La plume à papote



 
GRYFFONDOR : 1168 pts | POUFSOUFFLE : 931 pts | SERDAIGLE : 642 pts | SERPENTARD : 606 pts
Venez découvrir et commenter la Gazette de Mai 1975, ici !

Partagez|

"Comment l'ami d'un père peut devenir le prof particulier de son fils" [Alex & Basou] FINIT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 566
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien (by Thida ♥)
| SANG : Faites genre qu'il est pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Comment l'ami d'un père peut devenir le prof particulier de son fils" [Alex & Basou] FINIT Mar 13 Juin - 2:39

Pourquoi il insiste autant sur mes raisons de vouloir apprendre l'occlumancie ? Qu'est-ce que ça peut lui faire ? Il se remet à me fixer pendant plusieurs secondes et je le regarde en fronçant les sourcils. Il me demande alors, sans détour, si je voulais apprendre l'occlumancie pour me protéger de quelqu'un ou simplement par sécurité. Je pencherais définitivement pour la seconde option. Je ne connais pas beaucoup de legilimens autour de moi de qui je voudrais me protéger. « Par sécurité. » réponds-je sèchement. -Très aimable.-
Il ne semble pas avoir saisi un traître mot de ce que j'ai expliqué. Je n'ai jamais dit qu'apprendre l'occlumancie c'était comme apprendre à devenir animagi. Il faut qu'il arrête de fumer de la poudre lunaire ! Il m'explique quelles sont les différences entre ces deux formes de magie comme si j'étais demeuré. C'est presque vexant. Surtout que c'est lui qui a mal compris. Je le fusille du regard sans rien répliquer. Je le laisse s'enliser dans ses explications.

On se demande souvent comment je peux être aussi différent du reste de ma famille. Pour rappelle, tout les individus portant le nom de Rozen à la naissance sont passés par Gryffondor. Sauf moi. Basil Carrow a vraiment cru que j'allais suivre le mouvement familial de devenir auror alors que je n'ai même pas été foutu de suivre celui concernant la maison à Poudlard ? D'autant plus que je n'ai jamais entendu parler d'un quelconque Serpentard qui soit devenu auror. Ce n'est pas particulièrement parce qu'ils sont mauvais, enfin pas tous, mais parce que c'est dans notre personnalité. Cette maison a tellement mauvaise réputation. Mr. Carrow essaye de me réconforter comme il peut. Les langues-de-plomb sont l'équivalent sorcier des chercheurs chez les moldus. Je dois avouer que je suis touché quand il me dit que j'ai toutes les dispositions pour être langue-de-plomb. Pourquoi il me mentirait sur cela ? Mes doigts s'excitent en s'en prenant au bout de mon T-shirt.
« Vous le pensez vraiment ? » demandé-je. Je ne veux pas que tout mes efforts pour parvenir à un but soit encore vain. Depuis que j'ai 6 ans, je m'entraîne au patinage artistique dans l'espoir de percer dans le milieu. Tout ça pour que mes chances soient gâchées par Poudlard qui ne me permettait plus un entraînement régulier pour pouvoir concourir convenablement. Je ne veux pas revivre ça. Je suis déterminé à réussir, cette fois. Rien ni personne ne m'y empêchera.

Je sens qu'avec Basil Carrow, il peut y avoir un truc. Si ça se trouve, il veut juste me faire mariner à ne pas répondre à ma question. Mais j'insiste pour qu'il y réponde, allant jusqu'à le tutoyer. Il n'a pas l'air d'apprécier ma familiarité mais je m'en bats les cognards. Il va accepter. Il ne peut pas en être autrement. Il met du temps à répondre. Son air est pesant.  « La dernière option est tentante, Monsieur Rozen » Ça je m'en doute bien. Cette situation est assez intimidante mais j'essaye de ne pas me décourager. Il me fait alors comprendre que sa décision est prise depuis le début et j'attends avec impatience le dénouement. Basil fait durer le silence. « Bien sûr que j’accepte »
Comment vous expliquer ce qui se passe en moi ? Un grand sourire s'affiche sur mon visage. J'ai envie de serrer mon interlocuteur dans mes bras. Je sautille sur le canapé comme une puce. J'ai du me retenir de lâcher un cri de victoire. -Au final, tu agis assez calmement. Tu prends sur toi, y'a du progrès.- « Merci beaucoup ! C'est vraiment gentil de ta part de m'accorder de ton temps. » lui dis-je aussi calmement que mon excitation puisse me permettre. C'est sincère, vraiment. C'est la meilleure chose qui me soit arrivée durant ces dernières semaines. Je ne sais pas quoi dire d'autre à part encore le remercier, en fait.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 390
| AVATARS / CRÉDITS : Colin Farrell by Thida ♥
| SANG : Aussi Pur que le sang d'un Carrow peut l'être


