C'est officiellement les vacances sur ATDM ! Poudlard ferme ses portes pendant deux mois pour laisser place à la Coupe du Monde de Quidditch qui se déroule cette année au Royaume-Uni, dans le petit village de Mimbulus-les-Bains !
GRYFFONDOR : 1040 pts | POUFSOUFFLE : 390 pts | SERDAIGLE : 735 pts | SERPENTARD : 880 pts

Partagez|

Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 182
| AVATARS / CRÉDITS : A. Debnam by lolitaes
| SANG : Bordeaux ! Quoi c'était pas la réponse que t'attendais ? Too bad !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La perte de ton clan, de ta famille, de tes animaux, de ton don particulier
| PATRONUS : Un lynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons Ven 1 Déc - 20:53

"Ma chère maman,
Il y a tant de choses que tu manques depuis que tu es partie. Poudlard est comme tu me l'avais décris, aussi magique et merveilleux. Mais je crois que je suis bien moins sociable que ce que tu aurais voulu. Je dois trop ressembler à Papa pour ça ...
Plus Noël approche et plus ma tristesse s'agrandit. Les autres sont heureux. Ils rient, s'amusent et se hâtent d'acheter les cadeaux pour leurs familles. Il est si injuste de voir qu'ils profitent alors que mon coeur se brise de voir que le Temps nous a volé tous ces moments merveilleux que nous partagions, papa, toi et moi. Ne m'en veut pas de te pleurer même après tant d'années alors que si la Légende de l'étoile du nord était vraie, le seul voeu que je souhaiterais faire c'est de passer encore du temps avec toi. Rien qu'une journée de plus pour te serrer dans mes bras, pour entendre ta voix chantante, pour voir ton regard pétillant. Une journée de plus pour t'entendre me dire "je t'aime", une journée de plus pour te raconter ma vie et t'entendre me donner ces conseils mystérieux que je ne comprenais qu'une fois l'erreur faites ... Une journée de plus pour te dire à quel point j'ai été chanceuse de t'avoir pour maman et à quel point je t'..."


Vendredi 01 Décembre 1975, Grande Salle puis Salle Commune des Lions

Noël approchait un peu trop vite à ton goût. Tout le monde s'amusait bien au château, ce n'était pas encore les vacances pourtant les cours étaient déjà passés au second plan et même les profs semblaient se détendre et lâcher prise. Les batailles de boule de neige, les bonshommes magiques et le patin à glace étaient les principales activités du moment sans parler du bon chocolat chaud servi dans la Grande Salle et des gâteaux maison pour le goûter. Aujourd'hui n'a pas échappé à la règle seulement au lieu de sortir rejoindre tes amies pour faire du patin à glace tu es plutôt allée dans la Grande Salle. Un chocolat chaud posée près de toi tu as écris une longue lettre. Très longue. Dans laquelle tu parles de toi. De ta vie à Poudlard. De tes pensées. De tes rêves. Tu racontes ta vie en fait. Toute ta vie. Tout ce qui fait que tu es toi. Tu écris à la seule personne qui ne peut pas entendre tes récits lorsque tu rentres en vacances. A la seule personne a qui tu voudrais demander conseil et écoute et qui ne peut pas accéder à tes demandes : ta mère. Alors tu écris écris puis une fois bien épuisée, une fois que tu as tout raconté, tout évacué tu t'arrêtes. Et tu quittes la Grande Salle juste avant le repas sans voir que tu fais tomber une page de ta longue lettre réquisitionnée par quelqu'un que tu n'aurais pas cru.

Tu te réfugies dans la salle commune avec un grand album. Tu y restes toute la soirée, blottie sur un fauteuil près de la cheminée sans que personne ne vienne t'embêter. Pas même Marly ou Bertha comme si elles avaient compris ton besoin de solitude. Au fur et à mesure la salle commune se vide. Il ne reste plus que quelques élèves. Toi tu regardes toujours ton album, le regard triste, perdu dans un autre univers. Celui de tes souvenirs. Tu caresses les photos. Certaines sont moldues. D'autres sorcières. Soudain en tournant une page, deux photos s'en échappent sans que tu le remarques. Celle d'une très belle femme au longs cheveux bruns. Et celle de cette même femme accompagnée cette fois d'une petite fille au regard espiègle les deux accompagnées d'une immense dragonne et d'une autre plus jeune. Toujours plongée dans tes souvenirs, il te faut un instant pour remarquer que quelqu'un se dresse devant toi. Tu relèves la tête. Peter Pettigrow. Tu arques un sourcil l'air de te demander ce qu'il fait là. Lui aussi à l'air de se demander ça. - Quoi ? tu demandes d'une voix rauque et pas franchement amicale. Tu n'apprécies pas Peter. Vraiment pas. Il a raconté des bobards sur lui et toi et tu es sûre qu'il est la cause de la séparation de Bertha et Marlène et de ton cul entre deux chaises. T'as pas envie qu'il remarque les larmes brillant dans tes yeux ou les fantômes qui s'y baladent. Tu n'as clairement pas envie qu'il voit les failles de la Fille des Dragons.    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 400
| AVATARS / CRÉDITS : © beylin
| SANG : ⊰ Mêlé sur de nombreuses générations.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Subir le doloris
| PATRONUS : Un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons Mar 5 Déc - 10:10

