Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

Balayons les restes de notre relation | WILDA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 477
| AVATARS / CRÉDITS : © BONNIE
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Cassandra Rosier
| PATRONUS : Une Orque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Balayons les restes de notre relation | WILDA Mar 3 Avr - 19:38

Les rayons du soleil qui éclairaient par faisceaux les poussiéreuses salles de classe du château rappelaient chaque jour aux élèves l'arrivée imminente du printemps. Et Evan se surprenait comme nombre de ses camarades à lever le nez de ses parchemins pour observer le parc et les lointaines tribunes du terrain de quidditch au dehors. Il avait beau être un jeune homme relativement studieux, les ASPIC l'avaient toujours moins intéressé que le Quidditch et il se désintéressait aisément aux propos de ses professeurs ces derniers jours. Il n’avait qu’une seule envie en quittant le château, c’était de continuer à fendre l’air britannique en se faisant sélectionner chez les Faucons de Falmouth. Le plaisir de voler sur un balai et la chaleur de la compétition lui avaient l’année dernière étaient dérobés par la très farouche Wilda Griffiths. Pour se venger de son comportement de goujat, la jeune fille prétendue érudite n’avait pas trouvé plus brillante idée que de le désarçonner pendant le deuxième match qui avait opposé l’équipe des Serpentards à l’équipe des Serdaigles. Suite à une très mauvaise chute et malgré les meilleurs soins de leur infirmière, Rosier n’avait participé à aucun autre match de la saison passée. Sa convalescence ne l’avait pas aidé à retrouver son ancien niveau et il redoutait le dernier match de la saison qui l'opposerait bientôt aux griffons.

Il s’était levé tôt ce matin là et avait souri fièrement en empoignant le manche de son nouveau balai de la marque Nimbus qui s’était récemment imposée dans toutes les compétitions. La plupart des élèves du château dormaient encore et il appréciait voir les couloirs et le parc du château habituellement agités vides de toute âme en dehors de la sienne. Il avait revêtu sa tenue d’entraînement et tenait son nouveau jouet sur l’épaule. Il avança jusqu’au centre du terrain uniquement traversé par une brise légère. L'appel du ciel et sa quiétude furent brisé par un claquement de porte. Il fronça les sourcils pour distinguer sous la pénombre des gradins l'élève qui avait eu la même idée que lui ce matin et se fendit finalement d’un large sourire en reconnaissant la sombre chevelure de son ancienne petite amie. Elle tenait à sa main une vieille relique - entendez par là un balai de l'école - et son rire goguenard résonna finalement sur le terrain. « Je crois que les elfes ont déjà nettoyé les gradins, tu peux reposer ton balai … » se moqua-t-il en appuyant bien sur le dernier mot pour sous-entendre qu’elle ne décollerait jamais du gazon assise sur son vieux morceau de bois. Après le match où Wilda l’avait littéralement émasculé, Evan avait envoyé deux des sbires de sa maison casser le balai de la jeune fille qui était depuis réduite à utiliser les vieux modèles de leur école. « Debout ! » fanfaronna-t-il à l’adresse de son rutilant Nimbus 1500 qui lui sauta instinctivement dans la main.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 273
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Balayons les restes de notre relation | WILDA Ven 6 Avr - 3:09

Aaaaah le printemps, pensa Wilda en passant le porche du Château, un sourire niait au visage, les yeux brillants : printemps rimait avec Quidditch et Quidditch rimait avec bonheur, du moins, métaphoriquement parlant. Elle prit une profonde respiration, ferma les yeux un instant comme pour graver ce moment merveilleux dans sa mémoire (elle est vraiment folle de ce sport), et d’un pas décidé, se dirigea vers le terrain de Quidditch, ce lieu paradisiaque.

Wilda avait des hippogriffes à fouetter (il est strictement déconseillé de fouetter un hippogriffe) : depuis que ce troll de Rosier avait ordonné à ses petits disciples de lui casser son balai, un magnifique Nimbus 1400, super aérodynamique, qu’elle connaissait comme le fond de sa poche, elle devait jouer avec un des vieux balais de l’école. Vieux balai signifiait qu’elle devait travailler trois fois plus fort afin de se démarquer, de dominer et surtout, elle devait apprendre à connaitre les réactions, les faiblesses et les forces de ce balai. D'ailleurs, elle venait d’arriver devant le rangement des balais de l’école, juste à la gauche du vestiaire.

Elle se dirigea vers le coin droit tout au fond du rangement où s’élevait une penderie massive et poussiéreuse, s’agenouilla afin d’avoir accès facilement au dessous de cette armoire et, en pointant sa baguette entre le sol et le meuble, murmura «finite». Comme par magie un vieux balai, à l’extrémité éméchée, apparu. Elle le pris et essaya tant bien que mal de le dépoussiérer. Wilda scruta attentivement le balai, une expression semi-dégoutée, semi-résignée au visage, afin de s’assurer que tout était en ordre, enfin, en ordre pour un Éclair 50. Ce n’était pas le meilleur balai, certes, mais c’était le meilleur des balais appartenant à l’école, car oui, elle les avait tous essayés un à un afin d’optimiser son vol. Elle s’était levée à l’aube, matins après matins, et avait essayé la cinquante de vieilles branches volantes de l’entrepôt pour enfin arrêter son choix sur celui-ci. Depuis, elle en prenait grand soin. Elle avait écrit à un ancien joueur des Serdaigles, maintenant libre dans le monde des adultes, afin qu’il lui envoi, cire, ‘accote-pieds’ (l’un d’entre eux était carrément manquant) et autres outils afin d’améliorer les piètres performances de son ‘nouveau’ balai.  Le résultat était, mmm, disons acceptable.

