GRYFFONDOR : 195 pts | POUFSOUFFLE : 87 pts | SERDAIGLE : 236 pts | SERPENTARD : 245 pts
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !
Félicitations aux Serpentard qui remportent la victoire de ce deuxième match de l'année ! Les inscriptions pour les deux prochains matches sont d'ores et déjà ouvertes, retrouvez Poufsouffle VS Gryffondor et Serdaigle VS Serpentard !

Partagez|

La noirceur de l'histoire laisse des traces | SUJET CLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Bartemius Croupton Sr



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 199
| AVATARS / CRÉDITS : © étangs noirs.
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui avec un masque de mangemort ou n'est-ce pas son fils qui lui ressemblera tant ?
| PATRONUS : Un serpentaire, prédateur de tous les animaux rampants.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: La noirceur de l'histoire laisse des traces | SUJET CLOS Jeu 12 Avr 2018 - 11:17

Il était dans le caractère de Bartemius, lorsqu’un conflit se présentait à lui, de vouloir battre son adversaire à plates coutures. Cet orgueil, il l’avait hérité autant de sa mère Black que de son père Croupton, mais il le poussait seul jusqu’aux frontières du fanatisme. Il brûlait en lui comme un feu sacré et lui avait valu une escalade fulgurante au Ministère de simple juré du magenmagot jusqu’à Directeur du Département de la Justice Magique (et il n’entendait pas s’arrêter en si bon chemin !). Son flair de fin limier ne l’avait jamais trahi et tandis qu’il observait l’interrogatoire mollasson mené par Lucius Malefoy contre Morfin Gaunt, il écoutait avec autant d’attention les questions de l’un que les réponses de l’autre et scrutait leurs traits à tous deux. Rien ne les trahissait pourtant sinon l’importance cruciale que chacun d’eux semblait prêter à une vieille pacotille familiale et dont les coffres de leur famille, connaissait-il ce principe général en connaissance de cause, regorgeaient. Nombreux de ses objets vibraient de magie noire et la pensée fugace le traversa que cette bague était peut-être une arme. Il souhaitait en apprendre plus sur cet objet. Ses doigts caressaient imperceptiblement la baguette et le souvenir des silhouettes contorsionnés de douleur qui l’avaient fasciné enfant dans la bibliothèque du manoir de ses parents lui revenait en mémoire. Peut-être qu’avec un simple doloris, ne pouvait-il s’empêcher de commencer à penser …

L’homme dont l’allure de jeune premier dénotait terriblement avec le reste des lieux souhaita interrompre l’interrogatoire. Bartemius ouvrait déjà la bouche pour protester vivement mais le Ministre donna raison à son conseiller. Et le chien de garde du gouvernement n’eut d’autre choix que de refermer la mâchoire pour grogner silencieusement. Ils l’avaient interrogés moins de cinq minutes, c’était là le temps que Harold accordait au premier crime de haine commis sur leur territoire depuis Grindelwald avant que les cadavres ne s’empilent de nouveau ? Il ne put retenir un soupir dédaigneux qui se dirigeait cette fois à l’encontre de son ancien ami. S’il avait été Ministre à sa place, ne pouvait-il s’empêcher de penser, il ne se serait pas encombré de principes hypocrites pour retenir le bras de leur Ministère et cette guerre ne s’éterniserait pas. On lui demandait de faire le ménage sans lui donner le balai adéquat et jamais l’homme de loi ne s’était senti aussi frustré de sa vie, un terreau adéquat pour faire pousser la graine de haine qui y était plantée. La main de Croupton se resserra autour de son bois de sureau et il brandit son arme vers Morfin Gaunt qu’il n’avait pas lâché du regard en le dévisageant avec la même démence. Un simple doloris et qui savait les informations qu’ils pourraient obtenir ?

Il se détourna néanmoins du prisonnier en pivotant sur ses talons et sortit en deux pas de la cellule à la taille ridicule. Il attendit que les deux autres hommes - l’un trop faible et il ne s’agissait malheureusement pas du conseiller redoutait-il - sortent et il referma la cellule derrière eux d’un tour baguette. Il avait tout retrouvé de son humeur taciturne et ne desserra pas les lèvres pendant le reste du trajet. Pas même pour incanter la présence rassurante de son patronus, un serpentaire à la démarche gauche sur ses deux longues pattes, blanche lumière fantomatique qui les guiderait jusqu’à la sortie. Mieux valait prévenir que guérir était une politique - parfois dangereuse mais souvent nécessaire - qu’il appliquait et qu’il aurait été de bon augure que leur gouvernement applique également.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romeus Flemming



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 278
| AVATARS / CRÉDITS : Dane Dehaan (dandelion)
| SANG : J'ai une tête de sang pur ? La robe fait pas le sorcier, mon gars.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La Grande Faucheuse
| PATRONUS : J'sais pas.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: La noirceur de l'histoire laisse des traces | SUJET CLOS Mer 25 Avr 2018 - 16:14


