C'est la rentrée sur ATDM, tous à bord du Poudlard Express !
La liste des préfets et des capitaines a été affichée, n'hésitez pas à aller la consulter sur le panneau d'affichage !

Partagez|

De l'art de saluer les sangs de bourbe | ALEXANDRE, PROSERPINE, THEO + LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 291
| AVATARS / CRÉDITS : Iwan Rheon | killer from gainsboro
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Cassandra Rosier
| PATRONUS : Une Orque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: De l'art de saluer les sangs de bourbe | ALEXANDRE, PROSERPINE, THEO + LIBRE Ven 1 Sep - 13:51

Après les vacances d’été porteuses de nombreuses curiosités qu’il avait partagé avec ses camarades en Transylvanie, cette rentrée au château avait pour Rosier une saveur différente des autres années. Cette septième année qui couronnait toute sa scolarité et qui aurait dû être synonyme de liberté n’était jusque là qu’une malheureuse suite de frustrations. Les cours qui leur étaient enseignés n’étaient qu’un carcan étouffant. Les affres de la jalousie - que faisait Cassiopeia de l’autre côté des murs avec Achilles et Aurélius ? - rendaient ses manoeuvres de séduction avec les filles de l’école aussi agressives que inefficaces. Ce dont il avait besoin, c’était de se défouler. Et puisque les entraînements de quidditch n’avaient pas encore repris, une autre idée lui vint en apercevant Theo Wadge si dangereusement près de sa cousine Proserpine lors du banquet qui ouvrait la rentrée. Le blaireau croyait-il qu’on pouvait rire impunément de sa personne ? Il n’avait pas fait un prêt chez Gringotts par Merlin ! Avec Avery, Mulciber et Wilkes, ils avaient tôt fait de coincer le nouveau préfet de leur maison - plus risible encore que le précédent si cela était bien possible - pour lui rappeler que son badge n’incarnait aucune autorité au sein de leur maison.

L’heure du couvre-feu n’était pas encore dépassée mais le soleil était déjà couché ce soir-là quand la cruelle bande croisa (de manière si opportune qu’elle ne laissait planer aucun hasard sur sa cause) Theo Wadge pareil à un blaireau égaré dans les couloirs du château. Le sourire doucereux affiché par Evan ne présageait rien de bon. Pourtant, plutôt que de filer un coup d’épaule bien placé à Theo qui avançait vers lui, il se décala poliment pour le laisser passer afin de mieux se retourner. Les autres serpentards ne le laissèrent par contre pas passer leur second filet et il se trouva cerné de part et d’autre par eux. Alexandre faisait directement face au blaireau et Evan commençait déjà à s’ennuyer de ce spectacle affligeant de regards tandis que la violence du plan qu’il avait fomenté tardait à s’exécuter. Il poussa un soupir embêté comme un enfant frustré devant une boîte à surprise qui ne s’enclenche pas. « T’as besoin qu’on te rappelle comment on salue les sang de bourbe, Rozen ? » cracha-t-il avec haine. Il n’avait pas oublié la traître présence du garçon chez son oncle pendant les vacances d’été et toute cette mascarade n’était rien d’autre que le début d’une longue année d’agonie avant qu’il ne dénonce son imposture de sang pur pour mieux voir ses amis l’achever. Il haussa les sourcils et sortit enfin sa baguette nullement ennuyé par l’idée de rappeler au préfet que la souffrance était plus supportable quand on l’imposait que lorsqu’on la subissait.

dragées:
 


Dernière édition par Evan Rosier le Lun 18 Sep - 18:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 601
| AVATARS / CRÉDITS : L. Lerman (par ultraviolences)
| SANG : C'est une question rhétorique, rassure-moi ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même enterré vivant.
| PATRONUS : Un vautour.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: De l'art de saluer les sangs de bourbe | ALEXANDRE, PROSERPINE, THEO + LIBRE Ven 1 Sep - 15:04

La lueur des torches accrochées au mur du couloir se reflète sur les visages malveillants des Serpentard qui font cercle autour du pauvre Theodore Wadge, donnant à cette soirée une ambiance des plus infernales. Rosier a été clair, ce soir Avery doit se contenter d'être un simple observateur et, aussi déçu qu'il ait pu l'être au départ, il a finalement bien compris que le but de la manoeuvre est d'humilier Rozen, et ça c'est encore plus jouissif que d'avoir à frapper soi-même. Et puis... suite à ce qui s'est passé cet été en Transylvanie, Thomas est presque ravi d'être en retrait, cette fois-ci. Même s'il ne l'avouera jamais, évidemment.
L'étau se resserre autour du Poufsouffle et Thomas ricane lorsqu'Evan rappelle à Alexandre ce qu'il attend de lui. C'était certain qu'il ne se laisserait pas faire aussi facilement mais le Serpentard a assez foi en Evan pour savoir que celui-ci parvient toujours à ses fins. Ce n'est qu'une question de temps avant que Rozen ne lance le premier coup et, d'ici là, Avery prend soin de bien garder la main sur sa baguette au cas où il se défilerait. Consigne du boss.

