Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

Amitié? Haine? Confusion? (Cole)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 433
| AVATARS / CRÉDITS : Katherine Mc Namara
| SANG : Sang mêlée


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Serpent
| PATRONUS : Loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Amitié? Haine? Confusion? (Cole) Dim 18 Fév - 19:21

Kalia était vraiment très excitée ce matin. Depuis quelques mois, elle essayait de discuter avec Cole Mulciber, un serpentard que bon nombre de ces camarades trouvaient désagréable. Mais elle avait vu quelque chose dans ce garçon qu’elle trouvait adorable. Il essayait de faire le gros dur mais il semblait gentil en fait intérieurement, elle était sûre que c’était simplement une façade ! Bref, Mme pensait qu’il méritait à être connu ! Voilà pour cette raison que plusieurs fois ces derniers mois, elle était aller le voir afin de lui parler. Évidement, la première fois, quelque peu surpris par cette rencontre, le garçon avait été un peu dédaigneux avec elle. Mais uniquement parce qu’elle l'avait abordé sûrement de manière un peu trop direct auprès de tous ses amis. Depuis ce moment, des qu’elle le croisait, elle allait l'aborder pour lui parler. Celui-ci avait une façon de parler un peu sèche mais ce n'est pas grave ! Ses amis ne cessait de lui répéter qu'il l'envoyait seulement bouler et qu'il ne l'appréciait pas du tout. Ils ne cessaient de lui parler de maison, de nature de sang et autre chose du style mais la jeune fille était persuadée qu'ils se trompaient et qu’ils comprenaient simplement tout de travers. Kalia avait même la sensation qu'ils étaient devenus amis mais il semblerait que cette supposition n’était partagée que d'elle. Kalia était cependant persuadée que Cole avait fini par l’apprécier.  


Enfin, ce matin, elle avait reçu un hibou du garçon lui demandant de le retrouver dans la tour d'astronomie après le repas du midi. C’était la première fois qu’il prenait l'initiative de vouloir discuter avec elle, elle était donc ravie de savoir qu'il voulait discuter avec elle. Il avait cependant bien préciser qu’elle ne devait en parler à personne ! Elle s’était donc éclipsée à la fin du repas en prétextant un détour à la bibliothèque pour rejoindre son camarade. Elle grimpa la grande tour et ouvrit la porte de la tour.En journée, elle était déserte, ce qui permettait de rencontrer des gens discrètrement. Elle était éclairée et vit que Cole l'attendait déjà. "Bonjour Cole, comment vas-tu ? Tu as passé une bonne journée ? En tout cas, je suis contente de te voir, tu voulais me voir pour une raison précise ou simplement pour discuter" lui demanda t'elle avec un grand sourire franc. Cole ne semblait pas particulièrement ravi mais il était sûrement fatigué ou il pensait à quelque chose qui le préoccupait. Kalia était sûre qu’elle réussirait à lui rendre le sourire. Elle était contente que cette amitié se concrétise enfin, ils pourraient devenir de vrais amis comme avec Lily ou Greta. Elle pensait déjà aux futures discussions ou aides qu’ils auraient l'un envers l'autre. Il était évident qu'elle était crédule et que Cole n'avait pas du tout le même avis mais elle ne s’en rendait pas compte.  


Puis elle essaya d'avancer afin de rejoindre le Serpentard mais elle se prit les pieds dans quelque chose qui traînait par terre et trébucha de manière magistrale. Cependant, elle était déjà proche du garçon alors en tombant elle lui donna un coup de tête et ils tombèrent tous les deux au même moment dans un grand fracas. "oh je suis désolée Cole, je ne t'ai pas fait aïe" dit elle en se prenant la tête dans les mains le coup avait été violent " mal "finit elle par dire. Ils se relevèrent tous les deux mais Cole semblait encore plus énervé qu’à l’initiale en se frottant la tête également.  
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 163
| AVATARS / CRÉDITS : C.Monaghan (skywalkers)
| SANG : Poses des questions pertinentes !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Serpent
| PATRONUS : Crocodile
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Amitié? Haine? Confusion? (Cole) Dim 25 Fév - 22:47

Il était grand temps pour Mulciber de mettre les points sur les i. Cela faisait plusieurs mois déjà, peut-être même depuis le début de l’année que cette satanée Gryffondor venait le voir. Non seulement, elle venait à sa rencontre, mais elle tentait d’engager une conversation. Le Serpentard se souvenait encore de la première fois que cette harpie avait osé venir lui parler. Il était en compagnie de la bande des Serpentards, Avery, Wilkes et peut-être même Rogue. Enfin, elle était arrivée comme un crin de licorne dans une baguette, carrément à l’improviste. Tout le petit groupe en avait été surpris et la surprit s’était accentuée quand elle s’était adressée directement à Mulciber. De quel droit cette fichue sang-mêlé pensait-elle pouvoir lui parler de cette manière ? D’être aussi familière ? La surprise n’était pas restée longtemps et son visage s’était métamorphosé en un instant. Les lèvres serrées, le regard dur, il avait émis un sifflement dédaigneux avant de continuer son chemin, non sans la bousculer légèrement. En faisant exprès, bien évidemment. Cependant, quand le Serpentard aurait pensé que sa camarade aurait abandonné ses faux-espoirs, elle avait persisté. Pire, elle l’avait presque harcelée. Peut-être avait-elle réfléchi, mais elle ne l’abordait que lorsqu’il était seul. Mais même lors de ces brèves entrevues non-consenties, il craignait d’être vu en sa compagnie et faisait tout pour la faire déguerpir aussitôt. Mais la jeune fille était persévérante et ne cessait de revenir à la charge. Ainsi, aujourd’hui, il avait décidé de prendre les choses en main et de lui faire comprendre qu’il n’était aucunement intéressé par ce qu’elle avait ou non à lui proposer. Il ne souhaitait pas qu’il se crée le moindre lien entre eux. Il était sorti la salle commune plus tôt dans la matinée pour se rendre à la volière en toute discrétion. De là-bas, il avait écrit à la va-vite sur un bout de parchemin un mot à sa camarade pour lui sommer de le rejoindre à la Tour d’Astronomie avec le repas, de n’en parler à personne et surtout, de venir seule. Il avait réquisitionné un hibou de l’école et l’avait envoyé. Il espérait qu’elle comprenne bien le message et qu’elle ne se fasse aucune illusion…

Il était arrivé en avance au lieu de rendez-vous. Il avait prétendu devoir aller à la bibliothèque et Avery avait haussé les épaules sans poser davantage des questions. C’est qu’il appréciait chez lui, dans leur relation. Ils n’étaient pas invasifs dans la vie de l’autre, ce qui leur permettait d’avoir leurs petites affaires chacun de leur côté, sans l’obligation de devoir tout se dire. Il était impatient et plus les minutes défilaient sur le cadran de sa montre, plus l’énervement s’accentuait. Il n’était pas sûr de pouvoir contenir son sang-froid avec la Gryffondor. Mais s’il commençait par être agressif dès les premiers instants, son plan ne fonctionnerait pas et la discussion ne mènerait nulle part. Le regard perdu sur l’horizon, il tentait vainement d’abaisser son rythme cardiaque. La patience n’avait jamais été son fort et sa mère ne cessait de le lui reprocher. Mais c’était sa nature et il n’était pas prêt à faire l’effort de changer pour eux. En entendant le résonnement des pas dans la cage d’escalier, il se retourna vivement faisant voleter le bas de sa cape. Quelques secondes plus tard, Kalia Lumpik faisait son apparition, un sourire sot peint sur son visage. Argh, déjà l’exaspération se faisait sentir et il se mordit l’intérieur de sa lèvre inférieure pour retenir un flot sanglant de répliques. Mas maintenant. Il eut un haussement de sourcils lorsqu’elle se montra familière avec lui, l’appelant par son prénom, ou plutôt son diminutif (mais personne, jamais, ne l’appeler Colbert). Puis au haussement de sourcils céda le roulement des yeux. Il fallait abréger, sinon elle serait capable de lui demander des nouvelles de sa famille ou de l’interroger sur ses goûts. Un frisson de dégoût lui parcourut l’échine. « Lumpik. Nous avons des choses à mettre au point. » Simple, concis. Il ne voulait pas perdre de temps en conjecture et encore moins en sa compagnie. La Tour d’Astronomie était libre en temps normal dans la journée, mais un visiteur non-désiré pouvait toujours pointer sa tête de goule là où on souhaitait rester discret. Il l’observa avancer de quelques pas, puis l’instant d’après, elle s’étalait de tout son flan, entraînant dans sa chute le Serpentard, lui donnant un coup de tête dans la mâchoire au passage. Les fesses au sol, il repoussa sans délicatesse la jeune fille et se releva à la hâte. Il n’eut aucun geste pour l’aider d’aucune manière. Il était trop occupé à épousseter sa cape et ses affaires pour cela. « Tâches de faire attention. Je pourrais ne pas être aussi clément avec toi. » Il passa ses longs doigts le long de sa mâchoire, où il avait reçu le coup, en toisant la Gryffondor face à lui. Puis sans transition ni explication, il lança, « Il faut arrêter. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 433
| AVATARS / CRÉDITS : Katherine Mc Namara
| SANG : Sang mêlée


