GRYFFONDOR : 815 pts | POUFSOUFFLE : 370 pts | SERDAIGLE : 500 pts | SERPENTARD : 760 pts

Partagez|

Sale gosse ! • Ft. Basil Carrow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 157
| AVATARS / CRÉDITS : Bradley Simpson
| SANG : Né-moldu. T'as un problème ? Tu veux qu'on s'tape ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Hibou
| PATRONUS : Chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Sale gosse ! • Ft. Basil Carrow Jeu 22 Mar - 23:39

En plein mois de février, le sol ne s'était toujours pas débarrassé de son manteau blanc. Cette nuit là encore, il avait neigé abondamment sur le paysage écossais aux alentours de Poudlard. En ce samedi après-midi, les étudiants de la fameuse école de magie renommée étaient de sortie à Pré-Au-Lard. Qu'y avait-il de plus sonore qu'un groupe d'adolescents surexcités ? La neige cependant semblait absorber tous les rires et les discussions des jeunes gens pour leur donner un son étouffé. Mais certaines manifestations d'entrain n'échappaient pas à cette isolation sonore.
Adrian était de ces garçons qui avaient la joie de vivre, toujours souriant, joueur. Avec ses amis, le Serdaigle avait entamé une bataille de boule de neige toute enfantine. Il ne comptait vraisemblablement pas faire les boutiques comme la plupart des élèves. Cela ne l'intéressait pas. Au beau milieu de la Rue Commerçante de Pré-Au-Lard, il courrait en slalomant entres les sorcières et sorciers, une boule de neige à la main dans l'optique de viser ses partenaires de jeu. Comme s'ils n'avaient pas pu trouver un autre terrain de jeu. Certains passants rouspétaient dans leur barbe, d'autres les dévisageaient l'air de dire: "Allez jouer ailleurs, sale gosse !".
Alors que la bataille faisait rage, l'une des boules de neige d'Adrian fusa tout droit dans la nuque d'un homme qui était dos à lui. En voyant ce dernier se retourner, les deux amis du Serdaigles qui avaient vu la scène prirent leurs jambes à leur cou tandis que le coupable restait là, la main portée à sa bouche en ayant compris qu'il avait fait une bêtise. Zut et zut ! L'homme en question avait aux alentours de la trentaine, il était plutôt bien habillé et intimidant. Néanmoins, force était de constater qu'Adrian semblait trouver sa bêtise amusante à en juger par le léger sourire vainement réprimé qui ornait ses lèvres. Mais c'était un garçon tout de même poli. Il s'approcha de l'homme, non sans se départir de son air amusé.
« Oh Monsieur je suis vraiment désolé ! J'ai pas fait exprès, pardon ! Je suis navré. » s'excusa-t-il certainement avec un peu trop d'expressivité.
En fait, on pouvait presque croire que le Serdaigle se moquait un peu de son interlocuteur même si ce n'était pas le cas. Il mit un peu trop d'entrain à lui débarrasser la nuque et le manteau du reste de neige avec sa main recouverte d'un gant en laine avec des petits Père Noël dessus.

Citation :
Ouvrir un sujet - 2 dragées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 497
| AVATARS / CRÉDITS : Christian Bale by peculiar soldat
| SANG : Sang-Pur, cela va de soit.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père
| PATRONUS : Une panthère
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Sale gosse ! • Ft. Basil Carrow Ven 23 Mar - 17:23

