GRYFFONDOR : 1040 pts | POUFSOUFFLE : 390 pts | SERDAIGLE : 735 pts | SERPENTARD : 880 pts

Partagez|

Copines comme gobelines | SUJET CLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 190
| AVATARS / CRÉDITS : Alison Sudol - Bazzart
| SANG : Sang-mêlé, mais qu'est-ce que ça change ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa soeur à l'époque de leur enfance
| PATRONUS : Un renard blanc
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Copines comme gobelines | SUJET CLOS Jeu 1 Fév - 14:47

Le sujet de la famille était parfois un peu délicat à aborder avec Melody. Son histoire n’était pas franchement plaisante é couter, c’est pour cela qu’elle la gardait le plus souvent pour elle. Et même si elle n’avait jamais vraiment eu de famille à part Raven, elle trouvait que c’était une des choses les plus importantes dans la vie de quelqu’un. "Oui, même si ce n’est pas assez à mon goût…" répondit-elle, pensive et un peu nostalgique, lorsque la jeune femme en face d’elle déclara que c’était bien qu’elles continuent à se voir. Andromeda qualifia l’auror de bienveillante et sympathique, ce qui fit sourire la juriste. "Oui, elle l’est, en plus d’être protectrice !" ajouta-t-elle en riant. Sa sœur était vraiment quelqu’un de bien et de profondément bon, il n’en avait jamais été autrement. Du plus loin que la blondinette puisse s’en souvenir, Raven n’avait jamais fait preuve de mesquinerie ou de méchanceté. Melody tourna les yeux vers la jeune maman quand elle lui parla du malaise qu’elle ressentait lorsqu’un des membres du bureau des aurors était présent. Il était vrai que discuter avec l’un d’eux pouvait rendre un peu nerveux puisqu’il s’agissait de ne pas dire des choses pouvant avoir de double sens ou pouvant créer un malentendu, après tout ils étaient quand même en droit de nous arrêter ! Mais Melody n’avait jamais vraiment vu les choses sous cet angle, puisque sa sœur en faisait partie. "Je comprends tout à fait ! Ils peuvent être très intimidants… Mais Raven est, je trouve, plus accessible" déclara-t-elle en lançant un sourire rassurant à Andromeda. "Vous vous connaissez d’où ?" demanda-t-elle, curieuse. Kierán aussi connaissait l’aînée Fawkes, c’était fou comme nombre de personnes la connaissaient !
Melody n’avait encore jamais pensé à avoir des enfants, déjà parce qu’elle n’avait pas trouver de compagnon stable pour le moment, mais aussi, et surtout, parce que cela lui faisait un peu peur. Alors, quand la jeune mère en face d’elle assura que c’était tout de même un bonheur et que c’était dans l’ordre des choses, la juriste hésita entre la croire et commencer à y penser, ou alors se dire que son regard n’était surement pas objectif et que ça ne valait pas pour tout le monde. "Si vous êtes heureux tous les trois c’est le principal" dit-elle en souriant. Serait-elle mère un jour ? Et si c’était le cas, s’en sortait-elle ? Serait-elle heureuse de l’être ? Rien n’était moins sûr, alors elle se contenta de chasser ces questions de son esprit. Alors qu’elle voulait arrêter de penser à des choses compliquées, Andromeda lui fit une remarque qui fit de nouveau fonctionner ses méninges. Elle verrait quand elle tomberait amoureuse. Mais… Etait-elle déjà amoureuse ? Que ressentait-elle pour Kierán ? Elle éprouvait déjà des sentiments pour lui, mais était-ce plus ? Tout était trop flou à son goût. Elle se contenta d’hocher la tête avant de déclarer "Profiter ? Je tâcherai de m’en souvenir, même si ce terme peut être assez flou". Andromeda se dirigea ensuite vers le bureau de Madame Guippure en demandant à Melody si elle n’avait pas déjà quelqu’un. "Non non, personne… Cela fait bien longtemps que je n’ai pas eu quelqu’un…" murmura-t-elle plus pour elle que pour son interlocutrice. Ce moment entre filles étaient fort plaisant, entre shopping et confessions, Melody passait une très bonne après-midi.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : © Schuylers
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nymphadora qui se transforme en Bellatrix
| PATRONUS : Une tortue marine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Copines comme gobelines | SUJET CLOS Ven 2 Fév - 10:47

Lorsque Melody décrivit Raven comme une personne protectrice également, Andromeda sourit en devinant qu’elle devait sans doute être l’aînée. Les deux soeurs Fawkes avaient l’air d’entretenir la meilleure des relations possible à ses yeux puisqu’elles continuaient à se voir en dépit de leur différence et de sujets qui les avaient peut-être opposés un jour. La nature protectrice de la grande sœur lui était déjà apparue au cours de leurs conversations et la jeune mère craignait simplement que l’aurore ne souhaite la protéger au point d’envoyer sa sœur à elle faire un séjour chez les détraqueurs. « Je ne me souviens même plus la manière dont on s’est rencontrées - fit-elle dérouler le fil de ses souvenirs les yeux dans le vague avant de secouer la tête - mais ça nous arrive de déjeuner ensemble depuis que j’ai rejoint le ministère » reprit-elle au moins certaine de cette information. « Je la trouve quand même intimidante - avoua-t-elle car en comparaison de la blonde juriste, la brune aurore l’était certes tout à fait jusque dans les traits et l’attitude - d’ailleurs je trouve que tout votre département l’est un peu … ». Andromeda avait rejoint le Ministère de la Magie récemment et n’avait connu que le mandat d’Harold Minchum et la nomination de Bartemius Croupton Sr. L’ambiance qui régnait au deuxième niveau était certes bien moins angoissante que celle du neuvième mais les représentants de la justice semblaient aussi durs que sa volonté de s’appliquer. « J’ai l’impression qu’on pourrait glisser du veritaserum dans mon jus de citrouille sans que je m’en rende compte » rit-elle pour rendre ses propos moins graves en même temps que pour essayer de dépeindre l’impression qu’elle en avait.