L’ambiance qui régnait au château à la fin de l’année était toujours chouette. Tous les professeurs, hormis peut-être McGonagall, semblaient se découvrir un coeur à cette période de l’année pour attribuer moins de devoirs à leurs étudiants. Comme Remus et Peter avaient fini sans trop de difficulté leur devoir de métamorphoses - qui portait sur les animagi, vous pensez bien ! - ils profitaient en cette douce après-midi du calme de la grande salle pour jouer aux échecs sorciers. La grande majorité des autres élèves était trop occupée à s’extasier des premiers flocons de neige qui n’en finissaient plus de tomber pour édifier des bonhommes de neige et faire des glissades sur le lac qui avait gelé dans la nuit. Aussi, dans ce silence propice à la réflexion ponctué de quelques boutades et du froissement de papiers de friandises Honeydukes, le grattement de la plume de Moïra sur son parchemin finit-il par attirer l’attention de Peter Pettigrow sur sa présence. Car si son ami lycanthrope ne se distrayait pas du jeu de stratégie, le garçon blondinet commençait pour sa part à se déclencher quelque migraine. Il n’était pas mauvais à ce jeu - car son talent était avéré pour les jeux moins sportifs que le quidditch - mais Remus Lupin le mettait chaque fois en difficulté. « Hum … » hésita-t-il à sacrifier son cavalier en bord de plateau. Cavalier au bord, cavalier mort mais cela lui aurait dégagé une jolie diagonale pour que son fou protège sa reine. « Allez ! » se décida-t-il plus hardi qu’il était dans les jeux que dans la vie. Un fin sourire se dessina sur les lèvres de son adversaire, mince !

Profitant de la réflexion de son ami, Peter darda un nouveau regard vers Moïra en réalisant qu’on entendait plus le bruit de sa plume. La jolie brune leur offrait la vue de son dos tandis qu’un papier de son devoir volait derrière elle. Il observa la danse du parchemin sans esquisser le moindre mot ou geste. Ils avaient été de bons copains pendant trois ans et puis des rumeurs avaient couru sur une relation amoureuse que Peter n’avait pas démenties - et même plutôt carrément encouragées - alors la dragonnière lui avait mis la tête au carré. Ils ne se parlaient plus depuis. Remus lui lança un regard circonspect, et comme il devinait que ce n’était pas au sujet de leur partie, Peter devina que c’était au sujet du petit papier. « Rhooo ! » fit le garçon en levant finalement sa baguette l’air de se plaindre que son meilleur ami ait toujours raison. Il récupéra le papier d’un accio et son œil fut immédiatement frappé par les trois premiers mots. « Ce n’est pas un devoir de métamorphose » constata-t-il avant que le préfet n’interrompe sa lecture pour lui signifier qu’il valait mieux le rendre à l’intéressée (sous-entendu en se gardant bien de le lire hein !). « Mais notre partie n’est pas finie ! » commença à se défendre le maraudeur en baissant les yeux sur le plateau pour constater que sa reine avait été prise. « Quoi ? Mais comment ? ». Remus était décidément trop fort pour lui, il faudrait qu’il affronte plutôt de nouveau Sirius qui confondait ses pions avec des soldats de plomb ! Le blondinet se leva alors de son air magnanime pour marcher dans les pas de leur camarade.

Et, bien évidemment, dès qu’il passa les portes de la grande salle, il plongea son nez curieux dans la lettre au contenu diablement personnel que la jeune fille avait adressée à sa maman. Aussi Queudver se trouva-t-il diablement gêné et rouge de culpabilité quand, passant le portrait de la grosse dame qui s’était coiffée d’un bonnet rouge pour l’occasion, il se retrouva face à Moïra. Le petit coeur acculé du garçon se mit à battre plus fort dès qu’elle releva la tête pour s’adresser à lui de sa voix rauque. « Euh … je … » commença-t-il à bafouiller de manière un peu idiote comme à son habitude. « Tiens ! » fit-il d’un timbre couinant en sortant de derrière son dos, et d’une main tremblante, la page égarée. Et comme s’il avait véritablement fait face à un dragon et non à une dragonnière, il se mit dans le même temps à implorer pour sa vie. « J’ai rien lu de la lettre je te le jure ! D’ailleurs est-ce que c’est une lettre ? Ou un devoir ? Personne ne sait et personne ne saura jamais, d’accord ? Par-pitié-épargne-moi ! » fit-il en se protégeant de ses deux bras rondelets et en fermant ses paupières.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 182
| AVATARS / CRÉDITS : A. Debnam by lolitaes
| SANG : Bordeaux ! Quoi c'était pas la réponse que t'attendais ? Too bad !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La perte de ton clan, de ta famille, de tes animaux, de ton don particulier
| PATRONUS : Un lynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons Jeu 7 Déc - 22:32