Les samedis après-midi n'étaient généralement pas des moment pendant lesquels Basilius ne travaillait pas, bien au contraire. Le diplomate était un homme qui ne s'arrêtait jamais de travailler, et il travaillait d'autant plus maintenant qu'il dirigeait son service d'une main de fer. Le repos ne lui parlait pas vraiment, et on pourrait presque le qualifier d'être de la nuit puisqu'il ne dormait presque pas. Néanmoins, aucune cerne n'était présente sur son visage bientôt quarantenaire. Seules quelques rides étaient perceptibles aux coins de ses yeux bruns. Ses cheveux bruns étaient portés par le vent et il s'avançait dans la Grande Rue de Pré-au-Lard pour aller Aux Trois Balais en attendant la rouquine de professeure qu'il devait voir en ce jour. Les mains dans les poches de sa cape de haute qualité il s'avançait rapidement parce qu'il était un animal qui n'aimait pas plus le froid que le chaud. Les enfants stupides courraient partout et faisait tellement de bruit qu'il se demanda s'il fut pareil en son temps. Mais brusquement, il se prit une boule de neige dans la nuque. Le froid incendia sa peau et il s'arrêta brusquement, les deux pieds enfoncés dans la neige. Il se retourna pour poser ses yeux noirs sur un gamin qui s'excusait. Basilius aurait pu laisser passer si le gosse ne souriait pas comme un petit impertinent. Les traits tirés du bureaucrate ne se laissèrent guère envahir par un sourire tant il devait refréner ses envies de lui faire manger de la neige jusqu'à qu'il devienne un stupide bonhomme de neige. Il l'observa d'un air ahurie le toucher comme s'il avait été un ami de longue date. « Que venez-vous de faire ? » lui demanda-t-il, agacé par le contact physique bref qu'il avait dressé sans qu'il ne l'y ai invité. « Des excuses sincères seraient davantage le bienvenue et non pas des excuses moqueuses, jeune homme » le réprimanda-t-il. Il eut l'impression d'être un père et cela l'agaça encore plus. S'il y avait bien quelque chose à laquelle il ne se destinait pas, c'était à devenir un paternel. Ses gènes étaient suffisamment pourris pour qu'il ne veuille pas les transmettre ainsi. Il regarda sa propre épaule pour vérifier qu'il n'y avait plus de neige avant de reposer ses pupilles sur le garçon inconscient de s'approcher et de toucher ainsi un Carrow. « Sachez que le respect est valable pour tout le monde, pas seulement pour ceux que vous connaissez » ajouta-t-il d'un air impertinent en se détournant pour laisser ce gosse à sa piètre existence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 157
| AVATARS / CRÉDITS : Bradley Simpson
| SANG : Né-moldu. T'as un problème ? Tu veux qu'on s'tape ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Hibou
| PATRONUS : Chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Sale gosse ! • Ft. Basil Carrow Sam 24 Mar - 19:46

Quel affront ! Comme ce né-moldu osait poser la patte sur le fier acariâtre Basil Carrow ? On se demanda quel avait été le plus grand affront, au final. La boule de neige, le contact physique ou l'insolence de façade de l'adolescent ? Car les trois réunis agaçaient fortement le trentenaire. Pourtant, Adrian n'avait aucune mauvaise intention et essayait de bien faire. Ce n'était pas de sa faute si la situation était cocasse et qu'il avait le sourire facile. Il eut le droit à une froide réprimande de la part de l'adulte. En même temps, un rien pouvait énerver le Carrow avec son mauvais caractère aigri. On aurait dit un petit vieux qui n'aimait rien.
« Mais je ne me moque pas, c'est juste rigolo mais je suis vraiment désolé ! » se justifia-t-il avec toute la sincérité dont il était capable.
Dans ces situations, il valait mieux encore ne pas discuter et faire profil bas pour tenter de se faire oublier. Adrian le savait probablement, mais c'était contre sa nature. Il n'avait jamais su encaisser les réprimandes et les critiques, ayant toujours besoin de contester ou de se justifier. Au moins, il n'acceptait pas de se faire marcher sur les pieds, si on voulait voir le bon côté des choses. Ses professeurs peinaient souvent à lui faire contenir son énergie et à lui apprendre à ne pas répondre à ses aînés. Cela paraissait fortement insolent, surtout avec le sourire aux lèvres. Il semblait avoir ressenti le besoin de se défendre face à l'accusation de l'adulte. Et, comble de l'irrespect, il le regardait droit dans les yeux !
L'argumentation de l'adolescent se sembla guère convaincre Mr. Carrow qui lui fit de nouveau une remarque avant de lui tourner le dos. Adrian ne comprenait pas pourquoi il était autant offensé ! Qu'il pète un coup, ça allait lui faire du bien ! Au lieu de le laisser partir tranquillement, il le talonna. Dommage pour Basil, il venait de se mettre Adrian Owen sur le dos.
« Sauf votre respect, je ne vous ai pas manqué de respect. Je ne me permettrais pas de ne pas vous respecter. Ce serait irrespectueux et mal poli. Mes parents ne m'ont pas élevé comme ça. Je vous respecte autant que je respecte mes profs. »
Le Serdaigle se rendait-il compte qu'il ne faisait que s'enfoncer et agacer son interlocuteur ? Ses parents lui avaient peut-être appris le respect, mais ils ne lui avaient certainement pas appris à tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Cela lui aurait été d'une grande utilité. Adrian était intelligent, c'était regrettable qu'il ne sache pas le montrer à sa juste valeur. Il était presque autant Gryffondor que Serdaigle, on pouvait aisément le ressentir. Il n'avait l'air d'avoir peur de rien -à part des hiboux, mais ces créatures sont vicieuses- tout en étant d'une grande créativité.


