C'est officiellement les vacances sur ATDM ! Poudlard ferme ses portes pendant deux mois pour laisser place à la Coupe du Monde de Quidditch qui se déroule cette année au Royaume-Uni, dans le petit village de Mimbulus-les-Bains !
GRYFFONDOR : 1040 pts | POUFSOUFFLE : 390 pts | SERDAIGLE : 735 pts | SERPENTARD : 880 pts

Partagez|

Lorsque deux âmes en peine se rencontrent || CARADOC ||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 326
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hardy (mélopée)
| SANG : Sang-mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père et son frère morts.
| PATRONUS : Un raton-laveur.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Lorsque deux âmes en peine se rencontrent || CARADOC || Sam 5 Mai - 18:56

Un court instant, Caradoc eut l'impression que Raven Fawkes allait refuser de le laisser lui payer un verre. C'était après tout une femme indépendante, qui était parvenue à se frayer un chemin à la force de son caractère dans un milieu majoritairement masculin (fallait le dire, quand même, les Aurors étaient en majorité de solides gaillards !), et peut-être susceptible de voir d'un mauvais œil ce qui pouvait apparaître à ses yeux comme l'expression d'une galanterie déplacée. Tel ne fut toutefois pas le cas, et la jeune femme accepta sans broncher son invitation avant de lui glisser que Tom risquait de lui servir un xérès. Caradoc haussa les sourcils, à la fois surpris (en bien !) par cette promiscuité soudaine et cet air espiègle qui ne quittait plus le visage de Raven Fawkes depuis leur cavalcade sous la pluie, et aussi d'apprendre qu'elle avait manifestement ses habitudes dans ce boui-boui. « Okay parfait, répondit-il à Raven Fawkes avant que celle-ci ne l'abandonne pour aller s'installer à une table. eh ben du coup, reprit-il à l'adresse de Tom, je prendrai une Bièraubeurre et la dame prendra comme d'habitude. Il paraît que vous savez. » Et effectivement, Tom paraissait savoir, car quelques instants plus tard Caradoc rejoignait l'Auror, une solide pinte de bière dans une main, et un délicat verre de vin dans l'autre. « Vous venez souvent ici ? » s'enquit-il en rigolant, tout en posant devant elle son verre avant d'ôter sa veste pour la poser sur la chaise à côté de celle sur laquelle il se laissa tomber. « Je ne vous imaginais pas vraiment traîner au Chaudron Baveur, reconnut-il avant de lever sa Bièraubeurre pour trinquer, allez santé ! » Fière combattante à la féminité déconcertante, visiteuse des bars louches, quelle autre surprise pouvait bien réserver cette mystérieuse sorcière qu'il ne parvenait pas à décrocher des yeux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 631
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Lorsque deux âmes en peine se rencontrent || CARADOC || Sam 5 Mai - 23:35

Le Chaudron Baveur et Raven, c’était toute une histoire. Au début, c’était juste comme ça, pour se détendre avec des collègues après le travail. Lorsqu’elle venait d’avoir son diplôme d’auror, qu’enfin une carrière s’ouvrait à elle. Au décès d’Elliot, cela avait un refuge. Boire pour oublier, en quelque sorte. Puis, la sorcière s’était reprise en main, peu à peu, gravissant marche par marche pour retrouver un semblant de dignité. Après ça, venir ici quelques fois par semaine avait été une habitude. Pour voir du monde. Entendre du bruit. Etre simplement au contact de la population, même si la clientèle du Chaudron était quelque peu douteuse. Assise sur une chaise toute la journée, enfermée entre quatre murs à trier des papiers et retourner des dossiers n’était pas une tâche reposante, surtout pour les nerfs. Et elle qui préférait se lâcher sur le terrain… En réalité, l’auror avait dû passer plus de temps dans son bureau que dehors. Ceux qui se faisaient appeler Mangemorts n’avaient pas renouvelé d’attentats depuis l’année précédente, celui qui avait touché le Musée et qui l’avait touchée, elle aussi. Cet endroit était une sorte de coupure pour elle.
Raven s’empara de son verre un sourire aux lèvres sans quitter le jeune médicomage face à elle. Jeune médicomage. Beaucoup plus jeune qu’elle, effectivement. Mais ils venaient juste ici pour prendre un verre et papoter après une bonne averse, n’est-ce pas ? Rien de plus. Absolument rien de plus.
« Cela m’arrive, après une journée éreintante au Bureau, » répondit-elle. Cela pouvait paraître étrange pour une dame aux allures aussi distinguées que Raven. Comme quoi, la cape ne faisait pas le sorcier. Il fallait se méfier des apparences. Mais Raven n’était pas une alcoolique, loin de là – après, prenez ça comme vous le voulez.
La sorcière leva son verre en même temps que lui pour trinquer toujours en le fixant de ses yeux bleus métalliques avant de porter la coupe de vin à sa bouche. Délicieux. Comme toujours. Raven s’humecta les lèvres un instant avant de lui sourire légèrement. Malgré sa tentative d’aplatir ses cheveux après la pluie, le sorcier avait un charmant épi au milieu de sa chevelure qui lui conférait un air assez comique.
« Vous avez un… Vous savez… » Elle mima son geste à la parole d’un air amusé en lui indiquant l’endroit sur son propre crâne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 326
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hardy (mélopée)
| SANG : Sang-mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père et son frère morts.
| PATRONUS : Un raton-laveur.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Lorsque deux âmes en peine se rencontrent || CARADOC || Dim 6 Mai - 22:21