Tu regardes Peter qui te fais face d'un air gêné. Tu te demandes bien ce qu'il fait là. Avant vous étiez proches. De supers amis. Mais ça c'était avant. Avant ses mensonges, sa vantardise et le fait qu'il te fasse passer pour sa copine. Tu ne lui a jamais pardonné. Et ça passe encore plus mal que Bertha soit amoureuse de lui et qu'à cause de ça, Marly et elle se livrent une guerre sans merci depuis deux ans. - Quoi ? tu répètes agacée. Il te tend alors un bout de parchemin que tu reconnais instantanément. Tu te glaces et pâlit brusquement. - J’ai rien lu de la lettre je te le jure ! D’ailleurs est-ce que c’est une lettre ? Ou un devoir ? Personne ne sait et personne ne saura jamais, d’accord ? Par-pitié-épargne-moi ! couine t-il en se protégeant le visage. Ca t'énerve encore plus. - Oh ça va arrête ton cinéma j'vais pas te frapper imbécile ! tu grognes. Bertha m'en voudrais, tu rajoutes entre tes dents. Tu prends brusquement la lettre de ses mains. Tu trembles. Tu essayes de le dissimuler. Tu l'as lue ? tu demandes d'une voix blanche. Question rhétorique, évidemment qu'il l'a lue sinon il ne serait pas aussi paniqué. Tu soupires. C'est bon Peter arrête de piailler comme une poule chassée par un renard j'vais pas t'bouffer ! tu maugréés. Tu aperçois les photos par terre. Tu te redresses pour les ramasser mais une fois encore Peter est plus rapide. Tu les lui prends rapidement des mains. Merci, tu murmures gênée. Tu détournes le regard le temps de ranger les photos et la lettre dans l'album puis tu regardes le Gryffondor. Fut un temps - très long - où tu pensais qu'il n'avait rien à faire dans cette maison et tu ne te cachais pas de le lui faire remarquer mais il fallait beaucoup de courage pour venir t'affronter et te rendre la lettre. Après tout, il aurait pu la faire disparaître tu n'en n'aurais rien sût. Et pour ça, il remonte d'un cran dans ton estime. Petit cran mais cran quand même. Tu lui fais un mince et très bref sourire. Merci aussi pour la lettre, tu fais doucement. Tu commences à replonger dans ton album mais il ne bouge pas. Tu relèves les yeux vers lui. - Autre chose ? tu demandes d'un air plus ou moins aimable.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 400
| AVATARS / CRÉDITS : © beylin
| SANG : ⊰ Mêlé sur de nombreuses générations.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Subir le doloris
| PATRONUS : Un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons Mer 13 Déc - 20:09

Bertha et Peter ne sortaient pas ensemble pour rien, il n’y en avait aucun pour rattraper l’autre niveau curiosité. Plus encore que partager des bisous, ils adoraient s’échanger les potins. Quand Moïra lui demanda s’il avait lu le contenu de sa lettre, il mit un peu trop de temps à réfléchir et se trahit d’un long « Euuuh … ». Mais la dragonnière soupira contre elle plutôt que de hurler contre lui. Il avait vraiment de la chance, pensa-t-il. Il avait bien conscience que sortir avec la commère de l’école lui octroyait certains avantages et pas seulement ceux relatifs à avoir une petite copine - la garantie qu’aucun potin ne le vise par exemple - mais alors l’immunité qu’il semblait avoir acquis auprès de la dragonnière, alors ça, ça valait vraiment son pesant de gallions ! A moins qu’il y ait quelque chose d’autre ? Sa camarade semblait un peu plus faible que d’habitude et l’adolescent un peu idiot n’avait pas encore fait la corrélation avec le contenu émotionnel de sa lettre. Ce ne fut que lorsqu’il ramassa les photos comme un bon soldat et qu’il lui sembla y reconnaître une dame qui aurait pu être la mère de l’intéressée qu’il fronça les sourcils. Il se passa un pouce entre eux comme pour effacer son pli soucieux. « Oh de rien ! » se laissa-t-il remercier en restant planté comme un mandragore devant elle. Il s’épargna la peine d’ajouter que c’était son bon ami lycanthrope qui lui avait soufflé l’idée d’agir ainsi plutôt que sa bonne conscience. Cette dernière par contre semblait l’empêcher de repartir. C’était tout comme si on avait jeté un sortilège pot-de-colle à la semelle de ses chaussures.

Moïra l’interrogea sur sa présence et il finit par lâcher de but en blanc la question qui le taraudait. « C’est parce que t’es triste pour ta maman que t’es hum … - la prudence lui fit ravaler à la dernière seconde les mots  désagréables qu’il manqua de lâcher très maladroitement - tout le temps fâchée ? » conclut-il plus diplomatiquement avant de déglutir. Il l’avait échappé belle sur ce coup. Il hésita un peu avant de poursuivre mais comme Moïra ne crachait ni fumée par les oreilles ni flammes par les naseaux, il se permit finalement de tirer la chaise qui lui faisait face pour s’asseoir en face d’elle. « Je le serais … je veux dire fâché … à ta place … je crois ? ». Il avait vachement peur de faire une gaffe. Il n’était quand même pas bien compliqué de comprendre à la lecture de la lettre qu’elle avait écrite que sa maman n’était plus présente dans sa vie. Et même si Mrs Pettigrow était une femme qu’on pouvait considérer de fort désagréable (et même d’une manière objective) qui en mettait plein sur le dos de son époux et de son fils, Peter aimait tendrement et énormément sa mère. Son plus grand rêve, qu’il savait illusoire, aurait été de faire sa fierté. Il sortit de sa poche un emballage de dragées déjà ouvert de Bertie Crochue et les déposa entre eux sans oser croiser son regard. Offrir des friandises avait toujours été la manière non dite pour Peter de montrer à ses camarades son affection. Comme Moïra le connaissait un peu, il n’ajouta rien d’autre et conserva le regard baissé vers sa chaussure comme s'il avait été fasciné par un insecte invisible qu'il était présentement en train d'écraser.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 182
| AVATARS / CRÉDITS : A. Debnam by lolitaes
| SANG : Bordeaux ! Quoi c'était pas la réponse que t'attendais ? Too bad !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La perte de ton clan, de ta famille, de tes animaux, de ton don particulier
| PATRONUS : Un lynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons Lun 22 Jan - 14:20

