GRYFFONDOR : 160 pts | POUFSOUFFLE : 10 pts | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Le calendrier de l'avent fait son grand retour à Poudlard ! Il débutera le 1e décembre et se terminera le 25. Toutes les explications ICI !
Une sortie à Pré-au-Lard a été organisée afin de vous permettre d'effectuer vos achats de Noël. Le sujet est juste ici ! Tout post vous rapportera 2 dragées.

Partagez|

T’as la braguette ouverte fils de troll | WOLFGANG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 95
| AVATARS / CRÉDITS : Willa Holland | applestorm
| SANG : ⊰ Mêlé mais il faut remonter à loin pour trouver la moldue de la famille.


MessageSujet: T’as la braguette ouverte fils de troll | WOLFGANG Lun 20 Nov - 17:55

Le monde des sorciers était tristement chaotique et la vie de la cracmolle joyeusement tranquille. Oona était attablée au comptoir du Bludger Corner et comme le célèbre bar sorcier ne diffusait aucun match de Quidditch en ce soir de semaine, l’essentiel de la clientèle habituelle lui préférait la chaleureuse échoppe de Tom. Elle était plutôt affalée pour dire vrai, son menton reposant dans ses bras croisés sur le bois patiné par maintes années d’éclaboussures d’alcool, et observait le monde qui l’entourait à travers le contenu ambré de sa bière. Son patron ne l’avait pas encore licencié de son travail ennuyeux, sa relation malsaine avec Walden devenait presque régulière, son frère Kierán était tellement occupé qu’ils ne se disputaient guère plus. Se pouvait-il que, pour la première fois se sa jeune vie, la brunette coule des jours se rapprochant de la définition de la paix ? Alors d’un geste presque inconscient et complètement gratuit (ou plutôt à 9 mornilles et 10 noises prix d’une bière à Londres) elle renversa sa pinte et contempla avec fascination son contenu mousseux serpenter le long du comptoir jusqu’à couler vers un client très mal réputé. Ils avaient le mois dernier connu une altercation qui avait envoyé la cracmolle - qui ne faisait décidément pas le poids sans magie - avec un nez cassé et un problème de pilosité rejoindre Sainte-Mangouste en trois tours de baguette. Son rivale sursauta en sentant le liquide lui rafraîchir l’entrejambe et Oona explosa d’un rire pas plus discret que élégant pour ne pas manquer de s’en attribuer tout le mérite (avec un petit coup de pouce de la loi de l’inertie certes). Le sorcier jura en se relevant sur ses deux pieds, lui rappelant au passage qu’il la dépassait de deux têtes, et il se trouva assez vexé devant la jolie blonde avec des seins gros comme des souaffles qu’il s’employait à séduire depuis maintenant plusieurs longues minutes. Celle-ci profita de l’heureuse excuse pour se défausser et Oona continua à rire en signant à la poupée un au revoir de la main. Mais quand elle se retourna, elle loucha en faisant face à une baguette pointée à deux centimètres de son nez parsemé de quelques tâches de rousseur. « C’est quoi ton problème la cracmolle ? ». Le coeur battant de frayeur contre sa poitrine, Oona se félicitait que le chaos se réinvite si facilement dans sa vie. « T’as la braguette ouverte fils de troll ! ». Il faillit baisser les yeux - et la fit étouffer un rire - mais se souvint à temps qu’il s’agissait de la technique favorite de la gamine pour porter des coups de sac à main vicieux et douloureux. Il renferma son emprise sur la baguette et commença à murmurer un sortilège. « Tu murmures un sortilège pour la remonter ? ». Elle était vraiment super chiante et il allait reprendre mais elle renouvela son cirque. « Tu permets que je me sorte une clope ? ». La dernière fois il lui avait embrasé les sourcils alors si elle pouvait s’allumer du tabac (elle n’avait plus de briquet). Mais il ne permit pas. « REPELLO ! ». Il l’envoya plutôt faire un vol plané de l’autre côté du bar.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 45
| AVATARS / CRÉDITS : Rami Malek par balaclava.
| SANG : Pur lycanthrope, suis un héritier Nott.


