Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

Une promotion ne se refuse pas || BARTY ||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 650
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Une promotion ne se refuse pas || BARTY || Dim 7 Jan - 15:41

Les vacances venaient de se terminer, le travail reprenait doucement. Raven n’était pas partie sur le bateau de croisière, après tout il fallait bien que quelqu’un reste au Bureau pour s’occuper des affaires. Ce qui était un peu triste chez elle, c’est qu’elle ne prenait jamais de repos, ou bien très peu. Les vacances ? Qu’est-ce que c’était ? L’avantage, c’était que lorsqu’elle voulait demander un jour de congé, on acceptait sans trop de manières. C’était un membre efficace qui acceptait toujours ce qu’on lui refilait sans rechigner. L’Auror mettait de l’ardeur dans son travail et avait la bonne stratégie pour arriver à ses objectifs. Sans aucun doute, cette femme avait du mérite. La place qu’elle s’était faite à présent au sein du Bureau était le fruit d’efforts pendant plusieurs années. Étant l’une des premières femmes à pratiquer ce métier, elle avait supporté le regard des hommes ne lui faisant pas confiance pendant longtemps et s’était battue afin de briser ce stéréotype des genres. Raven avait suivi les élections de près et avait été plutôt satisfaite qu’Harold Minchum propose de renforcer la justice avant de se poser une question. Une plus grande sécurité certes, mais ils n’étaient qu’une poignée d’Aurors face à une armée de Mangemorts. Ils ne faisaient pas le poids et faisaient peine à voir.

Penchée sur un dossier relativement complexe, Raven se perdait dans toutes ces feuilles et ces rapports. Ses questionnements concernant la partie des transports magiques n’avaient rien donné, il fallait donc qu’elle réfléchisse autrement. Qu’elle pense comme ce sorcier qu’ils suspectaient. À sa place, comment la sorcière aurait procédé ? Alors qu’une petite idée germait dans son esprit, une note de service débarqua dans son bureau et se posa délicatement sur la table. Avec un soupir d’agacement, l’Auror prit le papier. Mr. le Directeur de la Justice souhaite vous voir. Maintenant. La sorcière fronça les sourcils. Croupton voulait la voir ? Pourquoi ? Ce n’était pas pour une affaire en cours, la note l’aurait précisé sinon. Mais elle ne se posa pas plus de question que ça, ferma son dossier pour le ranger dans un tiroir, sorti de son bureau et fermant la porte derrière elle et se dirigea vers celui de son supérieur. Bartemius Croupton Sr avait été nommé à la tête du Département dès la nomination du nouveau Ministre et l’Auror Fawkes était plutôt satisfaite de ce choix. Mr. Croupton était quelqu’un d’assurément efficace et les deux adultes semblaient être sur la même longueur d’onde concernant les aptitudes à avoir pour travailler dans de bonnes conditions. Tout en marchant, elle remit en place son tailleur. Il fallait qu’elle soit un minimum présentable pour faire face au Directeur. Ce n’était pas n’importe qui. La voilà arrivée. L’Auror resta quelques secondes devant la porte, se raclant la gorge. Milles questions planaient dans sa tête. De quel sujet voulait-il lui parler ? Telle était la question. Raven toqua finalement à la porte et, dès qu’elle entendit le signal pour entrer, poussa la porte et laissa entrevoir sa tête. « Bonjour monsieur. Vous souhaitiez me voir ? »

Citation :
• Ouvrir un sujet ▬ 2 dragées ▬ 500 mots ▬ 2 dragées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 153
| AVATARS / CRÉDITS : © étangs noirs.
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui avec un masque de mangemort ou n'est-ce pas son fils qui lui ressemblera tant ?
| PATRONUS : Un serpentaire, prédateur de tous les animaux rampants.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une promotion ne se refuse pas || BARTY || Mar 9 Jan - 11:04

Un vent nouveau soufflait sur le Ministère de la Magie depuis l’élection d’Harold Minchum comme digne représentant de la communauté des sorciers de Grande-Bretagne. Ce vent balayait quelques incapables qui s’étaient trop longtemps endormis à leur poste ainsi que quelques personnes aux allégeances suspectes. Les uns valaient à peine mieux que les autres aux yeux de Bartemius Croupton Sr qui était aussi intransigeant avec ses employés qu’il l’était avec son elfe. Le précédent chef des aurors incapable d’apporter des réponses aux meurtres des Prewett et de Galahad Potter s’était ainsi vu remercié pour ses bons services la semaine précédente. Il avait suffisamment entaché la réputation de la plus grande institution du pays au goût du nouveau directeur du département de la justice magique qui était las de voir l’incompétence du bras armé de leur pays faire les choux gras de Rita Skeeter. Les aurors n’apportaient sur la sellette de leur justice que des criminels de droit commun si bien qu’on aurait pu douter que l’heure soit à la guerre. Croupton Sr était affamé de justice et son estomac d’Azkaban se trouvait trop vide à son goût.

Après s’être brossé sa moustache en forme de brosse à dent et avoir taillé les quelques poils qui en dépassaient, car il était finalement plus intransigeant encore avec lui qu’avec n’importe qui, il rangea son miroir de poche dans le dernier des tiroirs de son bureau et trempa le calamus de sa plume dans l’encre pour écrire en personne un courrier à Albus Dumbledore, manitou suprême de la confédération internationale des sorciers, et sur l’appui duquel il comptait pour faire avaliser certaines mesures dont l’une, fer de lance de sa nouvelle politique, serait sans nul doute décriée par les plus faibles. L’usage des sortilèges impardonnables par les aurors. Trois coups furent toqués à la porte et Bartemius prit le temps de finir sa phrase et de tapoter du bout de sa baguette son parchemin pour dissimuler le corps secret de ses correspondances. « Entrez » signifia-t-il enfin de son ton naturellement froid et coupant qui avait le don de faire réfléchir deux fois les employés qui accédaient à son bureau au questionnement qu’ils entendaient lui soumettre. Mais Raven Fawkes était de la race, sinon de la maison, des plus hardis. Il l’avait faite convoquer le matin même par son secrétariat. Il l’accueillit sans sourire mais avec un raide mouvement de la nuque qu’il n’accordait en guise de salut qu’à ceux qui se trouvaient dans ses bonnes grâces. La décoration de son bureau était aussi austère et spartiate que l'homme qu'il était et les portraits de ceux qui l'avaient précédés à son poste occupés à roupiller dans leur cadre semblaient davantage faits de chair que lui-même. Il poussa les convenances jusqu’à se lever de son fauteuil pour venir serrer la main de l'auror car la nouvelle qu’il lui annonçait s'y prêtait. « Bonjour Raven - une familiarité qu’il n’accordait qu’à ses anciens amis de l’école qui lui étaient hiérarchiquement inférieurs - Je vous remercie d’avoir pris le temps d’interrompre votre travail pour venir me voir ». Il se rassit dans l’assise de son inconfortable fauteuil et, liant ses mains pour tapoter entre eux ses index, prit le temps de ménager un silence pour l’observer. Il avait conscience qu’elle ployait sous une montagne de dossiers et pourtant son échine ne courbait pas et elle restait droite dans la tempête. Il était sûr de sa décision et espérait qu’elle l’accepterait. S’il s’agissait d’un honneur qu’il lui faisait, il s’agissait aussi de plus hautes responsabilités et de plus de travail encore. « Rappelez-moi s’il vous plaît depuis combien de temps vous travaillez pour le bureau des aurors ? » voulut-il lui rappeler plus qu’elle ne le lui rappelle à lui car, malgré son âge qui ne décroissait pas, sa mémoire jamais ne flanchait.


dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 650
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une promotion ne se refuse pas || BARTY || Mer 10 Jan - 15:01

Les deux sorciers s’étaient connus sur les bancs de Poudlard à l’époque où ils n’étaient que de jeunes adolescents. Ils s’étaient bien entendu, et très vite une amitié était née entre eux malgré la différence de Maison. Il faut dire qu’ils avaient toujours été sur la même longueur d’onde que ce soit par rapport à leur manière de se confronter au monde ou même tout simplement leur façon de travailler. Ils avaient beaucoup de points en commun si ce n’était que Barty était un peu plus froid que ne l’était Raven. Quelque part, il y avait quelque chose de chaleureux qui se dégageait de la sorcière lorsqu’elle s’adressait à quelqu’un, à l’inverse de son ancien ami qui, lui, restait un glaçon, que dis-je une banquise même en été. Et malgré toute la sympathie que l’ancien Serpentard inspirait, l’Auror avait trouvé chez lui quelque chose d’assez similaire à sa personnalité. Nul doute qu’ils partageaient quelque chose. Mais par la suite, après les ASPIC, la future Auror et le futur Directeur de la Justice Magique s’étaient perdu de vue suite à des choix d’études différents. La voie que Bartemius n’avait jamais surprise l’ancienne Pousfouffle qui l’avait toujours vu dans les bureaux ou dans ce domaine politique. Sans doute lui-même n’était pas surpris de comment avait fini l’Auror. À présent qu’ils avaient leur poste bien défini, Raven pouvait voir que son ancien ami avait finalement atteint son but, avoir un haut poste de responsabilités au sein du Ministère, promu par le Ministre en personne. Si ce n’était pas un honneur ! On disait que ces deux-là étaient amis, le Serpentard avait dû se créer beaucoup de contact à l’ESM. C’est pourquoi, alors qu’elle se trouvait à son bureau, Raven se demandait de quoi son supérieur allait bien lui parler. Était-ce pour se remémorer leurs souvenirs du passés partagés ensemble ? Il ne l’aurait pas convoqué de toute urgence pour une simple bagatelle, l’Auror Fawkes le connaissait un minimum pour savoir que son ancien camarade n’agissait pas ainsi. Mais alors… Quoi ? Une question dont la réponse demeurait, pour le moment, un mystère. Son Directeur se leva et lui serra la main, ce à quoi elle répondit un « Bonjour monsieur, n’employant pas son prénom. Anciens amis ou pas, il était à présent son supérieur et elle se devait de respecter cette nouvelle hiérarchie qui les séparait dorénavant. Ne vous en faites pas. Cela pourra attendre. » Non pas qu’elle négligeait son travail, et ça son Directeur le savait, mais une convocation de la plus haute importance passait évidemment avant ce qu’elle avait à faire.

L’Auror s’assit en même temps que son ancien ami et ne flancha pas du regard lorsque celui-ci, sans piper mot, l’observa en silence. Son regard avait toujours été indéchiffrable et Raven s’était souvent amusée à le lui faire remarquer, autrefois. Mais l’heure n’était plus aux rigolades et aux plaisanteries. Ils étaient adultes, à présent. Bartemius lui posa alors une question, une seule, qui semblait anodine à première vue. « Cela fait seize ans, monsieur. J’ai eu mon diplôme en 1960 exactement. » Mais il savait tout cela, alors pourquoi le lui demander… ? Mystère.

Citation :
• 500 mots ▬ 2 dragées ▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 153
| AVATARS / CRÉDITS : © étangs noirs.
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui avec un masque de mangemort ou n'est-ce pas son fils qui lui ressemblera tant ?
| PATRONUS : Un serpentaire, prédateur de tous les animaux rampants.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une promotion ne se refuse pas || BARTY || Jeu 11 Jan - 14:12

« Seize années d’exemplarité » reprit l’homme de son ton égal car il semblait qu’il employait toujours le même qu’il formule des reproches ou des compliments. Le fond de ses propos qu’il choisissait toujours savamment d’une manière qui lui était à lui pourtant tout à fait naturelle ne mentait jamais et il considérait en effet son amie Raven Fawkes comme l’un des meilleurs éléments du bureau des aurors. « Le bureau n’a pas assisté à un début de carrière aussi prometteur depuis bien longtemps hormis peut-être celui d’Alastor … » sa voix finit-elle de s’éteindre parce qu’il ne tenait pas à s’épancher autrement sur son collègue. Bartemius n’avait voulu inviter le plus puissant des aurors dans leur conversation que pour mieux l’exclure car si l’homme était une fine baguette, il aurait bien été le dernier que le directeur aurait gratifié d’une nomination un tant soit peu politique. Il baissa un instant ses yeux vers son bureau où il fut surpris de remarquer un bibelot doré qui ne s’y trouvait pas auparavant, discret cadeau de son épouse, pensa-t-il en faisant tourner sur lui-même l’exacte réplique en or de la fontaine de la fraternité magique. Il n’était pas dans ses habitudes de se laisser distraite et il releva la tête avec un fin sourire désolé, premier et dernier sans doute qu’il ne lui accorderait jamais, vers son interlocutrice. Il prit une profonde inspiration car il n’avait certes pas encore fini de s’exprimer. « C’est pourquoi je souhaiterais que vous y évoluiez en tant que sous chef. Je ne vous cache pas que cela demanderait plus de travail et d’investissement encore tant que les moyens continueront malheureusement à nous manquer - son humeur sembla momentanément s’assombrir car c’était un échec dont il se fustigerait tant qu’il ne l’aurait pas évincé - Ni que ce poste a une portée politique plus grande et des responsabilités plus hautes dont vous cherchiez peut-être à vous éloigner en rejoignant le bureau mais c’est aussi un grand honneur … » aménagea-t-il judicieusement et en tant que bon orateur du magenmagot un silence pour lui laisser le temps d’y réfléchir. S’il savait que la force de travail et d’investissement n’effraierait pas son ancienne camarade de la maison jaune - encore qu’elle puisse difficilement œuvrer plus qu’elle ne faisait déjà - il savait aussi qu’elle était faite d’une nature plus discrète que la sienne. Raven Fawkes s’était toujours plus épanouie dans l’ombre des enquêtes que sous le feu des projecteurs des tribunaux (et pire encore des journalistes mais cela il le comprenait tout à fait). C’était cette différence de caractère qui les avait naturellement poussés vers un chemin différent après qu’ils aient brillamment obtenu leurs ASPICs. Il rangea ou donna en tout cas l’impression de ranger un instant l’animal politique au placard (car il semblait constitué de tellement de couches pour se protéger qu’on ne savait jamais quand on lui voyait le coeur). « Nous nous connaissons depuis un quart de siècle maintenant Raven, ma confiance en vous est totale, et vous savez comme je considère la loyauté autant que le dévouement comme les plus grandes qualités auxquelles nous puissions nous élever » continua-t-il sans ne jamais se départir de l’honnêteté qui le caractérisait - C’est pourquoi, avant de vous proposer le poste de sous chef, je n’ai qu’une question à vous adresser. M’accordez-vous cette même confiance ? J’entends travailler main dans la main et sans aucune cachotterie avec le bureau pendant les cinq prochaines années et encore au-delà si la communauté magique me le permet ». Bartemius Croupton Sr avait toujours eu l’art de savoir formuler les choses et ses pupilles sombres restèrent enfoncés dans celle de sa collègue et amie. Il ne lui disait pour l’instant pas tout mais entendait bien la consulter régulièrement et au compte-goutte dans l’avenir proche qui commencerait demain. La guerre avait commencé et ils étaient en retard sur leurs ennemis.


dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 650
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une promotion ne se refuse pas || BARTY || Jeu 11 Jan - 22:55

Le visage de l’Auror resta de marbre malgré que son supérieur ait répété le nombre d’années de sa carrière au service du Ministère. Ses traits restaient souvent assez inexpressifs si ce n’était qu’ils dégageaient une certaine aura de froideur, de sévérité et d’autorité. C’était ce qui la caractérisait et qui l’avait faite sortir du lot pendant sa scolarité à l’ESM et qui lui avait valu d’avoir comme tuteur le regretté Graves, ancien chef du Bureau des Aurors. Mais également un point commun qui les rassemblait, Bartemius et Raven. Cette dernière n’était guère étonnée de la manière dont se comportait son ami de Poudlard ; il avait toujours été ainsi, et avoir un directeur intransigeant n’était pas plus mal comparé à tous ces imposteurs qui avaient eu ce rôle les années précédentes. L’ancienne jaune avait voulu en stupéfixier plus d’un pour leur inexpérience et leur insouciance. Pour eux, tout allait bien, il n’y avait aucun problème. Fort heureusement, avec le nouveau Ministre fraîchement élu et ce nouveau directeur de la Justice, les choses allaient changer. Ou du moins, elle l’espérait. L’Auror inclina doucement la tête, signe qu’elle le remerciait pour ses bonnes paroles. Alastor Maugrey était en effet un excellent élément, voire le meilleur élément du Bureau que le Ministère n’ait jamais connu. Il y avait une espèce de poigne chez cet homme qui l’avait toujours stupéfaite et une rage sur le terrain que Raven n’avait jamais vu ailleurs. Comme si le sorcier était possédé par une quelconque force invisible qui le rendait tout puissant. Sans conteste, Fawkes avait énormément de respect et d’estime pour lui, il restait un partenaire de mission exceptionnel lorsqu’ils étaient ensemble. Cependant, il y avait bien une chose qui les séparait : les responsabilités. Non pas qu’Alastor n’était pas responsable, simplement que Raven aimait diriger un groupe. Cela avait toujours été ainsi, mener plusieurs personnes vers un seul et même objectif. Un peu à la différence de Maugrey qui n’était pas contre évoluer en solo de temps en temps. Il y avait de tout pour faire un monde, et la sorcière était plutôt ravie d’être l’une des figures emblématiques de cette femme voulant s’émanciper en ayant un travail « d’homme » mais ayant réussi à se faire sa place, sans toutefois s’en vanter.

Le regard de Raven se fit interdit tandis qu’elle écoutait avec attention la suite des paroles de Croupton. Sous-chef. Elle allait être promue sous-chef. Elle n’y croyait pas, c’était beaucoup trop beau pour être vrai. Toutes ces années de combat à vouloir faire ses preuves, prouver qu’être une femme ne diminuait en rien les capacités d’une personne et qu’elle était capable tout autant qu’un homme à se surpasser… Ce combat portait-il ses fruits ? « C’est en effet plus qu’un honneur que vous me faites là, monsieur. » Se rapprocher de ce monde politique dont le fonctionnement était bien compliqué à comprendre ne la faisait pas peur, bien au contraire. Raven, plus que tout, aimait les défis. Cela tombait bien puisque son métier n’était fait que de cela. S’en suivit alors toute une tirade sur l’honnêteté et la confiance, le dévouement et la transparence. L’Auror Fawkes, bien que comprenant qu’il veuille s’assurer de la totale coopération des sorciers sous ses ordres, ne voyait pas vraiment l’utilité de cette question. Pour elle, la réponse coulait de source, il fallait que le Bureau et la Direction soient en communication, en contact. Deux notions auparavant inexistantes et dont l’absence avait causé du tort à nombre de sorciers. « Évidemment. J’ai pleinement confiance en vous et estime que cette communication est essentielle. Lorsqu’un problème survenait, au lieu d’attendre que cela passe, mieux valait parler et régler l’histoire au plus vite. Le retard que la Justice prenait était malheureusement indéniable. Je ferai de mon mieux pour honorer le poste que vous me confiez, monsieur Croupton » déclara l’Auror solennellement.

Citation :
• 500 mots ▬ 2 dragées ▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 153
| AVATARS / CRÉDITS : © étangs noirs.
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui avec un masque de mangemort ou n'est-ce pas son fils qui lui ressemblera tant ?
| PATRONUS : Un serpentaire, prédateur de tous les animaux rampants.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une promotion ne se refuse pas || BARTY || Ven 12 Jan - 12:29

« Bien » conclut le directeur lorsque sa collègue lui fit part d’une réponse positive. Il se rendit seulement compte à cet instant que ses doigts se trouvaient presque cramponnés à son bureau dans cette attente. Il fut envahi d’un certain sentiment de soulagement depuis la première fois depuis sa nomination, bien qu'il n’en laissât rien paraître, car il ne se sentait plus tout seul dans la faramineuse besogne qu’il s’était assigné par amour de la justice et amitié de leur Ministre. « Si vous me faites confiance comme je vous fais confiance, je peux donc ajouter que je ne place cette même foi en personne d’autre que vous au Ministère » persifla-t-il sous sa moustache en retournant chacun des tableaux d’un coup de baguette. Il alluma également la petite lampe de son bureau et éteint le feu de la cheminée avant de tirer les rideaux. « Je crains fort - je suis même intimement convaincu - que l’immobilisme des prédécesseurs de Monsieur Minchum ait laissé entrer des dragons dans la bergerie. Cela fait plusieurs semaines que j’essaie vainement de faire avalisé des mesures qui sont éventées à la confédération internationale avant même d’être en mesure de s’appliquer, que des dossiers se perdent même entre mon bureau et celui du Ministre. Je suis convaincu Raven - intimement convaincu - répéta-t-il avec une brillance dans le regard tandis qu’il longeait les murs de son bureau comme pour vérifier que tous les sortilèges de protection et de discrétion qu’il y avait lancés soient demeurés efficients - que certains des ennemis que nous entendons enfermés circulent librement dans nos couloirs ».

