GRYFFONDOR : 815 pts | POUFSOUFFLE : 370 pts | SERDAIGLE : 350 pts | SERPENTARD : 610 pts
Félicitations aux Serpentard ! On poursuit la saison de Quidditch avec le prochain match : Serdaigle VS Gryffondor ! Les inscriptions sont d'ores et déjà ouvertes ICI !
Une sortie à Pré-au-Lard a été organisée afin de vous permettre d'effectuer vos achats de Noël. Le sujet est juste ici ! Tout post vous rapportera 2 dragées.

Partagez|

Raindrops are falling on my head | JAMES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 628
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by Shiya
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Raindrops are falling on my head | JAMES Sam 23 Sep - 10:18

Il semblait à la jeune McKinnon qu’elle avait fait une rentrée brillante à Poudlard cette année en portant son insigne de préfet sur le coeur. Son coeur de lionne battait plus fort que d’habitude et son rire retentissait plus fort dans les couloirs du château encore percés par les derniers rayons de soleil de l’été. Elle avait même suffisamment eu de hardiesse pour oser les sélections dans l’équipe de quidditch de sa maison. Mais tout cela, c’était avant de manquer la première marche et de se rétamer en beauté pour tomber dans un nid de serpents. La relation romantique qu’elle entretenait avec Joseph Wilkes avait été percé à jour par ses camarades vert et argent qui s’amusaient à déclamer publiquement des passages des lettres enflammés qu’elle avait eu le malheur de lui écrire pendant les vacances d’été. Des rumeurs couraient également sur le fait qu’il ne lui ait pas été très fidèle. Et cet affreux Peeves s’en était à son tour emparé pour la harceler jusque dans ses rondes. Son amour propre - plus que son amour convenons en - n’avait jamais été aussi bousculé. Et comme elle se sentait humiliée, il lui semblait que la salle commune des griffons était son dernier refuge de paix (même pas son dortoir puisqu’elle le partageait avec cette idiote de Bertha !).

Cela faisait plusieurs jours qu’elle s’était créée un coin cosy à renfort de coussins et de couvertures contre la vitre. Son humeur mélancolique aimait contempler les premières gouttes de pluie d’automne ruisseler contre les carreaux. Elles chantait d’une voix brisée le vieux tube moldu ‘raindrops keep fallin on my head’ qu’elle passait en boucle sur un lecteur de vinyle depuis maintenant des jours (« mais elle va la fermer oui ! »). Des éclats de larmes l’animaient parfois les cinq secondes que duraient la remise en route du vinyle et elle se débarrassait de ses mouchoirs humides en les balançant derrière son épaule (faisant parfois hurler Astrid qui s’en prenait un !). La salle commune des griffons était devenue aussi peu fréquentable que les toilettes des filles du deuxième étage. Ce soir-là Marlene, qui avait séché le cours d’astronomie car son coeur ne voulait pas voir d’étoiles, traînait encore en pyjama dans la salle commune qu’elle avait rendu suffisamment déprimante pour la vider de toute âme vive et elle chantonnait le regard porté vers la forêt interdite. « Raindrops are falling on my head and just like the guy whose feet are too big for his bed nothing seems to fiiiiiiiiit ».

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

CAPITAINE GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 1069
| AVATARS / CRÉDITS : Miles Heizer /Lydie
| SANG : Pur-Potter !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des tombes aux noms de mes amis
| PATRONUS : un cerf majestueux et classe, comme moi
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Raindrops are falling on my head | JAMES Dim 24 Sep - 14:22

James avait séché le cours d'astronomie pour pouvoir finir le devoir pour Flitwick. C'était soit ça, soit il ne dormait pas de la nuit (comme si le fait que les cours d’astronomie empiétaient sur une grande partie de la soirée ne suffisait pas !). Cette nouvelle année était un peu compliquée en termes d’organisation, pour James. Entre les BUSES qui s’annonçaient à la fin de l’année, les profs qui leur mettaient déjà la pression en les assommant de devoirs, l’équipe de Quidditch dont il était maintenant le capitaine, et les projets des maraudeurs (notamment celui de devenir animagi, qui leur prendrait encore plus de temps quand il serait réalisé), il avait du mal à trouver du temps pour ne rien faire.
La bibliothèque venait de fermer et Mrs Pince avait dû forcer les derniers élèves à retourner dans leur salle commune. Oui, vous avez bien lu… James Potter faisait la fermeture de la bibliothèque ! Le monde ne tournait vraiment plus rond. Bref, il venait de passer le tableau de la grosse dame quand il entendit les notes d’une chanson qui tournait en boucle dans la salle commune. Un regard circulaire sur la pièce lui apprit que presque tous les gryffondors avaient déserté ce lieu autrefois si chaleureux et joyeux qui mettait du baume au cœur de James. Seul un petit groupe de deuxième année avait résisté à cette ambiance pesante et mangeait des bonbons dans le coin opposé à celui où Marlene McKinnon se déshydratait petit à petit. James leva les yeux au ciel avec une envie presque irrésistible de se cogner le front contre un mur. A la place, il se dirigea vers elle, arrêta la musique et croisa les bras en attendant qu’elle le regarde.

« Bon, écoute McKinnon, il y a des moyens très simples d’en finir avec la vie. Des moyens qui me taperont moins sur le système et qui épargneront tous les autres gryffondors. »

A ce stade, et après la soirée passée à se prendre la tête sur le devoir de Flitwick, James n’était pas d’humeur à être sympa ou à juste ignorer sa camarade.

« Tiens, une idée : étouffe-toi avec tes mouchoirs, plutôt que les laisser trainer. Même les elfes de maison ont déserté la salle commune parce que personne ne veut s’approcher de tes déchets remplis de morve… »

Avec une grimace de dégout, il poussa du bout de la chaussure un mouchoir au sol, le rapprochant d’une petite pile déjà formée.