Tous se demandent dans quel monde une Griffiths vole sur un balai de pacotille…saugrenue comme image. Eh bien, dans un monde où sa mère a fermement répondu à sa lettre, une lettre clairement écrite en état de panique, qu’elle n’allait très certainement pas lui envoyer un balais, oh ça non, qu’au contraire un vrai joueur talentueux allait se démarquer sur n’importe quel balai, bla bla bla, le balai ne fait pas le joeur, quelque chose du genre. C’est dire que Glynnis Griffiths prenait très au sérieux le rêve de Wilda de jouer pour les Harpie de Holyhead, un peu trop au sérieux vous savez, pas comme une mère, mais plutôt comme un coach, un coach sans aucune compassion, qui voit chaque obstacle comme un test, une obligation de se surpasser. Merci maman Griffiths pour cette leçon.

En arrivant sur le terrain de Quidditch, une voix chaude et grave, qui aurait pu être attirante si elle n’était pas porteuse de propos désagréables, vint briser le scénario d’un avant-midi printanier parfait.

« Je crois que les elfes ont déjà nettoyé les gradins, tu peux reposer ton balai … » Wilda lança un regard noir au jeune homme. Merlin devait lui faire une mauvaise blague ou quelque chose du genre. Troll Rosier était un homme incroyablement déplaisant aux yeux de Wilda, encore une métaphore bien sûr, car elle devait s’avouer qu’il était toute qu’une pièce d’homme et un pur délice à regarder. Particulièrement en ce moment. Il se tenait devant elle, grand, imposant, sont balai fermement en main, illuminé par les rayons du soleil, le ton moqueur , narquois et Wilda ne pouvait que le trouver terriblement sexy, et ce, bien contre son gré, sa conscience, son cerveau et toute autre partie d’elle dotée de raison. Elle était parfaitement consciente que ça ne faisait aucun sens, mais son air méchant garçon lui donnait beaucoup plus de gueule que quand il lui avait sorti son numéro de gentlemen, courtiseur et amant de rêve, l’an passé. Car l’an passé, un soir de printemps, ils avaient, disons, fourniqués. L’adolescente sentie une légère chaleur montée dans ses joues alors que les souvenirs de ce moment lui revenaient en tête : Eh oh Wilda il a cassé ton balai, tu vas me calmer tes hormones jeune femme! Le souvenir de son Nimbus en morceaux la fit revenir bien vite à la froide réalité du moment : ne pas laisser Rosier lui pourrir sa pratique.

Fidèle à elle-même, elle décida donc de ne pas entrer en confrontation avec le sorcier, elle n’avait pas envie de se chamailler, elle voulait voler en paix. Et puis, elle ne détestait pas Rosier, ou bien était-ce l’éclairage momentanée qui lui faisait oublier comment elle se sentait à son égard? Peut-être. Il avait vraiment agi comme le pire des manipulateurs pour la mettre dans son lit et il avait cassé  son balai, a.k.a. la chose la plus précieuse à ses yeux. Après que tu lui aies cassé son manche – la chose la plus précieuse à ses yeux – devant toute l’école. Un sourire satisfait flotta sur ses lèvres à cette pensée et elle se sentie soudain d’une bien meilleure humeur.

« Rosier, on dirait que c’est ton jour de chance ! » s’exclama-t-elle d’un ton enjoué en faisant fit de sa moquerie. Elle se rapprocha du serpentard avec un sourire joueur au visage et reprit : « t’auras la chance de m’observer voler, et qui sait, peut-être, apprendre enfin comment monter…», elle laissa planer un bref silence suggestif, les yeux brillants de malice, et conclua, «un balai.»

« Debout » commanda-t-elle à son propre balai tout en maintenant un regard assuré directement dans yeux d'Evan Rosier.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 477
| AVATARS / CRÉDITS : © BONNIE
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Cassandra Rosier
| PATRONUS : Une Orque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Balayons les restes de notre relation | WILDA Mer 11 Avr - 12:31

On pouvait retirer beaucoup de choses à Wilda - à commencer par ses vêtements se rappela l’héritier Rosier avec un sourire distrait tandis qu’elle se risquait à l’approcher - mais sûrement pas son caractère féroce. Elle lui avait appris à se méfier des joueuses de quidditch et il s’était promis de rester loin de cette race de filles depuis leur désastreuse rencontre plus que sportive l'année passée. Il avait pourtant renouvelé cette année l’erreur avec une batteuse (encore moins malin !) et aurait été tenté de tester la règle du « jamais deux sans trois » lorsque l’aiglonne vanta sa chance à lui et testa la sienne à elle en l’approchant encore. Que voulait-elle dire par là ? était une question à laquelle son cerveau de mâle idiot répondait déjà par des bribes de souvenirs sulfureux. Mais la réponse de la harpie fut toute autre et lui arracha un rictus dédaigneux. Rosier n’avait rien à apprendre des femmes, sa machiste personne aimait-elle se vanter. Aussi serra-t-il les mâchoires quand elle agressa, uniquement verbalement cette fois-ci merci merlin, sa virilité. Pensez bien qu’il préféra encore répondre à l’offense faite sur son jeu. « Tu m’excuseras de ne plus avoir de temps à consacrer à tes courbes - de vol, n’est-ce pas ? - j’ai une coupe à gagner … » lui rappela-t-il avec un sourire mauvais. L’équipe des serpentards avait cette année gagné tous ses matchs et seuls les gryffondors les séparaient maintenant de la victoire. Les blaireaux et aiglons se battraient eux pour la troisième place cette année (ou plutôt pour éviter la honte de la dernière place du classement). Mais l’enjeu de ce dernier match irait encore plus loin comme il avait profité des dernières vacances pour passer les sélections pour rejoindre les Faucons de Falmouth. Cela, il se garda bien de le lui dire. Cette équipe était réputée pour son jeu particulièrement agressif et il aurait été bien vexé de se faire voler une prestigieuse place de poursuiveur dans l’équipe par la midinette en colère …