Il se rassit derrière son bureau maintenant convaincu que nul autre ne pouvait espionner la suite de leur échange strictement confidentiel. Bartemius Croupton avait grandi en apprenant à se méfier de ses pairs depuis que sa tante qui avait été mariée Lestrange était décédée dans de fort inhabituelles circonstances. « C’est pourquoi je souhaiterais vous confier une première mission hautement confidentielle, celle d’enquêter sur chaque personne composant le ministère. Il est important d’extraire le venin du coeur avant de l’éliminer ailleurs » dit-il sans perdre le regard de l’auror à l’affut de la moindre résistance qu’il aurait pu y déceler. « Je ne veux pas uniquement savoir quel lien caractéristique nos collègues entretiennent ou n’entretiennent pas avec la magie noire, je veux tout savoir de nos collègues : de leur patrimoine, des personnes avec qui ils couchent, de leurs vices de jeux ou de boissons s’ils en ont, et je veux également le savoir des membres les plus proches de leur famille. Chaque homme dispose d’une faiblesse qui le rend corruptible - lui n’était pas dans l’ignorance de la sienne propre qui se trouvait être le pouvoir mais ne se doutait pas du couteau que ses ennemis retournaient déjà finement derrière son dos - C’est par le bureau des aurors que j’aimerais que vous commenciez puis par l’ensemble du département de la justice magique avant de l’étendre aux autres. Une fois seulement que nous serons certains de l’allégeance des aurors, vous aurez la responsabilité de savoir ceux auxquels vous entendez confier la tâche de vous aider dans cette mission. J’ai conscience de l’ampleur de cette tâche - et j’ai conscience que l’énergie que je vous demande d’y placer sera retirée d’autres dossiers en cours qui ne sont pas moins importants - mais je pense fermement qu’il est nécessaire de balayer devant notre propre porte si nous voulons pousser celle de nos ennemis ». Cela fait plusieurs semaines en effet que Bartemius Senior avait déféré à Lucius Malefoy un dossier sur les perquisitions des manoirs des familles sang-pur et il n’était même pas certain que le Ministre ait jamais eu le loisir d’y jeter un œil.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 650
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une promotion ne se refuse pas || BARTY || Sam 13 Jan - 17:00

À l’instar de son supérieur, le visage de l’Auror ne montra aucune expression. Il écoutait tout simplement ce qu’il avait à lui dire sans l’interrompre ainsi que les codes de la hiérarchie leur ordonnait. Elle inclina la tête légèrement, signe qu’elle le remerciait pour cette confiance qu’il avait à son égard, apparemment la seule qu’il pouvait avoir en quiconque au sein du Ministère. Raven ne faisait pas vraiment attention à ce genre de compliment même si elle était touchée par ses mots, considérant que ses supérieurs étaient capables d’influencer bien de monde seulement grâce à leur haut poste. Non pas qu’elle doutait de l’honnêteté de Bartemius, après tout elle le connaissait assez bien pour savoir que c’était un homme de valeur qui disait ce qu’il pensait, sans filtre. Ou du moins avec elle. Cependant, l’Auror Fawkes avait appris à se méfier de ses supérieurs. Elle avait été tellement déçue qu’elle avait à présent peur de croire aux Directeurs de quoi que ce soit. Malgré tout, il fallait pour faire bonne figure pour honorer le poste qu’il venait de lui conférer. L’Auror le regarda fermer les rideaux, un infime pli inquiet entre ses sourcils. Elle écoutait attentivement son ami d’enfance de même qu’elle le suivait du regard, lui qui longeait le mur afin de vérifier si ses sortilèges étaient encore actifs, abasourdie par ce qu’il lui confiait. Il était évident qu’elle avait eu des doutes concernant plusieurs personnes, notamment Edgar Blackstone qu’elle suspectait étant à l’origine du meurtre d’Ivan Dratsena mais qu’elle ne pouvait se permettre d’attaquer en raison de sa place de haut fonctionnaire de la communauté sorcière. Elle, simple Auror, ne pouvait pas faire face à une telle figure. Mais entendre de la bouche de Croupton ses doutes les plus refoulés constituait un choc assez important. Leurs interrogations à eux deux remettaient en question toute la sécurité du Ministère lui-même ainsi que la compétence de ceux qui protégeaient la population. Si des mages noirs étaient capables de faire partie des leurs, de faire partie de la plus grande instance magique de Grande-Bretagne, comment protéger les personnes en-dehors de ces murs ? Un virus commençait peu à peu à contaminer tout le bâtiment et Raven voyait notamment d’un très mauvais œil le Département des Mystères justement trop mystérieux à son goût.

Et pendant que le Directeur se rasseyait en lui conférant une première mission, Raven comprit l’importance de ce qu’elle avait à faire. Cette demande pour le moins particulière mettait en jeu tous les membres du Ministère. Si quelqu’un était suspecté, il allait certainement se faire licencié pour le bien de tous. Elle essayait de voir toutes les conséquences qu’une telle enquête pouvait avoir, quels impacts mais surtout quelle boîte de Pandore elle allait ouvrir en agissant ainsi. La quête qui lui était destinée l’excitait autant qu’elle en avait peur. Deux sentiments qui prenaient souvent possession d’un Auror censé et réfléchi. Un sorcier à tête brûlée, même s’il se débrouillait bien, finissait bien souvent par regretter son imprudence en frôlant la mort de peu. Raven était de cette catégorie de personnes qui réfléchissaient avant d’agir. Peut-être pour cela que Bartemius la nommait sous-chef du Bureau. « Comptez sur moi pour mener à bien cette mission. Et puisque notre confiance l’un à l’autre n’a pas de limite, laissez-moi vous avouer… L’Auror Fawkes croisa ses jambes et entremêla ses doigts avant de les placer sur ses genoux. … que j’ai en moi les mêmes doutes que vous. Ainsi, mon engagement pour ce que vous me confiez sera total. » La sorcière laissa planer un silence avant de finalement demander « Monsieur le Ministre est-il au courant de votre démarche ? » Minchum avait voulu augmenter le nombre d’Aurors dans les rues afin d’assurer une sécurité optimale. Pour elle, ce sorcier était sur la même onde que son ami Bartemius. Il lui semblait donc normal que le Directeur lui ait confié ses doutes et inquiétudes.

Citation :
• 500 mots ▬ 2 dragées ▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 153
| AVATARS / CRÉDITS : © étangs noirs.
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui avec un masque de mangemort ou n'est-ce pas son fils qui lui ressemblera tant ?
| PATRONUS : Un serpentaire, prédateur de tous les animaux rampants.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une promotion ne se refuse pas || BARTY || Lun 15 Jan - 14:28

La haute position à laquelle Bartemius avait été nommé lui renvoyait le sentiment d’être plus seul encore qu’à l’accoutumé. La nature du jeune homme et même de l’enfant qu’il avait été un jour n’avait jamais pu être qualifié de sociable. Il réfléchissait énormément et s’interrogeait et discutait plus avec lui-même en s’enfermant dans sa propre tête qu’avec nul autre être fait de chaire. Le sentiment de supériorité que lui avait insufflé son père, doublé d’une arrogance qu’il avait tôt développé à l’école de sorcellerie, l’avait toujours coupé des nombreuses personnes qui l’entouraient comme si parler à des êtres inférieurs avait pu être avilissant. Il fallait bien avouer pour sa défense que, étudiant de la maison des serpents à l’époque, les quelques sources d’intelligence qui auraient pu briller parmi ses camarades étaient souvent étouffés sous l’étroite cloche d’obscures éducations. Il s’était toujours senti plus proche de la future aurore et du futur chef de l'organisation internationale du commerce magique qui appartenaient pourtant à d'autres maisons que de personne. Sa nature pourtant peu inquiète s’agitait-elle ainsi un peu tandis qu’il exprimait ses plus sombres convictions auprès de Raven Fawkes. Et sans doute se serait-il senti bien triste qu’elle ne les partage pas car s’il ne ressentait que trop souvent le sentiment d’être incompris, celui-ci l’affligeait malgré tout. Il était sincère en exprimant à la jeune femme son envie de collaborer étroitement et était ainsi soulagé de savoir qu’elle partagerait dorénavant son fléau.