« Sérieusement, faut que tu te reprennes là ! »

______________________________
C O R N E D R U E
Le temps suspendit son vol. Il chutait, les bras ouverts de toute leur envergure, le corps détendu et gracieusement arqué : il savait son saut parfait, et la plénitude qu'il ressentit lui donna l'impression d'avoir quitté son propre corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 628
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by Shiya
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Raindrops are falling on my head | JAMES Ven 29 Sep - 20:45

La préfète qui semblait se complaire dans sa douleur comme elle se complaisait dans la moindre émotion fronça les sourcils en entendant son précieux vinyle déraper. Elle se redressa un peu et observa curieusement la pointe de la platine caresser l’air silencieux plutôt que sa déprimante mélodie. La fatigue, plus que les larmes, lui obstruait un peu l’esprit et elle ne devina la cause de ce nouveau silence que lorsqu’elle croisa le regard réprobateur de James. Seul le soupir de soulagement d’un petit groupe formé par des deuxièmes années vint briser ce silence avant que James ne l’interpelle. Après cinq années de vie commune - qui ne ressemblaient que trop à ses yeux au prolongement de son enfance passée avec un petit frère turbulent - elle devinait facilement les prises de tête qui se préparaient. C’était l’un de ces moments, ce soir encore la salle commune résonnerait de leur éclat de voix, et elle fronça les sourcils d’un air renfrogné en réponse à ses bras farouchement croisés. Marlene prit immédiatement la mouche comme s’il avait été sérieux en l’incitant à finir ses jours adolescents. « Quoi ? » s’exclama-t-elle tout à fait outrée par ce manque de sollicitude. James Potter en train de ne penser qu’à James Potter ce n’était pourtant pas une surprise. « Tu ne mérites même pas que je te réponde, t’es au moins aussi idiot que tous ces trolls de serpentards ! » s’énerva-t-elle tout à fait en émergeant de sa grosse couette vêtue d’un pyjama rose portant des motifs de barbe à papa et de cornets de glaces à la fraise. Ses joues adoptèrent vite la même couleur que son accoutrement. « Est-ce que t’as idée de ce que ça fait de se faire humilier par une bande d’idiots ou est-ce qu’être toi-même le roi des idiots t’empêche de deviner ? » Elle sortit sa baguette qui n’était jamais loin d’elle et remit son vinyle en marche avant de faire léviter dans les airs au-dessus de leur tête le tas de petit papiers dans lequel elle s’était cent fois moucher. Sa colère était autant perceptible dans son ton que dans sa magie et le vinyle tournait deux fois trop vite sur sa platine en conférant au pauvre BJ Thomas une voix plus aigüe (et plus proche de celle de harpie de McKinnon en cet instant). C’est que la rage lui ressemblait davantage que les pleurnicheries et ce changement d’état lui faisait, d’une manière tout à fait étrange, du bien au moral. « Touche plus à mon vinyle ou j’envoie mes mouchoirs sales dans tes précieux cheveux ! » le menaça-t-elle en se demandant très sérieusement qui, d’entre Sirius et James, était le plus fier en matière capillaire. Elle aurait pu abuser de son statut de préfète pour le faire taire mais ils avaient toujours autrement réglés leurs enfantillages. Les mouchoirs tournaient, aussi furieusement que le vinyle sur sa platine, autour de leur tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

CAPITAINE GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 1069
| AVATARS / CRÉDITS : Miles Heizer /Lydie
| SANG : Pur-Potter !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des tombes aux noms de mes amis
| PATRONUS : un cerf majestueux et classe, comme moi
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Raindrops are falling on my head | JAMES Mer 18 Oct - 10:32

Le regard que Marlene porta sur James quand elle eut compris qu’il était à l’origine de l’arrêt brutal de sa musique tendit légèrement James. Finalement, il regretta presque d’avoir dérangé la gryffondor : elle allait lui prendre encore plus la tête que son devoir de sortilèges. La tristesse semblait rendre Marlene encore moins tolérante que d’habitude à la présence des maraudeurs, encore plus à l’attitude de James. D’ailleurs, la tristesse semblait aussi avoir fait disparaître toute notion d’ironie chez la préfète. Alors que Marlene repoussait la couette sous laquelle elle s’était réfugiée, James fit une grimace devant tout ce rose qu’elle arborait.

« Non, désolé de ne jamais avoir été aussi naïf que toi pour croire qu’un serpentard était capable d’autre chose que de cruautés… Sérieusement, tu croyais vraiment qu’il était capable de t’aimer ? Et que ses potes le laisseraient faire ? »

En général, James était plutôt celui qui humiliait la bande d’idiots (ou bien juste un idiot). En arrivant à Poudlard du haut de ses onze ans, il avait très vite compris que ce serait lui qui devait marcher sur les pieds des autres, s’il ne voulait pas lui-même servir de paillasson. Et, à son sens, James Potter valait bien mieux que n’importe quel serpentard.
Alors qu’il lui répondait, il ne fit pas attention aux gestes qu’elle faisait avec sa baguette et, s’il entendit le vinyle reprendre ses notes, il ne se rendit compte qu’au dernier moment qu’un nuage de mouchoirs remplis de fluides corporels de différents genres. Sa grimace s’étira encore plus alors que les mouchoirs s’approchaient un peu trop de sa tête. Il s’éloigna d’un pas mais les mouchoirs restaient toujours au-dessus de lui, menaçant comme l’orage de déverser leurs fluides sur lui. Il leva les mains en signe de défense.

« C’est bon, j’y toucherai pas à ton vinyle, mais t’étonne pas s’il finit par disparaître ! Il y a environ 100 gryffondors qui ne rêvent que de ça. »

Il était néanmoins assez satisfait de la voir s’énerver de la sorte. Outre le fait qu’il avait toujours beaucoup aimé l’embêter, il était rassuré de voir qu’elle pouvait se mettre dans un autre état que celui qu’elle campait depuis un moment. Il tenait le bon bout et, pour le bien général des gryffondors, il devait continuer !