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Serpent
| PATRONUS : Loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Amitié? Haine? Confusion? (Cole) Lun 5 Mar - 17:04

En grimpant les nombreuses marches qui menaient à la tour, la jeune fille se demandait de quoi Cole pouvait bien vouloir lui parler, peut-être des examens, de leur amitié ou simplement d’eux deux, prendre des nouvelles l’un de l’autre, après tout, ils n’avaient pas eu leur première discussion sérieuse. Ses pas résonnaient dans l’escalier de pierre et elle avait peur d’être en retard. Il était d’ailleurs arrivé avant elle, elle s’excusa donc du retard bien qu’elle ait cinq minutes d’avance sur l’heure convenue. Lorsqu’elle avait dit à ses amies qu’elle devait aller à la bibliothèque, elles s’étaient toutes précipitées pour l’accompagner, l’aider. Elle avait réussi à les semer en inventant une excuse mais elle se sentait mal, elle n’aimait pas mentir, elle se promit de leur dire toute la vérité un peu plus tard. Malgré tout, elle avait tout fait pour améliorer la situation puisqu’elle leur avait dit qu’elle ne voulait pas qu’elles gâchent ce bel après-midi en restant enfermé dans une salle.
Cole fronça les sourcils en entendant son diminutif, elle se demanda donc s’il n’appréciait pas ce surnom. Il lui dit de manière plutôt froide qu’ils avaient des points à régler. "Bien sûr, je m’excuse tu préfères surement Colbert ou Coco, à moins que tu souhaites que je t’en trouve un nouveau ?" Son regard ne s’améliora pas et il ne cessait de regarder autour de lui, elle se demanda s’il avait un problème mais décida de ne pas le questionner davantage. Lorsque sa chute les fit arriver tous deux à terre, il se releva brusquement et épousseta sa cape, elle était vraiment maladroite mais qui avait eu la merveilleuse idée de laisser un câble trainer par terre alors que nous étions dans la tour d’Astronomie. Elle se releva à sa suite tout en faisant attention à l’endroit où elle mettait les pieds, il s’écarta d’un pas pour la laisser respirer, c’était très courtois de sa part. Puis, il lui dit de faire attention, il voulait simplement la prévenir. "Il faut arrêter" dit-il d’un ton incisif. "Oui Colbert, mais ne t’inquiètes pas, je ne me suis pas fait mal, c’est gentil de t’inquiéter et je te promets de faire attention à l’avenir" dit-elle en le regardant droit dans les yeux, elle se fit d’ailleurs la remarque qu’il avait des yeux magnifiques mais elle se retint de lui dire pour ne pas le gêner. Il semblait bien que la Gryffondor comprenait tout de travers, elle était persuadée qu’il voulait simplement la protéger, de ses amis pas aussi gentils que lui, de ses propres bêtises. Il avait un noble cœur, elle se demandait bien pourquoi il avait fini à Serpentard où il subissait de mauvaises influences. Mais malgré tout, il était présent, ici, avec elle. "Colbert, tu vas bien, tu as des yeux fatigués et tu ne cesses de regarder partout ?"
Cela lui faisait bizarre d’être dans la tour d’astronomie. Bien que participant à cette option, il ne se déroulait que très rarement en cet endroit. Elle prit quelques minutes pour détailler leur environnement, le plafond était en forme de dôme ouvrable, il y avait des télescopes partout, la pièce était magnifique, très riche en objets, c’était un lieu de rendez-vous original avec une vue tout simplement sublime. Le balcon étant ouvert, en posant les yeux dessus, la jeune fille fut fascinée et se précipita vers celui-ci. " Regarde ! Viens voir Colbert, la vue d’ici est magnifique, l’horizon n’a pas de fin, on voit le lac, la forêt ! " Il ronchonna mais la rejoint malgré tout. Il n’était pas enchanté mais ne put cacher ce qu’il ressentait face à cette vue éblouissante. Cependant, il se reprit très vite et remit son masque d’impassibilité.  Elle aurait bien aimé pouvoir casser ce masque et le faire sourire, qu’il puisse profiter de ces quelques instants en toute tranquillité. "Pardon, je me suis égarée dans mes pensées avec ce panorama, tu voulais me parler mais je n’ai réussi qu’à te donner un coup, te faire tomber et te faire tourner partout !" Elle était très sérieuse mais elle se rendit compte à son énumération qu’elle avait fait n’importe quoi alors qu’ils n’étaient ensemble que depuis quelques minutes. "Il semblerait vraiment que je doive faire attention, je suis un peu trop dans la lune, et un peu maladroite aussi" Elle le détailla et remarqua qu’il était moins grand qu’elle ne le pensait. « C’est une chose que j’ai toujours admiré chez toi, tu es gentil, tu sembles toujours sur de toi, il émane de toi une certaine aura, du charisme, on a envie de te suivre, je suis contente d’être devenue ton amie ». Elle avait dit ces derniers mots avec un grand sourire, elle le pensait sincèrement, il deviendrait un grand homme sur lequel on pourrait compter, elle en était sûre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 163
| AVATARS / CRÉDITS : C.Monaghan (skywalkers)
| SANG : Poses des questions pertinentes !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Serpent
| PATRONUS : Crocodile
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Amitié? Haine? Confusion? (Cole) Lun 19 Mar - 19:55

Les manières de cette rouquine ne lui plaisaient définitivement pas. Elle était intrusif et il n’aimait pas ça du tout. Néanmoins, il devait faire les choses dans les règles et ne pas tout précipiter. Le garçon s’était promis de ne pas céder aux excès de colère, afin de ne pas s’éloigner du propos initial. Mais c’était sans compter sur le caractère de sa camarade, caractère qu’il avait grandement sous-estimé, et oublié dans son équation. Kalia Lumpik n’avait pas l’air sotte et il fut soulagé lorsqu’elle se rendit compte de son erreur. Son soulagement fut, cependant, de très courte durée. L’affaire semblait plus hardie qu’il ne se l’imaginait. Il lui faudrait être patient avec cette Gryffondor, s’il voulait que tout fonctionne comme prévu. Le Serpentard prit une grande inspiration et qu’il expira ensuite par ses narines. Il ferma ses paupières deux secondes, tout en continuant son exercice de respiration. C’était sa mère qui lui avait conseillé cette méthode pour se calmer et reprendre ses esprits. Jusque-là, la méthode s’était montrée efficace, mais depuis que sa camarade l’avait rejoint, il avait dû mal. Il préféra éviter de répondre aux interrogations sur la dénomination à adopter pour l’appeler. Cette question est une peine perdue, inutile pour lui de s’y attarder et d’user ses efforts en vain. L’air l’aidait à assembler ses pensées, mais il restait sur ses gardes. De temps à autre, il jetait des regards autour d’eux et d’autres vers la cage d’escalier de peur de voir quelqu’un surgir. Il ne fallait surtout pas que ses camarades de maison le trouvent ici, et surtout en si mauvaise compagnie. 