Lorsque Raven lui avoua partager son avis, il acquiesça avec lourdeur - déjà éreinté par ce dur labeur qui serait le partenaire de sa nouvelle vie de directeur - mais reçut également la confirmation qu’il avait fait le bon choix en lui offrant cette promotion. « Je suis à la fois soulagé de savoir que nous partageons le même avis et inquiet de le voir confirmé » avoua-t-il d’un ami à une amie plus que d’un directeur à une collège. Mais l’homme de raison qu’il était ne laissa pas l’inquiétude se dessiner sur ses traits ni même dans son esprit autrement que par cette phrase. Ils allaient pouvoir agir ensemble et rien d’autre ne comptait que cette vérité. L’aurore l’interrogea alors sur la connaissance du ministre des services d’intelligence secrète qu’il invitait dans sa propre maison et il baissa un regard un peu défait vers la statuette dorée que lui avait offert son épouse. Le Ministre Harold Minchum était l’un de ses meilleurs amis et il comptait notamment sur lui car il appréciait la rigueur et la droiture dont faisait preuve Bartemius. Il avait autant l’impression d’enfreindre leur amitié que les dogmes de son éducation en agissant dans l’ombre, mais quelle solution lui restait-il ? « Non - avoua-t-il franchement en relevant son regard vers l’aurore avant de se justifier - Je crains que les ennemis que je viens tout juste d’évoquer ne se promènent aussi librement parmi les plus hautes instances et au sein même du gouvernement ». Il enfonça son pouce et son index pour se masser des paupières lasses. « Je ne remets pas en cause l’exemplarité du Ministre Minchum que je considère autant en tant que dirigeant qu'en ami de longue date mais certains de ses plus proches conseillers m’inquiètent et j’entends bien vérifier leur allégeance ou les évincer grâce à votre enquête avant d’en informer Monsieur le Ministre ». Il avait pleine conscience de la gravité des propos qu’il tenait et se pencha un peu au-dessus de son bureau pour enfoncer avec plus d’acuité son regard dans celui de son interlocutrice. « Sachez bien que je suis le premier embarrassé par cette situation Raven, mais il faut parfois abattre du sale boulot pour être capable de montrer un front respectable » lui confia-t-il une maxime dont il peinerait malheureusement plus tard à se défaire car rien ne se trouvait plus addictif pour ce jeune roquet du ministère que l'envie de pouvoir qui grossissait dans sa poitrine.


dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 650
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une promotion ne se refuse pas || BARTY || Lun 15 Jan - 22:35

Les temps se faisaient bien sombre en ce début d’année 76, et pourtant jamais Raven n’avait senti une telle tension. Elle se doutait que cette électricité dans l’air n’était pas à son apogée et espérait qu’elle ne le soit jamais. Ils devaient à tout prix stopper cette montée en puissance de ce Mage Noir dont la simple évocation en faisait déjà trembler plus d’un. Les Aurors n’étaient pas là pour trembler. Ils étaient là pour protéger du mieux qu’ils pouvaient la population sorcière. Tel était leur objectif en arrêtant le maximum de sorciers aux idéaux tous aussi sombres les uns que les autres. Peu importe le moyen utilisé, il ne fallait pas que la terreur s’installe définitivement dans le cœur de chacun. En fait, en y réfléchissant bien, y avait-il eu une seule période de tranquillité et de bien-être social ? Aussi loin qu’elle s’en souvienne, Raven n’avait jamais connu ce sentiment de vivre dans un havre de paix. Sans parler de sa grand-mère, mais déjà à l’époque les familles de Sang-Pur n’arrêtaient pas de parler de cette rumeur d’un mage noir en puissance qui allait épurer la société de toutes ces impuretés de la nature. En fait, tout se passait bien avant que cet homme ne naisse. Personne ne savait qui il était, et pourtant il avait été obligatoirement scolarisé à Poudlard. C’était obligé, Raven ne voyait pas la chose autrement. Et malheureusement, de plus en plus de jeunes se laissaient embrigader ce fou en cavale jusqu’à travailler pour lui. Fawkes n’était pas vraiment étonnée de savoir que Bartemius et elle partageaient les mêmes doutes sur des infiltrations au sein du Ministère. L’État se faisait corrompre de l’intérieur, il pourrissait comme une pomme trop longtemps délaissée. Car le gouvernement s’était désintéressé, aux yeux de la sorcière, de tout problème pouvant concerner son peuple.

Cependant, lorsque son ancien ami lui avoua que monsieur le Ministre n’était pas au courant, elle ne put s’empêcher d’être étonnée malgré le visage impassible qu’elle portait. Tout le monde était au courant de l’amitié qu’entretenaient les deux hommes, et pourtant Bartemius ne lui avait rien de ses intentions. Mais vint la suite de son explication et Raven comprit tout de suite pourquoi il avait pris une telle décision. De plus, cela confirmait cette théorie de l’Auror comme quoi même des gens hauts placés pouvaient être atteint de cette corruption. Son Directeur en attendait beaucoup d’elle et cela était tout à fait normal. Non seulement Raven ne voulait pas le décevoir, mais elle voulait aussi agir pour son pays et pas seulement en-dehors de ces murs. Le camp ennemi voulait épurer la société ? La justice allait épurer cette grande instance qu’était le Ministère en retour. C’était aussi simple que cela. Elle n’allait pas les laisser leur marcher dessus. Après tout, le bien gagnait toujours n’est-ce pas ? « Je comprends et respecte votre décision. Monsieur le Ministre le saura en temps et en heure. La sorcière se racla la gorge avant de reprendre la parole. Je vous tiendrai au courant de mes avancées. Permettez-moi de finir le Bureau des Aurors avant notre prochaine entrevue, j'aurai ainsi un rapport plus important. Mes collègues ne comprendraient pas pourquoi je passe autant de temps dans votre bureau malgré mon nouveau statut. Sauf votre respect, je pense qu'agir de la sorte serait plus judicieux. » Bien entendu, il s'agissait là d'une proposition ouverte, aucun ordre n'était donné et Raven pouvait comprendre si son supérieur n'acceptait pas la démarche. Mais s'ils voulaient être discret, mieux valait que ces réunions soient ponctuelles au risque d'attirer l'attention.

