La plume à papote



 
GRYFFONDOR : 1168 pts | POUFSOUFFLE : 931 pts | SERDAIGLE : 642 pts | SERPENTARD : 606 pts
Venez découvrir et commenter la Gazette de Mai 1975, ici !

Partagez|

Je sais que tu m'adores [feat. Moran Powell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 40
| AVATARS / CRÉDITS : Scarlett Leithold
| SANG : Pur


MessageSujet: Je sais que tu m'adores [feat. Moran Powell] Mer 14 Juin - 23:55


Le bout de la couverture se plie sous le jeu de ses doigts , comme si ces derniers cherchaient à évacuer une sorte de nervosité qui émanait de tout son être. Maddison avait de quoi l'être : elle ne parvenait pas à trouver le sommeil et ce genre de chose avait tendance à l'agacer au plus haut point ! Vous savez ce moment où vous voulez dormir, tant la fatigue s'empare de vous mais tous êtes incapable d'arriver au monde du rêve , à avoir ce moment qui fait passer les heures pour des secondes ? Ben c'est exactement ce qui lui arrive. La blonde pourrait parfaitement réveiller la galerie si l'envie l'en prenait mais, elle ne lui prenait pas justement ! Quelle plaie ! Elle ne va pas passer la nuit à rester plantée là ! Peut-être que sortir de là lui ferait du bien. Oui c'est ça : elle n'a rien de mieux à faire de toute façon.
Maddison enfile rapidement un fin et long gilet pour se couvrir, son top ne suffisant pas à lui tenir assez chaud à cette heure-ci et par pur principe : elle se vois mal prendre le risque de croiser quelqu'un en short et en top. Essayons au moins de camoufler le haut car bon, les longs bas et hauts à manches, c'est pas son truc ! Quoi qu'il est en soit, pas moyen de se changer entièrement car elle est déjà sortie de la salle des Serpentard. Et puis zut, pas envie de s'habiller comme de jour pour sortir dans les couloirs.
C'est fou ce que c'est paisible la nuit, même les fantômes se tiennent tranquilles. Mais là, elle n'a pas le temps de penser à ça... C'est elle ou il y a des bruits de pas qui se rapprochent ? Derrière ... Un sursaut, c'est bien ce qu'elle vient de faire en sentant une main se poser sur son épaule. Elle se tourne, soupire.
-Moran ! Sérieusement, tu m'as fais peur !

Ça pourrait être pire, non ? Mais bien-sûr, son cousin ne lui causera pas de problèmes !



Dernière édition par Maddison Abbot le Dim 25 Juin - 1:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 600
| AVATARS / CRÉDITS : Evan Peters on Bazzart (swan)
| SANG : Apparemment pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Mon oncle mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Je sais que tu m'adores [feat. Moran Powell] Ven 16 Juin - 13:35

"Je sais que tu m'adores"
  • ft. Maddison Abbot
  • 520 mots

Moran, comme trop souvent à son goût, faisait sa ronde ce soir-là. Il s’était chargé des trois premiers étages et il s’occupait finalement des cachots pour rentrer. Il avait profité de l’excuse que lui procurait sa ronde pour aller retrouver sa chère et tendre Daisy Blackstone, et son esprit maintenant était plus léger qu’il ne pourra jamais l’être. Il était d’excellente humeur, et il savait que s’il croisait un élève, le petit fautif allait sans doute uniquement repartir avec un avertissement verbal. Retrouver secrètement l’héritière Blackstone le soir donnait au garçon l’impression qu’il provoquait l’autorité étouffante du père de la jeune fille. La seule ombre au tableau, c’est que tous les deux ne pouvaient pas s’afficher publiquement. D’un commun accord, ils en avaient conclu qu’il valait mieux rester sur cette méthode vicieuse. Bien que cela l’agaçait parfois, il devait bien admettre que ça lui plaisait bien de se prêter au jeu.
Il était plus de vingt-trois heure passée, et Moran avait déjà fait un tour dans les couloirs des cachots les plus reculés. Il revenait maintenant sur ses pas avec la seule envie d’aller pioncer pour sa nuit bien méritée. Mais malheureusement, en arrivant dans le couloir, il vit une ombre tourner au bout de celui-ci et elle éveilla furieusement sa curiosité maladive. Sans même lâcher un soupir, il accéléra le pas pour aller récupérer le petit garnement qui se permettait une petite promenade nocturne. Sa taille lui permettait de faire de grandes enjambées et il rattrapa bien vite la fautive qu’il reconnut immédiatement à l’éclat de ses cheveux blonds. Forcément. Il posa sa main sur son épaule pour la retourner. Si elle sortait par-là, elle allait se faire choper par Daisy qui revenait elle-même sans doute de sa ronde. « -Moran ! Sérieusement, tu m'as fais peur ! ». Il leva les yeux au plafond en répondant : « C’est un peu le but. Tu files où comme ça ? » demanda-t-il. Comme si elle devait lui répondre. Comme s’il allait l’empêcher de partir.