Elle régla ses achats de manière souriante - et comme la tenancière ne l’avait jamais vue de si joyeuse humeur elle lui coula même un regard un peu suspicieux - et attendit que son amie en fasse de même avant de prendre la porte avec elle. Le temps était encore très frais mais les premiers rayons de soleil brillaient de nouveau sur le chemin de traverse et donnaient déjà envie d’en arpenter les pavés. Andromeda était à vrai dire plus épanouie et heureuse avec sa famille, et ses nouveaux amis même s’ils ne se comptaient que sur les doigts d’une seule main, qu’elle n’aurait jamais pu espérer l’être. Il lui semblait qu’elle n’avait jamais vraiment vécu avant et tant pis si ce n’était pas facile tous les jours. Elle rit un peu lorsque la juriste, en bonne linguiste qu’elle était, désigna le terme de « profiter » comme étant assez flou. Elle emportait là-dessus l’accord de la brunette. « Faire tout ce qui peut te rendre heureuse - explicita-t-elle simplement avec un haussement d’épaules - Beaucoup de choses deviennent plus compliquées quand on a un enfant comme voyager ou même pouvoir s’acheter tout ce qu’on veut ... ou même juste avoir du temps ! » agita-t-elle son maigre sac de shopping en plaisantant. Et puis faire d’autres rencontres amoureuses ? La conception de la chose était assez absolutiste chez la mère qui était finalement assez heureuse d’avoir rencontré son mari aussi tôt. Elle devinait qu’elle aurait été vraiment nulle au jeu du flirt.  « Au moins tu as connu plusieurs hommes - fit-elle pourtant en se disant que sans doute les relations éphémères avaient peut-être un charme qu’elle ne devinerait jamais - les amis de mon mari se moquent toujours quand ils se rendent compte qu’il n’y a eu que lui » rougit-elle un peu en levant les yeux au ciel car elle n’aimait pas spécialement être embêtée à ce sujet. « J’ai passé tellement de temps à considérer les autres comme ‘bizarres’ pendant ma scolarité que je ne m’étais jamais rendue compte avant qu’on puisse aussi me considérer ‘bizarre’ de fonder une famille tôt » avoua-t-elle finalement être le fruit d’un déterminisme social. Elle avait depuis pris du recul là-dessus et se rendait compte que la vie était constituée de comportements divers et variés où seul importait finalement de savoir celui qui nous rendait heureux. Autant d’individus que de chemins différents pour s’épanouir. Pour elle, il avait s’agit du mariage et de la famille, et elle se fichait assez des qu’en dira-t-on.


dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 190
| AVATARS / CRÉDITS : Alison Sudol - Bazzart
| SANG : Sang-mêlé, mais qu'est-ce que ça change ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa soeur à l'époque de leur enfance
| PATRONUS : Un renard blanc
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Copines comme gobelines | SUJET CLOS Ven 2 Fév - 22:03

Raven était quelqu’un de formidable, le genre de personne agréable et qui faisait bien son travail. En plus de cela, et malgré ce que Melody pensait, il s’avérait que sa sœur était particulièrement sociable, ce qui fit sourire la juriste. La jeune femme et l’auror déjeunait parfois ensemble, et c’était tant mieux. Cela signifiait qu’elle avait des gens autour d’elle autre que ses collègues, lui permettant de sortir du climat stressant et oppressant que dégageait le nombre incroyable d’affaires que ceux-ci traitaient. Andromeda avoua un peu timidement qu’elle trouvait la Fawkes brune tout de même assez intimidante, comme le reste de leur niveau du Ministère finalement. Melody haussa les épaules en déclara "Peut-être qu’il l’est… Je n’ai pas vraiment d’avis là-dessus, j’y travaille surement depuis bien trop longtemps pour en avoir un". La jeune femme ajouta alors une petite boutade qui fit bien rire la blondinette qui tenta malgré tout de ne pas s’esclaffer trop fort. Etait-ce cela que les autres personnes du Ministère pensaient du deuxième niveau ? D’accord, c’était peut-être le niveau le plus angoissant à traverser à cause du métier des personnes qui y étaient, mais de là à en avoir peur… Enfin, ce n’était qu’une blague, mais il n’y avait pas de fumée sans feu, et Melody était bien au courant de cette réalité. Ce climat y régnait, à son humble avis, depuis l’arrivée de Bartemius Croupton. Mais ce n’était pas le sujet…
Andromeda régla ses achats, composés de deux jolis tissus, et s’écarta afin que Melody en fasse de même. La juriste acheta donc l’étoffe bleue sur laquelle elle avait craqué quelques minutes avant et prévoyait d’en faire une très jolie robe. La jeune mère expliqua ensuite sa définition de profiter : faire ce qui la rend heureuse. Mais qu’est ce qui rendait heureuse Melody ? Aller manger au restaurant avec des amis, coudre des vêtements à sa sœur, faire des petits plats à ses amis, croiser Kierán… Elle en revenait donc au jeune Langue-de-Plomb. Face à cette évidence, la blondinette se mordit quelque peu la lèvre – chose qu’elle faisait un peu trop souvent lorsqu’elle était contrariée – et déclara "Je tâcherai de m’en souvenir" avec un petit sourire. Andromeda parla ensuite de son manque d’expérience en matière d’homme. Celle-ci semblait presque regretter de ne pas en avoir eu avant son mari, ce à quoi Melody répondit "Je peux comprendre, ça fait partie des choses de la vie… S’ils se moquent tant pis pour eux, tant que tu aimes ton mari rien n’a d’importance ! " Elle se confia ensuite, plus bas : "Oui j’ai connu quelques hommes en effet… Mais je suis arrivée à une période où je cherche plus à quelque chose de stable et durable". Il était vrai que la blondinette avait fréquenté, de manière plus ou moins longue, plusieurs hommes. Son air angélique, ses yeux bleus et sa douceur en avait charmé plus d’un, mais jamais au point qu’il souhaite passer le reste de sa vie auprès d’elle. Pour cela, Melody enviait son interlocutrice. Elle au moins avait un homme qui l’aimait au point de s’engager durablement avec elle. Cela lui arriverait-il un jour ? La juriste ne sut pas trop quoi répondre à la dernière déclaration. Etait-elle bizarre parce qu’elle avait fondé sa petite famille assez tôt ? Melody ne trouvait pas particulièrement. C’était un choix de vie, le sien, et on ne pouvait pas juger cela. "Je ne trouve pas que tu sois bizarre pour si peu", murmura-t-elle comme une confidence à la jeune femme.  

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : © Schuylers
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nymphadora qui se transforme en Bellatrix
| PATRONUS : Une tortue marine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Copines comme gobelines | SUJET CLOS Lun 5 Fév - 14:01

Le département de la justice magique, peut-être parce qu’il était le plus grand du ministère, ou peut-être parce que tous les autres départements en dépendaient hormis celui des mystères, était imposant voire écrasant de l’avis de la dernière arrivée. Elle se sentait plus à l’aise dans les couloirs de la coopération magique internationale où les lattes du parquet grinçaient comme à l’école de sorcellerie. Le département des transports magiques situé juste en dessous de leur niveau - qu’elle soupçonnait de posséder leur propre rame de métro - faisait parfois trembler leurs murs et tomber de la poussière et des toiles d’araignées de leurs lustres. Les figures bienheureuses des travailleurs des jeux et sports magiques leur rendaient souvent visite également pour préparer la prochaine coupe du monde de quidditch qui se déroulerait dans deux années. Le département de la justice magique lui paraissait en comparaison beaucoup plus silencieux. « Je crois que même les comptables gobelins sont moins austères que la plupart de tes collègues - acquiesça encore la jeune mère qui en savait quelque chose comme elle avait d’abord travaillé à la banque de gringotts lorsque son amie lui indiqua ne pas disposer du recul nécessaire pour en juger - tu dois être l’exception qui confirme la règle » plaisanta-t-elle encore avec un sourire. Car Melody Fawkes, à la chevelure autant qu’au sourire solaire, se démarquait en effet de ses autres collègues. Il y avait même jusqu’à son nom qui était moins lourd et écrasant que celui des autres Croupton et Yaxley.

