C'est la rentrée sur ATDM, tous à bord du Poudlard Express !
La liste des préfets et des capitaines a été affichée, n'hésitez pas à aller la consulter sur le panneau d'affichage !

Partagez|

"Promenade au clair de lune mais dans un couloir quand même" [Thomas & Astrid]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 375
| AVATARS / CRÉDITS : Gemma Arterton | shadows.
| SANG : Toujours Pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Moi, ruinée
| PATRONUS : Un puma
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: "Promenade au clair de lune mais dans un couloir quand même" [Thomas & Astrid] Mer 28 Juin - 20:47

Astrid était particulièrement étonnée d’avoir croisé Quirinus Quirrell dans les couloirs. Il ne lui semblait pas être le genre de garçon à sortir de lui-même pour une promenade nocturne, à la grande différence d’elle qui sautillait en marchant pour aller rejoindre le beau Thomas Avery. Elle avait un gros pull pour lui tenir chaud dans les couloirs, quelle n’avait pas réussi à rentrer dans sa jupe tellement il était épais. Ses cheveux lâchés comme à l’ordinaire, sa baguette avec elle, elle montait les escaliers du troisième étage, nullement inquiétée par la probabilité de croiser Apollon Picott ou un préfet. Elle préférait dialoguer avec un préfet qu’Apollon, mais bon. Rien ne pouvait lui enlever le sourire des lèvres, même pas une retenu ou cinquante points de moins pour Gryffondor. Rien rien rien. Elle était trop contente de pouvoir retrouver Thomas, alors que le soleil était couché et que les élèves les plus respectueux du règlement étaient dans leur dortoir. La perspective de retrouver le Serpentard de cette manière, à l’abri des regards, lui plaisait bien. C’était amusant de rire à la barbe de tout le monde, non ? Elle avançait rapidement dans les dédales de couloir pour trouver enfin une salle inutilisée. Elle n’osait pas rentrer dedans, elle avait un peu peur. Elle était peut-être dans la maison de Godric Gryffondor, cela n’enlevait pas les craintes. Le courage, la jeune fille en avait mais il ne fallait pas exagérer non plus.

Elle patientait tranquillement devant la porte. Elle se disait qu’entrer dans la salle ne serait pas judicieux, parce que le Serpentad pouvait ne pas la trouver. Ils s’étaient donnés rendez-vous dans le couloir du troisième, pas dans une salle… Elle se dandinait parce qu’il y avait des courants d’airs dans le couloir. Comme toujours, les torches aux murs étaient allumées et projetaient sur les murs des ombres qu’Astrid jugeait inquiétantes… Alors que ces ombres la représentaient elle. Elle entendit un bruit qui la fit sursauter. La galloise avait sa baguette dans sa manche et elle hésitait à la sortir : « Thomas ? C’est toi ? » lança-t-elle à tout hasard. Si ce n’était pas lui mais quelqu’un d’autre, elle risquait de rougir comme une tomate pour expliquer sa présence ici à un préfet et le fait qu’elle l'ai confondu avec le Serpentard le moins aimé de l’école !


Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 597
| AVATARS / CRÉDITS : L. Lerman (par killer from the gang)
| SANG : C'est une question rhétorique, rassure-moi ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même enterré vivant.
| PATRONUS : Un vautour.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Promenade au clair de lune mais dans un couloir quand même" [Thomas & Astrid] Ven 30 Juin - 16:06

C'est l'heure. Tout le monde dort dans le dortoir, Thomas s’éclipse discrètement et quitte la salle commune pour aller retrouver Astrid. Il fait froid dans les cachots, aussi le Serpentard resserre-t-il autour de son cou l'écharpe qu'il a mis par dessus sa cape. D'un lumos, il éclaire les lieux après s'être assuré des ronflements du concierge dans sa chambre personnelle. Parfait, rien ne pourra entraver leur petit rendez-vous secret... C'est alors qu'il aperçoit une silhouette à l'autre bout du couloir. Comme Picott dort, Thomas décide de s'avancer et ne tarde pas à reconnaître son cher camarade de maison Alexandre Rozen. Manquait plus que lui, que fait-il dehors à une heure pareille ? Était-il encore en train de trahir sa maison en traînant avec des sang de bourbe ? Peu importe, Tom n'en a rien à faire des occupations du Serpentard. Il passe à sa hauteur en marmonnant un bref « Rozen » à la manière d'un cowboy croisant un autre cowboy dans un western puis poursuit sa route comme si de rien était. Il ne voudrait surtout pas faire attendre la jolie Astrid.