Raven reconnut qu'elle venait souvent ici après le travail, et Caradoc se prit à l'imaginer attablée avec ses collègues, peut-être rire à la blague de l'un d'eux comme elle le faisait aux siennes... Ne sois pas ridicule, s’admonesta-t-il lorsqu'il réalisa ce que le caractéristique pincement au cœur qu'il ressentait devait signifier. D'où ça sortait, cet embryon de jalousie ? Le jeune Dearborn n'avait pas la moindre idée, aussi préféra-t-il avaler une nouvelle grande gorgée de Bièraubeurre pour tenter de noyer cette sensation désagréable, avant de reposer sa chope et d'esquisser un sourire. « Je comprends, la tentation est souvent grande aussi pour nous autres Médicomages. Mais à l'issue d'une garde de 24h, j'ai bien souvent plus envie de retrouver mon lit que d'aller faire la tournée des bars ! » reconnut-il avec un rire un peu saccadé. Il n'y avait pas à Sainte-Mangouste cet impératif de cohésion de groupe si importante chez les Aurors. L'esprit d'équipe n'avait pas la même importance, et de fait les Médicomages ne passaient pas forcément beaucoup de temps ensemble en-dehors de leurs heures de travail. « J'ai quoi ? » s'enquit-il en portant la main à sa tête qu'il tapota précautionneusement à la recherche de quelque chose de grave... Avant de passer la main dans ses cheveux pour les décoiffer de nouveau. « Aaah, si vous saviez, les Dearborn et leurs cheveux, c'est une longue et tortueuse histoire. Nous cohabitons depuis des générations, mais n'avons jamais réussi à nous entendre ! » lui confia-t-il malicieusement en cherchant à apercevoir son reflet dans le verre de sa pinte, sans succès malheureusement. Caradoc reposa sa pinte sur la table. « C'est très étrange d'être ici avec vous, reconnut-il avec une grande franchise, je n'aurais pas imaginé. Je crois que vous m'intimidez un peu, en fait ! » Un éclat de rire nerveux lui échappa lorsqu'il réalisa combien ce qu'il venait de dire était un euphémisme. Les yeux qu'elle fixait sur lui avaient tendance à le déconcerter complètement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 631
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Lorsque deux âmes en peine se rencontrent || CARADOC || Dim 6 Mai - 22:41