Le bas de la cape encore poussiéreux, il fixait sa camarade. Le sujet principal avait été lancé et contrairement à ce qu’il avait espéré, elle comprit tout de travers. Était-ce possible d’être aussi à l’ouest que cela ? Le garçon ne pouvait s’empêcher de s’étonner de constater à quel point son interlocutrice était bien naïve. Peut-être le faisait-elle exprès, afin de voir le meilleur de chaque situation ? Peu importait la raison, il était exaspérant d’y assister. Cole ne pouvait se résoudre d’envisager une personne aussi naïve. C’était pour lui, quelque chose d’inconcevable. Il l’écouta déblatérer seule en pensant qu’il s’inquiétait pour sa santé. Il ne prit pas la peine ni de hocher la tête ni d’émettre le moindre son. Seules ses lèvres qui se serraient l’une contre l’autre pouvaient témoigner de son état d’esprit. Puis une énième question le fit réagir. Il ne pouvait plus la laisser parler dans le vide et ne pas réagir, jamais cette méthode ne fonctionnerait. « Stop. La façon dont je me porte ne te concerne pas et c’est pareil pour toi, je me fiche de savoir comment tu vas. » Il s’arrêta un instant avant de reprendre. « Nous devons faire vite, je n’ai pas toute ma journée à t’accorder. Alors réglons ça rapidement, tu veux. » Ce n’était pas une question, plutôt une indication. Ils avaient passé suffisamment de temps ensemble. S’il restait plus longtemps, il y avait des chances pour qu’il explose et ne fasse quelque chose d’imprudent et impulsif. En la voyant se précipiter vers la balustrade, il fut pris de court. L’avait-elle seulement écouté ? Il n’avait l’habitude de parler dans le vide et la situation ne lui convenait absolument pas. Il se devait de reprendre le dessus et peut-être arriverait-il à lui faire comprendre. Ses doigts se refermèrent lentement sur eux-mêmes, jusqu’à faire blanchir ses jointures. Il se força à desserrer sa mâchoire, avant d’avancer à son tour vers le bord. La vue est imprenable, elle n’avait pas tort. À côté de lui, il l’entendait énumérer toutes les maladresses dont elle avait fait preuve. « Je ne te le fais pas dire… » marmonna-t-il lorsqu’elle mentionna son manque d’attention. Il l’écoutait d’une oreille distraite et attendait avec toute la patience qu’il lui restait pour ne pas l’interrompre en pleine tirade. Il ne put se retenir de penser à quel point elle était bavarde. Ses amis l’interrompaient-ils lorsqu’elle se lançait dans un flot interminable de paroles ? Finalement, pendant dix bonnes secondes, il eut un silence entre eux. Lentement, il réalisa ce qu’elle venait de dire. L’information remonta en lui comme une bulle à la surface de l’eau. « Quoi ? » Il s’était tourné vers elle dans un bruissement de cape. « Qu’est-ce que tu viens de dire ? » Non, non, non. Non, ce n’était pas possible. Elle ne venait pas de prononcer ce mot. Pourtant, en l’observant, un grand sourire niais peint sur son visage, elle semblait y croire dur comme fer. Mais Merlin en soit témoin, il se contenait, mais ça devait de plus en plus difficile. Il respirait difficilement et ses mains étaient secouées de petits tremblements incontrôlées. « Non. Je crois rêver. Non, tu ne viens pas de dire ce que tu as dit. Ce n’est pas possible. » Son cerveau allait exploser. Comment avait-elle pu penser cela ? Lui avait-il donné des faux-espoirs ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 433
| AVATARS / CRÉDITS : Katherine Mc Namara
| SANG : Sang mêlée


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Serpent
| PATRONUS : Loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Amitié? Haine? Confusion? (Cole) Ven 6 Avr - 21:14

Il faisait vraiment très beau aujourd'hui, le soleil glissait peu à peu dans la tout et éclairait les cheveux de Kalia en lui donnant des reflets aux couleurs du feu. Les cheveux du garçon, ressemblant à ceux de la Gryffone faisait les mêmes nuances. De plus, les couleurs vertes de sa cravate faisait ressortir les cheveux et les yeux du garçon. En tant que personne extérieure, elle trouvait le garçon très élégant et très beau mais les sentiments qu'elle avait envers lui était purement amicaux. Elle aimait se trouver si haut. Le vertige qu'elle ressentait à cette hauteur ne lui fit pas pour autant oublier la beauté de ce lieu. Il était bien triste que l'on ne se rendait ici uniquement la nuit bien que l’endroit soit un cadre idéal pour observer les étoiles. Elle nota dans un coin de sa tête que si elle devait un jour donner rendez vous à un garçon, elle le ferait ici plutôt que dans le jardin. Cependant, elle se trouvait à ce moment juste en face d'un garçon qui ne semblait pas particulièrement heureux mais après tout, elle venait de le bousculer et il avait fini les quatre fers en l'air ce qui devait terriblement le gêner. Après tout, c était un garçon fier qui aimait se sentir plus haut que les autres et la situation n'a absolument pas du lui plaire, elle décida donc de s'excuser à nouveau pour le mettre d'une humeur plus joviale. "Je suis sincèrement désolée de t'avoir bousculé, ma maladresse m’étonne moi-même parfois". Elle était à moitié perdue dans ses pensées lorsque le garçon l’apostropha de manière plutôt agitée, elle fut surprise par ce soudain accès de testostérone. "Je ne comprend pas Cole, est ce que j'ai fait quelque chose qui t'a dérangé, est ce que tu es stressé ? Tu veux qu'on en discute ?". Il y avait de toute évidence quelque chose qui perturbait ou embêtait le serpentard. Elle s’en voulait et espérait qu'elle n'y était pour rien, elle voulait faire quelque chose pour qu'il aille mieux. Car après tout, les amis était fait pour ça non ? " très bien, je veux bien faire au plus vite mais que veux-tu que l'on fasse ? Que souhaites tu régler ?" Le garçon était d’agréable compagnie et elle appréciait de pouvoir discuter avec lui. Ce lieu calme était propice à la réflexion et à la discussion.

A ce moment-là, lorsqu'elle s'enfuit sur le bord, elle sentait qu’elle avait crispé Cole, après tout, elle l'avait coupé en pleine discussion mais des vues comme cela était unique et elle ne pouvait l’ignorer. Même lui, un court instant, elle vit dans ses yeux l’émerveillement et la perte de sa voix bien qu’il ne soit pas très bavard. Quelques secondes passèrent ou aucun des deux ne dit la moindre phrase, le moindre mot, ils étaient simplement fascinés et profitaient de ces quelques instants hors du temps. Si seulement ce genre de moments pouvaient être plus réguliers, je pense que tout le monde comprendrait que la vie ést faite de petits moments comme celui-ci, simples mais qui apportent beaucoup. Elle fut un peu déçu de voir Cole se détourner du balcon mais après tout, ils étaient la car ils devaient discuter alors autant régler cette histoire dont Kalia ignorait tout et lui laissa prendre la parole afin de pouvoir revenir à des sujets plus gais.
Vu qu'il ne semblait pas être prêt à parler, elle décida de s'excuser à nouveau pour toutes ces erreurs et elle entendit la réponse du garçon "Je ne te le fais pas dire". Elle ne pouvait pas lui en vouloir, il avait bien le droit d’être légèrement agacé. Elle lui fit un petit sourire afin qu'il comprenne qu'elle était sincère et essayer de le mettre en confiance. "Tu sais, je voulais te dire, je t'apprécie vraiment, tu es quelqu'un d’extraordinaire !" Elle commença à parler d’une voix douce et posée afin qu'il sache tout ce qu'elle pensait de lui lorsque Cole eut un mouvement étrange et ne cessa de répéter les mêmes mots et les mêmes phrases et tout son corps fut bientôt secoué de tremblements. Kalia se mit à paniquer, elle ne comprenait pas ce qui lui arriver. Que venait-elle de dire qui pouvait l'avoir mis dans un tel état. Elle se précipita à ses côtés, il était à moitié par terre et il avait ses bras sur ses yeux. Elle se précipita à ses côtés, s'accroupit pour se mettre à sa hauteur et prit ses mains dans les siennes en le regardant droit dans les yeux et essaya de le calmer. "Qu'est ce que tu as Cole, je ne comprend pas, qu’est ce que j'ai dit ? S'il te plait Cole répond moi tu m’inquiètes, tu te sens mal ? Tu es malade." Elle dit tout ça d’un air complètement paniqué, était-il soudainement malade. Elle voulait l'aider mais il semblait en état de choc. Elle était réellement inquiète et le silence persistant de son ami ne fit rien pour améliorer l’état toujours plus paniqué de la jeune rousse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 163
| AVATARS / CRÉDITS : C.Monaghan (skywalkers)
| SANG : Poses des questions pertinentes !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Serpent
| PATRONUS : Crocodile
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Amitié? Haine? Confusion? (Cole) Ven 20 Avr - 19:25