Citation :
Post 2
500 mots - 2 dragées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 497
| AVATARS / CRÉDITS : Christian Bale by peculiar soldat
| SANG : Sang-Pur, cela va de soit.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père
| PATRONUS : Une panthère
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Sale gosse ! • Ft. Basil Carrow Sam 24 Mar - 22:04

Basilius Lance Carrow était un homme fier, c'était le moins que l'on puisse dire. Il avait dans ses veines, la fierté de son nom et de son ancienne maison à Poudlard. Aussi se permettait-il de se juger supérieur aux trois quarts de l'humanité. Rares étaient ceux qu'il considérait comme des égaux et rarissimes encore étaient ceux qu'il acceptait de considérer comme supérieurs. Tout d'abord, toutes les femmes avec qui il entretenait des relations personnelles très poussées, ne trouvaient pas grâce à ses yeux. Sauf peut-être Astora, mais il y avait entre eux un lien pré-établie bien différent de celui qu'il entretenait avec toutes ses partenaires. Ensuite, il se sentait naturellement supérieur à tous les sang-purs embrigadés dans le groupuscule terroriste qui avait fomenté une attaque au Musée moldu et duquel il avait bien faillit revenir avec un drap blanc sur le corps. Donc, il se sentait supérieur à toute sa famille et toute sa famille éloignée. Cela faisait beaucoup. Enfin, il y avait les collègues de travail et les employés qui travaillaient pour lui. Cela signifiait qu'il y en avait encore beaucoup plus. En réalité finalement, les seuls qu'il jugeait comme égaux étaient les autres directeurs de services, et les deux seuls qu'il considérait comme supérieurs étaient le Ministre et Albus Dumbledore, le premier à cause du statut et le deuxième en terme de pouvoir.
Le garçon stupide qui bavassait dans le vent, ne se trouvait nulle part parce que Basil ne le considérait même pas assez pour qu'il ai une étiquette. Cela donnait une idée de l'importance de l'existence du jeune homme dans sa vie. Il ne le connaissait pas, et non seulement ce gosse se permettait de lui envoyer une boule de neige dans la nuque, mais en plus se permettait de le nettoyer avec sa main et de lui parler comme un petit insolent. Lui faire ravaler cet air, serait par ailleurs un plaisir dont il allait se passer aujourd'hui. « Rigolo ? » s'étrangla-t-il comme s'il venait de lui avouer que le gouvernement de Minchum était tombé. Il préféra ne pas continuer en lui disant que son sens de l'humour était à peu près aussi pitoyable que celui d'un cracmol, sa conscience en effet, lui souffla que c'était discriminatoire et le chef du service du commerce international luttait fermement contre ce penchant violent de sa personnalité insupportable.
Mais il en avait finit avec lui. Enfin, c'était le sens qu'il voulait que ce gosse entende, lorsqu'il lui tourna le dos. Mais non seulement cet adolescent était stupide, mais en plus il était collant et bavard. Ciel, qu'il ne supportait pas ces personnalités... « Le fait que vous parliez encore pour ne rien dire, relève toujours du manque de respect. Argumenter sans fondement, à une vitesse désolante et pour tenir des propos stupides, relève du manque de respect. Il m'importe peu la manière de laquelle vous ayez été élevé. Si vous parlez ainsi à vos professeurs, j'espère au moins qu'ils vous donnent des retenues pour rattraper votre manque de civilité » le réprimanda-t-il d'un air las. Il posa ses iris noirs dans les pupilles du garçon pour faire passer le message. Ce petit Serdaigle ne semblait pas très futé, mais il serait bien pour lui de se la fermer désormais.