*****

Thomas grimpe les étages, s'arrête au deuxième, non loin des toilettes des filles lorsqu'il croit entendre un bruit derrière lui. Il se demande d'abord si Rozen ne l'aurait pas suivi puis, lorsqu'il est sûr d'être seul dans le couloir, il reprend sa route en se disant que c'est étrange cette façon qu'on les lieux de paraître beaucoup moins rassurants la nuit qu'en plein jour. Les rayons de lune dansant sur les armures leur donnent un air terrifiant qu'elles n'ont pas d'ordinaire lorsque l'on passe devant chaque jour pour aller en classe et qu'on finit même par les oublier. Et les bruits, chaque bruissement, chaque grincement fait rater un battement au coeur du Serpentard qui ricane à chaque fois de ces petites frayeurs qui ne sont en fait que rien du tout. Si c'est le prix à payer pour passer quelques heures avec Astrid Oorlos, Thomas veut bien même traverser la forêt interdite.
Le Serpentard arrive finalement au troisième étage et il entend Astrid avant même de la voir. Un sourire s'affiche sur les lèvres du sorcier qui sent en lui monter l'excitation de ce rendez-vous secret. Il s'avance et à quelques mètres de la jeune fille, il se précipite vers elle, dépose ses deux mains sur ses hanches et l'attire brusquement derrière une tapisserie, tous deux serrés l'un contre l'autre. « Chut, je crois avoir entendu Peeves non loin des escaliers » ment-il, ses lèvres touchant presque celles de la Gryffondor. « Reste contre moi... » ajoute-t-il avec malice, les yeux brillants d'une lueur amusée tandis qu'il serre un peu plus fort Astrid contre sa poitrine.

______________________________
thomas perseus avery
TU ME CROIS LA MARÉE ET JE SUIS LE DÉLUGE.
Welcome to your life, there's no turning back, even while we sleep, we will find you. There's a room where the light won't find you, holding hands while the walls come tumbling down, when they do, I'll be right behind you...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 375
| AVATARS / CRÉDITS : Gemma Arterton | shadows.
| SANG : Toujours Pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Moi, ruinée
| PATRONUS : Un puma
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Promenade au clair de lune mais dans un couloir quand même" [Thomas & Astrid] Ven 30 Juin - 21:41

Astrid forcément, pensait que Thomas Avery allait arriver de gauche. Allez savoir pourquoi elle s’était mise ça en tête, mais elle ne pensait pas à regarder dans l’autre direction. Les sourcils froncés, les bras croisés, elle regardait patiemment le bout du couloir, là où elle espérait voir surgir le Serpentard. Mais forcément, comme elle n’avait pas pensé à surveiller l’autre côté, elle sursauta violemment lorsque le garçon la prit par la taille pour la pousser contre la tapisserie. Elle eut un rire, avant de réagir tout naturellement pour glisser une main dans son cou et l’autre dans ses cheveux bruns. Il affirmait avoir entendu Peeves et si la jeune fille pouvait ne pas douter de sa sincérité, une partie d’elle-même se disait que c’était surtout une raison pour qu’ils soient vraiment tous les deux à l’abri des regards.
Le visage du garçon provoquait une espèce d’attraction, s’en rendre compte d’ailleurs, la fit doucement sourire : « Ce serait dommage qu’on nous attrape » susurra-t-elle en caressant ses cheveux, « il va falloir être discret ». Si Peeves venait à les surprendre, toute l’école serait au courant et la jeune fille savait que c’était exactement ce dont le garçon ne voulait pas. Elle respectait cela, et était nullement offensée par cette idée-là. Thomas lui demanda avec un air malicieux de rester contre lui et pour bien faire elle se rapprocha un peu plus en se mettant sur la pointe des pieds pour l’embrasser.

