GRYFFONDOR : 815 pts | POUFSOUFFLE : 370 pts | SERDAIGLE : 350 pts | SERPENTARD : 610 pts
Félicitations aux Serpentard ! On poursuit la saison de Quidditch avec le prochain match : Serdaigle VS Gryffondor ! Les inscriptions sont d'ores et déjà ouvertes ICI !
Une sortie à Pré-au-Lard a été organisée afin de vous permettre d'effectuer vos achats de Noël. Le sujet est juste ici ! Tout post vous rapportera 2 dragées.

Partagez|

Maladresses et papotages dans les rayonnages - Peter [CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 257
| AVATARS / CRÉDITS : Rachel Hurd-Wood
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Maladresses et papotages dans les rayonnages - Peter [CLOS] Dim 27 Aoû - 22:37

L'été touchait à sa fin tandis que Septembre s'approchait à grand pas. La rouquine n'aurait su dire si elle en était soulagée ou chagrinée. Elle aimait bien rentrer à la maison, revoir ses parents et lorsque tout semblait redevenir comme avant. Mais ce n'était plus comme avant. Pétunia fronçait le nez chaque fois que Lily mentionnait son école alors que ses parents poussaient de petits cris joyeux. Lily feignait l'indifférence et fermait le sujet pour les deux mois d'été. Elle avait fini par se dire qu'il ne valait mieux pas réveiller le dragon qui dort. Sa soeur ne lui avait toujours pas pardonné son départ à l'école des sorciers. A l'aube de sa cinquième année, Lily commençait à réaliser que ce jour ne viendrait sans nul doute jamais. Elle avait pourtant fait de son mieux pour tenter de retrouver la promiscuité de jadis avec sa soeur mais tous ses efforts semblaient réduits à néant. Lily soupçonnait Tunie de le faire à dessein. Lorsqu'elle avait tenté d'en reparler avec Sev' alors qu'ils se trouvaient tout deux au square, il avait pincé les lèvres d'un air de dédain. Aussi n'avait-elle pas insisté.

Les vacances n'étaient plus aussi drôles à Cokeworth.
A bien y réfléchir, elles ne l'avaient jamais vraiment été depuis qu'elle avait découvert Poudlard. La vie des moldus semblait bien pâle à côté de celle au château ancestrale.

Mais aujourd'hui, rien de tout cela ne comptait ! Elle avait pu convaincre ses parents de la déposer à Londres au chemin de Traverse pour faire quelques achats pour la rentrée pendant qu'ils allaient saluer une vieille tante quelque part en ville. Lily avait insisté tant et tant qu'ils avaient fini par céder. D'autant plus, qu'elle était censé y retrouver son amie Mary dans la journée. Ses parents avaient déjà fait sa connaissance et ils l'ador aient. La simple mention de son nom semblait lui avoir ouvert la porte à toute possibilité. Il faut dire que sa bonne humeur avait dû plus les charmer que les airs ténébreux de Severus.
Lily avait passé la matinée à déambuler sur les première échoppes du chemin de Traverse. Elle avait acheté quelques bricoles mais sans plus. Elle ne tenait pas trop à s'encombrer. Et puis, il était prévu qu'elle revienne pour le gros des courses un autre jour. Elle avait déjà aperçu quelques têtes de Poudlard mais sans trop s'arrêter.

Un coup d'oeil à sa montre lui apprit que son amie n'allait plus trop tarder à la rejoindre. Elle termina en vitesse sa glace goût poudre de perlimpinpin (“vos papilles ne se souviendront plus de rien !”) et quitta le Chaudron Baveur en quête de Mary. Mais elle eut beau déambuler, pas de MacDonald à l'horizon.
C'est alors que la Gryffondor tomba sur la petite librairie, La Librairie du Voyage. Attirée, comme d'habitude à la vue des inombrables ouvrages, la jeune fille se glissa dans la boutique. L'odeur des vieux livres l'entourait, dessinant naturellement un sourire sur les lèvres de notre rat de bibliothèque.

C'est alors qu'elle aperçut une chevelure familière dans un des recoins de la boutique.
-Alors MacDonald on se cache de ses amies ?! Tu aurais pu m'attendre avant de venir chercher tes bouquins à l'eau de rose ! S'écria bien fort Lily en tapotant l'épaule de la fille, qui s'avéra être en réalité une bonne femme tout à fait inconnue.
La rousse sentit son visage s'empourprait tandis qu'elle se confondait en excuse.
- Euh...excusez-moi...je vous ai pris pour...pour quelqu'un d'autre.

La sorcière lui lança un regard perçant avant de quitter la librairie.
- ça va, ils n'étaient pas si bien que ça ces bouquins, marmonna-t-elle en jetant un oeil au rayonnage.
Toutefois mortifiée à l'idée de s'être fait entendre de la librairie entière, Lily recula à toute allure, faisant tomber une pile de livres qui tomba sur un autre client.
“Décidément ce n'est pas mon jour !” se dit la jeune fille en se précipitant à son secours.

-Excusez-moi, je suis désolée...je... Peter ? S'exclama-t-elle étonnée en reconnaissant son camarade de promotion, Peter Pettigrow.




Dernière édition par Lily Evans le Ven 27 Oct - 14:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 381
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley | Eledhwen
| SANG : ⊰ Mêlé sur de nombreuses générations.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Subir le doloris
| PATRONUS : Un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Maladresses et papotages dans les rayonnages - Peter [CLOS] Lun 28 Aoû - 19:02

Ce n’était pas dans les habitudes de la famille Pettigrow de voyager et les vacances du jeune Peter loin de ses trois meilleurs copains avaient été aussi ennuyeuses qu’on pouvait s’y attendre. La canicule s’était abattue sur Greenwich en même temps que sur tous les autres quartiers de Londres cet été et le maraudeur dont la peau laiteuse redoutait les rayons du soleil avait passé la majorité de son temps libre enfermé dans sa chambre. Il y relisait les numéros de sa bande dessinée favorite - l’histoire d’un garçon cracmol qui faisait plein de bêtises dans sa famille de sorciers - en dégustant tranquillement les glaces à l’eau que se risquait à lui monter son papa. Mrs Pettigrow était farouchement déterminée à mettre son fils au régime en l’affamant et si elle les avait surpris à faire ainsi de la contrebande de glaces, tous deux auraient passé un très mauvais quart d’heure. Les maraudeurs avouaient largement que la maman du blondinet était, à sa façon, aussi terrifiante que Mrs Black. Le problème de Mrs Pettigrow était qu’elle avait toujours aspiré à un grand avenir mais s’était retrouvée affublée d’une famille qui dénotait tout à fait avec ses aspirations. Entre son mari qu’elle avait rendu chauve à force de lui crier dessus parce qu’il n’arrivait jamais à conserver plus de six mois le même travail et son fils qui devenait plus large que haut avec les années, le rêve qu’elle entretenait était loin d’être accompli. « C’est pas en passant tes vacances sous la couette que tu vas gagner l'Ordre de Merlin ! » lui avait-elle reproché en ouvrant d’un coup d’un seul la porte de sa chambre ce matin-là. « Je lis maman ! » avait-il gémi en agitant la bande dessinée qu’elle lui avait immédiatement arraché des mains. Mrs Pettigrow qui travaillait chez Fleury & Bott ne considérait pas qu’un livre contenant plus d’images que de mots était de nature à instruire qui que ce soit. « Non tu regardes des images ! Allez hop - elle avait tiré les rideaux puis sa couette ce qui l’avait fait hurler comme un porcelet - tu me suis au travail cet après-midi et on fera tes courses pour la rentrée. On doit encore agrandir ta robe ! Marre que tu te remplisses le ventre et pas ta grosse tête vide, marre, marre, marre ! ». Peter l’avait entendue répéter ce mot à chaque marche de l’escalier qu’elle descendait plutôt malheureux que fâché car il aimait malgré tout sa maman et rien ne lui aurait fait plus plaisir que de la contenter. Alors il en était sorti de son lit confortable !

Peter s’était ainsi rendu avec sa maman sur le Chemin de Traverse pour déjeuner avec l’une de ses anciennes collègues qui travaillait aujourd’hui à la Librairie du Voyage. Tandis que les deux quadragénaires papotaient en se délectant de feuilles de salade, lui grimaçait en repoussant du bout de sa fourchette les aliments qui lui paraissait le plus suspect et se rendit compte à la fin du repas qu’il les avait tous déplacés d’un côté de l’assiette à l’autre. « T’entends ça, Peter ? - Hein ? - Becca a besoin d’un coup de main avec la boutique ! Est-ce que tu ne serais pas un adorable garçon si tu l’aidais ? ». En devinant la main sèche qu’elle tendait en direction de ses joues grassouillettes pour les lui pincer, le garçon s’était empressé d’acquiescer. Cette après-midi là, rien n’aurait été susceptible de le sortir de sa torpeur sinon le doux nom de MacDonald. Comme dans Mary MacDonald ? Peter avait manqué une marche en reconnaissant la voix claironnante de sa camarade de maison. Lily Evans et Mary MacDonald dans cette boutique ? Il ne savait pas s’il était plus empli d’allégresse ou de stress. En entendant des pas se diriger dans sa direction, il se cacha derrière une pile de livres le coeur battant. Malheureusement pour lui, tous lui tombèrent bientôt sur le crâne. « Aïe ! Ouille ! Ouille ! Aïe ! Ouille ! ». Il se releva en se massant le crâne d’un air un peu hébété et se trouva aussi rouge qu’un rapeltout lorsque la griffonne le remarqua. Il espérait qu’elle n’ait pas deviné qu’il était en train de se cacher. « Hé ! Euh … Salut Lily ! Tu vas bien ? ». Mais se disant, ses yeux regardaient déjà autour. Où était donc passée Mary ? Les deux amies étaient connues pour être inséparables.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 257
| AVATARS / CRÉDITS : Rachel Hurd-Wood
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Maladresses et papotages dans les rayonnages - Peter [CLOS] Mar 29 Aoû - 23:12

La jeune fille tenta de rattraper la pile de livre mais comme lors d'un film au ralenti, elle perçut que ses doigts se refermaient sur le néant tandis que les ouvrages se dérobaient, un à un. Et chacun s'abattit froidement sur un pauvre passant qui ponctua chacun des coups d'un petit gémissement. Lily se ratatina un peu plus sur elle-même. Nom d'un scroutt ce qu'elle pouvait être maladroite ! Sa bonne éducation reprenant le dessus elle se précipita sur le pauvre malheureux afin de l'aider lorsqu'elle réalisa qu'il n'était pas si inconnu que ça.
Elle se sentait encore plus bête, si cela était possible devant le visage rouge de son camarade.

