GRYFFONDOR : 160 pts | POUFSOUFFLE : 10 pts | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Le calendrier de l'avent fait son grand retour à Poudlard ! Il débutera le 1e décembre et se terminera le 25. Toutes les explications ICI !
Une sortie à Pré-au-Lard a été organisée afin de vous permettre d'effectuer vos achats de Noël. Le sujet est juste ici ! Tout post vous rapportera 2 dragées.

Partagez|

Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 127
| AVATARS / CRÉDITS : A. Debnam by Adhi
| SANG : Bordeaux ! Quoi c'était pas la réponse que t'attendais ? Too bad !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La perte de ton clan, de ta famille, de tes animaux, de ton don particulier
| PATRONUS : Un lynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons Ven 1 Déc - 20:53

"Ma chère maman,
Il y a tant de choses que tu manques depuis que tu es partie. Poudlard est comme tu me l'avais décris, aussi magique et merveilleux. Mais je crois que je suis bien moins sociable que ce que tu aurais voulu. Je dois trop ressembler à Papa pour ça ...
Plus Noël approche et plus ma tristesse s'agrandit. Les autres sont heureux. Ils rient, s'amusent et se hâtent d'acheter les cadeaux pour leurs familles. Il est si injuste de voir qu'ils profitent alors que mon coeur se brise de voir que le Temps nous a volé tous ces moments merveilleux que nous partagions, papa, toi et moi. Ne m'en veut pas de te pleurer même après tant d'années alors que si la Légende de l'étoile du nord était vraie, le seul voeu que je souhaiterais faire c'est de passer encore du temps avec toi. Rien qu'une journée de plus pour te serrer dans mes bras, pour entendre ta voix chantante, pour voir ton regard pétillant. Une journée de plus pour t'entendre me dire "je t'aime", une journée de plus pour te raconter ma vie et t'entendre me donner ces conseils mystérieux que je ne comprenais qu'une fois l'erreur faites ... Une journée de plus pour te dire à quel point j'ai été chanceuse de t'avoir pour maman et à quel point je t'..."


Vendredi 01 Décembre 1975, Grande Salle puis Salle Commune des Lions

Noël approchait un peu trop vite à ton goût. Tout le monde s'amusait bien au château, ce n'était pas encore les vacances pourtant les cours étaient déjà passés au second plan et même les profs semblaient se détendre et lâcher prise. Les batailles de boule de neige, les bonshommes magiques et le patin à glace étaient les principales activités du moment sans parler du bon chocolat chaud servi dans la Grande Salle et des gâteaux maison pour le goûter. Aujourd'hui n'a pas échappé à la règle seulement au lieu de sortir rejoindre tes amies pour faire du patin à glace tu es plutôt allée dans la Grande Salle. Un chocolat chaud posée près de toi tu as écris une longue lettre. Très longue. Dans laquelle tu parles de toi. De ta vie à Poudlard. De tes pensées. De tes rêves. Tu racontes ta vie en fait. Toute ta vie. Tout ce qui fait que tu es toi. Tu écris à la seule personne qui ne peut pas entendre tes récits lorsque tu rentres en vacances. A la seule personne a qui tu voudrais demander conseil et écoute et qui ne peut pas accéder à tes demandes : ta mère. Alors tu écris écris puis une fois bien épuisée, une fois que tu as tout raconté, tout évacué tu t'arrêtes. Et tu quittes la Grande Salle juste avant le repas sans voir que tu fais tomber une page de ta longue lettre réquisitionnée par quelqu'un que tu n'aurais pas cru.