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : Une panthère
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Comment l'ami d'un père peut devenir le prof particulier de son fils" [Alex & Basou] FINIT Mar 13 Juin - 20:56

Alexandre répondit au bureaucrate d’une manière assez sèche qui aurait été un excellent prétexte pour qu’il monte sur ses grands chevaux, et le faire redescendre un peu de ce nuage où le garçon semblait être perché (et où il semblait se permettre des familiarités). Il en vint même à se demander si le garçon avait quelque chose dans sa tête qui le retenait de sortir des âneries. Une conscience ou un truc comme ça. Il savait que Hans l’avait bien élevé. Mais le garçon semblait laisser libre court à ses sentiments. Il leur laissait beaucoup trop libre court au goût de Basil qui pourtant, devait bien admettre qu’il était rafraîchissant de converser avec quelqu’un comme cela.

Basil avait finalement décidé de se faire plus encourageant, le but n’était pas de tuer le poussin dans l’œuf, il fallait déjà voir son potentiel de survit une fois hors de l’œuf. Pour l’instant, le garçon était encore un petit fœtus dans une coquille molle. Il ne savait pas trop pour l’instant si ses paroles, à mesure qu’il les déblatérait, aidaient réellement le garçon, mais il faisait du mieux qu’il pouvait. Sans aucun doute avait-il du potentiel, c’était évident. Mais jusqu’où ? Quelle sera son degré de compatibilité ? Telles étaient les questions. Le bureaucrate s’en voudrait de détruire l’espoir qui habitait maintenant ses yeux. Il lui demanda confirmation, et le diplomate acquiesça : « Je suis peut-être un commercial, mais pas un menteur » dit-il paisiblement. C’était à demi-vrai. Il disait, avait souvent dit de gros mensonges à sa famille mais il estimait qu’elle le méritait. En revanche, il n’avait aucune raison de mentir au fils de son ami.
Carrow aimait ménager le suspens. C’était comme s’il lisait un bon livre. Alexandre était la personne à qui il allait annoncer la nouvelle d’un changement, la promesse d’une évolution de son statut primitif d’homme à un homme plus évolué. Un Occlumens. Un homme avait la capacité de se protéger de toute intrusion intempestive dans l’esprit. C’était un grand changement. Alors forcément il ne voulait pas lâcher le morceau de suite. Il l’avait déjà plutôt bien fait mariner, le pauvre garçon. Mais maintenant son air était aussi pesant que celui du Ministre annonçant la peine capitale à un détenu d’Azkaban. Finalement, il lâcha le morceau.

Un cri de victoire.

Des sauts sur son sièges, Basil avait l’impression d’être l’équivalent du père noël. Finalement, le garçon le remercia et le diplomate hocha la tête en réponse, d’un air entendu. « Sans professeur je ne serais jamais devenu Occlumens. Il serait mal venu de vous interdire ce droit, alors que vous avez manifestement toutes les qualités pour vous en sortir en la matière » expliqua-t-il. Il avait quand même besoin de se justifier. Il ne savait pas si le garçon était du genre à culpabiliser ou à s’attribuer tous les maux. Il ne voulait pas qu’il croit qu’il avait été forcé à accepter. Il le faisait de bon cœur. « Nous commencerons cet été » dit-il sans, détour. Il fallait profiter de la motivation du garçon tant qu’elle était là. Il ne savait pas combien de temps cet état-là allait durer. Mais des heures difficiles l’attendaient en sa compagnie.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 566
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien (by Thida ♥)
| SANG : Faites genre qu'il est pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Comment l'ami d'un père peut devenir le prof particulier de son fils" [Alex & Basou] FINIT Mer 14 Juin - 22:44

Dans ma tête, c'est le 25 décembre en plein été. C'est mon anniversaire en plein mois de juillet. C'est littéralement mon non-anniversaire ! Ce gars a refait ma journée. J'ai des spasmes de joie dans tout le corps. Ça fait tellement longtemps que je n'ai pas été aussi content. J'ai envie de sautiller partout dans le salon, d'aller danser sous la pluie. Mais je m'abstiens.
Le diplomate en face de moi est aussi calme qu'un moine bouddhiste. J'écoute attentivement ses paroles. Je ne m'attendais pas à ce qu'il me dise clairement que j'ai les capacités pour devenir occlumens. J'espère aussi avoir celles pour devenir langue-de-plomb. Mon euphorie retombe un peu. Mais mon sourire ne veut pas quitter mes lèvres. -Ça va pas tarder.- Il y a élu domicile pour quelques heures encore. Mon père ne va pas comprendre pourquoi j'ai l'air d'aussi bonne humeur. Je n'ai pas l'impression d'avoir forcé la main à Basil. De toute façon, c'est le résultat qui compte. Je me fiche qu'il se soit sentit forcé ou pas. En plus, ce n'est pas le cas donc tant mieux.