- ça va et toi ? Je suis désolée, je ne t'ai pas fait mal au moins ? S'inquiéta la douce Lily.

Tout de même ! Elle n'en revenait toujours pas de le voir ici. Il faut dire que s'il y avait un camarade qu'elle ne s'attendait guère à trouver dans ce temple du savoir, c'était Peter Pettigrow. Le garçon ne lui avait jamais paru très intéressé par la lecture. Mais peut-être qu'il ne le montrait tout simplement pas. Quand bien même, ça l'intriguait tout ça.
Elle remarqua qu'il ne cessait de jeter de petits regards à la dérobée. Etait-il à la recherche de quelqu'un ? La jeune fille craint qu'il ne soit déjà accompagné par d'autres de ses amis. Les maraudeurs, ici ?

Lily ne put s'empêcher de se hisser légèrement sur la pointe des pieds, de la plus furtive des manières, afin de tenter de repérer les autres garçons au milieu des rayonnages. Peine perdue. Elle ne put que percevoir l'oeil de la libraire qui semblait fouiller la salle à la recherche des fauteurs de troubles. La Gryffondor se baissa instinctivement, incitant Peter à faire de même. Celui-ci n'étant pas assez rapide à son goût, elle lui appuya sur l'épaule, mettant un doigt sur ses lèvres pour l'intimer au silence.

La vendeuse ne sembla pas les avoir repéré. “Pour l'instant” songea la rouge et or. Mais elle continuait de faire les cent pas, l'oeil aux aguets. Heureusement pour les deux Gryffons, un vieux monsieur en profita pour entrer dans la boutique à ce moment précis, à la recherche d'un engrais dans le dictionnaire miracle des plantes du Docteur Pikapous obligeant la vendeuse à revenir vers l'entrée. Lily laissa échapper un soupir de soulagement en entendant les pas s'éloigner. C'est à ce moment précis qu'elle réalisa que sa main était toujours posé sur l'épaule de son camarade. Elle la retira aussitôt, comme si elle eut posé la main dans un nid de manticores.

Un peu mal à l'aise, elle lui lança un petit sourire avant de baisser les yeux sur les livres qu'elle entreprit de ramasser. Autant effacer toute trace de leur méfait ! Et puis, elle n'aurait pu se résoudre à quitter les lieux en laissant tout cela en plan. Rien que pour les ouvrages, elle n'aurait pu s'y résoudre.

- Tes vacances se passent bien ? Demanda-t-elle enfin d'une voix plus égale maintenant que la voie semblait libre.

Elle aurait voulu lui demander ce qu'il faisait ici mais elle trouvait cela un peu cavalier. Après tout, chacun était libre d'aller où il voulait ! Peut-être qu'il cherchait un cadeau à quelqu'un ? Ou qu'il s'était perdu... La jeune fille se mordit la lèvre pour réprimer un rire. Non, ce n'était pas bien de se moquer d'autrui. Cela dit, c'était Peter et il fallait avouer qu'elle avait toujours une envie folle de le taquiner. Sa candeur en faisait toujours le cobaye idéal, qui tombait dans tous les pièges. Mais bon, ça restait gentillet, hein ! Elle le soupçonnait d'apprécier sa meilleure amie bien plus qu'il ne le laissait entendre. Quand Marie saurait sur qui elle était tombé !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 381
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley | Eledhwen
| SANG : ⊰ Mêlé sur de nombreuses générations.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Subir le doloris
| PATRONUS : Un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Maladresses et papotages dans les rayonnages - Peter [CLOS] Jeu 31 Aoû - 10:07

Est-ce que Peter allait bien ? Eh bien il venait de se prendre son poids en bouquins - et croyez-moi ce n’est pas rien - sur le crâne. Et ses petits yeux humides attestaient de manière évidente de la douleur qui lui traversait l’échine. Il répondit pourtant dans un petit couinement guère crédible mais néanmoins courageux. « Non, non, tout va bien … ». Puis il rassura Lily d’un petit sourire qui lui donna envie de fondre en larmes. Tandis que lui cherchait Mary du regard, celui de Lily était en quête des maraudeurs. C’est qu’il était assez rare de trouver l’un d’eux non flanqué de ses meilleurs amis dans les couloirs du château. D’ailleurs, Peter ne se rappelait pas s’être jamais retrouvé tout seul devant Lily (il s’en serait rappelé même après un traumatisme crânien dû à une chute de livres !). Il lui avait bien évidemment déjà parlé car il ne se trouvait jamais très loin de son ami James quand celui-ci faisait l’idiot devant la jeune fille. Se rendant compte que c’était peut-être celui-ci de ses amis qu’elle recherchait, il commença gentiment à lui indiquer que « James n’est pas là mais … ». Il n’eut pas le temps d’en dire plus car elle lui intima de se baisser d’une douce pression sur l’épaule. Peter qui n’avait jamais eu un libre arbitre très développé s’exécuta donc sans demander d’explication. Et il fit tout à fait bien (comme à chaque fois !) car il entendit bientôt le pas boitillant et reconnaissable entre milles de l’effrayante amie de sa maman qui tenait la librairie. Son coeur battit la chamade lorsqu’il pensa à la pile de livres que sa camarade avait renversé et qu’il serait accusé de ne pas avoir rangé. Il espérait sincèrement qu’elle ne répéterait rien à sa maman car il en avait marre de se faire traiter de bon à rien. Il allait couiner tout son désarroi lorsque Lily posa un doigt qui le décontenança tout à fait sur ses lèvres. Après quatre années de vie commune avec des représentantes de l’autre sexe, Peter ne s’était toujours pas habitué à partager ne serait-ce qu’une once de promiscuité avec des filles (et encore moins de jolies filles). Il rougit d’un seul coup et se mit instinctivement à observer les traits fins de sa camarade en se demandant si, quand même, elle ne méritait pas une place dans la liste des cinq plus jolies filles de l’école qu’il tenait régulièrement à jour. Oh que si !

Peter n’entendit pas le danger s’éloigner et continua à observer Lily encore un court instant un petit peu hébété tandis que elle se montrait plus efficace en rangeant les ouvrages. Elle lui parla et le fit sortir d’un coup d’un seul de ses pensées. « Hein ? ». Vacances ? Elle avait parlé de vacances, non ? « Euh oui, oui ! Enfin ce n’était pas des vacances très intéressantes à vrai dire » admit-il finalement en passant de l’attirance à la gêne mais en restant bien rouge. « Il n’y a pas grand chose à faire chez moi et ma maman a voulu que je donne un coup de main à son amie libraire aujourd’hui - lança-t-il en désignant la voix crécelle en train d’accueillir le nouveau client - alors je m’ennuie comme un rat mort ! ». Il réalisa alors que tandis qu’il discutait, Lily était encore en train de ranger les livres toute seule. « Oh laisse, je vais le faire ! ». Il commença à mettre dans ses bras une énorme pile de livres à la fois parce qu’il avait la flemme de se pencher cent fois et à la fois pour impressionner un peu sa camarade. Mais ses bras flagellants firent tomber tous les livres dont il s’était saisi lorsqu’il se releva et il créa tout un nouveau capharnaüm. « Par la barbe de Merlin, quelle misère de ne pas pouvoir utiliser la magie ! » se plaignit-il en recommençant depuis le début son ingrate tâche. « Et toi ? » demanda-t-il finalement en étant persuadé que le récit de ses vacances d’été devait être mille fois plus intéressant que le sien.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 257
| AVATARS / CRÉDITS : Rachel Hurd-Wood
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Maladresses et papotages dans les rayonnages - Peter [CLOS] Dim 3 Sep - 19:25

Alors que la jeune fille s'excusait pour sa maladresse, elle ne perçut tout d'abord qu'un petit couinement de la part de son camarade. Toutefois, il démentit aussitôt toute trace de douleur en lui certifiant le contraire. Lily se mordit légèrement la lèvre pour réprimer un petit rire. Le maraudeur avait l'air d'un chaton à qui on aurait marché sur la queue. Mais elle devait reconnaître qu'il faisait de son mieux pour n'en rien laisser paraître. L'orgueil masculin ! Ou Gryffondor, elle n'aurait su dire. Mais étant elle-même ainsi, elle ne le lui aurait pas reproché.

