Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

« Mens pas, je sais que t'es puceau ! » • Ft. Marlene McKinnon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 948
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: « Mens pas, je sais que t'es puceau ! » • Ft. Marlene McKinnon Lun 23 Oct - 14:13

« Tu sais quoi ? C'est le premier soir de la rentrée, je vais être clément. Déguerpis avant que je ne change d'avis. »
C'est ainsi que détale le petit Poufsouffle pour sûrement rejoindre son dortoir après un signe de tête de remerciement. Voilà une bonne chose de faite. Comme tout les soirs, je fais ma ronde. Directement après, j'irais dans la salle de bain des préfets pour prendre ma douche. Je commence à m'y faire au rôle de préfet. Après deux semaines de vacance, je reprends du service. Il n'y a pas grand chose à dire de ces vacances à part que je les ai trouvé trop courtes. Revenir à Poudlard a voulu dire revoir les indésirables et reprendre les cours.
En déambulant dans les couloirs des cachots mal éclairés, je révise mon cours d'astronomie avec une attention toute particulière en raison de l'approche d'une évaluation écrite. Je considère mes rondes comme une perte de temps, alors j'essaye de les optimiser en révisant mes cours, m'arrêtant de temps à autre pour interpeller un élève sensé se trouver dans sa salle commune ou dortoir. Si sa tête ne me revient pas, je le colle, sinon je le laisse filer. -Favoritisme ?- Complètement. Je n'ai jamais dit que j'allais être un préfet juste. Depuis le début de cette soirée, j'ai dû coller deux ou trois élèves. Des Gryffondors, surtout. Ils prennent trop la confiance avec moi.
A fond dans mon cours d'astronomie, je sursaute quand quelque chose surgit de derrière une armure. Et ce quelque chose et en fait quelqu'un. Je reconnais rapidement les cheveux blonds de Marlene McKinnon. Elle m'a fait peur, l'abrutie !
« Scheisse, McKinnon ! »
Est-ce que je suis content de le voir ? C'est à méditer. Qu'est-ce qu'elle me veut ?

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 845
| AVATARS / CRÉDITS : © lolitaes
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: « Mens pas, je sais que t'es puceau ! » • Ft. Marlene McKinnon Mar 24 Oct - 10:43

Depuis qu’elle était préfète, Marlene était très rigoureuse dans l’application du règlement et très égalitaire lui semblait-il aussi. Elle avait même profité des vacances de la toussaint pour développer un tableau listant toutes les infractions possibles dans les lignes et toutes les circonstances atténuantes possibles dans les colonnes pour déterminer la juste peine qui s’appliquait. Elle l’avait épinglé dans la salle de repos afin que chaque préfet y ait accès. Le monde n’était-il pas plus juste s’ils appliquaient tous les mêmes sanctions et si les élèves les connaissaient à l’avance ? Pourtant, elle avait entendu un petit groupe d’élèves - ce n’était pas les héritiers de Salazar les plus malins qu’on se le dise ! - se vanter d’être au-dessus du règlement. Elle soupçonnait donc Maud et Alexandre de ne pas accomplir dignement leur devoir. Alors ce soir là, profitant que le garçon exécute sa ronde en même temps qu’elle, elle l’avait suivi en s’arrangeant pour se trouver toujours dans le couloir suivant et punir ainsi les élèves avec lesquels il avait été clément … tous sauf ceux de sa maison en l’occurence alors McKinnon bouillonnait particulièrement de rage.

Avant de lui lancer un vilain sortilège par derrière - ce qui n’aurait certes pas été plus digne de sa maison - la griffonne avait donc emprunté un raccourci auquel Black l’avait introduit pour rejoindre les cachots avant Alexandre. Elle se souvenait avoir manqué de croiser le Baron Sanglant la dernière fois et frissonna d’horreur à cette pensée. Même quand tout Poudlard était touché par le froid de l’automne, les cachots arrivaient à être toujours plus glaçants. Le lieu - situé au niveau du lac - était humide et des bruits de goutte d’eau s’écrasant sur la pierre ponctuaient ce glauque silence. Marlene n’aimait pas particulièrement ces lieux et, souhaitant rendre son entrée plus théâtrale autant que pour se protéger, se cacha derrière une armure en entendant des pas approcher. Elle prit bien soin de ne pas la toucher car ces carcasses vides de chevaliers la mettaient toujours peu à l’aise. Alexandre surgit enfin et Marlene à son tour. « Ahaaaaaa » fit-elle en le pointant du doigt comme si elle l’avait pris la main dans le sac alors que pas du tout. Un sourire un peu peste se dessina sur son visage lorsqu’elle constata qu’elle l’avait fait sursauter. « Alors Rozen ? On ose décharger sa frustration sur les élèves de ma maison ? » l’accusa-t-elle en sortant finalement tout à fait de sa cachette car plus elle prenait de distance avec les armures et mieux elle se sentait. Elle croisa les bras sur sa poitrine en attendant des explications car elle avait sa petite idée sur la manière dont il aurait pu se racheter.