« Tu ne crois pas que tu t’enfonces encore plus en traînant comme ça dans la salle commune ? Si les serpentards sont en grande partie des enfoirés, certains gryffondors n’ont aucun scrupule à raconter dans quel état est McKinnon depuis qu’elle s’est fait larguer. Imagine donc comment ils jubilent dans leurs cachots… »

James espérait la faire réagir durablement, et non pas pour la soirée seulement. Il était temps qu’elle se reprenne, pour le bien de James et des maraudeurs, mais aussi pour son propre bien et puis pour tout le monde finalement.

______________________________
C O R N E D R U E
Le temps suspendit son vol. Il chutait, les bras ouverts de toute leur envergure, le corps détendu et gracieusement arqué : il savait son saut parfait, et la plénitude qu'il ressentit lui donna l'impression d'avoir quitté son propre corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 628
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by Shiya
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Raindrops are falling on my head | JAMES Ven 20 Oct - 10:12

La mixité était un concept que défendait farouchement la jeune fille éduquée chez les moldus qui, si elle ne comprenait pas aussi bien que les autres sorciers les années de conflits qui creusaient le clivage de la société sorcière, percevait par contre mieux que certains les dangers que l’intolérance faisait peser sur leur tête. Son entêtement la poussait régulièrement à tendre la main aux serpentards à la plus sombre réputation et toutes ces tentatives tournaient toujours en cuisants échecs. Aussi fut-elle tout à fait blessée par les questions clairvoyantes de James et répondit-elle tout à fait furibonde « Ferme-la James, ça n’a rien à voir ! ». La tornade de mouchoirs se fit instinctivement plus menaçante et, son camarade uniquement protégé jusque là par l’œil du cyclone capitula enfin, alors l’armée de petits papiers rejoignit la corbeille au commandement de sa baguette. Quant à son vinyle de BJ Thomas, il cracha ses dernières notes avant d’arrêter sa course. Mais ce n’était pas parce qu’elle avait baissé sa baguette que la griffonne avait renoncé à sa colère. « Larguée ? - s’exclama-t-elle avec de grands yeux - Qui raconte que je me suis faite larguer ?! ». Elle courut jusqu’à la porte du dortoir des filles et la secoua en la frappant de ses poings. « SI C’EST TOI QUI RACONTE ENCORE N’IMPORTE QUOI BERTHA, J’TE JURE QUE TU M’LE PAIERAS ! » fit-elle en hurlant suffisamment fort pour réveiller toute la tour. Elle était maintenant rouge de colère et fit volte-face pour se tourner vers James et le pointer de son doigt, plutôt que du bout de sa baguette, il y avait du progrès. « Personne ne me largue, ça va pas la tête, c’est moi qui largue ! - fit-elle comme si elle avait eu tout un tas de petits copains alors que pas du tout - Enfin je suppose … » corrigea-t-elle dans un haussement d’épaules nonchalant avant de traîner derrière elle sa couette comme la cape de la reine mère et de s’asseoir royalement dans le fauteuil le plus majestueux de leur salle idéalement placé devant l’âtre de la cheminée. Cela lui arrachait la langue de l’admettre alors elle tourna ses yeux vers le feu ronflant plutôt que vers ceux de son camarade. « Je crois malgré tout que tu as un tout petit peu raison … » fit-elle à voix basse en avalant à moitié le dernier mot qui était particulièrement délicat à confesser. Car dans l’esprit retors de la blonde, il y avait de nombreux principes dont l’un d’eux se trouvait être que James Potter n’avait jamais, ô grand jamais, raison ! « La mixité est plus importante que ma fierté ! » conclut-elle en le regardant enfin en débitant à tout allure un tas de non sens qui démontrait tout à fait qu’elle avait interprété à sa sauce le sens des propos de son camarade. « Les serpentards sont tous des enfoirés, et alors ? Si je me morfonds, ils gagnent ! Par contre si je reste avec Joseph et que je m’en fous alors c’est la mixité qui gagne ! Genre je peux l’obliger à porter des badges « fier de sortir avec une sang mêlée » et tout … je suis sûre que ça leur flanquerait la rage ça ! ». Et elle bondit hors de sa couette dans laquelle elle s’était de nouveau emmitouflée pour remettre en marche son vinyle à la manière d’une moldue, un excès de fierté dans ses origines sans doute, avant de chanter de nouveau le début des paroles mais d’une manière plus joyeuse en claquant des doigts. La première peine de coeur de Marlene s’en était allée aussi simplement que cela.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

CAPITAINE GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 1069
| AVATARS / CRÉDITS : Miles Heizer /Lydie
| SANG : Pur-Potter !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des tombes aux noms de mes amis
| PATRONUS : un cerf majestueux et classe, comme moi
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Raindrops are falling on my head | JAMES Mer 25 Oct - 12:18

A vrai dire, James ne s'était pas vraiment intéressé aux tenants et aboutissements de l'histoire entre Marlene et Joseph et avait seulement pris en compte les rumeurs, qu'il pensait être assez exactes. En même temps, en voyant Marlene pleurer à chaudes larmes dans la salle commune depuis la rentrée, il ne s'était pas vraiment posé de questions sur ce qui s'était passé exactement : de toute évidence, McKinnon s'était fait larguer comme une vieille chaussette. Ca semblait assez logique que, les potes de Wilkes ayant découvert leur affaire avaient mis la pression à Joseph pour qu’il la largue – ou alors, et ce serait même pire, il l’avait larguée sans avoir à être poussé – et depuis, les serpentards se moquaient d’elle et de ses illusions quant à sa relation avec Wilkes.
Alors que Marlene hurlait en bas des dortoirs des filles, James n’osa pas lui faire remarquer que Bertha était peut-être partie en cours d’astronomie, mais qu’en plus, Bertha n’avait jamais eu besoin de lancer une rumeur, qu’elle s’était probablement juste contentée de la transmettre aux autres maisons. James n’appréciait pas assez Bertha pour s’en faire le défenseur.
Les paroles de Marlene lui mettaient tout de même le doute quant à la véritable raison de sa tristesse. Et la curiosité de James – qui n’apprécie pas les potins, après tout ? – le poussait à éclaircir un peu cette histoire.