Le préfet participait surtout à ses escapades en lui disant comment éviter le concierge et les préfets. Il n’était pas vraiment le préfet modèle d’ailleurs, lui qui utilisait outrageusement ses rondes pour aller travailler la métamorphose dans une salle vide ou pour aller rejoindre sa petite amie. « Si tu passes par-là » continua-t-il en pointant un doigt vers la sortie des cachots, « tu vas croiser un préfet et je ne pense pas qu’il soit aussi agréable que moi ».
Il lui avait lâché l’épaule et désormais regardait la jeune fille les bras croisés. Heureusement qu’il était là pour la sortir de la bouse de sombral et surtout, pour éviter à Serpentard de perdre inutilement des points. Il en faisait déjà assez perdre en potion comme ça, si ceux qui se permettaient de sortir le soir en rajoutaient une couche, ils n’allaient jamais gagner la Coupe. Et la Coupe des Quatre Maisons, autant que celle de Quidditch était très importante pour le garçon qui vivait mal d’être second, troisième ou pire encore, quatrième. Que Maddison sorte, d’accord. Mais sans se faire attraper, c’était mieux.


Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 40
| AVATARS / CRÉDITS : Scarlett Leithold
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Je sais que tu m'adores [feat. Moran Powell] Dim 18 Juin - 1:07


Mais que le désespoir hante son regard. Il faut dire que Maddison a le don de traîner au mauvais moment quelque part, lorsqu'il s'agit de lui en tout cas. Petit silence durent lequel elle lève les épaules.

-Peut être que je voulais juste te voir ?

Un petit air innocent, adorable... Que Moran a malheureusement apprit à déchiffrer. Des fois c'est décidément pas drôle d'avoir un cousin qui la connaît autant ... Cette petite moue ne fonctionne plus avec Moran, du moins pas toujours. Ouais bon, un autre préfet rôde un peu en ce moment : saleté. Décidément, ils sont impossibles pour certains. Hé mais oh, c'est bon elle n'a jamais causé de problèmes à la maison , elle ! Quand elle en voit d'autres, ses quelques écarts n'ont aucun impact à côté de leurs bêtises. Rien que d'y penser, elle remarque qu'un soupire était sorti de ses lèvres alors que ses yeux roulaient.

-ok chef !

Parce qu'en plus il ose la regarder avec un air sévère . Même son père paraît moins sévère et agaçant à côté de ça ! Bon quand il veut, il est cool son cousin mais...faut déjà qu'il soit dans ses bons jours. Et puis, il n'était pas forcément le parfait exemple du parfait préfet. Donc inutile de la ramener à la miss ! Cette dernière croise les bras à son tour, par reflex mais plus de façon naturelle que calculée comme lui. Comme peut le faire une fille lorsqu'elle ne sait quoi faire de ses mains et bras. Faut vraiment qu'il arrête de la regarder comme ça !

- Mais Mooo ... Je m'ennuie, je sais pas dormir !

Ça ressemblait à un mini caprice, Maddison l'admettait. Mais c'était quelque chose de malheureusement peu inhabituel chez elle. On cédait toujours mais Moran était plus difficile à convaincre.


Dernière édition par Maddison Abbot le Dim 25 Juin - 2:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 600
| AVATARS / CRÉDITS : Evan Peters on Bazzart (swan)
| SANG : Apparemment pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Mon oncle mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Je sais que tu m'adores [feat. Moran Powell] Lun 19 Juin - 20:57