______________________________
Act your age, not your shoe size
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 948
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: « Mens pas, je sais que t'es puceau ! » • Ft. Marlene McKinnon Mar 24 Oct - 22:02

Je fusille du regard McKinnon qui semble toute fière du sursaut de surprise qu'elle a causé chez moi. C'était un moment entre mon cours d'astronomie et moi. C'est une intruse. Elle me pointe du doigt. C'est mal poli. Qu'est-ce qu'elle me veut ? J'ai envie de l'éclater contre le mur, elle et son sourire de peste. -T'es de mauvais poil.- Si j'ai dit que j'étais content de la revoir en début d'année, eh bien ce n'est plus le cas. Elle m'accuse alors, se prenant pour une justicière au passage, de, je cite: "décharger ma frustration sur les élèves de SA maison". Je crois qu'elle fait preuve d'un peu de paranoïa. Ce n'est pas de ma faute si les Gryffondors ont des têtes à claque. Je croise les bras à mon tour.
« Alors McKinnon ? On s'est toujours pas fait soigner sa paranoïa ? »
Au cas où elle ne l'avait pas remarqué, j'ai un cours d'astronomie à réviser. Alors si elle pouvait ne pas me faire perdre trop de temps, ce serait adorable. Ce n'est pas je n'apprécie pas Marlene mais elle a mal choisi son moment. -Tu n'étais pas sensé essayer d'améliorer tes relations ?- Elle n'est pas venue en amie, ou tout cas, on ne dirait pas. Elle vient pour porter des accusations sur ma personne, normal que je ne l'accueille pas avec joie. Et ça reste encore difficile pour moi de la qualifier comme étant mon amie.
« Je ne décharge pas ma frustration, complètement inexistante, sur les élèves de TA maison. Je colle juste les élèves qui traînent dans les couloirs alors qu'ils ne sont pas sensés y être et que j'estime qu'ils l'ont cherché, l'heure de colle. Et est-ce que je dois en déduire que tu m'as espionné pour en déduire une telle chose ? Chère McKinnon, en cinq années de vie commune au sein de la même école, tu devrais savoir que je n'ai pas besoin de baisser le regard vers la cravate pour en vérifier la couleur pour savoir si une personne a une tête à claque ou pas. » dis-je en baissant le regard vers la cravate de mon interlocutrice comme pour illustrer mon propos. « Certes, j'ai majoritairement puni des élèves de TA maison ce soir, mais ce n'était pas sans raison. »
Je me retiens d'ajouter que je trouve la majorité des Serpentards tout aussi insupportables que les Gryffondors. Si seulement ces seules paroles pouvaient permettre à McKinnon de me laisser tranquille. Mais je sais qu'elle veut quelque chose. Sinon, elle n'aurait pas attendu aussi longtemps pour venir surveiller mon travail pendant une ronde. Une idée vient de germer dans son esprit, tout simplement. On remarquera que j'ai fait des efforts sur la forme pour dire le fond de ma pensée. -M'ouais... T'as encore des progrès à faire.-

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 845
| AVATARS / CRÉDITS : © lolitaes
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: « Mens pas, je sais que t'es puceau ! » • Ft. Marlene McKinnon Mer 25 Oct - 12:23

Le sang de la griffonne avait beau être bouillonnant d’une rage écossaise, il en fallait un peu plus que la traiter de paranoïaque pour la faire démarrer au quart de tour. C’est que, depuis qu’elle avait posé son premier pied dans l’enceinte du château il y a de cela cinq années, les anciens amis du préfet l’avaient traitée de plus vilaines choses que cela. « Blablabla - raillait-elle le long discours de son camarade en agitant la tête d’un côté et de l’autre car les longs discours quand ils ne sortaient pas de sa bouche à elle avaient le don de l’ennuyer - A d’autres Rozen ! » conclut-elle en restant farouchement campée sur ses positions puisque, occupée à le railler, elle n’avait de toute façon écouté qu’un mot sur deux de ceux qu’il avait prononcé. La dernière phrase pourtant ne lui échappa pas et elle pointa de nouveau son doigt vers lui, juste sous son menton cette fois-ci du fait de leur proximité, en se répétant. « Ahaaaaaa ! Un coupable avoue toujours son crime ! » fit-elle en érigeant en vérité générale une assertion qui n’en était pas une ; et prouvant ainsi qu’elle était en effet un petit peu paranoïaque. Elle croisa de nouveau les bras contre sa poitrine maintenant que son sens du devoir était apaisé et le considéra avec un sourire fier (sans doute celui qui poussait son interlocuteur à la qualifier si promptement de tête à claques). Et comme elle considérait que l’aveu de son crime ne pouvait plus être remis en question, il était temps de passer à l’application de la sanction. « Je ne peux pas te punir vu que tu es également un préfet - fit-elle avec un haussement d’épaules déçu mais convaincu - Mais j’ai malgré tout une solution pour ton problème … tu sais … de frustration … ». Elle tourna ses yeux dans leur orbite vers la droite - comme si la réponse avait été contenue dans l’armure - car elle était beaucoup plus à l’aise pour parler de virginité avec les filles qu’avec les garçons. Son club souffrait d’un cruel manque d’adhérents et particulièrement d’adhérents de sexe masculin. Les maraudeurs avaient évidemment éclaté de rire quand elle leur en avait parlé, pareillement pour Wilkes, et comme à chaque fois que Marlene était désespérée elle finissait par se tourner vers Alexandre, il n’échapperait cette fois-ci pas encore à la règle. « Alors t’en dis quoi ? » demanda-t-elle avec un large sourire comme si elle s’était attendue qu’il soit doué de légilimencie et ait pu lire le fil de ses pensées.