Dans d’autres circonstances, il aurait pu être plausible que le garçon ressente une certaine compassion pour sa camarade. Elle semblait réellement prête à adoucir les angles et le mettre dans de bonnes conditions. C’était sans compter son mauvais caractère, de toute évidence. Néanmoins, dans le cas présent, ce n’était une option envisageable. Il ne pouvait pas se permettre de faire copain-copain avec toutes les âmes en peine de Poudlard. Les haussements de sourcils et les roulements des yeux étaient fréquents. Il se surprit lui-même à l’écouter déblatérer sur sa maladresse, se faisant des petits commentaires intérieurs. Que lui arrivait-il ? Il ne fallait pas céder. Etait-ce une ruse de sa part pour qu’il s’apitoie et baisse sa garde ? Il parvint à reprendre la main sur la discussion qui s’éloignait de plus en plus de l’objectif. Bien les bases étaient posés. Il observa la jeune fille dont l’expression changea : son grand sourire et son esprit jovial laissèrent la place à une certaine incompréhension, de la surprise. Cette dernière étonna le garçon. La surprise qui s’affichait sur son visage ne pouvait être feinte. Ne savait-elle vraiment pas pourquoi il lui avait demandé de le rejoindre ? « Je viens de te dire que la façon dont je me porte ne te concernait pas. Mais oui, il y a quelque chose qui me dérange. » Il marqua une pause, cherchant une façon moins abrupte de lui dire ce qu’il souhaitait. Apparemment, son caractère conciliant allait lui faciliter la tâche. Elle était prête à faire des efforts. « Nous devons parler. De nous. Enfin, pas de nous, mais de ça. » Mimant son propos avec ses mains, il fit agita sa main entre eux, n’arrivant pas lui-même à définir ce qu’il se passait. Les choses lui avaient échapper des mains et cette perte de contrôle ne lui plaisait pas. Il se devait de rendre le maîtrise de la situation.

Le regard au-delà du balcon, il voyait les rayons du soleil atteindre la montagne de l’autre côté du lac. La vue était paisible, un grand contraste avec ses propres pensées. A l’intérieur de sa tête, le temps était davantage comparable à une tempête, qu’un paisible jour de printemps. Bien évidemment, Mulciber n’allait pas se plaindre des compliments que sa camarade lui faisait, c’était toujours très satisfaisant et un bon coup pour son égo. L’ambiance était moins tendu entre eux. Ce n’était pas prévu, toutefois, il ne s’en plaindrait pas. Cole était parvenu à retrouver une respiration plus calme (toujours rapide et sujette à des brusques changements). La voix douce de Kalia s’accordait parfaitement au temps clair face autour d’eux. Quand brusquement, tout changea. Il prenait conscience qu’elle se fourvoyait et énormément. La manière dont cela s’était produit lui échappait totalement. Le souffle court, il avait du mal à reprendre consistance. Et les notes paniquée dans la voix de la Gryffondor ne l’aidait absolument pas. Pouvait-elle se taire ? Il se doutait qu’elle ne pensait pas à mal et tentait sans doute de trouver des solutions pour lui venir en aide. Cependant, à ce moment-là, il souhaitait du calme et qu’elle se taise par tous les moyens. Le Serpentard avait perdu la notion de ce qui se passait autour de lui. Lorsqu’elle lui prit les mains, cela eut sur lui l’effet d’une décharge électrique. Il retira vivement ses mains, se leva pour faire les cent pas dans la pièce. Puis, sans avertissement, il s’arrêta net. Il lui tournait le dos. « Je ne sais pas ce que tu t’es imaginé mais il faut que tu arrêtes. Tes petits idéaux de Gryffondor sont risibles et je n’ai pas de temps à perdre. » Ses paroles étaient sorties d’une traite, malgré sa respiration haletante. « Si tu persistes à croire que nous… nous… » Le mot avait du mal à franchir ses lèvres. « Que nous sommes amis », un frisson lui traversa le haut du corps, « saches, que tu as tort. Et si c’est le cas, tu es plus naïve que je ne le pensais. » Finalement, la diplomatie et les détours n’étaient plus de mise. Le choc l’avait transformé, lui avait remis les idées en place et parlait pour lui. A présent, Cole lui faisait face. Il fallait qu’elle comprenne qu’il était sérieux. « Mais tu continues à persévérer de cette façon, il t’arrivera des ennuis et tu ne pourras pas te plaindre. » Il lui laissa quelques secondes afin de lui permettre de comprendre tout ce qu’il venait de lui dire, avant d’ajouter. « Je t’aurais prévenue. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 433
| AVATARS / CRÉDITS : Katherine Mc Namara
| SANG : Sang mêlée


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Serpent
| PATRONUS : Loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Amitié? Haine? Confusion? (Cole) Dim 22 Avr - 21:52

Kalia appréciait ce beau temps, elle appréciait également Cole bien que celui-ci ne semblait pas avoir le même avis. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas réussi à avoir une paix intérieure comme celle-ci. Etre avec Cole la calmait car il avait toujours un visage apaisé ou tout du moins ne laissait pas transparaître ses émotions. Cependant, lorsqu'on regardait bien, on pouvait apercevoir des changements très légers dans ses traits selon ses émotions. Et ainsi, depuis le début de leur conversation, il y avait eu de la stupeur, des haussements de sourcils, des réflexions intenses, des demi sourires, toute sortes de réactions à peine perceptibles. Mais Kalia les avait tous remarqués et avait essayé de les interpréter au mieux ! Sa réaction peinant un peu la jeune rousse mais il n’avait peut-être pas envie qu'elle soit trop intrusive ce qu'elle pouvait comprendre. "Tu as raison, je suis désolée, sincèrement, je ne voulais pas te mettre mal à l'aise Cole !" elle lui fit un sourire timide pour ne pas le brusquer. Elle l’appréciait mais elle comprenait évidement ses réserves et son état d'esprit, après tout il était serpentard, l’état d’esprit n’était pas le même, les mentalités non plus, la vie n’était pas la même, c’était en quelque sorte des parallèles. Et les lions et les serpents étaient les plus éloignés les uns des autres. Kalia devrait donc réussir à s’habituer et à briser les défenses de Cole. « C'est en effet pour cela que nous sommes là Cole, pour discuter.  

Le paysage était tellement extraordinaire, Kalia resta accoudée plusieurs minutes en ne profitant que du silence commun aux deux et apprécié cette douceur et ce calme. Le temps était superbe, le soleil était à son zénith et créait des reflets de différentes couleurs dans le ciel. C’était un des plus beaux paysages que Kalia n'avait jamais vu, mais aujourd'hui, elle n’était pas la pour ça mais pour discuter avec Cole et c'est bien ce qu'elle comptait faire. "Je ne suis pas complètement folle, ni naïve Cole, je sais très bien qu’à Poudlard, malgré tous les beaux idéaux, il y a des réelles rivalités entre maisons et les mélanges entre maisons sont rares mais ça ne veut pas dire que c'est impossible !" dit elle avec tristesse mais détermination ! Elle trouvait vraiment ces habitudes idiotes et inutiles. Pourquoi s’obliger à ne fréquenter que les personnes qui nous ressemblent. Si Kalia avait envie d’être amie avec Cole, ça la regardait non ! Toutes ces habitudes l'enervaient plus qu'autre chose ! Après, si elle voulait vraiment devenir amie avec Cole, il faudra qu’elle fasse des efforts car il ne semblait pas décider à lui rendre la tâche facile mais elle avait une sacrée dose de volonté !  