MessageSujet: Re: T’as la braguette ouverte fils de troll | WOLFGANG Mer 22 Nov - 10:39

C'était bientôt la pleine lune, Wolfgang le sentait dans tout son être, il avait de plus en plus de mal à contrôler le loup qui vivait en lui. Assis au comptoir d'un bar devant une cuvée des trolls qu'il ne pouvait pas payer, il tentait de se concentrer, les yeux clos, les mains entres les cuisses et le dos recourbé comme si tout son corps se renfermait sur lui-même. Il s'agissait de garder son esprit focalisé sur l'humain qu'il était pour ne pas sombrer. A côté de lui, il entendit les prémices d'une altercation et n'y prêta guère d'attention sur le moment. Mais après quelques secondes, il leva un oeil intrigué dans la direction des deux protagonistes de la dispute : une gamine, une cracmolle visiblement, et un homme qui devait bien faire deux têtes de plus qu'elle. Le conflit sembla sérieux lorsque le type dégaina sa baguette pour la pointer entre les deux yeux de la môme. Sans s'en rendre compte, les poings du loup-garou se serrèrent entre ses cuisses, ses ongles créant des arcs rouges dans les paumes de ses mains. La petite était sans défense, il n'allait pas oser se servir de son arme contre elle... Si ? Si, évidemment et la gamine vola dans le décor, s'écrasant contre le mur opposé au comptoir. Le loup surgit alors sans que Wolfgang n'ait le temps de s'emparer de la laisse qui le maintenait tranquille au fond de son esprit. Il se leva brusquement et le tabouret haut sur lequel il était assis tomba lourdement sur le sol. D'un bon, il fût sur le type, l'empoignant par le col, le visage à quelques centimètres à peine du sien. Ses yeux étaient sombres, ses pupilles dilatées et son grognement bestial laissa entrevoir des canines saillantes et plus pointues que la normale. D'un coup de poing, il lui explosa le nez qui se mit à pisser le sang, maculant son t-shirt d'une coulée rouge sombre. Le type hurla de douleur en titubant, la main plaquée sur son visage, sa baguette tombant à ses pieds mais Wolf ne lui laissa pas le temps de réagir, frappa encore et encore jusqu'à ce qu'il soit au sol, complètement inconscient... Alors il redevint maître de lui-même et contempla d'un air horrifié l'homme allongé au sol entre les tabourets de bar renversés. Merde, qu'avait-il fait ? L'horreur de la situation le submerga et il recula en se tenant maladroitement au comptoir pour ne pas s'écrouler. Il fit le tour de la pièce du regard et constata que les quelques personnes présentes dans la salle semblaient terrorisées, tout comme lui. Que s'était-il passé ? Comment avait-il pu perdre ainsi le contrôle de lui-même ? Il se précipita à l'extérieur du Pub et l'air froid au dehors fût comme un mur qu'il rencontra, le stoppant net dans son élan. Il inspira profondément, remonta la capuche de son sweat noir sur sa tête et enfourna ses mains rougies par les coups dans ses poches avant de se mettre en route, tête basse, espérant n'être suivi de personne. Sa respiration créait un nuage de vapeur devant son visage dans lequel il s'engouffrait à chacun de ses pas. Au dessus de sa tête, la lune, au trois quart pleine, comme un pied de nez à sa situation.

______________________________
J'ai pris la poudre de cheminette, j'ai jamais dit où j'allais, j'ai pris goût à disparaître, je sais même pas où j'm'en vais. Ça peut pas être pire qu'ici, ici je meurs à petit cri. Ça peut pas être plus mauvais, j'irai là où il fait moins laid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 95
| AVATARS / CRÉDITS : Willa Holland | applestorm
| SANG : ⊰ Mêlé mais il faut remonter à loin pour trouver la moldue de la famille.