______________________________
thomas perseus avery
TU ME CROIS LA MARÉE ET JE SUIS LE DÉLUGE.
Welcome to your life, there's no turning back, even while we sleep, we will find you. There's a room where the light won't find you, holding hands while the walls come tumbling down, when they do, I'll be right behind you...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Adrien Sahores (made by applestorm)
| SANG : Né-moldu


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, raide mort
| PATRONUS : Inconnu
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: De l'art de saluer les sangs de bourbe | ALEXANDRE, PROSERPINE, THEO + LIBRE Dim 3 Sep - 20:58

Je suis en chemin pour me rendre à mon club de courses de rats quand je croise Rosier et sa bande dans un couloir. Discrètement, je jette un coup d'oeil par-dessus mon épaule et remarque que je suis carrément tout seul. Ok, on est d'accord que ça craint un max pour ma pomme, là, hein ? Surtout après le coup que j'ai fait à ce cher petit Evan, lui prendre son or sans en respecter le deal. Ouais, c'était un coup bas, je le confesse, mais ce qu'il me demandait était tellement absurde que j'ai pas résisté. Vais-je en payer les fioles cassées, ce soir ?
Je regarde droit devant moi, l'air impassible même si je peux pas m'empêcher de sourire un peu quand même. Je retiens mon souffle quand Rosier me contourne en pensant que c'est bon, je suis tranquille, sauf qu'en fait, pas du tout. Ces cons-là se mettent à m'encercler et je me retrouve pris au piège comme un bleu. Bordel, c'était sûr, c'était même prévu d'avance, qu'auraient-ils fait dans ce couloir si c'était pas pour me tomber dessus, hein ? le big boss s'adresse à Rozen qui me fait face et je le regarde avec un sourire suffisant, en haussant les sourcils à plusieurs reprises, genre alors quoi, qu'est-ce que tu vas faire ? pour bien lui montrer qu'il ne me fait pas peur. Ok, on s'est roulés une pelle, lui et moi. Ok, on s'entendait plutôt bien sur le moment. Mais quand un connard te fout une pression sociale de ouf sur les épaules... Bien sûr qu'il va m'en foutre une, mais je suis prêt à riposter. Puis je me retourne vers celui qui dirige les opérations. « C'est ton fric que tu veux, Rosier ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 709
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Faites genre qu'il est pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: De l'art de saluer les sangs de bourbe | ALEXANDRE, PROSERPINE, THEO + LIBRE Dim 3 Sep - 21:38

Je voulais juste aller à la bibliothèque moi ! Mais ça, c'était avant qu'on me chope par le bras et qu'on m'ordonne de venir ici. Ils ne m'ont pas vraiment donné le choix, ce n'est pas faute de m'être débattu et je ne l'ai pas cherché. J'ai passé toute ma journée à les éviter. Pendant les repas, je restais le plus possible dans ma bulle avec Njal. Je restais confiné dans mon dortoir pour travailler. C'est quand je sors de la salle commune pour aller à la bibliothèque pour rendre un livre avant le couvre-feu que Rosier me saisit le bras. Sur le coup, je ne comprenais pas. Je ne pouvais rien faire d'autre que de le suivre, lui et ses potes (comprenant ce cher et tendre Avery que je fuis comme la dragoncelle depuis la rentrée).
Et me voilà. Encerclé par les Serpentards, face à Wadge. Je pense savoir ce qu'ils attendent de moi: que j'attaque le Poufsouffle. Ils ne sont pas sérieux ? Pourquoi ils ne le font pas eux ? Je ne veux pas le faire ! Je les regarde tous, en fronçant les sourcils. Après quelques secondes, je prends l'initiative de sortir ma baguette, sans oser regarder Wadge. Mais Rosier me rappelle à l'ordre, je tourne brusquement ma tête vers lui.
« Non ! Hors de question. »
Le regard de mon interlocuteur est rempli de haine. Je le revois à deux doigts de m'étrangler dans le bureau de Mr. Carrow. Je retourne mon regard vers Wadge qui affiche un sourire suffisant. Punaise quoi ! On est dans la même merde ! Ne me regarde pas comme ça ! Tout ces regards pèsent sur moi. Je ne peux pas le frapper. Ma respiration s'intensifie.
« Je ne peux pas le frapper. » dis-je avec une force peu convaincante. « Laissez moi tranquille. S'il vous plait. »
Mon coeur s'affole. Ils ont tous leurs baguettes à la main. Les attaquer serait de la folie. Je suis cerné. Je tremble. Je ne veux pas faire ça. D'après ce que je comprends, ce serait un affaire de fric. Mais par Merlin ! En quoi ça me concerne ? Rosier veut juste que je fasse le sale boulot à sa place.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 291
| AVATARS / CRÉDITS : Iwan Rheon | killer from gainsboro
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Cassandra Rosier
| PATRONUS : Une Orque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: De l'art de saluer les sangs de bourbe | ALEXANDRE, PROSERPINE, THEO + LIBRE Lun 18 Sep - 19:16