"Je veux être ton amie Cole, et si tu ne me considères pas comme tel alors très bien, je ferai en sorte que ça change" Elle était prête à se battre mais ne comprenait pas les réticences de ce dernier. Beaucoup de tristesse l’envahissait à l’idée qu’ il ne la considère que comme un poids. "Mais sache que je considère que tu es très intéressant comme personne et je veux vraiment être ton amie, je t’apprécie Cole et peu importe ton avis sur moi, cela ne changera pas ! Mais cela me rend tout de même vraiment triste que tu ne me considères pas comme une égale". Le ton de sa voix trahissait bien toute la tristesse qui l’envahissait en prononçant ces quelques mots
Hj:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 163
| AVATARS / CRÉDITS : C.Monaghan (skywalkers)
| SANG : Poses des questions pertinentes !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Serpent
| PATRONUS : Crocodile
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Amitié? Haine? Confusion? (Cole) Jeu 14 Juin - 22:28

Dans d’autres circonstances, les bonnes intentions de la Gryffondor aurait peiné n’importe qui. La personne aurait probablement compatis avec elle, tentant de rendre la vie plus simple à cette douce jeune femme. Mais hélas pour elle, Cole Mulciber n’avait jamais été considéré comme un tendre et encore moins comme un être compatissant. Lui, qui avait toujours tenté d’être maître de la situation — ou du moins de conserver un certain contrôle —, avait ce jour-là été dépassé par les évènements. Le garçon pinça l’arrête de son nez, les yeux mi-clos. « C’est une manie chez toi de t’inquiéter pour les autres ? Les autres ne trouvent pas ça fatiguant ? », souffla-t-il, davantage pour lui que pour elle. Du moins, pour le moment, les deux sorciers étaient sur la même longueur d’onde. Tous les deux s’accordaient sur le fait qu’ils devaient parler. Il resta silencieux lorsque sa camarade s’accouda à la barrière. Normalement, il avait prévu son coup et personne (de sa connaissance, du moins) ne viendrait ici. Il n’était alors pas pressé par le temps, juste par le manque de conviction et par l’ennui.

Le silence de la rouge et or lui permit également de souffler et de trier ses pensées. Il devait rapidement retrouver le contrôle de lui-même et éviter une nouvelle fois les débordements. Quand elle reprit la parole, il l’écouta attentivement et réprima un nouveau signe d’exaspération. Les grands discours étaient de sortie et Cole ne pouvait pas en être plus désabusé. Depuis quelques temps maintenant, les notions d’unité et de dialogue entre les différentes maisons revenaient à chaque occasion. ‘Tous ensemble, tous main dans la main’… à force, ces discours naïfs et idéalistes l’insupportaient au plus au point. Comment pouvait-on être aussi crédule ? Il était las de les voir prôner une unité sans borne entre tous. McKinnon étant probablement leur fer de lance ! Rien que de penser à l’écossaise suffit à le contrarier un peu plus. Maintenant qu’il y réfléchissait, Lumpik devait sûrement la côtoyer et avait lui faire avaler ses ramassis d’idéaliste hippie. Malgré lui, il se désola de l’influence que pourrait avoir McKinnon sur la rouquine ; la pauvre fille ne méritait pas ça. Mais en observant Kalia, il remarqua derrière sa détermination une once de… tristesse ? Elle était donc sincère ? Le garçon avait bien du mal à cerner sa camarade. « T’es bien gentille, mais si les Serpentards et Gryffondors ne s’entendent de manière générale, c’est qu’il y a une raison. » Personnellement, il n’avait aucune affinité pour les Gryffondors et il était persuadé que le sentiment était réciproque à son égard. « Si tu veux faire ami-ami avec d’autres maisons, je suis que les Poufsouffles et les Serdaigles seront heureux de t’accueillir. », ajouta-t-il sarcastiquement. « Vous pourrez tous danser main dans la main et chanter ensemble. Youpi ! » Il émit un rire sardonique tout en reprenant sa marche des cents pas. « Tu prétends ne pas être naïve, mais j’ai bien peur que tu ne le sois malgré tout… Honnêtement, tu crois vraiment que tu peux devenir mon ‘amie’ ? » lui demanda-t-il en accentuant sur le dernier terme. Une part de lui était curieux de connaître sa réponse et surtout de savoir pourquoi elle tenait tant à cultiver cette chose entre eux. La course était déjà perdue d’avance. Dans son cas, il n’avait même pas prit la peine de la commencer. Contrairement à Kalia qui semblait se débattre contre tous les obstacles pour maintenir ses idéaux et ses fantaisies en vie. La détermination de la Gryffondor forçait le respect. « Comme une quoi ? » Fantastique, maintenant sa réaction provoquait chez la jeune demoiselle de la tristesse face à son manque de réaction et l’évidente non-réciprocité de ses sentiments. Pour tout dire, le jeune Serpentard était confus après les révélations de la Gryffondor…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 433
| AVATARS / CRÉDITS : Katherine Mc Namara
| SANG : Sang mêlée


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Serpent
| PATRONUS : Loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Amitié? Haine? Confusion? (Cole) Ven 22 Juin - 21:30

Kalia savait dès le début que s'approcher de Cole serait tout sauf facile, elle savait ce que tout le monde disait sur lui et au combien elle pouvait être différente de lui mais elle ignorait tout cela. Ce qu'elle voyait en lui était atypique, il essayait de vivre, d’être lui-même mais devait également composer avec les sentiments avec sa famille, ses camarades de maison, il devait les écouter, essayer de ne pas s'oublier lorsqu'on demandait à tous de suivre une pensée commune et empêcher quiconque de s'en éloigner. Alors comment être soi même quand on nous avait appris depuis si longtemps à être quelqu’un que l'on s’était approprié sans en être parfaitement maître. Si quelqu'un lui demandait à ce moment là qui il était, aurait-il qu répondre avec son âme en étant en paix avec sa réponse, elle l’ignorait mais quitte à faire face à sa fureur, elle comptait bien apprendre à le connaître. "Qui es-tu Colbert Mulciber ? Le sais-tu ?" Elle avait subi plus de piques en quelques minutes qu'habituellement en un mois entier mais elle s'en fichait parce qu'au moins il réagissait ! "Je m’énerve pour ceux qui comptent à mes yeux, n'est ce pas la chose la plus normale du monde, si ton meilleur ami te disait de le laisser tranquille alors que tu le sens en proie à des doutes, vas-tu l'ejecter de tes pensées parce qu’Il te le demande ?" elle fit une petite pause dans son monologue. Elle ne se prétendait pas proche de lui car ce n'etait pas le cas actuellement mais elle souhaitait qu’il comprenne . Peu importe ce qu'on disait ou pensait d'elle, elle souhaitait être un appui pour ceux qui auraient besoin d'elle.  

La balustrade sur laquelle elle se tenait donnait une pause fort appréciable aux deux pour se calmer et réfléchir. Lui aussi semblait pensif, pour la première fois depuis leur rencontre, il ne semblait pas braqué mais songeur ce qui faisait prendre une teinte vague à ses yeux, la fenêtre de l’âme ? Elle en avait toujours été persuadée. Les yeux révélaient bien plus sur quelqu'un que n’importe quel autre partie du corps. " Tu as raison, les Gryffondor et les serpentards sont sans doute les deux maisons les plus éloignés mais cela est-il le cas pour tous les individus ? Ma maison est aussi sectaire que la tienne mais il n'y a pas que quatre sorte d’individus dans notre monde, c’est bien réducteur de penser ainsi !" Face à la remarque acerbe de Cole, elle s’énerva face à tant d’entêtement bien qu'elle soit exactement pareille ! "Mais crois tu sincèrement que quelqu'un devient ami avec quelqu’un à cause de sa maison ? Que l'on tombe amoureux d'une couleur, que l'on choisisse ses collègues grâce à ses premiers instincts ?"  

Il l’énervait, il l'enervait car il était borné, car il avait des pensées qu'il n’arrivait pas à défaire, il l'enervait parce qu'il disait tout ce qu’il pensait, il l’enervait parce qu’il avait toujours un argument face aux siens. Et c’était pour ces mêmes raisons qu'elle l’appréciait. Il avait du caractère, il voulais se confronter à quelqu'un ? Eh bien il serait servi avec elle, elle avait enfin l'impression qu'il l’écoutait, qu'ils communiquaient ! "Tu as raison, je suis peut-être naïve, et peut être que tu trouves toute ma démarche idiote." Elle souffla, comment pouvait-elle lui demander d’être honnête si elle-même ne l’était pas. Il fallait donc qu'elle soit plus que sincère, qu'elle se livre complètement à lui. "Honnêtement, est ce que je peux ? Je l'ignore mais je sais que je le souhaite ! Je veux être ton amie, non pas parce que tu es un Serpentard, ni parce que tu es un sang pur, un sorcier ou encore parce que tu es un Mulciber, je veux être ton amie, je ne serai même pas t'expliquer réellement pourquoi mais tu me touches, tu me donnes envie de découvrir qui tu es. Sans filtre, sans masque, simplement comme deux personnes que nous sommes." Bon là, c’était difficile de faire plus sincère que ça non ? "Je ne prétends pas que nous allons nous balader ensemble, de manière toute joyeuse dans l’école à se confier tous nos secrets mais je veux être ton amie, ça je le sais ! Est-ce que tu veux me le reprocher ?" demanda t-elle sincèrement. Elle lui avait parlé, elle voulait savoir ce qu'il pensait e tout cela, est ce que cela lui avait fait ne serait-ce qu'un tout petit peu plaisir ? Elle l’espérait ! C’était tour ce qu'elle pouvait faire à ce moment, espérer !  

