C'est la rentrée sur ATDM, tous à bord du Poudlard Express !
La liste des préfets et des capitaines a été affichée, n'hésitez pas à aller la consulter sur le panneau d'affichage !

Partagez|

Faut au moins être deux pour faire la ronde | SIRIUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 526
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by wolfgang
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Faut au moins être deux pour faire la ronde | SIRIUS Lun 23 Oct - 14:34

Rien ne réjouissait autant Marlene dans ses fonctions de préfète que les rondes avec Luzia. Mais depuis la rentrée l’emploi du temps des deux meilleures amies ne le leur permettait malheureusement pas de déambuler ensemble chaque semaine. « Mais je vais pas faire la ronde toute seule, c’est bien connu qu’il faut au moins être deux pour faire la ronde ! » s’était défendue sous le couvert d’un mauvais jeu de mots une griffonne pas si courageuse à l’idée d’affronter les sombres couloirs à la seule lueur de sa baguette. Alexandre Rozen, pareil à la cruelle réponse d’une force supérieure, était passé par là au même moment. Plutôt être seule qu'avec lui ! Alors finalement, ce soir-là, Marlene avait pris son courage à deux mains pour accomplir son devoir de préfète toute seule après l’heure du couvre-feu. Elle était fière de n’avoir presque pas sursauté - juste une fois quand un chat égaré l’avait surpris en se frottant derrière ses mollets - et avait déjà retrouvé un pas plus assuré sur le chemin du retour. Mais une nuisance sonore retint son attention tandis qu’elle passait devant les portes, pourtant closes, de la bibliothèque. Elle ouvrit de grands yeux en contemplant les deux lourdes portes de chêne d’un air interdit. N’étant pas bien certaine de la procédure à adopter elle frappa poliment - quelque chose lui disait qu’elle faisait n’importe quoi - et passa sa tête en même temps que sa baguette lumineuse dans l’entrebâillement. « Euh … y’a quelqu’un ? ». Personne ne répondit et elle hésita à repartir parce que les étagères étaient plus inquiétantes que d’habitude ainsi plongées dans la pénombre. Mais son sens du devoir gryffondoresque l’en empêcha. « Je préférerais être chez Serdaigle certains jours … » murmura-t-elle pour se tenir compagnie dans le silence. Elle entendit un nouveau bruit sourd retentir et fut cette fois certaine qu’il s’agissait d’un ouvrage que quelqu’un avait fait tomber. « Peeves ? J’ai vu les insanités écrites sur le tableau de la salle de sortilèges ! Je peux soit les effacer et faire comme si je n’avais rien vu soit je peux en parler au Baron Sanglant … Alors sors gentiment de là ! » fit-elle en adoptant fidèlement les conseils de son grand frère Caradoc. Mais tandis qu’elle approchait de la source du bruit, elle se rendait compte qu’elle provenait de la réserve et doutait de plus en plus que ce soit l’œuvre de l’esprit frappeur de leur école. Tant mieux, elle avait moins peur des autres élèves que de lui. La lumière de sa baguette n’éclaira personne quand elle pénétra dans l’allée interdite et elle se laissa distraire par le titre des ouvrages qu’elle n’avait jamais été autorisée à découvrir avant. Livre Hurleur ? Elle aurait bien aimé y jeter un coup d’œil curieux et passa distraitement son doigt sur la tranche poussiéreuse du livre.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 364
| AVATARS / CRÉDITS : Robert Sheehan - Nenes - Bazzart
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Faut au moins être deux pour faire la ronde | SIRIUS Ven 27 Oct - 0:06

Depuis que cette affaire d'Animagi était réglée, les Maraudeurs s'étaient lancés dans un autre projet : celui de composer une carte de Poudlard qui indiquerait non seulement les passages secrets, mais aussi les allées et venues de toute le monde, en temps et en heure, dans l'enceinte du collège. Pour ce faire, inutile de raconter la complexité des sortilèges dont ils avaient besoin. Les quatre garçons peinaient à rendre compte de chaque recoin du château et du parc...

C'est pourquoi, tour à tour, les Maraudeurs bravaient une fois encore le couvre feu pour tenter de trouver, à la bibliothèque, des réponses à leur questionnement. Ce soir-là, c'était Sirius qui s'y collait. Il avait été attiré par les livres mystérieux de la réserve et avait franchi sans état d'âme la grille qui séparait ces livres du reste des rayonnages. Habituellement, l'accès à la réserve nécessitait une autorisation expresse d'un enseignant - ce qui expliquait le peu de chaises et de tables laissées à la disposition des rares élèves qui obtenaient le sésame pour leur recherche.