______________________________
Act your age, not your shoe size
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 948
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: « Mens pas, je sais que t'es puceau ! » • Ft. Marlene McKinnon Mer 25 Oct - 21:34

S'il faut retenir une chose à propos de Marlene McKinnon, c'est ceci: elle n'entend que ce qui l'arrange. De ce fait, tu auras beau dire pleins de choses sensées, logiques et rationnelles, elle ne les entendra pas si cela ne sied pas à ses idéaux ou ce qu'elle veut entendre. Elle ne retiendra que ce qui la contrarie le moins. C'est ainsi qu'elle ne semble avoir entendu que ma dernière phrase. Elle pointe de nouveau son doigt vers moi. C'est mal poli. Et s'exclame d'une façon grotesque, affichant un sourire fier. Je lève les yeux au ciel. Cette fille est fatigante. Je plains ses parents qui ont dû la supporter toute son enfance. Ils ont dû voir son entrée à Poudlard comme une libération, c'est certain.
Heureusement qu'elle ne peut pas me punir ! De toute façon, je l'aurais puni en retour. Ce n'est pas pour rien que les préfets ne peuvent pas se coller entre eux: pour éviter ce genre de situation stupide. Pour peu que deux préfets se détestent. Dumbledore (ou son prédécesseur) n'est pas bête, il a pensé à ça.

« Mais j’ai malgré tout une solution pour ton problème … tu sais … de frustration … »
Je la regarde fixement. J'hausse un sourcil, attendant la suite. Ah, je suis sensé comprendre ? Je continue de la fixer, perplexe. Elle croit que j'ai envie de jouer aux devinettes ? Elle s'est prise pour Dumby ? Ce que j'en dis ? Rien du tout. Si elle m'avait parlé en turc, ça n'aurait rien changé du tout. Enfin... Marlene McKinnon ne parle pas la langue d'un pays où les droits de la femme ne sont pas respectés.
« Tu sais... Je ne suis pas legilimens. » dis-je au bout de quelques secondes.
J'ai déjà du mal à apprendre l'occlumancie, ce n'est pas pour être legilimens. J'aimerais bien l'être. Mais je ne le suis pas. Je crains qu'elle va devoir être un peu plus précise. La conversation ne va pas avancer ainsi.
« A part la frustration de ne pas pouvoir réviser mon cours d'astronomie en cet instant, je ne vois pas de quoi tu parles. Il va falloir être un peu plus précise. »
J'évite de rajouter que je ne vais pas la manger, mais j'ai peur que ça ne la braque et je serais condamné à ne jamais comprendre ce qu'elle veut me dire. Cela lui coûte quoi d'être un peu plus explicite ? Elle veut encore que je rejoigne un de ses clubs à la con ? Je n'ai pas de temps à consacrer à un club cette année. Et je n'ai pas envie non plus d'en consacrer. Les clubs de McKinnon, en plus d'être toujours synonymes d'échec, sont une profonde perte de temps et n'ont aucun intérêt.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 845
| AVATARS / CRÉDITS : © lolitaes
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: « Mens pas, je sais que t'es puceau ! » • Ft. Marlene McKinnon Ven 27 Oct - 10:25