Repérant son petit coup d'oeil à la ronde qu'elle avait pourtant cru discret, Peter l'informa que James, son accolyte de toujours n'était pas là. Mais il n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'elle l'intima à se cacher de la libraire en furie. Elle n'avait pas l'air des plus commodes celle-là ! A croire qu'il n'y avait que des dragons dans cette profession.
Lily ne put s'empêcher de froncer un peu les sourcils en repensant à Potter. C'est vrai qu'elle ne l'imaginait pas trop dans ce genre de boutique. Et tant mieux ! Elle était plutôt soulagée de constater que le maraudeur faisait exception à la règle d'être toujours ensemble pendant les vacances. Ce n'est pas qu'elle n'aimait pas Potter mais...il était spécial. Et bien qu'il put s'avérer parfois de bonne compagnie, il était assez immature et imbu de sa personne. Si ça n'avait été que ça ! Mais ce que Lily supportait le moins c'était cette haine qui le poussait toujours à s'en prendre à Sev'. Celui-ci ne leur avait rien fait si ce n'est d'avoir eu le malheur d'être un peu solitaire et de se retrouver à Serpentard.

« Hein ? » Il la regarda interdit comme si elle lui avait parlé en strangulot.
- Oui, tu sais que c'est les vacances scolaires là, le taquina-t-elle gentiment. Pas de Poudlard, pas de cours...

Son coeur se serra soudain alors qu'elle prononçait ces mots. Poudlard lui manquait. Elle avait hâte de retourner là-bas, hâte de voir ses amis, hâte de pouvoir refaire de la magie et hâte de se promener de nouveau dans le château et son parc. En quatre ans, c'était devenu sa maison.

Le Gryffondor prit une teinte écarlate en lui racontant ses vacances ô combien palpitantes. Au moins elle n'était pas la seule si ça pouvait la rassurer. Ils devraient peut-être songer à former un club “groupe de sorciers démuni en panne de joie pour les vacances”. Cela semblait un peu long comme nom. Peut-être que Marlène pourrait lui en trouver un meilleur. La jeune fille créait et faisait partie d'une multitude de club à Poudlard. Lily doutait quand même qu'elle prenne la peine de poser les yeux sur la simple idée de celui-ci. Marlène devait avoir eu un été trépident elle. Lily lacha un léger soupir en continuant à ramasser les livres.

- Ah, pas de chance. Tu habites loin d'ici ? Demanda Lily en réalisant qu'elle n'en avait aucune idée.

Peter passait la plupart de son temps avec les maraudeurs et malgré les quatre ans passés dans la même maison, ils n'avaient guère eu d'occasion de vraiment parler l'un de l'autre ensemble. Non pas que cela lui ait grandement manqué jusqu'à présent, mais en cet été désert, il faut croire que n'importe qui venant de Poudlard s'approchait d'une bénédiction pour la jeune fille.
Quoi qu'elle n'aurait sans doute pas été ravie de tomber sur Avery ou un des autres tarés de sa bande de Serpentard.

- Ah, c'est toi qui es censé ranger ce fourbi alors ? Nom d'une chouette, j'ai l'impression que rien n'a été rangé depuis des siècles ! Regarde-moi ça, il y a des livres d'enchantements avec des cartes de mondes anciens et ça...ce sont des romans à l'eau de rose bon marché, s'écria Lily en regardant le rayonnage vacillant devant elle.

La boutique ne devait jamais avoir été rangé depuis son ouverture ! Et Peter était censé s'occuper de tout ça ! Le pauvre en aurait pour l'éternité !

- Dis, tu lui as fait quelque chose à ta mère pour qu'elle te condamne aux travaux forcés de la sorte ? Lui demanda la rouquine avec un sourire en coin.
Parce que là, si tu dois tout ranger et je dis bien ranger et non faire des piles comme cela semble être l'usage ici, tu ressortiras d'ici à l'âge de Dumbledore, si ce n'est pas Merlin !

Cette perspective ne semblait guère le réjouir non plus.
- Et non, pas de baguette. Non, mais j'ai encore un peu de temps, je peux t'aider un peu si tu veux, proposa-t-elle.

C'est vrai qu'elle ne voulait pas lui donner le cafard. Tandis que Lily réfléchissait au meilleur moyen de s'attaquer à ce travail de titan, Peter fit tomber une nouvelle pile tout autour d'eux. Décidément, il n'y arriverait jamais seul, se dit la jeune fille plus résolue que jamais à lui apporter son aide.
A son tour, il lui demanda comment s'était passé ses vacances.

- Pas très amusantes non plus pour tout t'avouer. J'habite dans un petit village moldu alors il ne se passe pas grand-chose. Je vois Seve...hem, je sors un peu, il y a un parc près de chez moi et je dévore les livres que j'ai pu ramener du monde magique, mais c'est à peu près tout, admis Lily.

Elle ne savait pas trop pourquoi elle s'était retenue de mentionner son ami. Après tout, tout le monde n'était pas au courant que Severus et elle ne vivaient pas loin l'un de l'autre, à Poudlard. Elle ne voulait pas qu'à cause d'elle, on l'embête davantage à la rentrée. Le pauvre avait déjà assez à faire comme cela.

- Bon on s'y met ? Du coup tu es censé TOUT ranger ou...
Lily ne put s'empêcher une petite moue. A vrai dire, elle avait beau s'ennuyer, pour reprendre l'expression de Peter “comme un rat mort” elle n'avait pas non plus trop envie de passer trop de temps dans cette librairie. Entre la vendeuse peu sympathique et la montagne de poussière, ça ne lui donnait guère envie de s'attarder.
- ou..reprit la rousse, on peut se caler dans un coin et se faire oublier ?



Dernière édition par Lily Evans le Jeu 7 Sep - 23:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 381
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley | Eledhwen
| SANG : ⊰ Mêlé sur de nombreuses générations.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Subir le doloris
| PATRONUS : Un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Maladresses et papotages dans les rayonnages - Peter [CLOS] Lun 4 Sep - 10:24

C’était la première fois que Peter se retrouvait tout seul avec Lily et sa couarde nature ne le poussait guère à être à l’aise. Il était doublement confus quant à la procédure à adopter car, en plus d’être une fille, il ne savait pas s’il était supposé apprécier ou pas sa camarade. Peter calquait toujours son comportement sur celui de James. Si James aimait une personne, Peter aimait cette personne. Si James n’aimait pas une personne, Peter n’aimait pas cette personne. Et comme il était dur de savoir si son meilleur ami aimait bien Lily ou aimait juste se moquer d’elle tout cela était bien difficile. Il avait l’air encore plus stupide que d’habitude. « Oui - répondit-il quand elle lui demanda s’il vivait loin - Enfin non ! - corrigea-t-il immédiatement - Ce que je veux dire c’est qu’on prend la poudre de cheminette pour venir  … on habite dans le quartier de Greenwich mais je ne sais pas si tu connais … » précisa-t-il finalement d'un air penaud sans rien perdre de sa rougeur.

Il acquiesça encore faiblement quand elle le questionna sur le fourbi qu’il était supposé ranger en étant aussi désolé que si tout cela avait été de sa faute à lui. Mais il manqua bien de s’étrangler quand elle fit allusion aux romans à l’eau de rose et mentit à ce sujet tout à fait bien. « Ah bon ? Noooon … » s’indigna-t-il avec des grands yeux de botrucs. En réalité, il avait passé tout le début de l’après-midi le nez dans les dits romans. Le fourbi était quand même peut-être un peu de sa faute après tout. « Qui lit ça ? » rit-il tandis que la volubile Lily s’interrogeait davantage sur les relations qu’il entretenait avec sa mère. Son esprit qui commençait à s’échauffer en repensant aux quelques lignes coquines qu'il avait lues en fut instantanément refroidi. Mais la blague qu’elle fit sur Dumbledore lui fit instantanément perdre tout son sérieux et il se mit à rigoler. Lily avait toujours fait figure pour lui d’une jeune fille terriblement sérieuse (et un peu ennuyeuse aussi) alors il ignorait qu’elle était aussi capable de blagues. Elle avait finalement réussi à le détendre tout à fait quand il lui répondit enfin. « Non c’est juste que - comment lui expliquer cela ? - je pense qu’elle aimerait que je travaille un peu mieux et que - et que je sois pas gros ? quel aveu embrassant - que je sois un peu différent, c’est tout » fit-il avec une petite moue un peu triste avant de prendre une grande inspiration en baissant les yeux sur tous les livres qui restaient à ramasser. C’est que ses complexes de poids, il n’en avait jamais parlé à ses amis maraudeurs. James et Sirius blaguaient allègrement sur ses bourrelets et ses joues potelées alors ça aurait été étrange de leur avouer après tout ce temps qu’il n’était pas très bien dans sa peau. Quand Lily lui proposa son aide, il acquiesça négativement du chef en se disant que ses efforts lui feraient peut-être perdre quelques calories. Mais lorsque sa tentative fut couronnée par un échec, elle l’aida quand même et il était assez dur de refuser pour se la jouer gentleman ici ...

Alors qu’il ramassait à nouveau les livres qu’il avait fait tomber, il écouta le récit de son été et réalisa qu’il ne savait rien ou presque de la jeune fille à la chevelure flamboyante. Il fronça les sourcils de manière désobligeante, davantage par habitude que par haine, lorsqu’elle faillit mentionner Servilius Rogue. Peter n’aimait pas du tout le garçon qui n'avait jamais la langue fourchue pour se moquer de lui. Il n’eut néanmoins pas l’audace de révéler le fond de sa pensée à Lily et préféra la laisser discuter plutôt que de l’interrompre. Son visage s’éclaira quand elle parla des livres qu’elle avait rapportées et il lui demanda très naïvement « Tu connais les aventures d’Anatole le Cracmol ? ». Il venait de ranger une pile de livres et sortit de sa poche la bande dessinée animée qu’il avait plié comme un tube avant de la glisser à la hâte dans sa poche. C’était le seul livre que Peter lisait et, s’il y avait plus de dessins que de dialogues, c’était malgré tout assez enfantin et drôle. Il tendit le numéro à Lily et lui avoua « C’est mon livre préféré, j’ai relu tous les numéros cet été ! ».