Aussi Andromeda ne doutait pas, puisque cela semblait être son souhait, que Melody trouverait bien un  homme chanceux dans le futur. Et elle espérait sincèrement que ce dernier porterait le nom de Kierán. Son ami avait eu son lot de malchances dans la vie et méritait de faire sa belle rencontre si peu qu’il ouvre un peu les yeux. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas connu justement de relation stable et durable comme celle que la juriste entendait trouver. « J’ai été fiancée plusieurs années à un homme à qui je n’avais rien à dire alors je suppose que c’est ton équivalent des rencards ratés et je comprends que tu souhaites en sortir - confessa à son tour la brunette d’une voix basse - quoi que tu dois avoir des anecdotes drôles à raconter toi au moins ! » rit-elle un peu. Car Walden Macnair, se fourvoyait-elle en s’enfonçant la baguette jusque dans l’œil, n’était pas prétexte à histoires et anecdotes. Elle ignorait en effet après l’avoir fréquenté pendant de longues années toutes les ficelles que l’homme tirait depuis l’ombre. Andromeda avait tôt fait la rencontre de Ted mais elle aurait pourtant aimé s’ouvrir à lui encore plus tôt si seulement elle n’avait pas été rongée d’autant de préjugés du temps de leurs études à Poudlard. Ses joues rosirent légèrement d'estime quand Melody lui indiqua ne pas la trouver bizarre car elle se sentait partout en décalage depuis sa répudiation. Si elle n’était plus considérée comme une sang pure chez ses pairs, son inexpérience du monde moldu la conduisait parfois également à s’y sentir étrangère.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 190
| AVATARS / CRÉDITS : Alison Sudol - Bazzart
| SANG : Sang-mêlé, mais qu'est-ce que ça change ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa soeur à l'époque de leur enfance
| PATRONUS : Un renard blanc
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Copines comme gobelines | SUJET CLOS Lun 5 Fév - 15:41

Il fallait bien l’admettre : lorsque Melody était arrivée au département de la justice magique, elle avait été quelque peu impressionnée par les lieux, austères et grands, mais aussi les gens, froids et quelque peu hautains. Tout était trop sérieux à cet étage. Les gens ne souriaient pas beaucoup, ils ne riaient pas non plus, et rares étaient ceux qui vous adressait la parole avec un minimum de chaleur. Bon, d’accord, en y réfléchissant bien, Andromeda avait raison. Ce n’était pas vraiment le lieu dans lequel on venait travailler avec plaisir, même si Melody s’était tout de même fait quelques amis très sympathiques. Avec les années, on s’y habituait, même si c’était triste à dire et à admettre. Alors que la jeune mère de famille fit un parallèle entre les comptables gobelins et les collègues de la blondinette, celle-ci ne put s’empêcher de lâcher un rire franc. C’était si triste de voir à quel point ce qu’elle disait était vrai, mais c’était aussi très drôle. Melody pensa tout de suite à Merrick Carrow, le jeune homme surement le moins aimable du monde, qui s’évertuait à gâcher les journées de la juriste, mais n’y parvenait que très rarement. "Tu as raison !" dit-elle en riant. N’existait-il donc aucun sort permettant d’être quelqu’un d’agréable et de bienveillant envers les autres ? Merrick en aurait tellement besoin… La blondinette sentit ses lèvres s’étirer en un large sourire lorsqu’Andromeda la complimenta en disant qu’elle devait être l’exception qui confirmait cette règle. "Si tu le penses j’en suis très contente" déclara-t-elle en se disant qu’elle avait peut-être trouver une nouvelle amie vraiment gentille. La jeune femme qui se tenait en face d’elle était réellement adorable, gentille, chaleureuse, drôle et très amicale. Melody avait eu bien des amies dans sa vie, mais nombre d’entre elles avaient disparus en même temps que les années filaient, elle espérait donc pouvoir compter Andromeda parmi celles qui resteraient… Enfin si déjà le sentiment naissant d’amitié qu’elle ressentait était réciproque !
Pendant quelques courts instants, Melody songea à Kierán. Etait-il celui qui lui ferait découvrir ce qu’était une relation longue – comprenait plus longue qu’une relation d’un an et quelques mois, qu’elle avait déjà expérimentée – et stable ? Serait-il le genre d’homme à vouloir la garder auprès de lui pour longtemps ? Ou alors serait-il un énième échec sentimental ? Verrait-il en la jeune femme une façon de passer un bon moment, mais rien de plus ? Rien n’était moins sûr. Peut-être que cela n’irait jamais jusque-là, peut-être qu’il ne se passerait jamais rien entre les deux sorciers. Mais ça, Melody préférait ne pas y penser. Andromeda lui changea les idées en évoquant l’homme avec lequel ses parents l’avaient fiancée sans pourtant se demander si c’était ce que voulait la jeune fille. La blondinette remercia intérieurement son père d’avoir préféré quitter le monde très sectaire des Sang-Purs et de s’être marié avec une Sang-mêlée. C’était grâce à cela que Melody n’avait jamais eu besoin de se poser la question de savoir si elle allait être mariée contre sa volonté. "Ça n'a pas dû être simple..." murmura-t-elle. Des histoires drôles à propos de ses expériences malheureuses en amour ? Bien sûr qu’elle en avait ! Même si elle n’en avait absolument pas rit sur le moment, maintenant elle le faisait de bon cœur. "Oh oui, j’en ai ! Même si elles ne sont pas toutes drôles" s’exclama-t-elle. "Tu veux en entendre quelques-unes ?" demanda la juriste, jetant un coup d’œil quelque peu canaille à la jeune Andromeda.  

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : © Schuylers
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nymphadora qui se transforme en Bellatrix
| PATRONUS : Une tortue marine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Copines comme gobelines | SUJET CLOS Mer 7 Fév - 12:10

Melody était dotée d’une bonhomie naturelle qui perçait même l’instinct méfiant et défensif de l’ancienne Black. Andromeda était ravie de cet après-midi passé en sa compagnie autant que par la perspective de s’en faire une amie. « Dire ce que je pense est l’une de mes nouvelles résolutions » rit-elle un peu pour atténuer la rudesse de ses propos plutôt que pour en démentir la véracité. La conversation qui animait les deux jeunes femmes n’aurait pu exister à l’intérieur des murs de l’école de sorcellerie. La brunette était restée trop longtemps soumise - plus que fidèle - aux idéaux de sa famille et de ses camarades serpentards. Son éducation lui avait appris à dire ce que ses interlocuteurs souhaitaient entendre plus qu’à exprimer le fond de sa pensée si bien que, fort longtemps, elle avait même été incapable de savoir ce qu’elle avait dans la tête. Mais elle avait abandonné son nom de jeune fille en même temps que cette triste habitude. Et si elle parlait aujourd’hui de manière mesurée et prudente, ce n’était que par méfiance à l’égard de sa pensée parfois gangréné par la bêtise. On lui avait enfoncé des trolleries plein le crâne et elle avait peur d’en exprimer encore certaines par inadvertance. Elle n’avait par exemple pu s’empêcher de s’interroger pendant sa grossesse de la possibilité que la petite fille soit moldue comme ses grands-parents paternels l’étaient malgré les propos contredisants des médicomages. Et l'enfant était en effet née métamorphomage comme par désir secret de balayer les questionnements de sa mère avant qu'elle ne reçoive sa lettre de Poudlard.