Ces moments volés avec Thomas étaient beaucoup trop rares pour ne pas être profités réellement. Elle colla sa tête contre sa poitrine en s’enivrant de son parfum et fit glisser ses mains dans son dos pour le maintenir contre elle. « J’aime bien quand on se retrouve en douce » commenta-t-elle, bercée par les battements du cœur du garçon qu’elle entendait parfaitement, « ça met un peu de piment ». Astrid était joueuse alors forcément ce type de jeu-là lui plaisait énormément. Si ses amis avaient appris qu’elle le voyait en douce, comme ça derrière une tapisserie en pleine nuit, ils se seraient fait du souci. Mais tout ce que la jeune fille ressentait à cet instant, c’était de l’apaisement. « Comment s’est passé ta journée ? » s’enquit-elle en relevant la tête pour le regarder. Il avait un beau visage, quand même. Elle ne comprenait pas que certains aient peur de lui. Là, comme ça avec elle, si gentil et doux, la galloise avait du mal à croire tout ce qu’on disait sur lui. Suivant toujours sa propre moralité, elle vérifiait par elle-même les dires, et elle était certaine de pouvoir affirmer que tous les bruits de couloirs sur ce Serpentard étaient faux. Il n’était pas méchant, mais malicieux. Elle voulait bien croire que certaines de ses plaisanteries étaient de mauvais goût, mais après tout, il avait été élevé comme ça. Comment faire un procès à un individu alors qu’il ne faisait que reproduire ce que l’on faisait chez lui ? Astrid n’était pas étrangère aux coutumes sang-pure traditionnalistes. Mais elle voulait toujours croire à des éléments dissidents. Et en restant ici avec elle tel qu’il le faisait, Thomas en était un.



Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 597
| AVATARS / CRÉDITS : L. Lerman (par killer from the gang)
| SANG : C'est une question rhétorique, rassure-moi ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même enterré vivant.
| PATRONUS : Un vautour.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Promenade au clair de lune mais dans un couloir quand même" [Thomas & Astrid] Sam 1 Juil - 22:07

Thomas serre un peu plus fort Astrid contre lui lorsque ses lèvres rencontrent les siennes et ses mains glissent de ses hanches le long de son dos jusqu'à venir s'enfouir dans ses cheveux. Puis il se détache un instant de la Gryffondor et la fixe d'un regard intense, se mordillant la lèvre inférieure pour contenir un grand sourire qui se lit tout de même dans ses yeux. Son coeur bat fort et tout en lui n'est que sensation au contact de la sorcière. Lorsqu'Astrid se blottit contre sa poitrine, le Serpentard s'adosse au mur de pierres, y calant la semelle de sa chaussure. Ses mains redescendent sur les hanches de la jeune femme, se glissant même furtivement sous son pull épais pour venir caresser sa peau chaude dans le bas de son dos. « J'aime ça aussi » lui dit-il, dans un souffle. L'excitation de l'interdit, du secret, et le plaisir qu'il ressent à mentir à ses camarades sont autant d'attraits qui rendent ces rencontres encore plus palpitantes.
Astrid relève la tête, le questionne sur sa journée et Thomas soupire avec excès. « Atroce, un vrai calvaire » se plaint-il avant d'embrasser la Gryffondor. « Je t'ai vu au déjeuner », un baiser, « je t'ai aperçu dans les couloirs quand tu allais en cours de méta », un autre baiser, « et à la pause de quatre heures aussi » à nouveau un baiser, « j'ai eu envie de faire ça toute la journée, tu n'imagines pas à quel point j'ai été tenté... » lui murmure-t-il avant de l'embrasser à nouveau comme si chaque bouffée d'air pour le maintenir en vie devait provenir des lèvres d'Astrid Oorlos. « Et toi, parle-moi de ta journée » lui dit-il alors en pivotant et en plaquant doucement la sorcière contre le mur, une main posée non loin de son visage et l'autre toujours sous son gros pull d'hiver. « Tu as pensé à moi ? » ajoute-t-il avec malice, ses doigts remontant doucement le long de son ventre.

______________________________
thomas perseus avery
TU ME CROIS LA MARÉE ET JE SUIS LE DÉLUGE.
Welcome to your life, there's no turning back, even while we sleep, we will find you. There's a room where the light won't find you, holding hands while the walls come tumbling down, when they do, I'll be right behind you...



Dernière édition par Thomas Avery le Mer 5 Juil - 10:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 375
| AVATARS / CRÉDITS : Gemma Arterton | shadows.
| SANG : Toujours Pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Moi, ruinée
| PATRONUS : Un puma
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Promenade au clair de lune mais dans un couloir quand même" [Thomas & Astrid] Dim 2 Juil - 15:12