Le plus difficile dans tout cela, c'était que Sirius ne savait pas vraiment ce qu'il cherchait. Il avait fait un tour du côté de L'Architecture magique de la préhistoire à nos jours avant de s'attarder sur le Recueil des sortilèges de détection de présence. Sa baguette diffusant un halo blafard par rapport à l'obscurité, le Cinquième année progressait doucement. Et puis, il était aussi ralenti par les ouvrages qu'il rencontrait et dont les titres attisaient sa curiosité au plus haut point. Il levait la main pour saisir les lourds grimoires et parcourait quelques pages, grimaçant quand il voyait des schémas d'expériences magiques ratées.
C'est alors qu'il vit s'empara du livre De Igneae incantationibus, dont le dos rougeoyant luisait dans les ombres de la nuit. Il ouvrit le livre et la température des couverture augmenta soudainement, soudant la peau de ses mains au cuir incandescent. De douleur, Sirius recula et percuta avec force une des chaises qui tomba par terre dans un fracas épouvantable. Il s'empêcha de crier, secouant les bras pour se débarrasser du livre - sans succès. Des larmes perlèrent à ses paupières tandis qu'il se disait qu'il était probablement en train de perdre l'usage de ses mains. Heureusement, sous le coup d'un banal réflexe, il souffla sur le livre qui se referma et tomba par terre, soulevant une masse de poussière.

Le jeune Black regarda ses mains, ne ressentant plus aucune sensation de brûlure et, à vrai dire, l'absence de marque rouge et de cloque semblait signifier que rien ne s'était passé.
C'est alors qu'il entendit une voix venant de la bibliothèque. Le Maraudeur se raidit et écouta - Marlène ! Sûr de lui et surtout sûr de n'écoper de rien, Sirius reprit sa baguette et se dirigea vers l'entrée de la réserve.
Je vais finir par croire que tu me suis, lança-t-il soudainement à la silhouette de Marlene qui lui tournait le dos.

Citation :
Longueur : 521 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 526
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by wolfgang
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Faut au moins être deux pour faire la ronde | SIRIUS Ven 27 Oct - 13:13

La distraction était une triste affliction dont souffrait Marlene - le nombre de fois où des élèves lui avaient échappé sans qu’elle ne s’en doute constituait un record de médiocrité - aussi sursauta-t-elle en se trouvant surprise par la voix de Sirius qu’elle aurait reconnu entre mille. « Quoi ? Pourquoi ? - fit-elle en s’agenouillant sur le parquet pour retrouver sa baguette qui lui avait échappé des mains - Non sûrement pas ! » se défendit-elle d’un rire revêche. C’est qu’elle était vachement vexée de ce qu’il insinuait car, bien qu’elle ne le poursuive pas la nuit dans les couloirs, elle le suivait plus souvent du regard qu’elle ne le faisait avant (un peu comme toutes les autres filles lui semblait-il depuis la rentrée). Sirius, lui par contre, la regardait moins qu’avant et c’était bien cela qui la contrariait. Il lui semblait, tandis qu’elle cherchait en tâtonnant sa baguette sous l’étagère, qu’elle y cherchait en même temps sa fierté de griffonne. Il était grand temps pour sa salubrité mentale qu'ils arrêtent de flirter ! « Enfin si ! Oui ! Évidemment que je te suis ! - fit-elle en se désintéressent d’un seul coup à son premier avis autant qu’à sa quête de la baguette de houx pour le toiser d’un air supérieur malgré qu’elle soit si près du sol - Parce que je suis préfète et que c’est mon devoir alors … » Alors quoi ? Elle était bien embêtée pour poursuivre sa phrase. Sirius était devenu son ami au cours de l’année dernière et elle n’avait encore jamais puni aucun de ses amis. Et, comme il lui faisait perdre la tête, elle ne se souvenait plus de ce qu’elle avait inscrit dans le magnifique tableau à paillettes qu’elle avait fait de ‘noble légalité des peines et juste application des sanctions’ actuellement affiché et même pas tagué (elle était douée en sortilèges de protection) dans la salle de repos. « Alors tu sera collé - Il lui semblait que ce n’était pas assez pour l’inquiéter - Et 50 points en moins pour gryffondor voilà ! » s’énerva-t-elle cette fois ci un peu trop. C’était énorme cinquante points et elle n’était même pas sûre d’avoir le droit ni qu’il y ait à l’heure actuelle suffisamment de points gagnés par leur maison. Elle n’avait encore jamais retiré à sa maison aucun point et espérait que leur badge n’était pas doué d’un pouvoir magique relié d’une quelconque manière à leur sablier. Il faudrait qu’elle pense à repasser par le hall pour y jeter un coup d’œil. La bourde commençait-elle à se dire en cachant son visage rougissant de gêne contre le parquet. « 45 points pour m’avoir fait perdre ma baguette et 5 points pour ta pédance » se justifia-t-elle pour régler l’incident de manière diplomatique sans perdre la face une fois qu’elle retrouverait son bien de sorcière. Il lui sembla la distinguer dans la pénombre et elle enfonça son bras jusqu’à l’épaule sous le meuble. Cela aurait été beaucoup plus simple qu’elle demande à Sirius de l’aider d’un accio mais son côté féministe l’en empêchait alors elle préférait s’échiner toute seule.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 364
| AVATARS / CRÉDITS : Robert Sheehan - Nenes - Bazzart
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Faut au moins être deux pour faire la ronde | SIRIUS Lun 6 Nov - 20:50