Tu te réfugies dans la salle commune avec un grand album. Tu y restes toute la soirée, blottie sur un fauteuil près de la cheminée sans que personne ne vienne t'embêter. Pas même Marly ou Bertha comme si elles avaient compris ton besoin de solitude. Au fur et à mesure la salle commune se vide. Il ne reste plus que quelques élèves. Toi tu regardes toujours ton album, le regard triste, perdu dans un autre univers. Celui de tes souvenirs. Tu caresses les photos. Certaines sont moldues. D'autres sorcières. Soudain en tournant une page, deux photos s'en échappent sans que tu le remarques. Celle d'une très belle femme au longs cheveux bruns. Et celle de cette même femme accompagnée cette fois d'une petite fille au regard espiègle les deux accompagnées d'une immense dragonne et d'une autre plus jeune. Toujours plongée dans tes souvenirs, il te faut un instant pour remarquer que quelqu'un se dresse devant toi. Tu relèves la tête. Peter Pettigrow. Tu arques un sourcil l'air de te demander ce qu'il fait là. Lui aussi à l'air de se demander ça. - Quoi ? tu demandes d'une voix rauque et pas franchement amicale. Tu n'apprécies pas Peter. Vraiment pas. Il a raconté des bobards sur lui et toi et tu es sûre qu'il est la cause de la séparation de Bertha et Marlène et de ton cul entre deux chaises. T'as pas envie qu'il remarque les larmes brillant dans tes yeux ou les fantômes qui s'y baladent. Tu n'as clairement pas envie qu'il voit les failles de la Fille des Dragons.    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 336
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley | Eledhwen
| SANG : ⊰ Mêlé sur de nombreuses générations.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Subir le doloris
| PATRONUS : Un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons Mar 5 Déc - 10:10

L’ambiance qui régnait au château à la fin de l’année était toujours chouette. Tous les professeurs, hormis peut-être McGonagall, semblaient se découvrir un coeur à cette période de l’année pour attribuer moins de devoirs à leurs étudiants. Comme Remus et Peter avaient fini sans trop de difficulté leur devoir de métamorphoses - qui portait sur les animagi, vous pensez bien ! - ils profitaient en cette douce après-midi du calme de la grande salle pour jouer aux échecs sorciers. La grande majorité des autres élèves était trop occupée à s’extasier des premiers flocons de neige qui n’en finissaient plus de tomber pour édifier des bonhommes de neige et faire des glissades sur le lac qui avait gelé dans la nuit. Aussi, dans ce silence propice à la réflexion ponctué de quelques boutades et du froissement de papiers de friandises Honeydukes, le grattement de la plume de Moïra sur son parchemin finit-il par attirer l’attention de Peter Pettigrow sur sa présence. Car si son ami lycanthrope ne se distrayait pas du jeu de stratégie, le garçon blondinet commençait pour sa part à se déclencher quelque migraine. Il n’était pas mauvais à ce jeu - car son talent était avéré pour les jeux moins sportifs que le quidditch - mais Remus Lupin le mettait chaque fois en difficulté. « Hum … » hésita-t-il à sacrifier son cavalier en bord de plateau. Cavalier au bord, cavalier mort mais cela lui aurait dégagé une jolie diagonale pour que son fou protège sa reine. « Allez ! » se décida-t-il plus hardi qu’il était dans les jeux que dans la vie. Un fin sourire se dessina sur les lèvres de son adversaire, mince !

Profitant de la réflexion de son ami, Peter darda un nouveau regard vers Moïra en réalisant qu’on entendait plus le bruit de sa plume. La jolie brune leur offrait la vue de son dos tandis qu’un papier de son devoir volait derrière elle. Il observa la danse du parchemin sans esquisser le moindre mot ou geste. Ils avaient été de bons copains pendant trois ans et puis des rumeurs avaient couru sur une relation amoureuse que Peter n’avait pas démenties - et même plutôt carrément encouragées - alors la dragonnière lui avait mis la tête au carré. Ils ne se parlaient plus depuis. Remus lui lança un regard circonspect, et comme il devinait que ce n’était pas au sujet de leur partie, Peter devina que c’était au sujet du petit papier. « Rhooo ! » fit le garçon en levant finalement sa baguette l’air de se plaindre que son meilleur ami ait toujours raison. Il récupéra le papier d’un accio et son œil fut immédiatement frappé par les trois premiers mots. « Ce n’est pas un devoir de métamorphose » constata-t-il avant que le préfet n’interrompe sa lecture pour lui signifier qu’il valait mieux le rendre à l’intéressée (sous-entendu en se gardant bien de le lire hein !). « Mais notre partie n’est pas finie ! » commença à se défendre le maraudeur en baissant les yeux sur le plateau pour constater que sa reine avait été prise. « Quoi ? Mais comment ? ». Remus était décidément trop fort pour lui, il faudrait qu’il affronte plutôt de nouveau Sirius qui confondait ses pions avec des soldats de plomb ! Le blondinet se leva alors de son air magnanime pour marcher dans les pas de leur camarade.