Il enfourcha finalement son balai maintenant qu’elle avait fini de le provoquer - quelle tristesse qu’elle n’ait pas un second balai qu’il puisse briser ! - et ne se fit pas attendre pour lui démontrer l’agressivité de son jeu. Il fonça vers elle en la fixant de son regard prédateur et ne caressa le manche de son balai qu’au dernier moment pour dévier de sa trajectoire. Il avait senti la paille de son balai lui frôler les cheveux et rit de constater qu’il l’avait ébouriffée avant de revenir finalement sur lui-même pour s’arrêter quelques mètres au dessus de la jeune fille. « T’as de la chance que le Nimbus 1500 soit beaucoup plus sensible que mon dernier balai … » confessa-t-il amusé le risque qu’il avait volontairement pris de lui arracher littéralement son crâne sourire du visage. C’était la première fois qu’il essayait cette marque - encore nouvelle sur le marché par rapport aux nombreuses autres - et il appréciait sa fluidité. Il avait l’agréable impression que le balai anticipait ses mouvements et ses freinages secs promettaient de surcroit de beaux arrêts pour envoyer le souaffle à travers les anneaux. Il tourna plus doucement autour d’elle comme un vautour autour de sa proie et lui adressa son sourire le plus cajoleur pour l’amadouer. « Que dirais-tu d’un match pour nous départager ? ». Ils étaient deux poursuiveurs avec un souafle et avaient six anneaux rien que pour eux. Il se pencha finalement vers le manche de son balai pour se retrouver à son bas niveau. « Tu n’as plus grand chose à perdre depuis que je t’ai pris ta dignité, si ? » la questionna-t-il sans ne plus pouvoir retenir son pire rire de salaud. Evan était aussi mielleux avec les filles derrière lesquelles il courrait que impitoyable avec celles qui avaient succombé à ses charmes. C’est qu’il aimait enchaîner les conquêtes et découvrir sans cesse des nouvelles femmes alors il ne s’embêtait pas vraiment à ménager ses exs aussi délicieux puissent être les souvenirs qu’il conservait de certaines d’entre elles.


dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 273
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Balayons les restes de notre relation | WILDA Jeu 19 Avr - 3:55

Wilda n’avait pas bougée d’un poil, elle avait la mâchoire serrée et essayait tant bien que mal de contrôler sa respiration alors que l’imbécile de Rosier venait lui passer à un millimètre du crâne, lui arrachant très probablement quelques cheveux au passage. Wilda, ayant toujours répartie à tout, fut incapable de répondre à sa pique. Ce n’était certainement pas par manque d’imagination, parce que si leurs balais étaient échangés la sorcière aurait pu rejoindre directement le club des Chasseurs sans tête, au plus grand damne de Nick Quasi-Sans-Tête; elle était trop concentrer à ne pas exploser. Il était vraiment dérangé cet homme, il aurait pu carrément lui défoncer le visage! Il voulait jouer, elle allait jouer. Oh et il allait en avoir pour ses galions. Il avait beau se pavaner au château, présomptueux, méprisant, en traitant tous et chacun comme la plèbe, la vermine, mais il ne l’effrayait pas, pas ici, certainement pas sur son terrain de Quidditch. Son régime de peur dictatorial, supporté de ses insipides couleuvres, ne l’impressionnait pas. Bon, peut-être un peu, mais il était hors de question que Wilda ne se l’avoue. Elle était bien décidée à lui remettre chaque noise de sa mornille. Merlin qu’il était chanceux que les cognards soient bien rangés…

« Tu n’as plus grand chose à perdre depuis que je t’ai pris ta dignité, si ? » Cute. Il voulait jouer du coude, il allait être servi. Il était maintenant à sa hauteur, à quelque pas à peine, le souaffle nonchalamment sous le bras et l’arrogance placarder sur son visage.

Alors que l’écho de son rire flottait encore dans l’air, Wilda décolla à toute vitesse, ou plutôt à la vitesse de l’Éclair 50, et fonça droit sur Rosier, théoriquement, pour s’emparer du souaffle, en pratique, pour le percuter bien plus fort que nécessaire et ainsi fixer le ton de leur dispute sportive. C’est ainsi que son épaule – RIP à son épaule - s’enfonça sur le côté de l’abdomen musclé, selon ses souvenirs, de son adversaire. Elle lui avait déjà montré qui, d’entre lui et elle, menait sur un balai, mais semblerait-il qu’un petit rappel ferait le plus grand bien aux chevilles de Rosier. Effectivement, en matière de Quidditch Griffiths avait également les chevilles un peu lourde.

La farouche joueuse freina sa course à une distance prudente d’Evan, elle était plus agile, mais son balai était plus rapide et bien qu’elle déteste l’admettre, il n’était pas du tout un jouer à sous-estimer. Elle laissa tout de même échapper un rire arrogant et s’adressa à l’homme d’un ton faussement compatissant : « Mon pauvre Rosier, il faut vraiment que tu en reviennes…» Bien droite sur son balai, la jeune femme, de sa main gauche, jonglait agilement avec la balle écarlate comme pour ponctuer ses propos. « Tu sais que ça fait plus d’un an de cela? » Et d’un soupir exagérément dramatique elle termina en secouant doucement la tête de gauche à droite, « tu accordes décidément beaucoup trop d'importance à ta petite personne». Wilda mentirait s’il elle affirmait qu’elle n’avait pas eu de peine. Oh, elle en avait eu, sur le moment. L’humiliation qu’il lui avait fait subir en la jetant, sans aucun respect, devant sa horde de serpents à sonnette, alors qu’elle était encore au début de la découverte des plaisirs de la chair, lui laissait un souvenir cuisant et franchement désagréable. Cependant, la sorcière s’en était remise bien assez vite : quoi de mieux que d’écouiller le seul et unique Evan Rosier, devant toutes les filles et les garçons de Poudlard? Quelle satisfaction que d’entendre le bourdonnement populaire de la douce rumeur qui voulait que ses clochettes soient définitivement vouées au mutisme et de qu’elles aient prises une jolie teinte bleutée telles de fières groupies des aiglons.