La baguette en bois de bouleau pointa Alexandre sans faiblir et Evan plissa ses yeux en se délectant de la peur dont transpirait sa proie. Depuis qu’ils avaient été initiés aux sortilèges impardonnables par les mangemorts, l’adolescent désirait ardemment renouveler l’expérience. Si le doloris ne l’inspirait pas lorsque la victime désignée était une araignée, il ne doutait pas que le résultat escompté se réalise sur des impurs ou des sang de bourbe aussi irascibles que les deux garçons présentement menacés. Elle fendit l’air dans un souffle pour pointer le front de Wadge dès qu’il s’adressa à lui. Evan n’avait jamais ôté la vie à un être dit ‘humain’ contrairement à son camarade Avery. Et si une partie de lui avait été soulagée que son cadet achève le sale boulot, une autre partie de lui le jalousait. Il avait toujours aimé être le centre d’attention des mises en scènes les plus menaçantes. Malgré tout, le château des Travers offrait un meilleur théâtre que celui de Poudlard. Le protectorat qui régnait ici - davantage inspiré par le puissant directeur de l’école que par le ministère - retenait sa main de commettre une irréparable bêtise. Si son regard d’acier ne cillait pas et montrait toute sa froide détermination, il finit malgré tout par ranger sa baguette dans sa poche avec un sincère soupir mélancolique. Comme il avait hâte de quitter ces couloirs. « Non merci Wadge. L’agent n’a peut-être pas d’odeur mais celui qui l’a touché si - les sang de bourbe étaient des animaux répugnants ! - Et puis je suis sûr que le freak show vaudra son prix dès que Rozen aura fini de s’apitoyer sur son sort pour soulager la conscience qu’il s’invente ! » conclut-il avec un sourire de nouveau amusé. En effet, le fils d’auror était en train de larmoyer et de pousser son ton le plus plaintif et cela arracha un rire sincère au septième année. Alors c’était tout ce qu’il avait tiré de son éducation ? On comprenait pourquoi il n’avait pas été envoyé chez les bouffondors comme le reste de sa famille celui-là. Evan qui avait toujours été dans la cape de l’agresseur et non de la victime ne se rendait pas réellement compte de l’effet de ses tourmentes chez ceux qui les subissaient. Il sortit précautionneusement d’une poche intérieure de sa cape un morceau de papier froissé portant l’écriture manuscrite du préfet et l’agita dans l’air en le pinçant à peine du bout des doigts comme s’il avait s’agit d’un mouchoir sale. « On refuse de frapper sa petite copine ? ». Rosier ne doutait pas qu’Alexandre ait reconnu une intéressante page de son journal intime. Evan avait remarqué le jeune adolescent bien plus concentré sur le remplissage de ce morceau de parchemin qu’aucun devoir ne le nécessitait - même une rédaction de métamorphoses pour McGonagall - alors forcément il n’avait pu s’empêcher de récupérer le dit échantillon chiffonné. La poubelle s’était transformée en écrin et le brouillon en diamant quand il en avait lu le contenu avec le reste de ses camarades. Alexandre y confessait avoir embrassé le Poufsouffle ! Il ne put s’empêcher de s’esclaffer une nouvelle fois de leur risible relation. « Quirrell bé-bé-bégayait trop ? » se moqua-t-il encore. C’est que Thomas avait récemment décelé les rendez-vous nocturnes des deux garçons. « J’ai bien envie d’épingler ce parchemin sur le panneau d’affichage, c'est de l'ordre de la salubrité publique ! - déclama-t-il avec une sincère excitation - A moins que - il désigna Wadge d’un coup de tête - tu nous prouves que c’est toi l’homme, si tu vois ce que je veux dire ? Mais je t’en prie, tu peux le faire en gardant ton pantalon en place hein ! » l’encouragea-t-il en finissant de rire. « Rozen ! Rozen ! Rozen ! » commença-il à l’encourager en tapant dans ses mains.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 601
| AVATARS / CRÉDITS : L. Lerman (par ultraviolences)
| SANG : C'est une question rhétorique, rassure-moi ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même enterré vivant.
| PATRONUS : Un vautour.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: De l'art de saluer les sangs de bourbe | ALEXANDRE, PROSERPINE, THEO + LIBRE Mar 19 Sep - 9:58

