C'est la rentrée sur ATDM, tous à bord du Poudlard Express !
La liste des préfets et des capitaines a été affichée, n'hésitez pas à aller la consulter sur le panneau d'affichage !

Partagez|

Dur dur dur d'être une cracmolle | CARADOC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 88
| AVATARS / CRÉDITS : Willa Holland | applestorm
| SANG : ⊰ Mêlé mais il faut remonter à loin pour trouver la moldue de la famille.


MessageSujet: Dur dur dur d'être une cracmolle | CARADOC Lun 28 Aoû - 10:30

Certains mélanges ne fonctionnent pas dans la vie : un stupéfix et une corne d’éruptif, un assohole et un verre de rhum, un gène irlandais et un gène non sorcier ... la désastreuse soirée de Oona Barbra Graves se trouva être un peu des trois à la fois. Elle s’était pris la tête avec une espèce de hooligan au Bludger Corner - le bar était célèbre pour diffuser en direct les matchs de quidditch nationaux et avait gagné au Royaume-Uni un statut d’institution - et la prise de tête avait vite tourné à la bagarre quand la cracmolle avait vidé sur la tête de son stupide congénère la totalité de son verre de rhum. Ce comportement aurait pu être considéré comme bravache si elle avait été une sorcière mais, la jeune fille étant tristement dépourvue de pouvoir magique, on pouvait dire qu’il était carrément suicidaire. Elle s’était battue bec et ongles avec la fierté et le taux d'alcoolémie de ses origines mais avait été rapidement mise au tapis avant que, un joyeux luron souhaitant se la jouer coopération magique internationale en stupéfixiant son adversaire, vise plutôt du rayon rouge de sa baguette un cocktail à base de corne d’éruptif qui rendit la boisson encore plus détonante qu'elle ne l'était déjà. Une boule de feu avait surgi du verre avant de s'écraser sur le plafond boisé du bar. La cracmolle en avait eu les sourcils cramés et un troisième idiot qui avait souhaité l’aider d’un sortilège lui avait fait repousser ses sourcils maintenant longs de deux mètre vingt - ses poils n’arrêtaient plus de pousser, quelle angoisse ! - et elle avait même fini par se prendre les pieds dedans en se rendant à Sainte-Mangouste. Aussi entendait-elle bien que sa vie de bouse de sombral s'arrête ici !

Il était trois heures du matin passé et Oona se trouvait à l’accueil de l'hôpital dissimulé derrière la devanture Purge & Pionce Ltd. Elle était en train d’expliquer le récit de ses aventures à une hésitante stagiaire. «  … Et c’est comme ça que je suis arrivée ici ! Bon j’vais à quel étage ? » « Euh … premier … ou … ou bien quatrième … euh … attendez ! ». Oona pesta en continuant à entourer ses sourcils qui poussaient encore autour de sa tête comme un turban. C’est que, entre ses brûlures, son nez cassé, ses sourcils déconcertants, la stagiaire ne savait plus où l’envoyer et ne trouva pas meilleure idée que de lui faire remplir un formulaire le temps de réfléchir à une solution brillante qui lui vaudrait une chouette appréciation sur sa convention. « Un formulaire ? » brailla Oona dont la principale affliction avait toujours été la phobie administrative. « Tu me trouves tout de suite une chambre espèce de vieille goule mal baisée ou j’te jure que je m’en vais pronto fumer clope sur clope du côté des nouveaux nés ! ». Elle s’agrippa au comptoir avec ses ongles noircies de suie et se pencha au-dessus pour lancer à la jeunette son air le plus menaçant ... sauf que c’était pas évident d’être expressive avec des sourcils qui ne s’arrêtaient toujours pas de pousser !

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 280
| AVATARS / CRÉDITS : Jamie Bell (ORESTE)
| SANG : Sang-mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père et son frère morts.
| PATRONUS : Un raton-laveur.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Dur dur dur d'être une cracmolle | CARADOC Dim 10 Sep - 16:39

