlocutrice. C’est que, quand il avait vu l’aiglonne se précipiter vers lui, ses larges boucles au reflet auburn qui encadraient son visage tressautant au rythme de ses pas, elle avait même bien failli gagner une autre place ! Mais voilà, maintenant elle avait retrouvé son vilain pli entre ses sourcils et avait tout perdu de son caractère solaire pour redevenir une statue de glace. Il sentait que sa survie était en jeu et était volontiers prêt à la rayer de la liste tout de suite si cela pouvait écourter le moment. « Euh … c’est rien du tout, absolument rien du tout, juste mon pense bête ! Rend le moi ! » répondit-il en tentant d’un geste trop lent pour être efficace de remettre la main sur son bien. Il n’avait pas envie de s’avancer à lui répondre la vérité car il restait encore un espoir qu’elle ne soit pas à la page de ses amours impossibles.


dragées:
 


Dernière édition par Peter Pettigrow le Sam 17 Juin - 9:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 158
| AVATARS / CRÉDITS : Danielle Campbell
| SANG : mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : une petite chèvre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Les plus belles filles de Poudlard — Peter Mer 14 Juin - 11:44

Peter passa de coi à embarrassé. Ses émotions se lisaient avec une facilité déconcertante sur les traits de son visage joufflu. Sa peau, déjà rosie par sa course pour rejoindre le saule des idiots, vira au rouge. Celle de Mairead était d’ailleurs également en train de changer de couleur. Elle ne savait que penser. D’un côté, elle se sentait étonnamment – un peu – flattée de plaire. D’un autre,… ben, c’était Pettigrow. Et ce n’était peut-être pas très charitable, mais elle ne le trouvait pas vraiment attirant. Et puis il n’était pas non plus franchement brillant. Autant ses amis étaient lourds et pénibles, mais pas complètement débiles, malgré ce que la Serdaigle criait sur tous les toits, autant Peter n’était pas connu pour sa vivacité d’esprit.

Pour se donner une contenance, elle continua à feuilleter le carnet. L’espace d’un instant, elle fut amusée par une caricature de McGonagall. Pendant qu’elle prenait connaissance du contenu des pages : liste de friandises à ramener de Pré-au-Lard, notes sur le devoir de potions, et autres pense-bêtes, le garçon lui répondit que ce n’était rien du tout. « Rends-le moi ! » ajouta-t-il en esquissant un geste pour l’arracher des mains de Mairead. Plus rapide que lui – était-ce le Quidditch qui portait ses fruits ? – elle l’en empêcha d’un geste du bras. « Non, d’abord tu m’expliques ce que fait cette liste de filles dans ton carnet. » ordonna-t-elle. Elle ne s’en était pas rendu compte auparavant, mais elle faisait presque la même taille que lui. Peut-être même était-elle sur le point de le dépasser. Ce détail la mit encore plus en confiance, bien qu’elle soit toujours un peu confuse par ses sentiments contradictoires.

Elle détestait les humiliations publiques que les maraudeurs avaient tendance à affectionner, surtout concernant Severus Rogue, cible fort appréciée. D’accord, il aurait pu se laver les cheveux plus souvent. Et puis il avait tendance à traîner avec de sales types. Mais étaient-ce des raisons suffisantes ? Bien qu’elle n’ait jamais ressenti d’affection pour le Serpentard, elle profita de cette occasion pour faire goûter à Peter un échantillon des méthodes des maraudeurs. Et puisqu’elle même se trouvait un peu gênée, elle n’avait d’autre choix que de l’embarrasser à son tour. « Mary MacDonald » commença-t-elle à lire à voix haute. Maintenant qu’elle y pensait, il lui semblait avoir aperçu son nom à plusieurs reprises dans le carnet. Il paraissait avoir été écrit avec un soin tout particulier. « Astrid Oorlos, Ange Blackwell ». Elle s’arrêta en relevant les yeux vers son interlocuteur. « C’est quoi, Pettigrow ? Ta liste de courses ? ». Le choc passé, il ne lui paraissait pas très correct de lister les filles comme de vulgaires aliments. Et elle décida de le faire comprendre à l’auteur de cette chose. « Je ne suis pas sûre que je devrais te le rendre. J’aurais l’air de t’encourager. » et voilà qu’elle lui parlait comme à un de ses frères. Cette manie de faire la leçon aux autres semblait ne jamais devoir lui passer. Elle continua sur sa lancée « À mon avis, tu ferais mieux d’étudier au lieu d’écrire des… des euh. Ce torchon, quoi » ponctua-t-elle en secouant le carnet dans les airs.