« Mais je comprends pas alors, tu t’es fait larguer ou pas ? »

Il la suivit alors qu’elle abandonnait sa place vers la fenêtre pour un fauteuil devant la cheminée et s’installa à son tour sur un canapé voisin. Une fois le disque de Marlene arrêté, la salle commune même vide était déjà plus agréable. Personne pour les déranger, personne pour leur demander de parler moins fort ou pour se battre pour la meilleure place de la sale commune.

« Et Wilkes, il aurait pas la rage de porter ce genre de badges ? Je suis pas sûr qu’il accepte. Tu comptes faire quoi pour l’obliger ? »

Du bout du pied, il enleva ses chaussures et étira ses jambes jusque sur la table basse devant lui. Il imaginait bien Wilkes obligé à assumer qu’il sortait avec une gryffondor sang-mêlée, mais il voyait mal ses potes le laisser faire. Et surtout, si, comme il se l’était imaginé – comme la moitié de Poudlard – elle ne sortait plus avec lui, cette histoire de badges ne tenait pas la route.

« Allez, vas-y, je comprends rien à votre histoire. Vous êtes encore ensemble ou pas ? Et pitié, change de chanson… »

Il se prit la tête dans les mains à l’instant où les premières notes retentirent. Il allait devenir fou… En tout cas, il était plutôt fier que Marlene soit sortie de son état de dépression et soit maintenant si motivée à énerver les serpentards. James ne pouvait qu’approuver de telles motivations.

« C'est vraiment trop compliqué vos histoires à tous... J'ai l'impression que tout le monde se prend la tête pour pas grand chose ! »

McKinnon et Wilkes d'un côté. Les histoires de Sirius que même James avait du mal à suivre tellement il y avait de péripéties. Les gens qui se promettaient au détour d'un couloir de s'aimer pour toujours et qui se séparaient une semaine plus tard, et tous ceux qui se courraient après sans aller plus loin qu'un rougissement... Personne ne pouvait donc avoir une relation normale et stable dans ce château ?

______________________________
C O R N E D R U E
Le temps suspendit son vol. Il chutait, les bras ouverts de toute leur envergure, le corps détendu et gracieusement arqué : il savait son saut parfait, et la plénitude qu'il ressentit lui donna l'impression d'avoir quitté son propre corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 628
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by Shiya
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Raindrops are falling on my head | JAMES Jeu 26 Oct - 12:12

Marlene, qui n’avait pas décoléré depuis suffisamment de temps, lança un regard incendiaire à James lorsqu’il répéta le mot interdit. Larguer. Absolument tout jusque dans la consonance du verbe atteignait chaque fibre de sa fierté. L’adolescente ne connaissait rien du tout à l’amour mais savait au moins qu’elle refusait de se faire larguer. Elle était gagnée de poussées de féminisme - éduquée par le trio de femmes indépendantes que formaient sa mère, sa tante, sa grand-mère - et rêvait de voir celui qui avait piqué son égo rôtir sur le brasier de sa colère. Elle serra les mâchoires, même pas désolée de ne pas être peace and love, et répondit de son air de meurtrière à la question de James. « Le poignarder de cent badges et espérer qu’il ne soit pas vacciné contre le tétanos … ». Ca voulait surtout dire qu’elle n’en savait rien mais était prête à tout pour y parvenir. Glinda Crook avait bien réussi et seul Merlin savait comment à pousser l’intéresser à lui rouler des galoches en plein bal non ? Une alliance machiavélique se dessinait doucement dans son esprit de femme bafouée. La solidarité féminine représentait pour elle la solution à tous les maux masculins de leur société. Elle inspectait les autres pochettes de ses vinyles - son bordel s’étalait jusque dans la salle de bain des préfets où elle avait étalé toute la collection de ses après-shampoings - et se tourna vers James d’un air tout à fait guilleret, et presque flippant vu la teneur de ses précédents propos, en exposant sous ses yeux des pochettes de ABBA. « Tu préfères le disco ? » demanda-t-elle simplement. Elle lui tendit les pochettes sur lesquels figuraient les quatre chevelus en passant devant lui et retrouva le confort de son fauteuil dont elle ne bougerait plus. « Oui on est encore ensemble … enfin je crois - répondit-elle enfin parce qu’elle n’était finalement pas franchement plus expérimentée que son cadet en la matière - C’est juste qu’il y a plein de rumeurs qui courent sur l’été qu’il a passé avec ses idiots de potes en Transylvanie ! Il paraît qu’il a couru après plein d’autre filles tu sais tellement 'plus pures et moins coincées à la fois' ... tout ça … - fit-elle en marquant des guillemets et en grimaçant du profil des intéressées pour se retrouver un instant de nouveau blessée - alors du coup tous ses copains qui sont tombés sur nos correspondances se moquent dès que je les croise ». C’est que sous ses airs revêches, elle avait eu un style épistolaire un peu fleur bleu. Eh bien plus jamais se promit-elle. « Je lui ai pas parlé depuis » trancha-t-elle enfin l’estomac noué plus par la rage que par la peine. Mais James la fit finalement marrer en exprimant le fond d’une pensée qu’elle s’était découverte l’année passée. « Bienvenue en cinquième année quand tout le monde devient cinglés ! » l’accueillit-elle d’un ton ironique. C’est que à la base, elle n’avait jamais voulu sortir avec personne. Mais il y avait eu ce grand bal où tout le monde s’était mis à sortir avec quelqu’un. Olivia avec Sirius, Hazel avec Theo, Maya avec Arthur et même Lily avec un Serdy. Et comme elle en avait marre qu’on se moque d’elle, elle avait fini par céder à son tour à la pression sociale. « Mais t’inquiète pas, tout se passera bien si tu restes uniquement concentré sur … » Les BUSE ? Il lui rirait au nez. Sa bande ? Ca aurait été l’inciter à enfreindre le règlement. « … le quidditch et les produits capillaires ? » ne put-elle s’empêcher de suggérer avec un sourire railleur.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

CAPITAINE GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 1069
| AVATARS / CRÉDITS : Miles Heizer /Lydie
| SANG : Pur-Potter !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des tombes aux noms de mes amis
| PATRONUS : un cerf majestueux et classe, comme moi
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Raindrops are falling on my head | JAMES Mer 29 Nov - 14:05