Avery sourit, l'oeil mauvais, quand Rosier sort de la poche de sa cape la petite page de journal intime qui fut la cause de l'un des plus gros fous rires de la bande de serpents. Après ça, durant des jours, ils s'amusèrent à imiter Rozen à la moindre occasion, prenant des voix fluettes et des intonations romantiques « Oh, Wadge m'a embrassé, mon coeur s'emballe, j'ai l'impression d'avoir des billiwigs dans l'estomac ! », ou d'utiliser le nom du sorcier comme insulte lorsque quelqu'un était trop sentimental. « Wilkes, si tu parles encore une fois du beau petit cul de McKinnon, je t'appelle Rozen jusqu'à la fin de la journée. » Mais bien sûr, jamais devant le principal intéressé car ils savaient que ce petit bout de parchemin leur serait utile en temps voulu.
Thomas ricane aux pitreries d'Evan qui l'amusent énormément et tandis que tous se mettent à scander le nom de Rozen en rythme, le futur mangemort s'avance et vient enfoncer sa baguette sans retenue dans le dos de l'allemand. « Allez Rozen, fais-le » lui susurre-t-il à l'oreille, « fais-le, frappe... Frappe !! » Plus une once de sourire sur son visage lorsqu'il crache ce dernier mot, il est redevenu celui qui a froidement assassiné le moldu en Transylvanie.

______________________________
thomas perseus avery
TU ME CROIS LA MARÉE ET JE SUIS LE DÉLUGE.
Welcome to your life, there's no turning back, even while we sleep, we will find you. There's a room where the light won't find you, holding hands while the walls come tumbling down, when they do, I'll be right behind you...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Adrien Sahores (made by applestorm)
| SANG : Né-moldu


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, raide mort
| PATRONUS : Inconnu
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: De l'art de saluer les sangs de bourbe | ALEXANDRE, PROSERPINE, THEO + LIBRE Mar 19 Sep - 10:14

J'inspire profondément et je ne souris plus du tout lorsque Rosier brandit devant nous un morceau de parchemin, probablement arrachée d'un journal, en m'appelant la petite copine d'Alex. Bordel, me dites pas que ce mec a été assez con pour écrire ça dans un foutu journal qu'il aurait ensuite planqué dans un dortoir rempli de Serpentard racistes et homophobes ? Please, rassurez-moi, il aurait pas fait ça ! C'est ce que je me dis sur le moment sans savoir qu'il a fait bien pire en balançant cette page de journal dans une des poubelles de sa salle commune. Ok, quoi de plus normal.
Je fixe Alexandre, le regard noir, le visage dur, ignorant les autres autour et surtout Rosier pour m'éviter de lui sauter à la gorge à ce sale petit fumier prétentieux qui fait son show entouré de ses sbires sans cervelle. Don't feed the troll, c'était ce qui était écrit sur un panneau devant l'une des cages du zoomagique de Londres enfermant un troll des cavernes. Don't feed the troll, putain Rosier, c'est toi le foutu troll, je ne te ferai pas le plaisir de répondre à tes provoc'. Alors je me contente de regarder Alex et après un long soupir, je lui fais un signe de tête, résigné, genre allez vas-y, frappe, c'est bon. De toute façon, il devra y passer alors qu'il arrache vite le sparadrap au lieu de prendre son temps. Ça fera mal sur le coup puis ça sera terminé. Allez Rozen, obéis à ton chef.
Sur le moment, je prends les prémices d'une douleur que je ressens dans la poitrine comme une manifestation de la colère, de la haine que je ressens pour ces fils de goule, alors qu'en fait, c'est juste mon coeur qui fait des siennes. Je ne réagis pas, je ne pense même pas à prendre mes médocs qui restent bien au chaud dans la poche de mon jeans. Tout ce que j'ai en tête, là, maintenant, c'est cette scène absurde qui se déroule devant moi, cette scène dans laquelle je vais probablement finir bien amoché, à n'en pas douter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 709
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Faites genre qu'il est pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: De l'art de saluer les sangs de bourbe | ALEXANDRE, PROSERPINE, THEO + LIBRE Sam 23 Sep - 23:37