Les fiançailles qu’on lui avait tôt imposées avec Walden Macnair, elle ne les avait pareillement pas remises en cause à l’époque de la même façon qu’une créature grandissant en captivité ignore le monde au-delà de ses barreaux. Cela avait été simple d’une certaine manière, trop simple justement. « Ca aurait pu être pire je crois » haussa-t-elle des épaules plutôt magnanimes en pensant à sa pauvre aînée mariée à un homme dont la pauvreté d’âme autant que financière était notoire. Il s’agissait d’ailleurs de son beau-frère qui réclamait depuis sa tête sur un piquet et non de son ancien fiancé. La nature au moins convenable en apparence de Walden Macnair l’avait toujours empêcher d’exprimer frontalement ses menaces, elle ignorait qu’il avait été le maître chanteur source de toutes ses angoisses. En ce point, comme en de nombreux autres, l’esprit encore jeune de la mère se fourvoyait donc. Elle s’arrêta devant le stand de sorbets qui venaient déjà de rouvrir en lançant un regard hésitant à la blondinette. Il faisait froid mais les rayons du soleil lui donnaient quand même envie de la gourmandise. Mais son amie lui proposa encore plus réjouissant que du glucose glacé et un plus large sourire fendit le visage de l’épouse Tonks. « Oh oui, dis moi, que je sache tout ce que je me réjouis d’avoir manqué ! » l’incita-t-elle avec amusement à tout lui raconter sans l’obliger à prier Merlin.


dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 190
| AVATARS / CRÉDITS : Alison Sudol - Bazzart
| SANG : Sang-mêlé, mais qu'est-ce que ça change ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa soeur à l'époque de leur enfance
| PATRONUS : Un renard blanc
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Copines comme gobelines | SUJET CLOS Mer 7 Fév - 21:54

Melody était une femme douce, gentille, bienveillante et aimante. Elle n’était pas souvent de mauvaise humeur et il était rare qu’un sourire n’orne pas ses belles lèvres roses. En somme, elle était bien différente de la plupart de ses collègues, bien qu’ils ne soient pas tous aussi froid, rustre et désagréable qu’on pouvait le penser. La juriste n’avait jamais réfléchi à ce qu’on pouvait penser d’elle, mais après la réflexion que venait de faire Andromeda elle se surpris à sourire, heureuse de savoir que la jeune femme pensait du bien d’elle, car l’inverse était très aussi. La jeune femme affirma ensuite que dire ce qu’elle pensait était une nouvelle résolution pour elle, ce qui fit sourire la juriste. Qu’avait-elle fait comme résolution en cette nouvelle année ? Peut-être celle de sortir plus, notamment avec un jeune Langue-de-Plomb, si l’occasion lui avait été donnée… Quoi d’autre ? Celle d’essayer d’aller voir plus souvent la sœur, mais aussi celle de chercher à mieux connaître son tout nouveau cousin : Basil Carrow ! La famille Fawkes n’était peut-être pas très grande, mais Melody voulait tenter de resserrer les liens qu’il pouvait exister entre ses membres, même si cela devenait difficile au vu des relations compliquées que partageaient Raven et Basil… Depuis leurs études à Poudlard, ceux-ci ne s’entendaient pas du tout et ne s’aimaient pas non plus, ce qui pouvait causer des petits désagréments aux retrouvailles familiales qu’imaginait la blondinette… Mais elle ne désespérait pas et comptait bien faire qu’elle au moins s’entende avec le chef de l’Organisation International du Commerce Magique.
L’histoire d’Andromeda intéressait beaucoup la Sang-mêlée qu’était Melody, car elle était bien étrangère au monde des Sang-purs et désirait en savoir davantage. Lorsque la jeune mère affirma que ses fiançailles forcées auraient pu être pires, cela rassura quelque peu son interlocutrice, qui s’était rendue compte seulement après que sa question pouvait toucher un point bien trop sensible. Mais puisque cela ne semblait pas être un sujet à éviter, Melody se permet alors de nouveau à poser une question : "Ah oui ? Comment était-ce ? Et lui, comment était-il ?". Il fallait avouer qu’elle pouvait parfois se révéler curieuse, c’était d’ailleurs surement une déformation professionnelle, mais ce n’était jamais de manière moqueuse ou méchante, mais bienveillante. Elle voulait en savoir plus sur Andromeda afin de mieux la cerner et de savoir ce qu’elle pouvait dire ou non, les sujets qu’elle pouvait aborder ou non, mais aussi satisfaire sa curiosité. Les deux jeunes femmes s’arrêtèrent devant un stand de sorbet, Melody vit le petit regard que lui lança son interlocutrice et y répondit en hochant doucement la tête. Oui, même si le printemps n’était pas encore là, la blondinette avait envie d’une glace. Après cela, Andromeda se révéla aussi curieuse que la juriste et demanda à ce qu’elle lui raconte ce qu’elle avait raté. Quelle histoire raconter ? Il y en avait quelques-unes… "Un jour, alors que cela faisait quelques mois que je sortais avec un homme, celui-ci m’a quittée parce que, je cite, j’étais trop blonde !" raconta-t-elle en riant. "N’est-ce pas ridicule ? Alors qu’il m’avait draguée en connaissance de cause, je n’ai jamais changé de couleur de cheveux !". Cette histoire était surement la plus invraisemblable qu’elle avait vécue, et la plus drôle également.  

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : © Schuylers
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nymphadora qui se transforme en Bellatrix
| PATRONUS : Une tortue marine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Copines comme gobelines | SUJET CLOS Ven 9 Fév - 14:46

Andromeda échangea sa monnaie contre un sorbet parfum patacitrouille et profita du prétexte pour réfléchir un peu. « Walden ? » Comment était Walden Macnair, oui, elle avait bien entendu ; elle se rendait simplement compte pour la première fois qu’une réponse à cette question n’était pas aisée. Il était dur de prêter des qualificatifs à ce jeune homme qui avait toujours préféré l’ombre à la lumière. « Hum … obscur ? - tenta-t-elle malgré tout en fronçant les sourcils devant le choix à la fois juste et piètre du mot - On s’est fréquentés pendant des années et pourtant j’ai l’impression de le connaître moins que personne. Il n’était pas terrible mais pas gentil pour autant non plus ». Comme de nombreux autres enfants de leur milieu avant eux, l’ancienne Black et l’héritier Macnair avaient joué le jeu des fiançailles et la jeune fille avait d’abord été intriguée avant d’être tracassée. S’il s’agissait au début du statut de futur époux qui l’avait naturellement inquiétée, c’était très vite la personnalité du garçon qui l’avait à son tour inquiétée. Il n’avait pourtant jamais eu un mot ou un geste de trop à son égard et avait toujours respecté la distance que sa pudeur plaçait entre eux. Elle s'était d'ailleurs montrée la plus malhonnête du couple le jour où elle avait commencé à fréquenter celui qui était aujourd'hui son mari derrière le dos de son précédent fiancé. Pour autant Walden Macnair n’était pas non plus doux et gentil contrairement à Ted Tonks dont elle était tombée amoureuse. « Il est profondément intéressé et il a dû être l’un des premiers à se réjouir de ma répudiation, je ne pense pas qu’il m’aimait ni qu’il sache comment aimer qui que ce soit ou quoi que ce soit d'ailleurs - conclut-elle finalement en haussant les épaules peu embêtée comme l’amour n’était pas un sentiment qui les avait liés dans l’autre sens non plus - à croire que ce fléau touche toutes les vieilles familles de sang pur » soupira-t-elle au sujet de l’incapacité à aimer qui semblait toucher nombreuses des personnes qu’elle avait fréquenté à cette époque en commençant par sa famille.