Son effet de surprise marcha : Marlene sursauta, laissant échapper sa baguette de ses mains. Aussitôt, elle se lança dans l'exploration du parquet rutilant de la réserve, tout en demandant à Sirius pourquoi il pensait qu'elle le suivait. C'est donc avec un sourire qu'il la regardait farfouiller à la recherche de sa baguette. Bon, comme il était quelqu'un de sympathique, il dirigea sa baguette en direction du sol, pour l'aider - un peu.
Mais soudainement, Marlene se redressa, presque comme une furie.
Enfin si ! Oui ! Évidemment que je te suis !
C'est bien de le reconnaître, souligna Sirius, dont le sourire s'élargit davantage.
La jeune fille était encore agenouillée au sol, mais avançait quand même son devoir de préfète, comme si elle était parfaitement crédible à rester au ras du sol.

Alors ?, s'amusait le jeune Black, croisant ses bras.
Qu'allait-elle lui faire ? Il savait que Marlene l'aimait bien - tout au plus lui ferait-elle des remontrances. En fait, Sirius était content de la croiser maintenant, alors qu'ils étaient seuls, dans la semi-obscurité. Il n'avait pas eu l'opportunité de passer du temps avec elle depuis la rentrée, bien qu'ils fissent tous deux partie de l'équipe de quidditch.
C'est alors que la sentence tomba. Une colle ? Cinquante points ? Elle plaisantait !
Cinquante points ?, répéta Sirius à voix haute. T'es sérieuse ?
À vrai dire, il crut voir comme une hésitation sur son visage avant qu'elle ne détourne le regard pour lui détailler le tarif de sa sanction.

Ça alors ! Il n'aurait jamais cru que Marlene aurait eu le cran d'aller jusqu'à ce stade. D'autant plus que, pas plus tôt que l'année dernière, ils avaient batifolé tous les deux hors des dortoirs une bonne partie de la nuit, à la recherche de Pitiponks... Ozores pouvait lui faire la leçon car Sirius l'imaginait si peu braver le couvre-feu. Mais Marlene ?!
Au fond, cinquante points, il s'en moquait. Quant à la retenue, ce ne serait pas la première ni la dernière...

Différant sa réponse, Sirius fit quelques pas de côté, se baissa, et ramassa un long morceau de bois poli.
Va pour la colle, dit-il en s'accroupissant en face de la préfète et en la regardant bien dans les yeux, tant que c'est toi qui es de surveillance, ça me va.
Puis, il tendit à Marlene sa baguette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 526
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by wolfgang
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Faut au moins être deux pour faire la ronde | SIRIUS Jeu 9 Nov - 12:02