"Comme une égale"
répéta t-elle. Est-ce que c’était tellement fou de demander une chose pareille, je ne parle pas du sang, je sais ce que u penses à ce propos mais je m'en fiche à vrai dire, je veux juste que lorsque nous parlons, tu me considères comme ton égale, comme une personne que tu pourrais respecter. » Elle ria d'un rire triste. "Tu as vu c'est fou, je veux juste pouvoir te comprendre et qu'un jour tu puisses compter sur moi si tu le souhaites, c'est ce que j’espère, ce que je desire" Elle voulut rajouter, c’est toi que je veux Cole mais elle eut peur que des propos soient mal interprété et préféra donc s’arrêter la.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 163
| AVATARS / CRÉDITS : C.Monaghan (skywalkers)
| SANG : Poses des questions pertinentes !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Serpent
| PATRONUS : Crocodile
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Amitié? Haine? Confusion? (Cole) Dim 29 Juil - 22:51

C’était insensé. Tout cela était insensé. Lorsqu’il avait proposé à Kalia de le rejoindre un peu plus tôt dans la journée, jamais, au grand jamais, il ne se serait attendu à vivre ça. Il perdait complètement le contrôle de la rencontre et cela l’irritait énormément. Bien évidemment, il s’était attendu à ce que la Gryffondor ne comprenne pas de suite ce qu’il souhaiterait lui dire. Mais ici, parler au Saule Cogneur aurait été une tâche plus aisée. Mulciber tentait tant bien que mal de conserver son sang froid et surtout de ne pas perdre patience. Cependant, Kalia parvenait d’une manière ou une autre à rallumer le feu. C’était un combat sans fin et bientôt, sa patience s’effriterait doucement mais sûrement pour violemment éclater. Et puis, ne pouvait pas se taire avec toutes ses stupides questions, était-ce trop demander ? Au grand désespoir du garçon, les questions étaient loin d’être de l’histoire ancienne. Quels droits avaient-elle pour lui poser ce genre de question, et quelle question ! Qui était-il. Non mais quel culot. Et par dessus le marché, il fallait qu’elle utilise son prénom complet. L’agacement ne cessait d’augmenter et dans ses yeux, l’orage menaçait d’éclater. Ses doigts s’étaient refermés brusquement et ses muscles s’étaient tendus. Depuis le début, il avait laissé couler les familiarités qui s’étaient installées. Il avait choisi cette option par facilité, plus que par réel choix. Mais là, elle dépassait les bornes. L’espace d’un instant, malgré tout, une réflexion intérieure fugace l’avait traversé, mais l’agacement avait plus fort. « Mais c’est quoi ces questions ? Tu fais partie de la Brigade de la Police Magique ? » Il était hors de question de lui laisser apercevoir le moindre doute en lui. Ou tout autre chose. « À quoi tu joues, tu penses qu’avec tes petites questions je vais… quoi, m’ouvrir et te raconter toute ma vie ? Eh bah, non merci. » Il marqua une pause avant d’ajouter, son regard planté dans celui de la Gryffondor. « Ne t’avise pas de mêler Thomas à ça. » Avery et Mulciber avaient des liens particuliers, un duo de choc. Pour Mulciber, il était impensable de mêler son camarade à cette banale discussion. Surtout si celle-ci était futile et incluait une Gryffondor. Son regard était froid, orageux. Il le savait très bien que s’emporter et user de sa baguette ne seraient pas une bonne solution, même si l’envie était forte. Il souffla longuement et expirant toute la contrariété.

L’atmosphère était devenue beaucoup plus respirable entre les deux sorciers. Bien que la volonté n’y était pas, il se força à l’écouter argumenter sur les différentes rivalités existantes au sein du château. Bien évidemment que le garçon était au courant que le monde ne se limitait pas à quatre catégories d’individus, ce serait beaucoup trop simple. Il ne se priva pas d’ailleurs de lever les yeux au ciel à sa remarque. Avait-elle réellement une image aussi réductrice de sa personne ? Non qu’il ne s’en préoccupe mais tout de même. Il avait davantage de jugeote qu’Amycus, il n’était certes pas l’élève le plus brillant du château mais il se débrouillait très bien. « C’est bien la première fois qu’une Gryffondor ose critiquer sa propre maison… » souffla-t-il. Puis il fut surpris d’entendre Kalia hausser le ton. Il était clair qu’une de ses remarques avaient dû la froisser. Il ne la pensait pas capable de s’énerver. « Et bien, oui. Je pense que c’est le cas, ou en tout cas, ça aide grandement les choses. Tes amis ne sont-ils pas de ta maison majoritairement ? » Sa voix était calme et il observait les réactions que ses remarques pouvaient causer chez sa camarade. « Tu décris un monde où les choses seraient bien trop simples, hélas les choses ne sont pas comme ça dans la vraie vie. » Cole Mulciber prenait un malin plaisir à pousser la Gryffondor à bout, pour découvrir ses limites. C’était une bonne alternative pour ne pas céder à des excès non nécessaires de colère. C’était intéressant de pouvoir argumenter avec elle. D’ailleurs, il était fort possible que ce soit l’un des moments les plus longs qu’il avait pu avoir avec une élève de la maison Rouge et Or. D’habitude, ce genre de discussions finissait sur des pleurs (certainement pas les siens) et sa baguette se joignait parfois à la fête pour les plus bornés. Sa démarche idiote et vaine ? « C’est un euphémisme… » ponctua-t-il et fit un vague geste de la main lorsqu’elle se remit à parler pour l’inciter à continuer. Par Salazar, son débit de parole était intarissable. De plus, il ne savait pas réellement ce qui le poussait à continuer de l’écouter. Avec d’autres, il n’aurait même pas pris le temps et serait parti sans demander son reste que la discussion soit close ou non, du moment qu’il avait pu dire ce qu’il avait à dire. Malgré ses efforts pour rester aussi impassible que possible, les paroles de la jeune fille craquèrent son masque et ses sourcils se froncèrent contre son gré. Elle souhaitait devenir son amie alors. « Tes espoirs sont grands… Qui te dis que c’est ce que je souhaite aussi ? » Comprenant ce que sa phrase pouvait impliquer, il s’empressa d’ajouter. « Non que ce soit ce que je souhaite. Loin de là. » L’air mi-scandalisé, il fixa la jeune fille lorsqu’elle mentionna la moindre activité les incluant tous les deux. A cette idée, un frisson de dégoût lui remonta dans le dos. « Encore heureux ! » Alors c’était ça le fameux courage des Gryffondor ? Selon lui, ça relevait plutôt de la stupidité ou de l’inconscient, rien de très noble là-dedans. « Ce que tu fais, c’est ton problème. Je ne te force à rien… » Pas encore, pensa-t-il, mais bientôt les phrases de courtoisie lui passeraient au-dessus de la tête et il n’aurait plus de patience avec elle. « Si tu souhaites vivre dans l’illusion qu’un jour — que Salazar me maudisse s’il arrive —, où nous serions plus que de très vagues connaissances. Eh bien, grand bien te fasse, je te laisse te bercer avec ses jolies histoires. » L’entêtement dont elle faisait preuve forçait l’admiration pour sûr. Ses raisons n’avaient aucun sens à ses yeux. Pourquoi ? C’est la question qui tournait en boucle dans son crâne. Sa surprise passait, il se tourna pour faire quelques pas, se trouvant maintenant dos à la rouquine, avant de lui répondre. Il ne prit pas la peine de lui faire face. Il ne souhaitait pas que son expression puisse trahir la moindre expression qui pourrait des faux-espoirs. « Si c’est que tu souhaites, soit. Laisses-moi te poser une question alors. Pourquoi ? Tu pourrais essayer de faire ami-ami avec n’importe qui au château, pourquoi focaliser sur moi ? Je ne suis pas le meilleur choix, surtout quand tu connais mes convictions. » Il se retourna ensuite pour pouvoir observer sa réaction. « Pourquoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 433
| AVATARS / CRÉDITS : Katherine Mc Namara
| SANG : Sang mêlée