Mais l’idiotie était une qualité qui semblait transcender tous les sangs, pensa-t-elle en pouffant de rire lorsque la blonde - trop blonde - lui raconta une curieuse anecdote. « Par Merlin il était sérieux ?! » s’intrigua la jeune mère. Mais cela faisait du bien d’entendre parler d’autres discriminations que celles fondées sur le sang quoi que toutes aussi injustes et risibles. Le jour n’était pas encore arrivé où les humains cesseraient de s’observer et de se juger entre eux pour tuer l’ennui. « Il a au moins eu le bon goût de te quitter avant que tu ne t’embêtes à le faire pour lui … il avait l’air d’être encore plus pénible qu’un rendez-vous chez le coiffeur celui-là » préféra-t-elle s’amuser de la situation en continuant à arpenter les pavées du chemin sans laisser le temps au sorbet le temps de fondre le long de son cône.


dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 190
| AVATARS / CRÉDITS : Alison Sudol - Bazzart
| SANG : Sang-mêlé, mais qu'est-ce que ça change ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa soeur à l'époque de leur enfance
| PATRONUS : Un renard blanc
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Copines comme gobelines | SUJET CLOS Sam 17 Fév - 13:33

Melody écouta attentivement sa nouvelle amie lui décrire son ex-fiancé, en se disant que, en mélangeant son sang-pur avec celui de sa mère, son père lui avait évité ce genre de fiancailles forcée avec des personnes aussi étranges et intéressées... Non pas qu'elle pouvait imaginer ce qui se serait passée pour elle si son sang avait été aussi pur que celui de la fille Black, mais, au vu des idées de sa grand-mère, elle n'aurait pas échappé à ce genre de contrat. Aurait-elle eut un fiancé aussi étrange que cela ? Peut-être. Mais peut-être aussi que son père ne l'aurait pas forcée à se marier avec un tel homme, sans sentiment ni amour. Bien que l'on puisse aisément juger les traditions des familles au Sang-pur, l'on pouvait aussi les plaindre. Ils étaient enfermés dans des règles parfois difficiles à assumer. Certains arrivaient à sortir de ce moule qu'on leur imposait, comme la jeune Andromeda l'avait fait par amour, mais ils étaient alors reniés, leur famille ne leur parlant plus. Melody s'était toujours demandée comment l'on pouvait faire ça à ses enfants. Pourquoi la pureté de sang avait une aussi grande importance dans leur esprit et dans leur vie, au point de renier la chaire de sa chaire, le sang de son sang... La jeune Andromeda devait en avoir souffert, plus que la juriste ne pouvait l'imaginer. Regrettait-elle d'avoir choisi l'homme qu'elle aimait à sa famille ? Melody espérait que non, ça serait bien trop triste et trop dommage. En même temps, vu comme elle décrivait ce dénommé Walden, elle n'avait rien raté d'extraordinaire... "Je vois tout à fait le genre d'homme que c'est..." déclara la blondinette en secouant la tête. Est-ce que c'était comme ça dans toutes les familles de Sang-purs ? Si Andromeda le disait, c'est que cela devait être vrai, après tout Melody ne connaissait pas ce monde si spécial et si fermé... La cadette Fawkes n'en avait eut qu'un bref aperçu avec le caractère et les idéaux si spéciaux de sa grand mère et ça lui avait largement suffit. Les coups, les insultes à peine voilées... Si c'était ça, être un Sang-pur, alors Melody était très fière de son sang-mêlé. Elle et sa soeur étaient le produit d'un véritable amour, et non pas d'un mariage forcé. Et même s'ils avaient disparus du jour au lendemain, la blondinette était fière d'eux
Après avoir pris une glace au goût framboise, Melody déambula aux côtés de la jeune mère de famille en dévoilant une ancienne histoire de cœur qui s'était terminée de manière assez étrange... Andromeda sembla très amusée par l'histoire. "Je crois bien que oui, il l'était !" déclara Melody en riant doucement et en levant les yeux au ciel. Cet homme, lui avait quelque peu brisé le coeur, mais en s'en était vite remis devant l'idiotie de l'excuse qu'il avait donné pour la quitter. Elle l'avait recroisé quelques semaines plus tard, au bras d'une belle et très jeune rouquine. Ah, les hommes... Le pire était qu'il n'était pas forcément un homme bête ou méchant. Disons simplement qu'il était un séducteur, et que Melody avait, bêtement, cru qu'elle arriverait à le satisfaire, mais elle n'en avait pas été capable... "Il avait ses défauts, c'est vrai ! Mais je ne m'attendais vraiment pas à ça de sa part, j'ai été scotché par la stupidité de sa phrase" avoua-t-elle comme une confidence à sa toute nouvelle amie. "Et toi, avec ton mari, ça a tout de suite accroché ?" demanda Melody, tentant d'en savoir plus sur la jeune Andromeda.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : © Schuylers
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nymphadora qui se transforme en Bellatrix
| PATRONUS : Une tortue marine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Copines comme gobelines | SUJET CLOS Mar 27 Fév - 16:16

« Les esprits les plus pauvres jouissent parfois d’une superbe imagination quand il s’agit de trouver des prétextes à l’exclusion » finit de s’amuser la jeune mère quoi que sceptique quant à l’imagination de cet homme qui n’avait pas cherché plus loin que la couleur qu’il avait sous les yeux pour filer la queue entre les jambes. Cela avait au moins le don de changer des propos intolérants qui ne devenaient que trop habituels dans leur société et cela déridait d’entendre pour une fois parler de trop blond plutôt que trop moldu. L’intéressée pourtant n’avait pas toujours elle-même été exempte de préjugés et la question de Melody eut le don de le lui rappeler. « Hum non » répondit-elle en se réfugiant un peu plus intensément dans sa glace dont le froid ambiant ne précipitait pourtant pas la fonte. « La guerre a débuté quand on était à l’école » rappela-t-elle le contexte du château qui avait sans doute été encore différent à l’époque des études de la juriste. Ted n’avait pas plus choisi de naître de parents moldus que Andromeda n’avait choisi de naître de parents Black et aucun d’eux n’avait choisi de si bien incarner les deux camps qui s’opposaient. « On ne s’entendait pas du tout à l’époque et à vrai dire, c’est même ce qui nous a rapprochés, Professeur Slughorn nous a punis alors qu’on se disputait pour une histoire stupide ». Ted et son ballon de football moldu, quelle manque de prudence, ne pouvait-elle toujours pas s’empêcher de le blâmer. Ce conflit s’ils s’en fichaient maintenant comme de leur premier lumos n’avait jamais été enterré pour autant. « Je crois que j’aimais déjà bien Ted à l’époque - admit-elle touchée dans sa fierté en levant des yeux défaits au ciel mais avec un sourire irrémédiablement séduit - ça m’a simplement pris un peu de temps pour l’admettre ! ». Et il ne lui restait plus que son sourire tandis qu’elle y repensait comme si c’était hier. L’époque n’était pas si lointaine même s’il s’était passé un tas de choses durant ces quelques années. Ils avaient continué à se fréquenter juste après leur diplôme, ils avaient appris qu’elle était enceinte, sa famille l’avait répudiée, lui l’avait épousée. Ils n’avaient pas vingt ans quand ils s’étaient trouvés mariés et parents. « Le reste a été plus vite ! ». Malgré toutes les difficultés rencontrées elle n’aurait pas échangé leur histoire contre tout l’or des gobelins. Un coup d’œil à l’aiguille de sa montre qui indiquait heure du goûter lui fit espérer que Ted ne cédait présentement pas aux tristes cheveux bleus de leur fille pour lui donner des gâteaux plutôt que des fruits.