« Nous commencerons cet été. » Si tôt ? C'était inespéré ! Bon, je ne pense pas qu'on puisse  commencer avant le mois d'août. Il repart d'ici un ou deux jours et je suis parti pour rester jusqu'à la fin de juillet. Voire plus. Tout dépend de l'état de santé de mon grand-père. C'est horrible à dire mais j'espère qu'il partira au plus vite. En allant le voir ce matin en me levant, j'ai vu qu'il n'était vraiment pas bien. Je dois avouer que chaque matin, j'espère qu'il n'aura pas passer la nuit mais en même temps, cette idée m'effraie. Je me contente d'acquiescer aux paroles de Basil.. Mon sourire a fait moins long feu que prévu, je crois. « J'espère que je serais un bon élève. Merci encore. » dis-je pour combler le silence.
C'est à ce moment là que mon père et ma grand-mère décident de rentrer. J'entends la porte s'ouvrir et se refermer dans l'entrée depuis le salon par dessus leurs voix. Des pas se dirige vers la pièce où je me trouve avec Monsieur Carrow. Il s'agit de mon père. « Bonjour Basil. Désolé d'avoir mis autant de temps. Nous avions quelques problèmes à régler avec le notaire après les pompes funèbres. » s'excuse-t-il en allemand en accrochant son manteau trempé au porte-manteau. Je reste silencieux comme une pierre, encore contrarié de ne pas être venu. Je ne fais pas attention au bonjour que balance ma grand-mère depuis l'entrée. Je me lève seulement pour aller lui dire bonjour et lui faire un bisou.
« J'espère qu'Alex a été sage en notre absence. » entends-je dire mon père pendant que je demande à ma grand-mère qu'est-ce qu'on mange ce midi. En viande, du schweinhaxe. Et en légume... Des patates. Oh non pas des patates ! -T'es difficile !- « Je crois qu'on pourra arriver à l'heure. T'es prêt ? » Je demande à ma grand-mère si on ne peut pas remplacer les patates par autre chose. Et ce qu'elle me répond... « Roh bah ! Tu prendras de la choucroute écoute ! » Je souffle et je repars vers le salon où se trouvent encore mon père et Basil.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 390
| AVATARS / CRÉDITS : Colin Farrell by Thida ♥
| SANG : Aussi Pur que le sang d'un Carrow peut l'être


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : Une panthère
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Comment l'ami d'un père peut devenir le prof particulier de son fils" [Alex & Basou] FINIT Jeu 15 Juin - 18:36

Pour Basil, il n’était absolument pas question d’attendre trop longtemps. Surtout parce qu’il pensait que sa bonne volonté allait s’envoler bien trop vite et il n’était pas prêt à se forcer pour lui donner des leçons d’occlumencie. Il ne fallait pas exagérer. Il avait accepté parce qu’il aimait les défis et qu’Alexandre lui faisait un peu de peine. Puis, il pouvait difficilement lui refuser quelque chose qui semblait lui tenir autant à cœur. Il attendait donc patiemment qu’il accepte de commencer les cours dès l'été qui arrivait. Un refus de sa part serait particulièrement mal avisé. Il lui dit qu’il espérait être un bon élève et le remercia encore. En simple réponse, le bureaucrate inclina juste la tête. A peine eut-il finit que la porte d’entrée s’ouvrit sur Rozen père. Basil se leva comme une pile, un sourire charmant sur son visage, tandis qu'Hans s'excusait. « Aucun problème » répondit-il dans la langue de Goethe, sincère. Il ne pouvait pas lui en vouloir pour quelque chose qui tenait de la vie du grand père. Il n’en était pas au point de souhaiter sa mort bien entendu, Basil n’était pas comme ça, surtout avec une personne âgée.