Seul contre tous. C'est comme cela que je me sens en cet instant précis. La moquerie de Rosier concernant ma conscience me passe carrément par dessus la tête. Il peut penser ce qu'il veut par rapport à cela. La seule chose que je veux, ardemment, c'est que cette mascarade cesse. Mes yeux n'arrêtent pas de regarder partout autour de moi, à la recherche d'un échappatoire. Il n'y en a pas.
Je tarde trop à m'exécuter au goût de Rosier, il sort de sa cape un bout de papier froissé. Instantanément, je reconnais ce qui jadis, était dans mon journal. Je me sens pâlir à vue d'oeil.
« On refuse de frapper sa petite copine ? »
Non non non non non NON NON NON NEIN NEIN NEIN ! Scheisse, où il a trouvé ça ? Mon coeur s'emballe. Je tremble, dans mon esprit, c'est la panique. J'entends à peine les moqueries mauvaises de Rosier et Avery. Le premier évoque Quirinus. Tandis que le deuxième fait une mauvaise et peu fidèle caricature de moi. Je n'ose même pas tourner mon regard vers Wadge, j'ai les yeux rivés au sol. Je devine le sien lourd de reproche.
« J’ai bien envie d’épingler ce parchemin sur le panneau d’affichage, c'est de l'ordre de la salubrité publique ! »
Je serre les poings. Il me fait chanter. Si je ne fais pas ce qu'il dit, non seulement tout le monde lira les lignes écrites sur ce bout de papier mais en plus, tout le monde saura que j'aie menti sur la nature de mon sang. Je ne veux pas frapper Wadge. J'ose un regard vers ce dernier alors que les Serpentards répètent mon nom dans l'attente de mon exécution, comme si j'étais une bête de foire. Les secondes me semblent durer des heures. Je continue de regarder le poufsouffle quand je sens Avery s'approcher de moi. Je sens sa baguette dans le creux de mon dos, prêt à s'en servir si besoin. Il m'ordonne sombrement à l'oreille de frapper le né-moldu. Son ton de voix me glace le sang.
Le regard de la victime m'intime de le frapper. Mes membres refusent de m'obéir dans un premier temps. Puis, résilié mais peu confiant, je m'approche de lui, lui lançant un regard désolé avant de lui donner un premier coup de poing dans la mâchoire. Je m'assure de ne pas trop être brutal, de ne pas y mettre toute ma force, dans un but de minimiser les dégâts pour la victime. Je réitère le geste plusieurs fois sous les "encouragements" de mes biens viles camarades de maison. Un spectacle que je devine décevant pour eux.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 291
| AVATARS / CRÉDITS : Iwan Rheon | killer from gainsboro
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Cassandra Rosier
| PATRONUS : Une Orque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: De l'art de saluer les sangs de bourbe | ALEXANDRE, PROSERPINE, THEO + LIBRE Jeu 28 Sep - 22:19

L’étau se resserrait autour des deux impurs et chaque élève composant le cercle de rampants y allait de son incitation à la violence et à la haine. C’est que aucun des deux comparses n’était particulièrement apprécié au sein de la grande famille de Salazar. Tandis que la baguette de Thomas menaçait le dos d’Alexandre, les doigts impatients de Rosier commençaient également à se resserrer autour de la sienne. Il fallait savoir s’adapter aux circonstances. Puis, contre toute attente, le poing d’Alexandre jaillit pour s’écraser sur la mâchoire serrée et résignée du Poufsouffle. Des cris ébahis et excités se mêlaient aux rires dans l’heureuse mêlée. D’autres coups suivirent un peu mollassons du bras et l’engouement retomba vite pour faire de nouveau place aux incitations. Evan qui avait été l’un des premiers à s’enthousiasmer du coup de poing - dont on disait qu'il avait un jour mis à terre pas moins que Powell le batteur ! - ne se trouvait lui-même qu’à demi-satisfait. Le problème d’Alexandre lui semblait être, en plus de ceux qu'il lui créait sciemment bien évidemment, que le garçon n’allait jamais au bout des choses. Dans un monde manichéen où n’existait entre les tranchées ennemies qu’un no man’s land ce comportement était un magnifique suicide. Avec son comportement de sombre imbécile, il était juste bon à se fâcher avec son ‘ami’ tout en voyant malgré tout son secret éventé. « T’as besoin qu’il t’y invite comme quand il a voulu que tu lui fourres ta langue ? Sérieusement Alexandre, FRAPPE ! - s’exclama un Rosier plus enorgueilli et, en conséquence, plus menaçant également - Je suis sûr que t’y mettais plus de vigueur quand tu te paluchais dans la baignoire des préfets en écrivant ces lignes ! Attrape ta condamnation Wadge, t’as qu’à lécher ! » rit-il encore en lâchant entre eux le parchemin dont il ne s’était de toute façon pas privé de faire une copie. « Le jeu ne s’arrête pas tant que tu ne le mets pas à terre comme le chien qu’il est ! ! » le menaça-t-il d’une voix grave qui ne tolérait aucune demi-mesure. « Diffindo ! » fit-il en levant la baguette vers Wadge pour laisser une marque écarlate sur sa joue. Il voulait voir son sale sang couler et, si les coups manquaient de force et de vigueur, il avait quelques idées pour y remédier. Son coeur exalté par toute cette violence battait plus fort. Il ne voulait pas que la bagarre cesse. Il ne serait pas heureux tant qu’il ne verrait pas le corps de cet animal issu d’une union moldue se tordre de douleur sur le plancher de leur école. Il avait vu un moldu se rouler de peur dans son urine et il ne jugeait pas le spectacle qui leur était présentement offert à la hauteur de ce dernier. Leur directeur était un vieux fou qui désirait déshonorer les lignées sorcières les plus illustres en invitant une sous-espèce à s'éduquer parmi eux ? Il en verrait les conséquences, le monde magique dans son entièreté devait l’apprendre, l’ère du seigneur des ténèbres approchait et aucun endroit ne serait plus jamais sûr pour les sorciers dont le sang était souillé. Jouer à ce cruel jeu à la barbe du puissant Albus Dumbledore était aussi inquiétant que grisant ...