Citation :
• 500 mots ▬ 2 dragées ▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 153
| AVATARS / CRÉDITS : © étangs noirs.
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui avec un masque de mangemort ou n'est-ce pas son fils qui lui ressemblera tant ?
| PATRONUS : Un serpentaire, prédateur de tous les animaux rampants.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une promotion ne se refuse pas || BARTY || Mer 17 Jan - 11:45

Bartemius avait toujours été un homme politique avant d’être un justicier et, comme tous les hommes faits de sa trempe, il préférait la lumière à l’ombre, se plaisait davantage dans la transparence que dans l’opacité. Mais le seul pouvoir dont il disposait à l’heure actuelle était celui du secret. Si l’enquête qu’il confiait à Raven Fawkes s’éventait, les mages noirs que comptaient leur gouvernement s’empresseraient de faire disparaître chaque preuve pouvant les inculper. Il était de plus certain que mettre Harold Minchum au courant n’aurait pas été lui rendre service car il aurait placé son ami dans la délicate position de devoir mentir à sa famille de fonctionnaires. Le Ministre avait d’autres préoccupations pour leur pays en plus que celles sécuritaires qu’il avait entendu confier au directeur de la justice magique. La stratégie de Bartemius était une corne d’éruptif qui pouvait exploser à tout moment et, malgré la rancœur tenace qu’il éprouvait encore pour son ami à la tête de leur communauté, il préférait encore que le scandale explose entre ses mains à lui. Si une révolte qui parvint est une révolution qui suscite l’adulation, une révolte qui échoue est un attentat qui suscite l’horreur. Et Bartemius entendait autant protéger sa communauté que son nouveau dirigeant. L’échec, se répétait-il, l’échec n’était pas permis. Et il était totalement confiant en l’aurore pour assurer cette mission. « Bien sûr - reçut-il ses commentaires avec un bref acquiescement du chef - Vous avez toute ma confiance pour diligenter cette enquête dans ses moindres détails et je m’en remets entièrement à votre bon jugement ». Il remit les tableaux, rideaux, la cheminée en place d’un tour de baguette et éteint la lumière de son bureau en adressant un fin sourire à sa collègue et amie. « Permettez-moi d’ailleurs de vous raccompagner à votre bureau tandis que nous poursuivons cette discussion » ajouta-t-il en se levant main sur le torse pour garder sa cravate en place. Il referma les deux boutons de sa veste et vérifia l’heure d’un coup d’œil à sa montre à gousset gravé à ses initiales et qui était un merveilleux cadeau de mariage de son épouse. Celle-ci lui indiquait qu’il avait encore un peu de temps avant son prochain rendez-vous. « Il faut également que je m’entretienne avec votre supérieur direct et mes occasions de faire de l’exercice sont plus rares que les vôtres comme vous pouvez vous en douter - lui adressa-t-il un sourire de convenance - Je vous rejoins dans la seconde ». Bartemius ouvrit le secrétaire dissimulé dans son bureau et conclut d’une phrase le parchemin qu’il écrivait avant de le signer, le refermer du seau du ministère et de l’accrocher à la patte de sa chouette effraie.

Aussi rejoignit-il aussi rapidement qu’il l’avait promis Raven qui attendait devant le bureau de sa secrétaire. La bonne femme à l’allure replète rougit en dissimulant sous son bureau l'odorante salade de choux qu’elle picorait dans un tupperware en guise de déjeuner. Il n’était pas impossible que Bartemius lui ait fait remarqué sans détour le premier jour qu’elle passait plus de temps à manger qu’à travailler. L’homme intransigeant ne gardait jamais bien longtemps ses secrétaires et ignora royalement celle-ci qui l'agaçait particulièrement par son inefficacité en rejoignant les couloirs accompagné de la silhouette certes plus gracile de l’aurore. « Vous ai-je déjà parlé de ma famille, Raven ? » lui demanda-t-il comme s’ils faisaient de la petite parlote mais sans doute la jeune femme connaissait-elle assez l’homme pour savoir qu’il ne parlait jamais pour ne rien dire.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 650
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une promotion ne se refuse pas || BARTY || Jeu 18 Jan - 18:50

L’Auror inclina la tête pour le remercier de cette confiance qu’il plaçait en lui. Certains auraient pu dire que si Raven avait pu accéder à ce poste, c’était tout simplement grâce à l’amitié que le Directeur avait pour elle. Mais il n’en était rien de tout cela. Non seulement les deux sorciers s’étaient relativement éloignés depuis leur fin de scolarité à Poudlard, ayant emprunté des voies très différentes, mais en plus de cela la sorcière le connaissait assez pour savoir qu’il ne voulait pas placer n’importe qui à la presque tête d’un groupe aussi important que le Bureau des Aurors. L’aînée Fawkes était de nature modeste certes, elle n’allait pas crier ses qualités et ses défauts sur tous les toits de Londres, néanmoins elle pouvait concéder ce fait : elle était faite pour le poste que Bartemius lui avait confiée. Des années d’expérience, une attitude irréprochable, on pouvait même la qualifier d’exemple à suivre tellement Raven était assidue et acharnée dans son travail. Bien sûr, on ne lui en demandait pas tant. Mais pour elle, ce n’était jamais assez. Rien n’était suffisant, alors il fallait qu’elle travaille. L’Auror se leva en même temps que lui et commença à marcher en direction de la porte. « Bien entendu, répondit-elle simplement à sa déclaration d’aller s’entretenir avec Aaron. Lors de sa promotion, elle avait été l’une des premières à apprendre qu’il était devenu chef officiel des Aurors, prenant donc la place de Vince qui avait été radié pour incapacité à organiser correctement la protection de la communauté sorcière. Raven n’avait plus de nouvelles de son ancien supérieur.

Comme convenu, la sorcière l’attendit donc devant le bureau de sa secrétaire à qui elle n’adressa qu’un bref inclinement de la tête, simplement geste de politesse, les mains positionnées derrière son dos avec un port de tête respectable. Lorsqu’enfin son directeur réapparut, ils s’engagèrent tous deux dans un des très – très très très – nombreux couloirs du Ministère. Raven écouta sa question avec attention. Son interrogation cachait quelque chose, elle le savait, mais quoi… ? Elle allait bien voir. « Vous avez un fils scolarisé à Poudlard, me semble-t-il. » Même étant plus jeunes, ils parlaient peu famille et se concentraient surtout sur leurs études. Mais elle avait appris que Bartemius en avait à présent fondé une et l’Auror se faisait une joie à l’idée que son ancien ami avait trouvé le bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 153
| AVATARS / CRÉDITS : © étangs noirs.
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui avec un masque de mangemort ou n'est-ce pas son fils qui lui ressemblera tant ?
| PATRONUS : Un serpentaire, prédateur de tous les animaux rampants.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une promotion ne se refuse pas || BARTY || Ven 19 Jan - 12:21