"Je sais que tu m'adores"
  • ft. Maddison Abbot
  • 532 mots

Tomber sur sa cousine aussi tard, toute seule n’était absolument pas surprenant. D’ailleurs le préfet des Serpentards n’était pas surprit, juste lassé de la trouver encore là, comme trop souvent. Il commençait à croire qu’elle était insomniaque et si c’était le cas, il n’aurait aucun scrupule à l’assommer pour la laisser dormir sur le canapé. La probabilité d’une commotion était à exclure, bien entendu. Il reconnaissait sa nonchalence lorsqu’elle haussa les épaules. Ils avaient décidément les mêmes travers, on voyait bien qu’ils étaient cousins. Il balaya son argument bancale d’un revers de main : « Tu me vois tous les jours ». Il ne se laissait plus avoir depuis longtemps par ce faux air innocent. Maddison n’était pas innocente, cette idée était même particulièrement saugrenue. Il ne l’avait jamais vraiment considéré comme cela, même lorsqu’ils s’étaient vu pour la première fois.
Il préférait la prévenir qu’elle allait tomber sur un préfet et la rapidité avec laquelle elle obtempéra le laissa un peu coi. Il fallait être fou pour croire qu’elle allait rentrer à la salle commune bien sagement, tel qu’elle aurait dû le faire. C’était l’endroit où elle devait être après tout, lui seul pour l’instant, avait la légitimité d’être encore dehors à cette heure-ci. Mais son créneau horaire ne durait pas toute la nuit. Plus de temps ils allaient passer ici et moins leurs excuses face à Apollon Picott seraient crédibles. De toute façon, il s’était déjà retrouvé en colle, le garçon. « Je dois être fou pour penser que tu vas rentrer sagement au dortoir ? » demanda-t-il, un léger espoir dans sa voix grave.

Eh oui, il était fou. Maddison objecta qu’elle s’ennuyait et qu’elle ne savait pas dormir. Il s’esclaffa. Elle était impossible. « Je ne peux pas dormir à ta place ! » lança-t-il mi-figue mi-raisin. Elle avait quatorze ans et elle ne savait toujours pas dormir : « Heureusement que t’as pas peur du noir en plus de ça » dit-il, taquin. Il hésitait quand même vachement à la laisser partir. Elle était un peu sous sa responsabilité, puis c’était sa cousine. Au final, il avait toujours le même raisonnement quand il l’a trouvait dehors : 1. Elle avait de la chance de tomber toujours sur lui et pas sur un autre. 2. Ca l’embêterait qu’elle se fasse attraper à cause de lui, quand même. 3. Définitivement, il ne pouvait rien lui refuser, ou presque. Mais il ne comptait pas se livrer sans un combat, quand même. « Tu peux trouver une occupation dans ta chambre, avec… Je ne sais pas moi, un livre, peut-être ? » proposa-t-il en l’attrapant doucement par le bras pour la rapprocher de l’entrée de leur salle commune.

Le Baron Sanglant passa à côté d’eux au même moment, sans leur créditer le moindre intérêt. Il avait encore en mémoire la sensation désagréable qu’il avait ressenti en se faisant traverser par le Moine Gras, le jour où il avait raccompagné une élève (préfette, de surcroît) jusqu’à sa salle commune. Sensation bien dégueulasse. « Te faire traverser par un fantôme te motiveras peut-être ? » fit-il, un affreux sourire railleur sur le visage. Tous les coups étaient permis pour la ramener au lit.



Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 40
| AVATARS / CRÉDITS : Scarlett Leithold
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Je sais que tu m'adores [feat. Moran Powell] Ven 23 Juin - 10:35