Le rôle de préfète était nouveau pour Marlene qui s’en était extasiée dès qu’elle avait épinglé sur sa robe le badge doré qu’elle trouvait joliment assorti à sa chevelure. Avec son badge, elle allait changer le monde, c’était bien sûr. Elle n’avait pas autrement réfléchi à la chose contrairement à Remus qui avait immédiatement adopté une posture plus humble face à ses nouvelles prérogatives. Mais sa pensée faisait doucement son chemin depuis la rentrée. Plus de projections de jus de citrouilles sur les toques en poils de boursouf ? Plus de libération de pitiponks ? Et ce n’était pas uniquement qu’elle poussait dans sa caboche quelque réflexion philosophique confrontant moralité et légalité, c’était aussi qu’elle s’ennuyait ferme. Elle feint de pousser un soupir ennuyé quand Sirius mit le premier la main sur sa baguette. « Bon bah puisque t’as retrouvé ma baguette je te rends les 45 points alors … » marmonna-t-elle avec mauvaise foi sans oser confronter son regard. Elle n’aurait pas vraiment assumé de se faire lyncher par le reste de leur maison de toute façon et resta assise par terre le temps de s’épousseter la robe de sorcière. Alors qu’elle s’attendait à ce que Sirius profite de son attention pour négocier sa retenue, il la surprit une seconde fois. Aussi eut-elle la mauvaise idée de relever vers lui un regard interdit avant de rougir tout à fait en écoutant la suite de ses propos. Il la faisait vraiment craquer mais pas moyen qu’elle rejoigne le fan club de leur camarade blairelle pour autant, ça aurait donné des badges vraiment catastrophiques. « Tu m’éblouis - se défendit-elle en baissant la baguette du maraudeur au lieu de récupérer la sienne - Littéralement ! » trouva-t-elle bon de préciser immédiatement avant que l’égo de l’intéressé ne s’enflamme. Elle maudissait la propension de son épiderme à la trahir. « Le respect du règlement n’est pas une blague Sirius - expliqua-t-elle à voix basse avec un ton moralisateur emprunté à sa meilleure amie - les règles ont été établies pour … euh ? - quelle était la suite de la phrase déjà ? - pour éviter que des personnes soient blessées voilà ! » combla-t-elle son trou de mémoire sans ne plus trop savoir si elle faisait encore référence à l’application du règlement ou au sage flirt qui avait démarré entre eux l’année passée alors que l’adolescent se trouvait déjà en couple avec Olivia. Illuminant à son tour le bout de sa baguette, elle reprit conscience de leur environnement en étudiant les livres qui les entouraient. « Qu’est-ce que tu cherchais dans la réserve d’ailleurs ? Aucun devoir de cinquième année ne demande d’y accéder … » lui semblait-il se remémorer pour se changer les idées. C’était la première fois qu’elle mettait les pieds dans cette section et, vu la curiosité que suscitait chez elle bon nombre de titres, elle comprenait en réalité l’intérêt du lieu.


Dernière édition par Marlene McKinnon le Ven 17 Nov - 17:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 364
| AVATARS / CRÉDITS : Robert Sheehan - Nenes - Bazzart
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Faut au moins être deux pour faire la ronde | SIRIUS Lun 13 Nov - 20:21

Cinquante points... Même s'il paraissait totalement calme, Sirius Black n'était pas du tout zen intérieurement. Ce n'était pas tant le nombre de points qui le turlupinait, en fait - comme si c'était la première fois - mais bien le fait que Marlene l'avait puni. Et quoi ?! Ne valait-il rien à ses yeux ? Il eut alors vraiment peur que son charme n'eût pas d'effet sur la jeune fille.

Heureusement, il ne fallait pas s'affoler trop vite, car Marlene, en guise de récompense pour lui avoir retrouvé sa baguette, lui rendit quarante-cinq points.
Je me disais qu'il y avait méprise, rebondit Sirius, jovial.
Il continua à la regarder en souriant tandis qu'elle clignait des yeux.
Tu m'éblouis, fit-elle - et, à ses mots, Sirius ne se sentit pas de joie - littéralement.
Ah, excuse-moi, rigola le Gryffondor en tournant le poignet.

Mais Marlene partait dans un discours moralisateur que le jeune homme ne prit pas la peine d'écouter. Marlene avait beau être Marlene, jamais il ne respecterait le règlement - les sorties nocturnes avec ses amis, notamment lors des nuits de pleine lune, étaient le sorcier-collant de leur amitié !
Qu’est-ce que tu cherchais dans la réserve d’ailleurs ?, lui demanda la jolie Marlene. Aucun devoir de cinquième année ne demande d’y accéder...
Je me cultive, répliqua le jeune Black, comme si passer la nuit dans la section interdite de la bibliothèque était une chose parfaitement convenue.

Mais, repensant à son aventure avec le livre brûlant, il s'empressa de raconter sa trouvaille.
J'ai pris un livre et, je t'assure, il s'est mis à chauffer dans mes mains, j'ai cru que j'avais entre les mains un crabe de feu ! Et pourtant, regarde !