Et c’est ainsi que Wilda perdit complètement le contrôle de sa langue et franchit, ou plutôt dépassa à grandes enjambées – très probablement la ligne - il faut dire que la ligne de Rosier n’était en général pas très loin – et y alla d’une remarque qu’elle trouvait bien comique : « Alors c’est vrai ce qu’on dit… que ton manche ne vole plus? » Cette fois-ci c’était un rire franc et amusé que Wilda émit. Mec, si elle aurait pu se taper dans la main elle l’aurait fait.

Ce match amical allait tourner au vinaigre. Deux poursuiveurs talentueux, agressifs, qui jouaient sur un terrain glissant, qui n’avaient aucunement l’intention de se plier l’un à l’autre… ne pouvant faire de passe à personne, ils allaient faire quoi? Se rentrer dedans jusqu’à ce que mort s’en suivre?

C’était une excellente mauvaise idée.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 477
| AVATARS / CRÉDITS : © BONNIE
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Cassandra Rosier
| PATRONUS : Une Orque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Balayons les restes de notre relation | WILDA Jeu 3 Mai - 13:15

Un défaut de Rosier - parmi tous ceux complétant une liste longue comme la barbe de leur illustre directeur - était de sous-estimer ses adversaires. Son expérience de jeune homme de dix-huit années l’avait certes déjà conduit à essuyer des défaites, mais il revenait toujours à la charge, il n’admettait perdre des batailles que pour gagner la guerre. Le statut quo auquel ils étaient arrivés avec Wilda paraissait fragile et les provocations ne restèrent pas longtemps orales. « Humpf ! » eut-il le souffle coupé par son violent coup d’épaule, voilà qui lui apprendrait à baisser sa garde et à ne pas contracter les abdominaux. Son regard prédateur suivit la petite balle rouge comme un félin qui voit son jouet dérobé. Et il se redressa sur son manche en lançant à l’audacieuse poursuiveuse un regard des plus sombres. Sa chance était qu’elle avait ce don de le divertir en même temps et, si son regard était menaçant, les coins de ses lèvres se courbaient en un sourire amusé. Il n’oserait pas abuser contre elle de magie noire, le quidditch avait cette vertu d’instrumentaliser autrement la violence. Il la considérait au moins comme une adversaire intéressante à la balle. Ses paupières se plissèrent pour une autre raison que les rayons perçants du soleil lorsqu’elle réduisit sa grande personne de manière non satisfaisante. « Il y a des ‘choses’ que je ne compte pas … » commença-t-il à répondre tranquillement en serpentant aussi lestement qu’un ruban pris dans le vent, voguant de droite à gauche du terrain pour laisser la sensation du vent frais adoucir ses humeurs. « Les années - vire à droite - les femmes qui les traversent - vire à gauche - les moldus dans leur lignée » s’amusa-t-il à la provoquer d’une remarque suprémaciste de mauvais goût avec un sourire malin. « En fait, tu devrais te sentir honorée et me remercier ! » l’avisa-t-il pour achever de l'irriter (et la déconcentrer).

Wilda frappa durement à son tour et lorsqu’elle évoqua son manche une douleur fantôme le traversa et lui arracha une grimace déplaisante. Quelle sale goule ! « Constate par toi même ! » lui cracha-t-il avant de fondre vers elle pour lui passer en dessous et, baguette dégainée, jeter un « Expelliarmus ! » sur la balle rouge qui bondit des mains de la jeune fille. Il rangea tranquillement sa baguette avant de faire rouler le souafle sur son coude et de fanfaronner. Alors quoi ? Tous les coups n’étaient-ils pas permis ? « Une manche en cinq points ? » l’invita-t-il finalement à jouer tout sourire. Et il se baissa sur le manche de son Nimbus 1500 pour foncer vers les anneaux desquels Wilda était plus proche, désireux de la rattraper pour tester un peu cette nouvelle vitesse. Le vent soufflait maintenant avec force, les couleurs des gradins alentour se mêlaient, l’adrénaline boostait son coeur, il était accro à cette sensation et, l’instant de quelques secondes, il oublia tout de son adversaire qu’il croyait avoir semée. Il pouvait sentir le manche de son balai vibrer sous sa main, il se sentait autant uni à sa nouvelle monture qu’à sa baguette, il releva d’un coup le manche pour tester un arrêt sec et marquer.