Peter qui commençait déjà à apprécier Lily Evans manqua bien de tomber fou amoureux d’elle quand elle flatta si bien sa paresse. Il jeta un coup d’œil apeuré en direction de l’entrée de la librairie puis un autre plus séduit au sourire aventureux de la jeune fille et n’hésita pas bien longtemps. Il n’y avait que deux choses sur terre qui puisse pousser le garçon à prendre des risques quand il ne se trouvait pas avec les maraudeurs : la faim et la flemme. Et puis Lily était très jolie et c’était franchement difficile de lui dire non alors bon … « Suis-moi ! » lui fit-il avec un signe de main en se déplaçant dos baissé pour ne pas se faire apercevoir. Il traversa les allées aussi rapidement que le lui permettaient ses courtes jambes, c’est à dire pas très vite, et poussa bientôt en grimaçant la porte de la réserve. Une fois que Lily fut passée, il lui avoua fièrement « Tu la verras pas mettre un pied dans la réserve ! ». C’est que, si le reste de la librairie était un fouillis, la réserve était un véritable champ de guerre. La poussière était perceptible et opaque à travers le raie de lumière perçant la fenêtre et Peter qui commençait déjà à tousser marcha prudemment  parmi les livres pour s’en aller l’ouvrir et laisser un peu d’air entrer. La pièce sentait le vieux livre. Les discussions qui avaient lieu en contrebas dans la rue sorcière la plus animée de Londres se joignirent finalement à la leur en même temps qu'un peur d'air. « C’est la première fois que tu fais quelque chose d’interdit ? - demanda-t-il tout à fait naïf et impressionné en même temps - Je crois que t’es la seule Gryffondore qui n'a jamais enfreint le règlement de Poudlard ! » lui avoua-t-il finalement l’image qu’il avait d’elle.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 257
| AVATARS / CRÉDITS : Rachel Hurd-Wood
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Maladresses et papotages dans les rayonnages - Peter [CLOS] Jeu 7 Sep - 23:26

“Oui.” répondit sommairement Peter lorsqu'elle lui demanda s'il habitait près d'ici.
- C'est vrai ?! La chance ! s'écria la Gryffondor envieuse.
Elle aurait tant aimé pouvoir être plus proche de la capitale et du chemin de Traverse. Après Poudlard, sa vie basculait d'un seul coup du tout au rien.
Mais déjà le blondinet se reprenait, disant qu'il n'habitait pas si proche que cela. Il fallait savoir ! Greenwich, ça lui disait quelque chose.

- Ah, oui bien sûr ! Greenwich, ça reste Londres, ça va ! S'exclama-t-elle avec un sourire réjoui. Tu dois connaître la ville comme ta poche, non ?
Elle aurait aimé en dire autant mais il est vrai qu'elle n'avait guère eu la chance de bien y venir avec le travail de ses parents.

La rousse observa d'un oeil critique les diverses piles toutes mélangées tout autour d'eux. Qu'est-ce que c'était que ce fourbi ? En plus, la vendeuse avait le droit d'utiliser la magie, elle ! A tous les coups c'était une cracmolle qui n'osait se l'avouer ! Cela ne ressemblait guère à Lily de faire des suggestions comme cela sans connaître ne serait-ce qu'un peu la personne mais il fallait dire que lorsqu'on s'attaquait au rayon littérature, rien n'était plus pareil ! Elle aurait dû aller chez Fleury et Bott, là elle aurait pu trouver son bonheur ! Mais elle n'y aurait pas fait l'étrange rencontre de Pettigrow caché derrière des bouquins. Et aussi étrange que cela puisse paraître, elle en était plutôt heureuse.

Lily ne remarqua pas bien la gêne de son camarade alors qu'elle répertoriait les différentes catégories qui s'étalaient devant ses yeux. Pour elle, chaque lecture avait son utilité et son propre mérite. Il n'y en avait pas trop de moins bonnes que d'autres, il en fallait pour tous. Elle-même aurait peut-être feuilleté l'une de ses romances si elle ne s'était pas sentie observé. C'est pour cela qu'elle ne préféra pas trop s’appesantir sur ce point et préféra concentrer son esprit sur une tâche plus pratique à savoir l'organisation menant au rangement.

La jeune fille fut tirée de ses pensées par le ton devenu plus hésitant de Peter. Elle détacha ses yeux des livres pour les poser sur lui en un regard encourageant. Elle avait toujours pensé que Peter était moins sûr de lui que le reste des maraudeurs mais elle n'avait jamais soupçonné que cela puisse venir de sa vie chez lui. A Poudlard, aux yeux de tous il passait pour pataud et pas très dégourdi mais... peut-être que tout cela le blessait en fait ? Tout semblait en place depuis toujours dans leur petit groupe que personne n'aurait songé à remettre quoi que ce soit en question. Est-ce que les heures passées à Poudlard avec ses amis étaient-elles pour Peter, tout comme elle, les meilleures de sa vie ? Lily resta un moment songeuse laissant la question en suspend.

- J'avais toujours songé que dans les familles sorcières, tout était plus...simple ou mieux, murmura Lily.
Enfin si l'on prenait une famille de sorcier "normale" sans se préoccuper de toutes ces histoires de sang à deux mornilles.
Elle ne savait pas trop que dire, il n'était pas particulièrement proche d'elle mais le simple fait qu'il se soit un peu révélé à elle comme ceci lui intimait de répondre. Prise d'une inspiration subite, elle finit par dire :
- “ Etre différent n'est ni une bonne, ni une mauvaise chose. Cela signifie simplement que nous sommes suffisamment courageux pour être nous-mêmes.”a dit Albert Camus, un auteur moldu français. Tu es un Gryffondor, c'est bien que tu as le courage en toi pour assumer d'être différent, conclut Lily avec un sourire encourageant.

Un peu gênée, elle se remit à l'ouvrage en rangeant un peu de ça et là mais ses efforts furent vite réduit à néant lorsqu'une nouvelle pile fut renversée lui faisant un peu perdre courage. Sa paresse profitant de ce répit, en proposa pour demander à son camarade de laisser tomber. Celui-ci ne se le fit pas dire à deux reprises et l'entraîna aussitôt à l'arrière, dans la réserve déserte. Une fois arrivée, elle profita de la lumière de la fenêtre ouverte pour mieux détailler le livre que lui avait tendu son camarade un instant plus tôt.
- Anatole le cracmol ? Non, je t'avouerai que je n'ai pas le plaisir de connaître ! Que se passe-t-il de beau dans la vie d'Anatole ? Lui demanda-t-elle alors qu'elle voyait ses yeux briller de mille feux.
Il y a pas mal de choses que j'ignore du monde magique. Et j'ai le regret de dire que les BD en font parties ! J'ai grandis avec les Tintin et Lucky Luke moi tu sais, lui avoua-t-elle.
Elle feuilletait un peu les pages aux couleurs criardes tout en songeant à la dernière fois où elle avait lu une nouvelle bande dessinée. Une éternité il fallait le dire !

- C’est la première fois que tu fais quelque chose d’interdit ? Le sortit alors Peter de sa lecture.
Lily releva la tête, surprise. Ses sourcils ne manquèrent pas de se froncer légèrement tandis que sa bouche se tordait en un genre de grimace.
- Quoi ?! Qui dit ça ? Encore Potter ?! Qu'il se mêle de ses affaires, celui-là !, s'écria-t-elle de mauvaise humeur. En fin d'année, ses remarques et blagues pas drôles étaient devenues de plus en plus présentes, agaçant la jolie rousse au tempérament de feu plus haut point.
Mais devant l'air ahuri du maraudeur, elle poussa un soupir et se fendit d'un sourire plus engageant.
- Excuse-moi...c'est juste que... ce n'est pas parce que j'accorde de l'importance aux cours et aux notes que je suis une intello bêcheuse tu sais. Bien sûr que j'ai fait des bêtises, c'est juste qu'on va dire que j'ai eu l'intelligence et la discrétion de ne pas me faire chopper, conclut-elle avec un petit clin d'oeil.

Elle avait conscience qu'elle pouvait être parfois un peu pointilleuse sur certains points mas c'était sa manière à elle d'évacuer. Elle pouvait être assez stressée, tout particulièrement en période d'examen alors elle pouvait sortir les crocs dès que le silence était brisé dans son espace de travail. Cela la rendait un peu triste de penser que la plupart des gens la voyait comme une rabat-joie à cause de cela. Vouloir avoir des bonnes notes était-il un crime ? Les pensées de la rousse s'en trouvèrent d'un coup obscurcies. Même le bout de ciel que l'on voyait de la fenêtre semblait avoir perdue un peu de son attrait. Mais sans doute par fierté, elle fit mine de replonger le nez dans sa bande dessinée pour que le rouge et or à ses côtés ne puissent deviner ses ruminations.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 381
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley | Eledhwen
| SANG : ⊰ Mêlé sur de nombreuses générations.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Subir le doloris
| PATRONUS : Un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Maladresses et papotages dans les rayonnages - Peter [CLOS] Sam 9 Sep - 9:54