(540)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 157
| AVATARS / CRÉDITS : Bradley Simpson
| SANG : Né-moldu. T'as un problème ? Tu veux qu'on s'tape ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Hibou
| PATRONUS : Chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Sale gosse ! • Ft. Basil Carrow Mar 27 Mar - 23:04


Adrian avait du mal à comprendre les gens tels que Basil Carrow. Il était d'un rabat-joie ! Il se demandait même si c'était légal à ce point là. La vie de cet homme devait être d'un ennui mortel. En plus, il ne pouvait s'empêcher de lui faire une leçon de politesse alors même que son savoir-vivre laissait lui-même à désirer. Il s'était pris un cognard dans la tête, celui-là ! Pour commencer, l'adulte ne lui avait pas dit bonjour, mais ça, Adrian n'aurait su lui reprocher parce que la situation ne s'y prêtait pas vraiment. Ensuite, il lui parlait d'une manière condescendante, ce qui n'était en soi pas très poli. Le Serdaigle sentait qu'il le prenait de haut pour il ne savait quelle raison obscure. Cet homme n'était en aucun cas supérieur à lui.
« Je suis désolé monsieur mais votre discours n'est pas cohérent. Vous me reprochez mon manque de respect, ok, je veux bien vous croire. Mais en même temps, vous êtes archi condescendant ! Je vous jure ! En plus, la moindre des politesses quand quelqu'un s'excuse, c'est d'accepter ses excuses. »
Encore une fois, son débit de paroles était encore excessif. En tout cas, Adrian avait eu le toupet de faire une leçon de politesse à Basil Carrow. Il ne savait pas dans quoi il s'embarquait. Mais c'était une personne spontanée et impulsive, s'il avait envie de dire quelque chose, il ne cherchait pas à savoir si c'était une bonne idée de le faire ou pas. Il agissait et il allait bien voir ou cela allait le mener. De toute façon, la vie ne valait pas la peine d'être vécue si on ne prenait pas de risque et si on passait son temps à réfléchir. On ne la vivait pas à fond dans ces cas là, selon le Serdaigle. Et si la vie était éternelle, elle aurait été d'un ennui profond comme devait l'être le quotidien de Mr. Carrow.
« Et si vous voulez savoir, je n'ai eu que deux heures de colle dans toute ma scolarité. C'est complètement obsolète de punir les élèves pour un "manque de civilité" comme vous le dites. On ne punit plus les élèves parce qu'ils parleraient trop. A part peut-être McGonagall, mais c'est McGonagall. Vous l'avez eu comme prof ?»
Oui, Adrian venait d'insinuer, volontairement ou non, que son interlocuteur était de la vieille école, qu'il était un petit vieux. Un petit vieux grincheux assez âgé pour ne pas avoir eu Minerva McGonagall comme professeure de métamorphose. Oh il préférait mille fois Mrs. Fawkes à lui. Cette dernière était beaucoup plus aimable. Elle au moins ne l'avait pas regardé comme une chose insignifiante et il avait eu une conversation très intéressante avec. Elle avait un air bienveillant qui plaisait à l'adolescent. C'était une bonne personne, il en était convaincu. Contrairement à cet homme hautain et snob dont au final il ne savait même pas le nom.


Citation :
Post 3
500 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 497
| AVATARS / CRÉDITS : Christian Bale by peculiar soldat
| SANG : Sang-Pur, cela va de soit.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père
| PATRONUS : Une panthère
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Sale gosse ! • Ft. Basil Carrow Jeu 29 Mar - 23:12