1, 2, 3 : La balle rouge traverse à la vitesse d’un boulet de canon l’anneau central, et un point de marqué, un !
4, 5, 6 : Par la barbe de Salazar, Wilda n’avait pas du tout été semée, elle surgit par la droite et lui fait un croc-en-manche, son tir est dévié et la balle rebondit sur l’anneau ! « Faute ! » rugit-il par réflexe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



| HIBOUX POSTÉS : 5321
| SANG : Hasardeuse


MessageSujet: Re: Balayons les restes de notre relation | WILDA Jeu 3 Mai - 13:15

Le membre 'Evan Rosier' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'le dé ' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 273
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Balayons les restes de notre relation | WILDA Lun 21 Mai - 18:50

Alors que son adversaire se laissait porter de gauche à droite tel un prédateur déjouant sa proie, Wilda s’était raidie sur son balai, n’appréciant guerre le moment d’incertitude qu’il créait. Elle savait pertinemment qu’il allait riposter, elle ne savait ni comment, ni quand, mais elle l’appréhendait. La sorcière ne pouvait s’enorgueillir de bien connaître le jeune homme mais, leur courte relation, ou plutôt leurs années de compétition sur le terrain, lui avaient appris que tout comme elle, il ne laissait pas un centimètre de terrain à son adversaire. Il était un farouche compétiteur au jeu agressif, limite violent. Elle sentait ses jambes la démanger, et un mélange d’excitation et de stress l’envahir : Rosier était imprévisible et ils étaient seuls, sans arbitre, sans règle, tous deux motivés par une farouche compétition, une compétition qui ne serait pas encadrée par les règles de bonne conduite de l’école, mais qui, au contraire, permettrait de se laisser aller à un jeu plus…offensif. Elle se redressa de tout son long et pris une longue respiration afin de se calmer et de se concentrer sur les faits et gestes du serpentard, d’une telle manière qu’elle portait que très peu d’attention à ses remarques sur les femmes et les modus, ces êtres inférieurs et blablabla. Fidèle à elle-même, elle ne put cependant ne pas relever le dernier commentaire de son ex et répliqua d’un ton narquois : « Ça va, je vais pass’ » commença-t-elle, avant d’être interrompue par le troll volant qui eut l’audace de lui piquer le souaffle d’un coup de baguette. « Oh mais t’a aucun honneur Rosier! » lui cria-t-elle enragée, alors qu’il s’emparait de sa balle. Elle mentirait si elle devait dire qu’elle était surprise qu’il ait eu l’audace de sortir sa baguette sur le terrain de Quidditch, mais elle en restait tout de même outrée, considérant ce geste comme un affront à la profession. La poursuiveuse n’avait en effet aucun respect pour ceux qui faisaient usage de la magie pour pallier à leur manque de compétence sur un balai. « J’veux bien te donner une raclée » lui répondit-elle arrogante, « tous les coups sont permis, mais la baguette c’est pour les joueurs de bas niveau et les inférieurs complexés qui manquent de confiance en leurs capacités. » fini-t-elle un sourire narquois au visage.

Sans autre politesse, Evan fonça vers les anneaux situés derrière elle et Wilda fit volte-face, bien décidée à l’empêcher de marquer son premier but. La joueuse était cramponnée à son balai, dans la position la plus aérodynamique qu’elle connaissait et le poussait à la vitesse maximale qu’il pouvait atteindre. La tentation de dégainer à son tour sa baguette pour stopper son adversaire dans sa course lui démangeait le bout des doigts, mais la joueuse  sérieuse qu’elle était ne pouvait s’abaisser à de telles pratiques qui dénaturaient tout ce qu’était le Quidditch. Bien qu’elle talonnait le vert de près, elle compris rapidement que son balai ne lui permettrait pas de le rattraper complètement et d’intercepter la balle qui passerait très certainement l’anneau dépourvu de gardien. Changement de stratégie, la sorcière inclina son balai vers le bas, dirigeant sa course vers un point situé à quelques mètres sous l’anneau central : peut-être n’était-elle pas en mesure d’empêcher le premier but d’être marqué, mais elle pouvait très certainement récupérer le souaffle et ainsi compter le prochain.

Tel qu’elle l’espérait, la balle écarlate lui tomba directement entre les mains et sans plus attendre elle se dirigea droit vers les anneaux opposés. Elle avait une longue distance à parcourir et craignait que son adversaire lui rentre dedans, avantagé par la vitesse de son engin à la fine pointe de la magie.

1-2-3 : Ce qui devait arriver arriva, Evan Rosier, fier pet sur son Nimbus, la stoppa dans sa lancée, tout juste devant les anneaux vers lesquelles elle se dirigeait à toute vitesse. Il la percuta de plein fouet, beaucoup trop fort pour être considéré comme légitime. Elle se mordit la langue et passa par-dessus bord de son balai. La main gauche agrippée à celui-ci, l’autre tenant toujours le souaffle serré contre sa poitrine – pas question qu’elle ne le lâche – un goût métallique dans la bouche, la sorcière pendait les deux pieds dans le vides. Wilda entrepris rapidement de se balancer d’avant vers l’arrière afin d’arriver à rembarquer sur sa branche ensorcelée, mais elle dû changer son plan, apercevant le serpentard qui revenait déjà à la charge. Convaincu qu’il était assez fou pour la faire tomber de son balai, elle due se résigner et lança le souaffle vers le haut, lui permettant de raccrocher sa main droit sur son manche, et d’un seul élan elle regagna son siège, non sans synchroniser un bon coup de pieds bien aligné sur la balle, qui s’écrasa d’un bruit satisfaisant sur le nez de son adversaire. Rosier l’avait peut-être bien désarçonné, mais elle s’était assuré qu’il attrape la balle avec son nez et que celle-ci laisse une trace bien écarlate et visqueuse sur son visage d’Adonis. Elle essuya un filet de sang qui lui coulait sur le côté droit de sa bouche et esquissa un sourire ravi avant de reprendre sa course tout droit vers son compétiteur. Wilda devait avouer que ce début de match féroce lui plaisait considérablement : comme elle avait hâte de jouer dans les grandes ligues.