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Serpent
| PATRONUS : Loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Amitié? Haine? Confusion? (Cole) Lun 30 Juil - 9:26

Cette discussion semblait vaine pour quiconque la regarderait de l’extérieur, mais pour Kalia, elle était loin de l’être, elle sentait, elle ressentait que peu à peu il s’ouvrait à elle-même s'il semblait rester braqué. Il y avait des signes, des mots, des gestes, presque imperceptibles mais la rousse captait chacun d’entre eux car elle n'avait jamais été aussi attentive qu’à ce moment. Elle le voyait s’énerver, il était vrai qu'elle poussait ses questions toujours plus loin, le but étant justement qu'elle se mette à discuter avec lui et non plus avec sa carapace. Et on pouvait dire qu'elle réussissait, car plus il s’énervait, plus il devenait lui-même, moins il contrôlait ses émotions et c’était cela qu'elle cherchait. Elle lui sourit tout simplement. Non pas pour le provoquer mais parce qu’elle aimait ce qu'elle voyait. Voilà, c’était ce Cole qu'elle voulait. Elle pouvait déjà s’estimer chanceuse, le garçon ne l'avait pas insulter, n'avait pas sorti sa baguette alors qu'il n’était pas réputé comme le garçon avec le plus de sang-froid que cette école connaisse. Il dialoguait d'une manière des plus agréable, il fallait bien l'admettre. Elle ne put retenir un petit rire face à sa remarque qui n’était pas des plus logique il fallait l’admettre. "Je n'ai jamais été très bonne en infiltration". Elle ne voulait bien évidement pas dire qu'elle avait été démasqué mais simplement qu'il y avait peu de chances qu'elles puissent un jour faire partie d’une chose pareille. "Je ne te demande pas de t'ouvrir à moi, il est encore trop tôt, mais je voudrais que tu t’ouvres à toi-même. Que tu sois en paix avec chacune des paroles ou des actes que tu fais." Bon ok parler de son meilleur ami n’était sûrement pas la meilleure idée qu'elle ait eu de sa vie. Tout le monde est très sensible quand on parle de ses proches. "Excuse-moi" dit-elle sincèrement. "Je ne voulais pas te braquer, je parlais des meilleurs amis en général, je ne me permettrais pas de dire quoi que ce soit sur votre relation dans la mesure où je ne la connais pas."

Le garçon devait déjà sûrement avoir compris que Kalia était plutôt du genre persévérante et quand elle voulait quelque chose, elle n'abandonnait pas facilement, non pas par orgeuil mais simplement qu'elle choisissait chaque combat et qu'ils étaient aussi importants les uns que les autres à ses yeux. " Je serai bien bête de penser que toute ma maison est parfaite, aucune ne l'ait, je n'ai donc aucune peur de dire que les Gryffondor peuvent parfois être pire que les serpentards, mes amis agissent parfois très bêtement et je ne me met pas d'oeilleres pour ne voir les vices que de mes ennemis. Et je pense qu'en ce sens, tu me ressembles un peu." Ses amis, tous de la même maison, non je ne crois pas. "Désolée de te décevoir mais ma meilleure amie est à Pouffsoufle, mon ami d'enfance est à Serpentard, le garçon que j'aime est à Serdaigle. J'ai bien sur des amis à Gryffondor mais je pense que j'en ai autant dans les autres maisons. Les coup de foudre affectifs ne se définissent pas en fonction des maisons." Elle aimait discuter car chacun de ses arguments se valaient, il réfléchissait avant de parler, ne cédait pas à la colère. Elle prenait un plaisir insoupçonné à argumenter et surtout à méditer sur chacune de ses paroles. "Qui a dit que le monde était simple ? Je suis bien loin d'avoir cet avis mais quand on veut quelque chose, est-ce que ça ne vaut pas le coup de se battre pour l’avoir. Si on accepte que la vie est comme ça et qu'on ne peut rien y faire. Cela veut donc dire qu'on peut se priver de bonheur, simplement pour rester dans la norme ?" Contrairement à son habitude, Kalia ne posait pas de questions rhétoriques avec Cole. Pour chacune de ses questions, elle attendait avec intérêt sa réponse car elles avaient toutes une vraie valeur à ses yeux. Il avait une vraie valeur à ses yeux et cette discussion ne faisait que confirmer ce qu'elle pensait. "J'en suis consciente et malgré tout je continue, est ce que tu penses que cela fait de moi quelqu'un de sot ? J'essaye simplement d’accepter ce que je ressens et de me battre pour mes convictions." Cole était assez doué pour manipuler les mots de sorte qu'on apporte des réponses à ses questions sans en donner lui-même trop. Et Kalia entrait dans ce jeu avec grand plaisir, elle se livrait comme elle ne l'avait jamais fait avec qui que ce soit. Mais elle se sentait en sécurité, libre de lui dire ce qu'elle souhaitait sans qu'elle se fasse juger. Il avait émis des opinions face à ce qu'elle disait mais ne l'avait jamais renié et lui avait toujours demandé le pourquoi du comment pour la comprendre ce qui était très agréable. "RIEN ne me le dit, tu as raison, et pourtant, j’en ai toujours envie et cela depuis quelque temps. Cette envie est d'ailleurs encore plus forte depuis le début de cette discussion. Et qui sait, peut-être qu’à un moment tu développera les mêmes sentiments que moi à mon égard. Enfin je l’espère c’Est tout ce que j'ai, l'espoir et la persévérance." Elle ne répondit pas à ses piques, il n’était pas encore prêt. Cependant, elle lui adressa un énorme sourire car malgré ses phrases, il ne réfutant pas complètement l’idée, seulement partiellement. "Peut-être bien, mais cela, seul le futur pourra nous le dire, n'est ce pas ?" Car après tout, il ne faut jamais dire jamais. Et Kalia comptait bien mettre toutes les armes qu'elle avait au service de cette futur amitié qu'elle savait prometteuse, elle le voulait, elle le sentait. "On en reparlera quand nous serons amis" dit-elle avec un sourire taquin. Bon cette dernière phrase avait clairement comme but de le provoquer. Mais le provoquer gentiment, avec tendresse et sans une once d'animosite ou de defi mais simplement du désir. Il repartait dans une phrase sérieuse alors elle lui répond avec toute l'honnêteté et la sincérité dont elle était capable. "Je sais pertinemment qui tu es, ce que tu penses, quelles sont tes opinions, mais si je te dis que pour moi un homme ne se résume pas uniquement à cela. Si je veux être honnête avec toi, je vais te dire que je ne le sais pas exactement mais quelque chose chez toi m'attire. Tu es borné mais tu es aussi franc. On pourrait t’accuser d’être dur mais tu ne prétend jamais être quelqu'un d’autre tu t’assumes. Tu ne te laisses pas influencer. Beaucoup de personnes ne cherchent pas à aller plus loin que la première impression mais moi j'ai voulu voir au de la en toi, qui tu étais et c’est pour cela que je veux être ton amie.Et puis, il faut admettre que tu es plutôt mignon aussi" Bon voilà, c’était long monologue mais quelque chose de sincère. Elle avait dit tout ce qu'elle souhaitait tout ce qu'elle pensait, tout ce qu'elle voulait lui transmettre et on dirait que c'est réussi. Bon la dernière phrase n’était peut-être pas obligatoire mais il voulait de la sincérité, il en avait. Elle s’approcha doucement de lui et avant qu'il est le temps de faire un geste, elle lui dit un bisou sur la joue puis elle marcha d'un pas guilleret vers la porte. "Désolée Cole mon cours va commencer ça fait plus d'une heure 30 qu'on discute mais à bientôt !" Et elle le laissa ainsi, seul, pris de court avec aucun autre choix que de méditer ses paroles sans qu'il ait le temps de réagir sur la jeune rousse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 163
| AVATARS / CRÉDITS : C.Monaghan (skywalkers)
| SANG : Poses des questions pertinentes !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Serpent
| PATRONUS : Crocodile
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Amitié? Haine? Confusion? (Cole) Jeu 2 Aoû - 0:13