Si l’auror passait autant de temps au Chaudron, c’était également pour une autre raison que celle de simplement se détendre après une journée de travail. Personne ne l’attendait à la maison, tout simplement. Triste mais vrai. La sorcière s’était accoutumée à un tel rythme de vie et passait bien plus de temps en dehors de son chez soi plutôt qu’à l’intérieur. À quoi bon ? Elle ne faisait rien de spécial là-bas, à part continuer à travailler sur quelques dossiers qu’elle ramenait chez elle parfois. Autant rester au Bureau, dans ces conditions-là. La quarantaine approchait et Raven ne voulait avoir l’air d’une vieille qui se rapprochait peu à peu de sa chaise à balance. Elle avait encore de l’énergie à revendre. La sorcière eut un léger sourire.
« Et pourtant de nous deux, vous devriez être celui qui est le plus en forme. Ce n’est pas vous qui vous approchez de la quarantaine, hélas, » fit-elle avec un petit soupir qui en disant long.
Trente-six ans, ce n’était pas si loin. Déjà trente six années que ses pieds foulaient le sol et qu’elle avait inspiré sa première bouffée d’air. En trente six ans, bien des choses s’étaient passées, et Raven ne doutait pas une seule seconde que d’autres surprises allaient encore arriver.
Mais la coiffure originale du sorcier la fit sourire un peu plus. Les cheveux, c’était toute une histoire. Les sœurs Fawkes avaient bien de la chance de ne pas avoir de soucis de ce côté-là, mais pour les hommes cela devait être un autre monde. Raven eut un petit rire lorsqu’il se décoiffa un peu plus et le regarda avec une certaine tendresse.
« Et pourtant, cela vous va bien. » Il n’y avait pas une once de moquerie dans ses propos. Rien que la vérité. Raven savait se montrer honnête dans ses paroles et exprimait simplement le fond de sa pensée.
L’auror porta son verre de vin à ses lèvres, but un coup avant de le reposer doucement. La remarque du Médicomage la surprit quelque peu et elle rit de bon cœur avec elle.
« Vraiment ? Voyons, il ne faut pas… lui répondit-elle, amusée avant d’avouer, mais c’est vrai que l’on m’a plusieurs fois dit que je donnais cette impression... Raven lui fit un léger clin d’œil. Je ne mords pas, je vous promets. »
La sorcière ne savait pas vraiment d’où lui venait ce petit relâchement et cet humour inattendu, mais il fallait s’avouer que se détendre faisait beaucoup de bien. La présence du jeune homme en face d’elle y était pour quelque chose probablement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 326
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hardy (mélopée)
| SANG : Sang-mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père et son frère morts.
| PATRONUS : Un raton-laveur.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Lorsque deux âmes en peine se rencontrent || CARADOC || Mer 16 Mai - 12:35

Caradoc tiqua légèrement lorsque son interlocutrice lui révéla approcher de la quarantaine d'années, mais cette fois-ci n'exclama pas bruyamment et étourdiment sa surprise : il apprenait de ses erreurs ! « Ohlala vous plaisantez, je n'ai pas votre entraînement sportif ! la détrompa-t-il en roulant des yeux paniqués, quarante ans ou pas, vous devez être en bien meilleure forme que moi. D'ailleurs vous ne les faites pas du tout, et regardez, moi j'ai déjà des rides là, et le dos tout tordu, et ça, ça me va déjà beaucoup moins bien ! » se lamenta-t-il en montrant du doigt le coin de son œil, où apparaissaient effectivement les premières rides d'expression qu'il devait à sa fâcheuse habitude à rire de tout, et en se voûtant volontairement comme un vieillard. Sans doute devenait-il un peu ridicule à faire le bouffon ainsi devant elle, mais c'était plus fort que lui, il trouvait ainsi une contenance, et il entendait son rire qui l'encourageait à continuer. De quel sujet sérieux pouvait-il entretenir Raven Fawkes, alors même qu'ils s'acharnaient à ne se rencontrer qu'autour d'événements eux-mêmes sérieux voire tragiques ? « Oh je n'ai jamais cru de vous que vous mordiez, la rassura-t-il automatiquement, un peu soucieux à l'idée qu'elle ne pense ça de lui. Mais vous avez cette prestance qui... Je sais pas, ça force le respect ! » reconnut-il fort humblement en triturant sa pinte entre ses mains. « Mais ça va me passer, d'ailleurs ça commence déjà, et je vais oser vous poser une question qui me triture la cervelle depuis déjà quelques minutes ! » la prévint-il en retrouvant tout son entrain et un regard malicieux : « Raven Fawkes, puis-je vous tutoyer ? » s'enquit-il tout à fait solennellement, mais le visage barré d'un grand sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 631
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Lorsque deux âmes en peine se rencontrent || CARADOC || Lun 21 Mai - 23:17