Astrid était une jeune fille particulièrement tactile. Mais s’il y avait quelque chose qu’elle adorait, c’était qu’on lui touche les cheveux. Comme si elle avait formulé sa demande à voix haute, la jolie Gryffondor sent la main de son petit-ami lui remonter dans le dos pour s’installer dans ses cheveux. Elle frissonne en souriant contre lui tandis qu’il s’adosse contre le mur. Les mains du garçon se font baladeuses mais la galloise le laisse faire, bien trop contente de pouvoir enfin le retrouver après avoir passé une journée à l’ignorer copieusement, tel qu’ils avaient convenus de le faire. Néanmoins, elle ne pouvait jamais empêcher ses yeux bruns de le chercher furtivement à la table des Serpentards, de regarder ses gestes en cours ou de l’observer paisiblement lorsqu’il était dans le parc de Poudlard.
Thomas se plaint de sa journée et coupe Astrid alors qu’elle allait répondre, par un baiser. Il lui fit une énumération de toutes les fois où il la vue et elle sourit davantage. « C’est une chance alors que tu saches te contrôler » répond-t-elle à ses dernières paroles.

Distraitement, elle s’amuse avec un des boutons de sa veste, tout en se disant elle-même qu’il était bien difficile de résister à la tentation de lui passer une main dans ses cheveux bruns lorsqu’il passait au hasard à côté d’elle. À nouveau, le garçon pivote pour qu’elle se retrouve dos au mur, et ainsi entourée par le bras du jeune homme, non loin de sa tête, Astrid se sent en sécurité. Non pas qu’elle ait réellement besoin de Thomas Avery pour se défendre, mais la solitude et les ténèbres des couloirs de Poudlard la nuit, mettent à rude épreuve sa témérité sans faille. Il lui demande si elle a pensé à lui et si son cerveau lui hurle un grand « OUI », Astrid préfère jouer un peu. Comme le Serpentard s’amuse à remonter ses mains sur son ventre, elle remonte les siennes jusqu’à son visage pour lui caresser les joues. « J’ai peut-être pensé à toi une fois ou deux » confie-t-elle en baissant les yeux vers le bouton avec lequel elle jouait toute à l’heure. « Remarque, peut-être un peu plus que ça, en fin de compte… Je crois avoir vu que tu avais fait une très bonne potion en cours, et te balader dans les couloirs avec tes camarades de maison… Par contre je me rappelle très bien t’avoir loupé au dîner » marmonne-t-elle en laissant ses mains redescendre vers le torse dû garçon. « J’ai du mal chercher » complète Astrid avec un sourire malicieux. Ou le garçon n’était réellement pas au dîner. Elle ne sait pas trop si elle veut savoir ou pas. Ce qu’il faisait avec ses amis ne la regarde pas vraiment, d’autant plus qu’elle sait que son caractère envahissant est agaçant. Elle décide de laisser sa question planer dans sa tête sans la poser, uniquement pour voir qu’elle réaction le Serpentard allait avoir. Il peut être sincère ou pas du tout. Mais en tout cas, elle est sûre de l’avoir bien cherché dans la Grande Salle.



Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 597
| AVATARS / CRÉDITS : L. Lerman (par killer from the gang)
| SANG : C'est une question rhétorique, rassure-moi ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même enterré vivant.
| PATRONUS : Un vautour.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Promenade au clair de lune mais dans un couloir quand même" [Thomas & Astrid] Mer 5 Juil - 11:27

Thomas reste silencieux quelques secondes après la remarque d'Astrid. Clairement, elle attend de savoir ce qu'il faisait à l'heure du dîner plutôt que de se trouver, comme il aurait du l'être, dans la grande salle à la table des Serpentard. Alors le futur mangemort décide de jouer la carte de la mi-honnêteté.« On a été dîner tôt. Il y a eu une réunion de crise dans la salle commune pour savoir ce qu'on allait faire de ton cher cousin maintenant qu'il a quitté notre bande. » Thomas replace doucement une mèche de cheveux derrière l'oreille d'Astrid. Il omet délibérément le fait qu'il ait également retrouvé Maddison dans cette dite salle commune. Maddison, c'est rien, c'est faux. Une histoire d'amour pour faire taire quelques rumeurs. Mais même si c'est faux, il n'a pas trop envie d'aborder le sujet avec Astrid, qu'il évite au possible lorsqu'il est en compagnie de sa camarade de maison. « Mais t'en fais pas, on ne va pas lui faire trop de mal. Logiquement, tu devrais le retrouver en un seul morceau. D'ailleurs, je l'ai croisé, en quittant la salle commune... Je ne sais pas ce qu'il fait en dehors de son dortoir à cette-heure ci de la nuit mais je me suis trouvé un peu mal placé pour lui faire la remarque. » Thomas sourit, se mordille de nouveau la lèvre avant de venir caresser la joue de la belle rouge et or. « Tu es magnifique. »