Le deuxième niveau du Ministère de la Magie, plus grand que les autres en taille autant qu’en faste, Bartemius Senior en usait le marbre depuis des années. Il s’agissait d’une halle plus que d’un couloir à proprement parler et les deux amis et collègues évoluèrent sur le bas côté à l’abri des imposantes colonnes de l’une des deux travées qui soutenaient le plafond magique. Celui-ci ne laissait pas deviner le ciel comme à Poudlard mais était un fin voilage lumineux de mousseline comme si la justice ne s’était jamais trouvée ombrageuse. Le couloir était communément appeler par ceux qui y travaillaient ‘la salle des pas perdus’ car le son des pas qui se répercutaient en écho contre les murs devançait toujours la vue des robes couleur pourpre des membres du magenmagot qui y évoluaient. Les voix aussi s’y fragmentaient et il était d’usage d’y parler à voix basse. « Bartemius Junior poursuit sa quatrième année à Poudlard, oui … » acquiesça le directeur sans donner l’impression de s’intéresser autrement à la chair de sa chair. Les rapports qu’entretenaient le père avec son enfant auquel il avait accordé un peu trop précocement le même prénom avaient toujours été à la fois presque inexistants et hautement complexes. « Mais ce sont plutôt mes nièces et mes neveux qui m’inquiètent - ajouta-t-il pour en venir au fait car sa nature était dotée d’une relative impatience qui l’empêchait de tourner trop longtemps autour du pot lorsque le sujet lui tenait à coeur - Si je devais révoquer chaque personne pour les liens que leur famille les force à entretenir avec la magie noire, je serais le premier à raccrocher ma cape » confessa-t-il à la jeune femme sans ne plus la regarder dans les yeux. Il contemplait plutôt les figures géométriques du sol dessinées par du marbre blanc, rose aurore et vert du gange. S’il était le fils de Caspar Croupton, il était aussi celui de Charis Black. Et ses deux sœurs, ses deux pauvres sœurs, n’avaient pas su aussi bien que lui échapper au fléau du nom de leur mère, elles ne s’étaient pas émancipées à travers les études mais s’étaient au contraire enfermées dans des mariages contractés trop tôt. Sa sœur Daphne était décédée dans des circonstances obscures peu après ses fiançailles avec Morpheus Lestrange. Et une branche pourrie qu’il aurait aimé scié était ainsi apparu dans son arbre généalogique dont il n’avait jamais fait de tapisserie comme il n’en tirait aucune gloire. Cela faisait bien longtemps que l'enquête était classée sans suite au Bureau des Aurors et, s’il se doutait que Raven devait en avoir connaissance, il ne souhaitait pas lui parler de cela. Le dossier était aujourd’hui trop vieux - et il n’avait jamais eu besoin d’un procès pour tirer un trait sur cette partie de son passé - il y en avait d’autres plus récents et pressants pour l’avenir. Car seul l’avenir de la communauté magique préoccupait le directeur. Et l’avenir portait le doux prénom d’Aliénor et le nom plus cruel de Fawley. En effet, une fille était née de l’union de Daphne et de Morpheus, une fille qui avait épousé Adriel Fawley et avait à son tour donné naissance à Aliénor. « Et je crains que ma plus jeune nièce Aliénor Fawley ne s’attire quelques ennuis à sa sortie de l’école » conclut-il après un long silence en retrouvant le regard de l’aurore. Craindre n’était certes pas le terme exact à utiliser pour cet homme qui était plus un cerveau qu’un coeur, plus raison que sentiment. Il souhaitait en réalité plutôt donner son feu vert à la talentueuse baguette pour enquêter sur sa propre famille. Aliénor lui semblait être le mouton noir de sa famille et en cela, elle était également peut-être le maillon faible qui ferait craquer toute une chaîne de mangemorts.

dragées:
 


Dernière édition par Bartemius Croupton Sr le Lun 22 Jan - 11:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 650
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une promotion ne se refuse pas || BARTY || Ven 19 Jan - 23:11

Les deux sorciers progressaient dans ce long couloir à l’aspect majestueux. Même après toutes ces années, Raven ne se lassait pas d’observer le plafond qui pouvait rappeler certains aspects de celui de Poudlard. Le Ministère n’était pas un lieu de travail comme un autre. La sorcière avait toujours trouvé que venir ici avait quelque chose d’exceptionnel et que les employés ne se rendaient pas compte qu’ils évoluaient dans une instance aussi magnifique. Ils marchaient à pas lents et l’Auror Fawkes écoutait silencieusement son supérieur dont la voix avait bien baissé en décibel en raison de la réverbération de l’endroit. Sa quatrième année. Il allait donc passer ses BUSES l’année suivante et Raven, en toute logique, se doutait qu’il soit aussi doué que son père l’était à son âge. Cependant, le sujet de son rejeton ne semblait pas avoir une présence prédominante dans son esprit à cet instant précis. L’oreille de Raven s’ouvrit alors un peu plus. Bartemius introduit la relation que certaines familles possédaient avec la magie noire et ses sourcils se froncèrent un peu plus. Qu’entendait-il par là ? Bien sûr, elle s’était toujours doutée que la famille Croupton, également affiliée à celle des Black avait quelque chose à voir avec la magie noire. De manière générale, beaucoup de Sang-Purs s’y intéressaient, il ne fallait pas se voiler la face. En tant qu’Auror, Raven avait appris à être réaliste. Elle l’était d’autant plus en sachant que certaines affaires au fond quelque peu ténébreux concernant cette communauté élitiste étaient souvent classées sans suite au Bureau. Le Ministère entier était paralysé par l’influence de ces noms dont la simple vue suffisait à imposer le respect. Mais le respect de quoi ? Respect du racisme, du rejet de l’autre ? Respect de la discrimination et de la violence gratuite ? Non. Respect de la richesse. Le simple fait de voir le nom Malefoy en tant que conseiller du Ministre donnait déjà une très bonne idée à Raven de ce qu’il pouvait bien s’y produire.  Parmi l’un de ces dossiers était passé une affaire qui concernait la famille de son ami, même une famille proche puisqu’il s’agissait de sa propre sœur, morte de façon assez obscure. Raven n’avait pas été en charge de ce dossier, mais il avait fait du bruit chez les Aurors étant donné que l’enquête avait été classée sans suite. En effet, pourquoi prendre le risque de venir fouiner dans les histoires d’une des familles les plus puissantes de Grande-Bretagne ? Aucun intérêt si ce n’était la crainte de se faire radier de son poste.

Lorsque son supérieur évoqua sa nièce, miss Fawley, Raven tourna la tête et rencontra son regard perçant. Elle ne voyait pas où est-ce qu’il voulait en venir. Pourquoi lui parlait-il d’elle ? Elles ne se connaissaient même pas. La sorcière rabattit son regard sur le sol qui s’offrait à elle et prit la parole. « Vous connaissez mon positionnement face aux idéologies de certains Sang-Purs, monsieur le Directeur. Bartemius, en effet, était l’un des rares à être au courant de son passé affreux. La perte de ses parents, la violence de sa grand-mère, ces dîners mondains auxquelles elle avait assisté de force, la perte d’Eliott à cause de Mangemorts qui avait fait un peu de bruit dans les journaux… On pouvait dire qu’il savait pas mal de choses sur elle. Où voulez-vous en venir ? » Raven faillit rajouter « Bartemius » mais s’abstint. Il n’était plus son ami désormais, mais son supérieur hiérarchique.
Citation :
• 500 mots ▬ 2 dragées ▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 153
| AVATARS / CRÉDITS : © étangs noirs.
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui avec un masque de mangemort ou n'est-ce pas son fils qui lui ressemblera tant ?
| PATRONUS : Un serpentaire, prédateur de tous les animaux rampants.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une promotion ne se refuse pas || BARTY || Lun 22 Jan - 12:48