De manière habile et précautionneuse, Alexandre finit par avouer à Marlene qu’il avait autant compris son discours - ou plutôt son non discours - que si elle avait parlé le langage des êtres de l’eau. Elle leva des yeux blasés au plafond, davantage dirigés contre elle que contre lui, et maudit son incapacité chronique à parler de tout sujet un tant soit peu sulfureux. C’est que la blonde avait toujours été une fille sans aucune gêne et sans aucun tabou - combien de blagues scatophiles avait-elle formulées en poursuivant ses camarades avec des crottes de chartier plantées sur des bâtons pendant les cours de soins aux créatures magiques ? Des tas ! - alors elle avait envie de se foutre des claques au même titre que le reste du château en cet instant. Elle trépignait d’impatience sur ses pieds et grommelait indistinctement tandis que la patience du Serpentard s’effilochait. Frustration dans ses révisions ? Soit l'esprit de Merlin ne l’éclairait pas du tout soit il était de la même espèce toquée que Funestar ! « FRUSTRATION SEXUELLE IDIOT ! » explosa-t-elle enfin en montrant certes que elle-même était touchée par le phénomène tandis que le mot banni se répercutait contre les couloirs du cachot. Elle sortait depuis plusieurs mois avec Wilkes et s'était encore avant rendue au bal avec Alexandre mais tout cela c'était juste pour le style "mixité". Car maintenant elle commençait à son tour à s'intéresser aux garçons ou plutôt à un garçon en particulier et quel garçon ! « Je veux dire - reprit-elle en jouant distraitement avec la visière de l’armure et inspirant plus calmement comme sa maman le lui avait appris quand elle pétait les plombs - Que peut-être et comme il est évident que tu souffres de la chose et si cela t’intéresse évidemment tu pourrais souhaiter vouloir rejoindre mon club prônant les vertus de la virginité ? » présenta-t-elle d’une manière alambiquée et polie qui ne lui ressemblait certes pas beaucoup. Même quand elle avait brisé les traditions pour l'inviter au bal, on se souvenant qu'elle y avait été plus franco. Alors que là elle était vraiment toute rouge de honte. « On écrit des sonnets et on les met en musique… » ajouta-t-elle comme s’il s’agissait d’un argument imparable. L'armure avec laquelle elle jouait changea brusquement de position et Marlene replia aussitôt son bras contre son ventre. « Alors ? » osa-t-elle enfin le regarder avec un nouveau sourire priceless maintenant que la colère l’avait complètement abandonnée et que la gêne commençait à en faire de même.

______________________________
Act your age, not your shoe size
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 948
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: « Mens pas, je sais que t'es puceau ! » • Ft. Marlene McKinnon Jeu 2 Nov - 23:33

« FRUSTRATION SEXUELLE IDIOT ! »
La voix de McKinnon résonne dans tout le couloir du cachot. Je la regarde en haussant un sourcil. J'ai envie de rire. Il ne faut pas, c'est méchant. Je me retiens tant bien que mal, mes lèvres se retroussent en un rictus moqueur.
« Tu peux pas le crier un peu plus fort ? » demandé-je dans l'espoir d'avoir l'air agacé, même si je n'arrive pas à rester sérieux et que cela sonne moqueur.
Je pourrais presque la voir rougir. C'est jubilatoire. Je croise les bras en la regardant se calmer, inspirant et expirant calmement. Je serais elle, je ne toucherais pas à l'armure. On ne sait jamais si le bras tombe ou si elle se met à bouger. C'est du vécu de ma première année, ça. Sans l'interrompre, je l'écoute me parler de son club de vierge. Elle est entrain de me dire que j'ai une tête de puceau. J'oscille entre le rire et la vexation. Je m'étonne de la McKinnon que j'ai sous les yeux. Je l'ai connue moins courtoise. Elle me sort que dans son club, on rédige des poèmes. Qu'est-ce que j'en ai à faire ? Je n'ai jamais aimé la poésie.
L'armure avec laquelle elle joue change brusquement de position, surprenant Marlene.

« Alors ? » me relance-t-elle avec l'un des sourires dont elle a le secret. Je la regarde longuement, appuis mon épaule contre le mur humide, toujours les bras croisés. Que lui répondre ? Je n'ai pas franchement envie de rejoindre son club. Non seulement je n'ai pas le temps et je ne veux pas être assimilé à ça. Je n'ai pas envie d'être méchant avec elle. Elle a fait des efforts, pris sur elle pour parler de ça.
« Qui te dis que je suis puceau ? » demandé-je, prêt à mentir.
Ce n'est pas bien de mentir, mais qui ne tente rien a rien. Et puis elle n'a pas à faire des suppositions comme ça sur la vie sexuelle des gens ! -Mais t'es puceau quand même.- J'admets que j'estime que la virginité est une valeur importante, qu'il ne faut pas l'offrir à n'importe qui. Mais pas au point de rejoindre un tel club.
« Je ne suis pas puceau, Marlene. » dis-je clairement. Dans l'espoir qu'elle ne me pose pas de question.
Elle ne va pas accepter une personne qui a couché dans son club de vierges. Si ? -T'es cramé à dix milles lieux, mec. T'as vraiment une tête de puceau.- C'est plus gênant que je ne le pensais, de mentir sur cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 845
| AVATARS / CRÉDITS : © lolitaes
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: « Mens pas, je sais que t'es puceau ! » • Ft. Marlene McKinnon Dim 5 Nov - 10:13

