La plume à papote



 
GRYFFONDOR : 1168 pts | POUFSOUFFLE : 931 pts | SERDAIGLE : 642 pts | SERPENTARD : 606 pts
Venez découvrir et commenter la Gazette de Mai 1975, ici !

Partagez|

[Février 1975] Little Talks — Ewan & Nia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 301
| AVATARS / CRÉDITS : Kirsten Zellers (c) jae.
| SANG : Sang-Pur, mais quelle importance ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une Mante Religieuse géante
| PATRONUS : Un ourson polaire puis un occamy après la mort de sa mère
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: [Février 1975] Little Talks — Ewan & Nia Mar 13 Juin - 10:12



 


little talks

Le mois de Février était présent depuis maintenant quelques semaines, la neige était toujours présente, recouvrant le château d'une aura mystérieuse et ensorcelante. Tout le charme était là, la semaine passée, les sorcier des quatre coins du château avaient lancés les invitations pour le lendemain, celui de la Saint-Valentin. Le jour, la fête des Amoureux. Cette année, pourtant, elle ne le fêterait pas avec ses amis, comme les années précédentes. Cette année un garçon avait bouleversé sa vie de célibataire, et pour le mieux. Cette année, le treize janvier avait certainement été le plus beau jour de l'année alors qu'il en restait encore trois cents cinquante-deux autres. Cela faisait maintenant un mois que sa vie était colorée d'un rouge passion, ou peut-être d'un jaune poufsouffle, mais aussi plus d'un mois qu'elle avait perdu une personne chère à ses yeux. Oh, non ! Elle n'était pas morte. Simplement rayée de sa vie, par sa faute, elle avait perdu son meilleur ami, son frère. Et malgré cela, elle avait vécu sa vie comme si de rien n'était, évitant le plus possible de trainer avec le reste de sa bande, privilégiant Angie et Ange. Elle avait même décidé de ne pas en parler à Ewan, mais cela devenait compliqué et elle savait qu'elle ne pourrait pas lui cacher la raison de son retour à ses cheveux naturels et son éloignement progressif avec ses amis, après tout elle l'aimait énormément et lui mentir était définitivement trop mesquin.

Et c'était pour cette raison qu'elle était là dans son dortoir, un lundi soir en train de se préparer pour le rendez-vous qu'elle lui avait fixé la veille de la saint Valentin, mais le couvre-feu n'était pas passé, il n'était encore que vingt-heure. Elle attrapa une cape d'hiver qu'elle enfila avant de sortir ainsi que l'une des couvertures en supplément qui se trouvait dans le dortoir. Les couloirs étaient froids contrairement à la salle commune ou régnait la chaleur du feu de cheminée. Elle devait descendre du perchoir qu'était la tour Est pour rejoindre la salle de repos tandis que son cher et tendre devait remonter des cuisines pour la rejoindre. Lorsqu'elle arriva au point de rendez-vous, elle avait un quart d'heure d'avance, elle décida d'installer la couverture à sa place attitrée devant la cheminée, place qui étonnement était inoccupée. Et elle attendit en repensant au moment où il lui avait demandé ce qui n'allait pas et qu'elle avait répondu que non, tout allait pour le meilleur des mondes.
Le feu l'apaisait, la chaleur la réconfortait et elle se sentait plus libre qu'elle aurait pu l'être ailleurs. Elle se sentait elle-même alors que, pourtant elle était là, dans cette salle, enfermée et coupée du monde extérieure. Elle aurait aimé que ses amis soient à ses côtés, tout comme Ewan ainsi Alexandre. Elle aurait aimé qu'ils se réunissent tous ensemble et peut-être deviennent tous amis, même si elle connaissait les relations tendues d'Alexandre avec Moran et par la même occasion les liens plus que tendus qu'elle entretenait avec cette même personne. Ses pensées s'interrompirent soudain quand la porte s'ouvrit et que le parfum si particulier de celui qu'elle aimait se rependit dans la pièce. Il lui avait terriblement manqué alors qu'ils s'étaient vus il y a moins de deux heures, elle ne bougea cependant pas, un sourire amoureux scotché aux lèvres, sachant pertinemment qu'il viendrait la rejoindre.



(c) naehra.



Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 157
| AVATARS / CRÉDITS : Finn Harries
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un corps en proie aux flammes
| PATRONUS : Un phoque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: [Février 1975] Little Talks — Ewan & Nia Sam 17 Juin - 15:27

Little Talks



Déjà un mois ! Tu étais peut-être le genre de garçon tête en l’air qui oubliait rapidement les choses et les dates, ne te souvenant de celle de l’anniversaire de ton frère que parce qu’heureusement, elle était aussi la tienne. Pourtant, une chose était sûre, ce jour précis, il y a un mois, tu ne risquais pas de l’oublier. Sortant tout transpirant d’un entrainement intense en plein mois de janvier, tu avais été victime d’une vague de chaleur immense qui avait inondée tout ton corps au lieu d’attraper un mauvais rhume à trainer dehors par ce temps hivernal. Et même, même si t’étais tombé malade, ça n’aurait pas importé. Tu y avais tellement gagné …

Alors voilà, cela faisait déjà un mois que ta vie avait grandement changé, que tu la partageais avec la pétillante Gardenia. Oh ! Que tu l’aimais ! Pour la première fois, tu en oubliais ton frère qui pourtant t’était si cher pour apprendre à te préoccuper de quelqu’un d’autre, de ressentir le manque de quelqu’un d’autre que lui … C’était un amour tout différent, certes, mais un amour tout aussi puissant et viscéral.
On aurait pu croire qu’il ne s’était pas passé grand-chose durant ce mois et c’était un peu le cas, mais pour toi, sortir avec quelqu’un, aimer quelqu’un était une immense aventure. Gardenia et toi, vous vous voyez en cachette. Non pas que vous viviez un amour interdit ni que vous ayez peur du regard des autres mais parce que vous préfériez l’intimité d’un feu dans l’âtre, le silence, les yeux dans les yeux. Pourtant, les gens avaient remarqué que quelque chose avait changé chez la belle (et chez toi aussi, peut-être. Mais ton sourire était toujours immense, il ne pouvait pas l’être plus encore). Ce n’était pas tant que votre petite idylle avait vite été démasquée, ça non, toujours pas, mais que la Serdaigle, toujours si radieuse et colorée, semblait revenir à plus de monotonie. Et de monochromie aussi. En effet, cela faisait quelques jours, peut-être deux semaines tout au plus, que le bleu radieux de ses cheveux avait disparu, laissant un brun certes aussi beau mais moins … pétant. Bien sûr, tu avais été le premier à le remarquer et ça te travaillait beaucoup cette histoire mais, de peur d’être brusque et vu de son changement d’état d’esprit, tu n’avais jamais eu le courage de lui demander quelle était la raison de ce retour aux sources.

Ta belle t’avais donné rendez-vous ce soir même, à vingt heures précises dans la salle de repos. Tu trouvais ça étrange car, bien que cela fasse un mois pile que vous êtes ensembles, demain, on était le quatorze février, soit la St-Valentin. L’esprit pratique (mais attention à ne pas le lui faire comprendre), tu ne voyais pas pourquoi vous devriez fêter les deux séparément. Mais peut-être que Gardenia avait d’autres choses en tête.
Tu partis un peu plus tôt de ton dortoir, désireux de la surprendre en arrivant avant elle mais, lorsque tu passas la porte de la salle, tu te rendis compte qu’elle avait été bien plus rapide que toi. Plus perturbé que déçu de la trouver là avant toi, tu restas un instant dans l’embrasure de la porte, immobile. Mais rapidement, un sourire presque béat remplaça l’expression de grand étonnement qui avait naquit sur ton visage. Gardenia n’avait pas bougé aussi pensas-tu qu’elle ne t’avais pas remarqué. A pas de loup, tu t’approchas donc par derrière. Elle était assise dans un sofa juste devant le feu, bien blottie dans des couvertures et toi, tu posas doucement ton menton dans le creux de son épaule, laissant ses doux cheveux caresser ta joue. Et de murmurer :
- Tu as l’air bien seule, tu veux que je te tienne compagnie ?
Et tu déposas un baiser dans le creux de son épaule avant de te retirer et de faire le tour du canapé, te gardant bien de t’approcher du feu. Tu t’assis à ses côtés, tout sourire, les yeux plongés dans la danse des flammes dans l’âtre. Il ne faisait pas très chaud, à vrai dire tu avais presque froid, peut-être même que tu tremblais presque imperceptiblement mais tu n’allais certainement pas approcher tes mains du feu. Ça non ! Heureusement que Nia avait pris des couvertures avec elle.
- Tu es un peu en avance. La St-Valentin, c’est dans un peu moins de quatre heures … lanças-tu sur un ton taquin.

© GASMASK


Citation :
J'espère que ça te conviendra Coeur

  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées
  • Faire un post dans lequel le prénom de votre personnage n'apparaît pas - 2 dragées
  • Faire un sujet flash-back - 2 dragées
  • Votre personnage a un rendez-vous amoureux - 3 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Février 1975] Little Talks — Ewan & Nia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Première vraie partie [JEUDI 18 FÉVRIER]
» Prochaine édition de Survilliers : 11 février 2012
» Paris News du Jeudi 3 Février 2011
» Une visite surprise qui porte bien son nom... [Ewan]
» Friday Night Smackdown - 24 février 2012 (Carte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Le premier étage :: La salle de repos-