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Adrien Sahores (made by applestorm)
| SANG : Né-moldu


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, raide mort
| PATRONUS : Inconnu
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: De l'art de saluer les sangs de bourbe | ALEXANDRE, PROSERPINE, THEO + LIBRE Mar 17 Oct - 10:03

Et VLAN ! Le premier coup part et son poing s'écrase contre ma mâchoire. La douleur féroce se répand dans tout mon corps et je titube en arrière. Il l'a fait. Ce fumier l'a fait, sous les rires et les encouragements de sa bande de potes ! J'ai pas le temps de retrouver mon équilibre qu'il frappe de nouveau, me prenant par surprise. Tremblant de rage, j'essaye d'extirper ma baguette magique de la poche intérieure de ma cape et je tâtonne à l'aveugle sans la trouver. J'ai à peine le temps de voir Avery l'exhiber comme un trophée qu'à nouveau le poing d'Alex me cogne en plein visage. Je pousse un grognement bestial et lui rend son coup en y mettant toute ma force. J'espère bien lui avoir pété le nez, au moins ! Je m'apprête à frapper encore lorsque je sens une vive douleur sur ma joue. Je plaque ma main à l'endroit où ça me fait mal et je devine du sang sous mes doigts. La baguette de Rosier rivée vers moi, je comprends vite ce qui vient de se passer et je pousse Rozen pour me jeter sur son boss quand je sens qu'on tire sur ma cape pour me faire reculer. Le tissu m'étrangle et je manque de tomber en arrière, les deux mains agrippées à mon col pour stopper la pression qui m'empêche de respirer.
J'ai des fourmillements dans le bout des doigts et ma vue commence à se troubler. Ce sont là les signes précurseurs d'une putain de crise, je le comprends maintenant et, gardant toujours une main à mon cou, j'enfourne l'autre dans ma poche à la recherche de mes médocs. Si je ne les prends pas maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 601
| AVATARS / CRÉDITS : L. Lerman (par ultraviolences)
| SANG : C'est une question rhétorique, rassure-moi ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même enterré vivant.
| PATRONUS : Un vautour.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: De l'art de saluer les sangs de bourbe | ALEXANDRE, PROSERPINE, THEO + LIBRE Mar 17 Oct - 10:21