La crédulité de Marlene lui fit ouvrir de grands yeux surpris quand Alexandre éprouva le fondement de son invitation. Alors lui aussi il avait sauté le pas ? Comme Ewan ? Comme Gardenia ? Son coeur se mit à battre la chamade sous l’effet de la pression sociale. Elle avait été largement raillée l’année passée à cause de cette histoire de premier baiser qui ne venait pas. Pas moyen qu’elle revive cet enfer pour l’étape suivante ! Mais l’éducation catholique écossaise qu’elle avait reçu, bien qu’elle l’ait toujours vivement rejetée, avait laissé quelques indéfectibles marques chez elle. Et dans sa tête d’adolescente de seize ans, elle aurait de loin préféré embrasser un détraqueur plutôt que de se trouver toute nue devant n’importe quel garçon. Alors comme elle ne voulait ni perdre sa virginité, ni que tout le monde la perde sauf elle, elle était arrivée à la conclusion logique qu’il faudrait qu’elle empêche tous ses autres camarades de s’adonner à de telles pratiques. Lorsque Alexandre lui répéta - avec un aplomb tout relatif - qu’il avait déjà perdu sa virginité et n’était pas éligible à rejoindre son club, elle le toisa d’une manière plus suspicieuse sous ses sourcils froncés. Le bon sens se réinvita alors dans l’esprit de Marlene et un large sourire fendit ses lèvres avant qu’elle n’explose de rire de la plus vexante des manières. « Tu sais que j’ai failli y croire pendant au moins cinq secondes ? ». Et comme elle n’était pas connue pour tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler, elle continua tout naturellement à s’exprimer. « REJOINS LE CLUB - N’était-ce pas lui qui l’avait invité à s’exprimer encore plus fort ? - En plus les autres élèves penseront que t’es puceau par choix plutôt que par défaut ce qui est très certainement le cas, parce que franchement qui voudrait … - ce ne fut qu’à cet instant qu’elle réfléchit et lui adressa un nouveau sourire - enfin bref, rejoins nous, on est déjà deux ! ».

______________________________
Act your age, not your shoe size
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 948
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: « Mens pas, je sais que t'es puceau ! » • Ft. Marlene McKinnon Sam 18 Nov - 20:10

Marlene explose de rire. Je la toise du regard. C'est presque vexant ! Non. C'est vexant ! Je détourne le regard, contrarié. C'est sa virginité qu'elle aurait dû perdre, pas le respect. Le respect s'est fait embouser bien profondément. Elle me crie encore de rejoindre le club. J'ai envie de l'étrangler. Je n'ai même pas la force de lui répondre. Jusqu'à ce qu'elle insinue que je suis puceau par défaut et pas par choix. Elle ne le dit pas mais je sais ce qu'elle veut dire. Que personne ne voudrait partager un moment intime avec moi, que je suis détestable, qu'on ne voudrait même pas me toucher avec un bâton. Et après ça, elle daigne m'adresser un sourire ? Elle se prend pour quoi ? Qu'elle aille se faire embouser, scheisse !
« Marlene, tu ne connais rien à ma vie sexuelle et je ne te permets pas de dire ça sur moi. T'en sais rien, tu n'en sauras jamais rien. »
Je continue ma route mais je sais qu'elle me suivra. Elle ne va pas lâcher le morceau aussi facilement. Elle me saoule avec ses clubs à deux noises que personne ne veut rejoindre parce qu'à notre âge, peu de gens veulent encore rester puceau. Et je fais parti de ces gens là qui veulent avoir une vie sexuelle avant d'avoir trente ans ! Je lâche un rire jaune.
« Tu as vraiment cru que j'allais vouloir intégré ton club de vierge effarouchée ? Surtout après ce que tu me dis ? »
Mes propos sortent du coeur. Si elle est contrariée après tout ce que j'aurais à lui dire, ce n'est pas mon problème. Elle l'aura cherché. -Ouais mais après tu vas pas assumer si elle pleure.- Pourquoi les autres pourraient être aussi indifférents quand une fille pleure et pas moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 845
| AVATARS / CRÉDITS : © lolitaes
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: « Mens pas, je sais que t'es puceau ! » • Ft. Marlene McKinnon Mer 22 Nov - 9:30

Alexandre se défendait plus ardemment et ne faisait finalement que confirmer la vérité sur laquelle Marlene venait de poser son doigt inquisiteur. Alexandre était aussi vierge de sexe que ses anciens amis l’étaient de trace d’intelligence. « Mais parce qu’il n’y a rien à savoir ! » rétorqua-t-elle en riant encore. Elle trouvait tellement ridicule que Alexandre lui mente comme cela au nez. Et puis elle était aussi foutrement soulagée de trouver des camarades de son âge, et notamment masculins, qui ne connaissent rien à la chose. Cela la faisait se sentir diablement moins seule. « Et c’est très bien, on est jeunes encore ! » ajouta-t-elle aussitôt en lui emboîtant le pas. « Je veux dire, si on est pas prêts dans nos têtes, pourquoi on se mettrait la pression, hein ? C'est pas parce que nos corps bouillonnent de désir à cause des hormones qu'ils ont raison, non ? ». Comme elle était heureuse qu’Alexandre se trouve dans le même exacte situation qu’elle, elle se permettait de lui raconter un peu sa vie, peut-être que cela faisait écho à la sienne après tout ? « Ce serait bête, tu crois pas ? ».