Raven éclata de rire face à la démonstration comique du Médicomage. D’un point de vue extérieur, difficile d’imaginer que l’homme en face d’elle était aussi cabossé que ça, il fallait dire qu’il était plutôt charmant. Comme quoi, il n’y avait pas que le mythe des belles guérisseuses dans les hôpitaux. Certaines patientes devaient feindre la maladie simplement pour apercevoir leur beau prince charmant en blouse vert citron. On savait pourquoi certains niveaux n’avaient plus de place, à présent. Heureusement, le quatrième étage ne l’était pas tant que ça, surtout visité par les Aurors et autres employés du Département de la Justice Magique. Cet étage, on pouvait dire que Raven préférait l’éviter. Rares avaient été les blessures mortelles et elle comptait bien ne pas être une abonnée de Ste Mangouste.
« En meilleure forme, tout dépend du point de vue, fit-elle avec un regard malicieux avant de porter son verre à ses lèvres. Pour ses presque quarante ans, il était vrai que Raven était en grande forme. Sa formation d’auror exigeait d’elle une santé parfaite. Elle ne pouvait se permettre aucun décalage. Quant aux rides, vous ne devriez pas vous en faire. Raven lui sourit. Elles ont tout leur charme et apportent un certain air sage à la personne. » La sorcière avait fini de se battre avec les marques du temps. Au début, si, comme toute personne normalement constituée. Mais finalement, cela faisait partie d’elle à présent. Les rides n’étaient pas une si mauvaise chose. Même si cela lui conférait des traits sévères.
C’était peut-être pour cela que Caradoc fit une remarque sur sa stature, sur son aura, sur ce qu’elle dégageait. Le respect. Une marque que Raven avait toujours voulu gagner de la part de ses collègues masculins. Et elle avait réussi, finalement. Même plutôt bien.
« Je vous remercie. » L’auror ne savait toujours pas bien comment réagir face aux compliments que les gens autour d’elle lui faisait. Toute son enfance rabaissée, certains comportements sociaux lui semblaient un peu étranges, comme si on se forçait à lui dire certaines choses.
Raven releva sa tête, intriguée par ce que Caradoc voulait lui dire. Et sa demande la laissa bouche bée, les yeux un instant paniqués. C’est qu’elle n’avait tellement pas l’habitude qu’on lui demande une chose aussi… Je ne sais pas. C’était… Surprenant, voilà tout. Son éducation exigeait le vouvoiement sauf envers les proches, et on ne pouvait pas dire qu’elle et Dearborn l’étaient tout autant… Il y avait dans le tutoiement quelque chose d’assez détendu, de familier, de libre, de tout ce qui n’était pas vraiment Raven, dans le sens où elle incarnait cette distance que représentait le vouvoiement. Depuis Elliot, l’auror n’était plus habituée à être aussi… Proche de quelqu’un. Mais elle prit conscience qu’elle le faisait peut-être attendre un peu trop longtemps, aussi s’empressa-t-elle de lui offrir un autre de ses sourires et de répondre tout naturellement :
« Oh, bien sûr Mr. Dearborn. Avant de se reprendre, un peu affolée, enfin, je veux dire, Caradoc, puis d’émettre un rire gêné, excusez… excuse-moi, cela prendra juste un peu de… temps. » conclut Raven lamentablement en allant se réfugier dans son verre de Xérès dont elle finit le fond d’une traite.
Elle. Était. Complètement. Ridicule. Léger soupir.
« Je crains qu’il ne faille recommander. » Avant d’appeler Tom qui leur servit tous deux une autre tournée.
L’alcool pour oublier ? Peut-être bien, oui. Oublier les yeux du Médicomage en face d’elle qui l’attiraient toujours un peu plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 326
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hardy (mélopée)
| SANG : Sang-mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père et son frère morts.
| PATRONUS : Un raton-laveur.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Lorsque deux âmes en peine se rencontrent || CARADOC || Lun 25 Juin - 10:08