Rozen frappe enfin et le couloir se transforme aussitôt en ring de boxe. Les coups pleuvent, les acclamations, les rires aussi et dans ce brouhaha, Thomas en profite pour pointer sa baguette magique vers Wadge et, d'un accio, lui subtiliser son arme qui s'échappe de la poche intérieure de sa cape pour venir se glisser entre les doigts du Serpentard qui affiche un sourire goguenard en la levant bien en évidence à la vue du blaireau. « C'est ça que tu cherches, Wadge ? » lui demande-t-il, sans se départir de son sourire mauvais.
Les choses prennent une sale tournure pour le Poufsouffle qui, pour se défendre, frappe Rozen en retour. Le futur mangemort explose de rire à la vue du Serpentard accusant le coup. Le spectacle est trop jouissif et sûr que Tom serait incapable de dire qui il préfère voir tomber sous les coups entre les deux adversaires. S'il ne se retenait pas, il serait même capable d'aller dans la mêlée pour les cogner tous les deux afin de ressentir de nouveau ce qu'il a pu ressentir dans le petit salon du manoir Travers, en Transylvanie... Aussi effrayante soit cette sensation, le cinquième année donnerait tout pour la revivre rien qu'une fois.
Le blaireau tente de s'en prendre à Rosier et l'un des Serpentard derrière lui le retient par la cape, l'étranglant presque. Thomas s'avance vers Rozen et le pousse brutalement dans le dos pour le réintégrer au combat. « Allez, retournes-y, Alex. Frappe-le, fous-le à terre ! Qu'est-ce que t'attends, hein ? Dépêche-toi ou c'est toi qui prendras. »

______________________________
thomas perseus avery
TU ME CROIS LA MARÉE ET JE SUIS LE DÉLUGE.
Welcome to your life, there's no turning back, even while we sleep, we will find you. There's a room where the light won't find you, holding hands while the walls come tumbling down, when they do, I'll be right behind you...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 709
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Faites genre qu'il est pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: De l'art de saluer les sangs de bourbe | ALEXANDRE, PROSERPINE, THEO + LIBRE Mer 18 Oct - 21:46

Comment j'en suis arrivé là ?
Je martèle de coup de poing la victime qui est maintenant devenu ma victime. Mais bien vite, je ressens une très vive douleur au nez. Le con ! « SCHEISSE ! » Je titube en me tenant le nez et en gémissant -Tu fais pitié.- C'est bon, je sais ! Je ne tarde pas à avoir un goût métallique sur les lèvres. Il a un bon revers l'embousé ! Je le regarde se faire retenir par la cape par Avery alors qu'il essaye d'aller frapper Rosier. De nouveau, ce premier m'ordonne de frapper Theo en me menaçant et en me poussant. Je ne sais pas si c'est l'adrénaline ou la colère, mais je n'hésite pas plus d'une seconde, oubliant la douleur dans mon nez. Un nouveau coup poing sur la mâchoire. Dans le cou. Un coup de pied sur le tibias. Un balayette. Il tombe à terre.
J'y mets toutes mes forces comme si j'extériorisais ma rage comme si Theo Wadge était responsable de toutes mes erreurs. Est-ce la pression causée par l'effet de groupe ou parce que je suis contrarié qu'il m'ait frappé ? Comme si j'espérais que j'allais pouvoir m'en sortir ou le frapper sans recevoir des coups en retour. Je le sens trembler, cela ne m'arrête pas. Je lui donne plusieurs coups de pied sur les côtes, dans l'estomac, je les enchaîne. Entre temps, j'essuie le sang qui coule de mon nez. Mon coeur bat tellement vite dans ma poitrine, j'ai l'impression qu'elle va exploser. Je me découvre entrain de faire une chose dont je me pensais il y a encore deux minutes incapable de faire. J'ai l'impression de devenir un monstre. Et vous savez quoi ? Je continue quand même, poussé par les cris des Serpentards. J'ai presque envie de lui cracher dessus.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 291
| AVATARS / CRÉDITS : Iwan Rheon | killer from gainsboro
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Cassandra Rosier
| PATRONUS : Une Orque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: De l'art de saluer les sangs de bourbe | ALEXANDRE, PROSERPINE, THEO + LIBRE Mer 8 Nov - 13:39