De l’amour à la haine, il n’y avait qu’un pas. La réaction de Marlene le montrait bien, alors que James continuait de rappeler à ses bons souvenirs sa rupture avec Wilkes. La minute avant, elle pleurait sur une musique qui tournait en boucle, la minute après, elle menaçait de l’épingler d’une centaine de badges en souhaitant sa mort. Il n’aurait pas voulu être à la place de Joseph. Merlin savait ce que Marlene était en train d’imaginer pour se venger et restaurer sa fierté bafouée par les serpentards.
Il hocha les épaules, l’air perplexe, quand elle lui passa une pile de pochettes de vinyles. « Disco ? » Il connaissait assez peu les chansons moldues et la mode musicale dans le monde des non-sorciers, si ce n’est lorsqu’il entendait des tubes que certains enfants nés-moldus ou sangs-mêlés ramenaient parfois après des vacances. Sauf que depuis que l’année avait commencé, il n’y avait bien que le vinyle de Marlene que James avait pu entendre dans la salle commune. Il observait les quatre membres du groupe ABBA sur les pochettes, en lui jetant des coups d’œil réguliers tout en l’écoutant. Il n’était pas assez proche de Marlene – ou de n’importe quelle fille, même pas Olivia ! – pour parler des choses de l’amour avec autant de sensibilité et en soutenant en plus un regard blessé.
Quand elle eut fini de se confier sur l’état actuel de son histoire avec Joseph, James était encore plus dépité que jamais. Il fallait en effet croire que la cinquième année représentait un tournant majeur pour les étudiants de Poudlard. A croire que les hormones de tous les élèves qui approchaient la quinzaine s’étaient soudainement réveillés. Et qu’en était-il des hormones de James ? Pitié qu’il ne finisse jamais comme Marlene et Joseph… De toute façon, le jour où James serait amoureux d’une serpentard n’était pas arrivé. La remarque finale de Marlene le fit sourire.

« Oui, le Quidditch et les produits capillaires, c’est ça… » souffla-t-il en observant le feu dans la cheminée.

Une chevelure rousse s’imposa à son esprit, un léger sourire étira à nouveau ses lèvres. Il remua la tête, revenant à l’instant présent, et se tourna vers Marlene.

« Ça serait bien de commencer par savoir où vous en êtes tous les deux ? Plutôt que rester chacun de votre côté, peut-être tous les deux aussi tristes, en évitant de devoir vous parler… »

Qui sait, peut-être que Joseph était tiraillé entre sa maison et ce que son cœur voulait.

______________________________
C O R N E D R U E
Le temps suspendit son vol. Il chutait, les bras ouverts de toute leur envergure, le corps détendu et gracieusement arqué : il savait son saut parfait, et la plénitude qu'il ressentit lui donna l'impression d'avoir quitté son propre corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 628
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by Shiya
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Raindrops are falling on my head | JAMES Dim 3 Déc - 0:30

Passer par toutes les émotions inimaginables en moins de temps qu’il n’en faut pour dire quidditch était une activité tout à fait épuisante. Complètement avachie dans l’étreinte du confortable fauteuil en cuir, Marlene aurait bien pu finir par s’y endormir si elle n’avait pas été trop occupée à papoter avec James. Elle avait toujours beaucoup apprécié le garçon, maintenant devenu adolescent, qui lui rappelait son petit frère en même temps qu’un petit coin de chez elle. Elle l’observa avec curiosité en train de contempler les flammes et aurait pu jurer qu’il ne pensait présentement pas à la nouvelle gamme de potion capillaire Lissenplis. Peut-être au Quidditch alors ? C’était soit ça, soit une fille, elle en aurait mis sa main dans l'âtre de la cheminée ! Il se retourna vers elle tandis qu’elle avait son sourire de grosse maligne plaqué sur les lèvres. Mais elle le perdit dès qu’il ouvrit la bouche pour le considérer d'un œil suspicieux car il venait de formuler une proposition pleine de bon sens. « Merlin nous préserve, je crois que je préfère encore quand tu as tort James Potter ! » leva-t-elle les yeux au ciel comme si quelque signe apocalyptique avait pu entretemps apparaître sur le plafond boisé de leur salle commune. Le maraudeur n’avait peut-être pas beaucoup grandi en taille pendant les vacances d’été mais une certaine sagesse qu’elle avait toujours soupçonné semblait enfin éclore chez lui, tant mieux ! Mais de là à ce qu’elle suive son avis ? Marlene n’était pas la plus courageuse des représentantes de sa maison et engager une conversation avec Joseph Wilkes la terrifiait. Plus encore maintenant qu’elle savait que sa bande n’était jamais loin pour écouter et se moquer. Elle préférait encore l’affronter en duel en même temps que tous ses copains plutôt que lui parler. Il fallait vite qu’ils parlent d’autre chose avant que l’adolescent aux cheveux en bataille finisse par mettre du bon sens dans son crâne fêlé. « Lance un vinyle - fit-elle comme il faisait encore défiler les pochettes - Je te promets qu’ils chantent mieux qu’ils se coiffent si c’est ça qui te fait peur ! » plaisanta-t-elle gentiment en basculant à plat ventre comme un phoque sur le fauteuil, menton dans la paume de ses mains, genoux pliés et pieds relevés. Elle ne pouvait s’empêcher de le regarder de manière suspicieuse comme s’il était en train de lui cacher quelque chose. Il était bien connu que les maraudeurs partageaient plein de secrets mais elle aurait juré que c’était différent cette fois-ci. Et comme Marlene avait toujours été aussi subtile qu’un éruptif. « T’as déjà parlé toi ? J’veux dire à quelqu’un qui te plaît vraiment au point de te faire rougir à chaque fin de phrase ? ». Et se disant, elle se rendait un peu compte qu’elle ne pensait présentement pas à Joseph Wilkes. Mais elle conservait aussi pour sa part quelques secrets qu’elle n’aurait ô grand jamais osé dévoiler à d’autres personnes que ses meilleures amies.


dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

CAPITAINE GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 1069
| AVATARS / CRÉDITS : Miles Heizer /Lydie
| SANG : Pur-Potter !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des tombes aux noms de mes amis
| PATRONUS : un cerf majestueux et classe, comme moi
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Raindrops are falling on my head | JAMES Ven 8 Déc - 21:47

James eut l’impression d’avoir vu Marlene sourire alors qu’il observait le feu, mais dans le doute, il mit de côté cette réaction. De toute façon, la gryffondor avait des réactions bien difficiles à cerner ce soir. S’il l’avait fait sourire, c’était toujours mieux que lorsqu’elle le menaçait de faire pleuvoir sur lui des mouchoirs imbibés de morve. Mais il était plutôt satisfaisant de l’entendre dire qu’il avait raison ! James Potter, futur conseiller matrimonial… Mais il était toujours très facile de donner des conseils qui semblaient évidents à quelqu’un, quand on n’était pas concerné soi-même par la situation précise.

« Tu sauras que j’ai toujours raison, Marlene McKinnon ! »


Sceptique devant les vinyles que lui proposait son amie, il finit par se décider pour un des albums dont la couverture l’inspirait bien. Il prit la direction du tourne disque.

« Tu crois que je pourrais leur donner des conseils à eux aussi ? Concernant leurs coupes de cheveux… » fit-il en passant une main dans ses cheveux savamment ébouriffés, un sourire en coin, tandis que les premières notes de la chanson Waterloo.

Il retourna s’asseoir sous le regard de Marlene dont il n’arrivait pas à déchiffrer la nouvelle expression. Il était presque mal à l’aise de la voir l’épier de cette façon. Finalement, elle cracha le morceau et il détourna le regard.

« James Potter ne se laisse pas si facilement impressionné, tu crois quoi ! » fanfaronna James en fixant la table devant le canapé comme si elle révélait une toute nouvelle beauté. Il espéra que Marlene allait continuer, parler de Joseph encore un peu, sortir une nouvelle idée de vengeance à base de badge rouillé et tout, mais… rien. Seule la musique empêchait le silence entre les deux gryffondors et James qui essayait déjà de reprendre les paroles du refrain plutôt entraînant. Mais il ne put rien faire contre la fin de la musique et dans le silence qui s’installa brièvement avant que commence la prochaine chanson selon la pochette, il laissa échapper, l'air de s'en moquer à moitié : « De toute façon, elle me parle pas vraiment donc j’ai pas de quoi rougir ! »

______________________________
C O R N E D R U E
Le temps suspendit son vol. Il chutait, les bras ouverts de toute leur envergure, le corps détendu et gracieusement arqué : il savait son saut parfait, et la plénitude qu'il ressentit lui donna l'impression d'avoir quitté son propre corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 628
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by Shiya
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Raindrops are falling on my head | JAMES Ven 15 Déc - 19:18

Quel monde terrifiant que celui dans lequel James Potter aurait eu toujours raison. Et pourtant, plus l’adolescente grandissait, plus elle se posait de questions sur la vie. Ce fut davantage par habitude de ne pas encourager son arrogance que par réelle conviction qu’elle soupira en levant les yeux vers le plafond cette fois-ci. Elle ne put néanmoins que pouffer de rire lorsqu’il suggéra de donner des conseils capillaires aux quatre rois du disco. « Coiffeur du groupe ABBA ? - raccourcit-elle l’idée - Je dirais même que tu ne peux pas trouver une meilleure vocation, fonce ! ». Quel malheur elle avait eu de lui accorder ce point-là car voilà qu’il fanfaronnait de nouveau. Elle ne résista pas plus longtemps et lui envoya un coussin dans la figure avant de chanter à tue tête cette nouvelle chanson dont elle connaissait par coeur les paroles sans être certaine de les comprendre. I feel like I win when I lose. Knowing my fate is to be with you. Finally facing my Waterloo. « Ah ? Elle est un peu ton Waterloo alors ! » fit-elle sans parvenir à rester sérieuse. Sauf que James le semblait lui pour une fois (elle n’était pas certaine car elle le voyait rarement comme cela). Alors elle se pinça les lèvres pour s’empêcher de dire n’importe quoi. S’il avait vraiment des sentiments pour l’une de leur camarade, elle n’avait pas envie de lui dire n’importe quoi. « Elle a l’air plutôt intelligente - fit-elle plutôt spontanément après ces quelques secondes d’étonnement plus que de réflexion - Je veux dire peut-être qu’elle t’aime bien et a compris que la meilleure manière d’attirer ton attention est de t’ignorer ? Ou alors elle s’est arrêtée à ton numéro et croit qu’elle ne t’aime pas ? Ou alors, la troisième option nulle, elle te connaît et elle ne t’aime vraiment pas ? ». Bon, la dernière proposition était un peu dure. Mais c’était aussi ça la vie non ? Elle pouvait compter sur les doigts de ses deux mains les coups de coeur non réciproques qu’elle avait eu elle … il y avait eu quelques râteaux plutôt mémorables. « Ca lui laisse donc deux chances sur trois de ne pas être une fille stupide ! » lui adressa-t-elle un sourire gentil pour lui faire comprendre que, cette fois-ci comme les autres, il pouvait compter sur son soutien. « C’est qui, dis ? » voulut-elle savoir à la fois curieuse et à la fois soucieuse de l’aider à démêler la situation. « A l’amour comme au quidditch, étude de l’adversaire, détermination de son jeu, adoption d’une stratégie, et victoire capitaine ! » lui fit-elle en portant sa main à la tête comme une militaire, eh bien ouais, elle écoutait ses speechs aux entraînements et avait bon espoir qu'il sourit de nouveau ... qu'il remporte ou non la coupe de son coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

CAPITAINE GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 1069
| AVATARS / CRÉDITS : Miles Heizer /Lydie
| SANG : Pur-Potter !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des tombes aux noms de mes amis
| PATRONUS : un cerf majestueux et classe, comme moi
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Raindrops are falling on my head | JAMES Mar 19 Déc - 22:52

James ne comprit d'abord pas vraiment pourquoi Marlene comparaît Lily à la chanson Waterloo. Il se contenta de lever un sourcil interrogateur, attendant qu'elle argumente. Il hocha la tête un peu trop vivement quand Marlene identifia la personne qui déprimait un peu James parce qu'elle ne lui parlait pas comme quelqu'un d'intelligent.