L'éducation ferme qu'avait toujours connu Basilius l'avait de toute évidence forgé pour être l'homme austère et taciturne qu'il était aujourd'hui. Il y avait une raison pour laquelle il se tenait si droit, une raison pour laquelle il souriait si peu, et une raison pour laquelle il ne s'amusait pas. C'était son père. Ollender Carrow avait davantage élevé son fils avec un pied de biche qu'avec des mots. Il ne connaissait guère, le juriste, l'effet de sa voix sur son dernier fils, tout comme il ne connaissait pas les traumatismes qu'il avait laissé derrière lui. Lui-même roc, il avait espéré que son fils soit fait dans la même pierre que lui. Mais celui qui était désormais chef commercial, n'était pas fait dans le granit mais plutôt dans la pâte à sel, menaçant à tout instant de tomber et se fracturer au sol. Aussi considérait-il avoir le droit d'être condescendant avec le monde entier. Il avait souffert, s'en était sorti, et son salaire à plusieurs chiffres feraient tourner la tête de ceux qui étaient habitués qu'à n'avoir que quelques gallions dans leur coffre fort.  Il croisa les bras sur sa poitrine en observant le gamin s'invectiver devant lui. Il ressemblait à un vulgaire ver. « Lorsque vous aurez ma position, si vous l'atteignez un jour, vous comprendrez qu'il n'y a guère que la condescendance pour survivre dans la société » répondit-il avec un flegmatisme presque vulgaire. Il outre-passa volontairement la question du gosse sur les excuses.
L'expressivité du garçon était aussi forte que l'inexpression du bureaucrate. Basil était un homme impulsif qui vivait très mal l'insulte ou le manque de respect. Toute l'attitude du jeune serdaigle, et pire encore, tout son être le dérangeait et lui faisait penser à un manque de respect. En d'autres termes, on pourrait dire que sa tête ne lui revenait pas.
Plusieurs mots dans ce qu'il dit ensuite lui laissa entendre qu'il se payait sa tête. Ses yeux bruns le fixaient avec détachement, mais il serrait fort ses poings dans les poches de sa cape pour ne pas le frapper. Car Basilius, s'il n'était pas violent envers les femmes, n'avait pas autant d'honneur envers les hommes. Ce gosse n'en était plus vraiment un, et n'était pas non plus vraiment un adulte, ce qui lui donnait une immunité toute particulière qui dérangeait le diplomate. Lorsqu'il eut finit pour évoquer un professeur inconnu au bureaucrate, Basil n'y tînt plus et sorti une main pour l'abattre sur la peau du coup du garçon et le pousser devant lui, comme un père qui ramène sa mauvaise graine de fils. « Ecoutez moi » lui dit-il avec une voix exceptionnellement calme, « ce que je vais vous dire vous servira toute votre vie, donc je vous conseille de m'écouter au lieu de bavasser ».
Ils s'étaient éloignés de la rue principale pour aller dans une rue adjacente, moins peuplée voire déserte. « Votre attitude vous sera un jour dommageable. Soyez respectueux envers vos aînés, ne souriez pas lorsque vous vous excusez et arrêtez de jacasser ! ». Ces quelques recommandations dîtes, il le laissa en plan pour se diriger une bonne fois pour toute en direction des Trois Balais. A cause de lui, et d'après sa montre à gousset qu'il venait d'observer, il était en retard.

(554)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 157
| AVATARS / CRÉDITS : Bradley Simpson
| SANG : Né-moldu. T'as un problème ? Tu veux qu'on s'tape ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Hibou
| PATRONUS : Chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Sale gosse ! • Ft. Basil Carrow Sam 31 Mar - 16:29