4-5-6 : Wilda profita de la basse hauteur à laquelle elle avait récupéré la balle afin de semer son adversaire et de se diriger en toute sécurité vers les anneaux opposés. Dès qu’Evan piqua vers le bas pour tenter de la contrecarrer, elle redressa son manche vers le haut évitant ainsi de se retrouver dans sa trajectoire. Le temps qu’il réajuste la course, la sorcière, qui se trouvait  à présent suffisamment près des buts, lança le souaffle avec précision et marqua son premier but. « 1 à 1 tête de Troll ! » lança-t-elle à son rival, un sourire suffisant placardé au visage telle une gamine insolente emportée par la compétition. Un peu plus et elle lui tirait la langue. Du calme ma petite, la partie était loin d’être gagnée.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



| HIBOUX POSTÉS : 5321
| SANG : Hasardeuse


MessageSujet: Re: Balayons les restes de notre relation | WILDA Lun 21 Mai - 18:50

Le membre 'Wilda Griffiths' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'le dé ' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 477
| AVATARS / CRÉDITS : © BONNIE
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Cassandra Rosier
| PATRONUS : Une Orque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Balayons les restes de notre relation | WILDA Ven 1 Juin - 18:04

La fastball rouge avait foncé sans aucun effet, puissante et directe, droit dans l’anneau. Chaque poursuiveur élaborait son propre style de jeu et celui de Evan Rosier avait toujours été agressif. Profitant de l’absence de gardien, mais regrettant l’absence de public, il se félicita d’un looping exécuté dans l’anneau conquis. Le ciel clair et frais l’appelait et l’envie le prenait de débrider la vitesse de son balai pour monter en chandelle le plus haut possible. Il résista néanmoins à l’invitation comme son coeur s’élançait davantage encore de la destruction de ses adversaires. Il mit plutôt à profit l’élan de son looping et fonça en cloche vers son ancienne amante, renonçant à un peu de vitesse à la début de sa manœuvre, pour mieux la décupler en retombant. Il se sentait déjà comme un célèbre Faucon de Falmouth et aurait presque pu entendre, dans ce fantasme de puissance, la foule clamer son prénom. Le vent dans les branches de son balai trahit-il sa position ? Wilda remonta quand il piqua et leur collision ne fut évitée que par un coup du hasard (il n’était pas d’humeur à lui concéder quelque talent !). Le garçon désarçonné - mentalement et presque physiquement - roula en tonneau sur le côté pour retrouver le contrôle, ses boucles frôlant celles du gazon. Les anneaux étaient dégagés et la jeune femme marqua. Il arriva tranquillement à sa hauteur pour se faire insulter de troll. Lui ne lui accorda derrière ses paupières plissées de prédateur qu’un sombre regard. Un bref regard tandis qu’il plongeait déjà en piquet, tournant comme une toupie pour gagner en vitesse, et s’emparer du souaffle juste avant qu’il ne touche le sol. Un rayon de soleil perça le voile d’un nuage et trahit la position de son adversaire dont il devina l’ombre. De justesse à son tour, ils sut l’éviter. Il se rappelait de mémoire vive du temps où leurs corps étaient moins soucieux d’éviter la collision. Leur score égal ne mit pas le feu à la queue de son balai - pas plus que ce souvenir ailleurs - mais il s’amusa néanmoins à monter plus haut encore pour sentir l’air se rafraîchir là-haut. Il ne s’était jamais autant amusé que sur ce nouveau nimbus. Il redescendit pour trouver la jeune fille placée devant les anneaux, comme il l’avait espéré. Il la provoqua d’un clin d’oeil et fit mine de ne lui lancer la balle que pour mieux faire un tour sur lui-même et l’envoyer vers l’anneau de droite avec la queue de son destrier. Manoeuvre risquée mais payante ?

1, 2, 3 : La balle rouge passe sous le nez de Wilda qui n’a pas le temps de l’arrêter et, après un rebond plein de suspense contre la courbe de l’anneau, le traverse du bon côté. Les deux poursuiveurs fort près depuis bien longtemps, assistent à ce nouveau point la respiration haletante. « Je suis prêt à élever les enjeux de ma victoire si t’es parieuse ! » se mord-il la lèvre inférieure pour la reluquer. Une branche de son balai avait laissé une trace écarlate sur la joue de son adversaire malmenée.

4, 5, 6 : La balle rouge est frappée par la queue de son balais en même temps que Wilda fonce dedans, elle sauve le cou mais se trouve violemment giflée. Le garçon explose d’un rire moqueur en dépit de sa défaite. « Prend le temps de te recoiffer, femme ! » la provoque-t-il sciemment. En attendant, le score reste de 1 à 1 et ce score, ça ne le fait pas rire ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



| HIBOUX POSTÉS : 5321
| SANG : Hasardeuse


MessageSujet: Re: Balayons les restes de notre relation | WILDA Ven 1 Juin - 18:04

Le membre 'Evan Rosier' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'le dé ' : 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 273
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Balayons les restes de notre relation | WILDA Jeu 7 Juin - 4:33

En toute honnêteté, Wilda était bien plus soulagée d’avoir marquée qu’elle était excitée : elle savait que Rosier était doué et elle savait aussi qu’elle ne tolèrerait pas de perdre contre un homme tel que lui. Si un tel évènement devait arriver, il lui laisserait un goût amer en bouche, beaucoup plus fort et durable que lorsque ce même homme l’avait publiquement jetée et même plus encore que lorsqu’il avait tué son précieux balai. Lorsque deux joueurs de leur calibre s’affrontaient ainsi, seuls, chaque anneau comptait, chaque mouvement avait un impact direct sur leur jeu.  La poursuiveuse regarda son adversaire piquer vers le sol à toute vitesse, effectuant des vrilles pour décupler celle-ci. Il s’agissait d’une des seules manœuvres efficaces que Wilda se refusait de faire : elle soutenait qu’elle était bien trop imprécise, alors qu’en vérité elle lui levait le cœur comme rien d’autre n’arrivait à le faire. Évidemment, elle n’avouerait jamais une telle faiblesse, pas au Quidditch. La jeune femme donna un ferme coup de pied dans ses étriers et s’élança en une parfaite ligne droite vers les anneaux opposés à sa position afin d’aller les garder. Elle aurait pu suivre Evan et tenter de le désarçonner, mais il avait déjà une longueur d’avance sur elle et l’aurait semé. Ç’aurait été un choix idiot et Wilda ne faisait pas de tel choix. Pas trop souvent.