MessageSujet: Re: T’as la braguette ouverte fils de troll | WOLFGANG Jeu 23 Nov - 12:28

La jeune Graves s’était toujours complue dans les conflits d’une manière inexplicable. Mais cela n’avait pas fini par lui faire aimer la douleur. « Shit .. » articula-t-elle douloureusement en se retrouvant dans une ridicule position, les fesses vissées sur le parquet, le dos broyé contre les boiseries du mur, les cheveux en bataille devant les yeux. Le mur trembla et un portrait lui tomba en plus sur le crâne. Elle avait vraiment pas de bol. Fort heureusement, le regard des quelques autres clients n’étaient en cet instant pas le moins du monde tournés vers elle. Elle se releva, grimaçant en sentant ses côtes rendues douloureuses par l’onde de choc, et ses cils papillonnèrent tandis que ses yeux interdits observaient la bagarre qu’elle avait déclenché. Le pauvre type que Oona avait provoqué cuvait maintenant le reste de sa bière par terre avec un visage à peine reconnaissable. C’est que son assaillant devait vraiment pas rire avec le respect aux femmes ! Mais à peine voulut-elle lui jeter un regard qu’il s’en allait déjà pour ne lui offrir que la vue de son dos encapuchonné. D’un geste du bras, elle flanqua sa pinte vide sur le pauvre diable allongé. Et comme elle était beaucoup moins costaud que l’autre, elle s’attira immédiatement les foudres du tenancier (qui en avait vraiment marre à la fin que la cracmolle foute comme ça son bordel chez lui). « Tu ne vas nulle part ! » qu’il lui disait en la pointant d'un doigt accusateur de toutes les responsabilités. Son visage qui n’était d’habitude que bonhomie était en cet instant contrit par la rage. Mais il n’eut pas le temps de contourner le comptoir.

Oona avait à son tour pris la poudre de cheminette. Elle avait oublié son manteau et son écharpe dans la précipitation et n’avait conservé que son vieux sac à mains qu’elle portait toujours à l’épaule. Courant à toute vitesse dans l’air froid que l’excitation autant que la chaleur de la rixe l'empêchaient de ressentir, elle posa bientôt une main confiante sur l’épaule de son sauveur. « Hé ! » jugea-t-elle sage de l’alpaguer en même temps pour éviter une seconde fois de rejoindre le décor. « C’était génial, juste trop génial, ce que tu as fait ! La manière dont tu lui as fait bouffer le sol, j’ai a-do-ré ! » courrait-elle à ses côtés avec ses jambes encore un peu cotonneuses. Il lui semblait qu’elle devait faire trois pas sautillants quand lui n’en faisait qu’un. Elle arriva pourtant à lui barrer la route avant qu’ils n’arrivent à une intersection. « C’est quoi ton nom ? » lâcha-t-elle le souffle court mais les lèvres rieuses. Cet excès de violence, s’il révulsait les autres clients, il l’avait quant à elle tout à fait réjouie. C’est que la cracmolle n’était copine qu’avec très peu de sorciers. Elle en détestait farouchement la plupart, et détestait même un peu ceux qu’elle aimait quand même, alors en voir un mis à terre comme ça. Wahow ! Elle profita qu’il se soient arrêtés pour remettre à sa place la mèche de cheveux châtains qui lui barrait le visage et regrettait que celui de l'homme lui soit encore dissimulé.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 45
| AVATARS / CRÉDITS : Rami Malek par balaclava.
| SANG : Pur lycanthrope, suis un héritier Nott.


MessageSujet: Re: T’as la braguette ouverte fils de troll | WOLFGANG Mer 29 Nov - 22:21