Jusqu'à présent, la vie d'Adrian semblait n'avoir été que réjouissance. Aimé et gâté par ses parents, il avait eu une enfance on ne peut plus heureuse. Toujours souriant, il croquait la vie à pleine dent. Même la statut de son sang n'avait pas l'air d'entraver son bonheur sans frontière. Il était fier d'être né moldu. Ce que d'autres prenaient pour une tare, il le prenait comme un avantage. Ces premiers étaient juste des ignorants, des simples d'esprit n'ayant rien compris à l'essence même de la magie.
Cela plaisait à Adrian de ne pas rentrer dans les normes. Pourquoi suivre aveuglément un modèle qui nous était tacitement imposé ? A entendre Mr. Carrow, il venait à comprendre que cet homme valorisait un schéma de vie professionnelle classique et dans les normes. On entrait dans une organisation par exemple le Ministère de la magie à un certain stade variant selon les études et le piston et on gravissait les échelons à force de travail acharné et de dévouement. Au regard de l'adolescent, Basil semblait se prendre comme modèle d'une vie qu'il estimait exemplaire. Or, Adrian ne voulait obéir qu'à ses propres lois, ses propres désirs sans s'embarrasser de convenances aussi futiles qu'ennuyeuses. Telle était sa philosophie de vie qu'il allait appliquer jusqu'à sa mort.
« Euh... Qui vous dit que je veux devenir un neuneu hyper condescendant qui porte des costards toute l'année ? C'est grave barbant. J'veux pas devenir comme ça moi ! »
Le Serdaigle ne manifestait aucune retenue devant cet individu. Si ce dernier ne se montrait pas poli envers lui, il n'y avait pas de raison pour qu'Adrian en fasse de même. Suite à un mot de trop, l'adulte saisit l'adolescent qui se mit à protester et le poussa jusqu'à une rue voisine plus calme. « Sale brute ! » Basil parla dans le plus grand des calmes à l'étudiant, bien qu'une froideur et un mépris résidaient toujours dans sa voix. Adrian le regardait avec insolence, ne prenant manifestement ces paroles au sérieux. Sur ce, il s'en alla mais l'adolescent décida de le suivre. Il n'en avait pas fini avec lui !
« J'arrête de jacasser si je veux ! Vous vous devriez arrêter de croire que vous êtes au dessus de tout le monde. Vous savez pourquoi ? Parce que vous ne l'êtes pas, au cas où on ne vous avez jamais fait la remarque. Moi j'dis ça, c'est pour vous. »
Petit insolent ! Il l'aurait bien mérité, sa gifle. Il n'avait pas froid aux yeux. Il se planta même devant Mr. Carrow. Par Merlin, que faisait-il à Serdaigle ? Pourquoi n'était-il pas vêtu de rouge et d'or ? Il osait affronter cet homme intimidant. Adrian était un battant. Certains passants regardaient les deux individus en les croisant. Un duo très improbable.

Citation :
Post 4
500 mots - 2 dragées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 497
| AVATARS / CRÉDITS : Christian Bale by peculiar soldat
| SANG : Sang-Pur, cela va de soit.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père
| PATRONUS : Une panthère
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Sale gosse ! • Ft. Basil Carrow Dim 1 Avr - 15:32

Basilius avait su créer ses propres définitions concernant des termes qui lui tenaient particulièrement à cœur. Notamment en ce qui concernait le respect. Lui-même s'était créé une espèce de dérogation pour manquer de respect à qui il voulait, parce qu'il se jugeait suffisamment supérieur pour en avoir le droit. Le gosse, lui n'en avait pas le droit. Tout ce qu'il avait le droit de faire, c'était de s'excuser en baissant les yeux, avant de filer hors de sa vue. Et bien entendu, cela ne s'était pas passé ainsi. Cet enfant devait avoir pour patronus une pie bavarde, puisqu'il était un véritable moulin à parole. « Comment vous appelez-vous ? » le coupa-t-il en soupirant lorsqu'il arriva au mot « barbant ». Qu'il était faitgant ! Et provoquant !
Aussi, cela n'était pas étonnant que la main du diplomate s'abatte sur la nuque du Serdaigle pour l'entraîner dans une rue sombre. L'insulte dont il le crédita lui passa complètement au dessus de la tête. Basilius, une fois son speech lâché, avait espéré avoir la paix. D'après lui, il n'avait plus rien à lui dire, et s'il était trop stupide pour comprendre le sens de ses mots, c'était son problème et non pas le sien. Le gosse continuait pourtant de l'importuner en le suivant. S'il continuait ainsi, il allait finir par se faire viser par un sortilège. Et le bureaucrate n'en avait rien à faire de faire la une de la gazette le lendemain. « C'est ça » marmonna-t-il, froid, à ce qu'il lui répondit. Les mains dans les poches, Basilius continua d'avancer en espérant qu'il lui lâche la grappe. Son indépendance n'avait certainement pas besoin d'un enfant qui le colle tel qu'il le faisait. Il était venu ici passer un bon moment, partir en charmante compagnie. Pas être mit en retard par un môme bavard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 157
| AVATARS / CRÉDITS : Bradley Simpson
| SANG : Né-moldu. T'as un problème ? Tu veux qu'on s'tape ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Hibou
| PATRONUS : Chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Sale gosse ! • Ft. Basil Carrow Mer 4 Avr - 21:24


« Adrian Owen, m'sieur. » se présenta le jeune homme quand Mr. Carrow lui eut demandé.