La serdaigle fixa son homonyme serpentard remonter avec fluidité et aisance avec une pointe de jalousie, qui fut bien vite dissipée par l’appréhension qui grandissait à vue d’œil, tout comme la silhouette de son adversaire. Elle eût une pensée pour tous les gardiens de ce monde qui, match après match, assumaient une telle position ingrate, pour laquelle la chance était un facteur d’égal importance au talent. Il lui était impossible de déchiffrer l’intention de Rosier, bien qu’elle soupçonnât qu’une feinte allait être effectuée : il était probablement l’un des plus vicieux élève du château. Ne pouvant se décider sur l’anneau à couvrir, elle décida d’être proactive et de foncer droit sur Rosier dans une tentative hardie de le désarçonnée. Pour certain, sa tactique ne fut pas ce qu’on pouvait qualifier de succès, mais pour Wilda, c’était le risque le plus payant qu’elle avait pris jusqu’à présent : Rosier lui avait carrément déposé le souaffle entre les mains. Dans la version non romancée du déroulement des évènements, la balle lui avait percuté avec force le sein droit – qui hurlait à présent de douleur – à quelques millisecondes d’intervalle avec la rencontre entre son doux visage et la queue de Rosier, la queue de son balai. Sonnée, Wilda fit une roulade peut contrôlée en gagnant en distance entre son assaillant tout en sécurisant le ballon au creux de son coude.

« Joli passe mec ! » le nargua-t-elle avant d’essuyer un filet de sang qui coulait sur le coin de sa bouche. « Tu peux marquer dans mes anneaux aussi si tu veux ! » ajoute-t-elle d’un ton provocateur. Sans plus s’attarder, elle poursuivit sa course vers les buts, bien qu’elle eu une forte envie de lui coller son poing sur la gueule histoire lui faire ravaler ses propos misogynes et quelques dents. Bien que la tendre image d’un Rosier édenté la chatouillait d’envie, elle avait une partie à gagner.

Il s’agissait peut-être du vent qui ralentissait sa course, de la différence de performance de leur balai, ou peut-être, et je dis bien peut-être du fait qu’une partie de son attention soit dirigée vers la douleur causée par la morsure du vent sur la blessure de son visage, mais son adversaire la rattrapa et s’immisça entre elle et les anneaux. Encore une fois, au lieu d’opter pour un anneau, elle choisit l’homme. Elle redressa légèrement son manche vers le haut, et choisissant l’élément de surprise, elle percuta le vert avec précision : le manche de son balai s’inséra directement sous le bras de Rosier, son sein gauche – qui lui aussi hurlait à présent de douleur - atterrie durement contre son nez, puis de sa main gauche elle enserra la tête d’Evan pour se stabiliser et tira de la droite.

Un élève qui passa par là en faisant son jogging matinal trouva mignon qu’un couple s’enlace ainsi dans les airs et laissa vagabonder son esprit vers l’espoir qu’un jour il vivrait une telle histoire d’amour.

1-2-3 : 15 points pour avoir frappé durement le visage de son ennemi, 0 pour le souaffle qui passa au-dessus de l’anneau, -1000 pour le balai qui continua sa course, déchira le pan de son pantalon et l’abandonna sur les cuisses de Rosier. Voyant sa vie ainsi confiée à l’homme qui fut jadis dans son cœur, elle l’encercla fortement de ses jambes et l’agrippa par le collet. Wilda n’était pas complètement certaine qu’il ne la pousserait pas en bas de son balai et préférait ainsi mettre toute ses chances de son côté. « Accio Éclair 50 » cria-t-elle en sortant sa baguette. Le rouge lui monta aux joues lorsqu’elle dû prononcer le nom de sa branche antique ou était-ce la proximité entre eux qui lui rappelait un lointain moment où ils s’étaient retrouvés à peut-être dans la même position, minus les vêtements. Là, dans les bras de Rosier, les secondes qui la séparaient des retrouvailles avec le confort de son balai lui semblait interminable et pour combattre le malaise qu’il l’envahissait, elle décida de tourner la situation à son avantage. Wilda embrassa son adversaire sur la joue, peut-être un peu trop près du coin de ses lèvres, faisant momentanément fit de toute notion de consentement et lui murmura à l’oreille « J’espère que t’en a profité, c’est pas tous les jours qu’une femme comme moi s’assoie sur ton manche ! » Ne pouvant tenir son acte plus longtemps, elle éclata de rire et, en prenant appui sur l’homme, se poussa dans le vide pour atterrir inconfortablement sur son balai. Étrangement, la jeune femme semblait oubliée une fois de plus que la compagnie du serpentard l’horripilait.