Wolfgang sursauta au contact de la main de la gamine sur son épaule et seul son « hé ! » l'empêcha de frapper de nouveau. Elle entama alors la discussion mais le loup tenta de mettre de la distance entre eux deux en marchant d'un pas plus rapide. Il s'était déjà fait remarquer une première fois à cause d'elle, il ne voulait pas réitérer l'expérience. C'était sans compter sur la détermination de la jeune fille qui, lorsqu'il s'apprêta à tourner à l'angle d'une ruelle, se posta devant lui afin de lui barrer la route.
— W... Walt, je m'appelle Walt, répondit-il en tentant une esquive à gauche, puis une à droite avant d'abandonner en soupirant, ancrant ses yeux dans les siens. Et c'était pas génial du tout, ce qui vient de se passer. Maintenant, bouge, faut que je m'en aille. S'il nous rattrape...
Mais Wolf ne termina pas sa phrase, un bruit retentit derrière eux et comme un réflexe, il s'empara des hanches de la petite qu'il plaqua contre le mur de pierre, les dissimulant tous les deux dans l'ombre entre une boîte à lettre et un conteneur à ordures. Son nez enfouit dans son cou, sa capuche relevée sur sa tête, il maintint la jeune fille entre le mur et lui durant une longue minute, tous ses sens aux aguets (quoique son odorat, d'ordinaire infaillible, fonctionnait au ralenti avec l'odeur du shampooing de la gamine qui lui embrouillait les narines). Lorsqu'il fut à peu près certain qu'ils n'étaient pas suivis, il se recula d'un pas, libérant sa prisonnière avant de se détourner d'elle pour reprendre son chemin.
— A plus, et tâche d'éviter les ennuis.

______________________________
J'ai pris la poudre de cheminette, j'ai jamais dit où j'allais, j'ai pris goût à disparaître, je sais même pas où j'm'en vais. Ça peut pas être pire qu'ici, ici je meurs à petit cri. Ça peut pas être plus mauvais, j'irai là où il fait moins laid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 95
| AVATARS / CRÉDITS : Willa Holland | applestorm
| SANG : ⊰ Mêlé mais il faut remonter à loin pour trouver la moldue de la famille.


MessageSujet: Re: T’as la braguette ouverte fils de troll | WOLFGANG Lun 4 Déc - 13:56

Alors que la fêtarde était en train de se faire expédier aussi rapidement qu’un hibou au bureau de poste, le dénommé Walt parvint une fois de plus à la surprendre. Comme son ouïe était beaucoup moins sensible que la sienne - autant que sa nature était moins inquiète - elle se défendit d’un « Whow ! » quand il la plaqua contre un mur pour faire comprendre au jeune homme qu’il mettait la charrue avant les hippogriffes. La réputation sulfureuse de la jeune cracmolle n’était certes pas volée comme elle était légère de la cuisse mais tout de même, son esprit était présentement autant refroidi par la température de l’hiver que par l’odeur émanant du conteneur à ordures. Mais comme il ne bougeait plus, et qu’elle entendait maintenant à son tour des bruits de pas empressés, elle comprit vite ce dont il ressortissait. Elle se pinça l’intérieur de la joue pour ne pas pouffer de rire car les situations considérées comme stressantes par le commun des mortels avaient toujours le don de susciter chez elle une franche hilarité. Elle tourna doucement la tête vers son sauveur que la capuche rendait bien mystérieux pour essayer de croiser son regard mais celui-ci restait tout à fait imperturbable comme s’il avait croisé dans le reflet de la vitre le regard d’un basilique. Il s’éloigna et elle réalisa, maintenant que la chaleur corporelle de l’étrange individu l’avait quittée, qu’il faisait un froid de canard. Elle croisa les bras pour mieux se les frictionner. « C’est les ennuis qui refusent de m’éviter … » mentit-elle de manière éhontée en commençant à son tour à reprendre son chemin avec un sourire amusé. Et comme la silhouette du tavernier se dessinait dans la brume de leur petite rue mal éclairée, elle le pointa du doigt. « Ah tu vois ! » fit-elle pas du tout inquiète en courant de nouveau dans les pas du jeune homme qu’elle attrapa bien vite par le bras. « Walt, WALT ! - l’arrêta-t-elle - Tu veux pas juste l’oublietter dis ? Je l’aime bien ce bar moi ! ». Mais l’homme les avait déjà rattrapés et comme le bout de sa baguette était éclairée, il n’était pas compliqué de deviner qu’elle était sortie. « Shit ! » refit vulgairement la jeune fille en s’emparant de l’une des fioles qui complétait la panoplie de potions qui teintait dans son sac à main et qu’elle balança aux pieds du sorcier. Un nuage violet s’en dégagea et il commença à tousser comme si ses poumons avaient brûlés. « Ca va pas durer longtemps, transplane ! » commanda-t-elle en resserrant sa main autour du poignet de Walt.