Lorsque Lily suggéra que Peter puisse connaître la ville de Londres comme sa poche, il avait justement ses deux paluches enfoncées dans son pantalon et savait reconnaître rien qu’en palpant les emballages vides quelles sucreries il avait ingurgité depuis la dernière lessive. La capitale par contre ? Il était tout à fait casanier et l’une des rares fois où il était sorti de chez lui tout seul et non contraint par sa maman, cela avait été pour se rendre à une fête foraine où un groupe d’adolescents avait menacé de lui refaire le portrait. C’était ce jour où il avait découvert ses pouvoirs magiques. Son long « eeeeuh » rougissant s’avéra suffisamment évocateur pour qu’il n’ait pas besoin d’y ajouter de réponse négative. La seule chose que Peter savait de Londres c’était de quel côté de la Tamise se trouvait leur maison et puis c’est tout. Il n’aimait pas particulièrement rester à la maison non plus car sa mère lui secouait constamment les joncheruines pour qu’il soit moins mollasson. Aussi ne put-il réprimer un rire un peu amusé quand Lily lui avoua qu’elle se figurait que la félicité régnait au sein des familles sorcières. Il retrouva son sérieux quand elle parla de la « différence » car elle parlait avec tant d’animation qu’il était dur de ne pas rester accroché à ses lèvres. Il se sentit touché par la citation de cet auteur français qu’il ne manquerait pas de répéter autour de lui (et sans aucun doute de déformer) et particulièrement à cet abruti d’Alexandre Rozen la prochaine fois qu’il l’embêterait ! Quand il pensait que ce véracrasse avait osé l’embrasser devant tout le monde et même devant Lily et Mary, il rougissait encore de honte. La réalité était que Peter n’assumait pas autant se différence qu’il la subissait. S’il avait pu en un coup de baguette magique se raboter les incisives et se délester de ses bourrelets, il ne se serait pas gêné. Mais Peter lui sourit malgré tout parce que Lily Evans, la très jolie et intelligente Lily Evans, venait de lui dire qu’il était courageux ! Et elle était bien la première, depuis qu’il avait rencontré les maraudeurs et la figure inspirante de James, qui lui donnait envie de l’être véritablement. Elle lui insuffla même suffisamment de hardiesse pour échapper au regard sévère de la libraire chez qui il était supposé travailler avec ardeur et ce fut courageusement qu’il s’enfuit.

Il était heureux comme tout et sautillait comme un pitiponk (maladroit comme s’il n’avait été lui aussi doté que d’une patte) partout dans la réserve. Après avoir ouvert la fenêtre, il monta sur une pile de livres pour tâter avec sa main le haut de l’étagère à la recherche d’une boîte dans laquelle il avait caché des bonbons la dernière fois qu’il avait eu à aider l’amie de sa maman. Il grimaça en ne trouvant d’abord que des moutons de poussière mais posa finalement la main sur sa boîte à friandises et s’éclaira du plus sincère des sourires qu’on ne lui verrait jamais. « Tu ne connais vraiment pas du tout Anatole alors ? - fit-il surpris car il s’agissait de la coqueluche de tous les enfants sorciers - Il essaie de faire de la magie mais ne fait que des bêtises ! ». Il avait plutôt bien résumé le ressort dramatique simpliste de la série et se laissa tomber dans un canapé moelleux dans lequel la moitié de son corps s’enfonça en essayant de soulever le couvercle de la petite boîte à friandises avec ses ongles rongées à ras. « Dans ce numéro, il déguise son hibou en balais pour participer à la coupe du monde de quidditch ! » expliqua-t-il en riant déjà de la finalité de la blague. Anatole était un héros solitaire à l’apparence tassée comme lui et il n’était pas très compliqué de comprendre pourquoi le quatrième maraudeur s’identifiait si bien au héros. Il fronça les sourcils quand Lily lui parla de Tintin et Lucky Luke car il trouvait leurs noms bien étranges. « Ma foi les moldus ont des noms encore plus bizarres que les elfes de maison » conclut-il en toute innocence avant de pouffer d’un nouveau rire.

Peter baissait de nouveau son visage concentré vers la boîte de fer mais Lily le fit sursauter en pétaradant contre Potter et la boîte lui en sauta des mains ! Dès que les esprits s’échauffaient, et même non contre lui, le blondinet se trouvait toujours bien mal à l’aise car il gérait tout à fait mal les situations de conflits. A vrai dire, Peter avait parlé autant en son nom qu’en celui de son meilleur ami (car il était de notoriété publique qu’il pensait tout comme James) et vécut tout à fait justement les critiques de Lily comme si elles s’adressaient à lui. Il resta néanmoins caché derrière le nom de son ami comme il avait l’habitude de se cacher dans son ombre quand il était présent. « Non mais il ne le pense plus … euh pas. Il ne le pense pas » excusa-t-il son ami d’une voix faible et chevrotante alors qu’il s’excusait en réalité en son nom. Il regarda ailleurs quand Lily se justifia de ne pas être une intellectuelle bêcheuse car pour lui, tous ceux qui accordaient de l’importance aux cours et aux notes, répondaient en réalité parfaitement à cette définition. Sauf Remus parce qu’il employait toujours son savoir dans les bêtises des maraudeurs alors bon, on lui pardonnait de se cultiver. Et puis sans Remus pour l’aider, il n’aurait jamais eu la moyenne en classe non plus. Lily par contre piqua sa curiosité quand elle lui avoua avoir déjà enfreint le règlement de leur école et cela l’amusait tout à fait de réaliser qu’elle n’était finalement pas aussi différente qu’il l’avait toujours pensée des autres élèves de leur maison. Il faillit lui demander si elle avait aussi une cape d’invisibilité mais se retint heureusement à temps et referma aussitôt sa grande bouche qu’il avait ouverte. « Et hum … vous faites quoi comme bêtise avec Mary ? » ne put-il s’empêcher de demander avec curiosité. C’est que Lily et Mary étaient toujours fourrées ensemble alors il se doutait bien qu’elles devaient agir en la matière, comme pour tout le reste, de concert. Si Mary aimait faire des bêtises, peut-être que ça l’impressionnerait qu’elle lui raconte les siennes pensait-il un peu naïvement et rêveur. Son coeur se mit à battre un peu plus fort comme à chaque fois qu’il pensait à la jolie fille aux cheveux châtains de sa maison.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 257
| AVATARS / CRÉDITS : Rachel Hurd-Wood
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Maladresses et papotages dans les rayonnages - Peter [CLOS] Lun 25 Sep - 11:54

La scène semblait un peu surréelle pour qui connaissait les tempéraments des deux gryffondors. A croire que les vacances d’été permettaient des rencontres que l’on ne se laissait guère faire au cours de l’année. Ce n’est pas qu’ils ne s’aimaient pas, juste qu’ils ne se connaissaient pas tant que cela. Au milieu des apparences et des préjugés, on ne laissait guère la place à l’erreur dans le monde des jeunes sorciers. On devenait proche de ses amis et groupe d’amis mais on pouvait passer du temps dans la même maison sans pour autant tant échanger que cela.
Il faut dire que Lily n’avait jamais remarqué cette sensibilité chez Pettigrow. Etait-il toujours comme ça, même à Poudlard ou bien le dissimulait-il pour éviter les moqueries de ses camarades ? Ils étaient à un âge où l’on était guère tendre entre eux et la jeune fille était bien placée pour le savoir avec sa condition de née-moldue.

Il semblait des plus surpris qu’elle ne connaisse pas Anatole le cracmol. S’imaginait-il vraiment que la bibliothèque de l’école disposait de ce genre de numéro ? A vrai dire, elle n’avait pas pour habitude de le croiser au milieu des rayonnages alors cela n’eut guère dû la surprendre. La jolie rouquine écouta bien attentivement la description qu’en faisait Peter et il était vrai que cela donnait bien envie de s’y plonger. Cependant, son esprit acéré tournant toujours à vive allure ne put s’empêcher de tiquer.

- Mais attends Peter… Tu m’as dit que l’intitulé était « Anatole le Cracmol » n’est-ce pas ? Alors comment peut-il faire de la magie comme déguiser son hibou ? Les cracmols sont pourtant bien des personnes naissant dans des familles de sorciers mais n’ayant pas de pouvoirs magiques… Essai-il de faire ses bêtises comme un moldu alors ?
Tout cela la laissait plutôt perplexe à vrai dire.

A l’arrière de la boutique, Lily se sentait plus à l’aise étrangement, loin de cette vieille harpie de libraire. Elle se doutait bien que ce ne devait pas être permis mais au fond, tant que l’on ne se fait pas prendre, était-on vraiment dans l’interdit ? Elle ne put s’empêcher de prendre ombrage lorsque l’innocent Peter lui demanda si c’était la première fois qu’elle bravait les règlements.
A tous les coups c’était Potter qui devait raconter ça ! Et au lieu de prendre sur elle, elle s’écria aussitôt contre lui. Comme souvent avec Potter, il fallait l’avouer. Il utilisait ce qu’il appelait de l’humour pour s’en prendre aux autres, et ça, ça commençait sérieusement à l’agacer. Et pourtant, elle l’avait souvent défendu par le passé, lui ou les autres maraudeurs lorsque certains de ses amis des autres maisons lui faisaient des remarques à ce sujet. Mais bon, elle avait dû finir par se lasser elle-aussi.
Ils pouvaient être gentils-parfois- mais le problème était qu’ils pouvaient vite s’avérer pénible et ce, assez souvent.

Un coup d’œil à son camarade lui fit comprendre qu’il n’était pas des plus à l’aise avec le tournant que prenait la conversation.

- Laisse tomber. C’est juste que…que..qu’il est pénible quand même ! s’exaspéra la jeune fille.

Elle tenta bien de justifier son comportement mais elle sentait déjà qu’ils n’étaient plus tout deux sur la même longueur d’onde. Toutefois, Lily ne put empêcher le rouge de lui monter aux joues alors que Peter lui demandait ce que Mary et elle faisait comme bêtise un air avide sur le visage.

- Eh bien… pas mal de petites choses comme…
Commença Lily avant de se taire soudainement. L’avantage de ne pas se faire prendre évitait les rumeurs inutiles et puis permettait une certaine discrétion. Commencer à ébruiter cela pourrait leur barrer la route à de prochaines sorties, songea-t-elle à toute allure. Et puis, savoir que les maraudeurs risquaient de réentendre toute cette conversation la mit soudain mal à l’aise.
Mais devant l’air de Peter, elle ne put s’empêcher de sourire. Après tout, si elle n’en disait qu’une petite ?