4-5-6 : BIM ! 2-1 pour Wiiiiiiilda ! La sorcière fit d’une pierre deux coups : le souaffle traversa l’anneau central avec précision et elle avait percuté le troll. Panique. Panique. Panique : son balai continua sa course, déchira le pan de son pantalon et l’abandonna sur les cuisses de Rosier. Voyant sa vie ainsi confiée à l’homme qui fut jadis dans son cœur, elle l’encercla fortement de ses jambes et l’agrippa par le collet. Wilda n’était pas complètement certaine qu’il ne la pousserait pas en bas de son balai et préférait ainsi mettre toute ses chances de son côté. « Accio Éclair 50 » cria-t-elle en sortant sa baguette. Le rouge lui monta aux joues lorsqu’elle dû prononcer le nom de sa branche antique ou était-ce la proximité entre eux qui lui rappelait un lointain moment où ils s’étaient retrouvés à peut-être dans la même position, minus les vêtements. Sans crier gare, la serdaigle l’embrassa sur la joue et lui murmura à l’oreille « tente de scorer cette fois-ci », avant de se jeter dans le vide, ou plutôt sur son balai qui s’approchait enfin.

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



| HIBOUX POSTÉS : 5321
| SANG : Hasardeuse


MessageSujet: Re: Balayons les restes de notre relation | WILDA Jeu 7 Juin - 4:33

Le membre 'Wilda Griffiths' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'le dé ' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 477
| AVATARS / CRÉDITS : © BONNIE
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Cassandra Rosier
| PATRONUS : Une Orque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Balayons les restes de notre relation | WILDA Dim 17 Juin - 10:25

L’invitation à marquer dans les anneaux de sa jolie adversaire aurait pu, sans aucun doute, perdre Evan Rosier si aisément distrait en matière féminine. Ce dernier néanmoins ravalait encore sa présente défaite insupportablement souligné par le premier commentaire bien moins plaisant de Wilda Griffiths. La seule envie qui le traversa fut de la désarçonner pour la voir s’écraser, en même temps que son égo, sur la verte pelouse. Le visage fermé et le regard déterminé, le serpentard s’élança en ligne droite de l’autre côté du terrain pour protéger les anneaux. Il se sentait mis en danger par son échec cuisant et ne paradait plus en chandelles, cloches et tourbillons. Il souhaitait gagner et humilier la femme. Le sorcier n’était néanmoins pas poursuiveur pour rien et se trouva bien incapable d’anticiper l’anneau dans lequel la bleue viserait. Il adopta ainsi la même stratégie qu’elle avait choisi et donna une vive accélération pour lui piquer la balle. C’est qu’il n’aimait pas le facteur de chance et préférait être maître de ses propres tentatives qu’elles parviennent ou échouent. Et les deux têtes brûlées se percutèrent de plein fouet dans une cocasse position qui laissa la jeune fille chevaucher son manche. Pensez bien que le serpentard ne put s’empêcher de hausser un sourcil suggestif quant à cette position qui, d’un autre temps, avait été plus lascive que violente. « Il suffisait de demander si tu voulais faire un nouveau tour sur mon balai … » flirta-t-il tout faible homme qui se laissait commander par son organe plutôt que par ses sentiments pour sa fiancée qui, décidément, devenait toujours aussi lointains que sa divine personne en pareilles situations. Loin de lâcher son ancienne amante, il scella leur proximité en glissant une main ferme en bas de son dos naturellement cambré. Le bref baiser que la jeune femme planta au coin de ses lèvres lui laissa un bon indice sur leur pensée partagée. Et tandis qu’il se disait qu’il était bien agréable de constater que les femmes avaient également de lubriques pensées, cette fugace constatation le ramena enfin vers les draps froids de Cassiopeia Yaxley et lui fit pousser un grognement frustré. Wilda l’abandonna au même moment et il secoua la tête pour s’ébrouer des gouttes de transpiration prisonnières de ses boucles plus facilement que de ses coupables pensées. Mais il parvint néanmoins. Quidditch. Battre la goule ! Quel score ? La seule chose qui s’était écrasée sur le gazon était la rouge balle et il regretta décidément bien amèrement de s’être ainsi laissé bercé par les courbes de la joueuse. Le poursuiveur la ramena à lui d’un accio et fonça droit pour marquer. Son adversaire avait profité de son avance pour se placer. Elle savait bien combler le désavantage en vitesse de son risible morceau de bois par de vicieuses manœuvres. Son insupportable rire résonnait encore à son oreille et il souhaita le lui faire ravaler. Soucieux de ne pas commettre deux fois la même erreur, Evan lance cette fois-ci le souafle à bonne distance de Wilda.

1, 2, 3 : La balle rouge frôle la joue de la gardienne mais traverse glorieusement l’anneau gauche qu’elle protège une seconde trop tard. « L’invitation a marqué dans tes anneaux était beaucoup trop tentante ! » feint-il se d’excuser avec un large sourire ravi. Rosier retrouve l’avantage du score !

4, 5, 6 : La balle rouge arrive droit dans les mains de la gardienne qui sans doute se trouve aussi surprise que lui de sa chance de cocue. Evan fronce des sourcils contrariés et sent la haine monter dans son estomac. Comme il regrette de ne pas avoir poussé l’idiote de son balai. Il la frôle méchamment pour la désarçonner mais elle l’évite encore. « Tu redeviens déjà farouche ? » souffle-t-il davantage sur le ton de la menace que du flirt. Pas une chance que la sorcière ne prenne l’avantage du score ! Oh non, cette fois-ci, il ne laissera même pas approcher des anneaux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



| HIBOUX POSTÉS : 5321
| SANG : Hasardeuse


MessageSujet: Re: Balayons les restes de notre relation | WILDA Dim 17 Juin - 10:25

Le membre 'Evan Rosier' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'le dé ' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Balayons les restes de notre relation | WILDA

Revenir en haut Aller en bas

Balayons les restes de notre relation | WILDA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Notre alimentation
» 'BillClinton,otez-vous de notre soleil'UN TEXTE QUI CHATOUILLE LES PLEURNICHEURS
» Relation entre Haiti et Saint Domingue :Point de vue d'un américain
» Notre Dame de Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Poudlard
-