Dernière édition par Oona B. Graves le Mer 13 Déc - 14:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 45
| AVATARS / CRÉDITS : Rami Malek par balaclava.
| SANG : Pur lycanthrope, suis un héritier Nott.


MessageSujet: Re: T’as la braguette ouverte fils de troll | WOLFGANG Mer 6 Déc - 14:22

La gamine ne semblait pas vouloir lâcher l'affaire et Wolf commençait vaguement à s'en agacer, jusqu'à ce qu'il entende à son tour les pas, non loin derrière eux. Il jeta un coup d'oeil par-dessus son épaule et repéra la lueur d'un lumos dans la brume. Serrant les poings, il jura et s'apprêta à accélérer encore le pas lorsque la cause de tous ses ennuis le retint par la main.
— L'oubli... Non ! lâcha-t-il en secouant la tête de droite à gauche comme si ce qu'elle disait là était ce qu'il avait entendu de plus insensé depuis son retour en ville.
Evidemment qu'il ne pouvait pas l'oublietter étant donné qu'il était totalement dépourvu de baguette. Il n'en avait jamais possedé, Greyback ne le lui avait pas autorisé. Tout ce qu'il pouvait faire pour se sortir de ce mauvais pas, c'était fuir, ça au moins il savait faire, ses jambes musclées étaient habituées à la course. Mais avec la gamine... Ils ne pourraient pas aller bien loin. Et de toute façon, c'était trop tard, le type était déjà là. La cracmolle réagit plus vite que lui en dégainant une fiole de potion qu'elle fit exploser aux pieds du tenancier. Il fut aussitôt dissimulé derrière une épaisse fumée violette qui lui fit cracher ses poumons. Ils n'avaient plus beaucoup de temps pour fuir, aussi la môme s'accrocha plus fermement au bras du loup-garou en lui ordonnant de transplaner, ce à quoi il répondit par un rire face à l'absurdité de cette directive.
— T'es conne, lui dit-il, amusé plus qu'énervé. Qu'est-ce qui te fait croire que je sais transplaner ? Viens, suis-moi.
Et il l'entraîna dans une course effrénée dans les ruelles sombres du Londres sorcier. Ils quittèrent le chemin de traverse pour s'engouffrer dans l'allée des embrumes et si Wolf doutait que la gamine soit capable de le suivre longtemps, il ne ralentissait pas l'allure pour autant. Ils croisèrent quelques gens douteux qui les apostrophèrent mais ils esquivèrent à chaque fois pour atterrir au bout de plusieurs minutes de courses dans un cul-de-sac. Dans ce cul-de-sac, une unique porte sans poignée. Wolfgang, de son poing, frappa trois coups rapides sur le bois, puis deux coups espacés et encore trois rapides. Une petite trappe s'ouvrit alors et des yeux sombres apparurent, fixant les deux bougres à l'extérieur. Après quelques secondes de réflexion, on entendit plusieurs cliquetis, signe que la porte était déverrouillée puis celle-ci pivota sur ses gonds et on les laissa entrer. Le lycan s'engouffra à l'intérieur et aussitôt, de la musique, des rires, des éclats de voix et des bruits de verres qu'on entrechoquent se firent entendre. Ils étaient dans un pub au doux nom de « Ragtag & Bobtail » qui ne laissait entrer que ceux que la société avait rejetés. A l'intérieur, ils retrouvèrent d'autres loups, des harpies devant des assiettes de foies crus, quelques vampires autour d'une choppe de sang frais, des gobelins aussi et des gobelines qu'il était plus rare de croiser dans les ruelles de Londres. Sur une petite estrade chantait une demi-géante à la voix rauque qui se débattait sans cesse avec le lustre au-dessus de sa tête qui se coinçait dans sa tignasse brune. Wolf se tourna vers son acolyte et lui adressa un sourire.
— Il ne devrait pas nous retrouver ici, dit-il avant d'englober la salle toute entière d'un geste de la tête. Et puis ce pub est vachement mieux, tu trouves pas ?