- C’est parce que t’es triste pour ta maman que t’es hum … tout le temps fâchée ? demanda courageusement Peter. Tu étais tellement stupéfaite de sa question que tu ne sut même pas quoi lui répondre. Alors celle là quand même, tu ne l'avais pas vu venir ! Tu allais lui répondre que tu n'étais pas toujours fâchée et que de toute manière ça ne le regardait absolument pas lorsqu'il tira une chaise, s'assit et te dis que lui le serait probablement à ta place. Là encore tu demeuras muette, incapable de comprendre où il voulait en venir, ce qu'il voulait ou même pourquoi est ce qu'il insistait. Puis il sorti des bonbons et les mit entre vous. Tu les regarde un instant. Tu sais ce que ça signifie. Peter et toi avez été amis assez longtemps pour que tu comprennes que le partage des bonbons étaient pour lui une manière de signifier que tu étais son amie, qu'il tenait à toi. Une sorte de drapeau blanc. Tu fronces les sourcils un instant comme pour réfléchir à ce que tu devrais faire. Tu continues de lui en vouloir mais en même temps tu sais que c'est stupide. Ca remonte à plus d'un an cette histoire de mensonges, il faut bien passer à autre chose un jour. Tu soupires alors. - Peut-être un peu, tu finis par répondre. Et je ne suis pas toujours fâchée, tu fais en levant la tête et en faisant une moue boudeuse. Bon ok tu reconnais que t'es pas toujours sympa. Je suis dure ce n'est pas la même chose, tu reprends plus doucement. Je suis une dragonnière Peter. Je fais parti d'un Clan que je dirigerais plus tard, je chevauche des Dragons, je maîtrise le Feu, je dois être dure. Pour ne rien laisser échapper. Parce que sans contrôle, rien ne fonctionne. Alors oui je suis dure. Et peut-être que je le suis d'autant plus depuis que j'ai perdu ma maman. Tu penches la tête sur le côté. Tu ne t'excuseras pas parce que ça voudrait dire que tu étais désolée d'être qui tu étais et que tu ne recommencerais plus ce qui ne sera jamais le cas entendons-nous bien. Mais peut-être que tu peux faire un pas en avant toi aussi. Alors tu prends un bonbon et tu souris à Peter. - Comment sont tes parents toi ? tu lui demandes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 400
| AVATARS / CRÉDITS : © beylin
| SANG : ⊰ Mêlé sur de nombreuses générations.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Subir le doloris
| PATRONUS : Un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons Mar 23 Jan - 13:00

Tandis que la dragonnière réfléchissait, le maraudeur considérait plutôt les dragées qu’il avait glissé sous leur nez. Il aimait bien discuter mais sa nature en faisait un garçon très distrait alors il observait les différentes couleurs des friandises pleines de surprises en se demandant laquelle présentait le moins de risque. Il adorait le chocolat mais vraiment, les dragées de cette couleur, c’était les plus risqués. Il orienta plutôt son choix vers un dragée rose et en ôta un épais poil noir en soufflant dessus avant de le porter à ses lèvres. « Fais attention à certains dragées, ils sont plein de poils de chien à cause de … humpf ! » ferma-t-il son clapet à temps pour changer de sujet. « Ouf, guimauve ! » L’intention de l’adolescent était plus sympathique que hygiénique car les poches de sa robe desquels il avait sorti ses dragées faisaient autant figure chez lui de garde-manger que de range-tout. Il y avait dedans des miettes, des emballages vides, le fond de son encrier, des morceaux de parchemins déchirés à la hâte avec des petits dessins animés dessus, deux trois noises puis des poils de tous ses copains animagi. « Hum … moui … mais tu sais … on est pas des dragons nous - lui fit-il remarquer précautionneusement en voyant défiler de drôles de formes dans son esprit mais aucune de dragon - alors t’as pas besoin de nous chevaucher ! » rit gentiment le blondinet pour faire comprendre à son amie qu’elle n’avait pas besoin de faire sa dragonnière avec eux mais il se tut aussitôt en entendant la forme que prenaient ses propos. Pourquoi il avait parlé de Moïra en train de les chevaucher ? Oh l’adolescence et ses hormones ! « Euh oublie cette phrase, je voulais juste dire qu’on était tes amis quoi ! » se reprit-il le visage maintenant bien cramoisi par la gêne. Il espérait qu’elle ne comprendrait pas sa gaffe comme elle était une fille.