« Elle est intelligente. »

Comme si James pouvait s’intéresser à une fille bête. Mais la suite de son analyse le contraria un peu : comment ça "son numéro" ? James ne jouait pas un rôle... Et l’idée qu’elle ne l’aime juste pas ne le ravit pas plus. Quant à l’hypothèse numéro 1, ça ne tenait pas non plus, Lily était loin de l’ignorer pour attirer son attention.

« Je crois que c’est mort alors… » geint James en enfonçant sa tête dans un coussin du canapé.

Il ne voulait surtout pas dire à Marlene qui était cette fille avec qui il n’avait aucune chance : c’était trop la honte que pour une fois, sa popularité ne suffise pas pour charmer une fille qui l’intéressait. Peut-être aussi que c’était pour ça qu’il s’accrochait autant à l’idée de sortir avec Lily : parce que c’était un défi presque impossible.

« Adopter une stratégie ne suffirait même pas dans mon cas : c’est toute l’équipe que je devrais changer… » continua-t-il en reprenant sa métaphore du match de Quidditch, toujours aussi dépité. « Et même avec une équipe de sept batteurs, je me prendrais cognard sur cognard ! »

Et pourtant, Merlin savait que Lily était nulle au Quidditch. Mais il n’avait que ce qu’il méritait : il avait tout fait pour embêter Lily ces quatre dernières années, il avait critiqué ses choix de meilleur ami et il ne s’était jamais intéressé à elle plus que quand elle traînait avec Rogue, seulement pour pouvoir se moquer de leur amitié. Il se redressa brusquement, incapable de tenir en place alors qu’il parlait d’une chose qui le tenait un peu trop à cœur en ce moment.

« En fait, ce n’est pas qu’elle m’ignore. C’est juste qu’elle me trouve insupportable quoi que je fasse. Mais j’ai pas envie de changer pour elle, tu vois… »

S’il était prêt à faire quelques efforts, il restait qui il était… Il ne pouvait pas devenir quelqu’un d’autre juste pour une fille !

« Je suis pas si détestable que ça… si ? » demanda-t-il avec un petit sourire un peu crispé.

______________________________
C O R N E D R U E
Le temps suspendit son vol. Il chutait, les bras ouverts de toute leur envergure, le corps détendu et gracieusement arqué : il savait son saut parfait, et la plénitude qu'il ressentit lui donna l'impression d'avoir quitté son propre corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 628
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by Shiya
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Raindrops are falling on my head | JAMES Jeu 28 Déc - 16:17

James offrait un spectacle tout à fait captivant à Marlene qui, une main posée sur le coeur, ne pouvait que s’émouvoir de voir le petit garçon qu’il était se transformer en adolescent pas trop bête. Il était très dur pour elle de chasser la bienheureuse surprise de ses traits naturellement expressifs. Heureusement qu’il avait la tête enfoncée dans un coussin. Aussi se réjouissait-elle tout à fait intérieurement tandis que lui était occupé à se lamenter sur son sort d’amoureux transi. « Mais c’est génial que tu doutes ! - fit-elle un peu trop extatique avant de se racler la gorge - Je veux dire c’est bon signe ! Mamie McKinnon dit toujours que le doute gâte l’amour comme les glaçons gâtent le whisky ! ». Cette citation n’était en réalité pas du tout positive mais comme la préfète ne comprenait que rarement les adages de sa grand-mère. Le maraudeur tourmenté usait déjà le plancher de leur salle commune. Il était tombé amoureux d’une fille qui le trouvait insupportable ? La situation était bien plus délicate pour lui que ce qu’elle avait imaginé jusque là. Et elle se retrouva bientôt délicate pour elle également. « Hum ? » voulut-elle gagner du temps en prétextant sortir une chocogrenouille de la poche de son pyjama rose quand il l'interrogea sur son caractère. Elle prit un temps assez considérable - rapportée à la tâche - pour défaire l’emballage qui se révéla être vide. Fâcheux. Peut-être qu’elle pouvait faire semblant de ne rien entendre à cause des gros cheveux qui lui tombaient devant les oreilles. Cette excuse marchait parfois quand elle n’avait pas envie de répondre à une bêtise de Joseph Wilkes. On pouvait néanmoins espérer que James Potter soit un peu plus malin. Elle releva finalement un regard un peu gêné vers lui. « Non » mentit-elle superbement mal en grimaçant. Même elle était capable d’entendre au son de sa voix l’absence affligeante de crédibilité dans ses propos. Mais il avait l’air d’être étrangement vulnérable pour une fois et elle ne désirait pas l’enfoncer. « Tu n’es pas tout le temps détestable ! - se reprit-elle plus franchement. Elle quitta finalement la confortable étreinte du fauteuil pour lui poser les mains sur les épaules et qu’il arrête de lui donner le tournis à force de faire les cent pas. « Tu es l’un des garçons les plus intelligents que je connaisse James - lui adressa-t-elle ce sincère compliment pour la première fois depuis qu’elle le connaissait, mais s’il y avait un bon moment, sans doute était-ce celui-ci ! - Alors peut-être qu’il faut simplement que tu le lui montres non ? Je veux dire autrement qu’en étant insolent en classe. Ca, ça ne prouve pas que tu es intelligent. Ca fait même le contraire. Je suis sûre qu’elle s’en rendra vite compte comme elle est intelligente aussi » espérait-elle l’avoir un peu rassuré. « Et maintenant pour l’amour de Godric et de son parquet, arrête de tourner en rond et dis moi juste son nom ! J’arrive au bout des généralités ! » l’implora-t-elle.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