Bartemius Senior acquiesça doucement du chef lorsque sa collègue lui rappela sa position face à l’idéologie suprémaciste entretenue par de nombreuses familles au sang pur de leur communauté ; il connaissait en effet sa position et la partageait entièrement. L’homme avait étudié dans la maison verte et argent pendant sept années auprès de camarades qui vantaient la pureté coulant dans leurs veines, il avait ainsi pu s’attrister tout au long de sa scolarité de l’amalgame entre pureté et puissance établi par nombre de ses camarades. Il avait vu la plupart d’entre eux brandir la supériorité de leur nom et de leur sang comme un masque sous lequel ne se cachait en réalité que médiocrité. Son amie aurore lui demanda alors des éclaircissements au sujet de sa nièce et, continuant à regarder droit devant lui, l’austère directeur lui répondit d’une voix si basse et grave qu’elle en était presque devenue inaudible. « La jeune fille étudie en septième année dans la maison des lions n’en déplaise à sa famille ; je crois que vous connaissez mieux que quiconque la sottise de certains parents face à une répartition qu’ils peuvent juger inconvenante … » L’enfant de Caspar et Charis était à son tour devenu un parent sévère et exigeant, mais il croyait quant à lui que l’émancipation de l’homme était possible à travers toutes les qualités défendues par les maisons de leur école : la ruse, l’intelligence, le travail ou encore le courage si peu que l’on choisisse de s’en montrer digne. Que certains de ses camarades comme Raven ou Basil aient pu se voir punis de ne pas rejoindre la maison des serpents, sa raison ne l'entendait pas.  

« Je ne sais pas grand chose d’elle sinon ce que son oncle a pu m’en dire. Elle a passé ses vacances d’été dans un vieux manoir transylvain avec d’autres camarades de lignée dite pure qui sont loin d’être tendres avec elle » l’homme entra-t-il finalement dans le vif du sujet. Bartemius Senior qui était aussi fin prédateur avec les mages noirs que son patronus l’était avec les serpents s’interrogeait en effet grandement sur ce rassemblement de mineurs loin de la juridiction britannique où aucun d’eux n’était plus soumis au contrôle de la trace. Il était évident pour lui que quelque chose de louche avait dû s’y produire mais quoi ? « Je suis convaincu que Aliénor Fawley sait beaucoup de choses mais il est dur de protéger une jeune fille qui a décidé de se murer dans le silence » prétendit-il car la réalité était qu’il n’en avait que peu grand chose à faire des tourments de sa jeune nièce. Les enfants n’avaient toujours que peu retenus son attention car il trouvait l’intérêt des conversations avec eux limité par leur absence de maturité cérébrale (il reprochait d’ailleurs la même affliction à la plupart des adultes mais les convenances l’empêchaient d’être aussi démonstratif à leur égard). Bartemius Senior était ainsi beaucoup plus intéressé par les noms de futurs mangemorts qu’il aurait pu arracher à la sotte tête blonde que par la protection de ses boucles. Il ralentit et arrêta son pas quelques enjambées avant l’entrée du bureau des aurors. « Je réitère toute ma confiance en vous Raven et je tiens à ce que vous sachiez que vous avez carte blanche si l’une de vos enquêtes vous conduit à interroger les membres de ma propre famille y compris ma nièce ». Il enfonça son regard dans le sien pour qu’elle y lise tout son sérieux mais également l’invitation appuyée qui s’y dissimulait. Le directeur de la justice magique n’incitait pas seulement la talentueuse sous-chef à balayer les réserves hiérarchiques qui auraient pu l'empêcher d'enquêter sur sa famille, il l’incitait bel et bien à enquêter sur sa faible nièce.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 650
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une promotion ne se refuse pas || BARTY || Mer 24 Jan - 22:37

Gryffondor. La sorcière comprit immédiatement où son chef voulait en venir. Cette Maison n’avait jamais été vraiment appréciée par la communauté Sang-Pure, sûrement parce que les créateurs de ces deux Maisons étaient ennemis. Depuis, cette rivalité s’était transmise de génération en génération jusqu’à ce que cela prenne des proportions démesurées. À cela s’ajoutait le poids de la guerre, le mépris des né-moldus et des sang-mêlés, la zizanie qui commençait à paniquer les esprits de la population… Il était clair que cette jeune fille n’était pas en sécurité. Aujourd’hui, les murs de Poudlard la protégeaient, mais la situation n’allait sûrement pas être la même dans six mois, l’Auror en avait bien peur. « Effectivement, » répondit Raven d’une voix neutre. Poufsouffle, pire encore que Gryffondor, se trouvait être la Maison la plus détestée de Poudlard. Pourquoi ? Elle n’en savait strictement rien. Pourtant elle se revoyait adolescente à contempler le plafond chaleureux de sa Salle Commune tandis qu’en contrepartie, les châtiments corporels tombaient comme balai qui vole chez elle. Tout cela… Ça n’avait aucun sens. Raven pouvait comprendre que la terreur puisse s’emparer de cette jeune fille.

L’aînée Fawkes fronça les sourcils. Dans un manoir transylvanien ? En-dehors des limites britanniques ? Son Directeur devait mener la même réflexion qu’elle à cet instant précis. Il y avait dans cette histoire quelque chose de louche qu’elle se devait d’éclairer, mais se doutant des noms face à lesquelles Raven allait se confronter, elle préféra ne pas poser davantage de questions à ce sujet. De toute manière, si elle menait correctement son enquête, une piste allait forcément l’y conduire. Lorsque son supérieur évoqua la protection, la tête de l’Auror se fit vide. Elle ne comprenait pas bien. Demandait-il de la protéger lorsque sa nièce sortirait de Poudlard ? Peu probable. Et de toute manière, Raven n’aurait pas le temps de se concentrer sur autre-chose que son travail, déjà que sa toute nouvelle mission allait lui prendre énormément de temps. Alors qu’elle réfléchissait déjà à la manière de formuler son refus, l’objet de toute cette discussion fut enfin explicite. Son visage ne montra rien, ce n’était un air un petit peu soulagé. Bartemius n’avait pas menti lorsqu’il lui avait dit plus tôt qu’il lui laissait le champ libre. C’était le cas de le dire… Même si cela la gênait de devoir fouiner dans les histoires familiales de son supérieur, c’était exactement ce qu’il lui demandait de faire. Qu’il en soit donc ainsi. « C’est entendu, monsieur Croupton. Ils arrivèrent enfin devant le bureau d’Aaron et l’Auror se tourna vers son supérieur. Je ne vais pas vous déranger plus longtemps. Elle tendit sa main. Je vous tiendrai au courant de mes avancées, fit-elle plus bas, excellente journée monsieur. » La poignée de main fut donnée et Raven partit rapidement en direction de son bureau. Les choses sérieuses commençaient et elle avait du pain sur la planche.

Citation :
Excuse-moi c'est pas top No je l'ai faite partir, mais dis-moi si tu veux que je rectifie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une promotion ne se refuse pas || BARTY ||

Revenir en haut Aller en bas

Une promotion ne se refuse pas || BARTY ||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Mario Andresol parle de la 18e promotion de police
» Nouvelle promotion de 702 policiers
» Promotion X (08.02.10)
» Le Député Jude Charles Faustin prône la promotion des produits locaux
» Demande de promotion de Jules Vayne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Balade à Londres :: 
Le ministère de la magie
-