Elle se replongea dans la liste. « Non mais franchement. Azelma Travers,… » Elle fit une pause, les yeux rivés sur le carnet. Le nom Olivia McMillan avait été raturé et, au dessous, le sien, qu’elle avait déjà repéré, avait manifestement été griffonné à la hâte. « Oh le fils de troll ! » chuchota-t-elle, énervée. À ce moment précis, elle se dit que ça risquait de mal tourner pour le Gryffondor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 336
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley | Eledhwen
| SANG : ⊰ Mêlé sur de nombreuses générations.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Subir le doloris
| PATRONUS : Un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Les plus belles filles de Poudlard — Peter Sam 17 Juin - 9:38

Mairead ne le laissa pas reprendre son dû et le garçon soupira de lassitude en tripotant nerveusement l’ourlet de sa chemise blanche. Il blêmit sans perdre sa rougeur quand la sentence tomba finalement. La fouineuse avait bien mis son nez dans ce qu’il craignait qu’elle ne découvre. Une liste comportant les noms des filles qu’il trouvait les plus jolies à Poudlard. Comment lui expliquer que lorsqu’il était d’humeur à flâner il prenait un certain plaisir à penser aux jolies filles ? Qu’il aimait écrire le nom de celles qu’il trouvait jolies sur un carnet lorsque leur pensée le distrayait ? Cette liste avait été dressée innocemment car il ne l’avait montré à aucun de ses amis et n’aurait jamais eu l’audace d’aller vers aucune de ses camarades qui y figuraient. Mais il n’aurait pu décemment lui avouer cette vérité qui n’était que trop gnangnan pour le maraudeur qu’il se devait d’être alors il se creusa sa cervelle pour tenter de trouver une excuse et bafouilla dans le même temps. « Euh … c’est que … tu vois … comment te dire … ». Quand elle prononça celle dont on ne pouvait prononcer le nom - il aurait encore préféré qu’elle crie le nom du sombre mage - un couinement de frayeur lui échappa et il esquissa un nouveau geste désespéré. Il ne fallait surtout pas que Mary MacDonald l’apprenne. Il était amoureux d’elle depuis la première année et l’idée qu’elle le rejette le terrifiait plus que nulle autre. « Parle moins fort, parle moins fort … » chuchota-t-il comme une supplication en lui faisant signe dans le même temps de baisser son ton avec ses mains. Le regard plein d’embarras qu’il jeta autour d’eux lui confirma que l’intéressée n’était heureusement pas dans les parages, ouf ! Les autres noms paraissaient de moindre importance à côté de celui divin de son premier amour et il ne les écouta que de son habituelle oreille distraite.

Quand Mairead le menaça de garder son carnet dont il craignait particulièrement de voir la petite liste dévoilée aux intéressées, il fronça finalement les sourcils avec indignation. « Bien sûr que tu dois me le rendre, sinon c’est du vol ! ». Ce n’était malheureusement pas vraiment dans l’esprit des maraudeurs d’aller tirer sur la cape de leur directrice de maison pour qu’elle les défende et il regretta aussitôt la fierté de ses amis qui les poussait toujours dans des plans impossibles pour éviter à avoir affaire aux adultes (il faut dire que dans la plupart des cas leurs actions n’auraient certes été avalisés par aucun adulte responsable du château). Peter tendit vers elle sa main pour la forcer de ses petits yeux noirs à s’exécuter de bonne volonté. Mais plutôt que de le lui rendre, voilà qu’elle replongeait son nez dans les pages brouillons. « Par Merlin … » soupira-t-il en levant les yeux au ciel tandis que le malaisant moment ne semblait jamais devoir s’achever. Mary MacDonald, Astrid Oorlos, Ange Blackwell, Azelma Travers et puis quoi ? Il lui fallait encore un nom ? Quel était-il d’ailleurs ? Olivia McMillan ! Ah non pas question que ce soit Olivia depuis le savon que James avait passé à Sirius ! Il l’avait ce matin remplacé par … gloups …

Peter avala sa salive et ouvrit et ferma ses yeux suffisamment rapidement pour que sa vision devienne stroboscopique. Il redoutait les colères de Mairead - presque autant qu’il redoutait un râteau de sa camarade de maison ! - et vit brusquement une bougie s’allumer dans sa petite tête. « C’est une liste de filles que je trouve intelligentes ! » mentit-il enfin dans une exclamation désespérée. « C’est ça ! Oui c’est exactement ça ! » confirma-t-il en arrivant lentement à l'idée que aucune des filles ne la liste n’était heureusement stupide et que son excuse revêtait donc un semblant de crédibilité. « Avec les BUSE de l’année prochaine, je pense demander de l’aide et … et puis voilà ! Mais je t’en prie Mairead ! Fais ta Serdaigle et moque toi de ma stupidité hein ! Je te pensais plus mature que ça mais apparemment je me suis trompé ! Raye tout de suite ton nom de la liste ! » se victimisa-t-il en en faisant des caisses. Cette technique consistant à faire culpabiliser son interlocuteur, il l’avait déjà éprouvé, il lui arrivait de fonctionner … Il croisa ses bras contre sa poitrine faute de pouvoir croiser les doigts sans se trahir pour se donner de la chance.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les plus belles filles de Poudlard — Peter

Revenir en haut Aller en bas

Les plus belles filles de Poudlard — Peter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les plus belles filles dans les mangas
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» Une brésilienne dans la place ►
» Les étapes de 40 Les Landes
» Les plus belles femmes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Les oubliettes
 :: 
Les souvenirs de Poudlard
-