Adrian était un garçon dont le besoin de justice et de se faire entendre était fort. Il avait des choses à dire et les disait haut et fort. Il faisait parti d'un groupe parmi les sorciers qui avaient besoin de se faire entendre. Trop souvent dans cette société on privilégiait le sang-pur. Pour lui, tout les sorciers et même les moldus devaient être égaux en droit et devaient être logés à la même enseigne. Chaque individu devait le même niveau de respect à qui que ce soit, à part pour les criminels. Le Serdaigle croyait réellement en cette douce utopie alors que le Seigneur de Ténèbres se faisaient de plus en plus puissant. Mais c'était durant les temps troublés qu'il fallait faire entendre sa voix. Le courage résidait dans le fait de pouvoir exprimer son opinion en toute circonstance et non pas en se battant. La violence était l'arme la plus basique, celle de l'Homme primitif.
Insolent, Adrian refusait de laisser Mr. Carrow s'en aller aussi facilement. Il aurait sûrement mieux fallu qu'il le laisse aller, plutôt que d'insister. Mais le jeune homme estimait que son droit au respect n'avait pas été respecté alors pourquoi aurait-il respecté le droit à la tranquillité de Mr. Carrow ? Quel enfant borné.
« J'estime être en droit de réclamer des excuses. Vous m'avez manqué de respect. Promis après j'arrête de vous embêter. »
L'homme était très certainement trop fier pour formuler des excuses à un adolescent tel qu'Adrian. Son attitude dans son ensemble aurait pu le faire ressentir à n'importe qui. Elle disait: "Ne m'approchez pas, vous, êtres inférieurs". Le genre de personne à ne jamais sortir de sa tour d'ivoire pleine de bouse pour regarder ce qu'il se passe en bas, parmi la masse de gens plus méritants qu'elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 497
| AVATARS / CRÉDITS : Christian Bale by peculiar soldat
| SANG : Sang-Pur, cela va de soit.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père
| PATRONUS : Une panthère
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Sale gosse ! • Ft. Basil Carrow Dim 8 Avr - 23:25

A peine eut-il dit son nom que Basil avait déjà oublié comment s'appelait le gosse. C'était dire comme il l'indifférait. Il le considérait au mieux comme une âme errante et au pire, comme un pestiféré. Et malheureusement, à ce moment-là, il le considérait comme un pestiféré. Surtout alors qu'il l'empêchait d'essayer de trouver une issue favorable au conflit évident qui les partageait. Car le bureaucrate tentait vainement de garder son calme alors qu'il avait juste envie de coller une claque au garçon. Et il ne l'aurait pas volé.
Mais ce n'était pas son fils ou un membre de sa famille, fort heureusement. Aussi ne pouvait-il pas lever la main sur lui. Par contre, il allait user de sa baguette si par malheur il continuait de le harceler. « Savez-vous que ce que vous faîtes est passible d'une audience devant le Magenmagot pour harcèlement ? Savez-vous que je peux demander le double de gallions à payer en dédommagement parce que je suis un haut fonctionnaire ? ». L'égocentrisme à l'état pur. Basilius voulu le contourner encore mais le gamin restait fermement ancré devant lui, comme s'il avait été une armoire à glace que l'on aurait pas pu bouger, peut-importe les efforts. Un Expulso bien placé, le fera pourtant bouger si d'aventure il reste là. « J'ai un rendez-vous » expliqua-t-il, agacé à l'idée de devoir fournir une excuse pour s'enfuir alors qu'un coup sur la tête aurait été suffisant : « Et vous me faîtes perdre mon temps ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 157
| AVATARS / CRÉDITS : Bradley Simpson
| SANG : Né-moldu. T'as un problème ? Tu veux qu'on s'tape ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Hibou
| PATRONUS : Chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Sale gosse ! • Ft. Basil Carrow Ven 13 Avr - 22:19


