Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

Paie moi un pur malt et je serai ton abraxan | WALDEN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 229
| AVATARS / CRÉDITS : FINN JONES, DANDELION
| SANG : PUR


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Azkaban.
| PATRONUS : Un coyote.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Paie moi un pur malt et je serai ton abraxan | WALDEN Ven 27 Juil - 19:43

Le doute se lisait dans les beaux yeux verts de l'inconnue qui ne l'était plus, et Macnair pouvait presque l'entendre peser le pour et le contre à voix haute dans sa tête, sans qu'aucun son ne sorte de sa bouche. Mais si trouble il y avait, la maligne n'en laissait quasi rien paraître, et se contentait de regarder alternativement sa propre personne lascivement appuyée contre le mur et sa cigarette qui se consumait dans le vide, sur le trottoir. Lui, attendait, sourire en coin, presque vainqueur. Elle l'avait chauffé toute la soirée et habilement tenté de brouiller les pistes, mais maintenant qu'il connaissait son nom, bien qu'elle-même devait se douter de son activité professionnelle, il avait le sentiment fort agréable d'avoir l'avantage. Le peu de choses qu'elle lui avait dévoilé n'avait cessé de le laisser tantôt interrogatif, tantôt suspicieux, et sous son beau minois il décelait déjà ce qu'il supposait être la prochaine plus belle connerie qu'il s'apprêtait à faire, mais eh ? On ne vivait qu'une fois. Et qui d'autre saurait, à part eux deux ?
Finalement, Oona sembla du même avis, car il la vit écraser sa cigarette contre le mur, non loin de lui. Il l'observa s'approcher de lui sans broncher, et se laissa faire sans bouger lorsqu'elle passa ses bras autour de sa nuque pour l'embrasser. Alors, il la pressa plus encore contre lui en faisant courir ses larges mains dans le dos de la jeune femme, approfondissant leur baiser qui se faisait plus fiévreux déjà. Elle profita qu'il quitte sa bouche pour embrasser sa mâchoire et son cou pour lui chuchoter à l'oreille l'adresse d'un ex moldu, dont elle omit de dire que c'était celle d'un ex et d'un moldu, mais qu'elle s'appropria comme étant la sienne. La trollesse. Qu'importe, elle embrassait divinement bien. « — Mon instinct à moi me dit que je joue à un jeu dangereux avec toi... » Fit-il en se reculant un peu pour plonger son regard dans les yeux brillants de sa compagne de soirée, « — ...mais il me dit aussi que je serais plus abruti encore qu'un putain de Cracmol si je te laissais filer... »
Pun intended.
Et sur ces belles paroles, il plaça sans autre forme de procès ses mains en coupe sous les fesses de la jeune femme et transplana directement jusqu'à ladite-adresse-de-l'ex-moldu avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 171
| AVATARS / CRÉDITS : © Merenwen
| SANG : ⊰ Mêlé mais il faut remonter à loin pour trouver la moldue de la famille.


MessageSujet: Re: Paie moi un pur malt et je serai ton abraxan | WALDEN Sam 4 Aoû - 10:38

« Plus abruti qu’un putain de cracmol … » grommelait entre ses dents l’injuriée. Il était rare que Oona Barbra Graves se lève avant l’aube et, lorsque tel était le cas, son humeur se trouvait massacrante. Qu’est-ce qui lui était passée par la tête de coucher avec cet intolérant sorcier ? C’est vrai qu’elle était sans doute une bonne abrutie ! La réponse pourtant se trouvait fort inconvenante - autant que fort évidente - tandis qu’elle contemplait les bras musclés du bel endormi dans lesquels elle s’était complètement abandonnée. « Un putain de cracmol … » s’extirpa-t-elle finalement du lit pour se rhabiller en toute discrétion. Car la jeune fille était aussi tapageuse en soirée que demiguise quand il s’agissait de s’échapper au petit matin. Il s’agissait sans doute de l’art qu’elle maîtrisait le mieux sur cette basse terre.

Elle noua ses cheveux en un chignon méthodique et s’employa alors, à sa façon, à faire le ménage. Elle s’empara des vêtements du beau sorcier éparpillés un peu partout dans l’appartement et ouvrit la fenêtre pour les balancer sans ménagement six étages plus bas. Elle se trouvait un peu honteuse, ménage faisant, de tomber sur tous les reliquats de cette nuit qui n’avait pas été une petite nuit de débauche. « Ohlalalala … » détourna-t-elle son regard d’un meuble dont la surface s’était vue débarrassée de tous ses bibelots. Quant à la salle de bain elle en referma la porte à l’instant où elle se rappela que le rideau de douche s’en trouvait arraché. Elle ne s’était jamais autant amusée avec le propriétaire du dit appartement retourné. Et le pauvre moldu subit encore un dommage collatéral lorsqu’elle balança à son tour ses vêtements par la fenêtre.