Comme si l'adolescent avait été épuisé par quelque sport, il posa sa tête au milieu de ses bras croisés en s’assoupissant volontairement sur la table. Le nombre de fois où ses professeurs le surprenaient dans cette position pour le redresser en lui flanquant un coup de parchemin à l’arrière du crâne ne l’avait jamais incité à mieux se tenir. Il fut pris au dépourvu par la question de la dragonnière alors y répondit certes un peu sottement mais somme toute très naturellement. « Oh moi ? Ils sont vivants ! Surtout ma mère, elle est très vivante et très chiante ! » se plaignit-il en levant les yeux vers le plafond en repensant à ces fais pas ci, fais pas ça, met pas tes doigts dans le nez ! « Je suis plus proche de mon papa, il me laisse tout le temps faire ce que je veux ! » finit-il en lançant un sourire un peu fripon à la brunette. Il était un adolescent comme les autres et aimait bien faire tout ce qu’il voulait quand il voulait bien que, les seules aventures qu’il connaissait chez lui pendant les vacances, c’était de se coucher à l’heure qu’il voulait et de manger toutes les glaces du freezer quand l’envie lui en prenait. Pour sûr, ses plus grandes aventures, elles avaient lieu dans le château avec ses meilleurs copains. « Ton père doit être très cool aussi avec toi, non ? » supposa-t-il un peu facilement bien content de parler à la jeune fille comme ils le faisaient au bon vieux temps.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 182
| AVATARS / CRÉDITS : A. Debnam by lolitaes
| SANG : Bordeaux ! Quoi c'était pas la réponse que t'attendais ? Too bad !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La perte de ton clan, de ta famille, de tes animaux, de ton don particulier
| PATRONUS : Un lynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons Jeu 25 Jan - 19:36

Tu arques un sourcil devant les cafouillages de Peter. Des poils de chien de qui au juste ? Guimauve. Tu le fixes d'un air sceptique puis tu hausses les épaules et tu prends un au goût de piment, tes préférés. Tu lui expliques pourquoi tu es aussi dure. Pourquoi tu es parfois aussi virulente, aussi impétueuse. Il te rétorque qu'eux ne sont pas des dragons, que tu n'as pas besoin de les chevaucher. Ton sourcil s'arque encore plus devant sa connerie monumentale. Peter semble s'en rendre compte et il vire au cramoisi. Il s'enfonce. Tu te pinces l'arrête du nez en soupirant. Ce mec t'exaspère autant que sa copine. Pourtant tu adores Bertha de base. Sauf quand elle décide de jouer les garces en chef. Tes amis ... Il était amusant de voir qu'il se comptait comme l'un d'eux. Toi ... toi t'étais pas encore sûre qu'il en fasse réellement parti. Peut-être que oui ou peut être que non. - Dragons, pas dragons, ça revient au même Peter ... c'est mon caractère, je suis comme ça. Si je devais être d'une telle manière chez moi et d'une autre manière à Poudlard c'est que je souffrirais d'un dédoublement de personnalité, tu lances moitié sérieuse moitié railleuse. Il en a des conneries à dire lui !

Tu ne sais pas pourquoi tu lui as demandé de parler de ses parents. Ca aussi c'était d'une connerie effroyable. Mais tu l'écoutes. Il parle d'abord de sa mère. Vivante et chiante. Apparemment il a du mal à la supporter même si son affection est évidente. Tu as envie de lui dire qu'il valait mieux que sa mère soit vivante et chiante qu'adorable et morte. Mais c'était bien trop méchant alors du coup tu te mords la langue pour retenir tes propos incisifs. Il a l'air proche de son papa par contre. Tu souris doucement à sa remarque. Il te demande si ton père est cool avec toi. Tu réfléchis à la question. Tu baisses le regard sur les photos de ton album. Tes yeux tombent sur une photo de lui et de son dragon. Elle date de l'été dernier. Elle est récente. Tu regardes ensuite Peter. - Cool n'est pas le mot que j'utiliserais. Mon père est Chef de Clan, c'est un des meilleurs dragonniers. Il ne fait pas que diriger notre Clan, c'est à dire un paquet de personnes mais il se charge aussi des transferts des dragons, des ventes, il a toujours un oeil sur les Chevaucheurs, les Vétimages, les Chercheurs. En dehors de ça il s'occupe des siens. Il marie des couples, il entends des doléances, il est là pour les familles en deuil, pour les naissances. Et il fait tout ça en m'élevant. Donc je pense que cool n'est pas le mot qui définirait le plus mon père. Mais c'est l'homme que j'aime le plus au monde. Quand il a perdu ma mère il aurait pu s'écrouler, tout laisser tomber ou alors se plonger dans le boulot et me délaisser mais il n'a rien fait de tout ça. Il a mit son chagrin de côté pour s'occuper de moi, me soutenir et ne jamais me laisser douter du fait que j'étais une enfant aimée et chérie par dessus tout. Mais il m'a élevé pour être une femme forte et redoutable. Tu t'arrêtes le souffle un peu court. Tu ne t'ai jamais autant dévoilée à personne pas même à Mike. Tu n'aurais peut être pas du te dévoiler comme ça à Peter, mais ce soir tu avais le coeur lourd et le besoin de faire sortir tout ça. Tu prends une grande inspiration et t'apaise soudain. - Alors où sont tes compatriotes du tonnerre ? tu lui demandes en voulant changer de conversation.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 400
| AVATARS / CRÉDITS : © beylin
| SANG : ⊰ Mêlé sur de nombreuses générations.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Subir le doloris
| PATRONUS : Un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons Lun 29 Jan - 10:18