Et, bien évidemment, dès qu’il passa les portes de la grande salle, il plongea son nez curieux dans la lettre au contenu diablement personnel que la jeune fille avait adressée à sa maman. Aussi Queudver se trouva-t-il diablement gêné et rouge de culpabilité quand, passant le portrait de la grosse dame qui s’était coiffée d’un bonnet rouge pour l’occasion, il se retrouva face à Moïra. Le petit coeur acculé du garçon se mit à battre plus fort dès qu’elle releva la tête pour s’adresser à lui de sa voix rauque. « Euh … je … » commença-t-il à bafouiller de manière un peu idiote comme à son habitude. « Tiens ! » fit-il d’un timbre couinant en sortant de derrière son dos, et d’une main tremblante, la page égarée. Et comme s’il avait véritablement fait face à un dragon et non à une dragonnière, il se mit dans le même temps à implorer pour sa vie. « J’ai rien lu de la lettre je te le jure ! D’ailleurs est-ce que c’est une lettre ? Ou un devoir ? Personne ne sait et personne ne saura jamais, d’accord ? Par-pitié-épargne-moi ! » fit-il en se protégeant de ses deux bras rondelets et en fermant ses paupières.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 127
| AVATARS / CRÉDITS : A. Debnam by Adhi
| SANG : Bordeaux ! Quoi c'était pas la réponse que t'attendais ? Too bad !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La perte de ton clan, de ta famille, de tes animaux, de ton don particulier
| PATRONUS : Un lynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons Jeu 7 Déc - 22:32

Tu regardes Peter qui te fais face d'un air gêné. Tu te demandes bien ce qu'il fait là. Avant vous étiez proches. De supers amis. Mais ça c'était avant. Avant ses mensonges, sa vantardise et le fait qu'il te fasse passer pour sa copine. Tu ne lui a jamais pardonné. Et ça passe encore plus mal que Bertha soit amoureuse de lui et qu'à cause de ça, Marly et elle se livrent une guerre sans merci depuis deux ans. - Quoi ? tu répètes agacée. Il te tend alors un bout de parchemin que tu reconnais instantanément. Tu te glaces et pâlit brusquement. - J’ai rien lu de la lettre je te le jure ! D’ailleurs est-ce que c’est une lettre ? Ou un devoir ? Personne ne sait et personne ne saura jamais, d’accord ? Par-pitié-épargne-moi ! couine t-il en se protégeant le visage. Ca t'énerve encore plus. - Oh ça va arrête ton cinéma j'vais pas te frapper imbécile ! tu grognes. Bertha m'en voudrais, tu rajoutes entre tes dents. Tu prends brusquement la lettre de ses mains. Tu trembles. Tu essayes de le dissimuler. Tu l'as lue ? tu demandes d'une voix blanche. Question rhétorique, évidemment qu'il l'a lue sinon il ne serait pas aussi paniqué. Tu soupires. C'est bon Peter arrête de piailler comme une poule chassée par un renard j'vais pas t'bouffer ! tu maugréés. Tu aperçois les photos par terre. Tu te redresses pour les ramasser mais une fois encore Peter est plus rapide. Tu les lui prends rapidement des mains. Merci, tu murmures gênée. Tu détournes le regard le temps de ranger les photos et la lettre dans l'album puis tu regardes le Gryffondor. Fut un temps - très long - où tu pensais qu'il n'avait rien à faire dans cette maison et tu ne te cachais pas de le lui faire remarquer mais il fallait beaucoup de courage pour venir t'affronter et te rendre la lettre. Après tout, il aurait pu la faire disparaître tu n'en n'aurais rien sût. Et pour ça, il remonte d'un cran dans ton estime. Petit cran mais cran quand même. Tu lui fais un mince et très bref sourire. Merci aussi pour la lettre, tu fais doucement. Tu commences à replonger dans ton album mais il ne bouge pas. Tu relèves les yeux vers lui. - Autre chose ? tu demandes d'un air plus ou moins aimable.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 336
| AVATARS / CRÉDITS : William Moseley | Eledhwen
| SANG : ⊰ Mêlé sur de nombreuses générations.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Subir le doloris
| PATRONUS : Un rat
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons Mer 13 Déc - 20:09