« Si tu veux éviter les excuses stupides dans tes futures relations, je pense que les anciens serdaigle sont un choix sûr ! - s’amusa-t-elle finalement à vanter la maison de son mari mais également de son meilleur ami - Ca ne garantit pas l’honnêteté mais les excuses sont plus recherchées ! ». Elle se rappela avec un rire amusé du jour où son époux lui avait expliqué devoir procéder à un transplanage d’urgence de leur petite parce qu’ils étaient tombés dans un repaire de junkies en voulant se rendre chez la nourrice par le réseau de cheminettes. La crédulité de la mère était encore partagée sur cette histoire rocambolesque. Mais qu’on puisse se séparer de quelqu’un en raison de sa couleur capillaire, voilà bien une autre anecdote plus lacunaire dont elle se remettrait jamais. « T’es quand même sorti avec des garçons mieux que ça ? » voulut-elle finalement savoir, peut-être y avait-il même eu un homme dont la juriste était tombée amoureuse un jour …

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 190
| AVATARS / CRÉDITS : Alison Sudol - Bazzart
| SANG : Sang-mêlé, mais qu'est-ce que ça change ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa soeur à l'époque de leur enfance
| PATRONUS : Un renard blanc
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Copines comme gobelines | SUJET CLOS Ven 2 Mar - 22:05

Melody écouta l’histoire d’amour d’Andromeda et de son mari, Ted, avec beaucoup d’attention, comme une enfant écoute un conte de fée avant de s’endormir, avec des rêves plein l’esprit. Lorsqu’elle était enfant, elle avait longuement rêvé qu’un prince vienne la sauver des griffes de sa grand-mère. Elle avait longuement imaginé la scène : un homme grand, beau, musclé et gentil passait le pas de la porte, une épée à la lame, puis terrassait la vieille Kathleen Fawkes avant de sauver les deux petites et de demander la blonde en mariage après avoir déclamer sa flame de manière passionnée. Oui, Melody avait rêvé de nombreuses fois, mais personnes n’étaient venus les sauver, Raven et elle. Et puis, il y avait eu des hommes. Ils avaient peu à peu, tous d’une manière ou d’une autre, détériorés l’image qu’elle se faisait d’un prince charmant, d’un homme aimant, d’un être à aimer. La blondinette était maintenant une adulte accomplie, elle savait pertinemment que les princes n’existaient pas, que personne ne viendrait jamais la sauver. Elle savait que c’était à elle de prendre sa vie en main, de se débrouiller pour être saine et sauve. Croyait-elle encore à l’amour ? Oui, grâce à des histoire comme celle des époux Tonks. Rêvait-elle encore de trouver l’amour ? Surement, mais elle ne l’avouerait surement pas. "C’est une belle histoire" déclara Melody en souriant avec douceur à sa camarade de shopping.
La blondinette rit doucement lorsqu’Andromeda assura que les anciens Serdaigle se débrouillaient pour trouver des excuses plus intéressantes que les autres. "Si tu le dis ! Mais je ne connais pas vraiment d’ancien Serdaigle, je crois…" dit-elle en faisant mentalement la liste des hommes qu’elle connaissait et de leur maison. Se rendant compte qu’elle ne savait absolument pas à quelle maison avait appartenu le jeune Graves, elle se demanda laquelle aurait pu lui correspondre… Surement celle des aigles, puisqu’il semblait très intelligent, mais elle n’en était pas sûre. Andromeda demanda ensuite à la juriste si elle été sortie avec des hommes meilleurs que celui de l’histoire précédente. Cette question fit remonter des souvenirs à l’esprit de Melody. Oui, il y en avait eu des mieux, quoi que ce n’était pas difficile de faire mieux de toute façon. Mais en effet, Melody avait eu la chance de connaître l’amour, si l’on pouvait appeler ça comme ça. "Oui, un. Enfin, je suis sortie avec plusieurs hommes, mais je suis vraiment tombée amoureuse de l’un d’eux…" déclara-t-elle en murmurant presque. Il était n’était pas très grand, pas très musclé non plus d’ailleurs. Il n’était peut-être pas très beau non plus, mais la blondinette le trouvait magnifique. Ses cheveux bruns, ses yeux gris, et surtout son rire, faisait de lui un jeune homme très plaisant à regarder. Il était drôle et connaissait beaucoup de choses. Il était plus vieux qu’elle de trois ans, mais cela ne leur avait jamais posé de problème. Mais, comme avec tous les autres, cela s’était terminé… Un soir, alors qu’il pleuvait, ils s’étaient quittés. Les joues trempées à cause de la pluie, ou des larmes elle n’en savait rien, elle avait déambulé une bonne partie de la nuit dans les rue de Londres, sans vraiment savoir où aller, désirant seulement ne pas rentrer dans ce maudit manoir. "J’ai eu au moins la chance de connaître une belle histoire" dit Melody en souriant de manière nostalgique, se demandant si c’était la seule qu’elle ne connaîtrait jamais…  

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : © Schuylers
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nymphadora qui se transforme en Bellatrix
| PATRONUS : Une tortue marine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Copines comme gobelines | SUJET CLOS Lun 5 Mar - 11:31

L’histoire des époux maudits était shakespearienne et pouvait susciter l’émoi autour d’eux, l’amoureuse se contenta pourtant de hausser des épaules nonchalantes lorsque son amie qualifia leur histoire de belle. Son caractère suffisant, à de nombreux égards plus proche de la famille qui l’avaient rejetée que de celle qu’elle avait choisi, la conduisait parfois à très vite se refermer. La vie de Ted et Andromeda à un certain moment de leur existence avait été faite de larmes plus que de rires et il lui semblait que sa famille avait au moins réussi à ternir leur union par ses intolérables discours. Il y a de cela encore quelques mois, lors de sa conversation qui serait sa dernière avec ses deux soeurs, elle avait encore entendu son époux et leur fille de trois ans se faire insulter d’une manière qui l’avait profondément blessée. L’heure était encore à la guerre et elle vivait dans la peur constante de perdre ceux qu’elle aimait. Andromeda aurait troqué en un battement de cil le caractère romanesque de leur histoire contre la garantie de pouvoir la vivre sereinement. Elle vivait aujourd’hui autant dans le bonheur que dans la peur mais ne regrettait rien de ses choix passés. Si elle n’avait pas rencontré son mari, elle aurait sans doute contracté un mariage vide de sens et elle n’aurait rien eu à craindre comme elle n’aurait rien eu à perdre. Il était bien plus exaltant, dans la joie comme dans la peine, d’être vivante.