Mais son camarade continuait à avancer d’un pas sec et le visage fermé. Ces arguments ne semblaient pas de matière à le convaincre. Elle aurait pu s’arrêter sauf qu’elle avait déjà vu l’adolescent adopter la même allure à l’égard de son club de la mixité, et cela pendant des années, avant qu’il ne finisse par craquer. Il l’avait certes un peu regretté. « Promis pour celui-ci on portera pas de badge ! » le rassura-t-elle d’un coup en se remémorant l’incident du bal qui lui avait presque valu de se faire avada kedavriser sur place. Elle ne lui avoua par contre pas qu’elle pensait à des chevalières de ralliement. « Et évidemment que je crois que tu vas rejoindre mon club, tu finis toujours par craquer … » avoua-t-elle à voix basse en regrettant un peu cet argument tandis que les mots s’échappaient de ses lèvres. Réfléchir avant de s’exprimer n’avait décidément jamais été son fort. Il marchait de plus en plus vite et elle commençait à s’épuiser alors elle le retint par la cape comme un canasson en s’énervant un peu. « Allez Alexandre, arrête d’être chiant ! Et rejoins notre club ‘La pureté la vraie’ ! Qu’est-ce qui pourrait t’arriver d’affreux franchement ? ». Le pire pouvait en réalité arriver dans un club qui portait un nom pareil !

______________________________
Act your age, not your shoe size
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 948
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: « Mens pas, je sais que t'es puceau ! » • Ft. Marlene McKinnon Jeu 23 Nov - 20:31

Je n'aurais su définir la relation que j'entretenais avec Marlene McKinnon. Elle m'était insupportable autant que je l'appréciais. J'avais la vive impression que les seules occasions pour lesquelles elle venait me parler, c'était pour me demander quelque chose. Comme si elle profitait de mes faiblesses de caractère. Je commençais à essayer de la fuir en continuant mon chemin, mais elle poursuivait son speech inlassablement sur le fait d'être vierge.
« Ce serait bête, tu crois pas ? »
« Marlene. Je m'en fiche. »
J'accélérais le pas. Je n'avais pas envie de savoir pour qui le corps de la Gryffondor bouillonnait. Tout comme je n'avais pas envie de rejoindre son club. Elle essayait de ma rassurer, ayant appris de ses erreurs de l'année passée. Notamment avec ces badges que je trouvais immondes. Mais j'étais certain qu'elle avait pensé à une autre bouserie en compensation. Elle était comme ça, Marlene ! Elle prenait mon inscription dans son club comme acquise, ce qui avait le don de m'énerver. Surtout parce que je savais qu'elle avait raison.
Alors que j'accélérais encore la cadence, je sentis Marlene me retenir par la cape. J'inspirai un grand coup, profondément agacé avant de me retourner vers elle.
« T'es pas décidée à me laisser tranquille, hein ? »
Le nom de son club avait une drôle de connotation dans ma tête. Il s'agissait d'une référence à la pensée pro-sang-pur. Je trouvais cela un peu facile et ridicule. Surtout que pour moi, cela ne sonnait pas comme le nom d'un club prônant la tolérance ou l'ouverture d'esprit. Donc le plus affreux pouvant m'arriver, cela aurait été de rejoindre son club.
« Ton nom de club est très mal choisi, tout comme tes moyens de diffusion que je qualifierais de propagande ratée. Donne moi une seule bonne raison de rejoindre ton club. Après, peut-être que je ferais l'effort de réfléchir à le rejoindre. Une bonne raison que j'estimerais VALABLE. »
Elle n'allait pas trouver, j'en étais sûr et certain. Mais je savais qu'elle pouvait être surprenante, par moment. Donc j'attendais de voir. Puis une idée me traversa l'esprit. Une idée que aurait été forte hilarante à mettre en oeuvre, sans aucun doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 845
| AVATARS / CRÉDITS : © lolitaes
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: « Mens pas, je sais que t'es puceau ! » • Ft. Marlene McKinnon Dim 26 Nov - 9:11