CAPITAINE GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 1069
| AVATARS / CRÉDITS : Miles Heizer /Lydie
| SANG : Pur-Potter !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des tombes aux noms de mes amis
| PATRONUS : un cerf majestueux et classe, comme moi
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Raindrops are falling on my head | JAMES Mer 10 Jan - 15:25

James était soulagé de pouvoir parler de ses malheurs à quelqu’un qui ne se moquait pas de lui. Il fallait dire que Marlene avait toujours tendance à prendre les choses très à cœur, alors il n’était pas si étonnant qu’elle se trouve aujourd’hui très attentive aux histoires de cœur de James. Mais si elle était une très bonne oreille à qui se confier, ses conseils étaient parfois un peu plus compliqués à prendre en compte.
Il leva une tête d’incompréhension face au dicton de mamie McKinnon. Mais il préféra abandonner plutôt que d’essayer de faire comprendre à Marlene que ce dicton ne le rassurait pas du tout et collait encore moins à sa situation.
Au contraire, sa non réponse à la question plus rhétorique qu’autre chose de James était assez claire. Ok, il était détestable. Non, mais ce n’était pas grave de le reconnaître, il le savait en fait, il avait juste besoin de se l’entendre dire. Personne ne pouvait tomber amoureux de quelqu’un qui lui sortait par les trous de nez… Et James travaillait assez activement à sortir par les trous de nez de Lily, depuis qu’ils s’étaient rencontrés. Il lui faudrait au moins quatre ans d’interminables efforts à être supportable, pour compenser ces quatre années précédentes, pour penser ne serait-ce que proposer à la rouquine de boire un verre ensemble.
Il était déjà en train de s’imaginer surveiller chacun de ses faits et gestes quand il serait dans la salle commune (autant la fuir définitivement pour le dortoir !), quand Marlene l’arrêta finalement. Et la sincérité nouvelle dont elle faisait maintenant preuve le rassura. Il hochait la tête, motivé et convaincu par ses conseils.

« Oui, tu as raison… » fit-il en réponse à la fois à son conseil de se montrer intelligent et à son imploration pour connaître le nom de la jeune fille. Il ménagea un cours suspens, les yeux plongés dans ceux de Marlene, avant de cracher finalement le morceau. « C’est Lily. Lily Evans. »

______________________________
C O R N E D R U E
Le temps suspendit son vol. Il chutait, les bras ouverts de toute leur envergure, le corps détendu et gracieusement arqué : il savait son saut parfait, et la plénitude qu'il ressentit lui donna l'impression d'avoir quitté son propre corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 628
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by Shiya
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Raindrops are falling on my head | JAMES Jeu 11 Jan - 15:07

James avait retrouvé son fier coeur de lion et Marlene serra un poing victorieux - l’élue de son coeur n’avait aucune chance c’était décidé - sauf qu’elle ignorait encore à ce moment là qu’il s’agissait de « Lily. Lily Evans ? Lily Evans comme dans … Lily Evans » répéta-t-elle un peu embêtée. Elle qui avait cru que le moment le plus gênant de la soirée serait celui où le maraudeur l’interrogerait sur le charme de sa personnalité s’était enfoncé la baguette dans l’œil. La préfète se laissa retombée dans une posture défaite dans le confortable fauteuil. La seule chose plus féroce que le caractère tête à claques de James, c’était sans nul doute l’entêtement de la rouquine sur laquelle il avait des vues. Et si lui était déterminé à faire des efforts, elle imaginait mal la même souplesse d’esprit chez sa copine. Elle adorait Lily mais son besoin d’avoir raison - tout ça parce qu’elle ne se trompait pas dans quoi ? quatre-vingt-dix-neuf pour cent des cas ? petite joueuse ! - était à s’arracher les cheveux de la tête. « Okay, okay, on laisse tomber le plan ! - commença-t-elle à paniquer en effaçant des mains un tableau imaginaire - Oublie le « à l’amour comme au quidditch » ! Oublie cette conversation ! Oublie ma participation ! J’ai vraiment dit n’importe quoi ! Oublie la ! On parle quand même de ... - elle ne se rappela de la nécessité de murmurer qu’au dernier moment et vérifia bien qu’il n’y ait personne autour d’eux - Lily Evans ! ». Marlene avait beau être dans la maison des hardies, elle craignait que l’intéressée ait pu apprendre qu’elle avait incité James Potter à la courtiser. Il ne se rendait sûrement pas compte du point auquel elle le détestait. Il n’y avait pas un jour sans que Lily trouve le moyen de lui répéter qu’elle ne le supportait pas et même quand il ne faisait rien. Le maraudeur était complètement cinglé d'en être tombé amoureux. Elle prit une profonde inspiration pour apaiser son esprit et le regarda dans le blanc des yeux pour chercher la manière la moins douloureuse de lui avouer la chose. « James, elle ne t’aime pas ». Elle ne s’était pas sentie aussi mal depuis le jour où elle avait annoncé à son petit frère que le père noël n’existait pas. « Et s’il y a bien une chose que j’ai appris en fréquentant Lily pendant cinq ans c’est qu’elle ne change jamais d’avis ». Elle préférait autant le libérer tout de suite de cette obsession idiote pour qu’il retrouve son insouciance, sa joie de vivre, quitte à courir après des filles stupides comme son meilleur ami si tel sentiment lui donnait l’impression de s’élever. « Elle persiste encore à dire que les pantalons pattes d’éléphant ne sont pas à la mode alors que ça fait déjà cinq ans. Et tu ne veux pas être son pantalon pattes d’éléphant, crois moi ! » se rappela-t-elle sombrement l’image de la rouquine en train de couper ciseaux en mains le jean qu’elle lui avait un jour offert pour son anniversaire. C’était beaucoup trop dangereux, même pour James !


dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Raindrops are falling on my head | JAMES

Revenir en haut Aller en bas

Raindrops are falling on my head | JAMES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
» Davy James' Fiche technique
» With Aristide's return comes hope (Selma James, widow of C.L. R. James)
» All i wanted was you [PV James Stanford]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: La tour sud :: La salle commune de Gryffondor-