- Il y a eu cette fois où… mais de nouveau elle se tût alors que la porte de la réserve était poussée.

La jeune fille lança un regard paniqué à Peter avant de se laisser tomber au sol, quelques piles de livres tombant sur elle pour mieux la cacher. Elle n’avait pas eu le temps de voir si son compagnon de crime avait pu se cacher aussi. Elle tentait d’oublier la poussière tout autour d’elle qui s’insinuait partout et menaçait de la faire éternuer. Au-dessus d’elle elle entendait la vendeuse acariâtre discuter d’un exemplaire avec une de ces clientes.

Lily sentait sa gorge se nouer, la chatouiller et menaçant de les faire repérer. Pourvu qu’elle s’en aille. Pourvu qu’elle s’en aille. Et vite !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 381
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley | Eledhwen
| SANG : ⊰ Mêlé sur de nombreuses générations.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Subir le doloris
| PATRONUS : Un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Maladresses et papotages dans les rayonnages - Peter [CLOS] Sam 30 Sep - 12:17

Peter se gratta ses cheveux couleur paille en regardant tout à fait curieusement Lily. Il était de notoriété publique que la jeune fille était issue d’une famille moldue. Et elle ne savait pas déguiser un hibou en balais sans magie ? Malgré le fait que le maraudeur ait pris, imitant James et Sirius, les cours d’étude des moldus en option, il n’était pas plus attentif pendant cette classe que pendant une autre et avait une vision tout à fait faussée et très magicocentriste des moldus. « Bah avec du papier mâché et du papier crépon, c’est bien ça que vous utilisez non ? Me dis pas que ta famille a jamais essayé de déguiser leur hibou en balais pour jouer au quidditch ? » lâcha-t-il d’un ton halluciné. Comme de nombreux sorciers, la maison du garçon était située en plein quartier moldu, mais comme il ne sortait jamais le nez de sa chambre et comme il n’avait aucun autre ami que les trois maraudeurs, il ignorait jusqu'à la fonction d'un facteur.

L’une des activités favorites des quatre garçons dans le vent était de faire de mauvaises blagues aux autres élèves de l’école. Il arrivait ainsi que des camarades, même au sein de leur propre maison, s’agacent de leur attitude. Quand ce n’était pas Lily qui tirait sur l’oreille de James, c’était souvent Marlene qui lui reprochait son immaturité. Il faut dire que les maraudeurs avaient autant raillé le sérieux de l’une que l’acné de l’autre fut un temps … James et Sirius étaient le plus souvent l’instigateur de ses mauvaises farces tandis que Remus restait davantage en retrait. Peter se rangeait souvent derrière l’avis de ce dernier pour pointer tous les risques et dangers des missions qui faisaient fantasmer les deux leaders les plus intrépides. Mais comme ils ne finissaient toujours par en faire qu’à leur tête, et comme Pettigrow ne voulait surtout pas rester sur le carreau, il les suivait toujours et finissait à chaque fois par s’amuser de leurs aventures. C’est que, pour la première fois de sa vie, il était dans la position du railleur et non du raillé et cela l’enorgueillissait tout à fait. Il n’était plus tout seul. « James est génial ! » défendit-il son meilleur ami avec des yeux brillants d’admiration quand Lily l’accusa d’être pénible. Il n’était pas sûr que, sans lui, il aurait pu intégrer la populaire petite bande. « Il est brillant, intelligent et talentueux ! » ajouta Peter qui ne manquait jamais de vocabulaire quand il s’agissait de vanter les qualités de Potter. Lui ne voyait pas les défauts qu’il pouvait également avoir car il aurait rêvé d’être comme lui.

Son coeur qui avait frôlé la crise cardiaque quand Lily s’était mise à tempêter contre son meilleur ami n’avait pas décéléré et ce fut un peu essoufflé et rougissant que Peter se pencha pour attraper la boîte en fer qui avait roulé à ses pieds. Le canapé était tellement moelleux qu’il était dur de s’en défaire, il semblait qu’il s’enfonçait un peu dans son assise à chaque mouvement qu’il faisait. Il attrapa enfin la boîte et se rappela inquiet de la sombre légende d’un canapé ensorcelé qui mangeait ses invités. Son coeur fit un nouveau bond et il sauta inquiet sur ses deux pieds. Un frisson d’horreur lui traversa l’échine. Il arrivait souvent au peureux garçon qu’il était d’avoir ce type de réaction étrange aux yeux de tous. Il serra sa boîte de friandises contre lui et s’approcha sensiblement de Lily pour se rassurer tandis qu’elle se creusait ses rousses méninges à la recherche de bêtises anecdotiques qu’elle avait commise avec sa meilleure amie Mary McDonald. L’attention de Peter, qu’il était très rare d’obtenir, était toute accrochée à ses lèvres. Il espérait que ces propos lui délivreraient la clé pour ouvrir le coeur farouche de la plus jolie fille de leur école ! Il pesta une vulgarité sorcière quand la porte de la réserve s’ouvrit à nouveau. Il n’avait cette fois pas eu le temps de se cacher et se retrouva face au regard sévère de la libraire. Oups. « Mais qu’est-ce que … » « Je rangeais la réserve ! » s’exclama-t-il d’un seul coup. Son caractère, parfois plus serpentard que gryffondor, ne manquait jamais de le sortir des plus délicates situations. On raillait si souvent la couardise de Peter qu’on oubliait trop souvent que, malgré les ridicules apparences, il n’existait pas une situation dont il ne finissait pas par se tirer ! « Je rangeais la réserve quand … quand j’ai trouvé cette boîte de bonbons ! Et comme je me souviens que Madame Gradubras - il avança précautionneusement jusqu’à l’embrasure de la porte pour ne pas se casser la figure sur des livres et avait reconnu la cliente encore plus minuscule que lui derrière la libraire - que Madame Gradubras regrettait de ne pas avoir trouvé de patacitrouilles en Chine pendant son dernier voyage, je me suis dit que nous pouvions lui en offrir quelques unes ? ». La mémoire de Peter était une vraie passoire … sauf quand ça concernait les sucreries. Il s’était dit ce jour-là qu’il ne voyagerait jamais en Asie ! « Oh mais quel adorable petit garçon ! Il me rappelle mon Edgar ! » se fendit la cliente d’un soupir ému en lui pinçant ses joues rondes (c’était le truc des vieilles dames ça) tendit que Peter rougissait en espérant que le dit Edgar n’ait pas été son époux ! La vendeuse au pied bot continuait à l’observer d’un œil suspicieux mais comme la cliente reprit bientôt que peu lui importait de retrouver l’édition originale de cette vieille carte qu’elle cherchait et qu’une plus récente lui conviendrait tout à fait, la libraire sembla se trouva soulagée de ne pas devoir fouiller la réserve. Peter commençait à pousser la porte avec un sourire crispé car il espérait que cette situation, potentiellement explosive, prenne fin ici. Son coeur battait encore plus fort que lorsqu’il avait craint que le canapé ne le dévore !


dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 257
| AVATARS / CRÉDITS : Rachel Hurd-Wood
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Maladresses et papotages dans les rayonnages - Peter [CLOS] Mar 24 Oct - 20:23

Lily était assez étonnée que le sorcier connaisse des objets moldus aussi particuliers que le papier crépon. C'était tellement basique que cela semblait étrange dans la bouche d'un sorcier. Mais le fait qu'il lie tout ceci au quidditch était la véritable raison de la bizarrerie. La jeune fille hésitait entre lever les yeux aux ciel et tout simplement rire de sa bétise. Ou candeur suivant comment on voyait les choses. Elle se contenta de sourire un peu, à la mona lisa tout en lui expliquant.

- Non ma famille n'a jamais essayé cela car il n'y a pas de quidditch chez les moldus. Comment veux-tu qu'ils imaginent un sport avec des balais volants sans magie ? Un balai sert à nettoyer voilà tout !
Et puis si j'essayai de convertir ma famille au quidditch, il y a des chances pour que ma soeur nous en fasse une jaunisse !
Répliqua-t-elle avec humour.

Ce pourrait toujours être une idée. Sauf qu'elle savait d'avance qu'elle ne tenterait pas de l'expliquer à Tunie. Il était plus simple de ne pas trop faire de vague si elle voulait avoir la paix. Et après une année à Poudlard, c'est vrai qu'il y avait bien besoin de paix pour la jeune fille.Etre une sorcière n'était pas de tout repos.

- Et puis les familles n'ont pas d'hibou, ce n'est pas un animal domestique commun chez les moldus tu vois, lui expliqua-t-elle encore. C'est un moldu qui amène le courrier aux autres tous les matins. C'est un métier à part entière : le facteur.


Après tout peut-être que ça pourrait aider son camarade à obtenir de meilleures notes en étude de moldus.
S'il s'en souvenait d'ici là ! Il n'était pas toujours des plus attentifs en classe et ce n'est pas grâce à sa bande d'amis qu'il allait l'être d'avantage. Les autres n'avaient pas l'air d'avoir trop de mal mais Peter... bref ce n'était pas ses affaires après tout.

- James est génial !
Lily se retint de rire devant l'air de vénération qu'il abordait à présent pour parler de l'autre crétin à lunettes.

- Mais oui mais oui Potter est fantastique, marmonna Lily plus pour interrompre sa litanie qu'autre chose. Elle était en vacances ! Pas la peine de le mentionner, elle le voyait bien assez le reste de l'année.

Potter ceci, Potter cela. Mouai Potter casse-pied oui ! Moins elle l'avait dans les pattes lui et toute sa bande et mieux elle se portait !