Une partie d’elle se trouva ainsi soulagée que la conversation dévie plutôt vers les histoires plus légères de son interlocutrice. « Tu étais dans quelle maison à l’école ? » voulut-elle savoir de but en blanc lorsqu’elle lui avoua ne connaître que peu d’aiglons. Il était toujours amusant de se laisser surprendre - ou bien au contraire de ne pas du tout s’étonner - du choix du chapeau ensorcelé qui répartissait toutes ces têtes de onze années. La jeune fille aurait bien imaginé son interlocutrice dans la maison des érudits, peut-être parce que beaucoup des personnes dont elle était le plus proche en étaient issues. Melody lui avoua bientôt également avoir connu l’amour mais comme elle en parlait au passé, la pudeur prit le pas sur la curiosité de la plus brune des deux qui se contenta de lui retourner un fin sourire. Leur histoire, comme toute histoire d’amour qui se termine, avait dû être douloureuse. « Pas de regret alors ? » l’interrogea-t-elle lorsqu’elle qualifia cette relation passée de belle. Son instinct la poussait à penser que, toutes les histoires d’amour les plus authentiques, même quand elles s’éteignaient et même quand elles causaient de la peine, étaient de celles qu’on ne devait jamais regretter. « Je veux dire - précisa-t-elle avec un nouvel haussement d’épaules - tu serais peut-être différente aujourd’hui si tu ne l’avais pas connu, non ? ». De ce point de vue là, regretter une histoire qui l’aurait marquée aurait également été regretter une version de soi dont on s’était défait, alors quel sens cela aurait-il bien pu avoir ? Les belles histoire d’amour faisaient généralement évoluer vers le meilleur et non vers le pire, supposait-elle un peu naïvement comme elle n’avait pour sa part connu qu’une seule histoire mais une histoire diablement épanouissante.


dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 190
| AVATARS / CRÉDITS : Alison Sudol - Bazzart
| SANG : Sang-mêlé, mais qu'est-ce que ça change ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa soeur à l'époque de leur enfance
| PATRONUS : Un renard blanc
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Copines comme gobelines | SUJET CLOS Lun 5 Mar - 14:38

Poudlard n’avait pas été une période particulièrement joyeuse pour la douce Melody. Bien qu’elle y avait des amis, comme Artemis, Astora, Morticia ou encore Baldr, elle y avait aussi des ennemis, surtout un d’ailleurs : Rodolphus Lestrange. Pourtant plus jeune qu’elle, le garçon l’avait pris en grippe dès le départ, faisant d’elle son souffre-douleur préféré. Il jouait avec elle comme un chat jouait avec une souris, n’hésitant pas à la maltraiter autant mentalement que physiquement. En bref, Poudlard avait été une période compliquée pour la blondinette, surtout à cause de la maison dans laquelle elle avait atterri : celle de Salazar Serpentard. En effet, sur les conseils de sa grande sœur, elle avait supplié le Choixpeau de l’envoyer chez les verts afin de ne pas provoquer la colère de sa grand-mère. Il falalit bien l’avouer, Melody n’avait rien à faire à Serpentard. C’était une enfant qui n’avait pas confiance en elle, apeurée souvent pour rien, douce, tendre et amicale, donc rien à voir avec ces perfides reptiles. Elle aurait mieux fait de laisser le chapeau magique choisir, il l’aurait surement envoyé dans une maison plus appropriée pour elle comme par exemple Serdaigle, puisqu’elle avait l’esprit vif et qu’elle pouvait se révéler parfois très intelligente. Malheureusement, on ne pouvait pas revenir en arrière et, de toute façon, ce passage dans les cachots l’avait forgé, faisant d’elle une femme plus forte et plus déterminée à s’en sortir, alors c’était mieux ainsi. "J’étais à Serpentard" déclara-t-elle avec un petit sourire. Les gens étaient souvent étonnés de savoir qu’elle venait de cette maison, sa naturelle bonté et sa douceur tranchant nettement avec ce qu’étaient les Serpentard généralement. "Et toi ?" demanda la juriste afin d’en savoir plus sur son interlocutrice. Elle se mit alors a échafaudé des hypothèses : peut-être était-elle une ancienne de Gryffondor, car il lui avait fallu beaucoup de courage pour tourner le dos à sa famille. Quoi qu’elle était encore une Black lorsqu’elle entra à l’école de magie, alors elle venait probablement de Serpentard, elle aussi, mais personne n’était à l’abri d’une petite surprise !
Lorsque la jeune Andromeda lui demanda si elle n’avait pas de regret concernant son ancienne relation amoureuse, la juriste fut surprise par cette question. Melody regrettait-elle d’être sortie avec Andrew ? Pas le moins du monde ! Elle l’avait aimé, beaucoup, et il lui avait bien rendu. C’était la seule personne a lui avoir dit je t’aime… Ils avaient vécu une grande et belle histoire d’amour, sincère et passionnée. Evidemment, elle ne serait pas la même aujourd’hui s’ils ne s’étaient jamais rencontrés. La seule chose qu’elle pouvait regretter, c’était que leur histoire avait pris fin sans qu’aucun des deux ne le souhaite vraiment… "Non, je ne regrette pas. C’était fort, comme relation, et si jamais je n’ai pas la chance de retrouver un jour l’amour, alors j’aurais au moins eu la chance de connaître une grande et belle histoire…" déclara Melody en souriant à Andromeda. La blondinette le savait, trouver l’amour n’était pas chose aisée, et peut-être que cela ne lui arriverait jamais plus. "J’aurai aimé avoir ta chance, tu sais" murmura-t-elle très bas, comme si elle ne voulait pas vraiment que cela soit entendu. Trouver la bonne personne dès le début peut sembler être un gâchis, comme si l’on ne pouvait pas profiter de notre jeunesse à cause de cela. Mais ça avait aussi un côté très rassurant, celui de savoir qu’on serait aimé une bonne partie de notre vie…  

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 188
| AVATARS / CRÉDITS : © Schuylers
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nymphadora qui se transforme en Bellatrix
| PATRONUS : Une tortue marine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Copines comme gobelines | SUJET CLOS Mer 7 Mar - 12:24