______________________________
thomas perseus avery
TU ME CROIS LA MARÉE ET JE SUIS LE DÉLUGE.
Welcome to your life, there's no turning back, even while we sleep, we will find you. There's a room where the light won't find you, holding hands while the walls come tumbling down, when they do, I'll be right behind you...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 375
| AVATARS / CRÉDITS : Gemma Arterton | shadows.
| SANG : Toujours Pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Moi, ruinée
| PATRONUS : Un puma
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Promenade au clair de lune mais dans un couloir quand même" [Thomas & Astrid] Mar 11 Juil - 21:42

Astrid se disait que peut-être Thomas allait lui dire que cela ne la regardait pas. Ou bien qu’il allait se faire plus tactile pour ne pas répondre à sa question. Mais non, il lui répond et la jolie galloise veut croire de tout son petit cœur naïf qu’il est sincère. Il évoque Alexandre et elle lève les yeux au ciel devant la futilité de la chose. Le jeune homme y accorde tellement d’importance que s’en est mignon mais décidément elle a du mal à comprendre. « Oh, je vois. Embêtez-le ça lui fera les pieds » dit-elle d’un air un peu cruel. La jeune fille apprécie le geste du Serpentard qui décide de lui replacer une mèche de cheveux derrière l’oreille. Sa sensibilité toute exacerbée par ce doux contact la fait se rapprocher un peu plus de lui, en quête d’affection. Il la rassure sur le sort de son cousin et Astrid glousse légèrement contre lui.
Néanmoins, lorsqu’il dit l’avoir croisé dans les couloirs plus tôt, elle se détache et le regarde avec surprise. Il avait croisé Alexandre ce soir ? Alors même qu’elle avait croisé Quirrell avec le pull de Rozen ? Trop bizarre. « C’est étrange, j’ai croisé Quirrell justement un peu plus tôt, et il portait le pull de mon cousin » l’informe-t-elle en retroussant son nez, « c’est super bizarre ». Mais son attention est toute détournée par les caresses du garçon sur sa joue. Son compliment sonne à ses oreilles comme une douce musique et son orgueil lui semble grandir brusquement. Elle lui offre un grand sourire, les joues quand même rouges, et pose sa main sur la sienne, délicatement. « C’est vraiment gentil Thomas, merci » lui dit-elle toute à fait sincère. Elle le regarde quelques instants et meurt d’envie de lui retourner le compliment. Elle pense souvent qu’il est le plus beau garçon de Poudlard sans jamais avoir réellement le courage de le lui dire. Comme si la jeune fille avait peur de paraître un peu niaise. « Je crois pouvoir dire que tu l’es tout autant » le complimente-elle sans dire réellement le compliment.

Sa main toujours sur la sienne, elle se rappelle brusquement d’un truc que Marlene lui a montré dans la salle commune. « Oh, j’ai appris à lire dans les lignes d’une main aujourd’hui, je peux tenter l’expérience sur toi ? » demande-t-elle toute malicieuse à l’idée de mettre en pratique quelque chose qu’elle a vu ce jour-ci. Sans vraiment attendre sa réponse, elle retourne la main du garçon pour regarder ses lignes, tandis qu’une mèche ou deux de ses cheveux tombent devant ses yeux. « Mmh » commence-t-elle comme si elle comprenait quelque chose alors que pas du tout, « ta ligne de vie est assez longue mais elle est morcelée j’ai l’impression ». Elle essaye de se rappeler ce que lui a expliqué son amie, en vain. Comme souvent, Astrid faisait semblant d’écouter McKinnon, parce qu’elle avait tendance à beaucoup trop s’épancher sur ses associations auxquelles elle ne voulait pas prendre part. Marlene lui avait prédit un futur bien sombre et funeste du coup Astrid espérait que d’autres lignes de vies seraient comme la sienne. Après tout, à plusieurs dans la même bouse de sombral et on paniquait moins !


Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 597
| AVATARS / CRÉDITS : L. Lerman (par killer from the gang)
| SANG : C'est une question rhétorique, rassure-moi ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même enterré vivant.
| PATRONUS : Un vautour.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Promenade au clair de lune mais dans un couloir quand même" [Thomas & Astrid] Mer 12 Juil - 18:28

Astrid retourne les mains du Serpentard et se met à essayer de déchiffrer son avenir dans les lignes qui y sont dessinées. Thomas la laisse faire, le regard perdu dans une lame de plancher. « C'est parce qu'il va probablement m'arriver des bricoles » répond-il distraitement, encore en pleine réflexion quant à ce qu'Astrid vient de lui apprendre au sujet de son cousin. « Attends, attends un peu... » et il se recule d'un pas, attrapant ses poignées pour qu'elle arrête deux petites minutes de jouer à l'apprentie voyante. « Tu me dis que tu as surpris Quirrell dans les couloirs, qui portait le pull d'Alexandre ? Tu crois que... Lui et Quirrell ? Merde, alors. » Et Thomas de se détacher complètement d'Astrid pour venir faire les cent pas de l'autre côté de la tapisserie. « J'avais déjà entendu des rumeurs à ce sujet, je veux parler de ton cousin et de son attirance pour les hommes. Mais je n'en avais jamais eu la preuve jusque là... » Il se souvient alors d'une discussion qu'il a eu un jour avec sa cousine Fluvia au sujet d'Alexandre et des rumeurs qui couraient sur son compte comme quoi il aurait été amoureux de Funestar, ce petit Serdaigle à moitié cinglé. Sa cousine avait décidé d'avoir une petite discussion avec lui afin d'essayer de le faire changer d'avis, en vain visiblement. Thomas sourit, d'un sourire qui indique qu'il a évidemment quelque chose en tête et, lorsqu'il se tourne vers Astrid et comprend que la jouissance qu'il ressent à l'idée d'utiliser l'homosexualité d'Alexandre contre lui se voit comme le nez au milieu du visage, il cesse de sourire et revient se caler tout contre elle, posant ses deux mains sur ses hanches. « Enfin bref, on n'est pas venu là pour parler de Rozen, pas vrai ? » Et sur ses mots il dépose ses lèvres sur celles d'Astrid puis fait courir sa bouche le long de sa mâchoire jusque dans le creux de son cou. N'empêche qu'il a quand même fort hâte d'apprendre la nouvelle aux copains du dortoir... « Et toi, qu'est-ce qu'il te réserve, ton avenir ? » dit-il alors en attrapant les mains douces de la rouge et or et en les retournant. « Si on en croit ta ligne de coeur, t'as toutes les chances de finir ta vie avec un garçon beau et riche, c'est dingue, on croirait entendre ma description », dit-il en ricanant doucement.

______________________________
thomas perseus avery
TU ME CROIS LA MARÉE ET JE SUIS LE DÉLUGE.
Welcome to your life, there's no turning back, even while we sleep, we will find you. There's a room where the light won't find you, holding hands while the walls come tumbling down, when they do, I'll be right behind you...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 375
| AVATARS / CRÉDITS : Gemma Arterton | shadows.
| SANG : Toujours Pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Moi, ruinée
| PATRONUS : Un puma
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Promenade au clair de lune mais dans un couloir quand même" [Thomas & Astrid] Sam 15 Juil - 11:03

Lorsque le Serpentard lui dit qu’il va sans doute lui arriver des bricoles, Astrid lève un regard courroucé vers lui, l’air de vouloir lui dire qu’il ferait mieux de se taire plutôt que de dire des bêtises dans ce genre. Mais elle ne fait aucune réflexion, se contentant de jouer à l’apprentie diseuse de bonne aventure (ou de mauvaise aventure, si l’on en croit le cynisme de Thomas). Lorsqu’elle le voit se reculer d’un pas, elle fronce les sourcils, ne comprenant pas sa réaction, jusqu’à ce qu’il fasse un lien auquel elle avait pensé concernant Quirrell et son cousin. Bah ! Il est où le problème ? Il fait ce qu’il veut, non ? Mais la jeune fille sent qu’elle a fait une grosse grosse bêtise et gênée elle sent ses joues rosirs. Alexandre va avoir des problèmes par sa faute, c’est ballot ! Mais ce n’est pas comme s’il ne lui en avait jamais attiré, après tout. « Bah il fait ce qu’il veut… » tente-t-elle un peu maladroitement. Elle peut comprendre que cela choque mais elle trouve la réaction de Thomas disproportionnée par rapport à la réalité de la chose. Enfin, le garçon a tendance à dramatiser un petit peu tout, d’après ce qu’elle a vu donc cela ne doit pas l’étonner tant que ça…