Le coeur de Caradoc manqua un léger battement lorsque Raven fit allusion au charme des rides, alors même qu'il venait de revendiquer en être recouvert. Peut-être l'Auror cherchait-elle simplement à le rassurer à ce sujet, comme la sorcière polie qu'elle était sans nul doute. Peut-être toutefois, et c'était là la cause du trouble du Médicomage, était-elle en train de lui faire un compliment sur son physique, et reconnaissait ainsi qu'elle lui trouvait un certain charme. Peut-être étaient-ils en train de se charmer l'un l'autre ? Peut-être lui plaisait-il autant qu'elle lui plaisait, ou au moins un petit peu ? Cette seule perspective l'emplissait à la fois d'euphorie et de terreur : Caradoc n'avait jamais été du genre calme et mesuré, et avait toujours eu une fâcheuse tendance à brûler les étapes, incapable de se glisser dans la peau d'un simple observateur, ne fut-ce que le temps d'évaluer une situation. Il lui fallait sans cesse monter dans chaque wagon qui traversait sa vie, de peur de manquer le moindre train : il voulait tout vivre, tout voir, tout faire, et préférait mille fois avoir des remords que des regrets. C'était la raison pour laquelle il avait osé proposer à sa compagne qu'ils commencent à se tutoyer, malgré cette petite voix intérieure qui lui soufflait que cela risquait peut-être de la brusquer. Se montrait-il trop familier pour elle, c'est la sensation qu'il eut face à la muette surprise que Raven Fawkes montra quelques secondes, avant de se reprendre et reconnaître, un peu gênée, qu'il lui faudrait un peu de temps pour y parvenir. « Pas de souci, je comprends tout à fait, tenta-t-il de la rassurer avec un joyeux éclat de rire, je sais bien que j'ai le don d'impressionner les gens, je te prie de m'excuser je ne le fais pas exprès. » Il n'y avait aucune chance que Raven Fawkes croie une chose pareille, Caradoc à cet instant avait le sentiment d'être aussi impressionnant qu'un Boursouf de compagnie, mais il était conscient d'avoir arraché une faveur à l'Auror qui n'était peut-être pas prête à la lui accorder si vite. Peut-être devait-il au moins pour un temps cesser de jouer au bouffon et reprendre un peu son sérieux, maintenant qu'il pouvait la tutoyer peut-être était-ce le meilleur moyen de redonner un peu de tranquillité d'esprit à sa compagne ? Caradoc décida que oui, tout en remerciant Tom qui venait leur apporter une nouvelle tournée. Il avala une gorgée de sa boisson. « Je dois reconnaître que je n'ai jamais trop compris pourquoi les sorciers aimaient tant ce pub, reconnut-il à voix basse en lançant un regard à la ronde pour vérifier que Tom ne l'écoutait pas, que venez-vous chercher ici, tes collègues et toi ? Ou est-ce seulement parce que c'est le pub le plus proche du Ministère ? » s'enquit-il avec curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 631
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Lorsque deux âmes en peine se rencontrent || CARADOC || Lun 9 Juil - 23:41

Caradoc avait l’air d’être quelqu’un assez tête brûlée et vif d’esprit, un bon point positif puisque cette vivacité permettait aux deux sorciers d’entretenir une discussion sans temps d’arrêt. Et puis, parler en toute décontraction, voilà longtemps que Raven n’avait pas été dans une telle situation. Passer la majeure partie de son temps au Bureau lui donnait cette espèce d’inconvénient de profiter des interrogatoires, des procès, des réunions et autres choses gaies dans lesquelles le sérieux était davantage bienvenu que le rire. Mais après tout, l’auror était-elle vraiment capable de se lâcher ? Mis à part les bals de Poudlard, elle ne se souvenait pas être allée à des soirées ou ce genre de choses. Les études avant tout. Sa vie était un peu sombre, tout compte fait, une succession d’échecs, d’erreurs, de décès et de cœurs brisés quelques fois colorés de quelques réussites. Mais rien de bien glorieux.
Et il fallait qu’elle réapprenne à se détendre et à profiter, à présent. Car de vie, elle n’en avait qu’une. Ce n’était qu’au seuil de la mort qu’on se rendait que l’on n’avait pas assez profité.
Raven pouffa un instant. Un vrai comique celui-là, et démonstratif aussi. Étaient-ce ses gestes ou sa voix qui la faisait sourire et rire ainsi ? Rien n’était moins sûre, mais l’auror ne voulait pas se prendre la tête avec ces questions qui commençaient à germer dans sa tête. C’était en parlant avec lui qu’elle se rendait compte qu’elle passait son temps à réfléchir au lieu de vivre pleinement les instants présents. Un bon pas vers l’avant.
L’auror entoura de ses mains son deuxième verre à pied en étant à l’écoute de la question du Médicomage avant d’avoir un sourire. Elle regarda autour d’eux toutes ces tables, ces chaises, ces clients habitués qu’elle reconnaissait à présent sans leur n’avoir jamais véritablement adressé la parole et se dit qu’en effet, la question était à se poser. Puis, Raven tourna la tête la tête vers Caradoc avec un sourire nostalgique suspendu à ses lèvres.
« Au départ, c’était boire pour oublier. Le… décès de mon ex-époux m’avait fait perdre toute notion du temps. Et puis ensuite, continua-t-elle avec un soupir, c’est devenu une habitude. Pour décompresser après le travail. »
Raven eut un regard tendre sur le jeune homme.
« Personne ne m’attend à la maison depuis des années alors… J’ai du temps à perdre, » conclut l’auror avec un rire sans joie.
Elle attrapa son verre pour le porter à ses lèvres avant de le reposer.
« Et toi ? Tu sors un peu de temps en temps pour boire un coup ? J’imagine qu’être Médicomage ne doit pas être évident pour le moral à certains moments. »  