______________________________
J'ai pris la poudre de cheminette, j'ai jamais dit où j'allais, j'ai pris goût à disparaître, je sais même pas où j'm'en vais. Ça peut pas être pire qu'ici, ici je meurs à petit cri. Ça peut pas être plus mauvais, j'irai là où il fait moins laid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 95
| AVATARS / CRÉDITS : Willa Holland | applestorm
| SANG : ⊰ Mêlé mais il faut remonter à loin pour trouver la moldue de la famille.


MessageSujet: Re: T’as la braguette ouverte fils de troll | WOLFGANG Mer 13 Déc - 15:09

Un cracmol ? Le malheur avait voulu qu’elle tombe sur un cracmol … ou peut-être un abruti ? Comment expliquer autrement que le dénommé Walt ne sache pas transplaner ? Dans tout le Londres sorcier ainsi réuni sur le chemin de traverse, elle avait eu la veine de rencontrer la seule personne présente qui ne pouvait pas lui sauver la peau des fesses ! Oona lui lâcha le bras avec une mine dégoûtée comme si le prince charmant s’était soudainement transformé en véracrasse. Il profita heureusement que le nuage violet continue à faire diversion pour l’attraper à son tour par le bras. La course folle, Oona pensait en être une habituée jusqu’à admirer la foulée de son congénère sans baguette. Elle arriva essoufflée en crachant ses poumons de fumeuse devant la porte refermant le cul de sac. Vraiment, elle devait présentement être dans un état aussi piètre que le brave tenancier qu’elle avait lâchement empoisonné. Elle passa une main dans ses cheveux fins pour tenter de leur redonner une meilleure allure mais la tentative était vaine maintenant que l’effort en avait rendu les racines collantes. « C’est quoi cet endroit ? » voulut-elle savoir méfiante entre deux souffles dès que la porte s’ouvrit réchauffant la rue sombre d’un trait de lumière et d’un air de jazz.

La cracmolle n’était pas d’une nature spécialement peureuse et encore moins impressionnable, ce fut pourtant en lançant un regard interdit sous des sourcils froncés qu’elle emboîta le pas de Walt. Elle était un peu dégoûtée par la vision de certaines créatures - autant que de leurs consommations ! - qu’elle n’avait jusque là eu le loisir d’observer que dans les ouvrages. Si un bon esprit régnait dans le sous-sol, la cracmolle portait avec elle tous ses préjugés. Elle ne rendit pas son sourire à son acolyte et s’assit, étrangement tendue pour la première fois de la soirée, sur le bois dur d’une chaise contre laquelle elle ne s’adossa pas. « Je sais pas … » répondit-elle sceptique en attachant son regard scrutateur sur un nain qui faisait léviter une pinte de bière jusqu’à lui. Elle eut une pensée pour son grand-frère sorcier et se dit que lui aurait sans doute adoré l’endroit. Il se serait peut-être senti à sa place en ce lieu. Elle ne se sentait nulle part à sa place. Elle ne le désirait pas. Elle reporta son regard vers le jeune homme plus séduisant maintenant qu’il souriait. « C’est quoi ton délire ? - l’apostropha-t-elle d’un mouvement de menton avant de préciser sa phrase qui n’avait pas de sens réel - T’es un cracmol ? Ou genre hum … un retardé mentale ? » supposa-t-elle le terme non insultant sans en être tout à fait certaine. « Pourquoi tu sais pas transplaner ? » arriva-t-elle plus poliment à exprimer sa pensée au bout du compte. Elle sortit une cigarette qu'elle coinça entre ses lèvres avant de lui tendre le paquet ouvert. Une chose était sûre, Walt l’intriguait plus que quiconque et pourtant, il y en avait de beaux phénomènes de la nature chez Ragtag & Bobtail !


dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: T’as la braguette ouverte fils de troll | WOLFGANG

Revenir en haut Aller en bas

T’as la braguette ouverte fils de troll | WOLFGANG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» C'est vous qui faites l'histoire
» Lettre ouverte de la famille de François R. Marcello, enlevé le 12 janvier.
» Lettre ouverte au President en rapport avec l'UCREF
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A
» Lettre ouverte au président Nicolas Sarkozy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Le chemin de traverse-