Lorsqu’il finit par lui sourire, les sourcils de la jeune fille se froncent encore plus d’un air suspicieux. Mais son tempérament de jeune fille câline la rattrape quand il pose deux mains sur ses hanches. Faible. Alexandre se débrouillera bien tout seul, après tout. Ni vu ni connu. Astrid est ravie de constater que Thomas est aussi tactile. La jeune fille continue de sourire en faisant glisser ses mains sur le torse du garçon qui décide brusquement de voir son avenir dans ses propres mains. Elle sourit d’un air tendre et éclate de rire face à la description que lui fait le garçon : « Mmh, il y en a plein des comme ça tu sais » dit-elle en retirant sa main pour faire le compte sur ses doigts : « Mulciber, Rosier… » commence-t-elle à énumérer avec un sourire de peste, « toi c’est vrai… ». Elle marque une pause et regarde une ligne au hasard, parce qu’elle ne sait plus du tout laquelle est sa ligne de cœur : « je crois que tu as oublié égocentrique dans ta description » dit-elle en levant ses yeux bruns innocents vers lui.

Elle lui saisit brusquement la main et lui dit : « Et si on allait à la Tour d’Astronomie ? J’aime bien y monter de temps en temps pour regarder les étoiles… ». Sans attendre qu’il soit d’accord ou non, elle l’entraîne avec lui et elle est bien contente d’avoir pris un pull pour ne pas avoir froid dehors. Elle n’a pas trop envie de rester collée à une tapisserie toute la soirée, Astrid veut de l’action et elle allait en avoir. Avec ou sans Thomas. S’il n’a pas les cognards de la suivre, eh bien tant pis pour lui !


Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 597
| AVATARS / CRÉDITS : L. Lerman (par killer from the gang)
| SANG : C'est une question rhétorique, rassure-moi ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même enterré vivant.
| PATRONUS : Un vautour.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Promenade au clair de lune mais dans un couloir quand même" [Thomas & Astrid] Sam 26 Aoû - 17:01

Thomas lâche brusquement la main d'Astrid et se recule d'un pas lorsqu'elle nomme deux de ses camarades comme étant beaux et riches. « Ah oui ? Tu veux que je te file leurs hiboux, aussi ? » réplique-t-il, mauvais, ce qui n'empêche pas Astrid d'en rajouter une couche en le qualifiant d'égocentrique, ce qui étrangement le fait rire et le sorcier se radoucit quelque peu. Il s'empare des deux mains de la Gryffondor et l'attire dans ses bras avant de l'enlacer avec force pour l'empêcher de se détacher de lui. Ses lèvres se posent sur les siennes. « C'est faux, je ne suis pas égocentrique, je passe mes journées à penser à toi, à t'imaginer par exemple en train de te défaire de ta tenue de Quidditch dans les vestiaires, ou encore... » mais le Serpentard est interrompu par un tableau qui se met à tousser bruyamment pour les ramener à la réalité et calmer les ardeurs du jeune homme qui semble s'emballer un peu trop. Thomas lui lance un regard noir mais Astrid détourne son attention en l'attirant à sa suite sur le chemin de la tour d'astronomie. « T'as vraiment envie de monter tous ces étages ? » demande le futur mangemort en soupirant, ses doigts entremêlés à ceux de la rouge et or. Étonnement il est docile et se laisse entraîner dans les étages, essayant tout de même de garder un certain sens de l'écoute et de l'observation pour éviter tout risque de croiser Picott dans les couloirs. Mais en tournant à l'angle d'un couloir, Thomas se prend le pied gauche dans le tapis et en essayant de ne pas tomber, il percute une armure qui se penche alors au ralenti (genre suspens maximum) avant de s'écraser sur le plancher dans un bruit assourdissant à réveiller tous les fantômes de Poudlard. « Par Salazar, fais chier ! Tirons-nous d'ici ! » et le Serpentard d'entraîner sa petite amie illégitime dans une course folle dans les couloirs de Poudlard jusqu'à ce que Tom attire Astrid à l'intérieur d'une salle qu'il referme derrière eux, se plaquant le dos contre la porte, à bout de souffle quoique franchement amusé par la situation. Ils ne tardent pas à entendre Picott fureter chaque recoin à la recherche des coupables. Silencieux, immobiles, serrés l'un contre l'autre ce qui arrange bien le garçon, les deux sorciers se font petits dans cette immense pièce vide de tout meuble qu'ils découvrent pour la première fois (du moins Thomas ne la connaissait pas). « Ça ne ressemble pas à une salle de classe, ça. Tu connais cet endroit ? » demande tout bas le sorcier à la cinquième année, répandant son chuchotement en écho dans toute la pièce. Ils ne doivent pas être très loin de la tour d'astronomie, avec tous les étages qu'ils ont grimpé, une partie du château que le vert et argent connait très peu.