Mais ce dernier était bien le cadet de ses soucis à cette minute car la libraire venait d'interrompre leur tête à tête en poussant la porte de leur cachette. Lily se laissa tomber sous les livres poussiéreux, entendant vaguement la discussion qui avait lieu quelques pages plus haut. La poussière lui chatouillait les narines et s'infiltrait peu à peu dans sa gorge. La rouquine n'osait plus respirer de peur de se trahir. Pourvu que ces deux vieilles chouettes ne tardent pas ! Peter lui, semblait plutôt à l'aise malgré qu'il se soit fait prendre. Elle admirait la façon dont il avait détourné la situation en faisant de la lèche auprès de la cliente. Dès l'instant où la porte se referma sur les deux femmes Lily ne put plus se retenir.

- ATCHA !

Ce qui permit à une nouvelle pile de livres de s'écraser sur elle.

- Aie ! Marmonna la Gryffondor étourdie. Heureusement qu'elles sont parties, je n'aurais pas pu me retenir plus. Soupira la jeune fille.

Elle tenta de se dégager mais sous la montagne d'ouvrages, la tâche n'était pas aisée ! Une super cachette oui c'est sûr mais si c'était pour y rester à vie, alors là elle disait non. Les livres faisaient partie intégrante de sa vie, certes mais elle ne souhaitait pas particulièrement qu'ils soient sa dernière demeure.
Il fallait se résoudre à demander de l'aide.

- Euh Peter ? Tu peux me donner un coup de main s'il te plait ? J'arrive pas à bouger là-dessous
, l'appela-t-elle à l'aide non sans avoir tendu l'oreille pour s'assurer que la vendeuse soit bien parti. Coupée de tout, elle avait un peu peur que son camarade ne puisse même pas l'entendre.

- PETER ??

Elle n'aimait pas spécialement rester dans des endrots clos, sans pouvoir bouger de la sorte. Et sa baguette qui était bien rangée dans sa poche.

- Tu es encore là ? Murmura-t-elle pour elle-même, l'angoisse s'emparant d'elle peu à peu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 381
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley | Eledhwen
| SANG : ⊰ Mêlé sur de nombreuses générations.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Subir le doloris
| PATRONUS : Un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Maladresses et papotages dans les rayonnages - Peter [CLOS] Mer 25 Oct - 11:48

Peter écouta - d’une oreille plus lasse que curieuse - les explications de Lily. Une chose était sûre, c’est que la vie du cracmol de fiction semblait beaucoup plus amusante que la vie de tous les moldus les plus réels. Pas de quidditch ? Pas de hibou ? Juste du papier mâché et du papier crépon alors ? Se disait-il en haussant des sourcils un brin gêné pour leur condition. Il commençait à se dire que la vie de la rouquine réussissait l’exploit d’être encore moins enviable que la sienne. « Ah oui le facteur ! - fit-il de l’air de celui qui savait - C’est aussi celui qui se déguise en père noël pour apporter des cadeaux aux enfants par la cheminée, je me souviens maintenant, on a appris ça en cours d’étude des moldus … ». Lily ne se questionnerait ainsi plus jamais sur la nullité des notes de son camarade en la matière. Le paradoxe était que Peter aimait finalement plutôt bien cette matière comme toutes celles qui ne nécessitaient pas forcément qu’il utilise sa baguette. Les cours où il ne fallait faire que écouter - et où lui ne faisait que méditer ou roupiller - étaient véritablement ses préférés. Et puis le monde des moldus avait à son sens - un sens totalement erroné - quelque chose de simple qu’il aimait bien. Cela lui aurait bien plu d’être facteur se disait-il un peu naïvement car il ignorait bien évidemment l’aspect sportif de cette profession. Il ne s’était pour l’instant pas vraiment interrogé sur le métier qu’il souhaitait exercer plus tard et se disait - encore une fois bien naïvement - qu’il n’aurait qu’à faire comme James. Il vanta bientôt l’attitude de son meilleur ami et Lily l’imita sans qu’il ne décèle l’ironie de son ton. Alors Pettigrow regarda la jeune fille avec un petit sourire malin … Que Evans trouve James fantastique, dites-vous bien que ce serait l’une des premières choses qu’il raconterait à l’intéressé dès qu’ils se seraient retrouvés dans le Poudlard Express. Il avait toujours été inconcevable pour le dernier des maraudeurs qu’on ne porte pas le reste de sa bande, et particulièrement son leader, en adoration.

Fort heureusement pour la jeune fille, la libraire et l’une de ses clientes régulières vinrent les interrompre avant qu’il ne récite une ode à celui de ses amis qu’il admirait le plus. Peter, qui était au moins le plus doué de la bande en matière de léchage de derrières, se sortit tout à fait convenablement (plus que dignement) de l’épineuse situation qui menaçait leur conversation. Malgré tout, il grimaça quand la porte se referma car il avait dû abandonner à Madame Gradubras ses friandises. Il n’avait maintenant plus rien à se mettre sous la dent et son estomac s’en rendit vite compte pour pousser un profond gargouillis de protestation. Il en oublia même Lily dont la fâcheuse position la contraignait à être noyée sous une pile de vieux grimoires poussiéreux. « Lily ? » se réveilla-t-il enfin en se tournant vers la réserve en bordel quand elle fit entendre sa voix - plus aigüe que d’habitude lui semblait-il - mais il ne trouva d’abord aucune mèche de ses cheveux flamboyants pour lui indiquer où elle se trouvait. « LILY ! » paniqua-t-il finalement complètement en se rappelant de l’histoire du canapé qui mangeait les humains et en espérant qu’aucun livre ne soit doué du même pouvoir. Il eut le réflexe de se pencher pour envoyer paître plus loin les livres qu’il avait entre ses jambes à la manière d’un chien qui creuse un terrier mais une pile de livres plus épaisse et mouvante à sa droite lui indiqua bientôt qu’il cherchait sa camarade au mauvais endroit. « JE T’AI TROUVÉE LILY, J’ARRIVE ! » fit-il d’un ton aussi héroïque que s’il l’arrachait à la baguette du récent seigneur des ténèbres qui ne défrayait que trop les dernières chroniques de la gazette. Il retira quelques livres en poursuivant avec son efficace technique de chien fou - enfin pas pour ranger ! - et trouva bientôt la main de Lily sur laquelle il tira de tout son poids conséquent pour l’extirper de là. Et bim, aussi sûrement que cela, il bascula sur son séant. Il était tout rouge et essoufflé mais au moins il avait retrouvé la jeune fille. « Pendant un moment j’ai eu peur qu’un livre ait le pouvoir de te mettre en charpie et qu’on ne te revoie plus jamais ! Tu vas bien ? ». Si Lily avait paniqué, Peter avait réussi l’exploit, d’une drôle de manière, de paniquer encore bien plus vivement qu’elle. Il reprenait encore son souffle la main posée sur son coeur palpitant.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 257
| AVATARS / CRÉDITS : Rachel Hurd-Wood
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Maladresses et papotages dans les rayonnages - Peter [CLOS] Mer 25 Oct - 19:06

Lily ne savait pas trop comment elle s'était retrouvée dans cette salle poussiéreuse des archives de cette librairie oubliée en compagnie de Peter Pettigrow à qui elle expliquait la vie chez les moldus. Cela ressemblait à un mauvais feuilleton télévisé en fait. Mais chose plus étrange, cela ne la dérangeait pas tant que cela. Même mieux, elle passait un bon moment. Il faut dire que vu la tête de ses vacances, ce n'était pas trop dur de relever la barre ! Mais il fallait aussi dire que sans sa bande de potes, Peter était plutôt sympa.
Mais en ce qui concernait les moldus, ce n'était pas tout à fait ça.

Elle releva la tête vers lui avec un sourire lorsqu'il s'exclama qu'il connaissait le terme de facteur. Sourire qui se transforma bien vite en mine consternée en l'entendant le mélanger avec le personnage du Père Noël. Ça n'avait absolument RIEN à voir ! Mais elle n'eut pas vraiment le coeur à le corriger devant ce débordement d'enthousiasme.

- Euh oui c'est à peu près ça, concéda-t-elle pour ne pas l'enfoncer.

Le peu qu'il lui avait parlé de sa mère l'avait assez marqué. La dureté de ses propos envers son fils avait forcément joué dans son manque évident de confiance en lui. Cela devait être horrible de ne pas se sentir comme l'enfant attendu par ses parents. Lily n'avait fort heureusement jamais connu cela mais le fait de cotoyer Severus à la situation familiale assez...spéciale, dirons-nous, lui avait fait prendre conscience de sa chance. C'est vrai que le jour où l'on était venu expliquer à ses parents qu'elle était une sorcière et qu'elle devrait suivre une scolarité à Poudlard, ils avaient été plus qu'encourageants. Totalement ravis ! Et vu la galère que c'était parfois à être une sorcière, mieux valait que ce soit comme ça !

Tout à leur discussion, les deux compères n'avaient pas fait attention aux dangers de l'extérieur-à savoir la vendeuse et sa cliente-qui s'invitèrent sans prévenir. A la surprise de la jeune rouquine c'est Peter qui tâcha de les sortir de cette pénible situation. Enfin sortir...elle était toujours coincé sous une pile de livres. Elle n'avait jamais encore enduré le poids de la connaissance de la sorte. C'était une chose de se péter le dos à porter les livres mais c'était complètement différent que de se taper la moitié d'une bibliothèque sur le crâne.

Coincée sous le poids des pages, Lily ne put s'empêcher de soupirer de soulagement en entendant la voix de Peter.

- JE SUIS LA ! Hurla-t-elle à son tour en essayant de bouger un peu pour l'informer de sa position.