C'était toujours comme ça les nuits où elle ne dormait pas . Il fallait toujours qu'elle sorte du dortoir, qu'elle aille quelque part et comme peu d'élèves étaient dans la même situation qu'elle, il n'y avait pas réelle compagnie dans la salle commune. C'est bien pour ça que la jeune fille allait la chercher ailleurs et puis le château la nuit c'est cool. Bon, on pourrait croire qu'elle aime aussi désespérer son cousin, ce qui n'est pas tout à fait faux, mais elle a toujours fait en sorte qu'il n'ait pas d'ennui pour autant même sans qu'on ne le remarque, même si elle n'en donne pas toujours l'air. Ça lui rappel qu'elle toujours tiré profit de ce que lui offraient ses parents, qu'elle a toujours joué à la petite fille innocente et fragile à qui ont cédait tout. Mais pas de caprices en publique. C'est déjà ça. Moran avait dès le départ repéré ce côté profiteur alors le ton avait vite été lancé avec lui. Oui elle le voit tous les jours, c'est bien pour ça qu'elle n'a pas lui en excuse et il le lui fait bien remarquer.
-Merci Moran pour cette précision que je sais déjà !
Oui, Maddison n'est pas du genre à rentrer sagement au dortoir, le message est passé ! Il lui dit qu'il ne peut pas dormir à sa place... tiens, elle ne l'aurait jamais deviné! Si seulement quelqu'un pouvait dormir pour nous, ce serait cool mais malheureusement on a pas la chance d'avoir un sommeil lié à un gros dormeur.
-Deuxième info inutile de la soirée mon cher !
Maddi devait avoir l'air franchement désinvolte avec ce sourire en coin qui accompagnait sa phrase. Des fois, c'était une vraie guerre pour lui faire comprendre quelque chose. Enfin elle comprends, elle est loin d'être aussi idiote contrairement à ce qu'on pourrait croire elle aime jouer la sourde oreille parfois !
-Une demoiselle comme moi est au-dessus de ce genre de craintes, apprends-le !
Pourquoi aurait-elle peur du noir hein ? Même les histoires qu'on racontaient aux enfants pour leur faire peur, elle n'y croyait pas depuis toute petite !
En revanche les livres, ça c'est flippant hein ... Elle regarde Moran d'un drôle d'air quand il lui prend le bras tout en lui proposant un peu de lecture. Ce serait une première ça...
- Je crois que j'ai ma dose de livres avec les cours, tu ne penses pas...
Mad préférait d'abord y aller lentement mais tout le monde sait que quand ça insiste, elle fonctionne autrement.
Le baron sanglant passe près d'eux mais ils ne lui accordent pas vraiment d'attention, plutôt occupés par le trajet... jusqu'à ce que Moran propose à sa cousine de faire la croisade avec nôtre fantôme, le seul à effrayer Peeves. Sérieusement là ?
-Je préfère encore mieux lire un livre...
Elle marque une pause.
-Mais si je lis, j'ai besoin de lumière... Alors ne m'en veut pas si je réveille le dortoir ! Et je n'irai pas mollo avec le bruit qu'il faudra faire pour chopper le livre au passage...
Ouais,c'était un changement de tactique dire de façon très posée et naturelle, sans ton menaçant et encore moins suppliant.
- Je suis chiante, je sais.
Mais embêter son entourage de cette façon en disait long sur l'affection qu'elle leur portais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 600
| AVATARS / CRÉDITS : Evan Peters on Bazzart (swan)
| SANG : Apparemment pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Mon oncle mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Je sais que tu m'adores [feat. Moran Powell] Dim 25 Juin - 16:17

"Je sais que tu m'adores"
  • ft. Maddison Abbot
  • 517 mots

Sa cousine (adorée) ne manqua pas l’occasion de lui faire comprendre que ses affirmations n’étaient pas d’une grande intelligence. Bien évidemment qu’elle le voyait tous les jours, et bien évidemment qu’il ne pouvait pas dormir à sa place. Il avait beau être proche d’elle, il y avait des fois où il remerciait son père de lui avoir donné son caractère calme parce que Maddison pouvait être exceptionnellement agaçante. Ses réponses étaient tranchantes, moqueuses, désinvoltes. Comme les siennes, lorsqu’il s’était mis en tête d’agacer quelqu’un, en somme. Sa pique sur la peur du noir fit remonter un léger côté narcissique et Moran leva les yeux au plafond. Que faire d’elle, que faire d’elle ? « Si tu n’as peur du noir, pourquoi ne restes-tu pas dans ton dortoir, dans le noir donc, à attendre de t’endormir ? Comme à peu près tout le monde dans ce château ? » demanda-t-il alors qu’il connaissait la réponse. Elle n’était pas assez patiente pour rester sagement entre ses draps pour que le sommeil la prenne.

Pédagogue, il avait décidé de lui proposer une alternative honorable, c’est-à-dire lire un bouquin. Ce à quoi elle répondit qu’elle en lisait assez en cours. Ce peu d’intérêt pour les ouvrages ne le choquait pas, même s’il était plus souvent comparé à un Serdaigle qu’à un Serpentard. Moran ne lisait pas tout et n’importe quoi. Juste des livres de métamorphose. « Il n’y a donc aucune matière qui te plaise plus qu’une autre pour que tu veuilles pousser tes recherches plus loin ? » demanda-t-il cette fois-ci incrédule. Elle préférait forcément une matière aux autres, et elle devait forcément vouloir pousser le plus possible ses connaissances dessus, non ? Le jeune homme avait habilement utilisé la présence de l’indifférent Baron Sanglant pour essayer de convaincre la jeune fille qui, pour une fois affirmait bien préférer lire un bouquin plutôt que d’être traversée par le spectre. « Tu reviens enfin à la raison » nota-t-il, un sourire narquois sur le visage.