La dragonnière était sans doute aussi dure que le maraudeur était mollasson. Ce dernier avait bien compris qu’il s’agissait d’un trait de caractère de la jeune fille mais, comme il s’adaptait sans cesse et dans la mesure rendue possible par sa nature maladroite, il était plus réticent à admettre qu’un comportement puisse ne pas varier. « Oui c’est sûr ! » lâcha-t-il pourtant dans un haussement débonnaire d’épaules l’air par convaincu mais pas contrariant non plus. Il était quant à lui bien différent à la maison qu’au château influencé par le reste de ses amis - même si pas plus affirmé dans un endroit que dans l’autre - et ne pouvait s’empêcher de penser qu’il était quand même vachement plus cool à l’école avec les maraudeurs. Un dragée au goût moutarde forte le surprit au même instant et le garçon dut se donner trois petits coups de poings sur la trachée pour le faire descendre et ne pas s'étouffer.

Peter s’essuya discrètement les larmes qu’il avait au coin des yeux tandis que Moïra lui parlait de son père et de leur clan. Il dut se cramponner à sa chaise quand elle évoqua la profession de chevaucheurs comme si son assise s’était soudainement transformée en dragon et s’interrogea sur la diablerie qui pouvait conduire des fous à vouloir grimper sur ces créatures. Les autres tâches que sa camarade évoqua furent tellement nombreuses qu’elles finirent de l’étourdir, c’était vraiment beaucoup de travail, ne pouvait-il que s’horrifier. « Wahow, ça a l’air horrible d’être dragonnier en fait - s’étrangla-t-il à la fin - moi je croyais juste que je sais pas c’était des barbecues et tout … mais ça a l’air d’être du gros boulot, c’est comme être maire d’un village en fait ? Mais un village avec des dragons c’est ça ? » voulut-il comprendre les yeux grands comme des soucoupes en peignant dans son imaginaire un village dépourvu de blancs moutons où tous les toits des maisons seraient constamment enflammés, le gros danger ! Se rendant compte qu’il s’était agrippé et tordu ses fins et éparses cheveux d’un blond paille tout au long du récit, il se lâcha enfin la tête pour se trouver avec une risible coiffure en pétard. « C’est ton père là ? » posa-t-il son index sur la photographie que la jeune fille regardait. « Tu lui as jamais raconté euh … quand on s’est plus parlé hein ? » car il aurait préféré que cet homme dont la taille semblait presque concurrencer celle du garde-chasse ne soit pas au courant du fait qu’il ait pu encourager des rumeurs amoureuses lancées sur sa fille unique et sur lui.

Il déglutit plus douloureusement encore que lorsqu’il avait eu un dragée moutarde coincé dans la gorge et releva ses petits yeux humides vers la dragonnière qui semblait vouloir changer de sujet. « Oh euh - commença-t-il à bafouiller comme chaque fois qu’il était pris au dépourvu - Remus doit toujours être dans la grande salle, il était en train de m’écraser aux échecs sorciers … alors je suis pas mécontent de t’avoir couru après ! » fit-il avec un fin sourire. « Puis je mettrais ma main à couper que James et Sirius sont en train d’ensorceler des boules de neige dans le parc ! Ils sont vraiment fous, il fait beaucoup trop froid ! T’as aussi perdu Bertha ? » jeta-t-il finalement un regard autour d’eux dans la salle commune déserte de toute âme.


dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 182
| AVATARS / CRÉDITS : A. Debnam by lolitaes
| SANG : Bordeaux ! Quoi c'était pas la réponse que t'attendais ? Too bad !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La perte de ton clan, de ta famille, de tes animaux, de ton don particulier
| PATRONUS : Un lynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons Mer 14 Fév - 14:25