Elle ne garda pour elle que les shillings de l’un (suffisants pour se payer un cab) et la baguette de l’autre (suffisante à rien entre ses mains). Oona n’était pas une fille douée de sentimentalisme qui aimait conserver des souvenirs de ses meilleurs amants, loin s’en fallait. La branche de noisetier l’avait simplement fascinée depuis que le sorcier l’avait sortie de sa poche. Son coeur s’alourdit à la pensée de l’inutilité de l’objet en sa possession à elle, son bois même semblait s’en ternir. Elle la rangea dans son sac d’une main tremblante. Elle avait lu toute la rage du monde dans le regard de l’homme lorsqu’il s’était fait voler sa baguette la veille. Elle se trouvait déçue de ne pas y assister une seconde fois mais jouissait au moins d’un instinct de survie suffisant pour savoir qu’il s’agissait d’une bien piètre idée. Alors elle s’éloigna à pas feutrés avant de claquer d’un grand coup la porte d’entrée. BAM ! Et elle détala à toute vitesse dans les escaliers de l’immeuble, c’est qu’il fallait maintenant fuir ou mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 229
| AVATARS / CRÉDITS : FINN JONES, DANDELION
| SANG : PUR


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Azkaban.
| PATRONUS : Un coyote.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Paie moi un pur malt et je serai ton abraxan | WALDEN Mar 21 Aoû - 21:41

Walden sortit de la torpeur matinale lorsque la porte claqua brutalement. Gardant les yeux fermés, le bras qu'il avait coincé sous la tête tomba mollement à côté de lui, pour ne tâter, à plusieurs reprises... Que vide et draps froissés. Il ouvrit un œil.
Il ne reconnut pas tout de suite la chambre — la piaule, sans dessus-dessous, comme ravagée par un cambrioleur — dans laquelle il se trouvait, et se redressa sur un coude, émergeant du sommeil, scannant les environs. Un courant d'air ébouriffa ses boucles blondes et acheva de le réveiller par le froid qui le saisit, avant qu'il n'avise la fenêtre grande ouverte. Avait-elle fait claquer la porte ?
Non, bien sûr que non, sa conquête de la soirée avait filé. Au travail peut-être ? Il n'en n'aurait pas mis sa main à couper — et c’eut été réellement dommage d'ailleurs, au vue des merveilles opérées la veille.
Saisissant ce qu'il avait sous la main, un oreiller en l’occurrence, il préserva sa pudeur derrière, et partit fermer le fenêtre qui fit un bruit de tous les diables en grinçant. Il frissonna, car la pluie de la soirée avait nettement fait dégringoler les températures londoniennes. Certes, ç'aurait été plus pratique s'il avait pu mettre la main sur ses vêtem...
« — Merde ! Jura-t-il en sourdine, zyeutant le sol, le lit, sous le lit, la table basse, de partout, sans trouver trace de ses habits. Vaguement ébahi, il se passa une main sur le visage et fut saisi d'un doute horrible. Elle n'a quand même... Pas ? Walden rouvrit la fenêtre brusquement, faisant s'envoler une nuée de pigeons affolés sur le balcon d'en face. Ce qu'il découvrit six étages plus bas lui fit lâcher de rage son oreiller. La garce ! Bien qu'il ne s'était pas attendu à la revoir après cette nuit-là — et c'était sans compter l'humour incroyable du destin et de ce qu'il leur réservait —, il se demandait ce qu'avait pu lui valoir une telle sentence... Rebroussant chemin, il glissa sur un bout de corde, vestige de ce qu'avait jailli de sa baguette la veille, cherchant cette dernière pour ramener ses vêtements jusqu'à lui. En vain. Il retourna l'appartement encore plus qu'il ne l'était déjà, avec une ferveur proche de l'apoplexie. La GARCE ! Ragea-t-il en n'ayant plus d'autre choix que de transplaner dans le plus simple appareil jusqu'au Manoir familial.
Et croisant les doigts pour ne tomber ni sur son père, ni sur un elfe, lors de son walk of shame !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paie moi un pur malt et je serai ton abraxan | WALDEN

Revenir en haut Aller en bas

Paie moi un pur malt et je serai ton abraxan | WALDEN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Je serai retenu contre mon gré durant toute la semaine
» Le vol ne paie pas !
» Un jour je serai fort [Takeji-sensei]
» Ce que j'étais hier, je le serai demain. 05/10 - 9h17
» Le crime ne paie pas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Le chemin de traverse :: 
Le chaudron baveur
-