Bertha et Peter ne sortaient pas ensemble pour rien, il n’y en avait aucun pour rattraper l’autre niveau curiosité. Plus encore que partager des bisous, ils adoraient s’échanger les potins. Quand Moïra lui demanda s’il avait lu le contenu de sa lettre, il mit un peu trop de temps à réfléchir et se trahit d’un long « Euuuh … ». Mais la dragonnière soupira contre elle plutôt que de hurler contre lui. Il avait vraiment de la chance, pensa-t-il. Il avait bien conscience que sortir avec la commère de l’école lui octroyait certains avantages et pas seulement ceux relatifs à avoir une petite copine - la garantie qu’aucun potin ne le vise par exemple - mais alors l’immunité qu’il semblait avoir acquis auprès de la dragonnière, alors ça, ça valait vraiment son pesant de gallions ! A moins qu’il y ait quelque chose d’autre ? Sa camarade semblait un peu plus faible que d’habitude et l’adolescent un peu idiot n’avait pas encore fait la corrélation avec le contenu émotionnel de sa lettre. Ce ne fut que lorsqu’il ramassa les photos comme un bon soldat et qu’il lui sembla y reconnaître une dame qui aurait pu être la mère de l’intéressée qu’il fronça les sourcils. Il se passa un pouce entre eux comme pour effacer son pli soucieux. « Oh de rien ! » se laissa-t-il remercier en restant planté comme un mandragore devant elle. Il s’épargna la peine d’ajouter que c’était son bon ami lycanthrope qui lui avait soufflé l’idée d’agir ainsi plutôt que sa bonne conscience. Cette dernière par contre semblait l’empêcher de repartir. C’était tout comme si on avait jeté un sortilège pot-de-colle à la semelle de ses chaussures.

Moïra l’interrogea sur sa présence et il finit par lâcher de but en blanc la question qui le taraudait. « C’est parce que t’es triste pour ta maman que t’es hum … - la prudence lui fit ravaler à la dernière seconde les mots  désagréables qu’il manqua de lâcher très maladroitement - tout le temps fâchée ? » conclut-il plus diplomatiquement avant de déglutir. Il l’avait échappé belle sur ce coup. Il hésita un peu avant de poursuivre mais comme Moïra ne crachait ni fumée par les oreilles ni flammes par les naseaux, il se permit finalement de tirer la chaise qui lui faisait face pour s’asseoir en face d’elle. « Je le serais … je veux dire fâché … à ta place … je crois ? ». Il avait vachement peur de faire une gaffe. Il n’était quand même pas bien compliqué de comprendre à la lecture de la lettre qu’elle avait écrite que sa maman n’était plus présente dans sa vie. Et même si Mrs Pettigrow était une femme qu’on pouvait considérer de fort désagréable (et même d’une manière objective) qui en mettait plein sur le dos de son époux et de son fils, Peter aimait tendrement et énormément sa mère. Son plus grand rêve, qu’il savait illusoire, aurait été de faire sa fierté. Il sortit de sa poche un emballage de dragées déjà ouvert de Bertie Crochue et les déposa entre eux sans oser croiser son regard. Offrir des friandises avait toujours été la manière non dite pour Peter de montrer à ses camarades son affection. Comme Moïra le connaissait un peu, il n’ajouta rien d’autre et conserva le regard baissé vers sa chaussure comme s'il avait été fasciné par un insecte invisible qu'il était présentement en train d'écraser.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons

Revenir en haut Aller en bas

Pete&Mo • Les failles de la Fille des Dragons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La longue histoire d'un Ange...
» L’école capitaliste en Haïti : les failles de la loi portant régulation des frai
» Pete Wentz
» BIENTOT LES FAILLES DE NOTRE DAME EN ACTIVITE !
» QUI S'AIME LAVALAS RECOLTE LA TEMPS PETE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: La tour sud :: La salle commune de Gryffondor-