Citation :
j'ai envie de le dire, mais j'aime notre sujet Coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 326
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hardy (mélopée)
| SANG : Sang-mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père et son frère morts.
| PATRONUS : Un raton-laveur.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Lorsque deux âmes en peine se rencontrent || CARADOC || Mar 10 Juil - 12:12

Le Médicomage vit avec déception le visage de sa compagne reprendre les couleurs du chagrin, et regretta instantanément d'avoir lâché son rôle de bouffon. Il n'était pas prêt à évoquer de nouveau son défunt mari, surtout pour s'entendre dire qu'elle ne traînait dans ce boui-boui sorcier que pour noyer son chagrin de veuve. Il avait de plus en plus la désagréable impression que Raven Fawkes avait complètement cessé de vivre depuis le décès de son mari, et cela commençait à l'inquiéter. N'était-elle donc pas passé à autre chose, depuis toutes ces années ? Comptait-elle ainsi se complaire dans son veuvage jusqu'à la fin de ses jours ? Plus leur rendez-vous avançait, et plus Caradoc se posait la question, et plus il s'inquiétait car il réalisait qu'il souhaitait apprendre à mieux la connaître, mais ne tenait pas à s'engager dans un lugubre triptyque avec l'épouse survivante et le fantôme de celui qui partageait ses jours. Il avait déjà grandi avec ce père qui ne s'était jamais remis de la mort de sa femme, sa mère, et ne tenait pas à s'infliger le même sort. Toutefois, le regard qu'elle lui adressa véhiculait tellement de choses encourageantes, que le fait qu'elle parvienne à le tutoyer eut le don de faire oublier à Caradoc toutes ses hésitations pour reprendre un peu plus gaiement : « Je sors souvent, ouais, avec des collègues à toi d'ailleurs souvent, reconnut-il en pensant à Kingsley et aux fringants Londubat, mais on préfère aller aux Trois-Balais, comme les bons ados retardés que nous sommes probablement ! » Il laissa planer un petit silence en repensant au sous-entendu de Raven selon lequel son travail devait lui aussi parfois lui peser. Désirait-il s'engager sur ce terrain glissant, et les condamner de nouveau à parler de choses tristes ? « C'est pas évident tous les jours, non. Mais je crois que c'est à toi de travailler sur ton moral, plutôt que de laisser ton moral dicter tes actes. Si je veux être heureux, je dois m'en donner les moyens, ça ne viendra pas tout seul. » Caradoc resta silencieux un court instant, un peu surpris par la propre véhémence de son propos. Raven n'allait-elle pas le prendre pour elle ? N'allait-elle pas mal le prendre, trouver qu'il jugeait sans la connaître le fait qu'elle se soit ainsi complu de si longues années dans le chagrin, ce qui au fond était un peu le cas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 631
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Lorsque deux âmes en peine se rencontrent || CARADOC || Jeu 12 Juil - 11:13