Quand la griffonne avait une idée en tête, elle était toujours aussi têtue qu’un niffleur. C’était sans aucun doute ce défaut, entre autres, qui lui valait le juste qualificatif de véritable tête à claques. Alors ce ne serait sûrement pas après cinq minutes d’une discussion cordiale qu’elle se déciderait à laisser Alexandre Rozen tranquille. Elle lui lâcha néanmoins la cape dès qu’il se retourna le coeur un peu battant. L’écusson vert épinglé à la robe de son camarade l’empêchait d’oublier qui il était. On ne le voyait peut-être plus traîner avec Thomas Avery et le reste de sa clique, mais il traînait toujours derrière lui l’ombre d’une mauvaise réputation. Marlene avait commencé à se détacher de lui quand elle avait appris qu’il s’amusait à menacer de jeunes élèves de la maison des jaunes et noirs. Malgré tout, Alexandre Rozen ne s’en était jamais pris à elle. Alors il était dur pour Marlene de le voir comme quelqu’un de véritablement bon ou de véritablement mauvais. Aussi se contenta-t-elle de lever les yeux au ciel en laissant échapper un profond soupir d’ennui quand il blâma sa mauvaise communication. Elle avait l’habitude que tout le monde critique ses clubs de toute façon. Mais au moins elle essayait d’agir. Et lorsque le préfet des verts lui laissa entrevoir un rayon d’espoir, elle ne regretta pas de s’être échinée contre lui. C’était du tout cuit se disait-elle. Ses yeux brillèrent de nouveau d’excitation. Une bonne raison ? Une seule ? C’est tout ! Wahow ! Mais elle en avait mille des raisons ! « Eh bien si tu vas à la première réunion, tu pourras peut-être faire adopter un nouveau nom pour le club ? J’veux dire, si jamais ton idée emporte la majorité ! - Foi de McKinnon, pas moyen qu’elle laisse ça arriver ! - C’est déjà pas mal non ? ». Mais tandis qu’elle finissait de s’extasier sur cette raison, elle se rendit compte de son évidente futilité du point de vue de son camarade. « Non attend je retire ! » se reprit-elle aussitôt. Il fallait qu’elle réfléchisse à une raison susceptible de l’emballer lui. Et comme il avait son visage de garçon aussi fermé que blasé, il fallait qu’elle se torde un peu plus les méninges que d’habitude. Elle était plus griffonne que aiglonne et finit par se fendre d’un soupir sincère : « Honnêtement ? Je sais pas pourquoi tu voudrais rejoindre mon club Alexandre ! Mais ça me ferait vraiment plaisir ! J’ai l’impression que tu es le seul élève de ta maison chez qui brille une lueur d’intelligence parfois alors bon … ». Cela faisait bien longtemps que la jeune fille n’avait pas adressé un garçon au compliment, le dernier qu’elle lui avait adressé remontait sans doute au bal de l’année dernière, quand elle s’était étonnée qu’il ne soit pas un trop mauvais danseur. Elle le considéra les bras croisés en arquant un sourcil. « Qui sait, tu te sentirais peut-être moins seul ? ». Non pas qu’elle sous-entende qu’il n’ait aucun ami (mais un peu quand même).

dragées:
 

______________________________
Act your age, not your shoe size
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 948
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: « Mens pas, je sais que t'es puceau ! » • Ft. Marlene McKinnon Mar 28 Nov - 18:04

J'haussai un sourcil à la proposition de Marlene. Croyait-elle vraiment que j'allais vouloir rejoindre son club juste pour pouvoir en modifier le nom ? Mais bien rapidement, voyant que je n'étais absolument pas convaincu, elle chercha une autre raison qui lui demanda beaucoup plus de réflexion qu'à l'accoutumé. N'en trouvant aucune, elle finit par l'admettre. Ce qu'elle rajoutait me faisait doucement rire jaune. Je n'avais pas plus de lueur d'intelligence que les autres élèves de ma maison. J'étais aussi bête qu'eux à la différence près que contrairement à eux, je m'en rendais compte. Et je soupçonnais Marlene de le savoir et de juste essayer de me brosser dans le sens du poil.
« Tu sais que c'est faux. » lui répondis-je sans la regarder.
Dans le fond, malgré le fait que pendant longtemps, je m'étais donné une image qui ne me reflétait pas réellement (et que j'eus longtemps regretté), j'étais plus ou moins transparent. Donc cela ne m'avait guère étonné qu'elle eut remarqué mon changement de comportement, qu'en fait, je ne cherchais même pas à cacher. Ni même qu'elle eut décelé une certaine solitude que je m'efforçais de nier. J'avais des amis, peu importe ce que l'on en pensait, mais en dehors de cela, j'étais seul.
« Ces derniers mois, j'ai juste appris un certain nombre de chose. J'ai appris qu'il valait mieux être seul que mal accompagné. »
J'avais commencé à m'enfermer dans ma bulle en en étant parfaitement conscient. Mais je voulais éviter ça. Cela expliquait le fait que j'avais voulu resté dans l'équipe de quidditch, que je m'étais inscrit à la chorale...  Pourquoi pas dans un club de vierge au nom pourri ? Je ne pouvais guère être moins bien entouré avec des vierges qu'avec les Serpentards. Et puis sinon je n'allais pas pouvoir faire ma blague ! Et cela aurait été dommage. Je soupirai.
« Va pour le club de vierge. »
Bon... Marlene allait sûrement m'en vouloir. Mais elle allait finir par en rire. Et puis, elle n'avait qu'à pas autant forcer pour que je rejoigne son club.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 845
| AVATARS / CRÉDITS : © lolitaes
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: « Mens pas, je sais que t'es puceau ! » • Ft. Marlene McKinnon Sam 2 Déc - 13:15