Caradoc referma doucement la porte de la chambre 47, joignit ses mains devant lui et fit craquer ses articulations avec un soupir exténué. Il venait de passer une heure avec un patient inventeur auto-proclamé de sortilèges, qui avait été victime de sa dernière création, une incantation sensée donner aux sorciers de petite taille une chance d'atteindre le mètre soixante-dix... Mais qui était seulement parvenu à réduire son créateur à une hauteur de vingt-sept centimètres. Monsieur Hoffman était arrivé avant-hier, et les Médicomages n'avaient pas encore réussi à lui redonner sa taille d'origine... et avaient beaucoup de mal à garder leur sérieux face à leur patient, ce qui avait pour fâcheux résultat de rendre ce dernier irascible. Il passait sa vie à réclamer la présence des infirmières, empêchant celles-ci de faire leur travail : Caradoc avait donc décidé d'aller le voir lui-même, pour lui signifier qu'il devait arrêter ses caprices. En sortant de sa chambre, au terme d'une joute verbale lors de laquelle Monsieur Hoffman n'était pas parvenu à faire sortir son Médicomage de ses gonds, il ne savait cependant pas bien s'il avait réussi à régler le problème. Il rejoignit en traînant les pieds la salle de repos de son service, mais son collègue Christopher en avait décidé autrement : « Doc, un message vient d'arriver de l'accueil, tu peux aller voir ? Ça a l'air urgent ! » Un gémissement théâtral échappa à Caradoc, qui ne rêvait que d'un café. « C'est bien parce que tu t'es occupé de Madame Raspelter toute la journée ! » le prévint-il en tournant les talons, le doigt tendu vers lui, mais un sourire complice aux lèvres. Descendre à l'accueil, c'était jamais bon signe, et chaque service y allait toujours à reculons. Cela ne signifiait qu'une chose : patient pénible ! Caradoc, une fois les portes de l'ascenseur refermées sur lui, observa son visage dans le miroir et se passa la main sur le visage : il n'avait pas super-mine. Sans doute sa rupture avec Emily n'arrangeait-elle pas les choses. Ce qui était certain, en tous les cas, c'est que les hurlements qu'il entendait dans le hall ne risquaient pas le moins du monde d'arranger quoi que ce soit ! Sur ses gardes, le jeune homme se dirigea vers la source du bruit, et se plaça derrière la stagiaire en charge de l'accueil. « C'est bon Ginevra, je prends la relève, rassura-t-il la jeune fille qui semblait au bord des larmes, bonsoir euh... Madame ? » s'enquit-il en essayant de déterminer le sexe de la créature qui se cachait derrière tous ces sourcils. « Vous êtes dans un hôpital, je vais vous demander de vous calmer et de me suivre, s'il vous plaît. » Il s'était efforcé de garder un ton égal mais ferme, mais luttait difficilement contre le fou rire qui le gagnait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 88
| AVATARS / CRÉDITS : Willa Holland | applestorm
| SANG : ⊰ Mêlé mais il faut remonter à loin pour trouver la moldue de la famille.


MessageSujet: Re: Dur dur dur d'être une cracmolle | CARADOC Sam 16 Sep - 19:35

La stagiaire avait perdu ses moyens en un claquement de doigts et si les sourcils de Oona le lui avaient permis elle aurait levé les yeux au plafond pour mieux souligner son affligeante incompétence. Fort heureusement pour la dite Ginevra, un médicomage - un vrai de vrai en robe verte - vint prendre la relève avant qu’elle ne lui renvoie d’autres mots aussi violents que des cognards en pleine face. Le nouveau venu démarra bien mal leur conversation en l’appelant madame et elle croisa immédiatement les bras pour lui indiquer son attitude fermée (et aussi un peu pour faire un effet push-up sur son ridicule bonnet b parce que bon, elle espérait quand même qu’on leur apprenne à déterminer les sexes au vu de ce type d’indices à l’école supérieure de magie). « Mademoiselle ! - corrigea-t-elle farouchement avec le ton rustre d'une dragonnière - J’ai pas l’âge d’être ta mère d’accord ? ». Quand la cracmolle était de mauvais poil - sans mauvais jeu de mot - elle n’avait guère la réputation d’être un charme. Elle lui emboîta le pas avec la même attitude qu'un enfant insolent qu’on emmène au coin. Il faut dire que, tandis qu’il la rabrouait gentiment sur son ton de jeune fille mal élevé, on n’était pas si loin de la vérité. « Par Merlin ! On est à Sainte Mangouste alors ? Erreur fâcheuse je voulais aller chez le coiffeur pour me colorer mes sourcils en blond vélane ! » fit-elle d’un ton pétri d'ironie. « Mais puisque je suis là … » reprit-elle plus gentiment en farfouillant dans son grand sac à main, celui-là même qui avait appartenu à feu sa sorcière de mère et qui avait été agrandi d’un sortilège d’extension pour lui permettre d’y enfoncer son bras jusqu’à l’épaule. Elle se fichait bien d’être dans un hôpital et avait grand besoin de s’allumer une cigarette. Il lui sembla tandis que ses sourcils continuaient à lui pousser devant les yeux que le médicomage qui l’accompagnait se retenait de rigoler. « Hé l’médicotâche, c’est moi qui te fait marrer ? ». Oona passait son temps à se moquer de tout le monde mais tolérait très mal qu’on puisse se moquer d’elle en retour. Ses doigts remuaient un tas de petites fioles de formes différentes dans son sac à main et elle fut bien tentée de lui balancer une potion d’enflure dessus. Quelle tristesse qu’elle ne l’ait pas trouvée au moment où elle s’était battue avec l’autre fou de hooligan … Elle entra à la suite du grand blond foncé dans un ascenseur et, trouvant ce qu’elle recherchait, entreprit finalement de s’allumer une cigarette pincé entre ses lèvres tandis que les portes se refermaient derrière eux. Son pouce appuyait nerveusement sur la roulette du briquet et elle avait du mal, comme tout autre objet en provenance du monde moldu, à l’utiliser correctement. Une flamme jaillit enfin après les étincelles et elle put se remplir les poumons de fumée. C’est qu’elle se disait qu’elle avait bien mérité cette cigarette après toutes ses aventures nocturnes !

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dur dur dur d'être une cracmolle | CARADOC

Revenir en haut Aller en bas

Dur dur dur d'être une cracmolle | CARADOC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [coupable] [P.I] Caradoc (11/04/1457)
» Caradoc Dearborn - Aîné de la famille Dearborn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Balade à Londres :: 
L'hôpital Ste Mangouste
-