Elle lui servit d’autres raisons de ne pas lire qu’il balaya d’un revers de main. Ses problèmes avec ses camarades de dortoirs ne le regardaient pas trop. Elle ajouta qu’elle était chiante et il acquiesça vivement, avant de lui-même prendre la parole : « Tu as, il me semble, des rideaux à ton lit. Tu les tires, tu prends ta jolie baguette et tu murmures un Lumos. De là, tu ne dérangeras ni tes camarades ni ton cousin puisque tu seras dans ta salle commune ». Jouant comme elle l’avait fait, il marqua une pause et reprit : « Je suis chiant, je sais ». Il continuait d’avancer en la tenant par le bras. Mais en réalité c’était plus pour qu’ils ne se fassent pas surprendre par Daisy que pour la ramener vers la salle commune. Moran savait pourtant qu’il allait devoir laisser tomber. Mais s’il pouvait tenir le plus possible ce serait bien. « Comment tu t’en sors en cours, au fait ? Besoin d’aide en métamorphose, peut-être ? » demanda-t-il pour dévier la conversation et la ramener à la raison un peu plus tard.



Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 40
| AVATARS / CRÉDITS : Scarlett Leithold
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Je sais que tu m'adores [feat. Moran Powell] Lun 26 Juin - 17:00


Pourquoi elle ne restait pas en place sur son lit, bien gentiment ? Pourquoi il fallait qu'elle sorte à la place de rester bien cachée dans son dortoir. Parce qu'elle n'y arrivait tout simplement pas peur être ? Rester sur place dans trouver le sommeil l'en éloigne encore plus, c'est pas difficile à comprendre. Elle le hurlerait presque au visage de son cousin pour qu'il le comprenne. Maddison se contentait de secouer la tête pour appuyer le fait qu'aucune matière dans les livres ne l'attirait assez pour qu'elle s'en fasse un instant lecture. Elle préfère le pratique et de loin ! C'est aussi simple que ça. Pendant un moment, il a presque espéré en rester là mais Maddison avait vite fait compendre qu'elle ne se gênerait pas à éveiller le dortoir complet, ce qui ne sembla pas vraiment déranger Moran qui lui répond une une nouvelle évidence. Ce à quoi LA blonde soupira profondément en fusillant son cousin du regard. Le bruit, ça existe aussi et quand elle veut en faire, elle sait comment en faire et ne perdra pas son temps avec un sort de silence. Le vert vint alors entrer dans le jeu de la verte qui penche doucement la tête tout en adoucissant son visage.
-C'est de famille, il faut croire.
Enfin, les Abbot n'étaient en réalité pas si terribles que ça , ils étaient même assez agréables dans l'ensemble... Peut-être l'on-t-il trop laissé faire justement, peut-être qu'ils sont trop aimables. Mad, c'était un peu comme le méchant petit canard, celle qui sortait du lot à première vue. Pourtant, elle ne pouvait pas nier son sang et être si différente que les autres, dans le fond.
La jeune fille sorti de ses pensées en entendant la voix du jeune homme. Les cours ? C'est une excuse pour lui dire de sortir un livre de métamorphose ça ? Ca parait parano mais avec lui, on n'est jamais sûr surtout quand il s'agit de sa cousine.
-Ça va très bien. C'est plutôt histoire de la magie et botanique qui m'embêtent. C'est très chiant mais je ne manque de points pour autant...
Après tout, ça ne servait à rien de se prendre la tête pendant vingt ans pour rien.
-C'est comment ton année sinon ?
Elle était un peu plus calme, laissant place à sa curiosité plutôt qu'à sa petite crise passagère qu'elle mettait de côté pour le moment. L'année touchait à sa fin et c'était un soulagement de voir qu'ils allaient enfin être en paix avec les cours de cette année.
-C'est bientôt finit pour toi.
Quand Moran sera parti, elle le verra quand alors ? L'air de rien, Maddison se le demande déjà, chose pouvant surprendre et pourtant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je sais que tu m'adores [feat. Moran Powell]

Revenir en haut Aller en bas

Je sais que tu m'adores [feat. Moran Powell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Words drifting in the wind ... (feat. Rafael Alvarez)
» Je sais une église... écrit sans un seul O
» "Je t'apprécie beaucoup tu sais...."(with EMY!)
» Feuille de frêne(je sais pas si faut autre chose) || 13 Sept.
» Je ne sais pas jouer au piano[PV Niko']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Les sous-sol :: Les couloirs des cachots-