Comme Marlene ne faisait que très rarement des compliments aux personnes qui ne constituaient pas son cercle d’amis, elle leva les yeux au ciel blasée que Alexandre balaye le sien comme une inopportune poussière sur son épaule. Ne comptez absolument pas sur elle pour insister car le bien être de son camarade l’intéressait malgré tout beaucoup moins que la réussite de son petit club à elle. Mais elle finit tout à fait par grogner quand il lui sortit la maxime la plus déprimante qu’elle ait jamais entendu. Est-ce qu’il avait pensé sinon à la possibilité d’être tout simplement bien entouré ce troll ? « C’est juste une chose ça, pas un certain nombre … Peut-être que t’apprendrais encore plus au contact de personnes qui ne sont pas de mauvaise compagnie … » suggéra-t-elle pour une fois d’une manière optimiste qui n’était pas idiote. Elle lui adressa un sourire sympathique car elle parlait bien évidemment d’elle en premier lieu. Si elle était vraiment venue le chercher avec un but intéressé, elle se surprenait à éprouver un peu de peine à le voir bougonner de sombres pensées tout seul dans son coin. Il avait l’air un peu plus malheureux que le garçon qui patinait sur le lac glacé l’année dernière. « On peut même faire des concours de patins entre puceaux si tu veux ? Les premiers qui tombent se prennent une boule, grosse folie, youhou !  » pouffa-t-elle finalement de rire car elle adorait assez jouer sur les mots. Cela la faisait plutôt rire de s’imaginer faire du patin à glace avec ses amis pendant que les autres préféraient s’en rouler justement des patins. Elle n'avait par contre trouvé aucun jeu de mot nul pour la boule parce qu'elle n'avait pas d'imagination. Mais elle n’eut pas à se creuser davantage sa caboche blonde car enfin l’adolescent céda à son caprice. « YES ! TROP BIEN ! » fit-elle en bondissant véritablement extatique avant de lui présenter la palme de sa main pour qu'ils se tapent un high five.

______________________________
Act your age, not your shoe size
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 948
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: « Mens pas, je sais que t'es puceau ! » • Ft. Marlene McKinnon Jeu 7 Déc - 19:40

Je fis l'impasse sur le jeu de mots de McKinnon qui malgré tout était bien trouvé. Même si je doutais d'être une bonne référence humoristique et en ce qui concernait les jeux de mot. Surtout en imaginant ce qui commençait doucement à se mettre en place dans mon esprit. Une blague d'assez mauvais goût, très certainement. Je ne savais pas si j'allais le regretter ou non, mais je cédai à un énième caprice de Marlene McKinnon. A ce oui, elle sauta presque de joie comme si je lui avais annoncé que je donnais des milliers de galion pour l'abolition de l'esclavage des elfes de maison dans les foyers anglais.
Elle me présenta la paume de sa main pour faire un high five. Ce que je fis mais certainement pas avec toute l'énergie et l'enthousiasme qu'il aurait fallu. C'était presque assez mou en vérité. Cela reflétait mon adhésion au club par pur dépit. Je pensais déjà aux longues réunions ennuyeuses au club de vierge où l'on allait parlé de l'importance de la virginité en faisant de la propagande pour des monastères ou couvents. Des endroits où je n'allais jamais mettre les pieds.
« Par contre, j'exige de pouvoir quitter le club à tout moment et de pouvoir sécher certaines réunions. »
Elle croyait que je n'allais poser aucune condition ? Peut-être que j'en demandais trop à vouloir sécher les réunions. J'allais sans aucun doute commencer à ne pas en aller à une puis à toutes les autres. Je ne savais pas pourquoi je disais ça. Parce que je savais qu'elle ne risquait pas m'écouter dès le moment où elle avait obtenu ce qu'elle voulait. J'aurais dû apposer mes conditions avant d'accepter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Mens pas, je sais que t'es puceau ! » • Ft. Marlene McKinnon

Revenir en haut Aller en bas

« Mens pas, je sais que t'es puceau ! » • Ft. Marlene McKinnon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» je sais que tu me mens et jusque là tout va bien. {SACHA}
» Je sais une église... écrit sans un seul O
» •• IN NOMINE MENS •• « Les Anges.. Les Démons.. Et Nous ! »
» "Je t'apprécie beaucoup tu sais...."(with EMY!)
» Feuille de frêne(je sais pas si faut autre chose) || 13 Sept.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Poudlard
-