Qu'entendait Adrian ? Cet homme était-il entrain de le menacer de le traîner en justice ? Quelle vaste blague ! Personne ne l'aurait pris au sérieux ! Ou sinon, dans quel monde vivrait-on ? Il semblait à l'adolescent que le Magenmagot avait des affaires plus importantes et urgentes à régler, à ce moment là. Ce que disait Mr. Carrow était absurde, de la poudre de perlimpinpin. Adrian n'en avait cure qu'il fut un haut fonctionnaire ou que savait-il. C'était juste un neuneu qui se croyait important tellement son égo était démesuré.
« Si vous voulez paraître ridicule face aux juges, faites le. Je crois qu'ils ont plus important à régler que les affaires d'un pingouin en costard qui a été blessé dans son égo. »
Adrian osait, se permettait d'être incorrect comme lui dictait sa nature à vouloir contester l'ordre établi. Selon lui les hommes naissaient libres et et égaux en droit. Chaque être humain avait le droit au respect. Et Mr. Carrow selon l'esprit excessif du jeune homme était entrain de saper ses droits fondamentaux. L'homme prétexta un rendez-vous. Etait-ce le problème d'Adrian ? Oh que non. Il n'aurait peut-être jamais dû lui dira ça, même.
« Rendez-vous avec qui ? Avec votre petite-amie ? Votre reflet dans le miroir ? » demanda l'adolescent, impertinent en le suivant.
Mr. Carrow était-il uni à autre chose que son travail, sa main droite ou son égo ? La question intéressait réellement le Serdaigle qui aurait été surpris d'apprendre qu'il avait une femme dans sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 497
| AVATARS / CRÉDITS : Christian Bale by peculiar soldat
| SANG : Sang-Pur, cela va de soit.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père
| PATRONUS : Une panthère
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Sale gosse ! • Ft. Basil Carrow Dim 15 Avr - 0:19

Basil l'écoutait encore le traiter de ridicule et il commençait à voir rouge. Jeter un sortilège à un gamin à Pré-Au-Lard ne sera assurément pas une première pour lui. Le bureaucrate l'avait déjà fais sur une dénommée Marlene McKinnon. Elle s'était tu à la suite de cet échange – forcément, puisqu'il ne ratait jamais ses sortilèges – et il en était ressortit absolument satisfait. Ce n'était peut-être pas son cas à elle, mais qu'y pouvait-il ? « Vous n'avez aucune idée de la manière dont marche le monde, Monsieur Owen. Avec un certain nom et un certain poste, quelques demandes sont vite effectuées sans avoir à passer devant l'assemblée plénière » soupira-t-il d'un air dramatique comme si cela était son problème. En d'autres termes, un mot glissé à son frère ou son père, et le gosse se retrouvera avec une amende de deux cent gallions pour harcèlement d'un haut fonctionnaire.
Comme Basil voulait vraiment partir – il s'agissait là d'un désir puissant qu'il ressentait au plus profond de son âme – et qu'Adrian ne le désirait pas, il se retrouvait à s'arrêter avant de repartir marcher pour s'arrêter encore. « En quoi cela vous regarde-t-il ? » le coupa-t-il, flegmatique lorsqu'il eut à peine prononcé les mots « petite amie ». Soyle de toute manière, était davantage une femme avec qui il prenait du plaisir au lit qu'une femme qu'il aimait du plus profond de son cœur. Avait-il déjà aimé quelqu'un ? Astora, peut-être. Mmh, oui, sans doute, cela était sûrement la définition la plus proche du mot amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sale gosse ! • Ft. Basil Carrow

Revenir en haut Aller en bas

Sale gosse ! • Ft. Basil Carrow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Recherche une colocataire pour sale gosse
» Wanted: quelqu'un pourra-t-il dompter ce sale gosse ? 8')
» [Terminé] Une bien mauvaise surprise || ft. Trevor
» • Raphaël - Avant j'étais gentil, mais ça c'était avant.
» Ici, c'est moi qui commande, et si t'as quelque chose à dire, je te coule ! Comment ça tu veux pas ?! Tu te prends pour qui, espèce de sale gosse ! Nan, mais... Raaah, tu vas voir !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Pré-au-Lard :: La rue commerçante-