Le Ministre Minchum prononça les mots qui procurèrent un soulagement immense à Lucius Malefoy. Il n'en pouvait plus de rester dans ce lieu froid, austère, nauséabond, crasseux et oppressant. N'en déplaise à Bartemius Croupton, le chef avait parlé: ils s'en allaient. Le conseiller eut la satisfaction de voir toute la contrarié de ce dernier. Son visage se renfrognait, serrant sa mâchoire. Irrité. Frustré. L'homme leva sa baguette vers le prisonnier comme s'il s'apprêtait à lui lancer un sortilège avant de se raviser. Il sortit de la cellule. Minchum lui emboîta le pas. Lucius suivit. Le directeur du Département de la justice magique ferma derrière eux.
Le chemin du retour pour sortir de la prison se fit dans le plus grand des silences et la plus grandes des épouvantes pour Lucius. La présences froides des détraqueurs n'avait rien pour le rassurer, lui et son coeur sombre de mangemort. Mais Merlin soit loué, rien n'arriva aux trois hommes, ils ressortirent sains et saufs de cette prison de l'horrreur et du tourment perpétuel. L'air marin fétide n'avait jamais semblé aussi bienfaisant à Lucius Malefoy.
« Monsieur le ministre, je pense sincèrement qu'il est temps de rentrer au Ministère. Le ciel ne m'inspire pas confiance. Un orage ne va pas tarder à surgir et il faudrait partir avant que la mer ne soit agitée. » déclara le mangemort en tenant sa robe de sorcier contre lui pour ne pas qu'elle se fasse happer par le vent.
Au cas où le Ministre Minchum n'aurait été tenté de rester n'aurait-ce été que deux minutes de plus. Plus vite ils allaient être partis, plus vite Lucius allait avoir l'esprit tranquille. Cette courte visite avait eu le don de lui remuer l'estomac mais aussi de l'exténuer physiquement et moralement. Quelle idée insensée qu'avait eu le Ministre, d'accepter d'accompagner Bartemius Croupton à Azkaban. Ce dernier désirait trop ardemment découvrir des failles chez le conseiller, prouver son allégeance au Seigneur des Ténèbres. Il allait devoir réessayer parce que ce n'était pas ce jour là qu'il allait trouver la preuve qui pouvait faire la différence. Jolie tentative, néanmoins.

______________________________
Les gens les plus intelligents sont pas toujours ceux qui parlent le mieux. Simple. Mangemort ou pas qu'est-ce que ça change ? Tu t'fais avoir. Basique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ministre Harold Minchum



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 333
| AVATARS / CRÉDITS : › Michael Fassbender © wiise
| SANG : › Né-moldu


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le chaos
| PATRONUS : Un Berger allemand
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: La noirceur de l'histoire laisse des traces | SUJET CLOS Dim 6 Mai 2018 - 22:06

Harold sentait la pression monter tandis que les voix haussaient d’un ton pour faire cracher le morceau au prisonnier. Il était évident que lorsqu’un homme ne savait rien, il ne savait rien. Morfin Gaunt était incarcéré ici depuis des années et avait complètement dû perdre la tête en plus de s’être fait modifier la mémoire lors du sombre événement qui avait signé sa venue ici. Minchum n’avait aucune pitié pour les personnes de son espèce, encore moins lorsque ces derniers s’en étaient pris à des moldus comme les propres parents biologiques du Ministre. Tous ceux qui se disaient Mangemorts méritaient de finir dans l’une de ces cellules, même si ces dernières commençaient à être pleines à craquer. Et pourtant, Merlin savait que le sorcier, anciennement à Poufsouffle, était un être compatissant et compréhensif. Mais il n’y avait rien à comprendre dans le comportement et l’attitude de certains. Il s’agissait d’un échec de leur propre société, celui de n’avoir pas su préserver certains enfants de cette cruauté sans limite et qui avaient fini par se transformer eux-mêmes en monstres.
Le retour jusqu’à l’extérieur de la grotte se déroula dans un silence pesant, un peu le même qui les avait accompagnés au début de cette courte aventure. Bien que leurs pas fussent lents, les trois hommes, en particulier le Ministre et son conseiller, étaient pressés de quitter cet endroit lugubre et sinistre qui donnait la chair de poule. Les poumons du Ministre rencontrèrent enfin l’air frais marin et il lui semblât que respirer ne lui avait jamais fait autant de bien. Harold tourna la tête vers Lucius en l’écoutant attentivement – car c’était un peu son rôle que de conseiller son supérieur – et hocha la tête en remettant son chapeau melon sur le sommet de son crâne. Il eut un regard pour Bartemius.
« Retour vers le Ministère, Bartemius. Merci de nous avoir fait visiter cette prison. Ce fut… Instructif. » Il n’y avait pas d’autres termes.
Une chose était sûre, Harold Minchum n’était pas prêt de revenir par ici, sauf si son devoir l’y obligeait. Disons qu’Azkaban n’était pas un lieu auquel on pensait pour passer ses vacances…


Citation :
On conclut ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La noirceur de l'histoire laisse des traces | SUJET CLOS

Revenir en haut Aller en bas

La noirceur de l'histoire laisse des traces | SUJET CLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Petite tornade [fini]
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Page d'histoire: Mefaits de l'occupation Americaine (1914-19
» Pour l'histoire
» Haiti : Cazal une ville , une histoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres
 :: Hors Londres :: 
La prison d'Azkaban
-