S'agenouillant devant elle, il lui montra les paumes de ses mains, qui ne laissaient aucunement penser qu'elles venaient de connaître une grande douleur.
Il doit y avoir des livres extraordinaires, s'enthousiasma Sirius pour qui les délires de bibliophiles n'étaient guère accoutumés. Tu veux explorer un peu avec moi ?

Tant pis pour l'avancée de la carte, mais s'il parvenait à avoir un tête à tête avec Marlene, ça valait largement le coup, foi de Black !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 526
| AVATARS / CRÉDITS : Freya Mavor by wolfgang
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Faut au moins être deux pour faire la ronde | SIRIUS Ven 17 Nov - 16:57

Quand Sirius lui donna la pire excuse du monde, Marlene étouffa un rire car elle ne le croyait pas (et pourtant elle était très crédule). Ce n’était pas que le garçon était mauvais comme son copain rondouillard, il se montrait au contraire plutôt doué dans les cours auxquels ils assistaient ensemble. Elle était aussi appliquée que lui était indolent mais ça ne l’aurait pas étonnée qu’il ait de meilleurs résultats qu’elle à ses examens à la fin de l’année. « Je ne répéterai pas à McGonagall que tu m’as menti sur les raisons de ta présence ici, en fait je ne lui dirai même pas que je t’ai trouvé dans la réserve - fit-elle le plus gentiment du monde sans insister davantage sur l’aura de mystère qui entourait ses boucles brunes - Elle te posera pas trop de questions comme ça quand tu lustreras le parquet de sa salle de classe » finit-elle de rigoler. La tentation offerte par la perspective d’accompagner son camarade dans sa punition avait beau être grande, celle du divertissement que lui offrait présentement sa tête l’était tout autant. Cela lui apprendrait à lui raconter n’importe quoi.

Et comme Marlene se laissait aussi facilement dérider que divertir, elle étudia les mains de son camarade à la lueur de sa baguette. L'aîné Black parlait avec tant de passion qu’elle finit par se laisser convaincre et oublia comme à chaque fois qu'elle était en sa présence ses meilleures résolutions. « Mais c'est terrible ! » fit-elle en dardant son regard vers le livre hurleur qu’elle ne regrettait soudainement pas d’avoir laissé fermer. « OUI ! » fit-elle volte-face pour répondre à la question de Sirius avec des yeux brillants d’excitation. « Peut-être que je trouverai un livre qui changera le monde ? » C’était suffisant pour la déculpabiliser et elle retrouva son sourire fripon. De nombreux titres afférents à la magie noire ne retenaient pas spécialement son attention - à quoi ça sert de savoir ce que c’est qu’un horcruxe ? - par contre … « Nom d’un farfadet écossais beurré à la bière - fit-elle en dénichant un parchemin rabougri coincé entre deux ouvrages pompeux - Sirius ! SIRIUS ! ». Elle l’appelait à l’aide parce qu’elle n’arrivait plus à respirer … devant le truc le plus génial au monde qu’elle aurait pu trouver ! « Avis de Wilbert Crockford, membre honoraire de la commission du grand Eldtrich Digorry, Ministre de la Magie, publié en 1735 » lut-elle le titre à rallonge inscrit sur le parchemin jauni. Cette commission avait été créée pour réfléchir à des alternatives pour débarrasser l’île d’azkaban de ses détraqueurs. Dans les fines lignes de ce parchemin, se trouvaient peut-être inscrits les jalons d’un nouveau système pénitentiaire. « Ce n’est pas une copie, c’est l’encre de Wilbert Crockford ! » fit-elle en serrant le papier dégoûtant contre son coeur qui battait la chamade. Elle était fan des grands penseurs alors elle se trouvait aussi folle qu’une groupie à qui Jick Magger aurait lancé une chaussette en plein concert. Elle voulait garder cet avis pour elle et finir le travail de Crockford !

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faut au moins être deux pour faire la ronde | SIRIUS

Revenir en haut Aller en bas

Faut au moins être deux pour faire la ronde | SIRIUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Il faut de tous pour faire un monstre [pv Elle]
» cherche personne pour faire évoluer mon machopeur
» Parfois il faut savoir sacrifier son présent pour améliorer son futur
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» [Jour I] Pour faire partie du « petit noyau », du « petit groupe », du « petit clan » des Verdurin ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Le premier étage :: La bibliothèque, sa salle d'étude et sa réserve-