S’il y avait bien une personne qui ne jugeait pas les élèves envoyés dans la maison verte et argent, il s’agissait d’Andromeda Tonks, et pour cause. « Moi aussi » lui répondit-elle avec un sourire teinté de complicité. Elle connaissait de nombreuses personnes qui, issues de cette maison, avaient un très bon fond. Elle eut une pensée un peu triste pour son jeune cousin Regulus. La difficulté de ce nid de serpents tenait davantage au pouvoir que quelques élèves plus âgés ou parfois tout simplement plus charismatiques que d’autres opéraient sur les autres. Et en ces temps de guerre, elle souhaitait de tout son coeur que l’esprit droit du jeune garçon n’y cède pas. Mais il était jeune, tout comme elle avait été jeune quand on avait offert sa main à Walden Macnair. Et en bonne jeune fille impressionnable qu’elle était, elle avait été flattée au début par l’attention qu’un garçon beau et populaire lui offrait. « J’aimais bien cette maison - avoua-t-elle d’un ton égal en se remémorant ses années en tant que préfète et la figure de l'affable directeur de maison qu’était le maître de potions - je n’aimais simplement pas la plupart des élèves qui y étaient envoyés » avoua-t-elle dans un léger rire son individualisme qui s’était certes complu dans les cachots. La jeune Andromeda n’avait fait que y traîner dans la cape de ses soeurs Bellatrix et Narcissa mais s’était faite très peu d’amies et encore moins d’amies qui l’étaient restées après sa répudiation. « L’un de mes cousins a été envoyé à Gryffondor, et ma cousine Rosier a été envoyée à Poufsouffle - sauta-t-elle du cocatris à l’âne avec un sourire resplendissant de fierté - Je suis tellement impressionnée par le cran de cette nouvelle génération ! ». Elle-même n’en avait pas été dotée lorsque le choixpeau lui avait offert la possibilité de rejoindre la maison d’Helga Poufsouffle en lui promettant qu’elle y aurait appris à être juste ; son ambition l’avait faite céder aux sirènes de Salazar Serpentard qui lui promettait la grandeur pour sa famille. Elle n’avait pas pensé à l’époque que cette promesse - presque prophétique - ne concernerait pas son père Black mais sa fille Tonks.

Andromeda continua à lécher son sorbet, arrivant bientôt jusqu’au cône dont elle ne perdit pas une seule miette, pas plus qu’un seul mot des propos de Melody. Elle ne pouvait qu’apporter son agrément à des paroles aussi fortes, et son admiration également comme il était sans doute plus facile pour elle d’y agréer que pour Melody de les prononcer. Elle ne sait pas si elle même en aurait été capable si son mariage avait pris fin. Mais malgré les difficultés et les engueulades - qui étaient sans doute dans leur foyer plus nombreuses que dans un autre par ailleurs - jamais il n’avait été question de se séparer pour les jeunes mariés. Lorsque la juriste finit en vantant sa chance, elle manqua par contre de s’étouffer avec son cône et dut tousser à plusieurs reprises dans sa serviette pour s’en remettre. « Ma chance ? - s’étonna-t-elle un peu vivement - Ma chance aurait été de naître dans une autre famille ! » ne put-elle que répondre. Il ne semblait pas à Andromeda qu’elle aimait Ted en dépit de ses différences ni pour ses différences mais qu’elle l’aimait tout simplement. Leur histoire aurait sans doute été moins shakespearienne si elle n’était pas née Black mais elle était persuadée que leur amour n’en aurait pas été affaibli. La seule différence serait que sa famille - ainsi que sa belle famille Lestrange - n’aurait pas placé une cible sur le dos de son époux et de leur enfant. Et cela lui semblait-il, cela aurait été une sacrée chance !

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 190
| AVATARS / CRÉDITS : Alison Sudol - Bazzart
| SANG : Sang-mêlé, mais qu'est-ce que ça change ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa soeur à l'époque de leur enfance
| PATRONUS : Un renard blanc
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Copines comme gobelines | SUJET CLOS Dim 11 Mar - 17:23

La douce Andromeda rassura Melody en déclarant qu’elle aussi avait été à Serpentard. Toutes deux étaient bien la preuve vivante que tous les verts n’étaient pas des êtres aux idées abjectes et au comportement plus que douteux. Il fallait avouer que nombre des adeptes du nouveau mage noir sortaient tout droit de la maison de Salazar Serpentard… Alors que la juriste était tout le contraire : elle croyait en l’égalité et la tolérance, elle était donc bien loin du côté du mal. Heureusement, il n’y avait pas qu’elle et Andromeda qui était sortie des cachots de Poudlard sans avoir de telles pensées. La remarque de la jeune mère de famille sur les élèves de cette maison et sur celle-ci fit réfléchir la blondinette qui se demanda ce qu’il en était pour elle. Que pensait-elle des élèves de Serpentard, finalement ? Il y avait bien eu Astora et Artémis, ses deux grandes amies de l’époque qu’elle avait vraiment beaucoup aimées. Mais il y avait aussi Rodolphus Lestrange, son pire ennemi, celui dont elle avait le plus peur après sa grand-mère… Et la maison en elle-même, qu’en pensait-elle ? Déjà, elle se situait dans les cachots, ce qui était un peu trop sombre pour la lumineuse petite blonde. Ensuite, l’ambiance n’y était pas vraiment au beau fixe… Bon, en résumé, ce n’était peut-être pas la meilleure maison des quatre, ou tout du moins pas celle qui correspondait le plus à la cadette Fawkes lorsqu’elle était en âge de fréquenter Poudlard. Peut-être aurait-elle mieux fait d’écouter le vieux Choixpeau et de rejoindre la maison des aiglons, les Serdaigle ? Aurait-elle pu s’épanouir là-bas ? Peut-être, surement même, mais il était trop tard pour se le demander et la blondinette n’était pas du genre à ressasser cet aspect-là de son passé. Melody leva des yeux surpris lorsqu’elle entendit Andromeda parler de la répartition de certains de ses cousins. N’ayant plus de famille, donc pas de petits cousins ou des personnes de ce genre-là autour d’elle, Melody n’avait pas conscience de la petite révolution qui était en train de se faire au sein de l’école magique. « En effet ! Ce n’est pas pendant la tienne ou la mienne que cela se serait produit ! Oh bien sûr, il y avait quelques cas de Sang-purs entrant dans d’autres maisons que Serpentard, mais si peu… » dit-elle en se souvenant du cas de Basil Carrow.
Soudain, la jeune Tonks se mit à tousser. La réflexion de Melody venait visiblement de lui faire avaler de travers… La juriste se senti soudain mal : avait-elle dit quelque chose qu’il ne fallait pas ? Quelque chose de choquant ? Quand Andromeda ouvrit la bouche, dont des mots sortirent, Melody compris sa maladresse. Elle regarda tout d’abord son interlocutrice sans rien dire, en cherchant ses mots. « Je parlais de toi et ton mari… » murmura-t-elle, un peu mal à l’aise. Evidemment, Andromeda devait avoir mal pris ce que la juriste avait dit, celle-ci s’étant peut-être mal exprimée. « Tu sais, question famille, je pense que tu n’es pas la seule… » déclara-t-elle en pensant à son propre cas et en faisant un petit sourire contrit. En effet, elle non plus n’avait pas eu de chance quant à la famille dans laquelle elle était née. Cela leur faisait un autre point commun.  

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Copines comme gobelines | SUJET CLOS

Revenir en haut Aller en bas

Copines comme gobelines | SUJET CLOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» Un matin à la volière... [sujet clos]
» découverte d'un FNI: félin non identifié! (pv fely) sujet clos
» Une porte s'ouvre alors qu'une autre se ferme [Sujet clos]
» La vie en rose ...
» [Sujet clos] Le dernier recours en situation désespérément désespérée est resté, reste et restera toujours l'appel au secours. [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Le chemin de traverse :: 
Madame Guippure
-