A la question de savoir si Alexandre avait été sage, le bureaucrate gloussa un peu en jetant un coup d’œil au garçon qui semblait en pleine conversation avec sa grand-mère. « Il a été agréable » assura-t-il en omettant de rajouter qu’il était parfois à son goût, un peu trop spontané. Il allait corriger lui-même cela. Et bien évidemment, hors de question de parler à Hans des cours particuliers de son fils avec lui. Hors de question. Son ami finit par lui demander s’il était prêt et il acquiesça : « Bien sûr » répondit Basil, en se détournant vers les escaliers, « je prends mes affaires et c’est bon ». Il n’attendit pas que l’Allemand lui réponde pour monter les escaliers, et prendre sa mallette pleine à craquer de dossiers qu’il devait étudier avec son homologue. C’était une chance qu’il connaisse un homme pouvant l’introduire auprès de son nouvel intermédiaire. Il ne médita pas dans la chambre qui lui était attribuée et redescendit la volée de marche, assez tôt pour entendre Alexandre bougonner contre le plat que sa grand-mère cuisinait. Le bureaucrate ne leva pas les yeux au ciel. Montrer qu’il jugeait les goûts culinaires du garçon désastreux n’était pas une bonne idée compte tenu du pacte qu’ils avaient passé tous les deux. Le garçon revint dans le salon et Carrow ne le taxa même pas d’un sourire moqueur, bien qu’il en mourrait d’envie. « Je suis prêt » dit-il au patriarche. Il fila un coup d’œil au jeune homme qui allait, il en était certain, reprendre sa lecture fort instructive sur l’occlumencie théorique.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 566
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien (by Thida ♥)
| SANG : Faites genre qu'il est pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Comment l'ami d'un père peut devenir le prof particulier de son fils" [Alex & Basou] FINIT Sam 17 Juin - 0:26

C'est perturbant quand un inconnu à tes yeux passent quelques jours en ta compagnie. Tu as l'impression qu'il pénètre dans l'intimité familiale. C'est exactement ce que cela me fait avec Mr. Carrow. Bien sûr, j'essaye de ne pas faire différemment de d'habitude mais y'a toujours des choses que je change. Comme par exemple, au lieu de descendre en caleçon, j'ai enfilé un jogging. Hier soir, j'ai mis mes vêtements directement au sale après ma douche au lieu de les laisser traîner sur le carrelage de la salle de bain. Cependant, j'essaye d'entretenir quand même les mêmes conversations que j'aurais eu sans cette présence intruse. Ce qui inclut le contenu du prochain repas.
Quand je reviens au salon, Mr. Carrow tient sa mallette. Avec mon père, ils s'apprêtent à partir. Je regarde mon père prendre une autre veste, sèche cette fois-ci. « Alex, tu aideras Mamie à faire à manger. » me dit-il. Je réponds avec lassitude: « Oui papa. » Il s'approche de moi et vient me faire un bisou sur la tempe. Il a quand même un peu du mal parce que je suis presque aussi grand que lui maintenant. D'habitude, il ne me fait plus de bisou comme ça ! Il le fait juste pour me foutre la honte. Donc oui, je tire un peu la tronche. « A tout à l'heure mon poussin. Sois sage. » En guise de réponse, je grommelle. De toute façon, quelle bêtise je pourrais bien faire ? Je retourne m'affaler dans le canapé tandis que mon père et Mr. Carrow sorte du manoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 390
| AVATARS / CRÉDITS : Colin Farrell by Thida ♥
| SANG : Aussi Pur que le sang d'un Carrow peut l'être


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : Une panthère
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Comment l'ami d'un père peut devenir le prof particulier de son fils" [Alex & Basou] FINIT Dim 18 Juin - 0:27

Basilius ne le montrait peut-être pas, mais il était assez impatient de partir. Il aimait bien rencontrer de nouvelles personnes, surtout des personnes avec qui il allait devoir entretenir une longue correspondance. Il venait de redescendre avec sa mallette lorsque le jeune Alexandre sorti de la cuisine, avec la mine des mauvais jours. Il n’aura sans doute pas son plat préféré, à midi. Hans recommanda au jeune homme d’aider sa grand-mère à la cuisine et le bureaucrate eut un sourire. Il risquait de mettre le feu à la baraque, mais c’était louable de la part du père d’essayer d’alléger les peines de la grand-mère. Docilement, le garçon répondit. Puis là, l’Allemand décida de humilier son fiston en lui donnant un surnom affectueux.

Loin de se moquer, Basil ressentit plutôt une certaine nostalgie. Ou était-ce là du regret ? Jamais Ollender Carrow n’avait daigné employer des mots doux envers son cadet, ou envers aucun de ses fils. Pour montrer toute l’étendue de son affection, le patriarche préférait largement utiliser sa baguette et traîner ses fils à la cave familiale. Le diplomate se détourna de Rozen père et fils. Il ne souhaitait pas que l’on voit du regret sur sa figure marquée.


Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Comment l'ami d'un père peut devenir le prof particulier de son fils" [Alex & Basou] FINIT

Revenir en haut Aller en bas

"Comment l'ami d'un père peut devenir le prof particulier de son fils" [Alex & Basou] FINIT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» [Chefs / Adjoints] Comment ça marche ? (Suite)
» Comment créer son journal intime?
» Parce qu'on peut devenir des handicapés quand on veut
» Même manger du chocolat peut devenir hyper dangereux...
» Nouvelle capacitée: Faire parlez son corbeau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Hors Londres-