Dépitée, dépitée, tu es dépitée. Genre ... vraiment. A fond. Ce mec est une catastrophe ambulante. Tu te pinces l'arrête du nez en maugréant des mots incompréhensibles. Tu n'as pas envie de te remettre à lui hurler dessus. Tu le regardes, une lueur pour le moins irritée dans le regard. - Sérieusement Peter, tu as cru que les dragons se gardaient tout seul ? Que sans personne pour les dresser ou s'occuper d'eux, ils restaient comme ça de leur côté, comme d'inoffensifs botrucs ? tu railles d'un air totalement ironique. Bien sûr que nous sommes un village. Chef de Clan je t'ai dis. Tu as cru qu'il dirigeait des moutons ? tu assènes en suivant. Tu arques un sourcil devant sa mine penaude. Tu soupires. Oui, Peter. Mon père dirige notre village. Et chacun y a sa place. Dragonniers, herboristes, vétomages ... il y a de tout. Comme dans un village normal quoi ! Sauf qu'on élève des dragons au lieu de chevaux. Enfin on a aussi des chevaux ... Tu t'embrouilles alors tu secoues la tête et tu t'arrêtes. Peter montre la photo et tu fais un sourire doux et tendre en la caressant à nouveau. Oui, c'est lui, tu fais d'une voix chaleureuse comme on l'entend peu souvent. Emplie d'une rare mais profonde affection. Tu ris doucement quand il te demande si tu as jamais raconté à ton père l'incident principal qui a fait en sorte que vous ne vous parliez plus. Nan, j'suis assez grande pour gérer les inopportuns toute seule, tu lances en plissant le regard en le regardant. Tu ne penses pas ? tu susurres en lui rappelant ainsi combien tu es dangereuse quand on te provoques. Tu as l'air menaçante comme ça. Mais finalement tu te redresses et tu souris, le regard pétillant. T'aimes bien foutre la trousse. T'es une saleté quand tu veux et tu l'assumes totalement.

Tu lui demandes où sont ses amis. Grande salle, parc du château, bon ils sont éparpillés quoi. Tu hausses les épaules quand il te parle du froid. - J'en sais rien j'crains pas le froid, tu rétorques. Tu maîtrises le feu à l'état pur. Il brûle en toi d'une flamme si ardente que rien ne pourrait l'éteindre hormis ta mort. Ta température corporelle est toujours bien plus élevée que la moyenne, ce qui explique la difficulté de l'infirmière à savoir si tu as où non de la fièvre. Et ouais il t'arrive d'éternuer du feu quand tu es hyper malade. Ouais nan, tu ne crains pas le froid. Bertha ? Tu fronces les sourcils. - Ta copine et moi on n'est pas franchement en excellents termes en ce moment, tu rétorques froidement. Effectivement, tu lui en veux énormément d'être aussi méchante avec Marlène et tu le lui fais bien comprendre. Si tu ne sait pas où elle est, cherche l'endroit où il est susceptible d'y avoir le plus de ragots et tu la trouvera, tu maugréer, agacée.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 400
| AVATARS / CRÉDITS : © beylin
| SANG : ⊰ Mêlé sur de nombreuses générations.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Subir le doloris
| PATRONUS : Un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons Lun 19 Fév - 19:39

Peter se rétrécit sur sa chaise comme ses pantalons au lavage - même si ce n’était pas franchement à cause de la machine à laver que ses vêtements ne lui allaient plus - quand il devina sa camarade prête à cracher de la fumée par les narines. Elle était drôle elle à lui dire que c’était bête d’imaginer des dragons se garder tous seuls, car de son point de vue à lui, c’était encore plus bête d’imaginer des sorciers s’amuser à les monter comme des poneys. Faisaient-ils des parties de quidditch à dos de dragons également dans son village de fous tous les dimanche ? Autant d’idées absurdes qui lui traversaient la caboche mais qu’il n’aurait jamais osé dire à la dragonnière de peur de se faire carboniser comme une saucisse. Aussi accusa-t-il les coups en se passant une main un peu gênée dans sa nuque qui le picotait. « Euh non - souffla-t-il finalement avec diplomatie - J’évite simplement de penser aux dragons ou à toutes créatures classées XXXXX par le département de contrôle et de régulation des créatures magiques de manière générale » confessa-t-il un peu peureux. Les dragons, au même titre que les loup-garous, étaient classés comme impossible à dresser ou à domestiquer. Et comme il avait déjà vu le deuxième représentant de cette catégorie en action, l’idée de bâtir un village autour de pareilles créatures lui paraissait ahurissante à lui. Un petit rire interdit lui échappa et il se dit qu’il faudrait qu’il parle à Remus de l’idée d’un joyeux village de lycanthropes dont il serait le maire tiens, mais pas sûr que ça le fasse rire !

Il écouta attentivement la suite des propos de la dragonnière en dodelinant de la tête intéressé mais en pensant chaque fois plus farouchement que même sous imperium il n’aurait jamais risqué un seul orteil dans son village. Moïra lui lança bientôt son regard menaçant et il bougea encore plus vivement la tête en répondant un « SI, SI ! » par habitude de ne surtout pas la contrarier quand elle faisait ces yeux-là. Mais il était quand même vachement soulagé d’apprendre que son père bâti comme un demi-géant ne viendrait jamais lui chercher de noises, ouf ! Et la brunette souriait de nouveau, double ouf ! Elle rappela bientôt au maraudeur qu’elle ne craignait pas le froid et celui-ci poussa une longue exclamation (comme quand il se rappelait de quelque chose qui lui sortait constamment de la tête) avant d’appuyer sa joue potelée contre son poing refermé. « Ca doit être pénible de pas sentir le froid non ? Tu dois toujours t’enrhumer ! » demanda-t-il un peu penaud. Lui par exemple, il n’était jamais rassasié, alors il grossissait. Il avait l’impression que c’était un peu pareil. Peter nota bientôt à voix haute l’absence de sa petite copine dans la salle commune ainsi que l’air sombre de Moïra quand elle parla d’elle. Le terrain avait l’air glissant comme le chemin vers le village voisin quand il y avait du verglas. « Sûrement dans les toilettes des filles alors ! » fit-il avec un petit rire davantage pour changer de sujet que par réel intérêt pour le lieu. Ne jamais prendre parti entre des filles qui se crêpent le chignon était une règle de survie qu’il avait tôt appris, eh oui, même lui faisait parfois preuve de sagacité !