Le Chaudron et les Trois Balais. Tous deux avaient leur propre clientèle, tous deux avaient leur propre histoire. Si les Trois Balais était un pub réputé pour accueillir tous les jeunes de Poudlard, le Chaudron avait, quant à lui, attirait davantage les sorciers majeurs depuis une belle lurette, mais aussi de vieux mages vénérables, des nains tapageurs, parfois encore des harpies. Raven avait vu tout ce beau monde en huit années de visites régulières et pouvait ainsi se considérer comme une habituée.
Quant aux collègues dont le jeune Médicomage parlait, l’auror ne put s’empêcher de penser à Kingsley ou à Frank, tous deux dans la même tranche d’âge que lui. Il n’aurait pas été étonnant qu’ils soient amis, et le Bureau était suffisamment sous-peuplé pour que la conclusion de la sorcière s’arrête sur ses deux jeunes et brillants collègues.
« Je pense que nous sommes tous passés par la case Trois-Balais, rit-elle franchement avant de poursuivre, un sourire aux lèvres, quand j’ai connu Rosmerta, elle courait encore dans les jupons de sa mère… Ça ne me rajeunit pas, tout ça ! »
Plus elle y pensait, plus elle se disait que le temps avait fait vite. Trente-six années déjà, dont sept à survivre au lieu de vivre. En regardant Caradoc, Raven savait que lui avait encore des choses à vivre. Il était jeune, en bonne santé, la joie au visage et un physique avantageux – elle se surprit à rougir à cette pensée. Il devait faire tomber les cœurs.
La sorcière aborda alors le sujet pas très joyeux de leur travail mutuel. À croire que tout devait être triste et pessimiste. Le résultat de ces dernières années ? Sûrement. Dans tous les cas, les paroles du sorcier firent mettre en résonnance celles de sa psychomage un an plus tôt. Les mots n’étaient pas les mêmes, le contexte non plus, mais leur sens l’était. Pendant un an, Raven avait entamé sa reconstruction pas à pas, enfin déterminée à aller de l’avant. Des vents de nostalgie la prenaient parfois, mais bien inoffensifs comparés aux crises d’angoisse qui l’avaient tenue en otage des années auparavant. Est-ce que vous avez déjà fréquenté quelqu'un depuis le décès de votre époux ? De cette question-là, elle s’en souvenait encore. Cette question qui n’avait cessé de remplir ses pensées et lui faire prendre conscience à quel point elle n’avait pas vécu ces dernières années. Alors peut-être était-il temps de définitivement tourner la page pour en écrire une autre.
Elle eut un petit sourire.
« Tu as raison. Ma reconstruction a été compliquée pendant quoi… Six ans ? Mais depuis quelques temps, j’ai l’impression d’être mieux, se confia-t-elle. Grâce à ce que tu m’as dit après le Musée… Grâce à miss Croupton, aussi. Tu dois la connaître, je suppose ? Elle m’a suivi depuis… Depuis bien trop longtemps. »
Ces dernières paroles étaient teintées de culpabilité, comme cela avait été sa faute d’avoir été mal durant tout ce temps. Cette image de sembler faible et victime de tous ces maux, ce n’était pas quelque chose qu’elle tenait à porter. Raven s’était battue toute sa vie durant pour cultiver cette image de femme forte, et donnait là celle d’une femme victime de son propre destin. Était-ce l’alcool qui la rendait plus confidente alors qu’elle ne l’était pas tant que ça dans la vie courante ? Ou cette envie soudaine d’être totalement transparente avec celui qui ne rendait pas insensible ?


Les tournées s’étaient enchaînées et les deux sorciers riaient de bon cœur ensemble. Rire ainsi pour détendre l’atmosphère et déconnecter son esprit de cette guerre faisait un bien fou, même si la tête commençait à tourner pour l’auror. Elle ne savait plus combien de verres elle avait consommé. Bien plus que d’habitude en tout cas, c’était certain.
« Je crois que je devrais rentrer, fit l’auror en s’essuyant les yeux tous pleins de larmes après une énième blague du Médicomage, il y a du boulot demain, j’aimerais éviter d’aller au Bureau avec la gueule de bois, » ajouta-t-elle non sans rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lorsque deux âmes en peine se rencontrent || CARADOC ||

Revenir en haut Aller en bas

Lorsque deux âmes en peine se rencontrent || CARADOC ||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» [MdO-10ans][MdO2017] [Lourmel] Lorsque deux soeurs se retrouvent enfin.
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Deux humoristes virés du poste
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Balade à Londres :: 
Le cimetière de Abney Park
-