Elle l'entendit de nouveau, se rapprocher d'elle cette fois-ci. Cet échange dans les archives de la librairie prenait tout à coup une tournure des plus épiques entre le chevalier errant libérant la pauvre princesse. Si les princesses se faisaient enlever par un professeur machiavélique et enfermée dans une tour de livres.

Devant son cri héroïque Lily aurait pu crier tout autant “vite avant qu'il ne soit trop tard” ou une autre niaiserie du genre , mais non. La rouquine se souvenait trop bien de l'infâme libraire qui l'avait mise dans cette situation. Elle sentit la surface du dessus s'agiter, libérant peu à peu de l'espace à l'air et à la lumière pour entrer dans sa prison de mots. Enfin c'est le visage tout rouge de son camarade qu'elle vit, et ce dernier qui la tira aussitôt par la main pour la faire sortir de sa retraite.

« Pendant un moment j’ai eu peur qu’un livre ait le pouvoir de te mettre en charpie et qu’on ne te revoie plus jamais ! Tu vas bien ? »

Lily le regarda un peu amusée par sa réaction mais elle ne put s'empêcher de le trouver touchant. Il fallait aussi dire qu'elle avait paniqué là-dessous, s'imaginant déjà morte et enterrée, trahie par ces livres qu'elle avait tant chéride son vivant.

- Peut-être pas en charpi....corrigea-t-elle tout en repoussant cette image de son esprit. Merci Peter, je vais bien oui, mais qui sait ce qu'il serait advenu de moi sans toi, reconnut-elle avec un sourire.

Pour le remercier, finissant de se dégager des quelques livres autour d'elle, elle s'avança vers lui et posa furtivement ses lèvres sur sa joue avant de s'éloigner tout aussi rapidement.

- Bon... je pense qu'il va falloir que j'y aille. Finit-elle par dire après avoir jeté un oeil à sa montre. Elle était supposé retrouver Mary tout de même !



Dernière édition par Lily Evans le Jeu 26 Oct - 16:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 381
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley | Eledhwen
| SANG : ⊰ Mêlé sur de nombreuses générations.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Subir le doloris
| PATRONUS : Un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Maladresses et papotages dans les rayonnages - Peter [CLOS] Jeu 26 Oct - 13:27

Peter n’avait ni le coeur ni l’allure d’un héros, pourtant au contact des maraudeurs et plus particulièrement de son ami James, il entretenait quelque espoir de grandeur. Et cette petite flamme qui vacillait faiblement s’anima d’un seul coup lorsqu’il entendit le cri de détresse de Lily. Puisque l’ennemi qu’elle affrontait était une pile de livres - et que malgré sa peur enfantine des livres mangeurs les risques restaient minces - il mit tout son coeur à l’ouvrage pour la libérer. Il avait toujours su d’une drôle de manière que les livres pouvaient être dangereux - ce qui était autrement vrai dans le monde sorcier - et son petit orgueil se félicitait d’en recevoir aujourd'hui confirmation. Avec un peu de chance, une fois qu’il aurait fait le récit de cette aventure à sa mère, peut-être même qu’elle cesserait de s’entêter à vouloir lui remplir la tête plutôt que le ventre. Il considéra avec joie une Lily Evans saine et sauve, tandis qu’il avait quant à lui toujours les fesses par terre, et pouffa tout à fait de rire en la trouvant aussi secouée que lui par leurs péripéties. L’empathie était une qualité rare mais brillait d’une manière tellement vivace chez la sorcière que même un adolescent aussi penaud que le jeune Pettigrow avait l’impression, lorsqu’il la regardait, d’être compris. Et son coeur se gonfla même de fierté quand elle se montra reconnaissante envers lui. Il était assez rare pour le blondinet, en dehors du cercle des maraudeurs et particulièrement au contact d’une fille qui plus est jolie, de ressentir de pareils sentiments. Mais sa confusion n’était encore rien en comparaison à celle qu’il se mit à ressentir quand la demoiselle en détresse posa sur ses joues rouges et brûlantes la délicate caresse de ses lèvres. « Haaan ! » fit-il sans pouvoir se retenir en plaquant sa main à l’endroit où il avait reçu d’elle une marque d’affection. Sans doute s’agissait-il de son premier baiser (sa mère elle même ne l’avait pas habitué aux marques de tendresse). Il resta sans respirer. Heureux. « Me-me-merci … » bafouilla-t-il aussi stupidement que son ami Quirinus. Il venait d’oublier Mary MacDonald et toutes les autres filles de leur école en un claquement de doigts. Mais la magnifique Lily Evans s’éloignait déjà.

Peter ne répéterait finalement pas à James qu’elle l’avait trouvée fantastique. Il lui raconterait plutôt comment il lui avait sauvé la vie avant de recevoir de sa part un tendre baiser sur la joue. Et plutôt cent fois qu’une permettez-lui ! « Euh oui … oui bien sûr … tu as des choses à faire … je suis bête ... » agréa-t-il sans n’avoir rien perdu ni de sa rougeur ni de son air stupide. Il se frotta l’arrière de la nuque et défaussa son regard à celui vert de la jeune fille pour regarder le capharnaüm qui s’étalait à ses pieds. C’est que lui aussi avait des choses à faire. « On se revoit la semaine prochaine alors, tu sais, pour la rentrée … ». Il ne savait plus vraiment comment il devait la saluer et si le rendez-vous sur le quai 9 3/4 constituerait ou non une sorte de rendez-vous. Il se racla la gorge et la salua d’un signe de main assez fébrile tandis qu’elle s’éloignait et la partie la plus couarde de son âme s’en trouvât tout à fait soulagée. Dès que Lily fut partie, il se précipita en glissant à plusieurs reprises sur les livres qui tapissaient le sol pour plaquer le bout de son nez contre la vitre de la lucarne. Il suivit sa flamboyante chevelure jusque dans la rue et ne la lâcha pas même du regard quand elle fut rejoint par Mary MacDonald qui avait pourtant été, pendant quatre cruelles années, tout l’objet de son affection.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 257
| AVATARS / CRÉDITS : Rachel Hurd-Wood
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Maladresses et papotages dans les rayonnages - Peter [CLOS] Jeu 26 Oct - 21:20

Lily n'avait pas pour habitude de passer du temps avec Peter. Mais au cours de cet après-midi d'été, c'était comme si rien de ce qui se passait à Poudlard ne comptait. Ils s'étaient cachés ensemble de la libraire en furie et avaient échangés comme de bons amis.
Submergée par ses émotions au cours des derniers évenements, elle s'était approché de son camarade pour lui embrasser la joue, naturellement. Ce n'est qu'après que l'information remonta au cerveau et qu'elle se demanda ce qui lui avait pris. D'un naturel spontanée, Lily était plutôt tactile avec ses proches et lorsqu'il s'agissait d'exprimer ses émotions.

La façon dont la regardait Peter en cet instant lui fit monter le rouge aux joues. Merlin, qu'allait-il s'imaginer ? Ça semblait bête à présent mais ça avait été un peu sa manière de le remercier de venir si promptement à son secours. Et maintenant...il se tenait la joue les yeux dans le vague avec un petit bruit étrange sortant de ses lèvres.

- Hum..Peter ? Tout va bien ?

Celui-ci bafouilla quelques remerciements mais la jeune fille les chassa d'un geste de la main. Son été de solitude devait avoir eu raison d'elle. Pourvu que cela reste entre eux. Mais elle ne voyait pas vraiment comment le lui dire sans paraître trop cavalière. Peter, j'ai dû craquer un peu en te voyant si gentil après avoir passé un des pires étés de ma vie seule dans mon bled de moldus. Non, non rien à faire cela ne passait pas du tout !
Regardant l'heure, elle réalisa qu'elle ne s'était que trop attardée et qu'il était temps de filer. Mary allait lui en faire tout un fromage alors que si on remettait les choses dans le contexte, c'était elle qui était en retard !

- Mais nooon tu n'es pas bête, le rassura-t-elle comme elle pouvait.

Il était gentil. Pas très beau et un peu tête en l'air il est vrai mais... Gentil Peter était un garçon gentil ! Toutefois, elle gardait en mémoire ce qu'il lui avait confié sur sa mère et son attitude envers lui. Si elle entendait encore quelqu'un dire qu'il était stupide devant elle, elle tacherait de bien le remettre à sa place.
Et oui elle est comme ça Lilou, il lui suffit d'une rencontre où l'on se parle un peu plus coeur à coeur pour qu'elle change toute son opinion sur une personne. Après il ne faut pas en abuser car si on la trompe elle ne pardonne pas mais alors pas du tout facilement.

- Oui, c'est ça. On se voit le 1er du coup, pour la rentrée.

Lily avait peine à croire qu'il ne restait plus qu'une semaine avant de rentrer à l'école. Cela semblait à la fois proche et dans une mini-éternité de là.

- Je suis désolée mais je dois vraiment y aller. Une amie m'attends, lui dit-elle avec un clin d'oeil avant de passer devant lui et de rejoindre la salle principale de la librairie.

Elle avait remarqué les oeillades appuyées de Peter pour sa meilleure amie Mary. Sans avoir besoin de citer son nom, elle savait qu'il avait compris l'allusion.
Elle sortit en hâte pour retrouver son amie et parcourir ensemble le chemin enchanté.




CLOS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maladresses et papotages dans les rayonnages - Peter [CLOS]

Revenir en haut Aller en bas

Maladresses et papotages dans les rayonnages - Peter [CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» {FLASHBACK}Methi'&Dani ❧ "Tu sais quoi, t'a fais comme dans l'histoire. Peter Pan a voulu rester un enfant et il s'est barré. Ben toi aussi."
» Voyage dans la jungle [CLos]
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Les oubliettes
 :: 
Les mémoires de Pré-au-Lard et de Londres
-