______________________________
thomas perseus avery
TU ME CROIS LA MARÉE ET JE SUIS LE DÉLUGE.
Welcome to your life, there's no turning back, even while we sleep, we will find you. There's a room where the light won't find you, holding hands while the walls come tumbling down, when they do, I'll be right behind you...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 375
| AVATARS / CRÉDITS : Gemma Arterton | shadows.
| SANG : Toujours Pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Moi, ruinée
| PATRONUS : Un puma
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: "Promenade au clair de lune mais dans un couloir quand même" [Thomas & Astrid] Mer 30 Aoû - 13:38

Comme prévu, Thomas ne semble pas trop apprécier de voir ses petits copains cités comme étant identiques à lui. En réalité, il faut être un peu de mauvaise foi pour dire le contraire. La plupart des Serpentards répondent à cette description superficielle. Enfin, ils correspondent souvent d’avantage à la description de « riche » et non de « beau ». Aux yeux de la lionne, seul Avery répond à ce critère-là. Le jeune homme se fait plus joueur et Astrid ne sait pas très bien si elle doit être flattée ou effrayée par ses paroles. Comme elle ne sait pas quoi dire, (et qu’elle a un peu peur de s’enfoncer dans le ridicule disons-le), elle se contente de lui sourire sans jeter de regard au tableau qui s’étouffe à côté d’eux.

Préférant l’aspect candide de leur rendez-vous secret, elle lui propose d’aller à la tour d’astronomie, parce qu’on y est tranquille et que la vue est tout à fait agréable de là-haut. Personne ne les dérangera et… Thomas l’interrompt parce qu’il n’a pas l’air de vouloir y aller. Un peu déçue, elle ne s’arrête pourtant pas de tirer sur le bras du Serpentard qui se laisse faire. Aurait-elle réussi à dompter le Serpent ? « Ça va être cool » assure-t-elle, confiante. Astrid l’entraîne dans les dédales de couloirs et d’étages, mais comme c’était trop beau pour être vrai, Avery se prend les pieds dans le tapis et percute une armure. La bouche entrouverte dans le choc, la jeune femme reste droite comme un piquet lorsque l’armure s’effondre dans un brouhaha. Elle fait à peine attention aux jurons du garçon. Elle n’a habituellement pas trop l’habitude de jurer, elle préfère de loin insulter quelqu’un que de dire des gros mots, mais il en faut plus que ça pour la choquer. Les deux adolescents quittent la scène de crime et c’est cette fois-ci le jeune homme qui entraîne sa petite amie, qui le suit néanmoins en se retenant de rire, parce qu’elle reconnaît bien là le caractère couard des Serpentards. « C’était moins une » marmonne Astrid une fois qu’ils sont à l’abri dans une salle de classe. C’est que les bottes de Picott résonnent désagréablement dans le couloir derrière la porte.

La jeune fille pourtant se retrouve face à une salle qu’elle n’a jamais vu auparavant, et elle en est tellement étonnée qu’elle se détache du jeune homme pour la visiter. L’endroit n’est pas très grand, mais cette pièce ne ressemble à aucune autre. « Je ne connais pas cet endroit non plus » avoue-t-elle, surprise par la réalité de la chose. « On est au septième étage, non ? Je ne savais même pas qu’il y avait des salles normales, ici » continue-t-elle alors qu’elle fait son inspection. Il lui semble bien étrange de n’être jamais venu ici alors qu’elle adore fureter non loin de la tour d’Astronomie. Il lui semble tellement bizarre que la salle soit vide de meuble, qu’elle finit par se dire que ça ne peut pas être une salle de classe. « On dirait que personne n’est venu ici depuis des lustres. La dernière fois qu’elle a dû être ouverte, c’est quand Picott était encore un enfant ! » s’exclame-t-elle, un genoux plié par terre alors qu’elle relève une épaisse couche de poussière.


Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Promenade au clair de lune mais dans un couloir quand même" [Thomas & Astrid]

Revenir en haut Aller en bas

"Promenade au clair de lune mais dans un couloir quand même" [Thomas & Astrid]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Pratiquant la magie au clair de lune...
» Edition Clair de Lune
» Un rendez-vous au clair de Lune [PV Melody]
» Promenade au clair de lune [Aetius]
» Je veux marcher sur la lune, mais l'avouer c'est m'humilier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Les oubliettes
 :: 
Les souvenirs de Poudlard
-