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 182
| AVATARS / CRÉDITS : A. Debnam by lolitaes
| SANG : Bordeaux ! Quoi c'était pas la réponse que t'attendais ? Too bad !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La perte de ton clan, de ta famille, de tes animaux, de ton don particulier
| PATRONUS : Un lynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons Dim 29 Avr - 21:45

Tu fais la moue. Tu ne veux pas être méprisante, vraiment, mais parfois, tu te demandes réellement ce que fiche Peter chez les Gryffondor. Il est si peureux. Un vrai trouillard. - "Ne prends pas son mouton au dragon et il te laissera la vie sauve", tu récites avec un air malicieux. Tu te pinces l'arrête du nez. Il te fatigues. Trouillard. Peureux. Lâche. Qu'est ce qu'il fiche ici hein ? Tu décides de laisser tomber. De toute manière il y a des choses dans ce monde que tu ne comprendras décidément jamais. - Non jamais, tu rétorques quand il te dit que ça doit être chiant de ne pas sentir le froid. Que tu dois toujours t'enrhumer. Jamais par le froid en tout cas. Le fait de ne pas sentir le froid signifie que je ne le crains pas Peter. Jamais. Il ne me touche pas. Tu plisses les yeux et lui offres un air à la fois dangereux et espiègle. Le froid me craint car le feu est son ennemi cruel. Il réchauffe les coeurs et fait fondre sa neige. Il empêche la glace d'emprisonner nos âmes. Des flammes se mettent à danser dans tes prunelles mais avant que les flammes n'apparaissent dans tes mains tu te redresses et ravale ton pouvoir. Un sourire apparaît sur tes lèvres et ton expression s'adoucit. - Cesses d'avoir peur Peter, je ne vais pas te faire de mal. Tu lèves les yeux au ciel. Il te parle de Bertha. Sujet taboo en ce moment. Ouais c'est ça. Tu devrais aller voir dans les toilettes des filles. Tu fermes ton album et te lèves en attrapant ton sac. Merci encore pour la lettre. Bonne soirée Peter. Et tu le laisses là pour monter dans ton dortoir.

PS : J'ai pensé le clore là il commence à dater celui là ça te va ?    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 400
| AVATARS / CRÉDITS : © beylin
| SANG : ⊰ Mêlé sur de nombreuses générations.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Subir le doloris
| PATRONUS : Un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons Mer 16 Mai - 19:07

Gêné par le regard méprisant de Moïra, Peter baissa légèrement la tête pour se frotter encore la nuque. Ce n’était pas la première fois que l’un de ses camarades de maison le regardait de cette manière. « Ah oui c’est sage - répondit-il un peu penaud bien que cela lui soit paru évident tout bêta qu’il pouvait pourtant être - même si je ne vois pas qui aurait idée de voler son mouton à un dragon » marmonna-t-il dans le col de sa cape. Son coeur se mit à battre un peu plus fort car cela le remplissait d’un certain malaise que sa camarade continue à lui parler de ces créatures féroces. Il voyait bien qu’elle le regardait comme un garçon étrange, et lui se forçait en retour à ne pas la regarder de la même manière. Mais l’exercice devint de plus en plus dur lorsque, après une énième tentative pour dédramatiser leur discussion, la dragonnière se lança dans une litanie qui le laissa baba. Le froid me craint car le feu est son ennemi cruel. Il réchauffe les cœurs et fait fondre sa neige. Il empêche la glace d'emprisonner nos âmes. Ne sachant pas vraiment quoi répondre, il porta à sa bouche un nouveau dragée avec la lenteur d’un paresseux, c’est qu’il s’attendait presque à voir son interlocutrice se transformer en torche humaine. Moïra O’Ddraig était une créature au moins aussi fascinante qu’un dragon (comprenait-il petit à petit). Mais le garçon s’étouffa avec son dragée lorsque son amie l’accusa d’avoir peur. « Gloups ! ». Est-ce qu’il était sensé avoir peur ? Pourquoi elle lui aurait fait du mal ? Parce que lui n’avait pas eu peur … jusqu’à cet instant. « Bo-bonne soirée ! » respira-t-il à nouveau une main portée à sa gorge. Et il n’était pas mécontent qu’elle soit monté se coucher. Il sursauta même quand Remus, quelques secondes plus tard, le rejoint finalement dans la salle commune ! « Mille gorgones, si cette nuit je ne fais pas des cauchemars de dragons, c’est un miracle ! ».

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons

Revenir en haut Aller en bas

Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La longue histoire d'un Ange...
» L’école capitaliste en Haïti : les failles de la loi portant régulation des frai
» Pete Wentz
» BIENTOT LES FAILLES DE NOTRE DAME EN ACTIVITE !
» QUI S'AIME LAVALAS RECOLTE LA TEMPS PETE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Poudlard
-