Le combat qui n’avait commencé que d’une manière trop molle et tiède au goût de son initiateur prit un nouveau tour lorsque le blaireau acculé rendit un coup à son agresseur. « Oh ! » s’exclama un Evan finalement diverti avant d’éclater de rire avec le reste de ses camarades. C’est qu’il y avait de véritables moments d’anthologies. Entre l’air potache de l’idiot de Poufsouffle qui découvre que Avery lui a volé sa baguette et son étranglement dans le col de sa cape, Evan s’amusait comme un petit fou. Mais son regard brillait surtout d’une rage malsaine lorsqu’il se portait sur Alexandre Rozen. S’il n’avait pas été dans la confidence de son sang inférieur, sans doute aurait-il admis l’avoir sous-estimé pendant les cinq dernières années. L’adolescent contenait en lui une telle rage. Il serra la mâchoire en se trouvant gêné de trouver à ce tel déchaînement de violence un écho dans son âme. La haine, la plus cruelle des haines, était aussi séduisante que repoussante lui semblait-il. Wadge était à terre, contorsionné de douleur sous les coups maintenant devenus saccadés que leur camarade lui faisait payer. Un nouveau silence s’était fait et donnait à la résonance des coups froids et des souffles chauds une nouvelle horreur. Evan pencha la tête sur le côté avec curiosité pour observer le sang de bourbe dont la pathétique posture lui rappelait celle du moldu roumain disparu. Il avait retrouvé la place qui était la sienne. Bien. Ce ne fut que alors qu’il remarqua un réceptacle cylindrique rouler sur le plancher. La main tremblante de l’insecte semblait vouloir s’en emparer. Mais Rosier fut le premier à déposer dessus la semelle de sa chaussure. « C’est ça que tu veux ? » dit-il d’un ton paternaliste en s’accroupissant pour s’en emparer. Il secoua la boîte à dragées avec le sentiment qu’il ne s’agissait pas de friandises. Il considéra les médicaments qu’il n’avait jamais eu l’occasion d’observer dans sa vie de sorcier guéri aux potions mais comprit vite en lisant le nom latin de l’étiquette de quoi il en retournait. Il rit du visage contorsionné de douleur de l’être affaibli car il n’avait pas eu le loisir d’observer de si près sa précédente victime. Sa soumission était jouissive. « Tu es malade c’est ça ? » l’interrogea-t-il encore en ouvrant le couvercle. Mais plutôt que de lui tendre les pilules comme on tend de la pâté à un elfe il se releva. Theo Wadge n’avait pas été sage. Il prit Alexandre, autant que tous ses amis à parti, et brandit les cachets. « Le sang de bourbe est malade ! ». Il éclata de rire avant de faire glisser dans sa main l’intégralité des drôles de dragées contenues dans la boîte. « C’est la preuve que ton corps est trop faible pour tolérer la magie - fit-il de dangereux raccourcis dans son esprit intolérant - tu es différent » conclut-il. La menace de leur directeur était prégnante dans ses couloirs et ils ne s’y étaient déjà attardés que trop longtemps. Il fit tomber à ses pieds toutes les pilules et en écrasa une bonne partie sous sa chaussure. Puis il rit en regardant le sang de bourbe pour se demander s’il allait lécher le sol comme un elfe affamé.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : Adrien Sahores (made by applestorm)
| SANG : Né-moldu


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, raide mort
| PATRONUS : Inconnu
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: De l'art de saluer les sangs de bourbe | ALEXANDRE, PROSERPINE, THEO + LIBRE Lun 13 Nov - 12:33

Un coup. Un autre. Et encore un autre. Au bout d'un moment, j'arrête de les compter, je m'effondre au sol et ma tête cogne violemment contre le carrelage froid. Mais qu'importe, je ne sens plus rien de toute façon, à part le goût du sang qui pénètre entre mes lèvres. Le coups pleuvent encore et je tâtonne à l'aveugle pour essayer de récupérer ma boîte de médocs qui a glissé de ma poche. Tout est flou autour de moi, mon coeur me pique, me brûle dans ma poitrine et les fourmillements se répandent à tout mon corps. Bordel, je vais crever, Alex va me tuer, ou la maladie, ou les deux, je sais pas, je vais crever, je vais mourir là, sur le sol dans ce couloir tout sombre et nom de dieu c'que c'est pathétique, quelle vision, messieurs dames, quel spectacle ! J'entends vaguement Rosier qui me parle et je devine dans le brouillard qu'il a trouvé la boîte et là je le sens, je le sais, j'en ai la certitude, je vais crever, je vais leur donner ce qu'ils veulent, ils vont gagner et je suis trop abattu pour opposer une quelconque résistance alors je roule sur le dos, les yeux clos tandis qu'Alexandre continue de me frapper comme si sa vie en dépendait mais merde ! C'est de ma vie qu'il est question, les gars ! Je suis lassé de tout ça, ils peuvent gagner j'en ai plus rien à foutre, à présent. Encore un coup dans les côtes et je sombre dans l'inconscience...

HJ : Poppy ? Help ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De l'art de saluer les sangs de bourbe | ALEXANDRE, PROSERPINE, THEO + LIBRE

Revenir en haut Aller en bas

De l'art de saluer les sangs de bourbe | ALEXANDRE, PROSERPINE, THEO + LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 03. Quand les sangs se mêlent
» C'EST FAUX ! RENE PREVAL ,ARISTIDE ET LES SANGS CULOTTES LAVALAS SONT LES ......
» Manifestation pour saluer la mémoire des disparus de Barikad Crew
» Le réveil du cycle des "lunes de sangs".
» Protocole Royal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: L'aile est :: Les escaliers et les couloirs de Poudlard-