Intérieurement, Mulciber était impressionné (légèrement) par la capacité de la Gryffondor à pouvoir user d’humour dans une situation où lui-même peinait à garder son sang-froid. À cette pensée, il plissa les yeux, tout en l’observant. Et c’était reparti pour les conseils à deux mornilles. C’était saisissant la manière dont la conversation pouvait s’articulait. Si le garçon aurait pu penser que les questionnements étaient finis, lui laissant un moment de répit, la jeune fille enchaînait sur des commentaires philosophiques et des pseudo-conseils du marabout de la première taverne du coin sans prendre le temps de respirer. Plus elle parlait, plus il se disait qu’elle devrait arrêter les cours de divination ou les fréquentations avec des voyantes droguées à l’essence d’asphodèle ! C’était une catastrophe… Il massa ses temps d’une main et opta pour la brillante idée de ne pas répondre à ses babillages. Elle s’excusa ensuite face à la réaction du jeune homme suite à l’évocation de son meilleur ami. « Mouais… juste évites. » Encore heureux, pensa-t-il. Il n’aurait pas été aussi cordial avec elle, si elle se l’était permis. Même si il avait été question d’un autre de ses camarades, il ne l’aurait pas accepté : que ce soit Rogue, Rosier ou Wilkes. Peut-être même Rozen… mais dans son cas, c’était particulier. Alors si jamais une fille, qui plus est sang-mêlée, osait critiquer Avery : il n’y aurait eu plus de sang-froid et sa baguette, bien au chaud dans sa poche, aurait connu un peu d’action. Mais apparement Lumpik n’était pas aussi inconsciente qu’il n’aurait pu le penser et elle se garda de faire le moindre commentaire.

C’était un plaisir malsain qu’il avait à pousser ses interlocuteurs, et les gens de manière générale, dans leurs retranchements. Il en prenait un malin plaisir à les observer se débattre pour le contredire et affirmer l’inverse que ce qu’il venait de dire ou simplement pour lui prouver quelque chose. Non qu’il n’y accorde la moindre importance, mais les autres se bornait à lui répondre. Jamais encore, il n’avait une personne assez réfléchi pour l’ignorer, lui et ses piques. Kalia en était l’exemple parfait. D’après ce qu’il commençait à comprendre depuis le début de leur conversation était qu’elle possédait de réelles motivations pour continuer cet échange et pour bien se faire voir ? Il n’en était pas réellement sûr. Le garçon n’était pas idiot, il savait très bien que sa maison comportait des spécimens étranges et qu’il n’appréciait guère, mais par fierté, il défendait sa maison coûte que coûte. Si la Gryffondor souhaitait dénigrer sa maison, grand bien lui fasse. Cependant, si elle en attendait de même de sa part, elle pouvait toujours attendre, car cela n’arriverait jamais. En l’attendant parler de sa meilleure amie chez les Poufsouffle, il grimaça. Selon lui, faire partie des Poufsouffle n’était pas une grande réussite et en aucun cas une chose à crier sur tous les toits. Elle aussi était amie avec Rogue ? Il nota dans un coin de sa tête, qu’il lui faudrait avoir une sérieuse conversation avec son camarade à son retour sur ses fréquentations douteuses… D’abord une sang-de-bourbe et maintenant… elle. Ce gars fréquentait-il que des Gryffondor ? Bientôt, Mulciber apprendrait qu’il fréquentait McKinnon ou encore un autre de ses imbéciles de Gryffondor, comme Pettigrow… Le garçon se secoua la tête et se reconcentra sur sa conversation actuelle. « Ok, tu es la grande prêtresse de l’inclusion. Grand bien te fasse, Lumpik. Ce ne sont pas mes affaires et ça ne m’intéresse pas. La rhétorique, tu connais. » Il ne comptait le nombre de fois où il avait soupiré, levé les yeux au ciel… mais il était persuadé que ce n’était pas fini. Plus les minutes défilaient, plus il sentait le mal de crâne arrivait. Peut-être que Rogue avait une potion contre ça ? Ou pourrait-il user de cette excuse pour manquer un cours ? « Tu es fatiguante, tu t’en rends compte, j’espère. » Il commençait à ne plus avoir de patience, alors il choisissait volontairement de ne pas argumenter encore et encore sur les mêmes choses, et surtout d’éviter de lui répondre. Mais malgré sa volonté de l’ignorer, il y avait certaines questions dont il se devait de répondre ; par principe. « Pourquoi se battre quand tu peux l’avoir directement… d’un tour de baguette ? » Mêlant le geste à la parole, il fit tournoyer le bout de sa baguette dans les airs, laissant s’échapper quelques étincelles, avant de la remettre aussi rapidement qu’il l’avait sorti dans sa poche. « Je dois admettre que tu es plus complexe que je ne le pensais. » Il avait un effort. Mais il ne voulait pas se résoudre à de vrais compliments. C’était déjà un grand pas pour lui d’admettre qu’elle n’était aussi stupide que les premières impressions l’avaient laissées paraître.

Dès qu’il lui avait demandé le pourquoi du comment, il l’avait aussitôt regretté. La question avait traversé ses lèvres avant qu’il n’ait pu le retenir. Sa curiosité l’avait emporté sur toute sa logique et sa personne. De ce qu’il avait pu voir jusque là, Kalia était du genre pipelette et sa question, il en était sûr avait ouvert quelque chose qu’il regretté déjà. Au delà de son flot de paroles incessants, l’envie que la jeune fille avait de se livrer à lui, lui donner la nausée. Par Salazar, faites qu’elle s’arrête. Les grands espoirs qu’elle fondait… il riait intérieurement, sachant pertinemment qu’il avait déclenché tout ce processus, en partie. D’autre, il savait très bien qu’elle ne s’arrêterait pas tant qu’elle n’était pas allée au bout de sa pensée. Alors il attendait qu’elle daigne enfin se taire. Il aurait pu réduire ses espoirs à néant, lui assurant que son imagination lui jouait des tours et que le jour où il partagerait ses sentiments n’était pas encore arrivé. Mais non, il préféra ses maux de crâne contrecarrait le flot de ses paroles. « N’espère pas trop », souffla-t-il. Et à peine avait-il prononcé ses mots qu’elle remettait une couche avec son idée qu’ils finiraient amis. L’idée était grotesque. Sa personne l’insupportait et ses quelques minutes qu’ils partageaient étaient le plus qu’il pourrait supporter. Aucune potion de Mrs Pomfresh ne serait assez puissante pour contrecarrer son mal de tête. Il n’était aussi masochiste pour s’infliger sa présence sur le long terme. Il sentait la provocation sous-entendue et bien évidemment, il avait plongé tête la première. Son expression faciale s’était durcie un peu plus et une grimace s’était également installée. Face à elle, il l’observait déblatérer son monologue. L’envie de l’interrompre était forte. Si lui ne l’était pas, du moins pas réellement, sa camarade était définitivement masochiste. Juste par fierté, la fréquentation d’une sang-mêlée était mauvais pour lui. Pour sûr si ses parents ou encore ses amis l’apprenaient, il n’en finirait plus avec cette histoire. Il se devait de tenir son rang. « Tu aurais dû les écouter. » Si la jeune fille avait agi comme tous les autres, il ne serait pas là à perdre son temps… mais le destin en avait choisi autrement. « Quoi ? » Avait-il bien entendu ? Son masque s’était brisé, cédant place à une expression d’extrême confusion. Qu’est-ce que c’était que ce délire ?! Etait-elle sérieuse ? Toujours sonné par sa dernière remarque, il sentit qu’elle embrassait sa joue avant de disparaître dans l’escalier. Il lui fallut presque trente secondes pour se remettre du choc. « Quoi ?! » Elle avait osé. La surprise, le choc laissèrent place au dégoût. Avec la manche de son pull, il essuya sa joue. Mulciber n’arrivait toujours pas à remettre les derniers évènements en place dans son esprit. Tout était allé très vite et… Il expira un grand coup, laissant une brise lui caressait le visage. Il ajusta sa tenue et prit le chemin de l’escalier à son tour. En dévalant les marches, il se promit d’oublier cette discussion et de ne jamais en parler à qui que ce soit. Il ne fallait que les autres sachent. Quant à lui… il n’était pas sûr de ce qu’il ressentait, mais une chose sûre : il voulait oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Amitié? Haine? Confusion? (Cole)

Revenir en haut Aller en bas

Amitié? Haine? Confusion? (Cole)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Tristan Montesquieu " Amour, Amitié, Colère, Haine. "
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» KOUMAN HAINE TI PE A FE MARC HENRY E SAL DI SOU NEPTUNE...
» L'amitié d'Herbert Pagani.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Poudlard
-